Archive pour BP désastre

Marée noire du golfe du Mexique: Mensonges et maquillage… Quand BP et l’administration Obama jouent de concert un air de pipeau

Posted in actualité, écologie & climat, BP et marée noire golfe du mexique, désinformation with tags , , on 23 août 2010 by Résistance 71

Nous avons traduit ici un excellent article du journaliste d’enquête américain Dahr Jamail, qui s’est illustré auparavant par sa couverture objective, sans complaisance et hors propagande de la guerre d’Irak.

Il est aujourd’hui dans le golfe du Mexique pour enquêter, recueillir les témoignages de ceux qu’on n’entend jamais, les premiers concernés: les résidents et les citoyens qui vivent dans la zone sinistrée par cette marée noire aux proportions historiques, mais dont l’impact réel est completement étouffé par les mensonges quotidiens des officines du gouvernement toutes a la solde de BP, qui agit la-bas comme le maître absolu des lieux. L’administration Obama est pieds et poings liés par la collusion et la complicité qui l’impliquent avec BP, géant transnational du pétrole qui fut tres généreux pendant la campagne présidentielle d’Obama le larbin de Wall Street… Temps de renvoyer les ascenceurs, aussitôt dit… aussitôt fait…

Résistance 71

Exposer au grand jour les mensonges qui coulent le pétrole
16 Août 2010 | T r u t h o u t

Par Dahr Jamail

Url de l’article original:

http://dahrjamailiraq.com/uncovering-the-lies-that-are-sinking-the-oil

L’utilisation intempestive de dispersants toxiques, des contracteurs privés importés du dehors de l’Etat pour les épandre et la complicité des gardes côtes US sont aujourd’hui des histoires communes dans les états les plus affectés par le désastre de BP dans le Golfe du Mexique.

Les pêcheurs professionnels, les résidents et certains membres du programme Vessels Of Opportunity (VOO) de BP en Floride, Alabama, Mississippi et Louisiane ont parlé avec Truthout a propos de ce qu’ils ont vécu avec ces incidents.

Des dispersants toxiques trouvés sur des sites de fermage de crevettes récemment ré-ouverts

Le lundi 09 août, le directeur du département des ressources maritimes de l’Etat du Mississippi (DMR), Bill Walker, en dépit des rapports établis concernant des boules de goudron et de pétrole, ainsi que de dispersants retrouvés dans les eaux du Mississippi, a déclaré qu’il « n’y aurait pas de nouvelle menace » et a donné l’ordre a tous les éléments gouvernementaux de lutte contre la marée noire d’arrêter leur travail de sauvetage, qui était payé par BP pour l’Etat.

BP a alloué 25 millions de dollars a l’Etat du Mississippi pour le désastre et le travail qui en incombe. A la date du 09 août, Walker a estimé que seulement 500 000 dollars de factures en réponse au désastre ont été envoyées a l’état. Personne ne sait a quoi va servir le reste de l’argent.

Ces derniers jours, dans les eaux du Mississippi, des pêcheurs et des scientifiques ont trouvé du pétrole dans le marais de Horn Island, des poissons morts en très grand nombre a côté de Cat Island, de « L’eau noire » dans la zone côtière du Mississippi et du pétrole submergé a Pass Christian.

Les résidents et les pêcheurs de l’état du Mississippi qui ont parlé avec truthout pensent que la décision de Walker a été sur ordre du gouverneur Haley Babour, qui a déjà été vivement critiqué ces dernières années pour son lobbying pour le compte des grosses industries du tabac et du pétrole.

Deux jours apres l’annoncement de Walker et en réponse aux allégations de l’état et des officiels fédéraux que les eaux de la côte du Golfe étaient de nouveau salubres, des pêcheurs ont pris leurs propres échantillons d’eau en divers endroits pres de la Pass Christian dans le Mississippi. Ces échantillons ont été prélevés dans des eaux qui sont maintenant officiellement réouvertes pour la pêche a la crevette, ainsi que dans les eaux ou sont les parcs a huîtres du Mississippi, qui seront ouvertes en Septembre pour la pêche.

Le marin pêcheur James « poisson chat » Miller, a embarqué les pêcheurs Danny Ross Jr. et Mark Stewart, ainsi que le scientifique Dr. Ed Cake de Gulf Environmental Associates, et d’autres pour un tour et ils ont déterminé que les lieux de pêches étaient contaminés avec les dispersants pétroliers.

