Archive pour canada farce commission vérité et réconciliation

Blanchiment de génocide au Canada: la farce de la Commission Vérité et Réconciliation sur les pensionnats pour Indiens

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 31 mai 2016 by Résistance 71

La Commission Vérité et Réconciliation du Canada: Une histoire de blanchiment et d’enterrement de crimes contre l’humanité

 

Resistance 71

 

31 Mai 2016

 

Le 4 Avril 2016, la cour d’appel de la province de l’Ontario a décidé, dans une décision partagée, que les archives de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) concernant les abus physiques faits aux enfants autochtones résidents des pensionnats pour Indiens, pouvaient être détruites après 15 ans.

On peut raisonnablement se demander comment est-il possible de pouvoir détruire les preuves et les témoignages archivés de crimes si horribles ? La réponse à cette question repose dans la construction et l’organisation même de la commission soi-disant de “vérité et de réconciliation”, comme ce fut révélé dans son texte constitutif “Mise en place, pouvoirs, devoirs et procédures de la commission”, seconde section, Ottawa, 2008, qui nous dit ceci: (emphase ajoutée)

La Commission Vérité et Réconciliation ne doit pas tenir d’auditions formelles, ni agir en tant qu’enquête publique, ni procéder à un processus judiciaire formel ; elle ne devra pas posséder de pouvoir de contrainte à audition, ni de mandater une quelconque participation à aucune de ses activités ou évènements… Elle ne devra pas établir de conclusions ou de recommandations en regard du mauvais comportement de quelque personne ou sur les possibles activités ou responsabilités criminelles de quelque personne ou organisation que ce soit… Elle ne devra pas citer nominalement les personnes dans aucune de ses activités, de ses déclarations publiques, rapports ou recommandations, ou utiliser quelque information personnelle ou déclarations faites qui identifient une personne… Les commissaires siégeant ne devront pas noter ni archiver les noms des personnes identifiées.”

Ainsi, la CVR fut un corps sans aucun pouvoir légal ou judiciaire organisé par les mêmes personnes et institutions qui ont organisé et géré les assassinats et les mauvais traitements en toute première instance, à savoir le gouvernement du Canada et les églises officiant dans le pays. Au moyen de cette règlementation descriptive, toutes les archives générées ne sont pas tenues à le demeurer légalement en tant qu’”archives criminelles” qui elles en revanche, doivent être scurupuleusement conservées ; ce ne sont que des “déclarations privées” sans significations légales et peuvent donc à ce titre être détruites comme “seul moyen de maintenir intacte la vie privée des gens”, des mots mêmes de l’adjudicateur en chef du processus d’évaluation indépendant de la commission (IAP).

De cette façon, les coupables que sont le gouvernement et les églises de ces crimes contre l’humanité, qui ont mené à plus de 50 000 morts d’enfants indigènes incarcérés dans ces enfers et au traumatisme psychologique permanent pour quelques 38 000 survivants reconnus des pensionnats, survivants de cette expérience disciplinaire carcérale impitoyable, peuvent échapper à toute forme d’inculpation et d’actions légales en retour.

De notre point de vue, ceci fut planifié par les coupables pour se blanchir eux-mêmes, ceci menant logiquement (d’après eux) à la destruction des preuves et à l’enterrement définitif de l’affaire légale de génocide et de crimes contre l’humanité, cette épée de Damoclès pendant au-dessus de leurs têtes depuis plus d’un siècle. Il devient donc impératif que tout ceci ne passe pas inaperçu et que nous nous levions contre un tel scandale et une telle parodie de ‘justice”.

La vérité et la réconciliation ne peuvent venir que de la reconnaissance [des faits] et de la compassion, ceci menant à corriger le mal fait. Ceci ne peut être parachevé qu’avec les peuples autochtones, ensemble, pas seulement au Canada, mais sur l’ensemble des continents des Amériques, d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et d’Europe ; tous, main dans la main, faisant face au consortium commercial criminel du colonialisme impérialiste et de son idéologie de la domination du plus petit nombre sur la grande majorité pour son seul bénéfice exclusif sociopathe.

