Archive pour COP21 escroquerie réchauffement climatique anthropique

Escroquerie du réchauffement climatique anthropique: Bidouillage et falsification des données… La grande saga du mensonge climatique continue !

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , on 26 janvier 2016 by Résistance 71

Dites au monde que 2015 est l’année la plus chaude depuis… 2010 !

 

JoAnne Nova

 

22 janvier 2016

 

url de l’article original:

http://joannenova.com.au/2016/01/hottest-shattering-year-since-the-last-one-five-reasons-it-was-not-hot-and-not-relevant/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Note de R71: Chaque point mentionné dans l’article ci-dessous a ses graphes propres. Consultez-les sur l’article original en anglais.

Tout le cinéma fait au sujet de points décimaux contestés dans des sets de données de températures hautememt ajustés de facteurs inutiles ne fait que montrer Ô combien non-scientifique est le débat public. Ce n’était probablement pas l’année la plus chaude de ces 150 dernières et même si cela était, quelle importance ? Cela ne nous dit rien sur la cause. (vous rappelez-vous lorsque la corrélation de cause à effet avait encore une importance pour un scientifique ?). Les forces naturelles comme le soleil et les nuages peuvent provoquer également des années chaudes. Même si elle était la “plus chaude” d’un court segment à bruits de fond, le monde a été plus chaud auparavant (et la vie sur terre resplendissait…) et les modèles (informatiques) du climat sont toujours faux. Si le CO2 était un gros facteur d’influence du climat, 2015 aurait dû être bien plus chaude.

  1. Ce n’était pas l’année la plus chaude. Les satellites ont une bien meilleure et plus vaste couverture de données, pratiquement sur la planète entière (au lieu de parkings, de pistes de décollages et comme les thermomètres de surface dûment sélectionnés). Les satellites disent que 1998 et 2010 furent plus chaudes. En tout cas, ces pinaillements sur des différences de “bruits de fond” ne sont juste que les signes que la route ne mène plus nulle part, ce qui est important est la tendance sur le long terme et les prédictions des modèles climatiques informatiques. (si les modèles fonctionnaient, les “scientifiques” n’auraient pas besoin d’aller faire un futile gala pour la galerie eh ?)
  2. 2015 fut un échec pour les alarmistes – pas assez chaude… Comparé à 1998, les modèles climatiques reconnus et utilisés par le GIEC disent tous que ce devrait être bien plus chaud que cela ne le fut. Nous avons eu un autre El Niño en 2015 et depuis 1998, les humains ont émis plus d’un tiers de toutes les émissions de CO2 de leur histoire dans l’atmosphère et pourtant 2015 fut plus fraîche que 1998 et 2010. Le CO2 ne pilote pas le climat.
  3. Il a fait bien plus chaud avant et pendant des milliers d’années, C’est normal. Même si 2015 avait été l’année la plus chaude des archives modernes (qui ont commencé en 1850), le monde a été plus chaud à plusieurs reprises ces 10 000 dernières années. L’Antarctique n’a pas fondu. La Grande Barrière de Corail a survécu ainsi que les ours polaires et les pingouins. Un climat chaud n’est pas une apocalypse et ce ne fut pas causé par le CO2.

Comprenez la façon dont les températures ont augmenté et ont chuté au Gröenland (voir le graphique sur l’article original). Les températures actuelles sont probablement similaires à la période chaude médiévale. Les pointes ici ne représentent que le Groënland, pas le monde entier, et ce qui se passe maintenant n’est pas du tout inhabituel.

  1. Où sont la cause et l’effet ? La dernière fournée de réchauffement climatique a commencé bien avant que le CO2 ait commencé à augmenter. Aucun des scientifiques ne peut expliquer pourquoi le réchauffement climatique a commencé près de 200 ans avant la première centrale électrique à charbon. Soit le charbon affecte le continuum de l’espace-temps, ou peut-être lisent-ils mal dans le marc de café ?
  2. Comme nous sommes dans une projection de réchauffement de 300 ans, il est inévitable que les données “les plus chaudes” en archives seront battues. Durant la seconde guerre mondiale nous aurions pu avoir les mêmes manchettes. Si vous étiez au monde de 1938 à 1948, vous auriez pu entendre parler d’environ cinq de ces records battus.
  3. Brisés? Quel sorte de scientifique est brisé parce que ce fut 1/10 de degré plus chaud que le dernier record ajusté, homogénéisé de zone moyenne ? Ils devraient être brisés de ne toujours pas pouvoir expliquer la pause dans le réchauffement, la période chaude médiévale (NdT: celle qui fut éliminée du fameux graphe tronqué de la “crosse de hockey”…), le petit âge glacier ou le hot spot manquant (inexistant).

Le professeur du MIT Richard Linzen dit que ces affirmations d’”année la plus chaude” sont une “pirouette sur du vent”

Thanks to Climate Depot:

“Et la preuve que l’incertitude est de l’ordre de 1/10 de degré est les ajustements qui sont en train d’être effectués. Si vous pouvez ajuster la température de 2/10 de degré, cela veut dire qu’il n’y avait pas de certitude à 2/10 de degré”, a t’il ajouté.

“Les 70% de la surface de la planète sont constitués d’océans, nous ne pouvons pas mesurer très bien ces températures. Elles peuvent être fausses de la moitié d’un degré, d’un quart de degré. Même 2/10 de degré de changement serait peu mais 2/100 est ridicule. Quiconque commence à croasser au sujet de ces chiffres montre qu’ils pirouettent le truc sur rien du tout.”

