Archive pour canada colonialisme injuns

Résistance (acharnée) au colonialisme: Quelques mises au point sur la gouvernance autochtone (mohawk en l’occurence)…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 18 février 2016 by Résistance 71

Très bonne mise au point de MNN sur le qui est qui dans la confusion qu’est devenue (à dessein colonial) le mode de gouvernance, d’organisation décisionnaire autochtone en rapport avec le gouvernement fédéral. En clair, tout ce qui est « élu » en accord avec la loi fédérale indienne et quiconque en territoire iroquois ou en sa représentation se présente oralement ou par écrit, sans dire le clan auquel il/elle appartient et qui durant le laps de temps qui lui est politiquement imparti, ne se revendique pas de Kaiane’reko:wah, la Grande Loi de la Paix, n’est pas à proprement parler Rotino’shonni (membres des 6 nations confédérés sous Kaiane’re:kowah).

Par extrapolation, il en va de même avec l’ensemble des nations autochtones d’Amérique du Nord. Les conseils de tribus et de bandes sont gerés par les bureaux des affaires indiennes fédéraux yankees et canucks et NE REPRESENTENT PAS LES NATIONS CONCERNEES. La fraude et l’usurpation est rampante, la falsification au profit des corporations coloniales tentaculaire… Les choses vont changer, sous peu.

— Résistance 71 —

 

Bute-les Mère !

 

Mohawk Nation News

 

16 février 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/02/16/wack-them-mother/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Mohawk (Council) de Kahnawake Inc. est une entreprise / corporation privée dont le propriétaire est Andrew Delisle Sr (NdT: ex-chef de conseil de bande et chef du CMK Inc.). Le QG est sis au 601 South 12th Street TSQ-901 à Arlington, Virginia 22202, USA… à la même adresse que la sécurité de la patrie (NdT: DHS, la Stasi de l’empire du goulag levant…), Voici le fin fond de l’affaire: Kahnawake 16feb16

Note de R71: Ce document ci-dessus commenté à la main par MNN fera l’objet d’une traduction des anotations très bientôt, car cela en vaut la peine et montre parfaitement à quel point la supercherie et le crime sont rampants au sein de cette escroquerie coloniale. A noter au passage que le territoire Mohawk de Kahnawake se situe au “Canada”, sud de Montréal et que le “conseil de bande” suivant la loi coloniale fédérale sur les Indiens est domicilié aux Etats-Unis, en Virginie !… Dans les burlingues du département de la sécurité de la patrie US, Department of Homeland Security !… Et personne ne pose de questions ?…

Ces INJUNs entrepreneuriaux, vendus à l’État colonial, doivent aller visiter “la boîte à gifles de l’homme médecine” (voir vidéo ci-dessous), parce qu’ils ont vraiment besoin de manger des baffes.

http://www.youtube.com/watch?v=MVWLHMZ-ceE

Delisle a été à Loyola à Montréal. Sa biographie décrit sa pauvre jeunesse à “couper du bois, à vendre des tonneaux d’eau et à travailler comme cantonnier sur les routes, concassant des pierres à la masse”. Ben voyons ! Si vous ne croyez pas celle-là il vous en racontera une autre ! Hitler disait: “faites un gros mensonge et répétez-le souvent et tout le monde le croira !”

Loyola fait maintenant partie de l’université Concordia de Montreal. Le Chateau Clique pullule là-dedans. La fraude qui se déroule ici prend sa source de son QG à la Molson School of Business de Concordia. Les “agents” de Kahnawake y sont formés dans l’ “Open Systems Theory”, se spécialisant dans le lavage de cerveau en règle et la pacification (PSYOP) à l’université de Layola de Chicago et l’université du Massachussetts (UMass.)

L’avocat principal du CMK Inc. est Jean Pommainville qui bosse depuis le cimetière national d’Arlington, là où toutes les escroqueries historiques se terminent.

Le Caucus Iroquois Inc. est fait de gouvernements tribaux (USA) et de bandes (Canada) au travers de la confédération. Ils espèrent représenter le confédération iroquoise Rotino’shonni. Ils bossent sur l’initiative de Voyage Continental (Western Hemisphere Travel initiative) et les nouvelles lois de passage des frontières ainsi que les cartes (de circulation) qu’ils émettront. Nous ne leur demanderons JAMAIS quelque permission que ce soit pour faire quoi que ce soit SUR NOTRE TERRE. Les traîtres de l’acabi de Joseph Brants (NdT: un traître Mohawk pro-colonialisme, officier de l’armée anglaise, qui essaya de monter les Mohawks contre le reste de la confédération, il mourut seul, hors des territoires de ses ancêtres, oublié de ses maîtres anglais qui le laissèrent crever après usage… Il est bien sûr montré en exemple par l’état colonial…) sont légions au sein de nos communautés.

D’après leur plan, Kahnawake doit devenir une municipalité comme Toronto. Doit devenir une pierre angulaire du Nouvel Ordre Mondial par un corporatisme imposé. Tous ceux qui prennent part au système de conseil de bande sont des esclaves de cette fraude.

