Archive pour complot guerre Iran

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: L’Iran montre les faiblesses de l’empire et change le rapport de force dans le monde

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 23 juin 2019 by Résistance 71

Tant qu’État et société marchande il y aura, coercition, force et oppression demeureront.
Il nous faut sortir, lâcher prise des antagonismes pour embrasser notre complémentarité dans la diversité. C’est le chemin vers la juste société des sociétés, l’émancipation finale pour parvenir à notre humanité achevée.

~ Résistance 71 ~

 

L’Iran a modifié le rapport de force dans le monde

 

Press TV

 

22 juin 2019

 

url de l’article original:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/06/22/599142/Iran-EtatsUnis-drone-Hezbollah-Hassan-Baghdadi-tigre-de-papier

 

Selon un membre du conseil central du Hezbollah libanais, l’Iran a pris en main l’initiative dans le règlement des crises dans la région. Grâce à ses politiques, il est devenu un pays capable de changer la conjoncture internationale à son avantage.

Le membre du Conseil central du Hezbollah libanais, Hassan Baghdadi, s’est dit agréablement surpris de l’attitude des dirigeants de la RII face à l’hostilité des États-Unis.

« La sagesse et le courage des autorités de la RII, notamment de l’Ayatollah Seyyed Ali Khamenei, ont renversé le rapport de force et ont stupéfié le monde entier », a déclaré Hassan Baghdadi.

« La RII prend l’initiative pour régler les crises dans la région », a déclaré le responsable du Hezbollah, cité par le site d’information Al-Ahed.

« Les dirigeants américains sont arrivés à cette conclusion qu’il est impossible de renverser la RII via les sanctions », a ajouté Baghdadi.

« L’impasse dans laquelle sont acculés les États-Unis et leurs alliés témoigne clairement de leur position chancelante, laquelle s’est encore aggravée après la destruction de leur drone par le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) », a-t-il précisé.

« Grâce à une politique sage, les dirigeants iraniens ont réussi à devenir un État puissant qui peut changer la donne internationale en leur faveur », a-t-il indiqué.

« L’Iran a montré au monde entier que les États-Unis ne sont qu’un tigre de papier », a poursuivi Baghdadi.

Le membre du Conseil central du Hezbollah libanais a achevé son discours en ces termes : « C’est pourquoi la décision à prendre est bien claire : ni guerre ni négociations à moins que les États-Unis ne reviennent sur leurs décisions erronées. Ils doivent revenir sur leurs politiques tyranniques. Le monde a changé. »

Info, intox et propagande… Les dessous de l’affaire de l’attaque des pétroliers japonais en Mer d’Oman

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 16 juin 2019 by Résistance 71


False flag pour guerre contre l’Iran ?

 

Résistance 71

 

16 juin 2019

 

Nous reproduisons ici deux articles de sources différentes concernant les dessous de l’affaire des pétroliers japonais transportant du pétrole iranien, attaqués en Mer d’Oman alors que précisément le premier ministre japonais était en visite officielle en Iran et convoyait un message de Trump au leader iranien Ali Khamenei dont la réponse était attendue. Il fallait une manœuvre de diversion pour l’étouffer, comme cela s’est déjà produit à maintes reprises dans le passé (cf second article ci-dessous).

Notre reprise de ces articles sert à mettre en garde contre la propagande coloniale occidentale à l’œuvre depuis un bon moment: il est évident que les banquiers de la City de Londres (et de sa succursale de Wall Street) ont décidé d’une guerre contre l’Iran: le dernier pays de la zone moyen-orientale à déstabiliser et à faire tomber (cf la discussion au Pentagone de ‘ex-général Wesley Clarke avant l’invasion de l’Irak en 2003…).

D’après le premier article: gageons que les Iraniens auront des choses à dire très bientôt sur cette affaire. Soit ils le feront publiquement, soit par le canal de derrière le rideau, mais le message ne pourra pas être étouffé en permanence.