Les choses que les médias ne nous dirons pas

 Joe Bast, Heartland Institute

Bast:

“La grande nouvelle ne dit rien de l’enquête en cours du congrès sur la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), prouvant que la NOAA a falsifié ses données de températures. Aucune mention que les données de station de surface ne sont actuellement pas globales et sont connues pour exagérer la tendance au réchauffement. Elle sont contredites par les véritables données satellites globales, qui sont à leur tout validée par les données recueillies par les ballon sondes. Dire que “l’archivage des données fiables globales a commencé en 1880”, met le début de la collection des données juste à la fin du petit âge glaciaire, n’est-ce pas bien utile ? James Taylor de Heartland Institute a essayé d’immuniser la presse du virus en provenance de la NOAA avec un article la semaine dernière dans le magazine Forbes.com “2015 n’était même pas de près la plus chaude année en archive.”

COP21: Réveil anarchiste sur le capitalisme vert (de gris)… Hourra !

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 9 décembre 2015 by Résistance 71

Très bonne analyse de l’affaire du « changement climatique anthropique » publiée dans le numéro spécial COP21 du Monde Libertaire. Nous nous réjouissons de cette analyse d’autant plus que cela marque une espèce de tournant dans le courant anarchiste. En effet, depuis bien des années, les compagnes et compagnons ont toujours eu une tendance à sauter les yeux fermés dans le train écolo en marche, or tout ce qui est vert n’est pas pré bio, c’est bien connu… Il est bon de voir les yeux s’ouvrir et la fumée se dissiper pour qu’enfin l’agenda politico-économique se dévoile au grand jour. L’analyse ci-dessous descend profond dans le terrier du lièvre et lève un coin du voile jeté depuis bien longtemps sur cette supercherie climatique anthropique.

— Résistance 71 —

 

La géopolitique de la COP21 et le capitalisme vert

 

Philippe Pelletier

Groupe Makhno de la Fédération Anarchiste

 

Décembre 2015

 

Source: Le Monde Libertaire, Numéro Spécial COP21

http://www.mediafire.com/view/ftgewnkyo938z0a/Anti+cop+21.pdf

 

L’objectif proclamé de la COP 21 est de

« lutter contre le réchauffement clima-

tique ». Mais qu’en est-il réellement ?

Du « refroidissement global »

au « réchauffement global »

La COP 21 s’appuie sur le GIEC qui,

comme son nom l’indique (Groupe

Intergouvernemental sur l’Evolution du

Climat), est un organisme politique, lequel

demande des expertises à des savants de

son choix. Or, contrairement à ce qui est

régulièrement avancé, il n’y a pas consen-

sus scientifique sur la question climatique.

Et les désaccords ne se situent pas sur les

mêmes plans, ce qui rend le dossier d’au-

tant plus complexe.

Le seul constat partagé par tous les

savants est l’augmentation du CO2 dans

l’atmosphère depuis un siècle. Tout le

reste n’est qu’hypothèses et difficultés

d’interprétation. Le rapport entre CO2 et

effet de serre additionnel n’est pas simple.

Dans les années 70, des scientifiques

(Stephen Schneider, John Holdren, l’Aca-

démie nationale des sciences améri-

caine…) annonçaient qu’un nouvel âge

glaciaire était proche  : le global coo-

ling. A l’époque, on observait en effet

un refroidissement des températures dans

certaines régions de l’hémisphère boréal

(de 1940 à 1973, en gros). Holdren, qui

deviendra le « conseiller scientifique et

technologique en chef » du président

Obama, admet désormais le global war-

ming, mais il n’a pas varié sur un point :

son soutien à l’électro-nucléaire.

Pas d’uniformité et des situations

géographiques contrastées

La réalité de ce « réchauffement global »

est complexe. Même l’élévation du niveau

des océans est sujette à interrogation.

Au-delà des problèmes de mesure et

d’interprétations, il ne faut pas perdre de

vue que nous sommes dans un système

concurrentiel – le capitalisme – et que la

compétition (pour les budgets, la noto-

riété, l’oreille du politique…) est égale-

ment vive entre savants, lesquels sont

réciproquement instrumentalisés par la

politique et la géopolitique.

L’avant-garde du capitalisme vert :

le Club de Rome

À la fin des Trente Glorieuses, l’avant-

garde de la bourgeoisie comprend qu’il

ne faut pas scier la branche écologique

sur laquelle sont assis ses profits. Elle

mène dès lors une campagne active

pour influer sur les politiques de gestion

des ressources, en appuyant l’idée d’une

gouvernance mondiale – dont elle serait

évidemment le principal prescripteur –, et

via une sensibilisation des masses à coups

de catastrophisme.

Le Club de Rome deviendra une de ses

plateformes d’action privilégiées. Fondé

en 1968, ses membres ne sont pas de

doux écologistes, de gentils natura-

listes ou de farouches révolutionnaires,

mais des dirigeants de haute volée. On y

compte des industriels, des diplomates, le

secrétaire de la Communauté Européenne

Charbon-Acier, l’un des fondateurs de la

Trilatérale, le responsable français de la

Commission des Opérations de bourse…

Oligarchie cooptée et non démocra-

tique, le Club de Rome fonctionne avec

d’autres clubs du même genre (Trilatérale,

Groupe Bilderberg, Forum de Davos…). Ils

agissent, très ouvertement, dans le sens

de leurs seuls intérêts  : ce sont tous de

farouches partisans de l’électro-nucléaire.

