Archive pour CIA ingérence ukraine

Le convoi humanitaire russe en plus d’aider les civils en détresse, fait refocaliser les merdias sur l’Ukraine…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, neoliberalisme et fascisme, politique et social, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 23 août 2014 by Résistance 71

L’arroseur arrosé: La Russie utilise la tactique de l’empire pour refocaliser la pressetituée occidentale

 

Résistance 71

 

23 Août 2014

 

Au delà du fait que les assiégés d’Ukraine orientale ont grandement besoin de l’aide humanitaire apportée par le convoi russe qui a traversé la frontière malgré le refus des “autorités” (illégitimes rappelons-le) de Kiev, il est assez évident que la Russie fait d’une pierre trois coups avec cette action:

  • 1- Elle aide les civils assiégés dans le besoin
  • 2- Elle se positionne internationalement comme une nation humanitaire prenant des risques pour aider des populations en guerre à sa frontière et ridiculise la junte ukrainienne à la botte de l’empire
  • 3- Elle refocalise l’attention des médias sur l’Ukraine

Ce dernier point est directement emprunté à la tactique de l’empire qui depuis ses invasions de l’Afghanistan et de l’Irak de 2001 et 2003 sous des prétextes fallacieux, passe son temps à créer des points de tensions géopolitiques armés ou non et selon les résultats obtenus, ordonne à la pressetituée à la botte et propagandiste d’enflammer les opinions sur tel ou tel sujet, ou point géostratégique d’utilité du moment.

L’empire veut mettre l’Ukraine de côté pour l’instant et refocaliser les attentions sur sa création de l’EI et impliquer l’occident dans des bombardements et une intervention militaire directe en Syrie et en Irak, ce que la Russie ne peut permettre, surtout en ce qui concerne la Syrie.

L’exécution supposée du journaliste James Foley a aidé l’empire à redéchaîner les passions et les émotions de l’opinion contre la Syrie, car son opération criminelle fausse-bannière en Ukraine de l’abattage du vol MH17 pour impliquer la Russie n’a pas fonctionné, il faut faire oublier l’affaire… Exit l’Ukraine, retour sur l’Irak et la Syrie avec l’EI que l’empire a créé de toute pièce depuis 2007 et surtout depuis 2011 pour favoriser à terme un prétexte d’intervention directe dans la région.

La Russie ne veut pas que la Syrie se renflamme, car elle sait ce qu’elle y a à perdre: sa base navale de Tartous en plus de son alliance stratégique avec le régime Al-Assad.

L’occident se refocalise sur la région après l’affaire James Foley, la Russie décide donc de forcer son aide humanitaire en Ukraine de façon à recibler l’attention sur l’Ukraine.

L’empire a maintenant le cul entre deux chaises. La situation en Ukraine de l’Est rouvre la porte que l’empire voulait refermer pour un moment…

Finement joué Poutine !

Réthorique et propagande occidentale: « Agression russe » en Ukraine orientale… Vraiment ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 4 août 2014 by Résistance 71

Le mythe de l’agression russe

 

Tony Cartalucci

 

3 Août 2014

 

url de l’article original:

http://landdestroyer.blogspot.fr/2014/08/the-myth-of-russian-aggression.html#more

 

~ Traduit de l(anglais par Résistance 71 ~

 

Le terme d’ “agression russe” a inondé les manchettes des médias occidentaux et a même bénéficié du titre d’un décret du sénat américain le S.2277 de cette année: S.2277 – Russian Aggression Prevention Act of 2014. Mais à quelle “agression” l’occident se refère t’il ? Un regard sur l’histoire russe de ces 500 dernières années en comparaison de celle disons de la Grande-Bretagne, de la France et même de l’Amérique avec son dogme de la “destinée manifeste”, fait le portrait de la Russie comme étant une nation plus préoccupée de ce qui se passe à l’intérieur de ses frontières ou à ses frontières, plutôt qu`â une expansion hégémonique mondiale. L’idée même d’anciennes colonies lointaines est une idée britannique, française, hollandaise, espagnole et portugaise. Même l’intervention militaire, géopolotique ou économique actuelles dans ces anciennes colonies n’est le fait que des Etats-Unis et des pays d’Europe.

Les Etats-Unis seuls ont des centaines de bases militaires dans le monde, ont occupé l’Allemagne de manière permanente ainsi que le Japon depuis plus d’un demi-siècle, l’Afghanistan depuis plus de 10 ans et ont envahi et occupé l’Irak depuis presque aussi longtemps.

“L’agression russes “ est un truc de marketing

Dans un édito d’opinion posté dans le journal Globe and Mail intitulé: « Our duty is to stand firm in the face of Russian aggression, », le premier ministre canadien Stephen Harper déclare de manière erronnée

“Le monde est attristé et à juste titre outragé par les images des restes calcinés du vol de la Malaysia Airline MH17 et par les près de 300 victimes de 11 pays éparpillés dans les champs de l’Ukraine orientale. Alors que le pénible travail d’identifier les restes des dépouilles des victimes et de poursuivre les perpétrateurs de cet acte criminel sans nom ne font que commencer, le monde peut-être certain d’une chose: Il n’y aura aucun affaiblissement dans notre résolution de punir le régime de Poutine d’avoir menacer la paix et la sécurité de l’Europe centrale et de l’Est.”