Leur méthode était simple: ils utilisèrent un tissu absorbant accroché a un hameçon plombé sur une ligne, l’ont largué par dessus bord pour une durée très courte, et l’ont remonté pour évaluer le résultat. Le tissu absorbant était gorgé d’une substance visqueuse brune que les pêcheurs ont identifée comme un mélange de pétrole brut et de dispersants toxiques. Peu de temps apres, Miller apporta les échantillons a un meeting communautaire de la ville d’Iberville pour montrer aux pêcheurs et a leurs familles.

A ce meeting, tous les pêcheurs supportèrent de maniere unanime une pétition qui demandait le limogeage de Walker, chef du DMR du Mississippi, qui était responsable de la réouverture des zones de pêche.

Le Dr Cake écrivit de cette expérience: « Quand le navire s’arrêtait pour prendre des échantillons, de petites bulles de 1 a 2cm de diamètre venaient crever la surface périodiquement et peu de temps apres elles laissaient une trace de pétrole. D’apres les pêcheurs locaux, des vaisseaux du programme VOO de BP (avec des réservoirs de dispersants… Corexit ?..) ont été vus épandre a la main la zone du delta du Mississippi vers la Pass Christian, les jours et les nuits précédentes. Il est apparu aux observateurs que les dispersants sont toujours dans la zone et continuent de réagir avec le pétrole dans les environs de Pass Christian. »

Contamination continue et les vaisseaux de la Caroline

Le 13 Août, Truthout a visité Pass Christian Harbor dans le Mississippi. Il y avait du pétrole, ses vapeurs pouvaient être senties; ceci nous causa des brûlures aux yeux. Beaucoup de bouts d’amarrage sur le ponton étaient couverts de pétrole, et la plupart de la surface de l’eau maculée. Un résident qui a un bateau dans le port de plaisance parla avec Truthout sous condition d’anonymat a cause de la peur des représailles de BP.

« La semaine dernière, nous étions assis sur notre bateau et nous pouvions sentir les produits chimiques », expliqua t’il, « cela sentait la mort. C’était comme un insecticide, mais 10 fois plus fort. Le jour d’apres j’étais patraque et mes poumons se ressentaient comme si j’avais été dans un bar emplit de fumée la nuit d’avant. »

Les barrières flottantes contre le pétrole étaient déployées dans presque tout le port. Quelques pêcheurs amateurs, qui faisaient manifestement confiance a Mr Walker qui avait dit que l’eau était nettoyée du pétrole et des dispersants, essayaient d’attrapper des poissons depuis le pont de leur bateau a l’intérieur du port de plaisance.

Un ancien martin-pêcheur ajouta: « la semaine dernière, le port était rempli de pétrole; BP a acheté tous les officiels du gouvernement et les a fait taire. Vous ne pouvez pas dire que le pétrole est parti, il est la ! Dire le contraire est une connerie monumentale ! » Truthout a parlé avec un autre homme sous condition d’anonymat; celui a récemment eu son contrat terminé avec un bateau du programme VOO de BP. « L’autre jour, un des bateaux de Caroline nous a passé en vaporisant quelque chose », dit-il. « Nous allions vers l’Ouest au lieu d’aller vers l’Est et ces bateaux pulvérisaient quelque chose dans l’eau. »

Un bateau Caroline est un bateau de 4 a 9m de long, qui peut fonctionner en haut profonde ou très peu profonde. Ils sont connus pour avoir une capacité de charge importante et beaucoup d’espace intérieur. Alarmé par ce qu’il vit, l’ex-employé du VOO appela les gardes-côtes pour rapporter ce qu’il pensait être un contracteur privé pulvérisant du dispersant. « Plus tard, les garde-côtes nous ont dit qu’ils avaient enquêté et que ce que nous avions vu était un bateau pompe qui pompait le pétrole, et qu’ils rinçaient leurs réservoirs. » dit-il, « mais nous savons que c’est un mensonge et que BP utilise ces contracteurs en dehors de l’Etat pour venir pulvériser leur dispersant la nuit; ils utilisent des avions également. »

Il travaillait pour le programme VOO et recherchait le pétrole. Quand son équipe en trouvait, ils étaient systématiquement envoyé ailleurs sans explication ou l’opportunité de le nettoyer. « Ils nous faisaient arrêter ces missions », dit-il. « Il y a deux jours, je mettais une barrière flottante sur une nappe de pétrole, au bout de 5 minutes ils m’ont dit d’avorter la mission, alors j’ai retiré la barrière souillée de pétrole. Que diable faisons nous en mer si on ne nous laisse pas nettoyer le pétrole ? »

