Archive pour canada programme pensionnats indiens

Colonialisme génocidaire: Expériences médicales sur des enfants autochtones dans les pensionnats pour Indiens du Canada sous l’égide de son église unie…

Posted in actualité, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 7 août 2015 by Résistance 71

Nous ne ferons pas de commentaires superflus pour introduire cette excellente réflexion de Kevin Annett sur le mal qui ronge toujours aujourd’hui le Canada et le reste du continent des Amériques. Nous mettons en section commentaire les 4 épisodes (version courte) du reportage de Kevin Annett sur les crimes commis par l’État et les églises avec leur programme génocidaire des pensionnats pour Indiens entre la fin XIXème siècle et 1996. Le documentaire est en VOSTF.

A voir et diffuser sans modération (âmes sensibles s’abstenir… Rien de graphique mais les témoignages sont bouleversants…).

Lire notre traduction des travaux de recherche de Kevin Annett sur le génocide du programme de l’état canadien des pensionnats pour Indiens, gérés à travers le pays pars les églises catholiques, anglicanes et unie du canada, cliquez ici.

Rejoignez le mouvement pour la répudiation des bulles papales colonialistes, plus nous mettrons de pression sur la hiérarchie cléricale jusqu’au Vatican et plus ces diktats papaux auront de chance à être répudiés.

— Résistance 71 ~

 

Vicky Sepass: Mon rôle dans sa mort… et la mienne

 

Kevin Annett

 

4 Août 2015

 

url de l’article original:
http://itccs.org/2015/08/04/vicky-sepass-my-role-in-her-death-and-my-own/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“Punir n’est maintenant plus de mise. Nous préférons le sentiment de culpabilité collectif stérile qu’une responsabilité individuelle sensée.”- Thomas Szasz

“Le gouvernement fédéral fait des expériences médicales sur les enfants autochtones des pensionnats pour Indiens… Une de ces écoles était localisée à Port Alberni.”
– Southern News Service, April 26, 2000

………………….

Elle était un peu plus âgée que moi, mais nous aurions été dans la même classe du dimanche de l’église unie du Canada, que nous fréquentions enfants. Chaque jour d’église, je portais un costume avec une cravate et je garnissais mon enveloppe blanche du denier du culte avec un simple dollar canadien qui aiderait à remplir les coffres de l’Église Unie du Canada (NdT: église protestante fondée au Canada en 1925, regroupant 4 églises protestantes au Canada: méthodiste, évangéliste, presbytérienne et congrégationnelle, elle est la seconde église chrétienne au Canada après l’église catholique, qui elle aussi régissait certains des pensionnats pour Indiens où le génocide fut perpétré…) de ce que l’église unie appelle toujours son “fond de mission et de service” ; mais Vicky Sepass portait un uniforme gris élimé et n’avait rien à mettre dans l’assiette de la collecte des dons les dimanches, car elle en était elle-même l’offrande.

La vie cléricale pour moi a commencé à l’église unie de Westworth, dans une banlieue boisée de Winnipeg connue sous le nom de River Heights ; mais pour Vicky, cela commença et se termina aussi avec les murs suintants du pensionnat pour Indiens de Port Alberni. Elle y mourut durant le mois de Mars 1965, quand elle et moi avions tous deux 9 ans.

J’ai participé à payer pour son assassinat.

Cela a dû prendre environ un mois complet ou plus pour que Vicky Sepass meurt de faim dans la section spéciale d’isolement où elle fut maintenue sans nourriture et étudiée par des médecins militaires alors qu’elle s’affaiblissait inéxorablement. Tout ceci faisait partie d’une expérience sur l’endurance des humains à la torture et au traumatisme, expérience arrangée au travers d’un accord entre l’église unie du Canada et le département de recherche du ministère de la défense à Ottawa. Les sujets de ces tests étaient routinièrement violés, battus et affamés jusqu’à la mort ; leurs réponses physiques et leur acuité mentale étaient minutieusement notées et répertoriées.

“Ils me violaient toujours lorsqu’ils m’attachaient. Toujours. Cela m’est arrivé tous les jours, réglé comme du papier à musique”, se rappelle Kenny Quatell qui a survécu au même genre d’expérience au Nanaimo Indian Hospital, géré par l’église unie du Canada (NdT: situé sur l’île de Vancouver en Colombie Britannique).

L’argent pour financer ces “expériences” venait d’un accord conjoint entre les fédéraux et l’église unifie du Canada, cette dernière se reposant aussi sur son fond de mission et de service, dont mon don faisait partie, tous les dimanches.

A cette époque, on me disait que mon offrande servirait à l’accomplissement du travail de dieu, la même chose était rabâchée aux autres paroissiens de l’église unie.

