Archive pour chine russie usa cirque géopolitique

Analyse politique: parabole… le saker et le crotale

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 19 mars 2018 by Résistance 71

Excellente analyse du Saker à laquelle nous adhérons totalement si tant est que tout cela ne soit pas une vaste supercherie à l’échelle planétaire afin de rediviser le monde en deux parties d’une guerre froide 2.0 sous menace de réchauffement afin de vendre toujours plus d’armes, sous contrôle de la finance et du gros business transnationaux. Il convient quand même de constater que depuis que les Russes ont mis les pieds dans le plat en Syrie et mis un coup d’arrêt (temporaire comme le pense le Saker ici ?..), la Russie a vendu beaucoup, beaucoup d’armes et tout le monde (hors empire) s’arrache ses S300, S400 et autres systèmes de mort. C’est un marché bien lucratif, comme elle le sait également depuis l’époque soviétique sans pouvoir plus grandement y participer…

Ceci dit, Le Saker fait un excellent et très juste parallèle avec le monde naturel en comparant la Russie avec un crotale dans ce qu’elle vit aujourd’hui. Si nous sommes d’accord avec le Saker dans son analyse comparative, nous pensons plus que jamais qu’il ne peut en aucun cas y avoir une solution à ce problème, ni à tout autre problème du reste qu’il soit politique ou économique, au sein du système de gouvernance mis en place il y a bien longtemps pour n’assurer que la longévité d’une clique de contrôleurs au sommet de la pyramide rendue artificiellement inéluctable. 

Le crotale fait bien plus que nous avertir de sa présence et de son courroux… Il nous fait prendre conscience que notre approche est obsolète et estampillée du sceau de la mort, que l’humanité arrive au stade ultime de sa déshumanisation, de son anti-nature et que tout cela ne peut que se terminer dans le mur si nous ne changeons pas globalement d’attitude les uns envers les autres, mais aussi envers le pouvoir.

Un vieux sage d’une nation amérindienne disait en substance ceci à un anthropologue en visite: Vous pensez que des espèces animales sont menacées d’extinction, mais ne vous est-il jamais venu à l’idée que peut-être ces espèces ne veulent simplement plus vivre sur la même planète que vous ?…

Le Saker ne fait que la moitié du chemin, mais seul un homme juste peut arriver à la comparaison qu’il nous livre dans son analyse. Pour faire l’autre moitié du chemin, il faudra lâcher prise pour se retrouver de l’autre côté du miroir, du côté de la société des sociétés universelle…

~ Résistance 71 ~

 

Poussez pas la Russie dans les orties !

Ah oui ? Tiens donc ma bière et regarde ça…

 

Le Saker

 

18 mars 2018

 

Source:

http://www.informationclearinghouse.info/49004.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les crotales ont une terrible réputation. Ici où je vis en Floride, nous avons le plus gros crotale de la planète, le crotale a dos diamanté oriental (Crotalus adamanteus). Ils sont très grands et peuvent atteindre une taille de plus de 2 mètres et peser jusqu’à 15 kg. Le venin de ce crotale (NdT: de la famille des vipères) n’est pas le plus toxique qui soit, mais il peut en injecter un gros volume. Alors, oui, c’est une créature assez formidable ; mais c’est aussi un animal très très timide. Les crotales à dos diamanté sont aussi de superbes créatures et je confesse que je les aime beaucoup (NdT: tout comme l’auteur de cette traduction, reptiles et serpents sont fascinants…)

Pour leur réputation de méchanceté, le crotale à dos diamanté ne vous attaquera jamais s’il peut l’éviter. J’ai vu une grande quantité de ces serpents lors de mes randonnées pédestres, j’en ai manipulé un certain nombre (avec un crochet à serpent) et j’ai même vu mon berger allemand se retrouver littéralement nez à nez avec l’un d’entre eux qui n’a pas attaqué. Pourquoi ? Parce que ces serpents feront tout ce qu’ils peuvent pour éviter de vous mordre.

En tout premier lieu, ils se cachent et ils le font très très bien. Vous pouvez vous tenir debout juste à côté de l’un d’entre eux et ne jamais le remarquer. Vous pouvez marcher juste à côté et il ne bougera pas, ni ne fera sonner les anneaux de sa queue ; vous ne saurez jamais qu’il était à côté de vous. Le camouflage est sa toute première ligne de défense.

