Archive pour brouille bidon obama netanyahou

La farce du discours de Netanyahou au Congrès US: le ministre des AE iranien corrige la copie…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , on 7 mars 2015 by Résistance 71

Ministre iranien des affaires étrangères Mohamed Javad Zarif: “Nous avons sauvé les juifs trois fois, Netanyahou doit réviser son histoire”

 

Al Manar

 

6 Mars 2015

 

url de l’article en français:

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=223716&cid=86&fromval=1&frid=86&seccatid=28&s1=1

 

Lors d’une interview pour la chaîne NBC, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a déclaré que « l’Iran n’avait pas l’intention de détruire l’entité sioniste et avait en réalité sauvé les juifs trois fois tout au long de l’histoire ».

Cependant, selon le chef de la diplomatie iranienne, « le régime israélien actuel est une menace pour Téhéran ».

Le diplomate iranien réagissait à l’intervention du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou devant le Congrès des États-Unis dans laquelle il a affirmé que l’Iran menaçait d’effacer Israël de la carte du monde.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a appelé Benyamin Netanyahou à rafraîchir ses connaissances en histoire alors que ses allégations n’ont pas seulement «déformé la réalité d’aujourd’hui», mais aussi contredit les textes sacrés des juifs et de la Bible.

«Il déforme son propre texte sacré. Si vous lisez le livre d’Esther, vous verrez que c’est le roi iranien qui a sauvé les juifs», a dit Mohammad Javad Zarif.

Le ministre a qualifié les accusations de Benyamin Netanyahou de «vraiment regrettables» et signalé qu’elles font référence à «une nation entière qui a sauvé trois fois les juifs».

«Il est vraiment regrettable que le sectarisme en arrive au point où on accuse dans son ensemble la nation qui a sauvé les juifs trois fois pendant l’histoire : une fois quand un Premier ministre a tenté d’éliminer les juifs et que le roi les a sauvés, encore une fois pendant le règne de Cyrus le Grand où il a sauvé les juifs de Babylone, et une troisième fois au cours de la Seconde Guerre mondiale», a-t-il dit.

«Nous ne souhaitons pas l’anéantissement des juifs», a souligné le ministre iranien des Affaires étrangères en rappelant que 20 000 juifs vivent «en paix» en Iran  et ont même leur propre représentant au parlement.

«Nous avons une histoire de tolérance et de coopération, nous avons coexisté pacifiquement avec notre communauté juive et avec tous les juifs partout dans le monde. Si des gens veulent semer la peur pour encourager une telle hystérie de par le monde, cela les déshonore», a indiqué Mohammad Javad Zarif.

Pour Zarif, le régime israélien actuel est une menace pour l’Iran car il «tue des enfants innocents et entreprend des actions agressives».

«Israël menace presque chaque jour de recourir à la force contre l’Iran … Bien sûr, s’il recourait vraiment à la force contre l’Iran, nous nous défendrions comme nous l’avons fait à l’époque au prix d’immenses sacrifices. Mais nous n’envahissons personne, nous ne menaçons personne. Nous n’avons menacé personne en 250 ans», a dit le chef de la diplomatie iranienne.

«Tandis que le bilan de Netanyahou est jonché d’infanticides, de meurtres d’innocents, d’agressions contre son voisinage et d’occupations…», a-t-il ajouté.

Les négociations entre l’Iran et le Groupe des Six sont entrées dans une phase décisive en vue de trouver une compromis sur le programme nucléaire controversé de Téhéran vers le milieu de l’été.

Mohammad Javad Zarif a encore une fois réfuté les accusations occidentales selon lesquelles les autorités iraniennes essayent de développer des capacités de production d’armes nucléaires, réaffirmant la visée pacifique du programme nucléaire iranien.

«Nous n’avons jamais eu de bombe. Nous n’aurons jamais de bombe. Nous ne pensons pas qu’une bombe soit dans notre intérêt, mais Netanyahou a la bombe. Il a 200 armes nucléaires», a-t-il annoncé.

Ensuite, le chef de la diplomatie iranienne a ajouté que le Premier ministre israélien «s’opposait à un Moyen-Orient sans armes de destruction massive» tout en accusant l’Iran d’en préparer une.

«Il n’est pas en position d’accuser. Il n’a pas l’autorité, il n’a pas l’autorité morale pour le faire», a déclaré Mohammad Javad Zarif.

Selon le ministre iranien des Affaires étrangères, l’Iran et les six puissances médiatrices sont «très proches» d’un accord même s’il reste «quelques détails à résoudre».