La véritable racine de ce processus de domination se situe dans les décrets pontificaux (bulles) du XVème siècle tels Dum Diversas (1452), Romanus Pontifex (1455) et Inter Caetera (1493), qui ordonnaient la saisie et la mise en esclavage du “monde païen” au nom de la gloire et de l’expansion de l’empire chrétien (christianorum dominorum, christiani imperii) et qui ont depuis été intégrées légalement dans les systèmes du droit colonial occidental sous la forme de la Doctrine [chrétienne] de la Découverte et ce tout spécifiquement aux Etats-Unis et au Canada suite à de multiples décisions de leur cours suprêmes. Elle devint la “loi de la terre” sur le continent des Amériques et sa variation d’inspiration romaine, “Terra Nullius”, en Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande). Nous, peuples indigènes d’Europe, sommes de plus en plus éveillés à la réalité historique. De plus en plus d’entre nous se lèvent et tiennent les mains des peuples et nations indigènes des autres continents opprimés, parce qu’il est devenu de plus en plus évident pour un nombre croissant d’occidentaux, qu’en regard de la domination du grand nombre par la petite minorité, nous les peuples, sommes tous des colonisés d’une façon ou d’une autre ! Le temps est venu de le reconnaître, d’en prendre connaissance et d’agir contre car c’est devenu clair depuis un bon moment que c’est UNIS, au delà des frontières factices et des continents, que nous les peuples prévaudront et ramèneront un équilibre naturel dans ce monde, à notre Mère à tous, si galvaudée et insultée.

For more details please refer to:

https://www.thestar.com/news/gta/2016/04/04/evidence-on-abuse-at-residential-schools-can-be-destroyed-court-rules.html

 

http://www.thespec.com/news-story/6439126-evidence-on-abuse-at-residential-schools-can-be-destroyed-court-rules/

 

http://itccs.org/2016/04/14/canada-shields-in-house-criminals-with-secret-cabinet-directive-breaking-news-advisory/

 

http://rabble.ca/blogs/bloggers/pamela-palmater/2015/06/what-happened-residential-schools-was-genocide-what-matters-j

 

http://canadiangenocide.nativeweb.org/genocide.pdf

 

Steven Newcomb: 500 years of Injustice:

http://ili.nativeweb.org/sdrm_art.html

 

Steven Newcomb’s articles:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/tags/steven-newcomb

 

The counter-report to the Truth and Reconciliation Commission whitewash:

http://murderbydecree.com/

 

Pour plus de détails en français:

 

Doctrine chrétienne de la découverte:

https://resistance71.wordpress.com/?s=doctrine+chrétienne+de+la+découverte

Colonialisme et luttes indigènes:

https://resistance71.wordpress.com/colonialisme-luttes-indigenes/

Constitution de la Confédération Iroquoise (Kaianerekowa):

https://resistance71.wordpress.com/constitution-confederation-iroquoise-en-francais/

Canada et génocide des pensionnats pour Indiens:

https://resistance71.wordpress.com/?s=kevin+annett

Russell Means, AIM et lutte anti-coloniale:

https://resistance71.wordpress.com/russell-means-aim-activisme-anticolonial/

Wampum Deux Rangées:

https://resistance71.wordpress.com/wampum-deux-rangees/

 

Publicités

Colonialisme occidental: Sémantique, subterfuge et « réconciliation » amérindienne… Vraiment ?…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 20 mai 2016 by Résistance 71

Réconciliation traités indiens et réditions ?

Steven Newcomb

16 Mai 2016

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/05/16/reconciliation-and-indian-treaties-and-surrenders

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Comment pouvons-nous correctement interprêter le mot “réconciliation” dans le titre de ce qu’est la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) du Canada ? Une des manières de répomdre à cette question est en nous demandant “Qu’est-ce que les mots réconcilier, soumettre, soumission et rédition ont en commun ?” Réponse: Ils sont synonymes. Un des sens donné au mot “réconcilier” est “amener à se soumettre ou à accepter”. Considérant l’héritage des pensionnats de la domination pour Indiens et l’effort pour supprimer la souveraineté des nations autochtones originellement libres et indépendantes et d’assimiler ces peuples dans la “société canadienne”, il n’y a de fait aucune amitié à “restaurer” entre la couronne (NdT: La City de Londres et sa banque d’Angleterre/Vatican) et les nations originelles de l’endroit. Une des images restante et sensible de la “réconciliation” derrière la CVR est donc l’image d’un abandon par une forme de soumission à la “souveraineté assumée de la couronne”.

