Archive pour crimes de guerre etats-unis

Résistance à l’empire: Des Khmers Rouges à l’EIIL, l’impérialisme occidental façonne ses monstres (John Pilger)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 10 octobre 2014 by Résistance 71

Excellente analyse de John Pilger. Mettre en parallèle Pol Pot et les Khmers Rouges et l’EIIL/EI tous financés et soutenus par Washington et l’empire est très pertinent.

Il est impératif de voir le documentaire de Pilger sur l’affaire Khmers Rouges qu’il traite la première fis dans son documentaire toujours interdit au pays du goulag levant: « Cambodia Year Zero ». S’il a couvert un grand nombre de sujet, il est un grand spécialiste des génocides du Cambodge et d’Indonésie, qui vit deux génocides, celui contre les communistes de Suharto dans les années 1965-66 et celui plus récent du Timor Oriental.

~ Résistance 71 ~

 

De Pol Pot à l’EIIL: “Tout ce qui vole sur tout ce qui bouge”

 

John Pilger

 

8 Octobre 2014

 

url de l’article original:

http://johnpilger.com/articles/from-pol-pot-to-isis-anything-that-flies-on-everything-that-moves

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

En transmettant les ordres de Richard Nixon pour un bombardement massif du Cambodge en 1969, Henry Kissinger déclara: “Tout ce qui vole sur tout ce qui bouge”. Alors que Barack Obama initie sa 7ème guerre contre un pays musulman depuis qu’il a reçu le Prix Nobel de la Paix, l’hystérie orchestrée et les mensonges nous rendent presque nostalgiques de l’honnêteté meurtrière d’un Kissinger.

En tant que témoin des conséquences humaines de la sauvagerie aérienne, incluant la décapitation de victimes, les parties de leurs corps tapissant les arbres et les champs, je ne suis pas du tout surpris du manque d’attention à la mémoire et à l’histoire, une fois de plus. Un exemple flagrant demeurant la montée au pouvoir de Pol Pot et de ses Khmers Rouges, qui avaient beaucoup en commun avec ce qu’est aujourd’hui l’État Islamique (EI) ou EIIL. Eux aussi étaient des médiévaux sans pitié qui ont commencé comme une petite secte. Eux aussi, furent le produit d’une apocalypse made in USA, cette fois-ci en Asie.

D’après Pol Pot, son mouvement consistait en “moins de 5000 guerilleros pauvrement armés, incertains au sujet de leur stratégie, de leurs tactiques, de leur loyauté et de leurs chefs.” Une fois que les B52 de Nixon et de Kissinger furent à l’œuvre dans leur “Operation Menu”, le démon ultime de l’Occident ne pouvait pas croire en sa chance.

Les Américains ont largué l’équivalent de 5 fois Hiroshima sur le Cambodge rural entre 1969 et 1973. Ils ont nivelé village après village, retournant pour rebombarder les ruines et les cadavres. Les cratères laissèrent d’énormes colliers de carnage, toujours visibles depuis les airs. La terreur fut inimaginable. Un ancien officiel Khmer Rouge décrivit comment les survivants “se figeaient et déambulaient alentours sans voix pendant 3 ou 4 jours. Terrifiés, à moitié fous, les gens étaient prêts à croire ce qu’on leur disait… Ceci rendit les choses bien plus facile pour les Khmers Rouges de gagner les gens à leur cause.”

Une commission d’enquête gouvernementale finlandaise estima que 600 000 Cambodgiens périrent dans la guerre civile qui s’ensuivit et décrivit les bombardements américains comme étant “la première étape d’une décennie de génocide”. Ce que Nixon et Kissinger avait commencé, Pol Pot, leur bénéficaire, l’acheva. Sous leurs bombes, les Khmers Rouges devinrent une formidable armée de plus de 200 000 hommes.

L’EIIL a un passé et un présent similaires. Par des études scientifiques, il a été établi que l’invasion de l’Irak par Bush et Blair de 2003 a coûté la vie à quelques 700 000 personnes et ce dans un pays qui n’a absolument aucune histoire de djihadisme. Les Kurdes ont passé des accords territoriaux et politiques, les Sunnites et les Chii’ites avaient des différences sectaires et de classe, mais ils étaient en paix, le mariage inter-communautaire était chose assez courante. Trois ans avant l’invasion, j’ai conduit à travers l’Irak sans aucune crainte de quoi que ce soit. En route, j’ai rencontré des gens fiers plus que tout d’être irakiens, les héritiers d’une civilisation qui semblait être, pour eux, une présence (NDT: La Mésopotamie).

