Archive pour canada résistance indienne

Colonialisme d’hier et d’aujourd’hui… La continuité coloniale au Canada et la farce de la Commission Vérité et Réconciliation (Steven Newcomb)

Posted in actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 10 juin 2020 by Résistance 71

 


Natifs vs Colons (Oka 1990)

 

La réconciliation et l’affirmation du Canada d’un droit de domination sur les nations natives

 

Steven Newcomb

 

21 mai 2020

 

url de l’article original:

https://originalfreenations.com/reconciliation-and-canadas-claim-of-a-right-of-domination-over-native-nations/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Regardons de plus près le processus de “Vérité et Réconciliation” embrassé par le Canada. Dans un contexte particulier, “réconcilier” veut dire “restaurer l’amitié”. Soyons clair ici, il n’est pas possible de “restaurer” une amitié qui n’a jamais existé en première instance entre la société dominante du Canada et les peuples et nations originels du continent. 

Considérons une autre définition de réconciliation, “causer la soumission ou accepter” et “amener à l’acquiescement”. Supposez que le gouvernement du Canada (et des ses provinces variées) aient utilisé le mot “réconciliation” dans un effort de “causer” le fait que les peuples indigènes “se soumettent ou acceptent” l’affirmation faite par le Canada d’un droit à la “domination de la Couronne”. Supposez qu’il ait voulu amener les nations natives du continent à “acquiescer” à l’affirmation du Canada et de son droit de domination sur les nations natives.

Il y a une excellente raison pour un pays comme le Canada de mettre en marche un processus étiqueté “réconciliation” en relation à nos nations originelles. Le Canada a voulu utiliser ce processus pour tromper les nations natives à accepter passivement l’idée que le Canada possède un droit légitime de “souveraineté” sur les nations originelles et les peuples de ce continent. Le potentiel de sécuriser l’acquiescement, financièrement très lucratif, des nations natives à l’affirmation de la domination de la “couronne” (NdT: de fait la City de Londres, qui est la “couronne”…) créa une excellente raison pour le gouvernement du Canada d’utiliser ce concept de “réconciliation”.

Réconciliation n’est pas un mot de libération. C’est un mot de soumission et de mise au pas. Il est maintenant typiquement utilisé par l’église catholique en remplacement du mot de “confession”. C’est un mot piège. Il peut mener par exemple, à l’acceptation par nos nations natives de l’affirmation de souveraineté fédérale ou de la couronne, de leur domination sur nos existences mêmes. Le mot réconciliation est fait pour apaiser et pacifier le mécontentement bruyant de mouvements comme Idle No More et Standing Rock. De mon point de vue, ce mot est utilisé pour nous endormir.

La preuve pour soutenir cette assertion se trouve dans le rapport final de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) du Canada de juillet 2019. Après avoir discuté dans les grandes largeurs de la soi-disante doctrine de la découverte, le rapport dicte : “Nous ne suggérerions pas que la répudiation de la doctrine de la découverte mène nécessairement à l’invalidation de la souveraineté de la couronne.


Reconciliation mohawk…

Exprimons ceci de nouveau en langage plus simple : l’analyse de la doctrine de la découverte par ceux qui ont écrit ce rapport final de la commission n’a pas provoqué chez ces rédacteurs le moindre questionnement sur la validité de l’affirmation d’un droit de domination (exprimé sous la forme de “souveraineté”) de la part de la couronne. Les rédacteurs semblent dire : “Nous sommes prêts à accepter l’affirmation de domination de la couronne (“souveraineté”) comme étant valide bien que le fondement de cette affirmation de droit de domination par la Couronne est l’invalide doctrine de la découverte, qui mérite elle, d’être répudiée.

Le rapport final de la CVR exprime la vision du gouvernement du Canada, en tant que pays appartenant au Commonwealth. Cela ne devrait pas surprendre que des représentants de la “couronne” soient prêts à accepter l’affirmation par cette même couronne d’un droit de domination (‘“souveraineté”) en relation avec les peuples et nations originels.