Un des sens donné au mot “soumettre” est “accepter la gouvernance ou l’autorité.” Un des sens de “réconcilier” est d’”accepter la gouvernance ou l’autorité.” Additionnellement, un des sens de soumission est “d’agir en acceptance de l’autorité ou au contrôle de quelqu’un d’autre”. Un des sens donné au mot “se rendre, rédition” est “d’accepter le pouvoir, le contrôle ou à la possession d’autrui par compulsion/obligation ou par demande.” Un autre sens est de “s’abandonner au pouvoir d’un autre: accepter, acquiescer”.

Une série de livres en trois volumes intitulée “Canada—Indian Treaties and Surrenders” est très instructif à lire. Cette série fut initialement publiée en 1891 à Ottawa par la maison d’édition “Brown Chamberlin, Printer to the Queen’s Most Excellent Majesty.” Voici un exemple de schéma de “réconciliation” trouvé dans les traités:

“Que tout le monde sache que par ceci, nous, les sous-signés chefs et hommes principaux de la bande d’Indiens possédant la réserve indienne de Garden River dans la province de l’Ontario du Dominion du Canada, agissant au nom de notre peuple, rendant par la présente le titre (de propriété), relaxons, abandonnons, arrêtons de clâmer et acceptons, acquiesçons à notre souveraine dame la reine, ses héritiers et successeurs pour toujours, le tout et les parties des portions de terre formant le lieu dit de la réserve indienne de Garden River…”

Notez les termes de “province”, “dominion”, “abandon”, “accepter, acquiescer” et de “notre dame souveraine”. Un empire tel que le Royaume-Uni a des provinces et des dominions (zones coloniales de domination). De tels termes et phrases semblent créer l’impression distinctive que le peuple d’une nation originelle donnée considère “la reine” être leur “dame souveraine” en relation avec ces nations originelles du continent. Dans ce contexte, le mot “souverain” dénote “quelqu’un possédant ou tenu pour posséder la souveraineté” ; et quelqu’un “qui exerce l’autorité suprême au sein d’une sphère délimitée.”

En regardant dans le dictionnaire sous le mot “souveraineté” (un mot que Jonathan Havercroft a dit être “une forme injuste de domination”), le terme “dominant” apparaît, ainsi que le mot “libre” sous les vocables synonymes. “Le souverain” est vu comme à la fois dominant et libre en comparaison de ceux qui sont dits avoir cédé, abandonné, accepter la domination d’autrui sur leurs terres, en l’occurence “la reine souveraine”.

Ainsi dans ce contexte, le “titre de la couronne” est le titre souverain dominant, tandis que le titre de nos nations originelles est vu comme un “titre d’abandon” ou en d’autres termes “un titre de simple occupation des sols” comme ce fut cité dans le rendu de la cour suprême des Etats-Unis de l’affaire Johnson & Graham’s Lessee v. M’Intosh (1823), ce qui n’est pas considéré comme un titre de propriété qui puisse surpasser le droit de domination (dominium) et de propriété suprême du “souverain”.

Clairement, les nations originelles existant au nord de la frontière internationale entre le Canada et les Etats-Unis ne considèrent pas leurs traités être “des traités d’abandon”. Il y a de grandes chances qu’elles prennent un fort ombrage à une telle caractérisation. Ceci est bien compréhensible. Quoi qu’il en soit, les trois volumes publiés par la couronne en 1891 révèlent que “la couronne” interprète ses documents de traité avec les nations originelles sous cet angle là. L’image de la “réconciliation” comme un abandon, une rédition, une soumission ou un acquiescement, correspond à cette idée que ces traités sont en fait une sorte de rédition, d’abandon [de souveraineté]. Qu’en serait-il alors si le mot de “réconciliation” dans le nom même de Commission Vérité et Réconciliation du Canada est fondée sur ce cadre de domination, de relation dominant/dominé ?