Et comme le nucléaire est faiblement

producteur de gaz à effet de serre, si on

promeut la théorie d’un réchauffement

global – en médiatisant les travaux des

scientifiques qui soutiennent cette

thèse ou, comme le GIEC, en finançant

leurs travaux.. –, on peut légitimer et pro-

mouvoir le nucléaire…

Bert Bolin, météorologue suédois, premier

président du GIEC fondé en 1988 grâce

au G7 était un défenseur acharné du

nucléaire. Avec son ami Maurice Strong,

premier président du PNUE (Programme

des Nations-Unies pour l’Environnement),

comme lui membre du Club de Rome,

il participe à la Commission Brundtland

(1987) qui, outre le « développement

durable », entérine le global warming.

La bataille pour les énergies

et la puissance industrielle

La problématique du secteur nucléaire

et celle du secteur pétrolier ne se super-

posent pas, ni géographiquement, ni

politiquement, ni géopolitiquement, en

fonction des gisements, des stratégies

techno-industrielles et des enjeux milita-

ro-diplomatiques. Cela rend sa géogra-

phie complexe, et nous éloigne de toute

explication simpliste (théories du com-

plot, les Américains contre les Chinois,

les méchantes multinationales contre les

gentils écologistes, etc.).

Les États-Unis constituent le grand ter-

rain d’affrontement entre les compagnies

pétrolières historiques et les nouveaux

venus de l’électro-nucléaire, d’où les hési-

tations analytiques aussi bien chez les

scientifiques que chez les dirigeants poli-

tiques. Mais la situation change déjà avec

l’exploitation des gaz de schiste. La Chine

productrice de charbon et importatrice de

pétrole ne fait pas du nucléaire une prio-

rité et investit massivement dans les éner-

gies renouvelables

Des trois grandes puissances ancienne-

ment industrielles de l’Union européenne,

deux sont pro-nucléaires (la France et le

Royaume-Uni), l’autre non (l’Allemagne).

Des pays ont renoncé au nucléaire (outre

l’Allemagne : la Suède, la Confédération

helvétique, l’Autriche, l’Italie). Un cherche

son chemin de Damas (le Japon)…

Autrement dit, l’enjeu climatique qui

oppose l’industrie nucléaire et l’industrie

pétrolière, les anciens pays industrialisés

et le pays « émergents » fait s’affronter des

firmes multinationales entre elles (parfois

provenant du même pays), des secteurs

politiques à l’intérieur d’un même pays ou

entre États rivaux.

L’entrée en bourse du marché du car-

bone et les échanges géopolitiques de

quotas de gaz à effet de serre alimentent

la machine du  capitalisme vert. Le pro-

metteur secteur des énergies renouve-

lables qui s’y ajoute est traversé par les

batailles technologiques et les conquêtes

de marché.

Le succès ou l’échec des sommets inter-

nationaux consacrés au climat comme

la COP  21 doit être jugé à l’aune de ce

contexte.

À bas le capitalisme vert

Le Club de Rome, le GIEC et la COP 21

prônent le principe d’une gouvernance

mondiale appuyée sur des experts, non

démocratiquement élus, sinon indirec-

tement par des systèmes pyramidaux de

délégations de pouvoir, et fonctionnant

en réseaux consanguins.

Cette gouvernance constitue ce qu’il faut

bien appeler « l’écolocratie » ou « l’écolo-

crature ». Elle ne vit que grâce aux sub-

sides et aux ambitions de pouvoir, poli-

tique ou symbolique. Ses armes sont bien

connues : simplification démagogique et

abêtissante des faits, rhétorique de peur

et de culpabilisation, mélange de vraies

problématiques et de faux diagnostics,

catastrophisme.

Il serait pour le moins curieux que les

libertaires marchent dans cette vaste com-

bine… Il ne s’agit pas de se battre pour le

climat, mais contre ce système, de rompre

avec le capitalisme et son monde.

 

Philippe Pelletier

Groupe Makhno

Fédération anarchiste

Auteur de Climat et capitalisme vert (Nada éditions)

COP21: Mort d’une ordure

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 8 décembre 2015 by Résistance 71

Pour la très vaste majorité des gens, le nom de Maurice Strong n’évoquera strictement rien. Il n’en va pas de même de nos lecteurs puisque son nom a été mentionné à plusieurs reprises sur ce blog. Ce Canadien élitiste, escroc et eugéniste, milliardaire, protégé de David Rockefeller, fondateur et premier PDG de Petro Canada, est l’instigateur de l’escroquerie planétaire du réchauffement climatique anthropique a l’ONU. Fondateur et ancien président de l’UNEP, il a été de tous les coups foireux, de toutes les escroqueries possibles au sein des entreprises pétrolières qu’il dirigea, tout comme à l’ONU. Il a obtenu son bâton de maréchal de l’escroquerie en détournant près d’un million de dollars du programme onusien pour l’Irak « pétrole contre nourriture ». En cavale non médiatisée depuis, il a trouvé refuge en Chine où il est demeuré sans aucun doute très actif pour le développement du Nouvel Ordre Mondial dont la Chine fait partie puisque son modèle politique ultra-coercitif en est le maître étalon. Gardons néanmoins présent à l’esprit que le système est au-delà des hommes qui le créent et que même mort Strong, Rockefeller, Rothschild et toute la cabale oligarchique demeurent des dangers permanents pour l’humanité. La lutte n’est pas contre les hommes mais contre le système qu’ils ont créé. C’est le système qu’il faut abattre, une fois fait, les humains reviendront à la raison pourvu qu’il soit impossible de retourner à l’ancien régime étatique de division et de contrôle.

