Archive pour CIA FBI assassinats politiques

prisons meurtrières pour les activistes politiques au pays du goulag levant (ex-USA)

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 28 juillet 2015 by Résistance 71

Le goulag est là et bien là… Prochaine étape: les escadrons de la mort, qui furent créés au PGL et testés sur les activistes de l’American Indian Movement (AIM) dans les années 70 avec les « Goon squads » de la police autochtone des réserves indiennes sous contrôle du FBI, qui assassinèrent bon nombre d’activistes sous couvert (ou non) « d’actions légales ».

Le grand chef Hunkpapa Lakota  Sitting Bull tomba sous les balles des traîtres de son propre peuple fliquant la réserve de Pine Ridge le 15 Décembre 1890, après qu’il fut décidé en « haut-lieu » que le grand résistant au colonialisme occidental devait mourir.

Il semble que la phase « élimination physique » soit entrée en vigueur. Phase qui va s’étendre à tout le monde occidental sous contrôle oligarchique.  Toutes les polices occidentales deviennent pas à pas des police politique dont la mission est de préserver les intérêts privés oligarchiques coûte que coûte, lorsque cela ne sera plus possible, les états-corporations feront appel aux mercenaires. Union et vigilance !

Mise à jour 28 juillet: Une autre femme afro-américaine retrouvée morte dans sa cellule à Cleveland, Ohio…

— Résistance 71 —

 

Un activiste amérindien retrouvé mort dans sa cellule

 

Press TV

 

28 Juillet 2015

 

url de l’article original:

http://www.presstv.ir/Detail/2015/07/28/422173/US-Rexdale-W-Henry-Sandra-Bland-human-rights

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Un activiste amérindien a été retrouvé mort dans sa cellule aux Etats-Unis dans ce qui semble bien être une nouvelle mort suspecte, similaire à celle de Sandra Bland au Texas.

Rexdale W. Henry, 53 ans, qui avait été arrêté le 9 juillet lors d’un contrôle de routine pour n’avoir pas payé une amende suite à une infraction routière, a été retrouvé mort dans sa cellule de la prison de Neshoba County dans l’état du Mississippi, 5 jours plus tard, d’après les médias locaux (NdT: lieu tristement célèbre qui vît l’assassinat d’activistes blancs anti-ségrégation en 1961, évènements mis en scène dans l’excellent film d’Alan Parker “Mississippi Burning”).

Le corps sans vie d’Henry, qui était membre de la nation Choctaw et un activiste de longue date avec la communauté amérindienne locale, fut découvert une demie-heure après qu’il fut vu en vie pour la dernière fois.

L’état a fait faire une autopsie dans un laboratoire de la police scientifique de la ville de Jackson, mais les résultats n’ont pas encore été divulgués.

Dans le même temps, la famille de Henry a demandé qu’une seconde autopsie indépendante soit faite en Floride.

“Dans un moment où la nation est focalisée sur les terribles circonstances de la mort brutale de Sandra Bland, il est important d’exposer les façons dont les Afro-Américains, les Amérindiens et autres minorités sont ciblées, les membres interpellés pour des infractions mineures et terminent leur vie dans des cellules de prison”, a dit Janis McDonald, professeure de droit à l’université de Syracuse.

La mort d’Henry est intervenue un jour après celle de Bland, 28 ans, retrouvée morte dans sa cellule de la prison de Walter County au Texas. Bland avait été arrêtée le 10 juillet par un Texas Trooper pour ne pas avoir mis son clignotant alors qu’elle changeait de file à bord de son véhicule.

Une autopsie a confirmé le rapport initial d’un examinateur médical, déclarant sa mort un suicide.

Quoi qu’il en soit, sa famille a exprimé de forts doutes quant au fait que Bland aurait mis fin à ses jours alors qu’elle était passionnée par sa lutte pour le droits civils et très motivée au sujet de son nouveau travail qui l’attendait dans un collège près de Houston au Texas.

Les décès d’Henry, de Bland et de Kindra Chapman, une jeune femme noire américaine de 18 ans, qui fut aussi retrouvée morte dans sa cellule de la prison de Jefferson County dans l’état d’Alabama, sont les dernières morts en date dans une série de décès suspicieux impliquant les forces de police et qui ont déclenchés des manifestations dans bon nombre de villes à travers le pays.

Publicités

Pays du goulag levant (ex-USA): Le journaliste Michael Hastings meurt dans un « accident »…

Posted in actualité, Internet et liberté, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 24 juin 2013 by Résistance 71

Il semblerait que la phase « élimination de la dissidence à l’empire » ait été montée d’un cran par les criminels de l’état policier. Bientôt chez nous soyons-en certains.

Rapport de police: Sans suite, il perd le contrôle de sa voiture à grande vitesse en agglomération et percute un arbre, la voiture prend feu, Hastings périt dans le véhicule en flamme…

Témoins oculaires et voisinage: La voiture a explosé et a pris feu… le moteur a été propulsé à plus de 50m de la voiture dans le sens de la marche… Les riverains ont été réveillés par une forte déflagration qui a ébranlée les murs et les fenêtres… Sur les photos du sinistre, l’arbre que la voiture d’Hastings est supposée avoir percuté à grande vitesse est intact.