La pathétique tentative de Harper de lier la Russie au désastre du vol MH17 révèle la vérité derrière la formule de “l’agression russe”, une campagne de marketing ourdie par l’occident pour minimiser l’obstruction à sa très réelle agression globale. Le fait que Harper soit à la tête de la nation du Canada, qui n’est en aucune manière menacée par l’ “agression russe” réelle ou imaginaire, expose plus avant la nature frauduleuse du narratif mis en place par l’occident.

L’agresseur jouant les victimes, de Hitler à l’OTAN

De la Libye au Mali, de la Syrie à l’Ukraine et au delà, l’occident s’est engagé dans des ingérences géopolitques directes et indirectes et des manipulations sous des formes différentes et variées incluant les opérations militaires secrètes, les opérations de renseignement et de terrorisme par procuration et même des interventions militaires directes. Alors que l’occident arrive aux limites et aux frontières de nations capables de se défendre et qu’une défense existe, les experts et les politiciens ont commencé à cadrer cela en terme “d’agression”. L’obstruction de l’expansion occidentale à travers l’Europe, l’Afrique, l’Asie et l’Amérique du sud est vue et cadrée comme étant une “agression”, tout comme le fit Adolf Hitler en regard des nations qui rechignaient à l’expansion du nazisme dans les années 1930.

Au bout du compte, des cas légitimes “d’agression” et “d’expansionisme” pourraient facilement être énumérés. Par exemple une carte de l’Europe de ces dernières décennies montrant l’expansion du territoire russe pourrait être un indicateur fiable. Mais le problème est qu’une telle carte montrerait juste l’opposé et montrerait l’évidence de l’OTAN s’incrustant sur les frontières avec la Russie derrière le prétexte d’une “Europe une et libre”.

Pour les “experts” et politiciens qui affirmeraient que l’expansion de l’OTAN s’est faite en dehors de toute agression, mais plutôt au travers de la participation volontaire et aux aspirations des peuples au sein des nouveaux membres de l’OTAN, ce que les Etats-Unis eux-même admettent être faux. Les soi-disantes “révolutions colorées” de la Serbie à la Georgie en passant par l’Ukraine ont été créées, financées et exécutées par les Etats-Unis et autre membres de l’OTAN afin de renverser des ordres politiques et des fronts d’opposition à l’OTAN et d’installer un ordre politique qui l’embrasse, rien de moins que ce qu’ont fait tous les autres empires au travers de l’histoire humaine par leurs sytèmes de vice-roi et autres formes d’admnistration impérialiste (colonialiste) par procuration.

En fait, le journal du Guardian admettait dans un article datant de 2004, “US campaign behind the turmoil in Kiev,” que : “Tandis que les gains de la révolution orange sont ukrainiens, la campagne elle-même est une création américaine, un exercice brillant et sophistiqué de marketing de masse, qui dans 4 pays en quatre ans, a été utilisée pour sauver des élections truquées et renverser des régimes non désirés. Financée et organisée par le gouvernement américain, deployant des consultants américains, des statisticiens, des diplomates, les deux gros partis politiques américains (républicain et démocrate) et des ONG américaines (NdT: La 5ème colonne de l’empire…), la campagne fut d’abord utilisée en Europe à Belgrade en 2000 afin de faire battre Slobodan Milosevic aux élections.

Richard Miles, l’ambassadeur américain à Belgrade joua un rôle clef. L’an dernier, comme ambassadeur US à Tbilissi (Georgie), il répéta le truc, conseillant Mikhaïl Saakachvili sur le comment sortir Edouard Chévardnadzé. Dix mois après le succès de Belgrade, l’ambassadeur américain à Minsk (Biélorussie). Michael Kozak, un vétéran d’opérations similaires en Amérique Centrale, notoirement au Nicaragua, organisa une campagne qusiment identique pour essayer de sortir l’homme fort du régime biélorusse, Alexandre Loukatchenko.

Cette révolution échoua. “Il n’y aura pas de Kostunica en Biélorussie”, avait déclaré le président biélorusse se référant à Belgrade. Mais l’expérience gagnée au gré des opérations en Serbie, Georgie et Biélorussie fut incommensurable pour comploter afin de battre le régime de Léomid Kouchma à Kiev.

L’opération, celle qui consiste à fabriquer la démocratie avec des élections et de la désobéissance civile, est maintenant si bien huilée, que la méthode est maintenant devenue un moule pour gagner les élections d’autres gens.

En d’autres termes, de la Biélorussue à la Georgie en passant par la Serbie et l’Ukraine, les Etats-Unis ont insidieusement renversé des gouvernements pas seulement au gré d’agression militaire, mais aussi avec des opérations secrètes visant à manipuler des élections et à renverser des régimes politiques que refusent d’accepter les résultats tronqués et bidonnés planifiés. Certainement donc des régimes résultant de telles pratiques ne rejoignent pas “volontairement” l’OTAN et celle-ci est sûrement en train de s’étendre au moyen d’une campagne de subversion violente et sans loi de nations étrangères, l’une après l’autre, l’Ukraine redevenant de nos jours une cible de choix.

Les nazis à notre porte (une fois de plus)

Les parallèles entre l’OTAN et l’Allemagne nazie sont bien plus qu’anecdotiques. En Ukraine le régime actuel, résultant du coup et soutenu par l’OTAN et l’Union Européenne est littéralement nazi. Du “Parti de la Patrie” au Parti Svoboda ouvertement nazi et leurs ailes politiques variées incluant le maintenant tristement célèbre front du Secteur Droit, le fascisme d’ultra-droite est une fois de plus en train de mener l’expansionnisme en territoire russe et non pas provenant de lui.