Mort d’une ordure élitiste donc, un de plus en moins ! 

— Résistance 71 —

 

Lire: COP21… Mort d’une ordure (suite)

 

Maurice Strong est mort, mais son héritage dévastateur va lui survivre

 

Tim Ball

 

2 Décembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.therebel.media/maurice_strong_is_dead

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Je ne crois pas au fait de ne pas dire du mal des morts.

Si des gens étaient mauvais vivants, ils ne le sont pas moins morts. Leur capacité à nuire simplement diminue de beaucoup, mais ce qu’ils ont fait dans leur vie demeure et blesse longtemps après leur trépas.

Maurice Strong est décédé à la veille quasiment de la conférence de Paris sur le climat COP21 (NdT: Il avait 86 ans). Je ne sais pas où il est mort, bien que ce fut vraisemblablement en Chine où il avait trouvé refuge. Il a vécu là-bas parce que, comme Pierre Trudeau (NdT: ancien PM canadien et père du nouveau PM canadien Justin Trudeau), il avait une véritable admiration pour Mao Zedong et l’hybride politique actuel qu’est le communisme avec le capitalisme que j’appelle le Capitalisme d’État.

Sa tante, Anna Louise Strong, fut une conseillère de Mao alors que son règne de terreur et de massacre était en cours. En 1953, Strong, comme Pierre Trudeau, visita la Chine communiste. Il y vécut aussi à la fin de sa vie à cause de son implication dans une escroquerie du programme “pétrole pour nourriture” entre l’Irak de Saddam Hussein et l’ONU. Il existe une photocopie d’un chèque de près d’un million de dollars émis à son nom.
(voir la copie du chèque dans l’article original)
Les leaders du monde sont rassemblés pour perpétuer l’agenda (pseudo) socialiste que Strong a établi utilisant l’environnement et le dogme sur le changement climatique anthropique comme Cheval de Troie.

Il a créé le Programme de l’Environnment de l’ONU ou UNEP qui à son tour à produit l’Agenda 21 et la fausse science climatique gérée par le GIEC ou IPCC.

L’affirmation que le CO2 humain cause le changement climatique est sans doute le plus grand mensonge de l’histoire.

Comme Elaine Dewar l’a expliqué dans son livre Cloak of Green écrit après avoir passé 5 années avec Strong à l’ONU:

Strong a utilisé l’ONU comme un tremplin pour vendre une crise mondiale sur l’environnement et l’agenda de la gouvernance mondial (NdT: alias le Nouvel Ordre Mondial)

Strong n’est pas seul à avoir participé à cet agenda de manipulation sur l’environnement et le climat à des fins politiques ; Dewar avait pour intention d’écrire un livre louant les écologistes canadiens comme Strong, Suzuki et Elizabeth May. Des recherches très approfondies révélèrent qu’ils étaient bien plus manipulateurs, contrôleurs et avocats d’un agenda politique qu’ils ont poussé bien plus que les gens qu’ils attaquent pour faire la même chose.

Dewar a consacré 20% du livre à Maurice Strong et il est vraiment terrifiant de constater le niveau de contrôle qu’il fut capable d’exercer. Obama et Trudeau sont déterminés de faire de cette conférence de Paris l’établissement de son agenda de gouvernance mondiale (NdT: par le contrôle des nations au moyen de la taxe carbone et de la limitation des émissions de CO2, qui n’ont rien à voir avec un quelconque réchauffement planétaire lorsqu’il a lieu, car n’oublions pas que les données de terrain montrent qu’il n’y a pas eu de réchauffement planétaire de la surface depuis plus de 18 ans et demi… Depuis l’an dernier sévit El Niño, qui réchauffera bien sûr la planète de manière NATURELLE…) Au Canada, les Ontariens souffrent de l’héritage languissant du plan énergétique que Strong a introduit lorsqu’il fut président d’Ontario Hydro. (NdT: Strong, protégé de Rockefeller dès l’àge de 17 ans, fut un des fondateurs et premier PDG de Petro Canada et a trempé dans les magouilles politico-pétrolières toute sa vie. A l’ONU, il détourna de l’argent du programme onusien avec l’Irak “pétrole contre nourriture”.)

Le premier ministre de la province d’Alberta (NdT: là où sont localisés les tristement célèbres sables bitumeux et leur exploitation) Notley a introduit un plan similaire et Justin Trudeau, le nouveau premier ministre canadien, a annoncé une politique similaire à l’échelle nationale. L’aveugle menant l’aveugle dans des politiques qui échouent partout où elles sont appliquées. Ironiquement, Obama clâme que le changement climatique (anthropique) est une plus grande menace que le terrorisme (NdT: que lui et l’occident soutiennent…). Il a raison, mais pour la mauvaise raison. L’utilisation de la politique contre le changement climatique afin de détruire les économies mondiales (ou ce qu’il en reste) va tellement les affaiblir, qu’elles ne pourront plus combattre le terrorisme (NdT: qui est l’arme de destruction massive introduite dans les nations pour mettre les peuples à genoux et les forcer à accepter la solutiuon toute prête de l’état policier mondial…).