On nous vend une salade propagandiste de diabolisation de l’Iran pour faire accepter aux opinions publiques occidentales la guerre à venir.
Cette guerre sera des plus meurtrières et plus personne ne sera à l’abri. Un conflit armé avec l’Iran mènera à la 3ème guerre mondiale tant désirée par les psychopathes aux manettes afin de relancer une fois de plus leur capitalisme et leur étatisme à juste titre moribonds sur la voie de leur obsolescence. L’état (théocrate) iranien n’est bien évidemment  en rien une panacée et comme tous les états, il disparaîtra pour laisser la place à une partie du grand tout de la société des sociétés humaine planétaire dans son grand triomphe sur l’imposture de la représentation marchande.
La Perse n’est entrée dans aucun conflit d’expansion coloniale depuis le XVIIIème siècle. Combien de guerre a t’elle dû mener pour se défendre en revanche des diverses invasions et tentative de contrôle ? La Perse, l’Iran n’est et ne saurait être l’agresseur. Nous le sommes, nous l’occident sous le joug anglo-américano-christo-sioniste avide de guerre, de pouvoir et d’expansion hégémonique, dans une phase historique touchant à sa fin programmée.

Tout cela touche à sa fin, fort heureusement. Il ne tient qu’à nous de REFUSER, en masse, le jeu qu’on veut nous faire jouer en commençant par refuser de gober la propagande qu’on nous balance au gré de nos merdias, nuit et jour sans discontinuer. Le but est de nous envoyer dans le prochain grand charnier planétaire qui fera passer les deux guerres mondiales précédentes pour des pique-nique au jardin public.

Ces deux articles ci-dessous sont emblématiques de notre enfumage total de l’information… Bonne lecture et gardons bon pied bon œil !…

Mise à jour: « L’Iran convoque l’ambassadeur britannique après l’incident dans le Golfe d’Oman »

 

 

-[]-[]-[]-[]-[]-

 

Attaque sur les pétroliers en Mer d’Oman: une découverte qui a semé la panique dans le camp américain…

 

Press TV

 

15 juin 2-19

 

url de l’article en français:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/06/15/598540/Ptroliers-inquitante-pice–conviction

 

Alors que les marins iraniens repêchaient le jeudi 13 juin les membres de l’équipage de deux super-pétroliers en mer d’Oman, ils découvrent une mine non-opérée collée au dessous de la coque de l’un des deux bâtiments.

Des commandos spéciaux iraniens ont été dépêchés sur place pour neutraliser l’engin. Une fois neutralisée la mine a été transférée en Iran pour une enquête plus approfondie alors qu’à peine deux semaines plus tôt, des Américains et leurs alliés menaient dans cette même zone des exercices de minage ou de déminage.

Peu de temps après cette opération de neutralisation et d’évacuation, une vidéo a commencé à faire le tour des médias mainstream, accusant l’Iran d’avoir miné les pétroliers!

Le concert de calomnie a aussitôt gagné la sphère des officiels américains: le secrétaire d’État, puis celui à la Défense et enfin Donald Trump, lui même, ont accusé l’Iran d’avoir planifié la double attaque de jeudi en se référant à la vidéo, qui, très curieusement, suscite chez tout observateur averti la question suivante: si l’Iran est l’auteur de l’attaque, comment se fait-il qu’il est le premier à voler au secours de l’équipage des deux pétroliers?

Pour plus d’une analyse, l’attitude américaine dans cette affaire est suspecte. Tout se passe comme si la découverte de la mine, sa neutralisation puis son évacuation en Iran inquiétaient certains milieux aux États-Unis car qui croirait que les Américains qui possèdent des dizaines de bases dans la région, et qui ont sous la surveillance satellitaire le moindre agissement naval auraient raté une opération de sabotage d’une si grande envergure. Une opération que CNN attribuait à l’explosion des mines tandis que Reuters mettait sur le compte des torpilles. Il est bien difficile de croire que les satellites américains puissent avoir loupé une si belle occasion pour jeter l’Iran à la vindicte publique si les « hommes grenouille iraniens » comme laisse supposer certaine presse outr-atlantique et israélienne, avaient effectivement miné les super pétroliers.

