Archive pour communique kadhafi

Resistance a l’empire: Ce que la presse servile ne publie pas: La Jamahiriya parle aux Libyens… et au monde

Posted in actualité, France et colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, politique française, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 21 septembre 2011 by Résistance 71

Mouammar Kadhafi: “Le gouvernement de la Jamahiriya ne pourra jamais être défait”

 

Url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/Muammar-Gaddafi-Jamahiriya

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Voici un résumé de la déclaration enregistrée de Mouammar Kadhafi diffusée sur la chaîne de télévision syrienne Arrai le Mardi 20 Septembre:

“Tout le monde se doit de savoir que le gouvernement de la Libye est le gouvernement de la Jamahiriya, que le pouvoir appartient aux hommes et aux femmes des Conférences Populaires et du Comité Populaire de Libye. Ce gouvernement par les citoyens ne faillira jamais ni ne tombera. Il incarne les millions de Libyens et pour cette simple raison ne peut pas tomber. Quiconque dit que le gouvernement de Kadhafi est tombé est ridicule et un farceur. Kadhafi n’a pas de gouvernement, de la sorte son gouvernement ne peut pas tomber.

Kadhafi n’est plus au pouvoir depuis 1977, depuis que j’ai passé le pouvoir aux comités du peuple de la Jamhiriya. Quand 2 000 tribus se réunissent et déclarent que seul le peuple libyen représente la Libye, cela n’en dit-il pas assez long ?

Ceci est une réponse à l’OTAN qui a dit que le Conseil National de Transition de Benghazi représente le peuple libyen. Le peuple Libyen est ici et il est avec moi, personne ne peut nous représenter. Il n’y a ainsi aucune légitimité à quoi que ce soit ou quiconque d’autre, le pouvoir appartient au peuple. Tous les Libyens sont membres des comités populaires. Tout le reste n’est que mensonge.

Ce qui se passe maintenant en Libye est une farce qui ne peut avoir lieu que parce que l’OTAN nous bombarde, ce qui ne se produira pas indéfiniment. Quand ils partiront, les traîtres partiront aussi. Nous sommes prêts à mourir pour le pouvoir du peuple. Ceci est ce en quoi nous croyons et ce pour quoi nos martyrs sont tombés.”

Les remarques surviennent avant les premiers pourparlers entre le président américain Obama et Moustapha Abdel Gelil le président du conseil transitoire.