Archive pour colonialisme modèle apartheid canada

Mohawk Nation avec Gaza: Le modèle coloniale israélien est copié sur le modèle d’apartheid américano-canadien…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 19 juillet 2014 by Résistance 71

« En tant que partie intégrante de l’héritage de la lutte politique et culturelle de notre peuple, nous avons gagné en défiance, tenacité, et une incroyable capacité à endurer la souffrance. En conséquence, nous avons développé un courage moral et une patience exceptionnelle. »
~ Taiaiake Alfred, Ph.D, Mohawk ~

Cette citation du professeur Alfred s’applique aussi parfaitement au peuple palestinien dont le courage et la résilience est un modèle pour toute résistance au colonialisme. Puissions-nous nous en inspirer… car nous sommes tous des colonisés !

~ Résistance 71 ~

 

Gaza réserve palest’indienne !

 

Mohawk Nation News

 

18 Juillet 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/07/17/rez-gaza/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les templiers/sionistes ont envahi Jérusalem pendant la croisade chrétienne de 1099. Pendant 88 ans, en tant qu’échangeurs d’argent illégaux, ils saisirent le temple de Solomon et commirent débauche et brutalité envers le peuple palestinien indigène. Saladin, un général musulman, les vira. En 1192, ils arrivèrent en Crète. En 1307, ils furent définitivement mis hors-la-loi par le pape et le roi de France. Ils trouvèrent refuge en Suisse. Le drapeau suisse est toujours frappé de la croix des templiers.

Mille ans plus tard, les templiers, au travers de leurs associés anglais, retournèrent à Jérusalem et y créèrent Israël. Comme les profs d’histoire le disent: “Si vous ne connaissez pas l’histoire, vous la répèterez”. Ils tuent les Palestiniens tout comme ils l’ont fait tous les mille ans depuis qu’ils ont tué Jésus. Aujourd’hui, les Israéliens amènent leurs chaises longues et leurs salons de jardin pour regarder le massacre depuis les collines avoisinantes, applaudissant et criant lorsque des hommes, femmes et enfants palestiniens sont pulvérisés par leurs bombes. Comme les massacres d’Onkwehonwe (NdT: habitants de l’Île de la Grande Tortue ou Amérique du Nord) à Sand Creek, Wounded Knee, Black Hawk, Buffalo Creek, Trail of Tears, le chemin des larmes, le massacre de la vallée de l’Ohio par Washington et des centaines d’autres, les Israéliens confinent leurs Indiens dans des endroits exigus et pointent leurs “gattling guns” (NdT: les premières mitrailleuses) sur eux pour les faucher.

Les Etats-Unis ont légalisé l’assassinat en série en établissant cet état d’esprit sur l’Île de la Grande Tortue. Ils planifièrent d’exterminer tous les peuples indigènes. Aucun pays ne nous a défendu. L’histoire se répète en Palestine. Les Israéliens se livrent ouvertement à un génocide, diffusé dans les médias. Ils essaient de rendre le génocide légal avec le support du premier ministre canadien Harper et du président Obama. Le Canada et les Etats-Unis sont tous deux des entreprises commerciales fondées sur la légalisation du génocide (NdT: se référer à la “doctrine chrétienne de la découverte” entérinée par les bulles papale Romanus Pontifex et Inter Caetera de 1455 et 1493 et base de décisions de justice aux Etats-Unis, au Canada, en Australie en en Nouvelle-Zélande au XIXème et XXème siècles…).

Certains Israéliens ont la même passion pour assassiner des femmes palestiniennes. La stratégie était la suivante: “Tuer les femmes car ce sont elles qui ont les bébés indiens.” Avelet Shaked, du gouvernement israélien, appelle les Palestiniens “terroristes” et qu’ils devraient tous être tués. Elle appelle au massacre des mères palestiniennes qui donnent naissance “aux petits serpents”. Elles doivent mourir et leurs maisons doivent être démolies de façon à ne plus abriter d’autres terroristes. Elle appelle au génocide de quiconque ils décident être un “ennemi” de l’agenda entrepreneurial. Gaza a été renvoyé au Moyen-Age.