L’adjectif “aborigène” remonte au nom “aborigine” qui est listé comme “quelqu’un des peuples natifs (un individu) par contraste avec le peuple envahisseur ou colonisateur.” La nature de soumission du langage de ce que la couronne appelle “traités et réditions” (soumettre, se rendre, soumission et accepter, acquiescer), caractérise la vision de la couronne de ce que les “aborigènes” non-chrétiens doivent devenir soumis à la couronne envahissante et colonisatrice. Ceci va de paire par exemple, avec le phrasé de la charte royale de 1496 donnée par le roi d’Angleterre Henri VII à John Cabot et ses fils et qui continue de former une partie de la loi organique de la couronne.

La charte Cabot stipule en anglais que lorsque les Cabot localisent toutes terres “qui avant cette période ont été inconnues des chrétiens”, alors “le sus-mentionné et ses fils, ou leurs héritiers et assignés peuvent subjuguer, occuper, et posséder toutes ces villes, châteaux et îles qu’ils trouveront, qu’ils peuvent ainsi subjuguer, occuper et posséder en tant que vassaux et lieutenants, nous donnant le droit, le titre et la jurisdiction de ces mêmes villages, villes, châteaux et terres ainsi découvertes.

Le thème de la domination est bien plus explicitement évident dans la version latine de la charte donnée aux Cabot, qui comporte des mots de domination tels que “subjugari”, “occupari et possideri possint”, “subjugare”, “Dominum Titilum et Jurisdictionem”. Subjuguer est le fait “d’amener sous le joug du pouvoir et de la domination: conquérir par la force ou forcer à se soumettre en tant que sujet au gouvernement d’autrui.” C’est aussi définit comme “forcer à se soumettre, faire se soumettre, induire sous la gouvernance, rendre soumis ou sujet: maîtriser” et aussi “amener ou maintenir sous le contrôle strict ou amener à une position subordonnée.” Clairement, un tel langage révèle la domination qui est à la racine même de l’assomption de la souveraineté de la couronne.

Imaginez que la CVR ait révélé dans son rapport final la vérité sur ces significations ci-dessus mentionnées dans sa discussion de la soi-disante doctrine de la découverte. Le rapport final de la CVR aurait dès lors exposé le système de domination qui a été et continue d’être si destructeur et mortifère pour les nations originelles de l’Île de la Grande Tortue. Une preuve vivide et graphique de l’effet mortifère réside dans l’incidence récente des jeunes autochtones mettant fin à leurs jours prématurément. Ces décès et bien d’autres indicateurs sont des résultats et une excroissance directs des pensionnats de la domination pour Indiens et du fait que nos nations originelles continuent sans relâche à être soumise à la domination et à la déshumanisation, dont la forme la plus extrême est le génocide.

Résistance au colonialisme: Le Canada et ses églises, génocidaires, doivent être traduits en justice et démantelés (Kevin Annett)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 3 août 2015 by Résistance 71

Kevin Annett évoque ici très clairement l’option/choix de la désobéissance civile qui échoit aux peuples. Lorsqu’un gouvernement, un état, est avéré criminel, selon la loi internationale, son peuple est en droit légitime de ne plus obéir à ses institutions. Si ceci est parfaitement valide pour le Canada génocidaire des peuples indigènes, il en va de même pour l’état français et ses atrocités commises lors de la colonisation, mais aussi bien plus récemment, de sa participation aux massacres de milliers de civils libyens sous ses bombes en 2011… Ceci est en fait valable pour TOUS LES ÉTATS !!