 

Il semble que les zélites aient décidé que l’argent se soit démodé, mais la terre ne le sera jamais. Ces escrocs prétendent être des Indiens sauvages ouvrant des entreprises partout dans le monde tout en planquant le fric dans leurs bottes ! Ils sont en fait bien apprivoisés et bien gérés par leurs agents traitant qui siégent aux Affairs Indiennes (d’Ottawa).

Publicités

Résistance politique: Canada, colonialisme et camps de prisonniers indigènes…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 8 mai 2015 by Résistance 71

La psychose des prisonniers de guerre

 

Mohawk Nation News

 

6 Mai 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/05/06/prisoners-of-war-psychosis/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dans un premier temps, le Canada a passé la loi sur les Indiens (Indian Act) en 1876 pour nous déclarer non-humains et pupilles de l’État. Ceci afin de prendre possession des fonds placés sur l’Indian Trust Funds. Le 25 Octobre 1924, l’Indian Advancement Act (ou loi d’avancement sur les Indiens) fut mise en place par la colonie du Canada comme un plan sur cent ans pour se débarrasser “du problème indien”. Des camps de prisonniers de guerre, appelés “réserves INDIENNES”, furent établis à travers le Canada par le ministère de la guerre en 1924. Des barrières au grillage de fil de fer barbelé, des gardes, des laisser-passer et des permissions de déplacement ainsi que l’enlèvement de nos enfants pour les placer dans des pensionnats pour Indiens qui étaient des camps de la mort, furent également mis en place. Les Affaires Indiennes sont gérées par le ministère de la défense jusqu’à aujourd’hui. Ils sont maintenant dans la 90ème année de complétion de leur programme génocidaire.

Des planificateurs militaires créent la psychose de captivité dans les camps de prisonniers de guerre. Ils déterminent les standards de comportement. Des matons brutaux, insensibles et sans scrupules sélectionnent leurs subordonnées pour superviser les camps. Ceux qui ne correspondent pas au profil ou sont faibles sont retirés. Le manque de nourriture adéquate, de vêtements, d’abris et des conditions de vie sous les standards créent la honte, une stupeur, une grande confusion mentale, de la colère et la mort. Les détenus souffrent de l’internement, du manque d’espace, de l’inactivité et de l’isolation qui les rend inertes et silencieux. Certains sont autorisés à travailler comme employés des colons locaux. Les détenus deviennent éventuellement craintifs de se retrouver libres.

Le stress et la misinformation délibérée sont les causes de la perte d’identité et de la fierté. Ils sont découragés de penser au passé. Tension et désordre sont constamment de rigueur entre les groupes différents. Des querelles sont créées pour diviser les détenus afin de toujours mieux les contrôler. Des films et des jeux sont sélectionnés pour “clôturer la folie” et créer de la futilité. Une mauvaise nourriture et une détérioration physique sur le long terme brisent la façon de penser. Les détenus deviennent complètement apathiques et refusent de prendre part aux affaires et à la gestion du camp. Ils ne peuvent plus se concentrer et perdent la mémoire d’eux-mêmes, de leurs familles et des communautés dont ils proviennent.

La Gendarmerie Royale du Canada (GRC la “fameuse” Police Montée) est entrée dans la Longue Maison d’Akwesasne, a mis un révolver sur le tempe du chef et l’a abattu. Il fut immédiateemnt remplacé par la faux-chef du conseil de bande géré par l’état colonial. En 1924 à Tyendinaga, toutes nos fermes du canton de Prince Edward furent confisquées. Nous fûmes arrêtés et internés dans un nouveau camp de concentration de 7300 Ha de superficie et nous devînmes des prisonniers de guerre. Notre terre en ce lieu était originellement de 356 000 Ha…

En 1990, l’armée vint à Akwesasne, Kahnawake et Kanehsatake, parce que légalement nous sommes toujours des prisonniers de guerre et toujours placés sous la jurisdiction de l’armée. Karonhiaktajeh (NdT: aussi connu sous le nom de Louis Hall) nous a dit que nous étions un lion endormi. La haine farouche, la colère accumulée, le désespoir et le cynisme créés est une stratégie militaire de contrôle. Il a inventé la stratégie de la “désINDIANISATION” fondée sur le réapprentissage de la philosophie de la Grande Loi de la Paix, Kaia’nereh:kowa. Karonhiaktajeh nous a dit que nous étions le lion endormi. Lorsque nous nous réveillerons nous serons très très énervés et combatifs.

Résistance politique: Le gouvernement nazi de Harper perpétue le programme de solution finale indienne commencée en 1924…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 décembre 2014 by Résistance 71

La solution finale du Canada

 

Mohawk Nation News

 

21 décembre 2014

 

url de l’article original:
http://mohawknationnews.com/blog/2014/12/21/canadas-final-solution/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Pourquoi des tables de négociations, un ministère de la guerre des affaires indiennes et une police spécifiquement entraînée militairement et ses stratégies de surveillance ? Pourquoi l’entreprise Canada doit-elle passer des lois illégales pour nous voler et nous évincer ? De fait, ils reconnaissent que nous sommes souverains d’Onowaregeh (Île de a Grande Tortue). Pour essayer de nous contrôler, prendre et avoir le droit de domination sur toute notre terre et nos posessions, ils planifient de nous massacrer une bonne fois pour toute.

