Archive pour colonialisme continent des amériques

Résistance au colonialisme: Analyser, comprendre, penser, agir… Ensemble ! (MNN)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 6 novembre 2018 by Résistance 71


19-23 Nov. Atelier discussion
Grande Loi de la Paix

En accord avec l’appel du Chiapas pour la formation d’un Réseau de Résistance et de Rébellion International et parce que:

L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais !

~ Résistance 71 ~

 

Réunion de l’unification à Grand Oswego du 19 au 23 novembre 2018

 

Mohawk Nation News

 

3 novembre 2018

 

url de l’article: original:

http://mohawknationnews.com/blog/2018/11/03/grand-oswego-unity-gathering-nov-19-23-18/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Te-ka-ri-wa-iena-wakon. Appel à tous les onkwehonwe (peuples natifs), frères, sœurs, amis, alliés, nos familles, jeunes et vieux. 

Venez et apprenez. Parlons de Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix et de tekeni teohateh (wampum deux rangés). Ouvrons nos esprits de façon à ce qu’ensemble nous parvenions à une entente mutuelle. Parlons d’unité et de droit humain.

C’est une réunion populaire. L’invitation est offerte à toutes et tous, incluant les chefs, les mères de clans et les conseils de bande. Nous avons des cerveaux pour prendre les bonnes décisions. Nous sommes chacun te-wa-ta-tawi, nous nous soutenons et avons le droit de nous réunir et de discuter de ce que bon nous semble. La nature a fait de nous des gens libres. Personne ne peut nous dicter quoi que ce soit. C’est une république, géré par le peuple. La démocratie est règle mafieuse.

Ayons l’esprit ouvert et écoutons-nous les uns les autres. D’après Kaianerekowa, nous ne pouvons pas faire attention aux rumeurs ni aux ouï-dires concernant cette réunion et nos affaires. La Grande Loi de la Paix nous montre comment parvenir à une compréhension et un accord. Venez voir par vous-mêmes. Posez des questions. Dites quelque chose. Nous voulons entendre ce que vous pensez et avez à dire.

Il n’y a qu’une seule version de la voie naturelle. Kaianerekowa nous enseigne de ne pas avoir peur de l’inconnu, mais au contraire d’examiner toute chose.

Nous sommes un peuple calme qui s’assoit, écoute ce que les uns et les autres ont à dire et qui participe. Ce n’est pas parce que nous avons des opinions différentes que nous devons être ennemis. La voix de tous doit être entendue afin de pouvoir contribuer au bien-être de tous. Nous devons étudier la pensée des uns et des autres pour parvenir à une compréhension et un accord. Plus on acquiert de connaissance et meilleures seront les décisions que nous prendrons ensemble.

Ceci constitue notre responsabilité envers nos enfants. Mettons fin à la confusion. Quiconque a des idées et qui désire aider est le ou la bienvenue. La jeunesse est bienvenue, on doit l’entendre car c’est elle qui perpétue les traditions. Les différents peuvent être surmontés et résolus en utilisant une pensée claire.

= = =

Qui est le migrant ?

 

Mohawk Nation News

 

5 novembre 2018

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2018/11/04/whos-the-migrant/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Nos frères et sœurs du sud ne sont pas des ouvriers agricoles migrant… Ce sont des ouvriers agricoles travaillant pour un migrant ! Nuance… Ils viennent pour faire une honnête journée de travail pour un salaire quotidien honnête. Ils ont tous les droits de visiter leurs familles où que ce soit sur l’île de la Grande Tortue sans entrave. Les lignes de démarcation fictives et illusoires de l’homme blanc ne sont que des frontières économiques qui n’ont absolument rien à faire avec nous. La nature nous a liés ensemble en tant que peuple avec toute la vie sur l’île de la Grande Tortue.

Les envahisseurs continuent leur planification de nous voler et de nous tuer. Ils utilisent toujours les mêmes vieilles tactiques d’envahir de tuer, de réduire en esclavage, de voler, d’humilier et d’éradiquer le peuple originel de ce continent. Les pays coloniaux entrepreneuriaux envoient des escadrons de la mort, terrorisent les gens, mettent des gangsters au pouvoir et font des victimes des peuples natifs originaux.