De quoi a peur l’Amérique? Selon les experts, l’engin découvert par les forces navales iraniennes risque de s’avérer bien compromettant pour les vrais auteurs des attaques en mer d’Oman .Cette pièce à conviction risque aussi de permettre aux enquêteurs iraniens de remonter le file et de mettre la main sur les auteurs des explosions de Fujaïrah le 12 mai. La hâte avec laquelle le président américain et ses lieutenants ont pointé de doigt l’Iran en dit long sur les dessous des attaques qui visent le transit libre de l’énergie dans le golfe Persique.

Lire plus: Explosions des pétroliers : qui profite de ces incidents ?

= = =

Une réunion au sommet historique entre le Japon et l’Iran éclipsée par une provocation orchestrée

 

Veterans Today (VT)

 

14 juin 2019

 

url de l’article original: 

https://www.veteranstoday.com/2019/06/14/meeting/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Depuis 1979, l’Iran a été dirigé par des leaders de haut niveau moral, spirituel et intellectuel… Des hommes dont la parole veut vraiment dire quelque chose. Peut-on en dire autant de nous ?…

~ Kevin Barrett ~

 

Details d’une réunion: la censure dans l’histoire

 

Nader Talebzadeh

 

La réunion entre le le leader de la RII et le premier ministre japonais le 13 juin avait une double signification. D’abord elle brisait la censure traditionnelle sur ce que le leader iranien en général a dit dans les trois dernières décennies. Le premier ministre portait vraisemblablement un message du président américain qui devait être entendu par le leader actuel.

Ici, la voix et la réponse étaient bien différents de ce que le président iranien et le ministre des affaires étrangères pourraient dire et en plus dynamique. Cela serait aussi un réveil pour le président américain qui reste généralement non informé des dessous de pratiquement tout ce qui se passe, que ce soit des affaires domestiques ou internationales. Secondo, le message en lui-même, c’est à dire qu’on ne peut avoir confiance dans le président Trump, point barre.

La lettre écrite ne fut pas reçue mais une présentation orale fut faite par le premier ministre. Le message fut bref. Pourquoi les Iraniens devraient ils faire confiance en un homme qui a remis en cause un accord [sur le nucléaire] qui prît tant de temps à mettre en place sur une durée de cinq ans ? La séquence fut enregistrée et éditée avec une attention particulière, pourtant la vaste majorité des journalistes du monde ne l’ont pas vue. Ceci est dû à la très longue tradition de censure quelque que soit les dires, remontant à il y a 30 ans lorsqu’il était président de l’Iran et fit ne apparition à la tribune de l’assemblée générale l’ONU.

Anecdote intéressante que personne n’a remarqué. Le 23 septembre 1987, le New York Times annonça comment un navire iranien fut prit la main dans le sac en train de miner les eaux occidentales du Golfe Persique. Il fut attaqué, trois marins iraniens furent tués et une vingtaine capturés. L’Iran nia toute malversation alors que le pays était en guerre contre l’Irak de Saddam Hussein et demanda ce que faisait là les Américains de toute façon ? Mais le point juteux et dramatique était celui-ci: pourquoi est-ce que l’hélicoptère d’attaque américain, qui selon la marine américaine traquait le vaisseau iranien depuis un bon moment, attaqua t’il à l’exact même moment où l’ayatollah Khamenei allait faire son discours à l’AG de l’ONU ? Ceci intervint à un moment crucial de la guerre contre Saddam que les Etats-Unis soutenaient totalement (NdT: n’oublions jamais que Saddam Hussein fut lui aussi, mis en place par la CIA en son temps…). Le président iranien allait parler sur le pourquoi les Américains étaient si volontaires à soutenir un tel cannibale.