2014 est la 90ème année de leur “plan sur 100 ans” de complétion d’une annihilation complète d’Ongwe’hon:we, plan qui a commencé en 1924. Les lois illégales sur les terres indiennes furent passées dans chaque province. Ceci est appelé “la solution finale du problème INDIEN” et il fut mis en application par Duncan Campbell Scott (NdT: alors le directeur des affaires indiennes du Canada) Les nazis ont transformé nos communautés en camps de prisonniers de guerre. Nos enfants nous furent enlevés et mis de forces dans des pensionnats pour Indiens qui furent des camps de la mort (NdT: plus de 50 000 enfants autochtones moururent et “disparurent” entre 1890 et les années 1990… Le dernier de ces pensionnats de la honte a fermé ses portes en 1996, ce n’est pas de “l’histoire ancienne”, il n’y a de toute façon pas prescription sur les crimes contre l’humanité…) et y furent assassinés par milliers. Ils ont pensé que la vie serait si insoutenable maintenant, que nous nous précipiterions vers leurs abattoirs. Stephen Harper, le patron de la faction nazie de l’entreprise Canada est en train d’essayer de mener à bien les dernières dix années de la solution finale.

Les INDIENS entrepreneuriaux/corporatifs (les conseils de bandes, les organisations provinciales et territoriales et ceux qui votent pour eux) ont été vonlontairement assimilés. Ongwe’hon:we, le véritable peuple naturel de la terre, ne l’a pas été, lui. Nous avons faussement et frauduleuseent été étiquetés d’INDIENS au travers de leurs lois illégales, par la coercition de l’état, par la famine et la mort. Nous avons été mis sur Onowaregeh depuis le début des temps humains. Notre Terre-Mère nous a toujours rappelé d’exister en fonction des lois naturelles de la terre.

Les INDIENS (corporatifs) en tant que population coloniale, aident le CANADA dans sa perpétration de génocide et de la signature de vente illégale de nos terres et de nos possessions. La population coloniale ne s’est pas tenue à nos côtés contre cette planification de meurtre en série d’Ongwe’hon:we.

Le procès de La Hague pour ces actes criminels arrivera bientôt. Nous avons le devoir de créer un futur pour les visages à venir (générations futures), notre résistance sera de tous les instants. Le Canada nazi s’effondrera ! Dekanavida nous a dit que le serpent noir nous verra nous enfuir pour panser nos blessures dans les collines et dire: “Nous n’avons pas de querelle avec toi.” Nous verrons la véritable paix.

Comme le dit Pink Floyd: “Hello? Is there anybody in there? Just nod if you can hear me. Is there anybody home?”

Canada et colonialisme: Les assassins économiques harcèlent les nations premières…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 7 décembre 2014 by Résistance 71

Les assassins économiques à plumes

 

Mohawk Nation News

 

5 Décembre 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/12/05/the-feathered-economic-hit-men/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les assassins économiques (NdT: en référence clin d’œil au célèbre livre “Assassins économiques” / “Economic Hit Men” de John Perkins, remarquable témoignage de l’intérieur de la machine de destruction capitaliste…) ont maintenant mis des plumes pour corrompre les leaders de Kahnawake (territoire Mohawk au Québec). Ils leur disent: “Voilà un peu de fric. Ne vous préoccupez pas des gens, prenez l’argent pour vous-mêmes et vos familles.” (NdT: Ceci est un des arguments favori des oligarques, le même fut fait par Nick Rockefeller à Aaron Russo, grand résistant au N.O.M, qui étaient amis à cette époque…) Avec cette proposition du conseil de bande de nous donner de l’argent pour Kahnawake et l’intérêt Mohawk dans la Seigneurie Sault St Louis (SSSL) afin de nous retirer de l’équation de la route de l’oléoduc, il semble s’adonner au programme des assassins économiques. Le Conseil Mohawk de Kahnawake (CMK) utilise l’approche traditionnelle des assassins économiques avec nous: la corruption. Si nous ne prenons pas le fric offert, alors ils amèneront l’armée. Ils ont eu une réunion avec nous juste pour nous dire qu’il s’étaient réunis. Maintenant ils pensent qu’ils peuvent signer notre terre adieu et nous retirer de l’endroit. Le boulot des assassins économiques est de faire tomber la dernière barrière pour que le vol perpétré par la COURONNE puisse se faire tranquillement. Ceux qui ne sont pas dans ce moule ont déjà été épurés.

Nous, les Mohawks, sommes sur le chemin de l’oléoduc trans-canada. Ils savent qu’ils ne peuvent pas le faire passer au travers de Kahnawake, donc il faut qu’ils se débarrassent des combattants et des rebelles à leur projet.