En France, dans le pays de Voltaire, ces leaders mous sont facilement trompés parce que l’agenda de Strong est en accordance avec le leur., mais ils vont donner raison à Voltaire qui disait que “Ceux qui peuvent vous faire croire a des absurdités peuvent vous faire commettre des atrocités”. Non, je ne laisserai pas partir tranquillement Maurice Strong. Il est plus que nécessaire de mettre au grand jour sa vie destructrice dans toute sa splendeur manipulatrice et horrifique:

Une vie à exploiter le paradigme nécessaire de l’environnementalisme pour un agenda politique qui échoue dès que et où qu’il soit essayé. Répéter une action qui échoue et toujours en attendre un résultat différent est une des définitions de l’insanité dit-on. La conférence de Paris est une insanité orchestrée par Maurice Strong.

Quelque part, je suis un peu réconforté de savoir que ce Strong est dans un endroit où il va véritablement cette fois-ci, faire l’expérience d’une chaleur très intense et dévastatrice…

 

 

« L’Arnaque du Climat »… Un documentaire en première à Paris durant la COP21 au cinéma du Panthéon…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , on 2 décembre 2015 by Résistance 71

Un documentaire climato-sceptique qui verra sa première à Paris va faire tanguer la bateau du débat sur le climat

 

Climate Depot

 

30 Novembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.climatedepot.com/2015/11/29/skeptical-climate-documentary-set-to-rock-un-climate-summit-film-to-have-red-carpet-premiere-in-paris/

 

Le président Obama et les leaders du monde seront accueillis par un nouveau documentaire sur le climat qui fera sa première à Paris.

Le gala de la première et son tapis rouge pour le nouveau documentaire “Climate Hustle” (“L’Arnaque du Climat”) se fera au:

Cinéma du Panthéon, 7 décembre à 19h30

(Sorbonne, Paris) CFACT va tenir la première diffusion mondiale de son documentaire tant attendu du “Climate Hustle” durant un évènement sur invitation qui se tiendra à Paris durant la conférence, sommet international de l’ONU sur le changement climatique (anthropique) du COP21.

Ce documentaire donne la parole à plus de 30 experts et scientifiques mondiaux sur le climat, “Climate Hustle” étale toutes les preuves nécessaires qui dévastent totalement la grande peur orchestrée du réchauffement climatique (anthropique). Un invité du film, Marc Morano et fondateur de Climate Depot, une agence d’information sur l’affaire du climat, mène les spectateurs dans un voyage débusquant les faits, souvent sérieux, parfois hilarant, voyage empruntant le chemin du monde bercé de propagande des affirmations tenus sur le “changement climatique anthropique”.

Ce film est le tout premier documentaire sur le climat qui met en valeur les recherches et les avis de scientifiques qui ont changé de bord, passant du soutien au soi-disant “consensus” scientifique en faveur de réchauffement climatique anthropique, à une position sceptique sur la question. Le film donne aussi la parole à des scientifiques réputés “de gauche” et qui se sont également déclarés sceptiques à l’idée d’un réchauffement climatique dont les humains seraient les responsables, ainsi que des scientifiques travaillant avec l’ONU et qui se sont retournés contre la “science climatique tordue et déformée” de l’ONU.

Le président de CFACT, David Rothbart, producteur exécutif du documentaire déclare: “ClimaTe Hustle est le documentaire sur le climat le plus important depuis celui d’Al Gore “Une vérité inconvéniente”. Le film de Gore a déclenché une décennie de science bidon visant à faire peur. Le documentaire de CFACT désamorce les peurs engendrées et libère la voie pour un retour à une science carrée et un débat rationnel sur le sujet.”

Le journaliste d’audience nationale Cal Thomas dit de Climate Hustle que le documentaire est “géant” et ajoute: “quiconque croit encore au ‘changement climatique anthropique’ après avoir visionné ce documentaire a besoin du même type d’attention psychologique que l’on donne aux membres sortant des sectes.”

La climatologue de réputation mondiale, la Dr. Judith Curry du Georgia Institute of Technology, qui participe au documentaire, ajoute: “Le documentaire Climate Hustle est un antidote rafraîchissant et amusant aux pires affirmations alarmistes et des plus stupides au sujet du changement climatique et de l’impact que les gens entendent souvent en provenance des politiciens et des médias.”

La première du documentaire “Climate Hustle” se fera au cinéma du Panthéon, à côté de la Sorbonne, le Lundi 7 décembre 2015. Une cérémonie de “tapis rouge” avec réception et champagne s’y tiendra à partie de 19h30 avant le visionnage du documentaire. Le film est prévu de sortir dans les salles et en home video courant 2016.

A cause des places limitées, les médias acrédités qui souhaiteraient assister à l’événement doivent contacter par avance Mme Christina Norman de CFACT (contact ci-dessous avec numéro de tel en France). Marc Morano et quelques scientifiques clef du documentaire seront à la disposition du public peu de temps avant la projection à 19h00 et sont aussi à la disposition des médias pour tout entretien et commentaires avec la presse.

Le documentaire “Climate Hustle”, une production de CFACT, a été totalement financé par le soutien financier de quelques 1500 supporteurs de CFACT.