Cirque et théâtre géopolitique… La « brouille » Obama-Nétanyahou est programmée depuis 2009… Le but ? Attaquer l’Iran…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 3 mars 2015 by Résistance 71

La “brouille” Obama-Netanyahou est du théâtre, elle fut planifiée en 2009

 

Tony Cartalucci

 

2 Mars 2015

 

url de l’article original:

http://landdestroyer.blogspot.fr/2015/03/obama-netanyahu-fallout-is-theater.html#more

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dans un document d’analyse politique publié en 2009 par la Brookings Institution, financée par la finance corporatiste, il fut clarifié que les Etats-Unis étaient déterminés à provoquer l’Iran dans un conflit et un changement de régime quel qu’en soit le prix et ce incluant la possibilité d’une invasion et d’une occupation de l’Iran par les troupes américaines.

Mais avant d’en arriver là, les décideurs œuvrant à la Brookings Institution explorèrent d’autres option incluant le déclanchement à distance de troubles sociaux en Iran couplés avec une force violente et secrète, l’utilisation des organisations terroristes listées par le ministère des affaires étrangères US pour perpétrer des assassinats et des attaques en Iran, des raids aériens limités, lancés par Israël, les Etats-Unis ou les deux combinés.

Rétrospectivement, 6 ans plus tard, on peut voir que toutes ces turpitudes ont non seulement été tentées d’une manière ou d’une autre en Iran, mais ont aussi été employées chez le voisin syrien pour diminuer sa force, ce qui d’après la Brookings, est un prérequis nécessaire avant de faire la guerre à l’Iran.

Particulièrement intéressant, si on considère ce qui paraît être une dispute grandissante entre les Etats-Unis et Israël, est de voir comment les US ont planifié de manière précise, de soutenir secrètement ce qui serait maquiller pour être une frappe préventive “unilatérale” d’Israêl sur l’Iran, une attaque qui paraît être dans son processus de justification, au travers d’une campagne de propagande minutieusement orchestrée, qui se déroule sous nos yeux actuellement.

De la bouche des décideurs américains eux-mêmes

L’article de 2009 de la Brookings Institution intitulé: “Quel chemin vers la Perse ?” (« Which Path to Persia? Options for a New American Strategy Toward Iran, »), clarifie le fait que les négociations avec l’Iran au sujet de son programme nucléaire ne sont en fait qu’une pièce de théâtre et que cela sera utilisé pour donner au monde l’impression que les Etats-Unis ont exploré toutes les options “pacifiques” possibles avant de s’en résoudre à un changement de régime violent en Iran.

Le rapport explique ceci plus précisement de cette façon:

“… Toute opération militaire contre l’Iran sera très certainement très impopulaire dans le monde et requiert le contexte international correct à la fois pour assurer que le soutien logistique à l’opération s’opère convenablement mais aussi pour minimiser le retour de flamme potentiel. La meilleure manière de minimiser l’opprobe internationale et maximiser le soutien est de frapper seulement lorsqu’il y a une conviction généralisée que les Iraniens ont eu une superbe occasion à saisir et qu’ils l’ont refusé, une si belle opportunité que seul un régime déterminé à acquérir des armes nucléaires pour les mauvaises raisons pourrait rejeter. Dans ces circonstances, les Etats-Unis (ou Israël) pourraient expliquer que ses opérations sont faites à contre-cœur et les remplissent de tristesse, mais que rien n’est motivé par la colère et qu’au moins quelques personnes dans la communauté internationale conclueraient que les Iraniens “ont amené cette catastrophe sur eux-mêmes”, en refusant cette offre exceptionnelle.”

Bien sûr l’Iran, comme l’admet la Brookings Institution elle-même, n’est pas gouverné par des leaders irresponsables et ne refuserait pas une offre si formidable. La Brookings Institution admet ouvertement que les Etats-Unis sont sur une politique étrangère à deux voies, l’une pour la consommation publique (faire de “superbes offres” qu’on ne peut refuser) et l’autre, ciblée à faire penser que l’Iran est le plus déraisonnable possible.

A un moment l’analyse de Brookings dit ceci:

“La vérité est que tout cela serait des cas difficiles à affirmer. Pour cette raison, il serait bien plus préférable que les Etats-Unis puissent citer une provocation iranienne comme justification de raids aériens avant de les déclencher. Clairement, une action des plus outrageantes, mortelles et non provoquée de la part des Iraniens serait des plus favorables aux Etats-Unis. Bien sûr il sera difficile pour les Etats-Unis d’appâter l’Iran vers une telle provocation sans que le reste du monde ne voit ce petit jeu, ce qui le fragiliserait. (une méthode pourrait cependant avoir du succès: pousser pour un changement de régime dans l’espoir que Téhéran riposte ouvertement ou semi-secrètement, ce qui pourrait ensuite être dépeint comme une action d’agression iranienne non provoquée…)

Ici, les décideurs de la Brookings conspirent ouvertement contre la paix mondiale en “poussant” une autre nation vers la guerre qu’elle ne veut pas et qui ne lui serait d’aucun bénéfice. Provoquer une nation qui ne pose aucune menace à la sécurité nationale des Etats-Unis est une violation claire et nette de la loi internationale, l’article de la Brookings Institution servant même de confession écrite dans ce cas précis.