Kahnawake n’est ni une “réserve” ni une terre de la COURONNE (NdT: une fois de plus… La COURONNE se réfère à la City de Londres et la Banque d’Angleterre/Vatican). C’est le territoire original ancestral Ongwehonwe (peuple de l’île de la Grande Tortue/Amérique du Nord) de Kanienkeh ou “peuple du silex” connu sous le nom de Mohawk. Nous, Rotinoshonni (peuple de la confédération des 6 nations iroquoises), ne pouvons abandonner notre titre sur la terre. Le gouvernement imposé illégalement des INDIENS corporatistes a toujours été élu par défaut (NdT: le pourcentage de participation aux “élections” pour les conseils de bande est marginal, le taux d’abstention énorme). Si nous votons dans ce système de corporations, nous votons pour leur escroquerie et sa continuation. Notre processus de prise de décision se fait par nos clans et nos conseils populaires.

Les conseils de bandes INDIENS sont la queue du serpent blanc qui nous a compressé si fort contre lui que nous ne pouvons plus respirer. Ils ne sont pas Ongwehonwe. Ils ont abandonné leur propre canoë de leur propre chef. Comme toute municipalité entrepreneuriale, les gardiens de la paix rapportent au conseil de bande, qui rapporte aux actionnaires de l’entreprise par le truchement du Privy Council (NdT: le conseil privée de la COURONNE, officiellement celui de la reine qui nomme le Gouverneur Général du Canada) qui possède l’entreprise Kahnawake. Ils sont ceux qui enforcent la loi coloniale. Pour parvenir à leur fin, le conseil corpo dit qu’il a eu une réunion avec quelques personnes, puis il signe la vente des terres. Ceci n’est ni légal, ni contractuel et ne lie personne légalement. Tout ceci est contre la grande Loi d’Onowaregeh (Île de la Grande Tortue, l’Amérique du Nord pour les nations premières)

Les INDIENS CORPOS veulent nous exiler à des milliers de kilomètres. Pour mettre en place le scenario, ils ont délibérément créé des conditions sociales de plus en plus déplorables, une grande pauvreté, une éducation plus basse pour essayer de contraindre par la nécessité Ongwehonwe à la soumission. Par le fait même d’exister, les INDIENS corpos gètent très mal la communauté, truquent le vote et commettent des fraudes en toute impunité. Leur but est de maintenir le peuple apathique et non-informé.

Le Canada est le pays colonial le plus corrompu au monde, la première fusion entrepreneuriale date de 1867 (NdT: A titre anecdotique, on voit souvent au Canada des T-shirts ou des objets souvenirs portant cette inscription: “Canada Est.1867” ce qui veut dire “Established in 1867” comme une entreprise est “établie depuis 1867”… Les mots et expression ont une importance capitale comme notre prochaine traduction d’un article de Steve Newcomb le démontrera une fois de plus très bientôt…). Leurs ordres émanant de la COURONNE est de nous tuer ou de nous cacher quelque part de façon a ce que personne ne puisse plus nous voir. Le même vieil ordre que Champlain essaya de remplir pour les Européens: “Débarrassez-nous de ces putains de Mohawks !”

Nous avons besoin d’une révolution contre ce système entrepreneurial des 51% qui dictent aux autres 49% ce qui leur sera imposé (NdT: ce que nous appelons depuis longtemps la “dictature de la majorité”…) Il est plus que grand temps que le peuple vire toutes les entités corporatrices/entrepreneuriales qui ont été placées au dessus de nous, ce qui est contre la loi de la terre ainsi que tous ces accords sur lesquels le Canada repose sa pseudo-légalité.

Avec Kaianerekowa ou Grande Loi de la Paix, nous résisterons aux chars d’assaut, aux hélicos, à la guerre psychologique, à la corruption, au lavage de cerveau, aux paroles suaves des traîtres et leurs flics entrepreneuriaux entraînés militairement. La stratégie des assassins économiques ne marchera pas ! Ceci veut dire, résistance non-stop jusqu’à la victoire finale et le retour à la paix.

Comme nous le rapelle Merle Haggard: “Keep your retirement and your so-called security. Big city, turn me loose and set me free”. “Gardez votre plan retraite et votre soi-disant sécurité. Grande ville, lâche-moi du mou et libère-moi.”

 

pipeline protes

http://warriorpublications.files.wordpress.com/2013/01/wretched-of-the-earth-frantz-fanon.pdf

Mohawk Warriors v. the Pigs

 

 

Canada et colonialisme: Commission Vérité et Réconciliation… Vraiment ?…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 31 mars 2014 by Résistance 71

La résistance politique au colonialisme actif sur le continent des Amériques, qui, contrairement au continent Africain, est toujours PHYSIQUEMENT sous occupation coloniale, commencée il y a plus de 500 ans, mène les Amérindiens dans trois groupes d’obédience politique distincts:

1- Les Indiens qui prônent le statu quo, car profitant bien du système colonial. Ils sont une minorité, mais ont été mis dans les positions clef de « négociations » entre les gouvernements colons et les nations indigènes.