D’un manière ou d’une autre, à un moment donné, se posera pour tout citoyen, le choix de la désobéissance civile, c’est la masse pacifique des peuples qui refuseront d’obéir à la fange étatico-entrepreneuriale et ses institutions obsolètes et criminelles, qui fera tomber l’empire et ses oligarques eugénistes… Ceci n’est plus qu’une question de temps et… L’horloge attend au salon, elle dit oui, elle dit non, en fait elle les attend (clin d’œil au grand Jacques..)…

— Résistance 71 —

 

Des excuses n’y changent rien

Le Canada et ses églises doivent être traduits en justice et démantelés pour leurs crimes prouvés contre l’humanité

http://youtu.be/crcoqquD6Oo

(A Special Op Ed piece submitted to major world media)

 

par Rev. Kevin D. Annett, M.A., M.Div.

 

24 Juillet 2015

 

url de l’article original:

http://itccs.org/2015/07/24/an-apology-changes-nothing/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Récemment, le gouvernement canadien a reconnu officiellement que des milliers d’enfants indiens sont morts sous la responsabilité et la grande “attention” du tristement célèbre système de pensionnats pour indiens géré par l’église (New York Times du 3 Juin 2015). La juge de la cour suprême du Canada, Berverley McLachlan, a déclaré publiquement qu’un génocide avait effectivement eu lieu dans ces pensionnats. Et pourtant, malgré tous ces avœux et l’intention prouvée par les églises et l’état du Canada de décimer et éliminer les Indiens non-chrétiens sous couvert d’écoles paroissiales, les perpétrateurs de ce crime contre l’humanité ne feront apparemment pas face aux conséquences de leurs crimes.

Dans ce qui représente une très sévère obstruction à la justice, le Canada et ses églises (catholique, anglicane et unifée) se sont indemnisés eux-mêmes depuis 2008 de toute responsabilité dans les décès de ces enfants, ont réduit au silence des témoins occulaires et caché ou détruit des preuves essentielles ainsi empêché qu’une véritable enquête (indépendante) sur les atrocités commises dans les pensionnats pour Indiens n’ait lieu. Comme le nota l’an dernier un observateur de cette farce orchestrée qu’est la “Commission Vérité et Réconciliation” (CVR) :

Le Canada dépense 68 millions de dollars du contribuable pour créer l’illusion de transparence alors qu’il censure toute preuve des archives de la CVR qui pourrait l’impliquer lui et les églises dans la mort des enfants. N’ayant même pas le pouvoir d’auditionner ou de mettre en accusation les responsables de ce génocide évident, la CVR peut-être au mieux décrite comme l’échec d’une tentative de maquillage des faits.

De manière réaliste, on peut s’attendre à ce qu’une telle manipulation et camouflage de faits se produise dans un régime piégé dans sa propre malfaisance. Le Canada est loin d’être le seul dans ce cas ; mais sous la convention contre le génocide de l’ONU, que le Canada ratifia en 1952 et à laquelle il doit obéissance, tous les signataires de cette convention doivent activement “mettre en accusation et punir” le génocide une fois qu’il a été prouvé. Non seulement le Canada n’a pas rempli cette obligation sous la loi internationale, mais il a activement subverti ce requis moral et légal et a entravé la justice.

Pour de plus en plus de Canadiens, il devient difficile de justifier une allégeance à un gouvernement qui opère de manière renégate sous la Loi des Nations. Cette loi, spécifiquement le statut de Rome du Tribunal Pénal International, absout les citoyens de toute obéissance à leur propre gouvernement lorsque celui-ci commet ou cache des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité, comme le Canada le fait actuellement. Ce fait devrait être un trait d’espoir et un grand encouragement pour les près de 60% de Canadiens qui veulent mettre fin à la liaison du Canada et la Couronne d’Angleterre (NdT: dont nous le répétons, la famille royale n’est que la vitrine, la véritable “couronne” étant de fait et par conception, la City de Londres et la Banque d’Angleterre/Vatican), un des acteurs principaux du génocide canadien.