Il est maintenant avéré que le journaliste partait « se faire un peu oublier… »

Officiellement: Circulez ! Y a rien à voir, sans suite…

— Résistance 71 —

 

Le journal du Los Angeles Times rapporte que le journaliste Hastings partait se cacher au moment de sa mort

 

Kurt Nimmo


 

22 Juin 2013

 

url de l’article original:

http://www.infowars.com/la-times-reports-hastings-was-going-into-hiding-before-his-death/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Malgré les assertions du contraire par le FBI, le journaliste Michael Hastings (NdT: journaliste d’enquête sur des sujets que personne ne veut toucher, qui écrivit l’article sur le général commandant des opérations speciales en Afghanistan McChrystal pour Rolling Stone magazine en 2010, article qui fit partie de la mise au placard dudit général) était soumis à une enquête du bureau, Dans un courriel envoyé quelques heures avant sa mort (NdT: Hastings est mort dans un “accident de la route” alors qu’il partait se mettre au vert, accident classé sans suite par la police alors que les témoins occulaires et du voisinage ont rapporté une explosion massive et que le moteur de sa Mercedès a été retrouvé à plus de 50m de l’accident…), Hastings a dit que “ses proches amis et ses associés” étaient harcelés par le FBI et qu’il “allait sortir du radar pour un moment”, en d’autres termes, qu’il partait se cacher. Le journal du Los Angeles Times a rapporté sur ce courriel Vendredi.

A 2min32 dans la vidéo sur l’article orignal (en anglais), Michael Hastings dit que le gouvernement Obama est en guerre avec la presse.

“Peut-être que si les autorités viennent au site internet de médias alternatif Buzzfeed, il serait bon qu’il demande un conseil légal avant que toutes conversations ou entretiens ne se produisent au sujet de nos pratiques de collecte d’information et autres sujet liés au journalisme”, écrivit-il.

Wikileaks a aussi confirmé qu’Hastings était sous le coup d’une enquête du FBI. Les médias de l’establishment essaient d’imposer les théories concernant la mort du journaliste comme étant des théories du complot non fondées et irresponsables. “Depuis la mort d’Hastings mardi matin, de folles théories du complot circulent sur internet, suggérant qu’il a été tué par des forces puissantes qui voulaient le réduire au silence”, a rapporté le San Francisco Chronicle jeudi, insinuant que Wikileaks essayait d’exploiter la mort du journaliste.

Pendant un entretien avec Reddit l’an dernier, Hastings a déclaré que l’armée avait enquêté sur lui de manière répétitive. “Le pentagone a lancé trois enquêtes sur des histoires que j’ai couvertes ces 18 derniers mois sous le prétexte de trouver les mauvaises choses que nous exposions. Mais les enquêters étaient en fait un moyen créé par le Pentagone pour fournir un document officiel approuvé officiellement afin de critiquer le journalisme qu’il n’aime pas”, a t’il dit.

Hastings avait aussi parlé des tentatives du gouvernement de contrôler l’internet. “D’un côté nous sommes déjà bombardés avec tant de propagande gouvernementale, qu’il est difficile de le remarquer.” A t’il écrit. “Mais je pense que nous allons sûrement voir plus de ciblage concernant certaines communautés aux Etats-Unis avec une propagande produite à l’étranger. Je pense que nous allons aussi voir toutes sortes d’initiatives perturbantes en ligne sur internet produites par le gouvernement. Le Pentagone essaie déjà tout cela.”

Avant sa mort, Hastings travaillait sur un reportage au sujet de Jill Kelly, la militaire qui reçut des courriels de Paula Broadwell, la biographe qui eut une liaison extra-conjugale avec le général David Petraeus, alors directeur de la CIA. Kelly pense que le FBI a fuité son nom aux médias pour la discréditer.

Plus tôt ce mois-ci, Buzzfeed a publié en ligne un article d’Hastings intitulé: , “Why Do Democrats Love to Spy On Americans.”.

Comme nous l’avons noté mardi dernier, Hastings était connu pour “n’être intéressé d’écrire qu’au sujet d’histoires que quelqu’un ne voudrait pas qu’il écrive, souvent ses sujets.” D’après le rédacteur en chef de Buzzfeed Ben Smith. “Il savait qu’il y a certaines vérités que personne n’a intérêt à sortir, des histoires qui vont mettre à la fois vos sujets et leurs ennemis dans l’inconfort. Ce sont des histoires qui ne sont pas dites, parce que personne au sein du pouvoir n’a intérêt à ce qu’elles soient dites.”

=  =  =

Entretien de Michael Hastings avec Amy Goodman sur Democracy Now! En Juillet 2010:

Cet entretien fut réalisé après la publication par Rolling Stone Magazine de son article sur le général McChrystal en Juin 2010

Cet article mena a la mise au placard de McChrystal.

http://www.democracynow.org/2010/7/1/hastings

durée: 37min48

En anglais