Pour plus d’information: www.ClimateHustle.com/press

CONTACT: Christina Norman (651) 724-4228 or +33 0641484842; cwilson@cfact.org

 

Escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique: COP21… Message et retour en arrière sur le ClimateGate 2009

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 30 novembre 2015 by Résistance 71

A lire sur Résistance 71: « Le mythe du réchauffement climatique anthropique ».

 

Un message pour le mouvement écologiste

 

James Corbett

 

Originellement délivré le 25 Novembre 2009 durant le ClimateGate

 

url de l’article (et vidéo) original:

http://www.corbettreport.com/a-message-to-the-environmental-movement-hd/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

A la veille de la conférence Cop21 de l’ONU à Paris, ce message, 6 ans plus tard, est toujours d’une vibrante et brûlante actualité et s’il l’est c’est parce que l’humanité ne s’est pas encore débarrassée de l’escroquerie du dogme du réchauffement climatique anthropique, depuis le ClimateGate de 2009, muté en “changement climatique” (l’anthropique étant maintenant sous-entendu…), ni n’est venue à bout du détournement du mouvement écologiste à des fins propagandistes et mercantiles. Rappelons-nous qu’à chacune des ces réunions sur le climat, il y a toujours cette étiquette “d’urgence, de fin du monde”… toujours depuis toutes ces années, on nous dit que “c’est la réunion de la DERNIERE CHANCE” pour la planète. La peur, encore la peur manipulatrice… Cela ne vous rappelle rien dans le contexte actuel ?… Le fonctionnement est toujours identique et suit la bonne vieille recette dialectique hégelienne: Action-Réaction-Solution (déjà toute prête, puisque les phases action et réaction ont été pilotées de l’intérieur…)

~ Résistance 71 ~

 

Je suis James Corbett du corbettreport.com et je viens aujourd’hui vous délivrer un message.

A vous les écologistes, à vous les activistes de l’environnement.

A vous qui avez regardé avec anxiété les façons dont le monde autour de nous a été ravagé dans la poursuite du dollar tout puissant.

Vous qui êtes préoccupés de l’état de la planète que nous allons laissée à nos enfants et à nos petits-enfants et à ces générations encore non –nées.

Ceci n’est pas un message de division, mais un message de coopération.

Ceci est un mesage d’espoir et de pouvoir décisionnaire, mais il nous demande de regarder en face une vérité difficile et inconfortable:

Votre mouvement écologiste a été détourné, usurpé par ces mêmes intérêts commerciaux et financiers que vous pensiez combattre.

Vous vous en doutiez un peu sans doute depuis des années.

Vous avez d’abord observé avec espoir et enthousiasme alors que votre mouvement, votre cause, votre message commençaient à se répandre, qu’ils commençaient à être repris par les médias et qu’on lui donnait de plus en plus d’attention, alors que de plus en plus de conférences étaient organisées et que les idées pour lesquelles vous vous étiez tant battues commencèrent à émerger nationalement, puis internationalement.

Vous avez observé avec un certain malaise grandissant alors que le message était simplifié. D’abord il devint un slogan. Puis il devint une marque. Bientôt il ne fut plus qu’une étiquette attachée aux produits. Les idées pour lesquelles vous vous étiez battues vous revenaient sous forme de produits, pour un bénéfice financier.

Vous avez continué à observer avec un malaise grandissant alors que le message devenait une litanie et non plus un argument, qu’il était porté comme une mode plutôt que de provenir de quelque chiose émanant de la conviction d’une compréhension.

Puis vous n’avez plus été d’accord pour certains d’entre-vous, lorsque les slogans puis la science, furent imbécilisés. Lorsque le gaz carbonique devint le point de focalisation ultime et que ce CO2 fut mené jusqu’à une cause politique. Bientôt, il n’en fut plus que la seule cause.

Vous saviez qu’Al Gore n’était pas un scientifique, que ses preuves étaient factuellement incorrectes, que le mouvement avait été pris en charge par une cause qui n’était pas la votre, une cause qui se fondait sur des croyances que vous ne partagiez pas et proposait des solutions que vous ne vouliez pas. Cela atteignit un point de non retour lorsque vous vîtes que les solutions proposées n’étaient pas du tout des solutions, lorsqu’ils proposèrent de nouveaux impôts et de nouveaux marchés qui ne serviraient à terme qu’à remplir leurs poches.

Vous saviez que quelque chose clochait lorsque vous les vîtes argumenter pour un plan de “plafond et d’échange” (de crédits carbones), “cap and trade” proposé par Ken Lay (NdT: l’escroc criminel du scandale d’Enron aux USA), quand vous vîtes Goldman Sachs se positionner pour chevaucher la nouvelle bulle financière du commerce du carbone (NdT: dont Al Gore et l’escroc patron du GIEC Patchauri avaient investi dans la “bourse du carbone” le fameux CCX ou “Chicago Carbon Exchange”…), lorsque la poussée du mouvement devint une manière de faire du fric, d’en dépenser ou d’en trouver de cet état de panique.

Votre mouvement a été complètement détourné.