Bush et Blair ont fait éclater tout cela. L’Irak est maintenant un nid du djihadisme. Al Qaïda, comme les “djihadistes” de Pol Pot, a saisi une opportunité donné par le massacre de l’opération “choc et stupeur” et de la guerre civile qui s’en est suivie. La Syrie “rebelle” a même offert de plus grandes récompenses, avec sa litanie d’armes fournies par la CIA et les états du Golfe, la logistique et l’argent passant par laTurquie. L’arrivée de recrues étrangères était inévitable. Un ancien ambassadeur britannique, Oliver Miles, a écrit récemment: “Le gouvernement de Cameron semble suivre l’exemple de Tony Blair, qui a constamment ignoré les conseils de son ministère des affaires étrangères, du MI5 (NdT: l’équivalent britannique de la DCRI) et du MI6 (NdT: équivalent britannique de la DGSE) disant que notre politique moyen-orientale et en particulier dans les guerres du Moyen-Orient, a été le directeur principal du recrutement des musulmans en Grande-Bretagne pour le terrorisme ici.”

L’EIIL est la progéniture de ceux à Washington et à Londres qui, en détruisant l’Irak à la fois comme état et comme société, ont conspiré à commettre un crime épique contre l’humanité. Tout comme Pol Pot et les Khmers Rouges, l’EIIL est la mutation d’un état de terreur occidental dispensé par un empire élitiste vénal qui ne se soucie pas des conséquences d’actions prises à de grandes distances culturelles. Leur culpabilité est inénarable dans “nos” sociétés.

Il y a 23 ans que cet holocauste a engouffré l’Irak, immédiatement après la première guerre du Golfe de 1991, lorsque les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont pris le conseil de sécurité des Nations-Unies en otage et ont imposé des “sanctions” punitives sur l’Irak et sa population, ironiquement renforçant ainsi l’autorité domestique de Saddam Hussein. Ce fut comme un siège médiéval. Prtaiquement tout ce qui soutenait un état moderne fut, dans le jargon, “bloqué”, du chlore pour assainir l’eau aux crayons pour les écoles en passant par les pièces détachées pour réparer les machines à rayon-X des hôpitaux, les anti-douleurs de base et les médicaments pour combattre des cancers jusqu’alors inconnus et provenant des poussières des champs de bataille du sud contaminées à l’uranium appauvri des munitions tirées.

Juste avant Noël 1999, le ministère du Commerce et de l’Industrie à Londres avait restreint l’exportation de vaccins qui devaient protéger les enfants irakiens contre la diphtérie et la fièvre jaune. Kim Howells, parlementaire et sous-secrétaire d’état du gouvernement de Blair expliqua pourquoi: “Les vaccins pour les enfants”, avait-il dit, “pouvaient être utilisés comme arme de destruction massive”. Le gouvernement britannique pouvait s’en sortir avec un tel mensonge parce que les médias rapportaient sur l’Irak, la très vaste majorité des informations étaient manipulées par le ministère des affaires étrangères, blâmant Saddam Hussein pour tout et n’importe quoi.

Sous un programme humanitaire totalement bidon de pétrole contre nourriture, 100 US$ furent aloués pour chaque Irakien pour vivre pendant un an. Ceci devait payer pour l’infrastructure entière du pays et ses services essentiels comme l’électricité et l’eau. L’assistant secrétaire général de l’ONU Hans Von Sponeck me dit alors: “Imaginez de comparer cette pittance avec le manque d’eau potable et le fait que la majorité des personnes malades ne peuvent pas payer pour se faire soigner et vous avez là un aperçu du cauchemard et ne vous y trompez pas, ceci est tout à fait délibéré. Je n’ai pas voulu employer le mot génocide dans le passé mais là… c’est inévitable.”

Dégoûté, Von Sponeck démissionna de son poste de coordinaeur humanitaire pour l’ONU en Irak. Son prédécesseur, Denis Halliday, un tout aussi distingué sénior official de l’ONU, avait lui aussi démissionné. “Je fus instruit”, avait dit Halliday, “de mettre en application une politique qui satisfaisait la définition de génocide: une politique délibérée qui a tuée effectivement bien plus d’un million d’individus, adultes et enfants.”

