Archive pour Charles III d'angleterre crimes contre l'humanité

Charles III d’Angleterre, pourriture royaliste, secte, crimes contre l’humanité et génocide autochtone au Canada, la saga continue devant un tribunal international (Kevin Annett & Tribunal International de Droit Coutumier)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerres hégémoniques, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 10 octobre 2022 by Résistance 71

WilliamCombes
William Combes… témoin assassiné par la « couronne »

Le roi Charles d’Angleterre lié aux meurtres des enfants du pensionnat de Kamloops et du témoin William Combes, des témoins décrivent des rituels meurtriers au Canada et au château gallois de Carnarvon

Kevin Annett

10 octobre 2022

~ Reçu par courriel et traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 Londres, GB:

 Aujourd’hui, en ce jour du 58ème anniversaire de la disparition permanente de dix enfants du pensionnat pour Indiens de Kamloops au Canada, de nouvelles preuves ont fait surface, liant le monarque anglais Charles à leur destin fatal ainsi que celui de bien d’autres enfants natifs.

 Un groupe de personnes ont présenté leur déclarations par procès-verbal au tribunal spécial qui s’est réuni pour enquêter sur la complicité de Charles à la fois dans l’enlèvement de dix enfants du pensionnat pour Indiens de Kamloops par la reine Elisabeth II et le prince Philip le 10 octobre 1964 et l’assassinat du témoin oculaire William Combes en février 2011.  (Breaking News, September 19/20, 2022: King Charles ordered to appear before International Tribunal over the death of William Combs and Others. – Murder by Decree)

 D’après le bureau d’information publique du tribunal,

 “Notre tribunal a reçu ce jour des déclarations sous serment de citoyens canadiens et britanniques. Ils affirment avoir été les témoins de la participation personnelle de Charles Mountbatten de Windsor, alias le roi Charles III d’Angleterre, dans des cérémonies impliquant des enfants amérindiens qui se sont déroulées dans le château de Carnarvon au Pays de Galles et dans l’ancienne école catholique pour Indiens de Fort Providence au Canada, respectivement les 30 octobre 1964 et 11 juillet 1970.

 La première cérémonie impliqua le meurtre rituel de Cecilia Arnold, 10 ans et d’Edward Arnuse, 10 ans, deux survivants des enfants originellement enlevés par les parents de Charles au pensionnat de Kamloops. La seconde cérémonie impliqua un meurtre rituel similaire d’un nombre indéterminé d’enfants Inuit fournis par le clergé du pensionnat pour Indien de l’église catholique du Sacré Cœur des Territoires du Nord-Ouest (North West Territories)

 Un autre témoin, ancien employé du gouvernement, affirme que le prince Charles avait une connaissance personnelle et approuva un ordre spécial d’assassinat émis par le MI6 britannique à l’encontre du témoin Wiliam Combes, le seul témoin oculaire vivant des enlèvements de Kamloops le 10 octobre 1964. Combes est subséquemment décédé d’un empoisonnement par arsenic qui lui fut administré au St Paul’s Catholic Hospital de Vancouver, le 26 février 2011.” (See nurse Chloe Kirker’s statement at (38) Eyewitness to medical murder of William Combes – YouTube)

 Ces nouvelles preuves et la documentation les accompagnant ont été enregistrées dans les scellés du tribunal et seront présentées dans la session d’ouverture qui se tiendra le mardi 1er novembre 2022. Charles Mountbatten-Windsor a reçu une convocation officielle de se présenter devant le tribunal.

 Plus de nouvelles sur : www.murderbydecree.com sous le label ITCCS Updates  et chaque dimanche sur www.bbsradio.com/herewestand à 18:00 fuseau Est.