Les tentatives actuelles de l’occident de faire le portrait de la préoccupation de la Russie sur l’Ukraine et de la menace nazie qui trépigne sur son pas de porte comme étant celui du leader soviétique Joseph Staline et de son but pour l’invasion de la Pologne pour remuer les peurs et l’hystérie anti-communiste et anti-soviétique programmées de longue date dans les psychées des audiences occidentales, donne incidemment un parallèle historique valide. Alors que l’invasion de la Pologne fut une atteinte à la souveraineté nationale polonaise et un acte de guerre, ce fut fait pour créer une barrière entre l’URSS et la montée de l’Allemagne nazie sous la houlette de Hitler. Une telle barrière fut un des facteurs qui permît alors aux soviétiques de se mobiliser et de monter une contre-offensive à l’opération Barbarossa hitlérienne d’invasion de l’URSS. Ceci finit par faire tourner la table contre Hitler et mena à la chute du nazisme en Europe.

Au-delà de la cause et de l’effet, il y a plusieurs autres similarités entre l’invasion de la Pologne par Staline et le soutien politique d’aujourd’hui de la Fédération de Russie envers les Ukrainiens de l’Est, qui ont maintenant combattu le régime de Kiev depuis des mois avec succès. Au-delà des fabrications de “preuves” par l’occident contre des nations comme l’Irak, la Libye, la Syrie comme un prétexte de guerre, Washington a fourni très très peu de preuves de quoi que ce soit qu’il annonce et accuse. Pas de preuves n’ont été fournies pour montrer que la Russie “envahit” l’Ukraine orientale. La Russie a au contraire, choisi la voix de la retenue malgré l’emploi par l’occident de plusieurs pièges pour la forcer à intervenir en ukraine, ce faisant, la Russie a gagné un consensus global conséquent, érodé par les tentaitves de l’occident de déguiser sa propre agression sur le monde et son expansionnisme comme étant une “promotion de la démocratie” et des “interventions humanitaires”.

Ukraine… Vol MH17… Comment fonctionne la propagande américaine (Paul Craig Roberts)

Posted in actualité, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 22 juillet 2014 by Résistance 71

Culpabilité par l’insinuation

Comment fonctionne la propagande américaine

 

Paul Craig Roberts

 

21 juillet 2014

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/07/21/guilt-insinuation-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Pourquoi Washington n’a t’il pas rejoint le président russe Vladimir Poutine pour demander une enquête internationale objective et non politisée au moyen d’experts dans l’affaire de l’avion de ligne de la Malaysia Airline ?

Le gouvernement russe lui, continue à fournir des faits, incluant des photos satellites montrant la présence de missiles anti-aériens Buk ukrainiens dans les zones depuis lesquelles l’avion commercial aurait pu être abattu par le système de missiles, ainsi que la documentation de la présence de chasseur ukrainien Su-25 approchant le Boeing malais avant qu’il n’aille au tapis. Le chef du directorat des opérations du QG militaire russe a dit dans une comnférence de presse aujourd’hui (21 juillet) à Moscou que la présence des chasseurs militaires ukrainiens était confirmée par le centre de contrôle de Rostov.

Le ministère russe de la défense a indiqué qu’au moment de la destruction du vol MH17, un satellite américain se tenait au dessus de la zone. Le gouvernement russe demande expressément que Washington fournisse toutes les photos disponibles et les donnés capturées par le satellite.

Le président Poutine a insisté de manière répétée que l’enquête sur le vol MH17 requiert “un groupe d’experts totalement représentatifs travaillant sur place sous la direction de l’Organisation Internationale de l’Aviation Civile (OIAC).” L’appel de Poutine pour un examen d’expert indépendant de l’OIAC ne semble pas être le désir d’une personne qui a quoi que ce soit à cacher…

Se tournant vers Washington, Poutine a déclaré: “En même temps, personne (pas même la “nation exceptionnelle”) n’a le droit d’utiliser cette tragédie pour parvenir à des buts politiques étriqués et égoïstes.”

Poutine a rappelé à Washington: “Nous avons demandé répétitivement aux camps en conflit d’arrêter l’effusion de sang immédiatement et de s’assoir à la table des négociations. Je peux dire avec confiance que si les opérations militaires n’avaient pas été continuées (par Kiev) le 28 Juin en Ukraine orientale, cette tragédie ne se serait pas déroulée.”

Quelle est la réponse américaine ?

Des mensonges et des insinuations.

Hier (le 20 juillet), le ministre américain des AE, John Kerry, a confirmé que des séparatistes pro-russes étaient impliqués dans l’abattage de l’avion de ligne malais et a dit qu’il “était assez clair que ce système de missiles a été transféré depuis la Russie vers les séparatistes. Nous savons avec confiance, que les Ukrainiens n’avaient pas de système de la sorte près de la zone à ce moment précis, ceci fait donc clairement pointer le doigt vers les séparatistes.”

La déclaration de Kerry n’est qu’un mensonge de plus dans la longue liste de mensonges vociférés par les ministres des AE américains en ce XXI`ème siècle. Qui peut oublier la paquet de mensonges proféré devant l’ONU par Colin Powell au sujet des “armes de destruction massive” de Saddam Hussein ou du mensonge de Kerry répété jusqu’à plus soif qu’Al-Assad avait “utilisé des armes chimiques contre son peuple” ainsi que la litanie sans fin de mensonges au sujet du “nucléaire militaire iranien ?”