Le rapport final de la CVR dit : “La doctrine de la découverte… a été invoquée comme justificatif de l’exploitation continue jusqu’à ce jour des ‘terres, territoires et ressourcesdes peuples indigènes.” Soyons plus précis sur ce point : C’est l’affirmation d’un droit de domination par la couronne britannique, que l’on peut tracer depuis la charte donnée à John Cabot et son fils en 1496 et toute la série de bulles pontificales remontant au XVème siècle (NdT: Dum Versitas (1452), Romanus Pontifex (1455) et Inter Caetera (1493) pour être plus précis), que le Canada a utilisées pour justifier l’exploitation continuelle jusqu’à ce jour des ‘terres, territoires et ressources’ des peuples indigènes. L’affirmation d’un droit de domination de la couronne puise son origine dans l’image d’un monarque chrétien devenant le premier représentant de l’empire chrétien (chrétienté, NdT: qui n’est autre qu’une extension de l’empire romain depuis l’empereur Constantin…) à localiser des terres non chrétiennes, terres sur lesquelles aucun système de domination chrétienne ne s’est encore exercé. Une définition de la propriété se colle à l’affirmation de la couronne sur les terres et les territoires des nations originelles du continent : “le premier établissement d’une domination physique socialement approuvée sur des parties du monde naturel.


Doctrine chrétienne de la découverte

Nous trouvons cette imagerie exprimée dans la charte de John Cabot de 1496 par exemple. Les Cabot devaient avancer et “subjugare” (subjuguer, dominer) les terres au nom du roi, de ces païens infidèles inconnus du peuple chrétien.” Cette commission royale donnée aux Cabot n’est juste qu’un document utilisé pour justifier de la domination et exploitation perpétuelles des terres, territoires et ressources de nos nations originelles de l’Île de la Grande Tortue.

Pourtant, le rapport final de la CVR s’arrête court de défier l’affirmation de droit de domination de la couronne. Ce rapport ne fait que cadrer la doctrine de la découverte en termes d’”histoire européenne et évite de l’étiqueter ‘chrétienne’. (NdT: Rappelons ici que le livre de l’auteur de cette article s’intitule: “Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte”… dont nous avons traduit de larges extraits.) Le rapport de la commission évite donc soigneusement de reconnaître que la soi-disante doctrine de la découverte est enracinée dans l’idée de Peuple Élu, de Terre Promise, de la bible et de christianisme. Le rapport dit que la souveraineté de la couronne est toujours valide même après que la base fondamentale de cette affirmation de “souveraineté de la couronne” (domination) ait été rejetée.

Comment pouvez-vous répudier la fondation conceptuelle de l’affirmation de la couronne sur son droit de domination sur les peuples et nations originels tout en maintenant l’affirmation de la couronne sur son droit de domination ? Vous le faites en affirmant que bien que la source de l’affirmation de la couronne sur son droit de domination se soit révélé être invalide, vous devez affirmer que cette révélation ne mène pas à la conclusion que l’affirmation qui a émergé de cette source invalide, soit elle-même invalide.

En écrivant soigneusement d’une manière “réconciliante” (“acquiesçante” donc) envers l’affirmation du Canada d’un droit de domination de la couronne, les scribes du rapport final de la CVR ont appelé à la répudiation de la fondation conceptuelle de la “souveraineté de la couronne” sans appeler à la répudiation de l’idée de la “souveraineté de la couronne” (“domination”). Les auteurs du rapport final de la CVR ont dit “il y a d’autres moyens d’établir la souveraineté de la couronne”, mais ils n’ont as mentionné lesquels. Peut-être se sont-ils arrêtés courts dans le partage de cette information parce qu’ils ne pouvaient pas se figurer quels pouvaient bien être ces “autres moyens”.

Quoi qu’il en soit, le rapport final de la CVR échoue à expliquer pour quelle raison les nations originelles de ce continent devraient avoir pour acquiescer à l’affirmation du Canada sur un droit de domination de la couronne sur elles. Maintenant, la base conceptuelle de l’affirmation de droit de domination de la couronne sur les nations natives s’est révélée n’être qu’une escroquerie basée sur la bible, le christianisme, des bulles pontificales et le racisme européen ainsi que les idées exprimées par le juge de la Cour suprême des Etats-Unis John Marshall dans sa décision dans l’affaire Johnson contre M’Intosh qui fut édictée par la Cour Suprême en 1823.

= = =


Résistance au terrorisme depuis… 1492 !

 

Lire le contre-rapport de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) du Canada (PDF):

“Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada”, Tribunal International des Disparus du Canada (TIDC)

Lectures complémentaires en PDF :

“Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte, Steven Newcomb, 2008

“Comprendre le colonialisme” avec Peter D’Errico et Steven Newcomb

“Wasase” et “Manifeste indigène”, Taiaiake Alfred

« Effondrer le colonialisme », Résistance 71

 


Steven Newcomb, Shawnee
Historien & légiste

 

Résistance au colonialisme occidental: Révoquez les bulles pontificales de 1455 et de 1493 justifiant esclavage et colonialisme… 1ère partie

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, documentaire, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, pédagogie libération, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 23 octobre 2013 by Résistance 71

Appropriations de territoires et le pouvoir de paix et de guerre

Qu’est-ce qu’une appropriation territoriale et qui la fait ?