L’histoire se répète. Qui sera le prochain Saladin pour virer le cul des templiers hors de Jérusalem une nouvelle fois ? Le bourdonnement, hurlement et explosion de la Terre-Mère sont des signes qu’elle arrive à des changements de fréquence. Elle va rééquilibrer toute chose.

Comme Shirley Bassey nous le rappelle: “The word is about, there’s something evolving, whatever may come, the world keeps revolving. They say the next big thing is here, that the revolution is near, but to me it seems quite clear that it’s all just a little bit of history repeating”. Shirley Bassett. “Histor y Repeats”.

Lisez: Iroquoian Women, the Gantowisas. B. Mann. Peter Lang. NY. 2000.

Video: Israelis watch bombs kill Palestinians.

Video: Knights Templar.

Knights Templar documentary.

Iran to stand with Palestinians.

Canada’s surveillance of Indigenous.

Résistance politique: Canada, pas d’enquête nationale sur les meurtres et disparitions de femmes autochtones… Les Mohawks lancent un ultimatum à Harper…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 13 février 2014 by Résistance 71

La question est: Pourquoi le gouvernement Harper et ceux avant lui ont-ils toujours ignoré les demandes d’enquête nationale sur ce sujet des disparitions des femmes et filles autochtones ?
Par négligence ? J’m’en foutisme ? Sûrement, en partie, mais l’avenir nous dira certainement ce qui se cache derrière ces affaires, par exemple un vaste réseau de trafic d’humains, de prostitution forcée, dans lequel comme pour l’affaire des “écoles résidentielles pour Indiens”, certains membres des autorités locales, provinciales, nationales, des clergés, du politique, se retrouveront impliqués directement ou indirectement dans des activités hautement criminelles et étouffées depuis trop longtemps.

S’il n’y a pas eu d’enquête alors que tout ceci dure depuis 20 ans et plus, c’est que plus que vraisemblablement, il y a quelque chose de “gros” à cacher et une enquête fouillée mettrait au jour des choses que les autorités et pouvoirs publics ne veulent pas être dévoilées. Réaction typique: on ignore, puis quand on ne peut plus ignorer… On met les deux pieds sur le frein… et on tape. Le pouvoir a peur et il a manifestement quelque chose à cacher…

A suivre avec grand intérêt. Le système colonial tremble sur ses bases, continuons à aider nos frères à secouer l’édifice toujours plus… L’effondrement est proche.

— Résistance 71 —

 

Brant donne à Harper jusqu’à la fin Février pour lancer une enquête officielle

 

Jim Windle

 

12 Février 2014

 

url de l’article:

http://tworowtimes.com/news/national/brant-harper-feb-inquiry/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’activiste Mohawk de Tyendinaga Shawn Brant a donné jusqu’à la fin Février à Steven Harper, premier ministre du Canada, pour appeler une enquête nationale sur la disparition des femmes autochtones.

Si cela n’est pas fait, il a promis une action directe de grande envergure, ayant réuni le soutien d’un grand nombre d’organisations et d’individus.

Ceci est devenu un problème grandissant qui a défrayé la chronique depuis maintenant plus de 20 ans avec un article/reportage du quotidien Globe & Mail, mais au lieu de décroître, le nombre de femmes autochtones manquantes ou assassinées n’a fait que croître à un rythme effrayant, jusqu’au chiffre actuel d’entre 600 et 800 cas, la vaste majorité n’étant pas résolus ni même proprement enquêtés.

D’après Brant, si nous mettions ce chiffre dans un contexte de population non-autochtone, cela serait équivalent aux meurtres et/ou disparition de quelques 50 000 femmes. Si cela était le cas, Brant se demande comment le gouvernement Harper et les agences de police canadiennes (fédérale, provinciales et locales) réagiraient si 50 000 femmes blanches étaient portées disparues.

“Les chefs de police et leurs associations, les premiers ministres de toutes les provinces, l’Assemblée des Premières Nations et les familles des quelques 3000 femmes indigènes assassinées ou disparues (depuis des décennies), ont appelé de manière unique et conjointe: Une enquête nationale immédiatement !” a écrit Brant sur son site internet.