Rappelez-vous que Kerry en de multiples occasions, a déclaré que les Etats-Unis avaient la preuve qu’Al-Assad avait “franchi la ligne rouge” en utilisant des armes chimiques. Quoi qu’il en soit, Kerry n’a jamais été capable de fournir des preuves concrètes pour ses affirmations. Les Etats-Unis n’avaient aucune preuve à fournir au premier ministre britannique dont la proposition au parlement de participer avec Washingrton à l’attaque militaire de la Syrie, fut rejetté par vote du parlement. Celui-ci dit alors clairement au premier ministre: “pas de preuve, pas de guerre.”

Pourquoi Washington ne fournit-il pas ses photos satellites ?

La réponse est la même que celle à la question du pourquoi Washington ne fait-il pas publier toutes les vidéos qu’il a confisqué, qu’il clâme pourtant prouver qu’un avion de ligne détourné a percuté le Pentagone le 11 septembre 2001. Les vidéos ne soutiennent en rien la version des faits de Washington tout comme les photos satellites ne soutiennent en rien l’affirmation de Kerry.

Les inspecteurs d’armement de l’ONU sur le terrain en Irak avait rapporté que l’Irak n’avait aucune arme de destruction massive. Mais les faits ne soutenaient pas la propagande de Washington et ils furent ignorés. Washington commença une guerre hautement destructrice basée uniquement sur ses mensonges délibérés. Les inspecteurs de l’AIEA (nucléaire) depuis l’Iran ainsi que les 16 agences de renseignement américaines ont rapporté que l’Iran n’avait aucun programme nucléaire militaire. Mais ce fait ne rentre pas dans la ligne de l’agenda de Washington et fut ignoré à la fois par le gouvernement et par les médias de la pressetituée.

Nous sommes les témoins de la même chose maintenant avec les assertions en l’absence de preuves que la Russie est responsable de l’abattage de l’avion de ligne malais.

Pas tout le monde au sein du gouvernement américain est aussi barjot que Kerry ou McCain. Au lieu de mentir, beaucoup d’officiels américains insinuent.

Ainsi la sénatrice Diane Feinstein en est un parfait exemple. Interviewée sur la chaîne pressetituée de CNN, Feinstein a dit: “Le problème est, où est Poutine ? Je dirai, Poutine, soit un homme. Tu dois dire au monde. Tu dois dire si c’est une erreur, ce que j’espère que cela le fut, mais dis-le.”

Poutine a parlé sans arrêt au monde, a appelé pour une enquête d’experts indépendants non-politisée et Feinstein demande à Poutine pourquoi il se cache derrière le silence ? Nous savons que tu l’as fait, insinue Feinstein, simplement dis-nous si tu l’as planifié ou si c’est un accident.

La façon dont le cycle entier du système d’information a été orchestré pour instantanément blâmer la Russie, longtemps avant même que de véritables informations ne parviennent, suggère que l’abattage de l’avion commercial est une opération de Washington. Il est bien sûr très possible que la pressetituée bien entraînée n’ait pas eu besoin d’une orchestration de Washington afin de mettre le blâme sur la Russie. D’un autre côté, quelques unes des performances médiatiques semblent trop suivre un script pour ne pas avoir été préparées à l’avance.

Nous avons aussi la préparation en avance de la vidéo sur YouTube qui affirme qu’un général russe et des séparatistes ukrainiens discutaient d’avoir abattu par erreur l’avion de ligne civil. Comme je l’ai dit auparavant. Cette vidéo est doublement plombée. Elle était préparée d’avance et en impliquant l’armée russe, elle a omis un fait très important, celui que l’armée russe peut parfaitement faire la différence entre un avion de ligne civil et un avion militaire. L’existence même de cette vidéo implique qu’il y avait un complot pour abattre l’avion de ligne et le blâmer sur la Russie.

J’ai vu des rapports sur le système russe de missiles anti-aériens qui disent que le système possède un système de sécurité intégré qui est capable de contacter le transponder (boîte de données) de l’appareil afin de vérifier de quel type d’appareil il s’agit. Si ces rapports sont corrects et que le transponder de l’appareil est trouvé, le contact sera enregistré.

J’ai lu des rapports disant que le traffic aérien ukrainien a changé la route du vol MH17 et l’a redirigé au dessus de la zone de conflit. Le transponder devrait aussi nous dire si cette information est correcte. Si elle l’est, il y a preuve circonstancielle que l’acte était intentionnel de la part de Kiev, une action qui aurait demandé l’accord préalable de Washington.

Il y a aussi d’autres rapports faisant état d’une profonde divergence entre l’armée ukrainienne et les milices non-officielles formées par les mouvements extrémistes néo-nazis, qui apparemment furent responsables des premières attaques sur les séparatistes d’Ukraine orientale. Il est possible que Washington ait utilisé ces extrémistes pour comploter la destruction de l’avion de ligne afin de faire porter le chapeau à la Russie et utiliser les accusations pour faire pression sur l’UE afin qu’elle s’aligne sur les sanctions unilatérales de Washington envers la Russie. Nous savons que Washington est désespéré de briser la croissance économique et les liens politiques existant entre l’Europe et la Russie.