Peut-être est-ce une partie de la toute petite compensation que je puisse faire à Vicky du fait qu’un jour, ma vie et mon travail furent détruits par le même fond de mission et de service qui l’a tué, à peine 1,5km de là où elle mourut. En tant que fond pourri non traçable, ce fond de “mission et de service” paya les avocats et les experts en coups foireux pour organiser la destruction de ma famille et celle de ma position de prêtre au sein de l’église unie à St Andrews ; et qui continue de cacher ce que l’église nous a fait à Vicky et à moi.

Les petites enveloppes blanches d’offrande sont toujours de mise les dimanches, fournie par la nouvelle branche d’assassins qui s’ignorent. C’est toujours la même affaire pour ce fond de mission et de service et bien sûr, l’église unie du Canada n’a jamais été inquiétée pour toutes ces atrocités commises, elle s’est renforcée dans le processus. Normalement, des fonds utilisés à des fins criminelles seraient saisis par les tribunaux. Mais nous sommes au Canada et les assasssins sont toujours aux manettes.

Après des décennies à lutter contre la bête sans être capable de la changer, j’ai compris ce que bien des “activistes sociaux” ressentent mais ne reconnaissent pas: nous ne pouvons pas mettre à bas quelque chose dont nous sommes nous-mêmes parties intégrantes. Nous nous impliquons rarement dans l’équation de ce mal systémique, car l’ennemi et le véritable problème est, doit toujours être quelque chose ou quelqu’un d’autre que nous-mêmes.

Mais je me rappelle de mon argent du sang dans cette enveloppe blanche, les joyeux cantiques et les remerciements que j’ai aidé à amener sur une église qui disséquait Vicky Sepass comme un rat de laboratoire dans le même temps. Ce ne fut que lorsque j’eus complètement accepté mon rôle dans la mort de Vicky que quelque chose en moi se libéra pour en échapper, échapper à cette église et la démanteler et tout ce qu’elle représente d’abord dans mon propre cœur et esprit, ensuite pour le monde.

Se repentir du mal et de notre propre culpabilité de complicité ne se fait pas par des gestes condescendants ni par des palabres d’excuses ; d’après la bible qui est toujours citée dans l’église unie: il faut activement s’éloigner du mal et annihiler ce qui a causé ce mal. Si j’ai été capable d’aider à accomplir cela, c’est parce qu’en premier lieu je savais que j’étais membre de sa sombre cité et que je devais la quitter sans jamais me retourner un peu comme la femme de Lot regardant longuement Sodome et Gomorrhe, j’ai été consummé dans sa destruction finale. Cette chute des églises déchues arrive. Quant à Vicky Sepass et tous ces enfants qui mourront demain aux mains d’un pouvoir irresponsable, ils demeurent plus que tout autre une légion d’yeux implacables cherchant, questionnant et braqués sur chacun d’entre nous posant un point d’interrogation inépuisable, spécifiquement envers tous ces membres somnambules de l’église unie du canada, qui continuent aujourd’hui de financer la fange et les mensonges tout en chantant de doux cantiques.

Crimes colonialistes du Canada: La farce du rapport de la Commission Vérité et Réconciliation sur l’holocauste aborigène… 2ème partie

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 4 juin 2015 by Résistance 71

En 1924, après quelques années de discussion… le congrès des Etats-unis passa finalement un statut simple en un paragraphe accordant la citoyenneté aux Indiens sans détriment à leurs droits de citoyenneté tribale. Les Iroquois envoyèrent poliment une note au gouvernement l’informant qu’ils n’avaient jamais été, ne sont pas et n’ont aucune intention de devenir des citoyens américains. En qu’en conséquence, ils ne considéreraient pas le statut de 1924 comme ayant un effet quelconque sur eux. Les Iroquois n’ont jamais dévié de cette position depuis lors.”
~ Vine Deloria Jr, ~

En complément de notre article précédent

 

Tu es un méchant, méchant garçon Murray Sinclair

 

Mohawk Nation News

 

3 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/06/03/youre-a-bad-boy-murray-sinclair/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le juge Murray Sinclair (NdT: de la nation Ojibwe) de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) Inc. nous rappelle la commission Warren dont le but était de couvrir l’assassinat de Kennedy. Tu as été autorisé par nos bouchers de la COURONNE à compléter leur objectif, celui de pouvoir échapper à l’accusation de génocide (NdT: dans sa déclaration publique, le juge Sinclair fait état de “génocide culturel” et non pas de “génocide”, nous mettons la vidéo de sa déclaration publique en section commentaires…). Lorsque tu es devenu membre du barreau, tu as prêté serment au barreau du temple de Londres (City). Tu es un agent de la COURONNE (NdT: de la City de Londres, de la banque d’Angleterre).