Nos frères et sœurs de l’intérieur de l’entité commerciale des Etats-Unis pourraient aller à la rencontre de nos frères et sœurs à la frontière factice avec le Mexique et les aider à traverser sur cette terre coloniale appelée “Etats-Unis d’Amérique”, habitée par des intrus connus sous le vocable d’immigrants. Les lois corporatrices artificielles ne peuvent pas empêcher le véritable peuple naturel placé ici par la nature/création (NdT au sens amérindien ici pas au sens biblico-chrétien..) d’exercer son droit de naissance, celui de pouvoir traverser quelque partie que ce soit de notre terre-mère.

A la dite frontière canado-américaine, leurs familles du nord pourront les rencontrer et leur faire traverser cette ligne imaginaire et les faire entrer sur cette terre native connue récemment sous le nom de “colonie du Canada”. Les envahisseurs sont devenus riches du massacre de notre peuple et du vol de notre terre et de nos ressources, au Canada, aux Etats-Unis, au Mexique, au Guatémala, au Honduras, au Salvador, au Nicaragua, au Panama et à travers tout le continent occidental des Amériques. Nous avons un droit en regard de tout ce qu’ils ont fait de notre terre et de nos ressources, comme la nourriture, l’habitation, la santé, le système éducatif, les boulots. Toutes ces richesses qu’ils affirment être leurs nous appartiennent en fait. Les migrants sont venus ici sans rien, avec juste des rats et des maladies.

Si les envahisseurs refusent de vivre selon la règle de Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix, ils doivent partir. Ceux qui évoluent sur l’Île de la Grande Tortue ont une obligation de se tenir à nos côtés pour que nous exercions notre droit de naissance.

Le président Trump ne va pas faire abattre ceux des natifs lançant des pierres à l’armée qui protège les dictateurs. Les peuples du monde entier doivent défier ces tyrans qui ont créé des frontières artificielles et leurs lois factices de l’économie disant donnez-nous-tout-ce-que-vous-avez-ou-on vous-bute. Ce n’est que contrôle et fric, un prétexte pour l’état policier.

Qui va payer pour le mur frontalier ?

Les frontières n’existent pas pour nous !

Lectures complémentaires:

Peau_Noire_Masques_Blancs.Frantz_Fanon

Chiapas-Feu-et-Parole-dun-Peuple-qui-Dirige-et-dun-Gouvernement-qui-Obeit

Aime_Cesaire_Discours_sur_le_colonialisme

Ricardo_Flores_Magon_Textes_Choisis_1910-1916

Marshall-Sahlins-La-nature-humaine-une-illusion-occidentale-2008

James-C-Scott-Contre-le-Grain-une-histoire-profonde-des-premiers-etats

James_C_Scott_L’art_de_ne_pas_être_gouverné

Manifeste pour la Société des Sociétés

Abdullah-Ocalan-Confederalisme-democratique

David Graber Fragments Anthropologiques pour Changer l’histoire de l’humanité

L’anarchisme-africain-histoire-dun-mouvement-par-sam-mbah-et-ie-igariwey

Comprendre-le-systeme-legal-de-loppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-peter-derrico1

Comprendre-le-systeme-legal-doppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-steven-newcomb1

Effondrer le colonialisme

40ans_Hommage_Pierre_Clastres

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

Un_manifeste_indigène_taiaiake_alfred

6ème_déclaration_forêt.lacandon

kaianerekowa Grande Loi de la Paix

La Grande Loi du Changement (Taiaiake Alfred)

Publicités

En toile de fond de la visite de l’ensoutané en chef Bergoglio sur l’Île de la Grande Tortue (Amérique du Nord)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 22 septembre 2015 by Résistance 71

Au sujet des nations libres et indépendantes devenant humaines et civilisées

 

Steven Newcomb

 

20 Septembre 2015

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2015/09/20/free-and-independent-nations-becoming-human-and-civilized

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

En 1892. Burke Aaron Hinsdale délivra un discours commémoratif à l’université du Michigan intitulé: “La découverte de l’Amérique”. L’occasion de ce discours était le 400ème anniversaire du voyage historique de Christophe Colomb de l’Espagne aux Caraïbes. A la fin de son essai, Hinsdale déclara que Colomb “montra le chemin sur un océan de ténèbres.” “Il ouvrit les portails du continent des Amériques non pas seulement au royaume de Castille et de Léon, mais à l’humanité entière.” (p.31) Enfouie dans ce phrasé réside la vision que Colomb fut le tout premier à amener “l’humanité” sur ce continent.