 Ce qui suit est une élaboration et commentaires de Kevin Annett, Aigle à la voix portante, conseiller spécial auprès du procureur du tribunal.

enlevement

 Émis par le tribunal de la Cour Internationale de Justice de Droit Coutumier (CIJDC), le lundi 10 octobre 2022

https://youtu.be/ziXmCmmRK4U

Here We Stand, October 9, 2022 | BBS Radio

Dix jours avant son assassinat par décret royal, William Combes me rencontra au café Ovaltine sur Hastings Street dans la ville de Vancouver, CB. Il était plus heureux qu’à l’accoutumée parce que notre mouvement venait juste d’occuper une autre église et, dans le halo de cette victoire, William avait arrêté l’alcool, cette substance si importante pour lui faire oublier les tortures qu’il avait endurées, enfant, au moyen d’un aiguillon à bétail électrifié. Avec ce sourire timide, il me tendit quelques uns des poèmes qu’il venait d’écrire, l’un d’entre eux lisait :

 Truth can’t be written on dead hearts and minds that think they know.
The whites all talk of healing but they’re sicker than they know.
I still remember what they’ll never let themselves see:
Rez school babies crying all night, saying, “Billy, I’m hungry, please feed me!”
So Georgie and me we hunted for food, raiding the orchards at midnight,
Then I froze! I saw figures and a strange light, priests bending over a hole.
“Georgie, who are they?”
“Shh!” he said, “They’re burying another one! Be quiet or we’ll be dead too!”
I still have nightmares, the screams of the babies never leave, and the ones in the ground, saying,
“Billy, Billy, set me free!”
Those dreams and those faces I still can see, for the murder at the Kamloops residential school, I will tell it all:
I saw! I saw! I saw!

***

La vérité ne peut pas être écrite sur des cœurs et des esprits qui croient savoir.
Les blancs parlent tous de cicatrisation mais ils sont plus malades qu’ils ne le pensent.
Je me souvient encore de ce qu’ils ne se permettront jamais voir :
Des bébés de pensionnat pleurant toute la nuit, disant “Billy, j’ai faim, donne-moi à manger s’il te plaît!”
Ainsi Georgie et moi dénichèrent de la nourriture, pillant les vergers à minuit,
Puis, je me suis figé ! J’ai vu des visages et une étrange lumière, des prêtres penchés au dessus d’un trou.
“Georgie, qui sont-ils ?”
“Chut !” Dit-il, “Ils en enterrent un autre ! Silence ou nous mourrons aussi !”
J’ai toujours des cauchemars, les hurlements des bébés ne me quittent jamais et ceux dans la terre qui disent,
“Billy, Billy, libère-moi !”
Ces rêves et ces visages, je les vois toujours, de l’assassinat au pensionnat de Kamloops, je dirai tout :
J’ai vu ! J’ai vu ! J’ai vu !

 Après avoir lu les poèmes de William, il me demanda de les garder pour lui. Nous nous serrâmes la main, mais nous ne nous dîmes pas adieu, parce que nous étions attendus de nous rencontrer de nouveau ce même mois à Londres en Angleterre, où William devait parler à notre cour de droit coutumier au sujet de ce qu’il vit la reine Elisabeth II faire à Kamloops le 10 octobre 1964. Mais la couronne frappa la première. Dix jours plus tard, William Arnold Combes était mort des suites d’un empoisonnement à l’arsenic.

Ceux qui ont tué mon ami pensent que suffisamment d’assassinats, d’enterrements de minuit et de mensonges administratifs peuvent réécrire l’histoire et effacer les mémoires. Mais fort heureusement, nous ne pouvons pas contrôler la vérité, parce qu’elle vient d’ailleurs et possède une vie et une force en elle-même qui érode finalement le temps et le crime. Et donc maintenant, même l’énorme mensonge construit par la couronne et l’église autour de leurs camps de la mort chrétiens, s’effondre.

Aujourd’hui, il s’est effondré encore un peu plus. William Combes est rescuscité et pointe son doigt accusateur sur les tueurs au travers de témoins vivants qui disent à notre tribunal qui a tué William et dix des enfants de Kamloops et des dizaines de milliers d’autres innocents. Et ce doigt est pointé directement sur Charles Mountbatten-Windsor, le soi-disant roi d’Angleterre.