2- Les Indiens « radicaux », qui prônent la récupération totale des territoires et la sortie des colons exploiteurs, militants et activistes, ils sont également une minorité, bien que cette position ait été adoptée (temporairement) par la vaste majorité des grands noms de la résistance amérindienne moderne depuis les années 1970.

3- Les Indiens qui prônent une véritable réconciliation via la restitution, mais aussi via le respect du traité originel entre natifs et immigrants européens: le traité Wampum Deux Rangées (Guswentha en langue iroquoise). Cette voie du milieu rassemble le plus du suiveurs indigènes et est sans aucun doute, la solution la plus accommodante et viable sur le long terme pour toutes les parties impliquées. Pour être couronnée de succès, il faut une chose à la fois simple et compliquée: Que les colons répudient les doctrines religieuses racistes et oppressives qui sont le fondement de la loi coloniale, qu’ils reconnaissent être des immigrants désirant vivre en paix et égalitairement avec leurs hôtes. Ceci signifierait la fin de l’empire anglo-américain et de la colonisation d’un continent…

C’est légalement faisable.

— Résistance 71 —

 

Vérité et Réconciliation

 

Mohawk Nation News

 

28 mars 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/03/28/truth-reconciliation/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les auditions sur les abus sexuels, viols et meurtre de nos enfants dans les camps de la mort gouvernementaux appelés Residential Schools ou pensionnats pour Indiens se terminent. Les Ongwehonwe (NdT: terme Mohawk pour dire “habitants de la terre”, le terme Mohawk pour “autochtone”) ont besoin la communauté internationale des nations souveraines de les assister pour traduire en justice les criminels de la “couronne” exposés par la “Commission Vérité et Réconciliation” (CVR). Eux et leur progéniture ne profiteront jamis du génocide de notre peuple. La couronne entrepreneuriale sera rendue responsable de leurs crimes.

La couronne est les banquiers internationaux qui viennent des 13 lignes de sang monarchiques dont le QG réside au Vatican. La couronne a envoyé ses assassins jésuites pour commettre le pire des crimes génocidaires sur nos enfants.

Comment peut-on réconcilier ceci ? En traduisant en justice ces criminels selon la loi de la terre, d’Onowarageh, l’Île de la Grande Tortue, pour l’assassinat de nos enfants et le vol de nos territoires et possession.

Tout ce que ces criminels en ligne direct avec la couronne nous ont volé sera restitué. Toute terre enregistrée comme “appartenant à la couronne” retourne aux véritables natifs Ongwehonwe dès maintenant ! Toutes extractions des ressources s’arrêtent immédiatement ! Tous les Indiens vendus à l’entreprise doivent quitter leur position maintenant ou vous devrez faire faire aux perles noires ! La loi naturelle équilibrera tout sur Onowaregeh.

La réconicilaition se produira quand nous aurons notre propre siège à la table des nations. Ils ne se sortiront pas du crime de génocide en disant “nous sommes désolés” ou en nous donnant quelques dollars provenant de toute façon de notre propre Indian Trust Fund toujours croissant de 700 000 milliards de dollars. Nous faisons partie de chaque pouce de cette terre.

La CVR a mis à jour le pire des crimes haineux du XXème siècle, la couronne assassinant nos enfants et notre culture. Ils ont essayé de forcer leur culture du dollar au dessus de notre culture spirituelle. Ils ont échoué. Sous notre loi, ils et toute leur progéniture sont coupables et feront face au gauntlet. Ceux qui fuient seront jugé sous la loi internationale. La couronne n’échappera pas à la punition pour génocide. Toutes les agences, structures et divisions entrepreneuriales de la couronne répondront de leurs méfaits devant nous. Le Canada a échoué à faire de la Commission Vérité et Réconciliation une entreprise de blanchiment légal des crimes.

Comme le chantent Crosby, Stills, Nash & Young : “Don’t ever ask them why, if they told you, you would cry”. Crosby, Stills, Nash & Young. “Teach Your Children Well”.

 

-[]-[]-<I>-[]-[]-

 

La véritable affaire

 

MNN

 

30 mars 2014

 

url de l’article:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/03/30/real-deal/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La banque de Londres s’effondre ! Le président Obama et les banquiers qui possèdent le système bancaire occidental ont échoué à commencer la 3ème guerre mondiale en Ukraine. Bientôt, le dollar US sans valeur ne sera plus la monnaie de réserve mondiale. Encore plus de citoyens américains rejoindront les déjà 44 millions qui utilisent les bons alimentaires de subsistance. La Russie et la Chine sont en train de mettre au point un système d’échange mondial pour les transactions d’affaire utilisant le Renminbi chinois. Les Chinois sont en train d’établir un change à Londres et dans d’autres villes du monde. Chinese Currency Exchanges.