Il dit a truthout que lui et ses autres collègues de VOO partaient au travail sur l’eau le matin et ils croisaient les bateaux des contracteurs hors Etat dans leurs vaisseaux Caroline, qui revenaient de ce qu’il pense être une opération de pulvérisation de dispersant clandestine afin de couler le pétrole. Il pense que ceci est fait délibérément pour éviter que les équipes du VOO trouvent et collectent le pétrole. De cette maniere, la responsabilité de BP sera moindre dans la mesure ou le géant pétrolier sera a l’amende au pro rata du pétrole trouvé et pompé. « BP amene les bateaux de nuit pour pulvériser le dispersant » ajouta t’il, « et ils ne rendent de compte a personne, même pas aux gardes-Côtes. »

James Miller, qui a piloté le groupe vers la zone côtière du Mississippi ou ils ont trouvé le pétrole et les dispersants le 11 Août a déclaré a truthout que les équipes de vaisseaux Caroline qui épandent les dispersants sont un fait courant et que cela « se passe tout le temps ». Miller, qui faisait partie de l’équipe de VOO est un témoin oculaire d’avions pratiquant les épandages de dispersants, de même que les vaisseaux participant a la même mission.

« Nous arrivions sur une nappe de pétrole d’une longueur de un mile nautique sur 1/2 mile (1600m sur 800m environ) et ils nous mettaient en attente pour le pompage », déclare Miller a Truthout depuis sa maison d’Iberveille dans le Mississippi, « Nous quittions la zone et des embarcations Caroline arrivaient et commençaient a pulvériser le dispersant sur le pétrole. Les gars qui travaillaient sur les bateaux avaient des respirateurs et des masques de protection. Leurs bateaux avaient des réservoirs de produit chimique de 375 gallons chacun, remplis de dispersant et ils pouvaient pulvériser jusqu’à 50m du bateau. Le lendemain, on trouvait de la mousse blanche qui est toujours présente quand ils épandent sur le pétrole. » Certaines nuits, les équipes du VOO dormaient pres de leur zone de travail.

« Nous dormions sur place, et certaines nuits, les avions passaient si pres que cela nous réveillait de notre sommeil profond. » ajouta Miller, « La encore, nous identifions les zones souillées de jour et la nuit, les avions venaient épandre le dispersant. Voila toute l’affaire. Nous identifions les zones, ils nous disaient de rester en dehors et ils envoyaient leurs bateaux ou avions pour faire couler le pétrole. »

Mark Stewart d’Ocean Springs, Mississippi, travaillait pour le programme VOO. Il y resta 70 jours avant d’être décommissionné le 02 Août. Les dernières semaines, BP a réduit le nombre de sauveteurs de 45 000 a 30 000. Le nombre décroit de jour en jour.

Stewart, troisième génération marin-pêcheur, a dit a Truthout qu’il a vu régulièrement « une sorte de gel mauve d’un metre d’épaisseur flotter un peu partout, dans des zones de la taille d’un terrain de football et des boules de goudron aussi grosses que des voitures. » Il est, a l’instar de Miller, un témoin oculaire des épandages aériens durant la nuit, ainsi que des vaisseaux répandant les dispersants. « J’ai travaillé au large des îles barrières du Mississippi. Ils répandaient des dispersants sur le pétrole que l’on trouvait avec les avions jour et nuit. » dit Stewart.

Il confirme ce que les employés du programme VOO disent a travers toute la zone souillée du golfe. Il dit a Truthout que son équipe trouvait régulièrement du pétrole, envoyait un rapport par radio, était envoyée a l’écart, et observait avions et bateaux balancer les dispersants, ou s’ils retournaient le jour d’apres, trouvaient des résidus de pétrole émulsifiés en surface apres que le pétrole ait été aspergé de dispersant.

Stewart ajouta: « A chaque fois que des gens du gouvernement, de l’Etat ou de l’Etat fédéral, volaient au dessus de nous, nous recevions les instructions de sortir les barrières et de commencer a filtrer, comme si nous collections le pétrole, même si nous étions dans une zone qui n’en avait pas. »

Depuis qu’ils agissent comme sonneurs d’alerte, Miller et Stewart ont tous deux été accusés d’être des fauteurs de trouble et des menteurs par le gouvernement de l’état du Mississippi, ainsi que par les médias locaux, malgré le fait qu’ils agissent de la sorte a cause de leur sens de la responsabilité profond pour leurs pairs marin-pêcheurs et l’environnement.