 

Two Row Times

 

19 Octobre 2013

 

url de l’article original:

http://tworowtimes.com/opinions/opinion/land-claims-and-the-power-of-peace-and-war/

 

= Traduit de l’anglais par Résistance 71 =

 

2ème partie

 

Les revendications et appropriations de territoires sont des déclarations légales de désir de contrôle sur des zones de propriété incluant des étendues d’eau. La phrase est habituellement utilisée seulement dans le cas de disputes territoriales non résolues. Certains types de revendications territoriales incluent des revendications territoriales aborigènes (le terme “aborigène” est une création de l’imposition constitutionnelle canadienne et souvent mal employé, c’est pourquoi la plupart des revendications, si pas toutes les revendications provenant de ce bureau, sont relabelisées et rebaptisées comme des revendications territoriales canadiennes), revendications territoriales arctiques, revendications territoriales post-coloniales.

Ceci bien  évidemment est un concept colonialiste de la propriété propagé par les bulles pontificales du Vatican, permettant aux chrétiens de clâmer les terres étrangères et débarrasser lesdites terres des conflits d’autorité.

Romanus Pontifex, 8 Janvier 1455 — “… Nous donnons nos faveurs et notre grâce à ces rois et princes catholiques, athlètes et champions intrépides de la foi chrétienne… pour qu’ils envahissent, cherchent, capturent, vainquent et subjuguent tous les sarazins et païens et autres ennemis du Christ où qu’ils soient et… de réduire leurs personnes en état d’esclavage perpétuel et de prendre possession comme approprié de tous leurs biens et de les convertir à leur usage et profit…”

La bulle papale était une appropration de terres étrangères n’étant pas dans le giron, ainsi ceci est la racine même des revendications et appropriations territoriales d’aujourd’hui et de l’occupation tout ce qu’il y a de plus illégale de l’Amérique du Nord (NdT: et centrale et du sud par la même occasion…)

Une autre bulle pontificale Unam Sanctum du 18 Novembre 1302 déclare que:

“De plus, nous déclarons, nous proclamons, nous définissons comme nécessité absolue pour le salut de toutes créatures humaines, que celles-ci soient assujetties au pontif de Rome.”

Le pape veut être le père de tout humain (fils) sur Terre. Quoi qu’il en soit, lorsque ces volontés atteignirent Onkwehonwe (NdT: Iroquois pour “habitants de l’île de la grande tortue”/Amérique du Nord) nous avons dit en revanche “NON”, nous n’aimons ni ne désirons cette relation père/fils, mais nous demeurerons comme des frères et ce fut enregistré dans le Wampum à deux rangées ( Two Row Wampum et https://resistance71.wordpress.com/2013/08/01/colonialisme-et-oppression-resoudre-le-probleme-colonialiste-des-ameriques-et-neo-colonialiste-en-afrique/).

Dans l’histoire pré-coloniale, la confédération des Six Nations Iroquoises savait et avait un concept commun de ce qu’étaient le territoire et la guerre, que de s’accrocher à un territoire voulait dire prendre le risque d’une mort certaine, mais quoi qu’il en soit par le biais de la confédération des six nations et des territoires, la fin des revendications et appropriations territoriales amena la fin de la guerre.

Sken:non kowa ken? (mohawk language)  cela demande “s’il y a toujours une grande paix ?”, une question amenée sous forme de formule de politesse lors de rencontres et qui est destinée à toujours rappeler la paix permanente qui règne sur la ligue des nations iroquoises.

Ceci nous amène à mon point principal qui est que faire une appropriation territoriale est un acte de guerre contre le peuple qui vit sur cette terre et tous ceux qui sont hors de cette appropriation.

Quand les six nations (avec 53 autres nations) enterrèrent la hache de guerre entre elles et unifièrent les territoires, ceci arrêta la guerre entre elles par le simple fait de ne plus réclamer de portion de terre, il est connu que le peuple est la terre, le peuple est l’eau, il leur parle, il en parle et parle pour elles.

Ce que j’ai appris dans mes recherches légales sur le sujet est ceci: La couronne ou le Vatican se sont appropriés les terres, Le Canada, les provinces et les municipalités se sont appropriés des terres, le tout fondé sur un document frauduleux du pape. Comme toutes les appropriations territoriales étrangères de cette terre sont basées sur le fait que les Indiens sont définis comme étant des païens ou sous-hommes, l’appropriation/revendication est nulle et non avenue du fait que nous existions et que nous existons toujours aujourd’hui.