Si l’abbatage de l’avion de ligne a été planifié, tous les ustensiles de sécurité embarqués sur le missile auraient pu avoir été éteints afin de ne donner aucun signe avant-coureur de la frappe ni possibilité de traçage. C’est peut-être la raison pour laquelle un avion de chasse ukrainien fut envoyé pour inspecter l’avion. Il est possible que la véritable cible ait été l’avion de Poutine et que de l’incompétence dans la réalisation du complot ait résulté la destruction du vol MH17.

Comme il y a un bon nombre d’exlications possibles, nous devons garder un esprit ouvert et résister à la propagande de Washington jusqu’à ce que les faits et preuves soient collectés. Dans le meilleur des cas, Washington est coupable d’avoir utilisé l’incident pour blâmer par avance la Russie sans attendre quelque preuve que ce soit. Tout ce que Washington nous a montré jusqu’ici n’est qu’accusations infondées et insinuations. Si c’est tout ce que continue à nous montrer le gouvernemet américain, alors nous saurons qui vraiment blâmer.

Dans le même temps, rappelez-vous l’histoire du petit garçon qui criait toujours “au loup!” Il a tellement menti que lorsque le loup est vraiment arrivé, plus personne ne l’a cru. Ceci sera t’il la destinée finale de Washington ?

Au lieu de déclarer la guerre à l’Irak, l’Afghasnistan, la Libye, la Somalie, le Yémen et la Syrie, pourquoi Washington s’est-il caché derrière des mensonges ? Si Washington veut la guerre avec l’Iran, la Russie et la Chine, pourquoi tout simplement ne pas leur déclarer la guerre ? La raison pour laquelle la constitution requiert un consentement du congrès pour déclarer la guerre est justement pour prévenir que la branche exécutive n’orchestre des guerres pour des agendas privés En adbiquant sa responsabilité constitutionnelle, le congrès des Etats-Unis est complice des crimes de guerres de la branche exécutive. En approuvant le meurtre prémédité (NdT: définition même de “l’assassinat”…) des Palestiniens, le gouvernement américain est complice des crimes de guerre d’Israël.

Posez-vous cette simple question: Le monde ne serait-il pas un endrit plus sûr, moins meurtrier, avec moins de destruction et de gens déplacés, sujet à plus de vérité et de justice si les Etats-Unis et Israël n’existaient pas ?

Ukraine: Diplomatie russe contre coercition impérialiste…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 26 juin 2014 by Résistance 71

La diplomatie de Poutine peut-elle prévaloir sur la coercition de Washington ?

 

Paul Craig Roberts

 

24 Juin 2014

 

url de l’article:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/06/24/can-putins-diplomacy-prevail-washingtons-coercion-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

24 Juin 2014, le président de la Russie Vladimir Poutine est en train d’essayer de sauver le monde de la guerre. Nous devrions tous l’aider.

Aujourd’hui, le directeur de presse présidentiel russe Dimitri Peskov a rapporté que le président Poutine avait demandé à ce que la loi sur l’autorisation d’utiliser la force, qui fut votée pour protéger les résidents des anciens territoires russes qui sont maintenant partie de l’Ukraine d’une féroce violence russophobe qui caractérise le gouvernement marionnette de Washington à Kiev, soit abrogée (annulée) ~ NdT: elle l’a été depuis que Roberts a écrit ce papier ~

Les néoconservateurs de Washington jubilent. Ils voient la diplomatiie de Poutine comme un signe de faiblesse et de peur et demandent des mesures plus fortes afin de forcer la Russie de rendre la Crimée et la base navale sur la Mer Noire.

En Russie, Washington promeut sa 5ème colonne d’ONG afin qu’elle court-circuite le soutien de Poutine au moyen d’une propagande disant que Poutine a peur de soutenir les Russes et a vendu à l’empire la population russe d’Ukraine. Si la sauce de cette propagande prend, Poutine sera distrait par des manifestations dans les rues. L’apparence de la faiblesse intra muros de Poutine donnera confiance à Washington. Bon nombre de membres de la jeune classe professionnelle russe est sensible à la propagande américaine ; essentiellement ces Russes conditionnés par la propagande et alignés sur Washington et non sur le Kremlin.

Poutine a placé son futur et celui de son pays sur le pari que la diplomatie russe peut prévaloir sur la politique de corruption, de menace, de chantage et de coercition de Washington. Poutine en appelle aux Européens de l’Ouest. Poutine dit: “Je ne suis pas le problème. La Russie n’est pas le problème. Nous sommes raisonnables. Nous ignorons les provocations de Washington. Nous voulons œuvrer pour trouver une solution pacifique.”

Washington dit: “La Russie est une menace. Poutine est le nouveau Hitler. La Russie est l’ennemi. L’OTAN et les Etats-Unis doivent commencer une montée en puissance militaire contre la menace russe, envoyer des troupes et des avions de combat en Europe de l’Est et les bases de l’OTAN à la frontière russe. Les réunions du G-8 doivent dorénavant se tenir sans la présence de la Russie. Des sanctions économiques doivent être émises contre la Russie et ce sans aucun regard sur les conséquences qu’ont ces sanctions sur l’Europe occidentale.” Etc…

Poutine dit: “Je suis là pour vous écouter. Résolvons cela ensemble.”

Washington dit: “La Russie est l’ennemi.”