De plus, les deux hommes ont déclaré a Truthout qu’ils vivent avec des maux de tête récurrents ainsi que d’autres symptômes qu’ils ont commencés a avoir apres avoir été exposés aux dispersants toxiques durant leur temps avec le programme VOO. Les voyages récents pour enquêter sur les eaux de la région pour la présence de pétrole et de dispersants ont empiré leur état.

« Pourquoi mentirions nous sur le pétrole et les dispersants dans nos eaux, alors que notre vie dépend de notre capacité a pêcher ici », demanda Miller, « Je veux que tout  cela soit nettoyer afin que nous puissions recommencer une vie normale, mais cela n’a de sens pour personne de pêcher dans nos eaux toxiques. Je ne sais pas pourquoi les gens sont en colère apres nous pour dire la vérité. Nous ne sommes pas ceux qui ont mis ce pétrole dans l’eau. »

Miller est pessimiste avec son évaluation de la situation. Il pointa vers la côte et dit: « Tout est mort la-bas. Le plancton est mort. Nous avons remonté beaucoup de plancton mort hier. Il y a très peu d’oiseaux. Nous n’en avons vu que quelques uns alors que d’habitude il y en a des milliers. Nous n’avons vu que deux dauphins, alors que d’habitude on ne les compte plus. Nous n’avons rien vu sauf la mort. »

Complicité des gardes-côte

« Les avions de Lockheed Martin, incluant des C-130 et P-3, ont été déployés dans la zone du Golfe par l’armée de l’air, les gardes-côte et d’autres clients du gouvernement pour accomplir différentes tâches telles qu’observer, cartographier et épandre des dispersants », dit un bulletin d’information publié en Juillet par Lockheed Martin.

Une note par le bureau des affaires publiques de la 910eme base aérienne de Youngstown dans l’Ohio stipule que des appareils Hercules C-130H ont commencé les opérations d’épandages le samedi 1er Mai 2010 sous la direction du président des Etats-Unis et du secrétaire a la défense. « L’objectif des épandages aériens est de neutraliser la marée noire avec des agents chimiques de dispersion du pétrole », le communiqué rajoute.

Joseph Yerkes, ainsi que d’autres marins-pêcheurs de Floride et des résidents de l’Etat de Floride ont vu des C-130 épandre des dispersants sur le pétrole qui flottait au large de la côte de Floride, et ce en plusieurs occasions. Mais les gardes-côtes réfutent ces témoignages.

Dans un meeting du programme VOO a Destin le 03 Août, le commandant d’escadre Dale Vogelsang, un officier de liaison des gardes-côtes du gouvernement américain déclara: « Je peux affirmer qu’il n’y a aucun dispersant utilisé dans les eaux de la Floride. » La pièce, remplie presque exclusivement par des pêcheurs qui étaient tous des membres en activité ou passé du programme VOO, éclata en protestations et en commentaires incrédules. Quand Vogelsang fur immédiatement et directement confronté sur sa déclaration, il répliqua: « Je vais me renseigner sur les C-130.. »

Deux représentants de BP qui étaient avec Vogelsang se retrouvèrent confrontés a un groupe de pêcheurs en colère pendant plus d’une heure. A un moment donné, le meeting ressemblait plus a une émeute qu’a une session de questions et réponses; ce qu’ il était supposé être.

Yerkes, qui vit sur l’île de Okaloosa, a été marin-pêcheur et capitaine de bateau presque la totalité de sa vie professionnelle. Ces douzes dernières années il a été propriétaire et a travaillé dans le business de la pêche au vif. Employé par BP comme opérateur pour le programme VOO pendant plus de deux mois, Yerkes ainsi que de nombreux autres marins-pêcheurs du programme ont été décommissonnés le 20 Juillet, car BP et les gardes-côtes pensent qu’il n’y a plus de pétrole susceptible d’être pompé dans la zone de la Floride.

Malgré cela, résidents, pêcheurs, nageurs, plongeurs et les surfers de Floride, d’Alabama, du Mississippi et de Louisiane ont rapporté que du pétrole flotte sur l’eau, recouvre les fonds marins ou flotte dans la colonne d’eau, souvent en très grande quantité, et ce depuis les deux dernières semaines. Il y a eu beaucoup de comptes-rendus sur des avions divers, incluant des C-130, pratiquant des épandages de dispersants sur le pétrole.