L’affirmation de Hinsdale que Colomb “a ouvert” ce continent “à l’humanité” amène à la lumière du jour la façon dont la mentalité des universitaires européens et euro-américains ont typiquement catégorisé nos nations et nos peuples comme originellement existant “sans aucune humanité”. “Sans aucune” a deux significations: “manquant d’humanité” et aussi existant “en dehors” des frontières de l’humanité.

L’affirmation que les chrétiens européens ont “découvert” pour “l’humanité” les terres et les territoires de nos nations et peuples originels, porte une sérieuse et damnée implication: Nos nations et peuples ont été traités comme ne faisant pas partie de “l’humanité” au temps où Colomb et autres voyageurs créèrent la première “attention humaine” de l’existence de notre partie de cette planète. Du point de vue de l’Europe chrétienne, nos nations et nos peuples ne pouvaient pas être intégrés dans la civilisation “humaine” et “chrétienne” tant que nos ancêtres n’aient pas été réduits, subjugués de leur existence libre et indépendante et mis sous le joug de l’empire chrétien (chrétienté), ou le monde de la chrétienté.

Le Dictionnaire Universel de la Langue Anglaise, édition de 1938 par Henry Cecil Wyd contient la définition suivante pour le verbe “civiliser”: “1- Amener d’un état barbare à celui de civilisation.” Puis: “les sauvages ont souvent été civilisés par les missionnaires”. Une autre entrée pour le mot “civilisé” est: “en contraste avec les sauvages et les barbares”. Une question se pose avec ces définitions: Par quels moyens ceux qui sont jugés être dans un état barbare doivent-ils être amenés à la “civilisation” ? La réponse est donnée par le dictionaire Webster’s troisième édition internationale: Ils doivent être amenés à la civilisation par “l’imposition d’un système culturel”, qui doit-être imposée aux peuples et nation soi-disants “barbares” pour lesquels tout système culturel est une notion étrangère. Dans ce contexte, les missionnaires chrétiens sont donc parmi ceux qui sont amenés à forcer les peuples barbares moins qu’humains à embrasser l’humanité et la civilisation.

Considérer ce vocabulaire “civilisateur” ainsi que le processus mental qui va avec pour le mettre en pratique et déshumaniser pour mieux dominer nos nations indépendantes et libres de droit, n’est généralement pas quelque chose sur quoi on se focalise lorsqu’on parle des problèmes et des affaires indigènes. L’affirmation que le monde chrétien a “découvert” notre partie du monde pour l’”humanité” de la chrétienté fut très déshumanisant pour nos ancêtres et pour l’ensemble de nos peuples et nations. Les chrétiens refusèrent de catégoriser nos ancêtres comme étant pleinement humains parce qu’ils affirmaient qu’ils n’étaient pas égaux dans leur conception de l’humanité. Pourquoi ? La réponse simple et directe est: “parce que nos ancêtres et nos cultures n’étaient ni chrétiens ni européens”. Nous ne pouvions même pas devenir “civilisés” tant que nous n’avions pas été soumis à un processus de réduction et de dégradation de notre statut originel libre et indépendant, considéré comme un état d’indépendance “barbare” et réduits à un état de domination et de dépendance de la chrétienté et du système politique euro-chrétien, qui se devait d’exister au-dessus de nous pour nous assujettir et nous contrôler. Ainsi le terme “barbare” ne veut-il dire qu’un état d’indépendance et de liberté, une existence libre et indépendante de la domination étrangère.

