Archive pour charlie chaplin discours du barbier 1940

Résistance politique: Le discours du barbier (Charlie Chaplin 1940)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 11 novembre 2017 by Résistance 71

En ces temps de plus en plus troubles, que ces paroles universelles d’un des génies artistiques de l’humanité, portent aux confins les plus reculés de notre planète. Il est grand temps pour nous, les peuples, comme l’avait déjà si bien senti et exprimé Chaplin dans cette scène finale de son chef-d’œuvre « Le Dictateur » (1940), de reprendre la barre du bateau ivre et de nous ramener à la bonne destination, terminus bonheur.

Chaque paragraphe doit être lu lentement et analysé. Chaplin glisse dans ce discours sa vision du monde, une vision de pouvoir retourné au peuple et s’exerçant de manière non coercitive. Il avait tout compris. Nous le rejoignons dans le grand tout universel.

~ Résistance 71 ~

 

 

Le discours du barbier

 

Charlie Chaplin

 

Transcription du discours final du film “Le dictateur” (1940)

voir la vidéo du discours sous la traduction

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Source:

https://www.charliechaplin.com/en/articles/29-The-Final-Speech-from-The-Great-Dictator- 

 

Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur. Ce ne sont en rien mes affaires. Je ne veux ni régner sur ni conquérir quiconque. J’aimerais si possible aider tout le monde, juif, gentil, homme noir, homme blanc. Nous voulons tous nous aider les uns les autres. L’humain est fait de la sorte. Nous voulons vivre avec le bonheur de l’un l’autre et non pas de la misère de chacun. Nous ne voulons pas nous haïr et nous mépriser les uns les autres. Dans ce monde, il y a de la place pour tous. Et la bonne terre est riche et peut fournir abondamment pour tous. Le mode de vie peut être libre et merveilleux, mais nous avons perdu le chemin.

La veulerie a empoisonné les âmes des humains, a barricadé le monde dans la haine, nous a fait marcher au pas de l’oie dans la misère et l’effusion de sang. Nous avons développé la vitesse, mais nous nous sommes bridés. La machinerie qui nous donne l’abondance nous a laissé en plan. Notre connaissance nous a rendu cyniques. Notre intelligence durs et méchants. Nous pensons trop et n’éprouvons pas assez. Plus que de la machinerie, nous avons besoin d’humanité. Plus que d’intelligence, nous avons besoin de gentillesse et de douceur. Sans ces qualités, la vie sera violente et tout sera perdu…

L’avion et la radio nous ont rapproché. La nature profonde de ces inventions demande la bonté de l’Homme, implore notre fraternité universelle, pour l’unité de tous. Ma voix en ce moment parvient à des millions de personnes à travers le monde, des millions d’hommes, de femmes et de petits enfants désespérés, victimes d’un système qui fait que l’Homme torture et emprisonne des innocents.

A tous ceux qui peuvent m’entendre, je dis: Ne désespérez pas. La misère qui nous enveloppe n’est que le passage de la veulerie, l’amertume des Hommes qui ont peur du progrès humain. La haine des Hommes passera, les dictateurs meurent et le pouvoir qu’ils ont dérobé aux peuples retournera aux peuples. Et tant que les Hommes meurent, la liberté ne périra jamais…

Soldats ! Ne vous livrez pas aux brutes, à ces gens qui vous méprisent, qui vous réduisent en esclavage, qui régimentent vos vies, vous disent ce qu’il faut faire, ce que penser et ce que ressentir ! Qui vous dressent, vous restreignent, vous traitent comme du bétail, vous utilisent comme de la chair à canon. Ne vous livrez pas à ces hommes anti-naturels, hommes machine dotés d’esprits de machine et aux cœurs de machine ! Vous n’êtes pas des machines ! Vous n’êtes pas du bétail ! Vous êtes des humains ! Vous avez l’amour de l’humanité dans vos cœurs ! Vous ne haïssez pas ! Seuls ceux qui ne sont pas aimés haïssent, les sans amour et les soldats anti-nature ! Ne vous battez pas pour l’esclavage ! Battez-vous pour la liberté !

Au psaume 17 de l’évangile de St Luc il est dit: “Le royaume de dieu est en l’Homme”, pas en un seul homme, pas en un groupe d’humains, mais dans tous les Hommes ! En vous-mêmes ! Vous les gens du peuple avez le pouvoir, le pouvoir de créer des machines. Le pouvoir de créer le bonheur ! Vous, le peuple, avez le pouvoir de rendre cette vie libre et merveilleuse, de faire de cette vie une superbe aventure. Alors, au nom de la démocratie, utilisons ce pouvoir, Unissons-nous. Combattons pour un monde nouveau, un monde décent qui donnera aux hommes une chance de travailler, qui donnera à la jeunesse un futur et aux anciens une sécurité. Par la promesse de ces choses, des brutes sont arrivées au pouvoir. Mais ils mentent ! Ils ne tiennent aucunement cette promesse. Ils ne la tiendront jamais.

Les dictateurs se libèrent mais réduisent en esclavage le peuple ! Maintenant, battons-nous pour que se réalise cette promesse ! Combattons pour libérer le monde, pour abattre les barrières nationales, pour éradiquer la veulerie, la haine et l’intolérance. Battons-nous pour un monde de raison, un monde où la science et le progrès mèneront les Hommes vers le bonheur. Soldats ! au nom de la démocratie, unissons-nous !

= = =

Vidéo du discours du barbier (Le Dictateur, Charlie Chaplin, 1940)

 

Publicités