Une étude de l’UNICEF avait trouvé qu’entre 1991 et 1998, au faîte du blocus, il y avait plus de 500 000 enfants qui perdirent la vie, enfants sous l’âge des 5 ans. Une journaliste de télévision américaine avait demandé à Madeleine Albright, ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU si “le prix en valait la peine”, Albright avait répliqué: “Nous pensons que le jeu en valait la chandelle”.

En 2007, le haut fonctionnaire britannique responsable de ces sanctions, Carne Ross, aussi connu sous le sobriquet de “Mr Irak”, a dit à un comité parlementaire: “Les gouvernements britannique et américain ont effectivement refusé à la population irakienne ses moyens de subsistance.” Quand j’ai interviewé Carne Ross trois ans plus tard, il était dévoré de regrets, de remords et de contrition. “J’ai grande honte”, a t’il dit. Il est aujourd’hui un des très rares diseurs de vérité sur le comment les gouvernements mentent et comment des médias complices et asservis jouent un rôle critique dans la dissémination et le maintien de la tromperie. “Nous fournissions aux journalistes des factoïdes de renseignement complètement aseptisés, ou nous les gelions,” a t’il dit.

Ce 25 Septembre, un titre du quotidien “the Guardian” lisait: “Devant l’horreur de l’EIIL nous devons agir”. Ce “nous devons agir” est un fantôme qui se lève, un avertissement de la suppression de la mémoire informée, des faits, des leçons apprises et des regrets ou de la honte. L’auteur de cet article est Peter Hain, l’ancien ministre des affaires étrangères responsable de l’Irak sous Blair. En 1998, quand Denis Halliday avait révélé l’exension de la souffrance en irak pour laquelle le gouvernement de Blair partageait la responsabilité primaire, Hain l’agressa sur un programme de la BBC Newsnight comme étant un apologiste de Saddam Hussein. En 2003, Hain soutint l’invasion de l’Irak par Blair sur la base de mensonges absolument transparents et éhontés. Dans une réunion du parti travalliste, il minimisa l’invasion comme n’étant qu’un “fait sans grande importance”.

Maintenant le même Hain demande des “frappes aériennes, de drones, de l’équipement militaire et autres soutiens logistiques” pour ceux devant faire face “au génocide en Irak et en Syrie”. Ceci poussera plus avant “l’impératif d’une solution politique”, Obama a la même chose en tête lorsqu’il lève ce qu’il appelle des “restrictions” sur les bombardements et les attaques de drones. Ceci veut dire que des missiles et des bombes de 250kg peuvent pulvériser les maisons de paisibles paysans, comme ils le font sans restriction au Yémen, au Pakistan, en Afghanistan, en Somalie, comme ils le firent au Cambodge, au Vietnam, et au Laos. Le 23 septembre, un missile de croisière Tomahawk a touché un village de la province de Idlib en Syrie faisant 12 morts chez les civils, incluant des femmes et des enfants. Aucun d’eux n’agitaient un drapeau islamiste.

Le jour de la publication de l’article de Hain, Denis Halliday et Hans Von Sponeck se trouvaient à Londres et vinrent me visiter. Ils n’étaient pas choqués par l’hypocrisie létale d’un politicien, mais se lamentaient de la persistance presque inexplicable de l’absence de diplomatie intelligente pour la négociation d’un semblant de trêve. A travers le monde, de l’Irlande du Nord au Népal, ceux se regardant l’un l’autre comme terroristes et hérétiques se sont rencontrés face à une table, pourquoi pas en Irak et en Syrie.

Comme ébola venant d’Afrique de l’Ouest, un virus appelé “guerre perpétuelle” a traversé l’Atlantique. Lord Richards, jusqu’à récemment le chef de l’armée britannique, veut des “bottes sur le terrain” maintenant. Il y a un verbiage presque sociopathe provenant de Cameron, d’Obama et de leur “coalition des volontaires”, notablement le bizarrement agressif australien Tony Abbott, alors qu’ils prescrivent tous toujours plus de violence venant de 10km de haut sur des endroits où le sang d’aventures ultérieures ne sèche jamais. Ils n’ont jamais vu de bombardement et apparemment ils en rafolent, tant et si bien qu’ils veulent renverser leur seul allié de choix potentiel, la Syrie. Rien de nouveau, comme l’illustre cette note de renseignement anglo-américaine fuitée:

Afin de faciliter l’action des forces libératrices (sic)… un effort spécial doit être fait pour éliminer certains individus clé et de procéder à des perturbations internes en Syrie. La CIA est préparée, et le SIS (MI6) tentera de monter des sabotages mineurs et des incidents (sic) en coup de main en Syrie, en travaillant avec des contacts sur place… Un nécessaire degré de peur… des escarmouches de frontières donneront le prétexte à une intervention… La CIA et le SIS devront utiliser… leurs capacités à la fois dans les domaines psychologiques et d’action pour faire augmenter la tension.

Ceci fut écrit en 1957, bien que cela aurait pu l’avoir été hier. Dans le monde impérialiste, rien d’essentiel ne change. L’an dernier, l’ancien ministre des affaires étrangères français Roland Dumas a révélé que “deux ans avant le printemps arabe”, on lui dit à Londres qu’une guerre contre la Syrie était plannifiée. “Je vais vous dire quelque chose”, a t’il dit dans un entretien avec la chaîne française LPC, “J’étais en Angleterre deux ans avant que les violences en Syrie n’éclatent. J’y ai rencontré des hauts fonctionnaires britanniques qui ont confessé alors, qu’ils préparaient quelque chose en Syrie… La Grande-Bretagne préparait l’invasion de rebelles en Syrie. Ils m’ont même demandé si je voulais faire partie de cela, alors même que je n’étais plus ministre des AE… Cette opération est plannifiée de longue durée, elle a été soigneusement préconçue, préparée, plannifiée.”

Les seuls opposants efficaces à l’EIIL sont les démons acrédités de l’occident: la Syrie, l’Iran et le Hezbollah. L’obstacle est la Turquie, un allié, membre de l’OTAN, qui a conspiré avec la CIA, le MI6 et les médiévaux du Golfe pour fournir et diriger tout soutien nécessaire aux “rebelles” syriens, incluant ceux qui s’appellent maintenant EIIL ou EI. Soutenir la Turquie dans sa longue ambition régionale de domination en renversant le gouvernement Al –Assad pointe vers une grosse guerre conventionnelle et le démembrement horrible des divers états ethniquement disparates au Moyen-Orient.

Une trêve, même difficile à obtenir, est la seule sortie de ce casse-tête impérialiste, sinon les décapitations vont continuer. Que de véritables négociations avec la Syrie devraient être vues comme “moralement questionables” comme le dit le Guardian, suggère que les assomptions de supériotité morale parmi ceux qui ont soutenu la guerre criminelle de Blair, demeurent non seulement absurdes, mais dangereuses.

Avec une trève, il devrait aussi y avoir une cessation immédiate des envois de matériels de guerre à Israël et la reconnaissance de l’état palestinien. L’affaire de la Palestine est la blessure ouverte la plus importante de toute cette région et la justification de la montée de l’extrémisme islamiste. Ben Laden l’avait dit clairement. La Palestine offre l’espoir. Donnez justice aux palestiniens et vous verrez le monde commencer à changer autour d’eux.

Il y a plus de 40 ans, le bombardement du Cambodge par Nixon-Kissinger a ouvert la vanne d’un torrent de souffrance duquel ce pays n’a jamais récupéré, La même chose est vraie du crime de Blair-Bush en Irak. Avec un timing impeccable, le dernier tome d’auto-satisfaction de Kissinger vient juste de paraître avec son titre satirique “World Order”. Dans une critique cirage de pompes, Kissinger est décrit comme “le façonneur d’un ordre mondial qui est resté stable pendant un quart de siècle”. Allez dire cela aux peuples du Camboge, du Vietnam, du Laos, du Chili, du Timor Oriental et à toutes les autres victimes de son “art d’état”. Ce n’est que lorsque “nous” reconnaissons les criminels de guerre en notre sein que le sang commence à sécher.

Ben Laden, Géronimo, génocide et inconscient collectif… Le cynisme psychopathe d’une Amérique décérébrée…

Posted in actualité, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , on 9 mai 2011 by Résistance 71

La résistance des natifs d’Amérique du Nord à l’oppression, au mensonge et finalement au génocide de leurs pairs par la veûlerie de l’occident est le plus souvent édulcorée dans les livres d’histoire, écrits par les « vainqueurs », comme tous les livres d’histoire, disait déjà Napoléon et source de propagande inépuisable.