Vous avez dû comprendre la première fois que vous avez lu le livre de 1991 du Club de Rome: “The First Global Revolution”, qui disait:

En cherchant un ennemi commun contre lequel nous pourrions nous unifier, nous en sommes venus à l’idée de la pollution, de la menace d’un réchauffement climatique, de pénuries d’eau, de famines et de catastrophes de cet acabi. Dans leur totalité et interactions, ces phénomènes constituent une sorte de menace commune qui doit être confrontée collectivement. Mais en désignant ces dangers comme ennemis, nous tombons dans le piège dont nous avons déjà parlé à nos lecteurs, c’est à dire celui de prendre les symptomes pour les causes. Tous ces dangers sont causés par l’intervention humaine dans les processus naturels et ce n’est que par le changement d’attitude et de comportement que nous pourrons les circonvenir. Le véritable ennemi devient alors l’humanité elle-même.

Et quand vous avez regardé la liste des membres de ce Club de Rome (NdT: fondé par David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski…) , que vous avez appris au sujet de l’eugénisme, des liens des Rockefeller avec le Kaiser Wilhelm Institute et la pratique d’un crypto-eugénisme et de la montée de la peur de la surpopulation (malthusianisme) ainsi que de l’appel élitiste après élitiste après élitiste, pour limiter la population mondiale ; vous avez pourtant toujours voulu croire qu’il y avait quelque vérité là-dedans, quelque chose de véritable dans cette obsession à sens unique habitant ce mouvement écologique détourné par le dogme du réchauffement climatique anthropique.

Maintenant en ce mois de novembre 2009, les derniers doutes que vous pouviez avoir sont tombés.

La semaine dernière, quelqu’un de l’intérieur a fuité des documents internes et des courriels du Climate Research Unit (CRU) de l’université d’East Anglia (NdT: le nid des cadors du GIEC) et a mis les mensonges au grand jour, ainsi que la manipulation et la fraude se cachant derrière les études qui ont démontré de manière supposée un réchauffement de 0,6°C de réchauffement ces dernières 130 années, ainsi que le graphique dit de la “crosse de hockey” qui devait montrer un soi-disant réchauffement sans précédent dans notre époque (NdT: graphe qui a été prouvé manipulé puisqu’élimant sciemment la période chaude médiévale) et l’avertissement alarmiste d’un désastre climatique imminent.

Nous savons maintenant que ces scientiffiques avaient écrit des notes de programmation dans le code source de leurs propres modèles climatiques admettant que les résultats avaient été manuellement ajustés.

Nous savons maintenant que les valeurs furent ajustées pour se conformer aux désirs des scientifiques et ne représentaient pas la réalité.

Nous savons maintenant que le processus de révision par les pairs (peer review process) a été perverti jusqu’à exclure ces scientifiques dont les travaux critiquaient les résultats (du CRU).

Nous savons maintenant que ces scientifiques exprimaient des doutes en privé au sujet de la science qu’ils clâmaient publiquement être établie et sans discussion possible. Nous savons maintenant en bref, qu’ils mentaient. On ne sait pas ce qui résultera de tout cela, mais il est évident que les retombées seront substantielles (NdT: ce scandale est passé à la trappe, aucun merdia n’a bien sûr relayé, l’omerta a prévalu.. même si cela a eu un impact dans la communauté scientifique, bien mois sur les opinions publiques. Voir nos archives sur le ClimateGate remontant à 2010: https://resistance71.wordpress.com/?s=climategate )

Néanmoins avec cette crise vient une opportunité, celle de recapturer le mouvement écologiste que les financiers ont volé aux peuples.

Ensemble, nous pouvons demander une enquête complète et indépendante sur tous les chercheurs dont le travail a été impliqué dans l’affaire du CRU. Nous pouvons demander une réévaluation complète de toutes ces études et de leurs conclusions qui ont été mises en question par ces révélations ainsi que la révision de toutes les politiques publiques qui furent fondées sur ces études frauduleuses.

Nous pouvons établir de nouveaux standards de transparence pour les scientifiques dont le travail est financé par les contribuables et dont les résultats affectent les politiques publiques environnementales, de façon à ce que tout le monde ait accès de manière égale à toutes les données utilisées pour calculer ainsi que tous les codes source utilisés par tous les programmes informatiques utilisés pour nodeler ces données.

En d’autres termes, nous pouvons réaffirmer qu’aucune cause ne vaut la peine d’être soutenue si elle implique le mensonge et la falsification pour sa propagation.

De manière encore plus importante, nous pouvont reprendre le contrôle du mouvement écologique.

Nous pouvons commencer à nous concentrer sur des questions sérieuses qui doivent être posées au sujet par exemple de l’ingénierie génétique et la technologie des espèces hybrides, des organismes génétiquement modifiés et de ces nouvelles encore jamais vues protéines, qui sont làchées dans notre biosphère dans le cadfre d’une expérience géante qui menace le génome même de toute vie sur cette planète.

Nous pourrons nous tourner vers les causes environnementales de l’explosion de cancers et de la baisse dramatique de la fertilité et de la fécondité humaines ces 50 dernières années, incluant l’influence des BPA dans nos plastiques et des anti-androgènes dans l’eau potable. Nous pouvons examiner les agences régulatrices qui sont contrôlées par les mêmes corporations qu’elles sont supposées observer et contrôler.

Nous pourrons commencer à nous préoccuper sérieusement de l’uranium appauvri (utilisé sur les champs de batailles) et du largage de déchets toxiques dans nos rivières et à tous ces problèmes que nous savions être une grande partie du mandat aloué au véritable mouvement environnementaliste et écologiste.