Nos ancêtres étaient considérés comme hautains et arrogants parce qu’ils avaient toujours un esprit libre d’indépendance, une existence et une attitude toutes aussi libres et indépendantes. Les chrétiens européens considéraient que nos ancêtres n’étaient pas assez soumis, pas assez serviles et qu’ils ne seraient pas soumis tant qu’ils n’auraient pas été ramenés sous l’autorité et le contrôle de leurs “supérieurs” chrétiens. Nos ancêtres devaient être amenés à connaître et à reconnaître leur place d’infériorité et ceci ne pourrait pas se produire tant qu’ils n’auraient pas fait l’expérience de cette position. Ainsi les colons œuvrèrent à nous “apprivoiser”, à nous briser, à nous “civiliser” disaient-ils, en brisant notre esprit libre et indépendant, nos modes de vies “sauvages” et indépendants. Une des méthodes employées pour ce faire fut la mise de force dans des pensionnats pour Indiens, véritables “centres d’endoctrination”. Comme le déclara la cour suprême de l’état de Californie en 1886 dans l’affaire Thomson vs Doaksum: “Tant qu’ils demeurent en paix avec la race supérieure, ils seront protégés dans leur droit d’occupation de la terre.” La cour aurait dû en fait dire “seront protégés dans le droit d’occupation des sols que nous leur avons imposé.” En d’autres termes, la “race supérieure” auto-proclamée avait jugé que nos ancêtres étaient moins humains et en conséquence avaient des droits moins humains comme celui par exemple d’une simple occupation des sols plutôt qu’un droit inhérent à la terre, cette terre où nos ancêtres ont vécu de manière libre et indépendantes pendant des millénaires. Nos ancêtres furent déclarés “sujets” au “droit européen de propriété de la terre” et ainsi “soumis” à l’affirmation (pseudo)légale de la jurisdiction européenne chrétienne sur nos terres et territoires par simple élévation des supérieurs politiques au rang de “souverains”.

Les implications sont très profondes: Les colons planifièrent l’impossibilité pour nos nations et peuples de toujours avoir leur existence libre et indépendante en tant que nations lorsque nous sommes devenus “partie” de la civilisation chrétienne. Ceci fut le prix que nous devions payer pour notre entrée dans l’humanité et la civilisation chrétienne. Le juge suprême John Marshall appelait ceci, “l’échange d’une indépendance illimitée pour la civiisation et la chrétienté” (NdT: Nom de dieu quelle affaire d’enfer !!…). Eux les colons, furent ceux qui obtinrent, en s’octroyant eux-mêmes, une indépendance illimitée, comme partie intégrante du processus d’imposer la “civilisation” et le “christianisme” à nos nations, tandis qu’ils volaient et pillaient nos terres, territoires et nos ressources naturelles dans l’affaire.

Nos nations ne seraient pas considérées comme faisant partie de cette “humanité de la chrétienté” tant que nous n’aurons pas été conditionnés de vivre sous la domination d’un “souverain” injuste et irresponsable (dominorum), qui est maintenant appelé typiquement “l’État souverain”. Ce fut le but des colonisateurs de nous voir devenir “humains” et “civilisés! En devenant si accoutumés de vivre sour leur domination, nous le ferions bientôt sans plus en avoir même conscience, sans même poser de questions ni même défier le système. Fort heureusement, un grand nombre d’entre nous est bien éveillé et continue de questionner et de défier le droit auto-proclamé de la domination chrétienne européenne.

Ethnocide, génocide aux Amériques… 22-24 Octobre tribunal sur le génocide des pensionnats pour Indiens dans le wisconsin

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, documentaire, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 10 octobre 2014 by Résistance 71

Nous ne vivons en aucun cas dans un monde « post-colonial », ceci n’est qu’une mascarade de bonne conscience. Le génocide aux Amériques entre 1492 et le XXème siècle de plus de 150 millions de personnes indigènes, le plus grand génocide de l’histoire de l’humanité, conduit sous les auspices originaux de la papauté, puis de toutes les églises chrétiennes, est toujours impuni. Pourquoi ? Parce que les descendants héritiers pseudo-légaux des perpétrateurs sont toujours aux commandes de l’entreprise coloniale criminelle.