Il y a un projet de dépôt de plainte auprès des instance fédérales yankees contre le fait d’avoir utilisé le nom de code « Géronimo » pour désigner cette « opération de propagande ben laden ». 

En Amérique du Nord, circule un T-shirt à message auquel nous adhérons totalement à Résistance 71 et qui, couplé a une image de natif (parfois Géronimo, parfois Sitting Bull, parfois un dessin coloré de tête de chef indien, peu importe…), fait figurer ce message simple, juste et décapant:

« Fighting Terrorism Since 1492 » (Traduction: « Combattant le terrorisme depuis 1492 »).

Oui, c’est ce que Géronimo, Red Cloud, Sitting Bull, Crazy Horse, Victorio, Cochise pour ne citer que quelques principaux, nous nous excusons auprès de ceux que nous oublions, mais ils sont nombreux… et plus récemment des gens comme Russell Means (Sioux) et « Splitting the Sky » (activiste Mohawk qui avait tenté de procéder à une arrestation citoyenne du criminel de guerre Georges W. Bush lors d’un passage à Ottawa en 2008 et fut arrêté par la police) ont fait et font toujours: Lutter contre l’hégémonie culturelle d’une société occidentale destructrice et auto-destructrice.

Nous rendons-nous compte à quelle point notre société est malade ?…

Mitakuye Oyasin…

~ Résistance 71 ~

Geronimo…

Par Georges Stanechy

 

« L’Apache est l’animal le plus vif et le plus rusé du monde, avec, en plus, l’intelligence d’un être humain ».
Commandant Wirt Davis – 1885 (1)

Rien.

Neurones inertes.

Face à l’avalanche de Ben Ladeniaiseries

Hystérie médiatique succédant, sans souffler, à celle du mariage princier, du cheval et de la cruche (The Horse & the Mug), surnommés ainsi par les britanniques lucides et hilares. Cadencée par le marteau-pilon de la propagande.

Où puisent-ils pareille énergie ?…

Occultant minutieusement les multiples manifestations du 1er  Mai, dans le monde, célébrant, revendiquant, une des valeurs fondamentales de nos collectivités : “Le Travail”. Sous sa forme élaborée, civilisatrice, qu’est “L’Emploi”, digne et épanouissant. Une des plus impressionnantes étant le défilé, à Madrid, de plus de 500.000 personnes.

Imagination tempétueusement océanique, en plus !… Narrative des anglophones, récit, roman, légende, épopée, variant suivant les conteurs : présidentiables vendus, politiciens achetés, “spécialistes” allumés, chroniqueurs timbrés, galonnés “enfumeurs”, traîneurs de sabre “emmédaillés”, et autres griots en godillots. Versions aussi changeantes que rouleaux de houle au gré des vents et courants.

L’assassinat héliporté d’un zombie, en famille dans sa villa. Ex-associé de ses futurs assassins… Un mort-vivant ne cessant de renaître au fil des ans. D’insuffisances rénales en bombardements, de cavernes en compounds, comme disent les journalistes d’investigation et les “experts” qui leur tiennent le stylo…

En matière de zombie, je le confesse foncièrement inculte, j’en suis resté au Thriller de Michael Jackson. C’est vrai. Ça date un peu.

Dans une opération commando, franchissant “furtivement” les centaines de kilomètres de l’espace aérien d’un pays souverain et allié. Pour atterrir près de sa principale école militaire. A son insu. Pas du zombie, du pays souverain.

170 millions d’habitants, millions de crève-la-faim. Caste au pouvoir pourrie jusqu’au iPhone, complice de l’Empire dans le démantèlement et la paupérisation de sa propre nation. Dotée d’une des meilleures couvertures radar de la planète, dans la crainte paranoïaque d’une attaque surprise de son grand et menaçant voisin. S’étripant dans de récents conflits frontaliers, jusque dans la partie Himalayenne du Cachemire, à plus de 5.000 mètres d’altitude : l’Inde…

Soudain, j’apprends que la fin de l’opération s’est conclue par le message en anglais « chewingommesque » du responsable du commando, un triomphal :

« Geronimo KIA » !