Poutine sait pertinemment que la GB est un état totalement vassal des Etats-Unis, que Cameron est juste un autre politicien acheté-vendu, comme l’était Blair avant lui. L’espoir de Poutine pour que la diplomatie prévale sur la force repose sur l’Allemagne et la France. Les deux pays font face à des difficultés économiques, de budget et d’emploi et les deux pays ont des relations économiques conséquentes avec la Russie. Les intérêts du monde des affaires allemand sont un contre-poids à la faiblesse du gouvernement de Merkel et sa soumission à Washington. Washington a mis en colère la France de manière stupide en essayant de voler 10 milliards de dollars de la plus grande banque de France et de livrer la France à Wall Street.

Si le désir de souveraineté nationale existe toujours dans les gouvernements allemand et français, l‘un voire les deux, pourrait bien faire un bras d’honneur à Washington et déclarer publiquement qu’ils n’ont aucune intention de laisser leur pays se laisser embarquer dans une guerre contre la Russie pour les beaux yeux de l’empire de Washington et de l’hégémonie financière mondiale des banques américaines.

Poutine parie sur ce développement. Si son pari est mauvais et si l’Europe fait défaut non seulement à la Russie mais à elle-même et au reste du monde en acquiesçant à la poussée hégémonique mondiale des Américains, alors la Russie et la Chine auront deux choix possibles: se soumettre à Washington et son hégémonie ou se préparer pour la guerre.

Comme aucun des deux côtés ne peut se permettre de perdre la guerre, celle-ci sera nucléaire et comme des scientifiques l’ont déjà bien clarifié, la vie sur terre cessera d’exister et ce tout à fait indépendamment de la réussite ou non de la mission de protection du bouclier anti-missiles balistiques américain.

C’est pourquoi je suis tout à fait opposé à la politique de Washington et m’élève sans cesse contre l’arrogance méprisante qui définit Washington aujourd’hui. Le résultat le plus sûr de la poursuite de l’hégémonie mondiale par Washington et son empire est l’extinction de toute vie sur Terre.

Ingérence occidentale en Ukraine: Des escadrons de la mort de la CIA dans l’Est du pays…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 9 mai 2014 by Résistance 71

De son côté, la Russie fête les 69 ans de la grande victoire de 1945… tandis que l’occident se languit de voir les Russes intervenir en Ukraine… Sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

Poutine est encore en train d’enfumer toute la clique de demeurés va t’en guerre occidentale… Sacré Vlad !

— Résistance 71 —

 

Des activistes de l’Est de l’Ukraine sonnent l’alarme sur des escadrons de la mort de la CIA opérant en Ukraine

La CIA a renversé les mouvements politiques inacceptables à l’élite financière et politique des Etats-Unis

 

Kurt Nimmo

 

8 Mai 2014

 

url de l’article original:

http://www.infowars.com/activists-in-eastern-ukraine-sound-alarm-on-cia-led-death-squads/print/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Peu de temps après l’invasion de l’Afghanistan par les Etats-Unis, le Pentagone a commencé à se fier à des groupes paramilitaires afghans entraînés par la CIA pour chasser les Talibans et les combattants d’AQ à Kandahar, Khost, Paktia, Paktika et autres provinces du pays. L’Equipe de Poursuite Antiterroriste était modelée d’après les unités des forces spéciales américaines. Elle s’engageait dans plusieurs activités incluant la livraison d’insurgés à la CIA pour interrogatoire. En plus de l’Afghanistan, l’équipe passa au Pakistan pour chasser des leaders d’AQ, d’après le journaliste Bob Woodward (NdT: Sachant que la CIA créa avec le MI6 et le SIS pakistanais AQ et les Talibans en 1978 et postérieurement, soit Woodward croit au père Noël, soit il fait partie d’une psyop de propagande (à son insu ou non…), soit les Etats-Unis se seraient retournés contre leur création…)

Le Groupe des Operations Spéciales de la CIA était impliqué en Afghanistan avant l’invasion et y établissait l’équipe d’élite paramilitaire afghane. “Ils ne suivent pas les règles du jeu parce qu’ils n’en ont pas besoin.” Écrivit Tod Robberson dans le Dallas Morning News en Octobre 2002. “C’est la raison principale pour laquelle les USA préfèrent déployer de plus en plus de troupes paramilitaires de la CIA dès qu’ils se préparent à entrer dans une zone géopolitique chaude comme l’Afghanistan ou l’Irak. Les officiels militaires américains et les analystes de la CIA ont une longue histoire d’envoyer des commandos hautement entraînés dans les endroits les plus dangereux au monde, parfois bien en avance des forces armées conventionnelles, mais souvent à leurs côtés.”

“Au bout du compte, l’aspect le plus important de ces opérations est que personne ne le sache”, a dit au journal Charles Heyman, rédacteur au “Jane’s World Armies” de Londres.

La CIA en Ukraine

Malgré cette règle, il n’est plus un secret que la CIA et le FBI travaillent avec la junte de Kiev mise en place en Février dernier. Le tabloïde allemand “Bild” a raporté dimanche dernier que les agences américaines “conseillent le gouvernement par interim de Kiev sur le comment museler la gronde croissante dans le pays”, d’après le The Moscow Times.

Avant cela, à la mi-Avril, il fut découvert que le directeur de la CIA John Brennan, visita le capitole d’Ukraine. Des spéculations s’ensuivirent du magazine Forbes spéculant que le voyage de Brennan était au sujet de la guerre cybernétique, suggérant que la visite concernait le partage du renseignement.