Il faut décoloniser ce qui mettra fin aux crimes de l’empire, qui ne connaissent plus de limite de nos jours. L’empire est fondé sur une fiction légale, il n’a pas de territoire. Il a volé TOUT CE QU’IL POSSEDE. Il est temps de rendre et de faire payer aux criminels leurs méfaits plus que centenaires.

— Résistance 71 —

 

Torturés et assassinés: Les étudiants du Mexique et les Indiens dans les pensionnats

 

Brenda Norrell

 

9 Octobre 2014

 

url de l’article original:

http://indigenousresistancejuly2014.blogspot.com/2014/10/murdered-and-tortured-students-in.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La plupart d’entre nous vivons des vies aseptisées de la torture du mexique. Une fois que vous avez vu la torture, ou les photos de gens torturés, ces corps demeurent imprimés dans votre mémoire à tout jamais. S’il vous plaît, rappelez-vous des étudiants qui ont “disparu” et ont été assassinés par la police à Guerrero au Mexique.

Les enfants torturés et assassinés des pensionnats pour Indiens aux Etats-Unis seront le sujet de la réunion du tribunal de Green Bay dans le Wisconsin du 22 au 24 Octobre courant. Govonda à Earthcycle et moi-même couvriront en direct par vidéo et par articles écrits la procédure du tribunal. La torture et le meurtre sont des choses dont on peut se détourner facilement, nous espérons que vous ne le ferez pas.

Bill Means, Lakota et frère de feu (le grand activiste) Russell Means, ouvrira les débats le 22 Octobre. Les intervenants sur l’histoire en ce premier jour seront Loretta Metoxen, historienne Oneida; David Tucker, historien Oneida-Menominee; Melinda Young, historienne Lac du Flambeau et Terrence Nelson, Anishinaabe et Grand Chef de l’organisation des Chefs du Sud Canada.

Le deuxième jour, 23 Octobre, il y aura comparution des témoins et discussion de recommandations pour la réconciliation et la restauration des droits des enfants indigènes. Le dernier jour aura lieu une conférence de presse et un sommaire des débats ayant eu lieu en cession.

Se souvenir des enfants qui ne sont jamais retournés chez eux

Brenda Norrell

Photos for the families of the children who never came home. Carlisle Cemetery 2008 by Brenda Norrell

Censored News

http://www.bsnorrell.blogspot.com/

CARLISLE, Penn. — La très vaste majorité des enfants indiens qui furent pensionnaires des écoles d’internat aux Etats-Unis furent kidnappés, volés à leurs parents. A la Carlisle Indian Industrial School, les enfants autochtones faisaient partie d’une expérience américaine qui devint le prototype de tous les pensionnats qui s’en suivirent. A travers les Etats-Unis, les enfants indiens furent interdits de parler leur propre langage, qui véhiculait leurs chansons et cérémonies traditionnelles (ethnocide). Leurs cheveux étaient coupés courts afin de retirer “leur indiennité”. Dans ces pensionnats, les enfants étaient maltraités de manière routinière, battus, violés et sexuellement harcelés. Beaucoup furent torturés et enfermés dans des caves sombres, certains furent abattus pour avoir essayé de s’enfuir. Beaucoup moururent de malnutrition et de pneumonie. Bien d’autres mourent de tuberculose, le tout partie intégrante d’un génocide: Les enfants atteints de tuberculose étaient mis avec les enfants sains ce qui eut pour résultat une épidémie galopante de tuberculose.

Les jeunes garçons qui survécurent furent militarisés et envoyés dans l’armée américaine. La Carlisle School devint éventuellement une école de guerre et finalement le campus de l’armée américaine. A Haskell, des tombes non marquées dans les marécages sont explicites sur le reste de l’histoire. Beaucoup des enfants qui moururent ou furent assassinés, furent enterrés dans des tombes sans marques distinctives, sans pierres tombales. Ce schéma de génocide fut répété au Canada et en Australie. Au Canada, dans les pensionnats gérés par les églises, il y a maintenant de nouvelles preuves que les enfants y furent violés et assassinés.