KIA : rien à voir avec un marchand de meubles en tranches, de chiffons en paquets ou d’automobiles à gadgets. C’est la contraction, l’euphémisme passe-partout : Killed In Action. Traduction à double sens : “Tué ou Mort au Combat”, lorsqu’il s’agit de ses propres soldats ; “Liquidé”, si c’est l’assassinat d’un “ennemi” par des services spéciaux.

Mais : Géronimo !…

Nom de code donné au mort-vivant !

Me bourrer les narines de piment rouge, aurait provoqué le même effet. Jets de fumée évacués par les oreilles !

Géronimo, un de mes héros depuis l’enfance, avec Cochise, Cheval Fou, Taureau Assis et tant d’autres Grands Chefs des Peuples Indiens ! (2) Résistant à l’invasion des colons débarquant d’Europe, leurs massacres, leurs spoliations. Luttant, avec un courage aussi immense que leur désespoir, contre le génocide de leur Nation, l’éradication de leur civilisation. (3)

Dans une vie antérieure, j’ai dû être Apache, Sioux ou Cheyenne, tant j’admire leur combat. Lectures ou westerns, toujours à leurs côtés. Incapable de supporter la bonne conscience des génocidaires. Symbolisé par le caricatural “casseur” d’Indiens cinématographique John Wayne (“casseur”, aussi, de Vietnamiens dans le film Green Berets…), au déhanchement de danseuse du Lido. Fantasmatique silhouette callipyge, en moins.

Geronimo appartenait à la Nation Apache, mosaïque tribale et clanique, semi-nomade. Un Apache Bédonkohé, « Ceux qui sont devant, à l’extrémité », en fait aux confins de la frontière actuelle du Mexique – USA. Né en 1823, dans le sud-ouest du Nouveau-Mexique contemporain.

Il s’appelait Goyahkla, « Celui qui bâille ». Le nom donné aux enfants provenait d’observations, d’évènements, au moment de la naissance ou des premiers mois. Cheval Fou, membre de la Nation Sioux, a reçu son nom en souvenir d’un cheval emballé traversant au galop le campement, lors de l’accouchement de sa mère. Geronimo, était un bébé repu, choyé, paisible. Bâillant de bonheur…

Devenu adulte, vivant sereinement au sein de sa famille et de sa tribu. Au retour d’une journée de marché et de troc à l’ombre de la palissade du fort de Janos dans l’Etat de Chihuahua, les hommes découvrent leur campement détruit, incendié, femmes violées, éventrées, bébés démembrés, vieillards décapités. Un raid de miliciens mexicains, les rurales, cow-boys au service des grand propriétaires. Goyahkla, en 1850, découvrit sa mère, sa femme et ses 3 enfants, assassinés.

Il devint implacable de vengeance. Avec les hommes rescapés, il poursuivit les rurales, les exterminant, souvent armé de son seul couteau, dans une guérilla méthodique. Acquérant son nom de guerre mythique, de résistant : Geronimo.

L’avancée de la colonisation européenne, telle une lente montée des eaux, se déroulait, s’accentuait, dans le massacre des autochtones. Tuer un indien était considéré comme un « meurtre légitime », donnant lieu à l’octroi de primes pour les civils, de décorations et de promotions pour les militaires. Mineurs, chercheurs d’or, éleveurs, agriculteurs, se livrant souvent à plus d’atrocités que les soldats.

Parmi les “chasseurs d’apache” les plus tristement pervers : King S. Woosleyil.  Adepte de la “guerre chimique”, s’amusant à déposer en bord de piste des sacs de piñole (mélange de farine et de sucre), simulant la chute d’un chargement. Au préalable, truffés d’un poison foudroyant : la strychnine. (4)

Il recruta sa propre milice, ramassis d’une trentaine de tueurs aussi sanguinaires que sadiques, et se spécialisa dans l’extermination de villages ou de groupes d’Indiens en transhumance. Dont le sinistre massacre de Bloody Tanks, en 1864. De préférence, pendant les moissons du maïs et du blé, les hommes partis à la chasse. Anéantissant femmes et enfants, à leur aise. Ainsi, du massacre de Piñal Creek, dans l’Arizona d’aujourd’hui.

