Archive pour coopération militaire chine syrie

Guerre impérialiste en Syrie: La nouvelle donne chinoise ?… Qu’en penser ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 31 août 2016 by Résistance 71

Présentation et information très intéressantes de Thierry Meyssan sur la nouvelle donne moyen-orientale avec la Chine entrant potentiellement dans la danse en Syrie.

Le postulat de Meyssan est que la Chine entre du côté des “bons” contre les forces de l‘empire hégémonique et belliqueux anglo-américain et son armée mercenaire pseudo-djihadiste Gladio 2.0. On peut voir la logique si on se base sur le postulat que la Chine lutte contre l’empire anglo-américain…

Sous un autre angle, on peut se demander si c’est bien le cas. En effet, la création à Shanghaï de la Banque Asiatique pour l’Investissement en Infrastructure, la BAII représente plus une coopération avec la haute finance occidentale prédatrice et mortifère, les investissements de la Chine dans des terres étrangères, dans le rachat ar son entreprise d’état China Chem du géant des OGM suisse (et britannique) Syngenta, font que l’on pourrait au contraire penser que la Chine fasse de facto partie du projet de Nouvel Ordre Mondial…

Alors la question demeure: A quel jeu joue vraiment la Chine ? Tous les doutes sont permis et il convient de poser les bonnes questions, celles qui blessent parfois… Comme celles-ci par exemple: Comment Mao est-il arrivé au pouvoir ? Quel fut le rôle de la haute finance anglo-saxonne dans l’avènement du capitalisme d’état chinois passé et actuel ? Y a t’il convergence d’intérêts entre l’élite de la haute-finance occidentale et les pontes de la nomenklatura chinoise dont les familles contrôlent l’économie du pays ?

~ Résistance 71 ~

 

La Chine et la Syrie

 

Thierry Meyssan

 

30 août 2016

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article193078.html

 

Bien que l’on ignore ce qui a été véritablement convenu entre les armées chinoise et syrienne, l’existence d’un accord entre elles modifie à la fois le champ de bataille et l’équilibre des relations internationales. Alors que les services secrets anglo-saxons ont diffusé l’année dernière des intoxications farfelues sur ce même sujet, Thierry Meyssan établit le point des enjeux.

Bien que la visite en Syrie de l’amiral Guan Youfei (le responsable du nouveau département de la coopération militaire internationale chinoise) se soit située dans le cadre d’une prise de contact avec l’ensemble des pays de la région, elle a suscité l’inquiétude en Occident. Pour le moment, selon l’accord signé, l’Armée chinoise s’est juste engagée à former en Chine des militaires syriens du service de santé. Cependant, chacun a bien compris que cet accord cache autre chose car cela fait déjà quatre ans qu’une moitié des médecins militaires est formée en Chine. Bien que l’on ignore ce qui a été véritablement décidé, l’existence de cet accord marque un changement stratégique.

En effet, au cours des cinq dernières années, la Chine populaire s’est interdit toute forme de coopération qui puisse être interprétée par Washington comme une aide militaire. Elle a donc non seulement refusé de livrer des armes, mais aussi des matériels civils indispensables durant cette guerre, comme des détecteurs de tunnels.

Indépendamment de la très importante assistance économique de Pékin, chacun se souvient que la Russie avait identiquement conclu un accord avec la Syrie début 2012, préfigurant son assistance militaire trois ans et demi plus tard. La Chine se prépare-t-elle donc à se déployer aussi ?

Il est probable que la réponse dépendra de la rapidité du déploiement états-unien en mer de Chine et des provocations des alliés de Washington dans cette région.

L’intérêt de la Chine pour la Syrie date de l’Antiquité et du Moyen-Âge. La route de la soie traversait l’Asie centrale pour passer par Palmyre et Damas avant de bifurquer vers Tyr et Antioche. Il reste peu de choses de cette lointaine coopération commerciale, sinon la Pagode visible sur les mosaïques de la Mosquée des Omeyyades. Le président Xi a fait de la restauration de cette voie de communication (et de la création d’une seconde à travers la Sibérie et l’Europe) l’objectif principal de son mandat.

L’autre grand intérêt de Pékin est la lutte contre le Parti islamisque du Turkestan qui a rejoint al-Qaïda, puis Daesh. Il existe aujourd’hui un quartier ouïghour à Rakka et Daesh édite un journal spécialement pour ses membres.

Les membres de ce groupe se rattachent à l’Ordre des Naqchbandis, une congrégation soufie dont l’ancien Grand mufti de Syrie, Ahmad Kuftaru, fut maître. Des loges de cet ordre se sont rapprochées des Frères musulmans, en 1961, sous l’influence des services secrets anglo-saxons, CIA et MI6. Ils ont participé à la création de la Ligue islamique mondiale par l’Arabie saoudite, en 1962. En Irak, ils se sont organisés autour d’Izzat Ibrahim al-Douri et soutinrent la tentative de coup d’État des Frères musulmans syriens, en 1982. En 2014, ils ont fourni 80 000 combattants à Daesh. En Turquie, les Naqchbandis ont créé la Millî Görüş dont Recep Tayyip Erdoğan était un des responsables. Ce sont eux qui ont, dans les années 90, organisé aussi bien les mouvements islamistes dans le Caucase russe que dans le Xinjiang chinois.

Plus encore que les Russes, les Chinois ont besoin de renseignements sur cette filière et sur la manière dont Washington et Londres la contrôlent. Ils avaient cru à tort, en 2001, que les Anglo-Saxons avaient changé après les attentats du 11-Septembre et qu’ils collaboreraient avec l’Organisation de coopération de Shanghai pour lutter contre le terrorisme. Ils savent aujourd’hui que la Syrie est un authentique ami de la paix.