La Police Provinciale de l’Ontario (OPP) n’a pas été heureuse d’apprendre le soutien obtenu par Brant lorsqu’il s’est présenté aux élections de “chef” en Novembre dernier, le gouvernement n’était pas non plus ravi de cela.

“Ils ne peuvent plus dire que ‘c’est Shawn et une poignée d’acolytes’”, a dit Brant dans un entretien avec la chaîne de télévision aborigène APTN après son échec à remporter les élections. (NdT: La chefferie traditionnelle n’est pas élective chez les Indiens des Amériques, le chef n’a du reste pas de pouvoir, il ne commande pas ; l’élection aux conseils de bandes ou de tribus est un apport colonial, qui sert à contrôler l’action politique au sein des nations autochtones et à assurer une “souveraineté” dûment contrôlée… Comme toujours certains y voit une façon “d’agir et de pouvoir réformer de l’intérieur”, opération futile dans la très vaste majorité des cas. Il en va de même pour le vote dans la société occidentale. Ce n’est qu’une illusion savamment entretenue…)

Brant a réussi à collecter 350 voix en territoire Tyendinaga (Ontario) sur sa plateforme de promesse d’action directe sérieuse si le gouvernement Harper continuait à ignorer ce problème majeur des disparitions.

La lettre de Brant à Harper inclut ce qui suit: “Dans un rapport publié en septembre 2013 par Mary Anne Pearce et récemment obtenu par la GRC (police montée), quelques 824 femmes des nations premières ont maintenant été identifiées comme ayant été assassinées ou étant toujours portées disparues, avec la majorité de ces cas s’étant déroulés ces 15 dernières années.

Votre manque de volonté à considérer ce premier pas vers une réconciliation est bien documenté et compris. Il est de notre opinion que tous les moyens diplomatiques pour vous convaincre d’ordonner une enquête nationale ont échoué. Plus encore, les larmes, la tristesse  et le désarroi des familles accablées ne vous ont pas fait avancer dans une position de compassion.

Nous avons donc décidé que nous allions prendre quelque action nécessaire que ce soit pour vous forcer à ordonner une enquête nationale sur cette crise des meurtres et disparitions des femmes et des jeunes filles autochtones.”

Dans un entretien sur APTN, Brant a prévenu d’une action directe sérieuse et à grande échelle sous la forme de blocus des transports entre Toronto et Montréal si Harper continuait à ignorer la situation.

Et ceci n’est que le début. D’après Brant, des manifestations feront alors tache d’huile au travers du Canada.

Dans le passé, Brant a été marginalisé par les médias et par certaines personnes  de son propre peuple, mais cette fois-ci, il a derrière lui un nombre bien plus considérable d’Onkwehonwe (NdT: Peuples natifs de l’Île de la Grande Tortue ou Amérique du Nord) pour peser avec lui dans la balance avec des suiveurs au sein même des organisations natives nationales, provinciales et leurs affiliations, qui ont d’après lui endorsé sa résolution de faire mener à bien une enquiete nationale.

 

 

 

Résistance politique: L’apartheid… système politique racial modelé sur le système de contrôle canadien et américain…

Posted in actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 11 décembre 2013 by Résistance 71

Bien des activistes autochtones d’Amérique du nord l’ont dit depuis bien longtemps, Russell Means, Oren Lyons, Louis Hall, Dennis Banks, Splitting the Sky, Vine Deloria Jr., le modèle de contrôle génocidaire mis en place par les administrations coloniales au Canada et aux USA, toujours en activité aujourd’hui, ont servi de modèle à l’établissement des ghettos nazis, des programmes eugénistes nazis, sud-africains, français, belges et maintenant israéliens

L’apartheid est les pain et le beurre de tout régime colonial.