Ou encore, William S. Oury organisateur du massacre de 150 villageois pacifiquement installés au bord d’une rivière, le Camp Grant, le 30 avril 1871. Avec meurtre des femmes, préalablement violées, accompagné du carnage des bébés et enfants. A l’époque, ces « opérations » étaient planifiées non pas pendant la saison des mariages propices aux rassemblements, comme dans certains pays, mais durant les moissons où les hommes quittent leurs villages pour chasser. Assurer la réserve de viande fumée pour l’hiver.

Saccages et tueries, occasions de séances de liesse bénies par les évangélistes, célébrées par les médias. Déjà… Citons, The Arizona Miner :

« Hurrah pour les Rangers du Comté Yavapai ! Nous sommes heureux de constater que nos rangers ne s’embarrassent pas de faire des prisonniers parmi les meurtriers peaux-rouges. La coutume précédemment adoptée, même par notre armée, de capturer femmes et enfants parait en voie de disparition ». (5)

Pris entre marteau et enclume : grands féodaux espagnols devenus mexicains, et yankees affairistes au nord du Rio Grande. Dialoguer, signer des traités, échanger des promesses, ne suffisaient pas. Les chefs des communautés Apaches étaient sidérés. Leurs propos, d’après les témoignages historiques, exprimant le désarroi :

Mangus Colorado :

« Les Américains sont d’une race violente, prête à exterminer les Apaches pour voler leur terre. Faut-il se battre ou parler avec eux ?… ». (6)

Unojo :

« Les Américians nous ont pris nos champs de maïs et de blé. Que devons-nous faire ? ». (7)

Eskiminzin :

« … Ils doivent être fous. Ils ont agi comme s’ils n’avaient ni cervelle ni cœur … Ils doivent être assoiffés de sang. Ces gens écrivent dans les journaux et racontent leur propre version de l’histoire. Les Apaches n’ont personne pour raconter la leur. » (8) 

Inconscient collectif

La guerre civile entre le nord et le sud des USA (1861 – 1865) une fois terminée, tous les efforts du gouvernement américain ont été investis dans l’éradication, physique et culturelle, des peuples Indiens. Sans transition, c’était passer de l’angélique « lutte contre l’esclavagisme », à l’impassible génocide Indien. Rayer de la carte. Sur l’ensemble des territoires. Dans une guerre à outrance.

Les survivants étant déportés à des centaines de kilomètres de leurs lieux d’origine et parqués dans des « réserves ». Véritables camps de concentration. Loin de leurs terres de cultures, de chasses et d’échanges commerciaux. Economie brisée. Leur société pulvérisée, ne survivant que de la distribution de rations, d’aides, au bon vouloir de leurs geôliers.

De préférence dans des zones insalubres et propices à la propagation de maladies. Aujourd’hui, on parlerait sans l’avouer de « guerre bactériologique »… Visitant le Camp de concentration de San Carlos, le jeune Lieutenant Bretton Davis, encore imprégné de quelques principes humains, en est choqué :

« En été, une température de 44 degrés à l’ombre était considéré comme fraîche. En toute autre saison de l’année, des moustiques, des insectes inconnus infestaient le pays par millions ». (9)

Comme les autres peuples Indiens en lutte, les Apaches malgré une héroïque résistance ne vont pas échapper au sort fixé par les colons. A bout de ressources, Geronimo après des années de résistance, de fuites et de combats, se rend l’été 1886. Pourchassés par cinq mille hommes, le quart de l’armée des USA d’alors, et 3000 soldats mexicains.

Avec lui, ne survivaient plus que 34 hommes, femmes et enfants. Considérés et traités en « renégats ». Ils vivront la déportation sur des centaines de kilomètres, de camps de concentration en camps de concentration, près des forts ou des casernements. Entassés avec d’autres peuples, déportés d’autres territoires.

Leurs enfants, séparés de leurs parents, envoyés eux-mêmes dans le nord des USA, en Pennsylvanie. Dans des établissements religieux, forcés d’oublier leurs langues et coutumes dans l’apprentissage par cœur de La Bible. En bons petits sauvages qui doivent dire merci d’être élevés à « la civilisation ». Sous-alimentés, beaucoup meurent de tuberculose.

Déportation, enchaînés, au sud de l’Alabama, à Mt Vernon Barracks près de Mobile. Puis en Floride au bord des marécages et étangs insalubres du Golfe du Mexique à Fort Pickens, Pensacola. Plus loin encore. Toujours en Floride, mais sur l’Atlantique, à Fort Marion. Son exceptionnelle constitution permettra à Geronimo de survivre là où beaucoup des siens seront emportés par paludisme, tuberculose, sous-alimentation, épuisement, désespoir.