Carlisle fut construite sur les lieux d’une ancienne prison. Là, Richard H. Pratt mit en place l’école, fondée sur son expérience à la prison de St Augustin en Floride. “Tuer l’Indien du dedans pour sauver l’Homme”, disait Pratt en énonçant sa théorie éducative. “Les premiers enfants arrivèrent à Carlisle le 6 Octobre 1879 et le programme d’assimilation commença aussitôt. Les garçons étaient habillés en uniforme militaire, les filles portaient des robes de style victorien. Filles et garçons eurent leurs cheveux coupés de force, ce qui pour un Lakota était un symbole de deuil.”

http://native-american-history.suite101.com/article.cfm/carlisle_indian_school#ixzz0RTJ9nQLX

Les pierres tombales disent l’histoire, les enfants commencèrent à mourir rapidement. Un nombre inconnu mourut après être retourné chez eux et une génération entière d’Amérindiens souffrit des mauvais traitements de leur enfance et du manque d’affection de leurs parents généré par la séparation de force. A l’école Carlisle, 10 000 enfants entrèrent entre 1879 et 1918. Il y a 186 tombes officielles marquées et un grand nombre d’enfants furent enterrés à la sauvette sans signe distinctif.

Quelques noms du cimetière, souvenez-vous des enfans de Carlisle…

Fanny Charging Shield, Sioux, died March 7, 1892; Susia Nach Kea, Apache, died May 14, 1889; Godfrey Blatcha, Apache, died July 1890; Cooking Look, Alaskan, died Jan. 4, 1904; Alice Springer, Omaha, died Nov. 12, 1883; Henry Jones, Iowa, died March 20, 1880; Nannie Little Rose, Cheyenne; Albert Henderson; Giles Hands, died May, 1881, Cheyenne; Maul, daughter of Chief Swift Bear, Sioux, died Dec. 1880; Ernest, son of Chief White Thunder, Sioux, died Dec. 14, 1880; Isabel Kelcusay, Apache, died on Christmas day, Dec. 25, 1884; Pedro Saaehez, Apache, died in May of 1885; Frank Cushing, Pueblo, died July 22, 1881; William Sammers, Cheyenne, died May 21, 1888, Corine Simohtie, Apache, died Feb. 11, 1886; Sibyl Mapko, Apache; Kate Rosskidwitts, Witchita, died Jan. 10, 1882, John Bytzolay and all the others.

 

Résistance politique: Les entreprises « Etats-Unis » et « Canada » partent en sucette… Les criminels en charge doivent être arrêtés…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 12 février 2014 by Résistance 71

Plan de sortie

 

Mohawk Nation News

 

10 février 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/02/10/exit-plan/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La farce hiérarchique touche à sa fin. Il apparaît que le Canada soit en train de rejoindre la grille de contrôle des Etats-Unis et l’ONU (Agenda 21). Les avocats de l’entreprise “Canada” se sauvent et disent en fait: “Sortons tant que c’est encore bon. Nous allons rejoindre Piper, la firme légale internationale, gérée depuis l’ONU. Nous pouvons aider à promulguer des lois pour les banquiers dans le monde. Nous avons déjà notre fric volé bien en sécurité sur des comptes off-shore dans des paradis fiscaux et personne ne peut y toucher.”

La première agence légale à plier bagages fut celle des premiers ministres, des juges de cour ssuprême et fédérales et des politiciens locaux. Leur boulot fut de faire un pare-feu aux banquiers. Maintenant, ils quittent le navire pour rejoindre leus manoirs au “Vaterland”.

Ces criminels devraient aller direct en prison. Ils ne veulent pas retourner sur les bateaux d’esclaves qui les ont amenés ici. Cela doit être en première classe, selon leurs propres termes, pensent-ils. Ils essaient de dicter les termes de leur rédition.

Il n’y a pas de réconciliation avec ceux qu’ils laissent derrière. L’entreprise Canada importe de nouveaux immigrants qui ont beaucoup d’argent et à qui personne ne dira qu’ils arrivent en terre autochtone. Ils établiront des affaires et voleront tout ce que leurs prédécesseurs ont laissé derriere eux. Leur boulot est de continuer le génocide.