Russell Means disait en Janvier 2011: « Bienvenus dans la réserve des Etats-Unis » une vidéo, témoignage à voir et à diffuser sans modération…

— Résistance 71 —

 

La politique d’apartheid du Canada

 

Mohawk Nation News

 

10 Décembre 2013

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2013/12/10/canadas-apartheid-policy/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

Le Canada a créé le modèle d’apartheid d’Afrique du Sud. Ambiguous Champion explique: “Les officiels sud-africains vinrent régulièrement au Canada pour examiner les réserves mises en place pour les nations autochtones, suivant leurs collègues qui avaient étudiés les pensionnats pour Indiens plus tôt dans le siècle.” Le “système de passage” (NdT: système qui demande aux résidents d’un endroit d’être contrôlé lorsqu’ils sortent et entrent de l’endroit/réserve/ghetto qui leur ait réservé. Aujourd’hui appliqué par les Israéliens en Palestine…) criminalisant les mouvements des noirs sud-africains a été à l’origine basé sur le “système de passage” que le gouvernement canadien avait forcé sur les autochtones jusqu’à encore très récemment. La grande majorité des régimes totalitaires furent fondés par les actionnaires des entreprises commerciales, corporations que sont les ETATS-UNIS et le CANADA, pour mettre en application des modèles de législation d’apartheid copiés sur la loi sur les Indiens (Indian Act au Canada). L’apartheid est un système de ségrégation raciale contre le peuple naturel de la terre (colonisée).

Le premier ministre Harper est en Afrique du Sud pour les obsèques de Nelson Mandela en tant que PDG de la corporation, le entreprise commerciale qui se déguise en pays. Le Canada refuse toujours de suivre la “Convention sur le crime et la Sanction du génocide” de 1948. Le Canada s’est opposé à signer la “convention sur l’arrêt et les peines pour le crime d’apartheid” jusqu’au 30 novembre 1973. Le Canada a inventé l’apartheid avec l’Indian Act (la loi sur les Indiens) et la définition légale moderne du génocide. (NdT: Une définition très large et précise fut donnée au procès de Nüremberg, il s’en suivi que dès 1946, le Canada et les Etats-Unis ont fait pression politiquement pour que la définition soit révisée afin qu’eux-mêmes ne puissent pas facilement être accusés et condamnés pour génocide des peuples autochtones, pour en savoir plus, cliquez ici)

Le Canada s’est publiquement opposé au système raciste tout en faisant des affaires avec les dirigeants blancs d’Afrique du Sud.

Le gouvernement de Pierre Trudeau (1968-1984) a sympathisé avec le régime d’apartheid. Les entreprises canadiennes avaient lourdement investi en Afrique du Sud, profitant des bénéfices produits par la main d’œuvre noire à très bon marché. En octobre 1982, Trudeau a aidé les puissances occidentales à gagner les 51,9% de voix électorales nécessaires pour soutenir la demande de l’Afrique du Sud pour obtenir un prêt du FMI de 1 milliard de dollars. Le Canada avait argumenté que l’investissement étranger amenait des idées progressites en Afrique du Sud !! En 1986, le Canada finalement appliqua des sanctions économiques contre l’Afrique du Sud mais continua le commerce.

Trudeau a publiquement soutenu l’embargo sur les armes contre l’Afrique du Sud, mais il ne l’a jamais appliqué. Des armes et contrats d’armement financés par le gouvernement canadien furent vendus à l’Afrique du Sud. Canadair vendît des bombardiers hydravions pour les opérations de déplacement de troupes internes. Au début des années 1970, la Gazette de Montréal découvrit et mit à jour que la Gendarmerie Royale du Canada (GRC, la fameuse “police montée”) avait entraîné la police sud-africaine à la collecte de renseignement et aux liaison para-militaires.

La relation du Canada avec l’African National Congress (ANC) de Mandela était hostile. Ottawa voulait des garanties que l’ANC suivrait des politiques et des directives pro-capitalistes. Ottawa poussait pour une mission de planification du FMI afin “de mettre les choses d’aplomb” pour promouvoir le secteur privé. En d’autres termes, de permettre la continuation de l’apartheid et du génocide pour le seul bénéfice des intérêts privés.

Nous voulons tous l’égalité, une voix et la liberté.

Jimi Hendrix chante au sujet de la liberté / “freedom”. “Right on, straight ahead/Stay up and straight ahead/Freedom/So I can live it/Freedom/So I can turn around and give it/Freedom/So I can live it”Jimi Hendrix. “Freedom”!

See:  www.newcommuneist.com

Yves Engler. “Canada’s Role in Apartheid Struggle”. “Le rôle du Canada dans la lutte contre l’apartheid”