Se pourrait-il que ce soit pour cela que le Canada ne veut pas reconnaître que les nations premières autochtones ont des droits inhérents, cela annulererait-il leur appropriation pontificale, annulant par là-même toute appropriation territoriale coloniale faite jusqu’à ce jour ? Toute fraude annule tout depuis le début de manière rétro-active.

MAXIM: Celui qui s’approprie a la responsabilité de la preuve.

Le Canada peut-il prouver que nous n’existons pas !!?

Lire la seconde partie

Résistance politique: La nation Mik:maq d’Elsipogtog du Nouveau Brunswick se bat contre l’extraction du gaz de schiste sur son territoire…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 18 octobre 2013 by Résistance 71

Les luttes entre les nations indiennes des Amériques et les gouvernements illégaux coloniaux va s’amplifier. Nous devons soutenir les efforts de ces nations de regain de souveraineté et d’obtenir de véritables réparations sur les dommages causés par plus de 500 ans de colonialisme brutal et sans merci, qui a mené au génocide et à l’exploitation de ressources sur des terres volées.

Le processus est engagé… De plus en plus de colons réalisent la position intenable dans laquelle ils se trouvent. On entend beaucoup parler de « réconciliation » et de « restitution »… Nous reviendrons bientôt sur ces deux notions.

— Résistance 71 —

 

Une manifestation des Indiens canadiens contre le fracturage hydraulique dégénère violemment

 

RT

 

18 Octobre 2013

 

url de l’article original:

http://rt.com/news/canadian-fracking-protest-erupts-violence-333/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Une manifestation anti-fracture hydraulique a dégénéré en violence lorsqu’une centaine environ de policiers ont cherché à contrôler plus de 100 manifestants canadiens qui mirent le feu à des véhicules et menacèrent des policiers à cheval.

La tension a débordé Jeudi lorsque la gendarmerie royale du Canada (RCMP, la “police montée”) a bougé pour démolir les barricades érigées par des membres de la nation indienne Elsipogtog dans la province du Nouveau Brunswick, Canada (NdT: en fait la nation Mik:maq sur le territoire d’Elsipogtog).

Des activistes et des aborigènes locaux ont manifesté depuis une semaine afin de protester contre l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste dans la région. La méthode d’extraction du gaz implique un forage superficiel et une fracturation à basse pression de la terre, ce qui ajoute des milliers de litres de produits chimiques dans les sous-sols, les nappes phréatiques et qui produit une odeur putride provenant des sols.

Au moins 40 personnes ont été arrêtées jeudi pour violation sur le port d’armes, menaces, intimidation, mauvaise conduite et violation d’un ordre de justice, a dit la police montée canadienne Le chef Indien Aaron Sock était parmi ceux qui ont été arrêtés. La police montée (gendarmerie royale) a affirmé qu’un moins un coup de feu a été tiré jeudi par quelqu’un d’autre qu’un policier et qu’au moins cinq véhicules de police ont été mis en flammes. Ils enquêtaient toujours sur la possibilité que des explosifs aient pu être implantés sur la scène et que des manifestants jetaient des pierres et des bouteilles, ainsi que le pulvérisage d’une sorte de liquide sur les policiers.

“La gendarmerie royale a travaillé diligemment avec toutes les parties impliquées dans l’espoir d’une résolution pacifique. Ces efforts n’ont pas été couronnés de succès. La tension montait et de sérieux actes criminels sont commis”, a dit la gendarme Julie Rogers-Marsh dans un communiqué de presse. “Il y a eu des menaces faites à des employés qui travaillaient avec une entreprise privée de sécurité sur le site, ainsi que des infractions sur les armes à feu, des incidents d’intimidation, de mauvaise conduite sur la voie publique et autre attitude criminelle. Pour ces raisons et pour s’assurer de la sécurité publique, une action de police fut requise.

Le chef Sock diffusa une note d’éviction à la société SWN Resources Canada il y a deux semaines, avertissant que l’entreprise gazière et pétrolière devait quitter le territoire autochtone. SWN cherche à commencer des tests sismiques avant de commencer la fracturation des sols pour l’extraction du gaz de schiste.

Les Nations Premières (indiennes), mobilisées sur la ligne que l’exploration énergétique constitue une invasion de leur terre tribale, ont commencé à bloquer l’autoroute 11 entre Rexton et Sainte-Anne-de-Kent. Cette action a occasionné une décision judiciaire le 3 Octobre, ordonnant aux manifestants de rester hors de la route.