Symbole de la résistance héroïque de la Nation Indienne, les colons feront tout pour l’humilier, le diffamer, le ridiculiser, jusqu’à l’exhiber, alors âgé, comme une bête de zoo devant la « bonne société ».

Agé de quatre-vingt cinq ans, il meurt d’une pneumonie. Le 17 février 1909.

Rares sont ceux qui n’ont pas admis la calomnieuse propagande coloniale à l’encontre des peuples peaux-rouges. Courageusement, en 1884, le Lieutenant Bretton Davis en dénonçait l’argumentaire :

« En ce qui concerne la perfidie, les engagements non tenus, les mensonges, les vols, les massacres de femmes et d’enfants sans défense, et tous les autres crimes figurant au catalogue des actes de cruauté perpétrés par l’homme envers son prochain, l’Indien n’était qu’un simple amateur en comparaison du « noble homme blanc ». Il commettait des crimes au détail, nous en commettions en gros ». (10)

Etiqueter la mission d’assassinat d’un zombie du nom de Geronimo n’a pas simplement choqué les descendants des survivants du génocide de la Nation Indienne, quel que soit leur groupe ethnique, où il est immensément respecté de nos jours. (11) C’est un acte révélateur, une signature de l’inconscient collectif de la nomenklatura des USA.

Avec un double effet, fanatiquement stupide :

=> Accoler Geronimo au nom de « l’ennemi le plus méprisé » c’est avouer que le génocide de la Nation Indienne n’est pas encore reconnu, regretté, mais au contraire revendiqué inconsciemment dans l’expression d’un racisme viscéral.

=> Accoler Geronimo au nom de « l’ennemi le plus recherché », c’est reconnaître et lui attribuer un statut de « renégat », résistant, rebelle, insurgé. Et, non pas celui de simple criminel.

Témoignage du niveau d’abrutissement des ganaches belliqueuses, assimilant dans leur analphabétisme culturel le nom de Géronimo, héros d’une résistance, symbole de la lutte pour la liberté et la dignité d’un Peuple, à un règlement de compte entre services spéciaux…

« Justice est faite ! Bon boulot ! », clament les Droits de l’Hommiste ! Incantation reprise par la chorale des veaux…

CIA…

ACI : Apothéose du Cynisme Imbécile.

(1)  David Roberts, Nous étions libres comme le vent, De Cochise à Géronimo – Une histoire des Guerres Apaches, Albin Michel, Collection “Terre Indienne”, 1993, p. 13.
(2)  Superbe ouvrage, richement illustré : Colin F. Taylor & William C. Sturtevant, Les Indiens d’Amérique du nord, Editions Solar, 1992.

(3)  Le regard d’un anthropologue sur les Amérindiens du continent américain, nord et sud : Jack Weatherford, Ce que nous devons aux Indiens d’Amérique, Albin Michel, Collection “Terre Indienne”, 1993.
Consulter, aussi, un des meilleurs connaisseurs de la spiritualité et de la civilisation Indiennes des Grandes Plaines : Frithjof Schuon : http://www.frithjof-schuon.com/indians.htm

(4)  Jean-Louis Rieupeyrout, Histoire des Apaches – La fantastique épopée du peuple de Géronimo – 1520-1981, Albin Michel, 1987, p. 159.

(5)  Jean-Louis Rieupeyrout, Op. Cit., p. 163.

(6)  Jean-Louis Rieupeyrout, Op. Cit., p. 97.

(7)  Jean-Louis Rieupeyrout, Op. Cit., p. 178.

(8)  Jean-Louis Rieupeyrout, Op. Cit., p. 177.

(9)  Jean-Louis Rieupeyrout, Op. Cit., p. 193.

(10) David Roberts, Op. Cit., p. 293.

(11) Charles McChesney, Onondaga Nation leaders blast ‘Geronimo’ codename for Bin Laden, The Post Standard, 4 mai 2011, http://www.syracuse.com/news/index.ssf/2011/05/onondaga_nation_leaders_blast.html

url de l’article original:

http://stanechy.over-blog.com/article-geronimo-73423407.html