Considérant l’objectif général en Ukraine, une telle spéculation est à côté de la plaque. Si le régime de Kiev veut éviter la sécession et la mutinerie dans les régions agricoles et industrielles importantes du pays, il utilisera une méthode lourde et brutale, une aide se spécialisant dans la guerre secrète, le meurtre et le terrorisme. La CIA a été spécifiquement désignée pour mener une guerre non conventionnelle derrière le rideau et pour ne pas jouer selon les règles en vigueur.

“Une source proche des agences de sécurité ukrainiennes a dit à l’agence russe RIA Novosti que Brennan est venu à Kiev samedi dernier et a rencontré les chefs de la sécurité ukrainienne avant de rencontrer le ministre ukrainien de l’intérieur et que celui-ci annonce qu’il lançait une opération spéciale contre ceux pressant pour une fédéralisation dans l’Est de l’Ukraine,” a dit la ,” The Voice of Russia le 14 Avril.

La CIA a une longue et sordide histoire de muselage des mouvements politiques, le plus souvent avec violence, mouvements jugés inacceptables pour l’élite dominante des Etats-Unis.

“Les opérations secrètes de la CIA constituent l’effort le plus souvent caché pour mettre un terme à des gouvernements injustes, impopulaires et minoritaires, toujours avec l’espoir qu’une intervention militaire ouverte ne soit pas nécessaire. Plus ces opérations secrètes de la CIA ont du succès et moins les interventions militaires ouvertes deviennent nécessaires et moins on a besoin de réformes,” écrit l’ancien agent de la CIA Philip Agee..

Les fascistes ukrainiens ont été instrumentaux durant la guerre froide

Généralement méconnu du public et jamais mentionné par les médias de l’establishment est le fait que la CIA a une très longue histoire relationnelle avec la faction fasciste ultra-nationaliste qui règne maintenant en Ukraine. Les Etats-Unis ont établi des liens importants avec les groupes emigre ukrainiens et ce dès 1945 au tout tout début de la guerre froide.

Le Strategic Service Unit (SSU), successeur de l’Office of Strategic Services (OSS), pendant la seconde guerre mondiale et le précurseur de la CIA, a appris que des groupes ultra-nationalistes en Ukraine résistaient à l’occupation soviétique après la guerre. Le SSU coopéra avec un bon nombre de groupes ukrainiens opposés à l’URSS, incluant ceux qui avaient collaboré à 100% avec les nazis durant la guerre et arboraient une haine profonde des juifs, des Polonais et des Russes.

En 1949, l’utilisation des Ukrainiens par la CIA est officialisée par Washington. Le projet CARTEL voit le jour en soutien à la résistance à l’URSS et en URSS. Vers 1950, les Etats-Unis discutaient avec les Britanniques pour soutenir plus avant les ultra-nationalistes et leur résistance à l’occupation soviétique.

La CIA “maintint une relation opérationnelle avec les ukrainiens qui fut non seulement le premier, mais aussi un des projets les plus durables des groupes anti-communistes emigre”, écrit Kevin C. Ruffner dans un document déclassifié de la CIA. “Avec le financement de l’agence (CIA), les Ukrainiens ont établi un institut de recherche à New York et ont publié un nombre important de publications anti-soviétiques… Depuis cette base aux Etats-Unis, les Ukrainiens continuèrent leur lutte contre l’oppression soviétique jusqu’à l’effondrement de l’URSS.”

La collaboration de la CIA avec les Ukrainiens d’emigre a continué après la chute de l’URSS et eut le succès de la révolution orange de 2004, incluant des notables comme Kateryna Ioutchenko (née aux Etats-Unis), l’épouse de Victor Ioutchenko, qui fut hissé au pouvoir après la “révolution” fabriquée par l’occident.

“Le candidat d’opposition Viktor Ioutchenko dans l’élection présidentielle ukrainienne, est fermement soutenu par le consensus de Washington”, écrivait Michel Chossudovsky en 2004. “Il n’est pas seulement soutenu par le FMI et la communauté de la finance internationale, mais il a aussi l’aval de la NED, de la Freedom House et de l’Open Society Institute (Soros)”.

La NED est à toute fin utile, l’enfant bâtard de la CIA. “Nous ne devrions pas a voir à faire ce type de boulot secrètement”, a dit le président de la NED Carl Gershman au New York Times en 1986, trois ans après la création de l’organisation subversive. “Ce serait terrible pour les groupes démocratiques autour du monde de se voir financés par la CIA. Nous avons vu cela dans les années 1960 et c’est pourquoi cela ne pouvait plus durer. Nous n’avons pas la capacité de faire cela, et c’est donc pour cela que la NED fut créée.”

“Beaucoup de ce que nos faisons aujourd’hui à la NED était secrètement fait par la CIA il y a 25 ans, “ ajouta Allen Weinstein, qui fut derrière le loi de création de la NED quelques années plus tard.

Tandis que la NED travaille avec des ONG et des “groupes démocratiques” dans des pays étrangers pour renverser des gouvernements ciblés par l’élite financière et politique, la CIA elle, gère le “sale boulot” de la violence contre des cibles spécifiques lorsque des élections échouent ou une contre-révolution commence.