Voici ce que nous savons jusqu’ici :

1.   Au crépuscule du samedi 10 octobre 1964, dans les collines au dessus de Dead Man’s Creek, 65km à l’ouest de Kamloops, huit des dix enfants qui furent enlevés par Elisabeth II et son mari le prince Philip Mountbatten-Windsor, du pensionnat pour Indiens catholique de Kamloops, furent rituellement et brutalement assassinés. Nous savons d’un ancien officier de la sécurité britannique à la retraite qu’à la fois Elisabeth et Philip étalent présents au rite. Deux des dix enfants furent maintenus en vie et emmenés en Angleterre, au château de construction romaine du nord du Pays de Galles, Carvarnon. Ces deux enfants s’appelaient Cecilia Arnold une fille de la nation Salish de Kamloops et Edward Arnuse, un métis de Quesnel. Les deux enfants étaient âgés de 10 ans. A peine deux semaines plus tard, à minuit au Samhain, 30 octobre 1964, Cecilia et Edward furent rituellement violés, torturés, tués et sujets d’actes de cannibalisme dans les sous-sol de la crypte du château de Carvarnon, par une assemblée du culte du Vatican du Neuvième Cercle. Présents et activement participants à cette orgie sanglante furent Philip Mountbatten-Windsor et son fils aîné Charles, qui fut introduit dans le culte cette nuit là : ce même homme qu’ils appellent maintenant le roi d’Angleterre.

2.   Le 1er juillet 1969, Charles fut investi de l’ordre du Prince de Galles dans ce même endroit, au cours d’une cérémonie qui eut lieu au château Carvarnon. Exactement un an plus tard, le 1er juillet 1970, Charles Mountbatten-Windsor commença sa première visite officielle au Canada avec ses parents et sa sœur Anne. La destination finale de cette soi-disant “tournée royale”, fut des communautés aborigènes rurales dans les provinces du Manitoba et à Fort Providence dans la province des Territoires du Nord-Ouest. Et là, dans un autre pensionnat pour Indiens catholiques appelée Sacré Cœur, des enfants aborigènes une nouvelle fois moururent aux mains des Mountbatten-Windsor et de leurs complices du Vatican.

3.   Dans cet océan de sang appelé pensionnats pour Indiens où le meurtre d’enfant était la norme, ces assassinats furent maintenus dans le plus grand secret et la terreur. Mais des années plus tard, le seul témoin oculaire en vie de l’enlèvement de Kamloops parla publiquement de ce qu’il avait vu. Il fut alors ordonné par décret royal, que William Combes soit assassiné par le service action du renseignement extérieur britannique MI6 et sa contre-partie au sein de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) : spécifiquement, par la division “E” de la police montée du Canada, sous l’autorité de son inspecteur coordinateur des “opérations secrètes”, Peter Montague.
Le 19 février 2011, William fut enlevé de force de son hôtel taudis d’East Pender Street de Vancouver par trois gendarmes de la GRC et emmené à l’hôpital catholique St Paul de Vancouver.
L’infirmière de William, Chloé Kirker, déclare sous serment, qu’il était en bonne santé et qu’il ne présentait aucun symptôme de la maladie portée sur son certificat de décès : méningite tuberculeuse. Mais dès le 23 février, il développa ce qui est appelé les “lignes de Mees” sur ses ongles, ce qui indique un empoisonnement par arsenic. Et pourtant, l’infirmière Kirker fut ordonnée par les administrateurs de l’Hôpital St Paul, de laisser William sans alimentation intraveineuse, favorisant ainsi sa déshydratation et donc permettant au poison de se disséminer plus rapidement et plus fatalement. Après la mort de William, l’infirmière Kirker fut menacée pour qu’elle ne parle de rien de cette affaire. Après avoir été soumise à plusieurs harcèlements allant jusqu’aux menaces de mort, elle démissionna et quitta le pays.