Le Canada n’a pas de constitution en place qui soit au-dessus des règlementations de la Corporation Canada. C’est une pseudo-démocratie fondée sur le vol et l’abus de notre terre. Le premier ministre Harper renforce les règlementations corporatistes et le système de coercition. 50 000 nouveaux prisonniers peuvent-être hébergés dans de nouvelles prisons privées.

Nous, les peuples autochtones, devons rester enfermés au sein du Bureau des Affaires Indiennes et le la loi sur les Indiens (Indian Act). Indian Affairs et la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) sont toutes deux des branches de l’armée canadienne.

La corporation est en train de se dissoudre. Les actionnaires essaient d’amener la dissolution de la corporation en leur faveur. Nous demandons la liste des actionnaires de la Corporation du Canada. Nous allons les inculper de génocide et de vol de notre toujours croissant fond de l’Indian Trust Fund de 650 000 milliards de dollars. Le monde veut voir cela.

Le Canada et les Etats-Unis ont besoin de retenir la leçon de l’Islande, qui a mis ses banquiers et politiciens escrocs derrière les barreaux, qui a réécrit sa constitution et a détruit leur machine à faire du fric.  Ils doivent rembourser tout ce qu’ils ont volé.

Ils pensent qu’il vont pouvoir continuer à se barrer avec la caisse, comme le dit la chanson sur Billy Joe et Bobby Sue, vous ne pouvez pas vous sauver pour toujours.

“Take the Money & Run!”

“Jumping Heenan Ship”.

“Coming Fall of House of Windsor”

=  =  =

Ici une excellent émission du “Keiser Report” sur RT (Max Keiser and Stacy Herbert tous deux spécialistes financiers), expliquant la fraude perpétuelle des banques de la City de Londres et de la Banque d’Angleterre (qui fut impliquée dans le scandale de la manipulation du taux directeur Libor). Ils débattent de l’indépendance de l’Écosse, qui sera soumise à referendum le 18 Septembre 2014 et du fait qu’une indépendance politique déclarée, si elle n’est pas accompagnée d’une indépendance économique et financière, hors de la putréfaction du système bancaire international, n’est que leurre avéré.

Keiser cite également les efforts d’indépendance financière de l’Islande et de la république des Lakotas  (Sioux), si chère à l’activiste Russell Means:

http://www.youtube.com/watch?v=uy_sJyLevQY#t=774

Résistance politique au colonialisme des Amériques: Lancement du Mouvement des Nations Autochtones

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 novembre 2013 by Résistance 71

Espérons ce mouvement ne pas se faire coopter, phagocyter par les institutions. Les personnes à bord (dont le professeur de science politique Mohawk Taiaiake Alfred) sont bien au courant des dangers et nous ne pouvons qu’espérer que ce mouvement prenne l’ampleur voulue tout en restant traditionnel et indépendant. Nous rapporterons des évènements, actions et information périodiquement.

Longue vie au Mouvement des Nations Autochtones !!…

— Résistance 71 —

 

Informations sur l’Indigenous Nationhood Movement (INM) ou Mouvement des Nations Autochtones (MNA)

 

INM collectif

 

24 Novembre 2013

 

Source: http://nationsrising.org/background-on-the-movement/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Nous considérons en fait le Mouvement des Nations Autochtones (Indigenous Nationhood Movement, INM) ou MNA, comme un mouvement très ancient qui fut débuté par nos ancêtres il y a des générations de cela. Ceci n’est pas nouveau. Beaucoup d’entre nous, qui sommes impliqués dans ce processus de renouveau actuel du mouvement, ont travaillé pour l’essentiel de nos vies sur les sujets de construction de nation, de décolonisation et de résurgence.