La loi de l’amirauté est une loi banquière. Tous les tribunaux du Canada sont des tribunaux de l’amirauté. La loi de la terre sur laquelle résident les entreprises commerciales connues sous les noms de “Canada” et d’ “Etats-Unis” est Kaianerehkowa (NdT: La grande loi de la paix, aussi connue comme “constitution de la confédération iroquoise”)

Le retour de notre toujours croissant Indian Trust Fund de 700 000 milliards de dollars sera immédiatement pris en considération par les facilitateurs russes et chinois. Le banquier Nathan Rothschild retient 500 000 milliards de dollars de notre Indian Trust Fund. Nous voulons les récupérer ainsi que les autres 200 000 milliards retenus par les autres familles banquières. Ceci aura pour conséquence la dissolution de ces deux entreprises lorsque les créditeurs rappelleront leurs prêts.

Tout contrat d’extraction de ressources fait au travers du bras politique indien du gouvernement canadien est illégale et donc nul et non avenu. Ring of Fire Deal.

Lorsque vous choisissez l’indifférence en ce qui concerne les droits de l’Homme, vous avez alors choisi d’être du côté des oppresseurs” avait dit Karl Jung. Les Canadiens qui n’ont jamais pris parti pour nous sont des criminels entrepreneuriaux. Eux et leur progéniture seront tenus responsables et paieront pour leurs crimes.

Tout ce qui est sur l’Île de la Grande Tortue nous appartient, à nous les peuples autochtones. Les entreprises commerciales du Canada et des Etats-Unis sont des terroristes. Ils iront à la banqueroute et seront dissoutes. Ces criminels seront condamnés pour génocide selon notre loi. S’ils se sauvent, ils seront jugés sous le coup de la loi internationale.

Chaque communauté sur l’Île de la Grande Tortue qui suit les racines du pin blanc jusqu’à leur source établira un système légal inspiré de Kaianerekowa, la loi de la terre. Autrement ils devront déguerpir. Les guerres sont terminées.

Comme le dit si bien Bob Marley, “No more war! No more war!”Bob Marley. “No more war! No more war!”

Putin’s new money system.                                                          Video: “Countdown to the Looking Glass”. 1984.   http://www.monitor.net/monitor/free/biatrustfund.html Indian Trust US

Lutte contre le colonialisme: Balayer d’abord le pas de sa porte…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 24 février 2014 by Résistance 71

Vous ai-je entendu dire que 10% des ressources énergétiques des Etats-Unis se trouvent en territoire autochtone ?

 

John Kane

 

18 février 2014

 

url de l’article:

http://bsnorrell.blogspot.com/2014/02/john-kane-did-i-hear-you-say-10-percent.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Attendez une minute… Dites-moi, comment se fait-il que quelques ressources que ce soit sur nos terres puissent être considérées comme un pourcentage des ressources de quelqu’un d’autre ?

Laissez-moi vous le dire…

D’abord, ceci s’est produit sous le coup d’un vol en plein jour. Un vol commis au travers de la fraude et de l’extorsion… avec un petit peu de religion dessus pour mieux faire glisser. Puis le même vol a continué avec des miettes des fortunes réalisées jetées aux pauvres gens choqués et/ou leurs leaders corrompus afin de légitimer le vol en quelque sorte.

Puis on en arrive là où ceux qui ont été achetés parce qu’à vendre parmi nous, ont fait des accords pour recevoir l’argent rapide et facile, ceux se proclamant nos “leaders tribaux” déclarant que tout ceci était bien sûr au nom du progrès, du développement économique ou pire ; étiquetant nos ressources comme n’étant pas notre mais celles de la nation qui a déjà volé tout ce qui a déjà pu l’être et ainsi promettant nos ressources pour que l’Amérique soit fière de nous.

Durant son adresse à l’état de la nation indienne délivrée au National Congress of American Indian’s (NCAI) par  le président Brian Cladoosby, furent répété là-bas des références à ce que “nous, les peuples autochtones” représentons pour les Etats-Unis. Il insista sur les revenus que l’état de Washington (NdT: sur la côte Ouest, capitale Seattle à ne pas confondre avec Washington District of Columbia, capitale des Etats-Unis) reçoit des “tribus”, incluant sa propre tribu Swinomish et durant tout ce discours au sujet de notre place sous la jupe de Mme la belle Amerique, vint la référence de ce que 10% des ressources énergétiques de “la nation”, se trouvaient sur nos territoires.

Ceci n’est pas un problème de possession mal placée ou mal exprimée, c’est un problème d’intention réelle. Même si beaucoup d’entre nous ont tracé une ligne dans le sable, et pas seulement le sable bitumeux, sur l’extraction minière et la dégradation de l’environnmeent, il y a ceux d’entre nous qui sont entourés d’avocats, de lobbyistes, de consultants et d’investisseurs faisant des contrats de millions de dollars pour vendre chaque baril, chaque tonne, chaque m3 de quoi que ce soit qu’ils puissent avoir et vendre.