S’il est découvert, alors il agitera sa queue qui émettra ce son si caractéristique des crotales. Si besoin, il le fera très bruyamment. On peut facilement entendre la “sonnette” du crotale à dos diamanté à plus de 5 mètres de distance, ce qui est une distance largement suffisante pour le localiser et l’éviter.

De plus, si on lui laisse l’opportunité, le crotale à dos diamanté oriental battra en retraite et ira se cacher.

Finalement, lorsqu’acculé, un grand nombre d’entre eux vont essayer ce qui est appelé la “morsure sèche”, c’est à dire qu’ils vont vous mordre mais sans injecter de venin. Pourquoi ? Parce que vous n’êtes pas une proie, donc quel serait le but de vous envenimer ? (NdT: ce prédateur très adapté sait pertinemment la taille de l’animal qu’il a en face de lui par ses détecteurs de chaleur et autres capteurs sensoriels, ainsi il sait dans le cas de l’humain qu’il devra injecter beaucoup de venin vu la taille de l’adversaire, ce qui le laissera plus tard vulnérable ; par instinct, il choisira de ne pas gaspiller son précieux venin s’il le peut… La nature est ainsi (bien) faite) Le crotale ne veut pas vous tuer, il veut simplement que vous le laissiez vivre en paix ! (NdT: rappelez-vous de nos écrits précédents: Il n’y a pas de mal dans la Nature, tout est à sa place, le crotale n’a aucune velléité de tuer, manger est sa seule raison de le faire en choisissant ses proies, l’humain ne fait définitivement pas partie de son alimentation, pourquoi perdrait-il son temps et son énergie ?!…)

Un park ranger (gardien des parcs nationaux) d’Arizona m’a dit un jour que le profile type d’une victime de morsure par crotale est celui d’un homme blanc, avec des tatouages et les fameux derniers mots du “Tiens ma bière et regarde-ça !”

Pourquoi vous dis-je tout cela ?

Parce que c’est exactement ce qui se déroule en ce moment même devant mes yeux horrifiés !

La Russie est le crotale à dos diamanté qui essaie désespérément de tout faire pour éviter d’avoir à frapper. L’occident est l’abruti bourré, arrogant et inconscient, au sens trompeur d’invulnérabilité qui dit “Tiens ma bière et regarde ça !”

Pensez que dans sa rencontre avec un humain sâoul, le crotale à dos diamanté a très peu de chance de survivre et il le sait, et c’est pour cela qu’il fait tout pour éviter la confrontation en première instance. Mais s’il est acculé ou attaqué, le crotale va attaquer en retour. Puissamment. Vous voulez voir à quoi ressemble ce genre d’attaque ? çà ressemble à ça:

Vous ne voulez certainement pas être à la réception de cette frappe!

Mais ça, c’est pour les gens à jeûn, non bourrés et normaux. quand vous avez un coup dans la pipe et que votre attitude est du style: “Tiens donc ma bière et regarde-ça !” vous “savez” que vous pouvez manipuler ce serpent.

Ils en sont tous là maintenant. May, Trump, Macron, et Merkel bien entendu, mais aussi leur pressetituée sycophante et les hordes de leurs suiveurs zombifiés. Ils croient tous en leur supériorité et leur invulnérabilité.

La terrible vérité est que ces gens n’ont absolument aucune idée de ce avec quoi ils jouent ni ne comprennent les conséquences de pousser la Russie trop loin. Oh, ils le savent en théorie (ouais, ouais, Napoléon, Hitler, on sait…) Mais au fond d’eux, ils se sentent en sécurité, supérieurs et ne peuvent juste pas concevoir qu’ils peuvent mourir et que leur société entière peut simplement disparaître.

Je suggère qu’ils réfléchissent grandement à ce qui suit:

Dans un récent entretien, Poutine fut questionné sur la logique d’une réplique de la part de la Russie si elle était attaquée par les Etats-Unis. Poutine répondit ceci: “Oui, pour l’humanité ce serait une catastrophe globale, ainsi que pour le monde, mais en tant que citoyen russe et chef de l’état russe je pose la question: ‘Quelle raison y aurait-il d’avoir un monde sans la Russie ?…’

Voilà, étalé devant vous, directement et sans fioriture par Poutine: si le plan anglo-sioniste est d’éliminer la Russie (physiquement ou de quelque autre manière), alors le peuple russe n’aura aucun besoin d’un tel monde. Considérez ces mots comme la version russe de la sonnette du crotale, qu’il agite très fort, presque désespérément.