Le discours à l’ONU de Khamenei fut totalement passé sous silence, il ne fut pas entendu. L’affaire du grand crime de l’Iran protégeant ses propres eaux territoriales contre une invasion étrangère éclipsa complètement le discours de l’ONU. “La main dans le sac” fut le titre de la Une de bien des médias aux Etats-Unis. La synchronisation de l’attaque et du discours à l’ONU est tout le sujet ici.

Ce scenario vient de se répéter il y a deux jours lorsque le leader japonais est venu rendre visite au leader iranien. Alors que les pourparlers étaient en cours, deux navires (japonais) transportant du pétrole iranien furent mystérieusement attaqués et les médias du monde entier ne se concentrèrent que sur cet évènement. Aucun détail de la réunion au sommet ne fit la Une des médias, ni ne fut discuté. Un écran de fumée venait de masquer la véritable histoire: la réponse du leader iranien à Trump.

Des épisodes similaires de censure se sont déjà produits contre le leader iranien et ce de manière répétitive sur d’autres sujets ; je n’en parlerai pas pour l’heure, mais l’affaire est des plus claires.

 

Politique et ingérence: Haro sur l’Iran est le mantra sioniste…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 7 avril 2013 by Résistance 71

Les menteurs professionnels s’en prennent à Téhéran

 

Le 5 Avril 2013

 

Pepe Escobar (Asia Times)

 

url de ‘article en français:

http://www.info-palestine.net/spip?article13398

 

 

Oncle Marx n’avait jamais pensé à cela : l’Histoire se répète comme seconde tragédie après d’abord avoir été une farce. Examinons un cas d’espèce.

Obama et Netanyahu : criminels et menteurs…

Tout d’abord, jetez un coup d’œil rapide sur cet article du Wall Street Journal daté de septembre 2002, au moment de la course hystérique pour envahir l’Irak.

Titre : The Case for toppling Saddam. Auteur : Benjamin « Bibi » Netanyahu – alors en dehors du gouvernement israélien.

Tout est là : un « dictateur qui est en pleine expansion de son arsenal d’armes biologiques et chimiques » et « qui est fébrilement à vouloir acquérir des armes nucléaires ». C’est bien sûr Saddam qui est l’égal d’Hitler. Tout y est : la représentation d’Israël (de facto une puissance nucléaire) comme victime impuissante de la « terreur » palestinienne, l’affirmation selon laquelle Saddam pourrait produire du combustible nucléaire « dans des centrifugeuses de la taille de machines à laver qui peuvent être cachés dans tout le pays – et l’Irak est un très grand pays », la promotion d’une « frappe préventive et unilatérale », la conclusion inévitable que « rien de moins que le démantèlement de son régime est nécessaire ».

Faisons un saut rapide de plus de 10 ans jusqu’à cette semaine en Israël. La scène : une conférence de presse du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (Bibi) lors de la visite du président américain Barack Obama. Tous ceux qui ont regardé cela en direct sur Al-Jazeera, du Moyen-Orient à l’Asie de l’Est, ont dû penser qu’ils observaient une scène de Retour vers le futur – mais franchement, l’acteur Michael J Fox au moins avait du charme.

Mais aucune séduction ici, c’était plutôt un curieux Retour des morts-vivants avec costard et cravate. Bibi et Obama ont tenu à souligner que le lien américano-israélien est « éternel ». En fait, Bibi a préféré souligner que les [inexistantes] armes nucléaires de l’Iran posaient une menace existentielle pour Israël. Il a répété maintes et maintes fois – et Barack Obama a été tout aussi catégorique – qu’Israël a le droit de faire n’importe quoi pour se défendre, et que sa sécurité ne serait sous la responsabilité de personne, pas même Washington.

Obama, pour sa part, a une fois de plus souligné que la politique officielle de Washington envers l’Iran n’était pas le confinement – mais d’empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire. Il a souligné que la « fenêtre d’opportunité » devenait plus étroite, et, bien sûr, que toutes les options étaient sur la table.

La pensée que le président des États-Unis (POTUS – President Of The United-States) ignore volontairement la soupe de lettres de ses propres agences de renseignement à propos de l’Iran, devrait faire lever les sourcils dans un monde sensé. Mais ceci n’a rien à voir avec la réalité, mais plus avec une émission de télé réalité trash.