Les plus grands des facteurs sur l’impact négatif sur l’environnement, le profit et l’intérêt des investisseurs sont l’échelle et l’ampleur. Combien peut-on extraire et à quelle vitesse ? Bien sûr jettez-y un peu de “personne ne vit là à part un petit nombre de marginaux” et bingo! Vous avez la chose la plus formidable sur la réserve depuis… et bien… le Bingo…

Ceci m’amène à ce qui est le plus évident. Bon je sais qui et quoi sont ces “leaders tribaux”. Le gouvernement fédéral leur donne sa “reconnaissance” et donc, leur donne le pouvoir et bien que leur boulot consiste à se trouver une bonne petite niche tranquille au sein du pouvoir colonial pour en profiter, pouvoir qui ne fait que les utiliser, ce n’est en revanche pas mon boulot.

L’activiste féministe Nikki Craft a dit: “La tâche de l’activisme n’est pas de naviguer les systèmes du pouvoir avec le plus d’intégrité personnelle possible, mais elle est de démanteler ces systèmes.”

Notre tâche en tant que survivants de la tentative la plus longue de génocide que le monde n’ai jamais connu (NdT: Depuis 1492… quand même !…) et défenseurs de nos générations futures, protecteurs de la Terre-Mère, n’est certainement pas de nous coucher devant nos abuseurs et de négocier des positions  confortables dans le système qui utilise tout pour son profit (NdT: C’est exactemet ce qu’il s’est produit avec les syndicats et la lutte syndicale, phagocytés pour que leurs leaders puissent bouffer au ratelier du système. Ceci n’est pas une opinion, mais un fait établi…). Notre boulot n’est pas de protéger la “marque déposée” “Canada” ou “Etats-Unis” ou délivrer du “made in Canada” ou “made in the USA” sur le marché global. Ce n’est pas non plus notre boulot de regarder de l’autre côté tandis que la veulerie nous arrache les mains pour soutenir le sempiternel “made in China”. Si nous choisissons  de développer ces ressources, alors ceci devra se faire pour que leur production apporte le maximum de valeur à nos communautés que possible. Les matières premières ne doivent pas être arrachées à la terre, pompées et sorties de nos territoires pour assouvir la soif inextinguible de ceux qui voudraient détruire la planète pour le seul profit. Nos petites populations et les petits territoires encore sous notre contrôle devraient non seulement avoir un futur énergétique garanti mais aussi une échelle et un ampleur de production adaptées à nos communautés et à nos besoins, car ceux-ci et nos désirs, ne devraient jamais excéder ce que l’environnement peut de fait supporter.

Pourtant, malgré toutes ces ressources énergétiques vantées par Mr le président du NCAI, nous avons des membres de nos communautés mourant de froid, non pas au cours de marches forcées ou d’activités extérieures dans la nature sauvage, mais chez eux. Mourant de froid dans ce pays de Mr Obama qui échangeait il y a peu des plaisanteries sur le rachat de la Louisiane avec le président français, et ne tarissant pas sur le fait que cela avait été une super affaire, le tout sous les yeux de Mr le président du NCAI, honoré de se trouver parmi eux. Donc, alors que le débat et la lutte pour bloquer le pipeline Keystone XL  et les sables bitumeux font rage, nous devons regarder ces visages près de nous, pas seulement ces magnats de l’industrie. Nous devons les réveiller de la torpeur illusoire de la subjugation et du leurre de ce rêve américain. Nous devons devenir un phare d’espoir, pas seulement pour nous-mêmes mais aussi pour le nombre toujours plus croissant de personnes qui nous regardent, nous observent et nous demandent d’aider à briser le consensus du statu quo.

Un puit de gaz en territoire Seneca (NdT: nation de la confédération iroquoise) ne devrait pas remplir le pipeline des entreprises utilitaires américaines. Il devrait suppléer le peuple Seneca. Il devrait produire de la  chaleur, de l’électricité et du carburant. Les gens ne devraient pas être pompés par National Fuel pour rembourser des investisseurs qui financent la contamination des terres Seneca et met en danger la santé des personnes et de la vie dans la région.

On peut dire la même chose au sujet du charbon, du pétrole, du gravier, de l’eau et des arbres sur chacun de tous nos territoires. Vendre notre terre par bennes de camion, pipeline ou chemin de fer est toujours vendre notre futur et celui des générations à venir.

Ceci est un système de pouvoir qui se doit d’être démantelé…

Colonialisme et ethnocide présents: Le Canada fait porter le « badge bleu » aux indésirables autochtones lors d’une réunion officielle sur l’éducation en Alberta…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, philosophie, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 14 février 2014 by Résistance 71

Honte !…

Nos gouvernements fantoches et les ligues « antiracistes »de tout poil se dressent contre des saltimbanques, débattent de futilités le plus souvent inventées pour les servir, et servir un autre état d’apartheid, mais quand des officiels d’un gouvernement  occidental approuvent, en 2014, des mesures de « sécurité » racistes et discriminatoires, là plus personne (ou presque..) n’en parle.