Et regardez bien comment ils essaient tous de voir jusqu’où ils peuvent pousser la Russie “en sécurité”.

Je me demande vraiment si la sonnette du crotale russe sera assez bruyante pour arrêter l’occident avant qu’il ne soit trop tard.

Personnellement, je n’en suis pas si sûr…

Enjeu géopolitique: L’Eurasie sur un échiquier 3D ?…

Posted in actualité, économie, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 14 novembre 2014 by Résistance 71

Très bonne analyse de contexte du toujours excellent Pepe Escobar, valide dans un contexte de dimension géopolitique « classique », néanmoins cet article suscite quelques questions de notre part car l’histoire nous a prouvé que le plus souvent rien n’est ce qui paraît être:

Et si « l’animosité » sino-yankee n’était qu’une façade de plus, la collusion financière et industrielle entre la Chine et le pays du goulag levant (ex-USA) est de plus en plus forte. Les travaux d’analyse historique du professeur Antony Sutton, que nous avons traduit en grande partie sur ce blog, ont montré que l’URSS a été une création de Wall Street et de la City de Londres. Dans la même veine, la même chose ne se reproduit-elle pas devant nos yeux ? N’est-ce pas David Rockefeller lui-même qui poussa à la « normalisation » des relations entre Washington et Pékin du temps de Mao et qui fit secrètement envoyer son larbin Kissinger à Pékin avant que Nixon ne s’y rende en 1972 ? N’est-ce pas D. Rockefeller qui se félicitait dans un éditorial du New York Times en 1970 du « grand leadership du timonier Mao » ?… N’est-ce pas les Etats-Unis qui lâchèrent Chiang Kaï Chek en rase campagne pour soutenir Mao qu’ils voyaient plus « maléables » et profitable à terme?

Nous l’avons dit ici même depuis bien longtemps: la Chine a plus d’intérêts à s’allier avec l’empire actuel que la Russie, les « élites » autoproclamées chantres du N.O.M ont la Chine comme modèle de contrôle de société. A ce titre, la Russie n’est-elle pas en train de se faire piéger ? Fait-elle partie aussi d’une alliance de 3ème niveau ? Sommes-nous sur un échiquier non pas bi-dimensionnel mais tri-dimensionnel ? Doit-on voir au delà des marionnettes politiciennes qu’on agite devant nos yeux, Obama, Xi Jinping et Poutine en étant les « stars » ? Quelles sont les transnationales positionnées derrière les grands travaux énoncés par Pepe Escobar dans son article ?

Autant de questions qui valent la peine d’être posées, mais aussi d’être répondues…

— Résistance 71 —

 

Le canard boiteux sorti de la caravane de la route de la soie

 

Pepe Escobar

 

13 Novembre 2014

 

url de l’article:

http://www.informationclearinghouse.info/article40202.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Il n’y a pas de plus belle illustration du vers où le monde multopolaire se dirige que ce qui vient juste de se passer au sommet de l’Asia Pacific Economic Cooperation (APEC) de Pékin.

Regardez bien les photos officielles. Tout est dans le positionnement et ceci étant la Chine, pleine de signification symbolique. Devinez qui est à la place d’honneur, côte à côte avec le président chinois Xi Jinping et devinez où se trouve le blaireau leader de la “nation indispensable”, où a t’il été relégué ? Les Chinois peuvent aussi être les maîtres de l’envoi d’un message de dimension mondiale.

Lorsque le président Xi a instamment demandé “d’ajouter du bois de chauffage dans le feu de l’économie de l’Asie-Pacifique et du monde”, c’est ce qu’il voulait dire, sans faire attention aux conclusions inprécises résultant du sommet.

1) Pékin va aller de l’avant sans retenue pour le Free Trade Area of the Asia-Pacific (FTAAP), la vision chinoise d’un accord commercial “tout inclusif, tout gagnant” qui fait véritablement la promotion de la coopération Asie-Pacifique au lieu du partenariat trans-pacifique (TPP) écrit par les corporations américaines et piloté par les Etats-Unis.