Yerkes a fourni a Truthout une lettre qu’il écrivit relatant ce qu’il a vu des C-130 pulvérisant ce qu’il pense être des dispersants.

« J’ai vu depuis ma maison un C-130 militaire voler et de maniere évidente épandre au dessus du golfe du Mexique le 30 Juillet, voler du nord vers le sud, descendre a basse altitude et épandre une substance inconnue depuis l’arriere de l’appareil. Cette substance a commencé a sortir de l’avion lorsqu’il était environ entre un demi-mile et un mile au large, avec un flot continue jusqu’à ce qu’il soit hors de vue, volant plein sud. »

La substance, écrivit Yerkes, « n’était pas de la fumée, car les résidus tombaient dans l’eau alors que de la fumée se serait volatilisée ». Il ajouta « que l’avion était très bas au dessus de l’eau et le vol était très similaire a ceux que j’ai vus les dernières semaines qui épandaient des dispersants dans le Golfe pres de notre zone. »

Un membre du programme VOO donna des informations opportunes sur un « incident étrange », sous condition d’anonymat.

Il observait la faune sauvage le même jour que Yerkes vit le C-130, lorsqu’il reçut un appel de son superviseur. Il lui dit que lui et ses collègues ne se sentaient pas bien, il fut ainsi instruit de retourner « pour une visite médicale, parce qu’un avion avait été reporté avoir largué une substance dans notre zone 10 a 20 minutes auparavant. » Les employés se plaignaient de terribles maux de tête et de congestion nasale, tandis qu’un membre d’équipage disait qu’il avait un goût métallique dans la bouche. Apres avoir rempli un rapport d’incident, tous deux furent dirigés sur l’hôpital. Le lendemain, ils furent instruits de se rendre de nouveau a l’hôpital pour des tests sanguins.

Une semaine apres le meeting sus-mentionné, le « Destin Log » reporta que Vogelstang avait contacté l’unité de commandement et qu’on confirma que des dispersants « n’étaient pas utilisés dans les eaux de la Floride ». Vogelsang ajouta même que les dispersants n’étaient utilisés qu’au dessus des têtes de puits en Louisiane; une annonce que Truthout a entendu réfutée par des douzaines de marins-pêcheurs des états de Floride, Alabama, Mississippi et Louisiane.

Yerkes a dit a Truthout qu’il était également au courant des vaisseaux Caroline qui venaient du dehors de l’état pour faire les épandages de dispersants sur le pétrole.

Dans le plus récent meeting de la VOO a Destin, Vogelsang fut questionné sur la question des services contractés en dehors de l’état pour travailler dans les eaux de la Floride. Il répondit « Les seule bateaux que nous utilisons pour e programme sont locaux. »

« Sa réponse provoqua un hurlement de protestation de la foule, qui comprenait un nombre important de marins-pêcheurs et d’employés de VOO criant que des vaisseaux Caroline étaient importés d’en dehors de l’état de Floride. A cela, Vogelsang répondit: « les vaisseaux qui viennent d’ailleurs sont ceux contractés pour leur savoir-faire spécial ». Vogelsang dit ensuite que le volume de pétrole trouvé en Floride est quotidiennement sur le déclin. Ceci eut pour effet un nouveau cri de rage de la pièce remplie de pêcheurs.

« Je peux emmener quiconque la-bas et lui montrer le pétrole, chaque jour », dit David White « J’étais dans le programme VOO, navigant alentours, appelant quand on trouvait du pétrole, jamais personne ne venait. Je n’ai jamais vu de pompage la-bas et je parle de quantités très sérieuses de pétrole. Je peux vous montrer des boules de goudrons qui se baladent sur le fond aussi grosses que des tumbleweeds (ndt: les buissons séchés qui roulent au gré du vent dans les villes de westerns…) ».