Au lieu de mettre en accusation la COURONNE, tu suggères que nous prêtions tous serment à nos assassins. Le serment devrait-il être: “reinette STP ne massacre plus nos enfants” ? Tu protèges la grande population des colons qui ne sont que des immigrants illégaux sur ce continent et sur notre terre. Ils ont le plus profité du génocide. Nous sommes la descendance directe des premiers peuples d’ono’ware:geh (Île de la Grande Tortue), liés à notre terre-mère par les femmes (wampum 44). Les étrangers ne peuvent pas avoir cette relation comme elle est clairement exprimée dans le teio’ha:the. (NdT: Wampum Deux Rangées en langue Mohawk, aussi connu sous le nom de Guswenta). Les Indiens entrepreneuriaux (travaillant pour la COURONNE) ont déjà prêté serment pour assister à l’accomplissement du plan commercial de la COURONNE pour une solution finale dès 2024 (NdT: plan génocidaire de cent ans débuté en 1924 et l’application de la seconde loi sur les Indiens, Indian Act). Toutes tes recommandations ne sont qu’un grand balayage de toute cette fange coloniale sous le grand tapis royal.

Leur mère est de l’autre côté de l’océan. Ils ne connaîtront jamais la paix tant qu’ils ne retourneront pas chez eux. Ils sont arrivés sur ces rivages, malades. Nous et notre bonne mère nous sommes occupés d’eux. De la terre fut assignée où ils purent vivre, pratiquer leur croyance et faire leurs propres lois pour eux-mêmes, jusqu’à ce que leur mère les rappelle chez eux. Lorsque les babysitters sont abusées, négligées, molestées, que leurs fonds sont détournés, alors elles arrêtent de s’occuper des enfants. Les envahisseurs veulent continuer à insulter, désacraliser notre mère pour le seul bénéfice des actionnaires de leur pyramide du pouvoir. Ils ont illégalement saisi notre terre en utilisant leur matrice de l’amirauté, qui est une fiction, une complète illusion. (NdT: les colonies de la COURONNE sont régies sous la loi de l’amirauté britannique, car elles font partie de la “haute-mer”)

Leur idée de citoyenneté au sein de leur matrix de l’amirauté siginifie pour eux d’avoir la souveraineté totale sur nous. Kaiane’re:kowa, notre constitution, la loi de la terre, ne le permet pas.

Très tôt dans notre relation, les femmes les ont vu comme iah onkweh ti (NdT: après avoir demandé directement à l’auteure du billet, cette expression Mohawk veut dire “qui ne sont pas proches de la nature”, par extension “anti-naturels”…) et suggérèrent qu’ils retournent d’où ils venaient. Nous avons vu que leur esprit n’était pas honnête et qu’ils n’avaient aucune pitié ni scrupules. Nous les avons accueilli dans le sein de nos maisons et de nos familles. Nous avons vu leurs manières pédophiles et avons tout de suite vu que nous ne pouvions pas leur faire confiance avec nos enfants. Pour les protéger, il fut décider qu’ils devaient vivre séparés de nous en accord avec teiohateh (wampum deux rangées). Les pensionnats pour Indiens ne sont plus visibles. Ce sont maintenant les “femmes disparues et assassinées” qui ont été institutionalisées.

Les lois humaines et la loi naturelle sont différentes. Tous les humains, animaux, plantes et êtres vivants ont leur territoire qui les maintient en vie. L’homme blanc s’est investi du rôle de mère nature avec sa loi statutaire entrepreneuriale de l’amirauté.

Leur génocide continue avec des sanctions économiques contre nous, la criminalisation de nos actions, le ciblage, le déni pour nous d’utiliser notre terre et l’interférence dans nos efforts de nous occuper de nous-mêmes. “Désolé de vous avoir assassiné et de vous avoir volé”, ne veut rien dire, vous ne pouvez pas réparer ce que vous avez brisé. Vous ne serez pas ceux qui décideront de la réconciliation au sujet de votre brutalité sans bornes. Vous voulez toujours l’extermination totale. Vous, les criminels, répondrez de cela devant une instance internationale adéquate.

Nous ne voulons pas une vengeance. Nous voulons bâtir un meilleur futur pour nos enfants et petits-enfants. L’offre compensatoire de leur monnaie de singe constitue leur tentative d’acheter leur ticket de sortie du crime commis. La manipulation de nos esprits est terminée. Nous avons lavé nos yeux, nos oreilles et notre peau sensible avec la plume d’aigle. Nous voyons très clairement leur agenda. Nous appelons nos partenaires internationaux du monde pour faire pression sur l’entreprise commerciale portant le nom de “Canada” et de les rendre responsables du crime de génocide.

Nous sommes un peuple uni qui établira a paix de quelque manière que ce soit. Le wampum noir est la dernière offre de paix lorsque nous avons épuisé toutes les autres solutions. Tous les animaux dans la nature évitent le conflit. L’ours, le loup et les autres vont toujours essayer de se sauver plutôt que de se battre, mais quand ils sont acculés ou mis dans une situation dangereuse, alors ils vont se défendre sans rémission.

Tout être vivant sur terre a un droit inhérent à l’auto-préservation.