2) Le modèle est établi pour “une connectivité généralisée”, des mots mêmes de Xi, ce qui implique que Pékin va mettre en place l’Asian Infrastructure Investment Bank (AIIB ou Banque d’Investissement d’Infrastructure Asiatique), un nouvel accord gazier très important entre Pékin et Moscou, celui-ci au travers du gazoduc Altaï de Sibérie Occidentale, la Chine ayant déjà envoyé pas moins de 40 milliards de dollars pour le commencement de la construction de la ceinture économique de la route de la soie et la route de la soie maritime du XXIème siècle.

Une fois de plus, tout converge vers la plus spectaculaire, la plus ambitieuse et largement connectée offensive d’infrastructure pluri-nationale jamais tentée: les multiples nouvelles routes de la soie, un réseau très complexe de chemins de fer ultra-rapides, de pipelines, de ports, de cables fibre-optique et d’une structure de télécommunication ultra moderne ; ceci est déjà en train de se construire au travers de l’Asie Centrale, relié à la Russie, à l’Iran, à la Turquie et à l’Océan Indien, se branchant sur l’Europe jusqu’à Venise et Berlin.

Ceci est l’inter-connexion de Pékin et le “rêve d’Asie-Pacifique” de Xi, qui se trouve bien au-delà de l’Asie Orientale, les yeux fixés sur un commerce pan-Eurasiatique, ayant en son centre, qui d’autre, que l’empire du milieu.

La campagne “Allons à l’Ouest” a été officiellement lancée en Chine à la fin des années 1990. Les nouvelles routes de la soie sont une “poussée à l’Ouest et au sud” turbo-compressée, étendant les marchés, les marchés et les marchés. Pensez à l’Eurasie d’un futur proche comme une grande ceinture de soie chinoise et sous certaines latitudes, dans un condominium avec la Russie.

Vous voulez votre guerre chaude ou froide?

Alors que Pékin rêve, Noam Chomsky a été très vocal au sujet d’une réaction en chaîne catastrophique du style de 1914, faite par l’occident et qui pourrait bien déraper hors de contrôle et les enjeux, une fois de plus, sont nucléaires. Moscou est absolument horrifiée par cette possibilité immonde et ceci explique pourquoi la Russie, sous les provocations incessantes des Etats-Unis, ainsi que sous le coup de sanctions économiques, a exercé une retenue titanesque. Non seulement la Russie ne peut pas être “isolée” comme l’ont tenté les Etats-Unis avec l’Iran, mais Moscou a identifié et dénoncé la fumisterie néoconservatrice en Ukraine.

A la réunion du Club Valdaï de Sotchi, le président Poutine a tiré toutes les conclusions nécessaires dans un discours crucial, qui fut manifestement ignoré par les médias corporatistes occidentaux. Les élites de Washington et de Wall Street n’ont absolument aucune intention d’autoriser un minimum de multipolarité dans les relations internationales. Ce qui reste est le chaos. C’est ce que j’ai dit à plusieurs reprises, durant les années de gouvernement Obama et cela est au centre de mon nouveeau livre “Empire of Chaos”.

Moscou est au courant de tous les liens complexes d’inter-relations avec l’Europe, spécifiquement l’Allemagne et avec le toujours disparaissant, mais néanmoins toujours influent consensus de Washington et pourtant la Russie détient le joker pour être une puissance eurasiatique ; troublée, il y aurait toujours un pivot possible sur l’Asie.

Gorbatchev avait raison lorsqu’il a indiqué à Berlin comment, brisant une promesse qui lui avait été personnellement faite par le père Bush, l’OTAN s’est embarquée dans une expansion toujours plus à l’Est et comment l’occident, essentiellement les Etats-Unis et quelques uns de ses vassaux européens, semblent maintenant obsédés de lancer une nouvelle guerre froide, avec un nouveau mur de Berlin se tenant métaphoriquement à Kiev.

Le pivot de Moscou vers l’Asie et tournant le dos à l’occident se produit sur plusieurs niveaux, depuis des mois maintenant, tout le monde peut le voir. On peut dévaster des hectares de forêt supplémentaires pour écrire comment le résultat a été directement influencé par ce qu’Obama a lui-même décrit comme le “Ne faites pas de choses idiotes” de la doctrine de politique étrangère, qu’il baptisa à bord de l’avion présidentiel Air Force One en revenant d’un nouveau voyage en Asie en Avril dernier.