Le fureur en ébulition en vint à érupter jeudi matin lorsque des gendarmes s’avancèrent sur l’autoroute pour forcer les manifestants hors de celle-ci. Ce qui s’ensuivit demeure incertain. Les leaders natifs maintiennent que la police les a provoqué en dégainant leurs armes, tandis que la RCMP dit qu’elle n’a pas eu d’autre choix que d’engager les manifestants.

Susan Levi-Peters, ancienne chef de la nation d’Elsipogtog a dit au journal du Toronto Globe and Mail que le conflit a très vite dégénéré après que le chef Sock fut appréhendé par les autorités. Des photos de Sock menotté furent diffusées régulièrement sur Twitter dans la journée, inspirant des messages de solidarité pour la tribu venant de partout.

D’autres disent que le chaos a commencé lorsque des coups de feu furent tirés, soit par la police, soit par un activiste.

“La situation est très volatile”, a dit Levi-Peters. “C’est une confrontation frontale entre le peuple et la gendarmerie maintenant et les guerriers sont au milieu encerclés par la RCMP, elle-même encerclée par le peuple.”

Résistance politique: L’empire s’écroulera de l’intérieur…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 8 août 2013 by Résistance 71

Soulèvement autochtone

 

Mohawk Nation News

 

Janvier 2013

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2013/01/01/mnn-indigenous-rising/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les conseils de bandes et de tribus entrepreneuriaux échouent. Un jour nouveau arrive. Fini l’individualisme, bonjour le collectivisme. Les entreprises frauduleuses appelées Canada et Etats-Unis d’Amérique sont averties qu’elles seront bientôt dissoutes. Vos actionnaires seront tenus responsables de tous leurs crimes. La stratégie de la corruption, du mensonge et de la mort par leur appareil de conseils de bandes et de tribus est finie. Ils vont tous finir dans le caniveau. Il n’y aura plus de moyen pour appliquer sur nous le programme génocidaire ou qui que ce soit dans le monde au travers de ces plans de business frauduleux.

Le boulot des conseils de bande est d’aider le Canada et les Etats-Unis à nous tuer, à nous détruire, nous acheter et nous faire abandonner. A travers eux nous avons été attaqués militairement, politiquement, socialement et idéologiquement. Des ordres illégaux violant leurs propres constitutions entrepreneuriales, afin de nous exterminer psychologiquement et physiquement, n’ont jamais cessé. La loi de réappropriation de 1871 et l’Indian Act de 1876 sont des passe-droits, des règlements intérieurs entrepreneuriaux illégaux. Parce que les vérités traditionelles nous furent passées par nos anciens, nous sommes toujours là. (le soleil ne se couche jamais sur les peuples autochtones).

Si Theresa Spence d’Attawapiskat meurt de faim, ce sera la mort symbolique de ces conseils. Harper et Obama se reposent sur eux pour nous contrôler, nous, notre treer et nos ressources. Lorsqu’ils chuteront, leur entreprise mère Canada et USA feront de même.

Nous récupérerons l’île de la grande tortue. Plus jamais de diviser pour mieux régner. Les honnêtes gens ici et à travers le monde savent que nous sommes les propriétaires de la terre et des ressources. Nous voler pour s’enrichir aura une fin. Les gardiens de prison du gouvernement patrouillant nos communautés réduites à des cellules sont des vendus, des Indiens corrompus et une police paramilitaire. Toute avancée de leur part est un acte de guerre.

Nous protégerons nos communautés, améliorerons nos conditions de vie et amènerons la paix à tout le monde. Nous ne sommes ni ennemis, ni rivaux. Nous n’avons pas commis les fraudes, vols et attaques qui nous ont causés ainsi qu’à la Terre-Mère, des siècles de souffrance. Nos visiteurs sont les bienvenus de vivre sous la protection de la grande loi de la paix, là où nous puisons notre protection. Ils doivent devenir un en esprit avec nous comme l’avait dit l’arrangement original les autorisant à vivre sur Onowarageh, l’île de la grande tortue.

Le grand pouvoir naturel a fait ce que nous sommes et nous a donné nos instructions, l’énergie et le courage. Nous allons arranger les choses sans armes, sans armée, ni mort ni destruction.

Notre Mère veut que nous nous débarassions des parasites suceurs de sang des entreprises commerciales. Vous pouvez partir avec ce que vous aviez lorsque vous êtes venus, c’est à dire… Rien !