Ou nous pouvons, comme certains l’ont fait, nous avilir dans la politique politicienne. Nous pouvons décider que les mensonges sont OK pourvu qu’ils soutiennent “notre côté”. Nous pouvons défendre les actions répréhensibles des chercheurs du CRU et nous rassembler autour du drapeau vert qui a été capturé par l’ennemi depuis bien longtemps.

C’est une décision simple à faire, mais une qui doit-être faite rapidement, avant que l’argument puisse être pirouetté et que l’environnementalisme retourne à son business habituel.

Nous sommes à un carrefour de l’histoire et ne vous y trompez pas, l’histoire sera le juge final de nos actions. Je vous laisserai aujourd’hui avec une simple question: De quel côté de l’histoire voulez-vous vraiment être ?

Pour le Corbett Report, je suis James Corbett émettant depuis le Japon occidental.

Escroquerie du réchauffement climatique anthropique: çà sent le gaz pour le COP21 de Paris !…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 8 novembre 2015 by Résistance 71

Semaine infernale pour les réchauffistes: Un consensus qui s’effrite, des données bien inconvénientes et une politique de rejet

 

Pierre Gosselin

 

5 Novembre 2015

 

url de l’article original:

http://notrickszone.com/2015/11/05/a-hell-week-for-global-warming-alarmists-crumbling-consensus-inconvenient-data-and-policy-rejection/#sthash.vB3anZlJ.dpbs

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Article connexe: L’escroquerie de la COP21 vue du territoire Mohawk

 

Pas une bonne semaine pour les alarmistes du climat. Trois évènements ont secoué leur mouvement et provoqué l’état d’urgence dans leur camp.

Poutine étiquette le réchauffement climatique une “fraude”

Le premier évènement, le président russe Vladimir Poutine, qui avait pour habitude de jouer le jeu sur ce problème, est sorti de sa réserve et a étiqueté la science du réchauffement climatique “une fraude”, qui fut inventée “pour restreindre le développement industriel”. D’après le New York Times, le scepticisme de Poutine est fondé sur les rapports de scientifiques russes qui ont effectué “un travail de recherche très, très extensif sur le sujet pour comprendre tous les aspects du débat sur le climat” et il est “clair que le climat est un système compliqué” et que “l’évidence apportée pour le besoin de ‘combattre’ le réchauffement climatique global n’est pas scientifiquement fondée.

Les mesures satellites de la NASA réfutent les modèles éhontés du PIK

Le second évènement est décrit dans le quotidien suisse en ligne du Tagesanzeiger qui présente un exemple vivide du pourquoi des personnes comme Poutine ne croient pas l’alarmisme climatique sauvage: Il y a un énorme fossé entre les projections du modèle du désastre provenant des instituts “majeurs” sur le climat et les observations de terrain elles-mêmes.

Le quotidien suisse commence en écrivant que le Potsdam Institute pour la Recherche sur le Climat (acronyme allemand: PIK) allemand projette que la calotte glacière de l’Antarctique occidental pourrait “rapidement se désintégrer” et causer une montée des eaux de plus de 3 mètres, le tout basé sur “leur propre modèle de simulations”, qui incorporent un “effet feedback”. Le quotidien écrit néanmoins que le PIK n’a pas été capable de donner “une raison pour la perte de stabilité en Antarctique occidental”. Le média en ligne présente de fait une théorie du PIK qui est un tissus de suppositions et est ultra-léger en données factuelles vérifiables.

Pour illustrer le manque total de consensus en regard de l’Antarctique, le Tagesanzeiger met en lumière la dernière étude de la NASA de Zwally et al citant Breitbart: “L’Antarctique ne fond pas, au contraire il s’étend”, et écrit que l’étude de la NASA “contredit complètement” les projections du modèle informatique du PIK. Le quotidien continue:

“Une étude satellite de la NASA nous raconte une toute autre histoire, Elle contredit un nombre d’autres études, qui sont essentiellement fondées sur des estimations brutes et des spéculations.”

La Pologne refuse de ratifier le traité de Kyoto à Paris

Le troisième évènement amenant de mauvaises nouvelles cette dernière semaine est que le nouveau président de la Pologne, Andrej Duda, refuse de prolonger le traité de Kyoto pour la Pologne jusqu’en 2020 et que ceci “bloque le processus de ratification” juste un mois avant le sommet climatique de Paris du COP21. Duda demande “une analyse plus détaillée de l’affaire climatique”, écrit dans une déclaration officielle:

“Lier la Pologne à un accord international qui va affecter l’économie du pays et les coûts sociaux que cela implique devrait demander une analyse détaillée des impacts légaux et économiques de l’affaire. Ces impacts n’ont pas été suffisamment expliqués.”

Greenpeace Pologne a appelé l’annonce de Duda “un mauvais signe” qui menace de faire caler le mouvement de l’Europe sur les limites d’émissions de CO2. Espérons-le !!

L’Asie va étendre ses centrales énergétiques au charbon

Les infos nous disent aussi que beaucoup de pays en voie de développement, surtout parmi les plus pauvres, ne prennent pas du tout la science climatique du PIK au sérieux. La Fondation pour une Politique sur le Réchauffement Climatique basée à Londres écrit que “En Asie juste pour cette année, les compagnies d’énergie construisent plus de 500 centrales au charbon supplémentaires, un millier au moins sont en cours de plannification…