Au sujet de l’énergie, la pirouette du Financial Times concernant un autre méga-accord gazier entre la Russie et la Chine, l’étiquetant “La vengeance de Poutine”, est d’une connerie proverbiale. La Russie se tourne vers l’Est parce que c’est là que la demande se trouve. Au sujet de la finance, Moscou vient juste de mettre fin à l’étalonage du rouble sur le dollar US et l’euro ; ce qui a fait instantanément chuter le dollar contre le rouble. VTB pour sa part a annoncé qu’il allait peut-être quitter la bourse de Londres pour aller à Shanghaï. Hong Kong attire déjà les géants de l’énergie russes.

Maintenant mélangez ces développements clef avec le double accord énorme sur l’énergie en yuan-rouble et vous avez l’image d’une Russie se protégeant activement contre des attaques spéculatives politiquement motivées de l’occident contre sa monnaie.

Le partenariat symbiotique et stratégique entre la Russie et la Chine s’étend visiblement à l’énergie, à la finance et aussi de manière inévitable à la technologie militaire. Ceci crucialement inclut la vente par Moscou à Pékin de son système de défense anti-aérien S-400 et son futur S-500.

Le système S-500 peut intercepter n’importe lequel des missiles balistiques intercontinentaux américain ou missiles de croisières (comme les Tomahawk), tandis que les missiles intercontinentaux russes déployés à vitesse “V”, équipé du système MIRV sont simplement imbattables. Pékin de son côté, développe déjà des missiles sol-mer qui peuvent torcher tout ce que la marine US pourrait leur envoyer, des portes-avions aux sous-marins en passant par les systèmes de défense anti-aérienne mobiles.

Se joindre à la caravane

Stratégiquement, Pékin et Washington ne pouvaient être que des pôles opposés dans ce que j’appelle la naissance du siècle eurasien.

Pékin a clairement identifié Washington/Wall Street se battant à mort pour préserver le court moment unipolaire. La Chine et les pays du BRICS, travaillent vers ce que Xi a défini comme un “nouveau modèle de relations au pouvoir”. L’état d’esprit de Washington/Wall Street est “toi ou moi” au lieu d’une situation “gagnant-gagnant” ; les maîtres de l’univers auto-proclamés croient qu’ils peuvent toujours monopoliser le pillage parce que la Russie, puis la Chine, battront éventuellement en retraite pour éviter la confrontation.. Ceci est quelque part l’aspect en Asie-Pacifique aujourd’hui qui ressemble à l’Europe de 1914.

Avec ce genre de truc passant pour de “l’analyse” dans les cercles académiques états-uniens et avec les élites de Washington/Wall Street au travers de leur pays des think tanks complètement myopes, s’accrochant toujours à leurs platitudes de contes de fées (mythiques) comme le “rôle historique” des Etats-Unis comme arbitre de l’Asie moderne et équilibreur clef du pouvoir, il ne faut pas du tout s’étonner que l’opinion publique occidentale ne puisse même pas s’imaginer de l’impact de ces nouvelles routes de la soie dans la géopolitique du XXIème siècle.

Un quart de siècle après la chute du mur de Berlin, les Etats-Unis sont totalement dirigés par une oligarchie. L’Europe est géopolitiquement inepte et inutile. La “démocratie” a été dégradée en une pathétique auto-parodie à travers l’ensemble de l’occident. Un impérialisme “humanitaire” tout autant que néoconservateur en Irak, Libye, Syrie, Ukraine et plus a mené de désastre en désastre. Le turbo-capitalisme financier est une bombe à retardement.

La Russie et la Chine ne proposent peut-être pas un système alternatif, du moins, pas encore… Mais quoi qu’il en soit, alors que les chiens de guerre, de la haine et de l’inégalité aboient, la caravane sino-russe passe. La caravane vend l’intégration économique eurasienne, pas des bombes. Une véritable intégration de l’Asie-Pacifique est peut-être encore un rêve lointain ; mais pourtant ce que l’APEC a montré et de manière graphique une fois de plus, est l’implosion spectaculaire, au ralenti, de la domination géopolitique de l’ancienne nation indispensable.