4.   La médecin légiste de Vancouver, Dr Claire Thompson, mit près de quatre mois pour établir un rapport sur le décès de William Combes. Le 13 juin 2011, Mme Thompson déclara officiellement que William Combes était décédé “de tuberculose disséminée”, ce malgré l’absence totale de symptômes tuberculeux et toutes les indications d’un empoisonnement par arsenic. Mme Thompson refusa de répondre à toute question concernant le décès de William Combes. De fait, le bureau de médecine légale de Vancouver a menacé quiconque douterait publiquement du rapport légiste, de poursuites judiciaires.

5.   William Combes est décédé la même semaine où Kevin Annett fut invité par écrit par le conseil des anciens de la nation mohawk, pour commencer une enquête sur des charniers, et fosses communes d’enfants pensionnaires de l’ancien pensionnat de l’église anglicane de Brantford en Ontario : la même école “trou marécageux” (Mush Hole) où des membres des familles royales britannique et hollandaise enlevaient de manière routinière des enfants aborigènes, ce pendant plus d’un siècle. Une source interne de l’église ayant des preuves considérables de ces enlèvements et des assassinats rituels des enfants du “Mush Hole”, Leona Moses, fut officiellement réduite au silence par l’archevêque de l’église anglicane Fred Hiltz, après l’apparition de Kevin Annett à Brantford au printemps 2011.

Hiltz a agi sous les instructions directes de l’archevêque de Canterbury Justin Welby, d’après Leona Moses. Mais Leona est décédée est ses preuves accablantes ont été détruites dans un incendie après le début de l’enquête de Brantford et sur le site des charniers. Avant cela, Kevin s’est rendu à Londres en Angleterre pour rechercher dans les archives du Mush Hole. Il fut sommairement arrêté et expulsé d’Angleterre le 26 mai 2011 ; trois mois jour pour jour après l’assassinat de William Combes.

Tout ceci prouve une fois de plus la nature meurtrière et criminelle de la couronne britannique et de ses complices en génocide du Vatican et de l’église anglicane. Depuis bien des années, nous avons exposé et prouvé ces crimes dans des cours de justice et par la souffrance et le sang des témoins oculaires de ces crimes, comme William Combes. Mais les criminels sont toujours à la barre et ils se sont auto-absous de tout crime et ont effacé leurs atrocités ; ils effacent maintenant les traces mêmes de leur effacement. Ainsi, le génocide peut continuer et continue.

Nous avons appris qu’il n’y a aucune possibilité de justice au sein de leur système, c’est pourquoi nous avons créé notre propre système d’enquêtes et nos cours de justice en dehors de leur jurisdiction. Notre tribunal actuel, qui traduit le roi Charles en justice est une continuation de cette lutte. Mais nous nous armons également  avec les moyens de faire exécuter le verdict de ce dernier procès en date, en bâtissant notre propre république de droit coutumier qui peut lutter et vaincre ces crimes contre l’humanité. Nous sommes engagés dans une guerre, une lutte à mort contre la tyrannie et l’assassinat de masse ; le premier pas pour résister à cette malfaisance, est de collectivement déclarer notre indépendance de leur système génocidaire de Londres, Rome, Pékin ou d’où que ce soit.

Si nous refusons d’honorer et d’apprendre de nos héros tombés comme William Combes, non seulement déshonorons-nous leur sacrifice pour nous, mais nous assurons à terme, notre propre destruction. Rappelez-vous : ramassez leur épée tombée et continuez le combat ; ne laissons pas les ténèbres avoir le dernier mot sur l’humanité.

stele_WilliamCombes
Stèle à la mémoire de William Combes, Vancouver

Meurtre_par_decret
« Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada »
PDF en français, cliquez sur la couverture