Yerkes a produit a Truthout, un compte-rendu écrit par Lawrence Byrd, un capitaine de bateau local qui était un leader de mission séciale VOO du 4 Juin au 21 Juillet 2010. Les 27 et 27 juillet, Byrd a emmené des officiels de BP et des gardes-côtes ainsi qu’un officiel de l’EPA pour une mission spécifique de trouver du pétrole. « Les gardes-côtes nous ont dit que si on leur trouvait du pétrole, ils nous remettraient au travail. » « Donc Byrd est sorti avec eux et leur a trouvé et montré du pétrole. »

Le CR de Byrd contient de nombreux passages ou ils trouvèrent du pétrole dans l’eau au cours du voyage: « Dans un intervalle de 30 minutes dans le Rocky Bayou et le Boggy Bayou, nous avons trouvé 4 zones de la taille d’un terrain de football avec du pétrole sur l’eau… Nous naviguions vers l’Est et juste apres le pont de Mid Bay, nous avons trouvé 2 âcres de pétrole et une bouteille d’eau pleine de pétrole brut. A ce stade, le lieutenant des gardes-côtes en avait vu assez pour ordonner un deuxième trip avec les officiel de BP et de l’EPA.

Le jour savant, 28 juillet, Byrd écrivit:

« A bord avec des officiels de BP, un officiel de Parson, deux lieutenants des gardes-côtes et un officiel d’EPA. Premier arrêt, l’île aux crabes de Destin ou nous avons trouvé des boules de goudron, des poissons morts et une quantité importante d’algues sargasses mortes également. Tous les officiels ont eu l’air très préoccupés de nos trouvailles. »

Le rapport continue a lister plus de découvertes de pétrole et ajoute: « Aux yeux des officiels de BP, des gardes-côtes et d’EPA, cela était bien assez de produits pétroliers découverts pour ré-ordonner plus de vaisseaux du programme VOO pour servir de premiere ligne de défense contre cette pollution toxique. Aujourd’hui, la VOO de Destin est toujours opérationnelle avec la moitié de ses effectifs dans la baie et la moitié dans le golfe avec des endroits comme par exemple Walton County demeurant complètement a découvert sans protection aucune ! Je me doute que les parties impliquées ont de bonnes intentions, mais rien n’a été fait. »

« Quelqu’un est en train d’arrêter ce processus », a dit Yerkes a Truthout, « Ce gars Allen s’est insurgé a la base aérienne de Tyndall la même nuit qu’ils ont épandu les dispersants sur le pétrole devant Destin, et il a dit que nous allions utilisé les bateaux de pêche de chaque zone pour faire le boulot, même au-delà de nettoyer le pétrole. Le lendemain, tous les bateaux Caroline étaient équipés de barrières flottantes, et personne d’autre n’a été réactivé. »

« Ils mentent a propos de cette affaire, et cela me rend furieux », dit il, « Je suis seul, je suis le seul qui ait la volonté de se battre. J’ai beaucoup d’amis qui veulent aussi dire ce qu’ils pensent et parler. Ils savent que les gardes-côtes et BP mentent; mais ils ne parleront pas car ils sont payés et ils ne veulent pas perdre cela aussi. Ils disent qu’ils trouvent toujours plus de pétrole, tout le temps; mais les gardes-côtes disent qu’ils testent les eaux et que tout va bien, c’est en sécurité. Je sais très bien qu’ils ne testent rien, et nous avons entendu les C-130 toutes les nuits en Juillet. »

Il y a une séquence claire que tous les travailleurs du programme VOO rapportent de maniere consistante:

-Les employés du VOO reperent le pétrole.
-Ils sont ensuite envoyés quelque part ailleurs par quelqu’un de la chaîne de commande.
-Les dispersants sont ensuite épandus par des contractés du dehors sur les vaisseaux Caroline, généralement de nuit, ou des avions sont utilisés pour les épandages ayant pour but de couler le pétrole.
– Le pétrole paraît avoir « disparu », ainsi plus aucune autre mesure n’est appliquée.

« Des surfers reviennent avec du pétrole sur eux. » continua Yerkes, « Il y a des plongeurs qui nous disent qu’il est sur le fond. Nous avons des employés du VOO qui sont venus nous parler apres avoir trouvé une couche de pétrole de 7cm d’épaisseur a la surface de l’eau la semaine dernière; ils y retournèrent, et le pétrole avait disparu. »

« Nous avons des témoignages de gens qui ont des messages malveillants sur leur voiture, des menaces au téléphone. Je ne veux pas devenir l’une de ces personnes. J’essaies de développer mon profil individuel, ainsi ils ne déconneront pas avec moi », ajouta Yerkes, « Je désire que la vérité soit dite, que le public sache. J’essaies que BP et le gouvernement viennent dire ce qu’il en est au lieu de mentir au public sur ce qui se passe. Je veux savoir combien de dispersant ils utilisent, ou est le pétrole, et quels sont les effets que tout cela a sur nous. Quelqu’un ment… et nous voulons la vérité. »