Un rêve de colons

Les pouvoirs en place en Israël – malgré les avalanches de démentis des médias américains infestés de néocons – ont joué un rôle essentiel dans le déclenchement de la guerre en Irak. Ariel Sharon, à l’époque, se vantait que la coordination stratégique entre Israël et les États-Unis avaient atteint « des dimensions sans précédent ».

Bibi n’était qu’un rouage dans dans tout cet engrenage, comme Jim Lobe le détaille ici, citant les perles de Bibi dispensés en 2002 à un Congrès américain désinformé ou même carrément amnésique.

Chaque « officiel israélien » à l’époque n’avait de cesse de déclamer que Saddam n’était qu’à quelques mois de posséder l’arme nucléaire. La majeure partie des « informations » sur des armes de destruction massive présentées au Congrès et fidèlement reprises par les médias, a été filtrée si ce n’est pas entièrement fabriquée par les services israéliens du renseignement – ceci est dûment détaillé, entre autres, par Shlomo Brom, dans son étude sur un échec du renseignement, publié par le Centre Jaffee d’études stratégiques de l’Université de Tel-Aviv, en novembre 2003.

Bien sûr, cela n’avait aucune importance que les inspecteurs des Nations Unies n’aient trouvé sur le terrain aucune preuve d’un quelconque programme d’armement nucléaire. Bien sûr, cela n’avait pas d’importance que le beau-fils de Saddam, Hussein Kamel, qui avait fait défection en Jordanie en 1995, ait révélé aux inspecteurs des Nations Unies qu’il n’y avait pas eu la moindre arme de destruction massive depuis 1991.

Maintenant, c’est une double tragédie, en même temps qu’une double farce, et tout va recommencer. Pourtant, même les travailleurs népalais qui construisent les tours étincelantes à Dubaï savent que l’hystérie de Tel Aviv sur la soit-disant « bombe iranienne » est tactique et vise à détourner l’attention de l’implacable confiscation des terres et du nettoyage ethnique rampant en Palestine, et par conséquent de la totale impossibilité aujourd’hui d’une solution à deux États.

Ici, Jonathan Cook résume les détails de la configuration politique franchement effrayante en Israël après les dernières élections. Le site israélien Ynet a rapporté que les colons israéliens n’en peuvent plus de se réjouir de leur tout nouveau cabinet « de rêve ». Traduction : c’est le clou final dans le cercueil du « processus de paix » déjà mort et enterré.

Alors, voici une parabole moderne géopolitique qui aurait intrigué Esope. Bibi insulte publiquement POTUS. Il soutient sans vergogne Mitt Romney (c’est qui, celui-là ?) lors des élections présidentielles américaines. Il démolit le « processus de paix » avec un barrage de feu d’enfer « de faits établis sur le terrain » (avec pour les Palestiniens « les dommages collatéraux »). Il s’en tient à son seul et unique message : bombardez, bombardez, bombardez l’Iran. Et voici POTUS, en théorie le tout puissant Obama, avec son permis de tuer (toute une liste) mais qui se comporte comme un touriste de passage, et qui atterrit en Israël pour se prélasser dans la gloire de Bibi, avec sous le coude, sa liste de gens à assassiner.

Pas étonnant que la foule des enragés néocons israéliens et américains se gargarisent d’appels à bombarder l’Iran. Depuis plus de 10 ans, leur slogan est : « les vrais hommes foncent sur Téhéran ». La question est maintenant de savoir si POTUS aura quelque chose dans le pantalon qui lui permette de les regarder de haut..

 

* Pepe Escobar est l’auteur de Globalistan : How the Globalized World is Dissolving into Liquid War (Nimble Books, 2007) et Red Zone Blues : a snapshot of Baghdad during the surge. Son dernier livre vient de sortir ; il a pour titre : Obama does Globalistan (Nimble Books, 2009).