Plus largement, l’autorité du “Canada” et ses tribunaux de la couronne sont en question, car ils opèrent en tant qu’entités incontrôlés et irresponsables qui pervertissent la règle de la loi. Encore et toujours, ces tribunaux ont nié et contourné les litigations amenées par les peuples indigènes qui tentèrent d’accuser le Canada et la Couronne de génocide. Comme me le confia un plaignant natif en 1998:
“Auschwitz n’était-il qu’au sujet de viols et de tortures ? Comment se fait-il donc que le génocide de nos peuples le soit?…

C’est un fait avéré que le Canada, la Couronne britannique, le Vatican et l’église catholique, l’église anglicane et l’église unifiée du Canada furent responsables d’avoir maintenu un taux de mortalité annuel dans les pensionnats pour Indiens dans la zone des 50% durant une période de plus d’un demi siècle: un fait qui rend parfaitement suspect le chiffre “officiellement” reconnu de 4000 morts dans ces pensionnats. La contagion routinière et délibérée des enfants par voie de tuberculose, le viol, les tortures et assassinats systémiques d’enfants indiens non-chrétiens, la practique devenue standard de la stérilisation forcée d’enfants pré-pubères dans des hôpitaux spéciaux pour Indiens et la destruction sans relâche des familles indigènes, de leurs terres et de leurs ressources, tous ces crimes prouvés dénoncent le fait d’un énorme génocide tout à fait intentionnel.

Les Indiens au Canada aujourd’hui continuent de mourir dans les mêmes proportions qu’ils le faisaient dans l’ère des pensionnats pour Indiens. Le trafic d’enfants autochtones est devenu routinier, les assassinats d’Indiens par la police et la profanation des terres ancestrales par des corporations avides de ressources et de profits, sont autant de caractértistiques clichées du Canada que ne le sont les uniformes rouges si stéréotypés de sa police montée.

Personne n’est obligé d’obéir ni de financer les lois d’un régime criminel comme l’est celui du Canada. Les précédents établis au procès de Nüremberg établissent qu’un tel régime a perdu son droit de gouverner légalement: un fait qui alimente un mouvement croissant pour créer une république constitutionnelle du Canada qui serait libre de l’héritage meurtrier de l’église et de la couronne.

Sir Edward Coke, champion du droit coutumier contre la règle arbitraire de la monarchie britannique, a déclaré au roi Charles en 1628:
“Puissiez-vous être si haut placé, vous n’êtes pas au-dessus de la loi.”

Cette vérité inaliénable est bien plus qu’un avertissement aux tyrans et aux criminels du pouvoir: cela peut et foit-être un principe opérant lorsqqu’on gère nos crimes de guerre domestiques. La seule question est maintenant de savoir quelle entité va rendre une telle justice et faire répudier les institutions criminelles comme celles régissant le Canada ?

La réponse à cette question est bien entendu, nous, le peuple: La source absolue de tout gouvernement, de toute justice et de toute loi.

Résistance au colonialisme: Exonérer l’état colonial de ses crimes contre l’humanité… Les farces des Commissions « Vérité & Réconciliation »…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 10 juin 2015 by Résistance 71

Contrairement à ce que l’oligarchie veut nous faire croire, nous ne vivons aucunement dans une société « post-coloniale »… Nous sommes en plein dedans, à tous les niveaux !…

Rejoignez le mouvement pour la répudiation des bulles papales colonialistes, plus nous mettrons de pression sur la hiérarchie cléricale jusqu’au Vatican et plus ces diktats papaux auront de chance à être répudiés.

— Résistance 71 —

 

La Commission Vérité et Réconciliation utilise un modèle sud-africain d’exonération du crime

 

Mohawk Nation News

 

8 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/06/08/trc-s-african-white-wash-model/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La majorité des Sud-Africains blancs ne prend aucune responsabilité pour le régime d’apartheid bien qu’ils en furent les tous premiers bénéficiaires. Plus de 40% de ces gens aujourd’hui pensent que l’apartheid était une bonne idée, mais qu’elle fut mal mise en œuvre. Le système de “réserves indiennes” du Canada a servi de modèle pour le système d’apartheid sud-africain. Aujourd’hui, la vaste majorité des noirs en Afrique du Sud sont encore plus pauvres, bien plus qu’ils ne l’étaient au début du processus d’auditions pour leur Commission Vérité et Réconciliation (CVR) qui commença en 1996. Ils peuvent maintenant acheter l’eau potable et l’électricité. Quelques uns sont riches. La CVR a refusé de traduire en justice les bouchers de l’apartheid corporatiste, entrepreneurial qui commirent un génocide sur les peuples autochtones. Ils eurent même droit à une amnistie.