BP le vrai visage de la catastrophe écologique du Golfe du Mexique

Posted in actualité, écologie & climat, économie, crise mondiale with tags , , , , , on 15 juillet 2010 by Résistance 71

La vérité sur la catastrophe pétroliere dans le golfe du Mexique

Par Wayne Madsen

Le long de la côte du Golfe, venant des écologistes et des spécialistes de la faune aux pêcheurs et aux hommes d’affaires, le message est partout le même : la compagnie BP n’est pas seulement submergée d’informations concernant ce qui se trame réellement dans le désastre pétrolier du Golfe du Mexique, elle a aussi réquisitionné les organismes clés de supervision et de réglementation du gouvernement fédéral pour faire avancer son ordre du jour et celui de ses partenaires pétroliers, notamment Halliburton, Anadarko, et Transocean.

La personne la plus haïe dans le Golfe est le commandant superviseur des incidents nationaux du président Obama, Thad Allen, qui a pris sa retraite de commandant de la Garde côtière le 30 juin. Allen est considéré comme trop proche de BP, et il existe des rapports locaux selon lesquels, longtemps avant l’explosion de Deepwater Horizon le 20 avril, Allen discutait d’un emploi de cadre supérieur avec BP.

La logistique du nettoyage de la marée noire est critiquée à cause de la confiance excessive mise dans les navires spécialisés dans l’écrémage du pétrole en eau profonde. Aucune procédure n’est prévue pour utiliser des récupérateurs capables d’opérer en eaux peu profondes, entre 45 et 60 centimètres. Un certain nombre de bateaux capables d’écrémer les eaux peu profondes sont amarrés au port et ils ne sont pas utilisés par BP.

Les pêcheurs, qui ont de l’expérience dans le sauvetage des tortues de mer empêtré dans les filets de pêche, ne sont pas invités dans les opérations de sauvetage des tortues. En fait, ils risquent de se faire arrêter seulement en touchant une tortue menacée.

Comme la plupart des pêcheurs n’ont pas été embauchés par BP, environ 3.000 d’entre eux se retrouvent désœuvrés à cause du désastre. Les pêcheurs oisifs ont été informés par BP qu’ils seront appelés quand leur aide sera nécessaire. Mais BP leur a dit plus tard que beaucoup ne seront probablement jamais appelés. Or, BP a engagé une armée de prestataires et de sous-traitants qui flambent beaucoup d’argent pour apaiser certaines entreprises locales. En tout cas, j’ai remarqué un grand nombre de vendeurs de fruits de mer et de restaurants fermés en conduisant vers Venice.

Ceux qui sont engagés par BP pour nettoyer les plages et les eaux ne sont pas autorisés à porter des appareils respiratoires et beaucoup tombent malades et même crachent du sang. Tout en conduisant vers Venice, j’ai moi-même éprouvé des brûlures et un larmoiement des yeux. Cette irritation a duré des heures après mon retour sur la rive ouest de la Nouvelle-Orléans.

Propagée par BP, la désinformation est accentuée par un certain nombre de journalistes de la télévision locale intégrés aux unités de la Garde côtière dans les eaux au large de la côte et dans les marais et les estuaires. Par-dessus le marché, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), accusée par de nombreux écologistes et pêcheurs locaux d’être complice de la dissimulation des mauvaises nouvelles, a publié un rapport affirmant que les vérifications de 600 poissons pêchés dans les eaux « aux abords des limites du pétrole » se sont avérées être négatives aux produits chimiques toxiques. Les pêcheurs que j’ai interrogés ont déclaré que cette affirmation est ridicule puisqu’il n’y a pas de poisson dans les eaux de la zone pétrolière ou à proximité.

Les poissons partis des eaux du Golfe au large de la Louisiane sont les mérous, les vivaneaux, les sérioles, les thons, et même les petites blennies colorées qui se nourrissent normalement autour des pylônes des plates-formes pétrolières du Golfe et que l’on trouve seulement dans le bassin de l’Amazone, en plus des eaux du Golfe en Louisiane.