Il serait particulièrement naïf d’assumer que la CIA n’est pas en ce moment même en train de travailler la main dans la main avec ses associés de la guerre froide, les ultra-nationalistes, néo-nazis, qui dirigent maintenant le système de sécurité ukrainien contre l’opposition à leur régime des parties Est et Sud du pays. Cet effort, comme l’a révélé la visite récente de Brennan, est de la plus haute importance à la suite de l’échec cinglant de l’armée ukrainienne d’imposer une règle de junte militaire dans les zones rebelles.

L’action punitive contre la résistance par la CIA et le Secteur Droit (Pravy Sektor)

Iskra-News.info, site de langue russe, pense que la Natsgvardii, la garde national ukrainienne, travaille en étroite collaboration avec le Pravy Sektor sur une “action punitive” contre les activistes de l’Est qui planifient un referendum sur l’autonomie ce dimanche 11 Mai.

“Nous comprenons que les gens sont très motivés, parce qu’ils ont été 3 mois sur la place Maïdan. Ce sont des volontaires. Ils sont d’accord pour défendre l’Ukraine, on va leur donner l’opportunité de le prouver”, a dit le vice ministre de l’intérieur Nicolaï Velickovic au sujet des membres de la Garde Nationale en Avril.

“Kiev doit non seulement faire face à la résistance d’une milice bornée, mais aussi au manque de volonté de l’armée de conduire de vastes opérations. Les soldats n’ont pas assez d’équipmement et de logistique, de véhicules ou de carburant,” stipule un rapport posté sur un site internet d’un des états de l’Est. “Ainsi, le gouvernement compte en grande partie sur la nouvellement créée Garde Nationale et le Secteur Droit militant.” La Garde Nationale et le Pravy Sektor sont directement impliqués avec des mercenaires (NdT: Il a été rapporté que des mercenaires d’Academi/Greystone, ex-Blackwater, sont en Ukraine depuis février/mars… arrivés par avion à Kiev juste après le coup d’état). Ceux-ci incluent la firme américaine ex-Blackwater, Greystone et “30 groupes de sabotage militaire étrangers composés de 4 à 6 personnes, provenant d’Allemagne, de Pologne, des Etats-Unis et de Georgie.”

Un autre site de langue russe, 57.mid, publie un rapport d’Ukraine clâmant que la CIA fait équipe avec le Secteur Droit “afin de maximiser le nombre de pertes parmi la population civile afin de faire oublier le massacre du 2 Mai à la maison des syncicats d’Odessa qui a tué au moins 46 personnes et pour terroriser la population russophone des régions d’Odessa, de Mykolayiv et de Kherson.”

Si ces rapports s’avèrent corrects, il y aura sûrement une vague de terreur et de représailles sanglantes avant le vote du referendum. Les gangs fascistes, galvanisés de haine ethnique et raciale et de mythes nationalistes, se sont liés avec des impératifs néolibéraux dirigés avec une précision redoutable par la CIA ; ceci résultera en une nouvelle crise, potentiellement qui verra finalement une Russie reluctante à intervenir en Ukraine.

“Lorsque l’Inde fut néolibéralisée, des voyous d’extrême-droite soutenus par et même menés par les polices locales, hantaient les rues à la nuit tombée ciblant les maisons des nombreuses personnes de gauche tels les chefs des syndicats-ouvriers, écrivains, journalistes, membres de l’opposition politique et dissidents”, écrit Scott Creighton. “Un grand nombre de personnes furent traînées hors de leur maison et furent battues à mort par les criminels devant leur femme et enfants tandis que la loi regardait et ne faisait rien. Ceci fut fait pour assurer la stabilité du nouveau système néolibéral pour les années à venir.”

La CIA essuya les plâtres de ce type d’attitude meurtrière en Indonésie où elle fit des listes méthodiquement complètes des ennemis (listes qu’elle fit remettre au gouvernement réactionnaire de Suharto), ce qui provoqua la mort d’environ 250 000 personnes par les sbires du régime Suharto.

“Pour la première fois, des officiels américains ont reconnu qu’en 1965, ils ont établi des listes très fournies des opérateurs et sympathisants communistes, depuis les plus hauts échelons de la société, jusque dans les villages les plus reculés. Plus de 5000 noms furent donnés à l’armée indonésienne et les Américains par la suite cochaient les noms de ceux qui avaient été éliminés ou capturés”, Spartanburg, South Carolina Herald-Journal du 19 Mai 1990. (South Carolina Herald-Journal)

Un schéma très similaire semble se dérouler en Ukraine orientale. “Alors, pour en revenir au massacre des dissidents de vendredi à Odessa, ceci vous semble t’il familier ?” demande Creighton, comparant l’attitude de la CIA en Indonésie avec ce qui se passe maintenant en Ukraine.

= = =

Vidéo:L’action secrète de la CIA en Iran, au Vietnam au Laos…” (en anglais, activez le sous-titrage..)

Note sur le documentaire: Vieux documentaire, qui a le mérite de dire que ces opérations secrètes ont existé (et donc sont connues) et de donner la parole à d’anciens patrons de la CIA comme l’abominable Allen Dulles (qui possédait avec son frère la fameuse entreprise multinationale American Fruit), côté négatif: le documentaire atténue les impacts des atrocités perpétrées ou logistiquement favorisées par la CIA…

http://www.youtube.com/watch?v=y72CA2Xx9N4

Article connexe:

http://www.legrandsoir.info/ukraine-la-campagne-etasunienne-contre-la-russie-est-bloquee-sans-l-intervention-de-la-russie-et-le-soutien-de-l-allemagne-moon.html