La CVR ne s’est pas occupée de la perte collective de dignité, d’opportunités, de violence systémique, des vols de terres et de ressources, du refus d’éduquer et du rôle des entreprises qui collaborèrent et s’enrichirent du régime brutal d’apartheid. Les déportations sont décrétées légales.

Quand la CVR a commencé en 2008 au Canada, les conservateurs ont changé leurs lois pour protéger leurs affaires et leurs complices ainsi ils pouvaient continuer à voler terres et ressources, à détruire notre environnement et à nous retirer toute forme de protection. Ils essaient de renier leurs dettes envers nous et continuent de nous occuper illégalement. Ils veulent continuer à nous opprimer en nous refusant le travail, l’éducation, l’argent. Nous demandons le contrôle total et de pouvoir profiter de nos terres et de nos ressources comme tout accord entre des parties souveraines le dicterait.

La COURONNE a été prouvée coupable de “génocide culturel”. Ceux qui y prirent part, en bénéficièrent ou ceux qui n’y ont pas activement résisté seront mis en accusation devant un tribunal international. La CVR a épinglé les colons blancs et leurs aides INDIENS qui nous ont trahi, nous ont vendu en esclavage, ont aidé à l’assassinat de nos enfants, ont autorisé les entreprises à nous torturer et à maintenir le secret sur tout cela. Ceux là vont aller en prison.

Beaucoup de Sud-Africains blancs glorifient leur passé d’apartheid. 60% de personnes interrogées pensent que les victimes de violations des droits de l’Homme brutales ne devraient pas être dédommagées. Pour un développement stable et pour maintenir l’ordre social, la détention des prisonniers politiques est nécessaire. Aussi les blancs devraient avoir le contrôle économique total. La CVR a complètement échoué !

La CVR fut vendue à la COURONNE ! Les noirs sud-africains n’ont aucun pouvoir économique et ne possèdent aucune entreprises majeures. La propriété illégale de terres continue. Des policiers lourdement armés attaquent et mettent en prison les manifestants qui luttent sur les problèmes sociaux de base. Il y a beaucoup de grèves. Les services sociaux et de santé sont souvent refusés. Les mines et les banques n’ont pas été nationalisées, tout comme au Canada. La violence a explosé.

Le ministre des affaires indiennes [du Canada] Valcourt est resté assis à la fin du cirque de la CVR à Ottawa. Ceci voulait dire: “Je suis le maître, quand je vous appellerai, vous viendrez devant moi et vous agenouillerez.” Il a essayé de faire paraître la fraude de son pouvoir par une vieille tactique pavlovienne. Nous voyons clair au travers de leurs mensonges.

Nous ne sommes pas pupilles de l’entreprise “Canada”. La CVR semble planifier le partage de notre argent et de nos ressources et de contrôler notre terre au moyen de quelques uns de leurs INDIENS, qui parleront de manière illégale pour nous tous. Nous vous combattrons. Dans le même temps, payez Ongwe’hon:we pour chaque parcelle de terre que vous occupez illégalement et pour tout ce que vous nous avez volé et continuez de nous voler.

Les juifs qui, sous la contrainte, ont dû céder leurs propriétés et ont souffert de l’holocauste, ont vu leurs biens restitués ou furent compensés, Nous ne voulons rien de moins que nos respectables contre-parties. Nous leur demandons qu’ils demandent l’égalité de traitement pour leurs frères et sœurs Ongwe’honwe…

Une réconciliation sans justice n’est que la continuation de la subjugation. La justice recherchée peut prendre du temps, mais elle peut être trouvée. Sixto Rodrigues chante au sujet de l’apartheid en Afrique du Sud:

“Sugar man. Wont you hurry, cause i’m tired of these scenes. For a blue coin, won’t ya bring back all those colors to my dreams”. [Sugar Man].