La déclaration de principe du mouvement (voir ci-dessous) est un document conçu de manière entièrement collaborative, écrit par des membres de nations autochtones des plus variées au travers de l’Île de la Grande Tortue (NdT: L’Amérique du nord dans la terminoligie indienne, regroupant aujourd’hui le Canada, les Etats-Unis et le Mexique). Nous avons activement recherché l’expérience et le savoir-faire de leaders de communautés hautement respectés, des ancien(ne)s, des organisateurs et liaisons ayant la même vision et provenant d’horizons différents. La déclaration fut discutée extensivement et révisée au Forum du Leadership Autochtone ( Indigenous Leadership Forum ), qui s’est tenu à l’université de Victoria (NdT: sur l’île de Vancouver, Colombie Britannique, Canada) en Mai 2013. Nous continuons du reste à rechercher des conseils et des avis de la part des conseils d’anciens, des clans des mères, des leaders traditionnels des nations et des artisans de la résurgence en ce qui concerne la déclaration de principes (et autres actions inhérentes) et ceci demeure un constant travail de perfectionnement.

Plusieurs personnes ont exprimé un intérêt de savoir “qui est derrière” le MNA. Par respect profond et par reconnaissance du travail des leaders de communautés et des organisateurs, tous focalisés sur la revitalisation du concept de construction d’une nation, nous avons choisi de mettre en avant la collectivité de tous ceux impliqués dans l’action de résurgence. Le site internet NationsRising.org (NdT: multilingues dont le français…) est une plateforme afin de mettre en valeur la diversité des voix et du travail impliqués dans nos communautés et à travers le monde et aussi de nous connecter à eux.

Il y a des “conservateurs” de ce site internet et des plateformes de médias sociaux attenantes incluant Jarrett Martineau, Leanne Simpson, Jeff Corntassel, Siku Allooloo, Taiaiake Alfred, Thomas Deer et Tanya Kappo, mais nous ne sommes en aucun cas les “leaders du mouvement”. Nous ne sommes pas les “directeurs” ou conseillers du mouvement. Nous ne sommes qu’un petit groupe intellectuellement convergent ayant des liens très solides avec nos communautés et nations et qui se sont rassemblés afin de créer la vision de ce site, de s’occuper du blog et faire avancer le mouvement.

Nous accueillons chaleureusement toutes voix, perspectives et personnes pour participer à aider au développement du pouvoir dans nos communautés et de revitaliser nos nations.

 

=  *  =  *  =  *  =  *

 

MOUVEMENT DES NATIONS AUTOCHTONES

DÉCLARATION DE PRINCIPES

QUI NOUS SOMMES

Nous incarnons un mouvement pour la défense du territoire, de la vie et des langues autochtones, et pour la libération des Nations autochtones.

Nous luttons pour la survie et l’autonomie des Nations autochtones.

Nous formons une alliance fondée sur le soutien mutuel et l’action concertée, et s’étendant dans les Quatre Directions.

Nous sommes un mouvement dirigé par des femmes, des hommes et des personnes bispirituelles, Autochtones de tous âges et de toutes couleurs et nationalités.

NOS CONVICTIONS

Nous devons protéger le territoire, l’eau et l’air qui sont à la source de toute forme de vie.

Les cultures, les spiritualités et les gouvernements autochtones constituent les fondements de notre survie.

Il nous incombe d’agir et de vivre de manière fidèle à nos enseignements traditionnels et aux lois naturelles.

Les lois et les systèmes coloniaux doivent être abolis.

Les territoires volés aux Nations autochtones doivent être restitués; les dommages infligés par les tentatives infructueuses d’extermination de nos peuples doivent être réparés et nos communautés doivent être indemnisées.

NOS PRINCIPES

L’autonomie et l’auto-détermination des Nations autochtones.

Le rétablissement des pouvoirs des gouvernements traditionnels.

La défense et la protection de l’environnement et de tous les êtres vivants.

La réoccupation des territoires et lieux sacrés des Nations autochtones ainsi que le renouvellement de l’usage de leurs noms traditionnels.

La restauration d’une relation de nation à nation avec la société et les gouvernements coloniaux.

L’apprentissage et l’enseignement des langues, des traditions, des rituels et des savoirs autochtones.

L’élimination de toute forme de violence au sein des communautés autochtones, y compris la violence axée sur le genre et l’orientation sexuelle.

= = =

Source: 

http://nationsrising.org/wp-content/uploads/2013/11/Declaration-de-principes-Mouvement-des-Nations-Autochtones.pdf