En Amérique du Nord, la population amérindienne est passée de quelques 19 millions il y a 400 ans à 250 000 dans les années 1970… Nous sommes là devant le plus grand génocide de l’histoire de l’humanité, passé sous silence parce qu’il continue aujourd’hui sous sa forme larvée de contrôle et d’ethnocide en règle. Combattre et vaincre l’empire au XXIème siècle, c’est pour les peuples occidentaux accepter son histoire odieuse et génocidaire, s’en démarquer et se tenir avec nos frères colonisés des Amériques, d’Afrique, d’Asie et d’Océanie (écouter un entretien de Gary Foley leader aborigène d’Australie ici...), qui détiennent les clefs du grand changement planétaire… C’est ensemble que nous vaincrons l’oligarchie, cessons de nous laisser diviser par des dogmes inventés de toute pièce à cet effet: celui de nous diviser pour mieux nous contrôler. Ceci est une réalité et n’est en rien inéluctable, de la même manière que l’État (et donc la société politiquement divisée à dessein) qui protège les privilèges du petit nombre, n’est pas non plus inéluctable. L’État est un leurre, placé sur notre chemin afin que nous comprenions quel chemin prendre.

L’heure est venue de s’en départir…

— Résistance 71 —

 

Nous sommes les “non invités”: Port du point bleu à la réunion FNEA (First Nations Education Act)

 

Collectif INM

 

12 Février 2014

 

url de l’article:

http://nationsrising.org/we-are-the-uninvited-blue-dots-and-the-fnea/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Aujourd’hui, l’artiste métis Christi Belcourt a lancé une incroyable action en ligne pour relancer nos voix suite à l’annonce controversive de la semaine dernière concernant le contrôle de nations Premières sur la loi sur l’éducation des nations Premières, First Nations Education Act ou FNEA. Voici sa déclaration sur le projet:

Dans la province d’Alberta, la sécurité pour la réunion d’ “annonce” Harper/Atleo du FNEA, a marqué les gens d’un badge jaune (pour ceux qui étaient invités et les anciens étant sur une liste “approuvée”), tandis que les personnes qui n’étaient pas sur la liste “approuvée” reçurent un badge bleu à porter. Il y a eu environ une trentaine de personnes qui furent escortées en dehors de l’endroit et ne reçurent aucun repas. Ma question est la suivante: Pourquoi des gens de cette communauté, de ce territoire, venant pour écouter une déclaration sur l’éducation, seraient-ils requis de porter un badge (NdT: bientôt une étoile ??) bleu ? J’ai commencé alors à penser que les points bleus représentent les gens que le gouvernement arrêterait en premier, ou harcèlerait en premier lieu, ou ne se soucie pas, ou qu’il a considéré à travers l’histoire comme étant des “rebelles” pour protéger la terre et oser parler et se dresser contre l’establishment. Même en poussant plus loin, les points bleus sont nos gens, les masses de personnes qui ne sont pas capables d’influer sur des décisions, nos opinions et sont en marge de la société ou nous avons été ignorés ou détestés à cause du mal qui est fait à nos terres et à nos corps.

Que veulent dire ces point bleus ?

Le point bleu signifie, désigne tous ceux d’entre nous qui sont concernees, qui parlent, se redressent et risquent d’être arrêtés. Il veut dire et montre ceux d’entre nous qui “ne sont pas invités” et qui sont traités comme moins que rien par les systèmes d’éducation des enfants, des systèmes de justice, ou de santé publique. Il désigne tous ceux d’entre nous qui n’ont pas de voix à la table avec Atleo ou le premier ministre ou quiconque d’autre a le pouvoir de faire une “X” sur un papelard et de résigner, de soumettre nos droits. Ces points bleus qu’ils ont fait porter aux gens n’étaient pas nécessaires. Ils auraient pu conserver les jaunes pour ceux qui “étaient invités” et laisser les autres sans rien, alors pourquoi ont-ils insisté pour que les autres portent les points/badges bleus ? Pourquoi ? Twila Singer a dû en mettre un, puis elle fut chassée de l’audience pour “tweeting” alors qu’elle n’avait même pas de téléphone sur elle. Mais elle avait manifesté avec Idle No More (INM). Donc le CSIS (services secrets canadiens) et la GRC (police montée) ou qui que ce soit qui fut en charge de la sécurité et qui suivirent les “points bleus” avaient déjà un système de reconnaissance faciale en place et un plan pour cibler les soi-disants “fauteurs de troubles”. Je suis extrêmement énervée de savoir qu’ils peuvent venir en territoire autochtone, marquer des gens de cette communauté et ne pas les laisser écouter une déclaration faite au sujet de l’éducation présente et future de leurs enfants et du futur de nos enfants de maniere générale.

Voilà pourquoi j’ai commencé cette série sur les points bleus. Pour tous ceux d’entre nous qui ne sont pas d’accord, qui veulent un changement réel, qui se dressent pour ce changement. Je clâme haut et fort que cette marque bleue est une marque de fierté !