Et pourtant, malgré cette admission criminelle ouverte, celle de conspirer contre la paix mondiale, ce qui est le plus important sont les plans des Etats-Unis pour désavouer toute responsabilité dans une attaque menée par procuration par son allié régional, Israël. Le document établit dans un chapitre intitulé: « Allowing or Encouraging an Israeli Military Strike, » nous dit que:

“… Le meilleur avantage que cette option possède en lieu et place d’une campagne aérienne américaine est la possibilité que seul Israël soit blâmé pour cette attaque. Si cela était, alors les Etats-Unis n’auaraient même pas à faire face à la riposte iranienne ou au déchaînement diplomatique qui accompagnerait immanquablement une opération militaire américaine contre l’Iran. Cela permettrait à Washington d’avoir sa part de gâteau (le retard dans l’acquisition par l’Iran d’armes nucléaires) et de le manger dans le même temps (en évitant d’endommager d’autres initiatives diplomatiques américaines dans la région).”

Personne n’est du reste surpris que le quotidien du Daily Mail britannique rapporte maintenant dans un article intitulé: “Le président Obama a menacé l’an dernier d’abattre les avions israéliens s’ils attaquaient les centrales nucléaires iraniennes” (« President Obama threatened to shoot down Israeli jets if they attacked Iranian nuclear facilities last year, claim sources, ») que:

“Le président Obama est supposé avoir stoppé une opération militaire israélienne contre l’iran et ses centrales nucléaires en 2014 en menaçant d’abattre les avions israéliens avant qu’ils ne puissent atteindre leurs cibles, d’après des rapports émergeant du Moyen-Orient ce week-end.

La menace américaine a forcé Netanyahou à avorter une attaque planifié sur l’Iran, a rapporté le journal koweitien Al-Jarida.

Netanyahou sera à Washinton pour un discours devant le Congrès Mardi, discours qui a pour but de faire dérailler le projet chéri par Obama de sceller un accord diplomatique avec Téhéran.”

Ici, le Daily Mail répète un narratif grandissant qui s’imbrique impeccablement dans la politique étrangère de longue haleine des Etats-Unis décrite dans le rapport de la Brookings Institution en 2009, et ce quasiment à la lettre… En fait, l’intention “d’abattre” les avions israéliens a été discutée au préalable comme étant une des propositions utilisée dans ce théâtre géopolitique.

Les Etats-Unis, comme prescrit par Brookings, sont dépeints comme désespérément essayant de marteler un accord presque déraisonnable avec l’Iran, tandis que le “chien fou” Israël ne cherche qu’à attaquer l’Iran unilatéralement, donnant ainsi sur un plateau aux Etats-Unis une clause de renoncement plausible qu’ils déclarent ouvertement chercher à obtenir de manière hypocrite si d’aventure Israël attaquait l’Iran. Les actes belliqueux en série, consistants et habituels d’Israël contre à la fois son propre peuple et les Palestiniens dont les terres ont été saisies par Tel Aviv et qui sont continuellement occupées, sont aussi assez remarquables. La nature des ces actes n’est pas celle de l’auto-préservation, mais de la provocation intentionnelle, créant des divisions politiques prévisibles à travers l’occident facilement manipulable particulièrement en des temps comme ceux où une attaque “regrettable” faite contre l’Iran, une nation que ce même occident a jusqu’ici échoué à renverser au moyen du terrorisme, de la sédition fomentée par les Etats-Unis, les sanctions et les provocations masquées, est maintenant sur la table de jeu.

Il est aussi très clair que l’analyse écrite de 2009 “Quel chemin pour la Perse?” représente toujours une fenêtre d’opportunité vers une doctrine plus profonde et retranchée qui est toujours utilisée jusqu’à ce jour pour réorganiser le Moyen-Orient et le réaligner avec les intérêts spéciaux de l’occident. C’est une confession écrite et signée d’une conspiration évidente contre la stabilité et la paix mondiales. Ce document devrait être lu entièrement devant le Conseil de Sécurité de l’ONU, avant que ceux-là même qui l’ont écrits et ainsi que les intérêts corporatistes et financiers qui l’ont promu et sponsorisé, soient menés devant la justice internationale.

Faire moins que cela prouve que les Etats-Unis et ses proxies régionaux et non pas l’Iran, sont des états voyous, œuvrant contre la paix et la stabilité mondiales, et dont bien des exemples d’atrocités se sont déjà manifestés avec bien plus à venir semble t’il…