Les eaux du Golfe se transforment lentement en une soupe d’hydrocarbures d’une couleur noirâtre translucide, faite de bulles de pétrole dispersées. Les propriétaires, dont les bateaux de pêche ont servi aux efforts de nettoyage et qui ont leur coque de fibre de verre endommagées à cause de la pénétration des hydrocarbures, ont été informés par BP que leurs bateaux devront être détruits par la suite et leurs coques broyées. Pourtant, même les bateaux qui n’ont pas servi au nettoyage seront détruits sans avoir l’assurance que BP indemnisera les propriétaires.

La NOAA ne s’occuperait pas non plus des cartes bathymétriques du fond de la mer du Golfe. Elles montrent une énorme fissure du fond marin, située à 11 kilomètres du site de Deepwater Horizon. Cette fissure libère 120.000 gallons (550 mètres cubes) de brut par jour, avec du gaz méthane.

Le pétrole dispersé par le Corexit s’est infiltré sous les barrages installés pour protéger le lac de Ponchartrain, au nord de la Nouvelle-Orléans. On trouve à présent des poissons morts et des boulettes de goudron dans le lac.

Plus loin, dans le Golfe et le long des refuges sensibles comme l’île d’Elmer, d’énormes rassemblements de poissons morts sont signalés par les résidents locaux. La Garde côtière et BP ont établi une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’île d’Elmer, qui est un grand sanctuaire d’oiseaux.

D’autre part, les pêcheurs locaux ont déclaré que les zones de reproduction du Golfe, à l’origine de 40 pour cent des produits de la mer en Zunie, sont détruites par le pétrole et la soupe chimique créée par la mixture de pétrole et de Corexit 9500. Le Corexit décompose le pétrole brut en petites boulettes d’hydrocarbure et une bouillie de pétrole aqueux qui s’infiltre sous les barrages mis en place pour protéger les nurseries de poissons, les parcs à huîtres, et les autres zones immaculées sensibles. De nombreuses espèces de poissons de l’Atlantique se multiplient également dans le Golfe et elles sont aussi menacées par la marée noire.

Même les bernacles, l’une des créatures de mer les plus résistantes aux situations extrêmes, meurent en grand nombre, avec les éponges et le corail.

Près de Venice, dans la paroisse de Plaquemines en Louisiane, on trouve l’ancien fort de la guerre civile, Fort Jackson. Fort Jackson, site historique et parc national, a été transformé en base majeure commune de BP et de la Garde côtière pour les déversements de Corexit sur le pétrole dans le Golfe. J’ai été témoin de cinq hélicoptères transportant des sacs blancs de Corexit suspendus au-dessus des eaux du Golfe. Installés à la hâte aux entrées de Fort Jackson, des panneaux avertissent que le site est fermé aux visiteurs en raison de « travaux. » Fort Jackson sert en réalité de base principale pour les opérations de BP et les activités de la Garde côtière. L’administration Obama, qui avait déclaré sa volonté d’un « gouvernement ouvert, » est embringuée dans ce qui équivaut à des opérations semi-secrètes de BP et de la Garde côtière dans le Golfe.

J’ai aussi été informé par une source digne de confiance que BP s’est engagée de nuit dans la pulvérisation d’un agent blanchissant sur les plages de Louisiane pour faire croire qu’elles ont été nettoyées. En volant toute lumière éteinte, les avions qui volent la nuit ne tiennent aucun compte des règlements de vol. Les opérations ont été approuvées par la Garde côtière et la Federal Aviation Administration (FAA).

Est aussi critiquée, l’Environmental Protection Agency (EPA) qui a gardé le silence quand les commandants fédéraux ont ordonné de rentrer aux employés sauveteurs de la faune du Texas et des autres États. Un groupe à qui il a été dit de faire ses bagages était Wildlife Rescue & Rehabilitation, Inc., une organisation bénévole du Texas qui a 20 ans d’expérience dans les soins de sauvetage pour animaux des marées noires. BP a engagé O’Brien Group, une filiale de SEACOR Holdings de Fort Lauderdale en Floride, comme coordonnateur du sauvetage de la faune. Les écologistes locaux considèrent O’Brien comme un complice de BP.

L’EPA est également restée muette à propos des rapports sur la qualité de l’air à Venice, qui montrent que l’hydrogène sulfuré dans l’air a été mesuré à 1192 parties par milliard le 7 mai. Cinq parties par milliard sont considérées dangereuses pour la santé humaine. Les rapports du 7 mai montrent en outre que le taux de benzène dans l’air a été mesuré à 5000 parties par milliard, à nouveau un niveau dangereux pour la santé.

Le propylèneglycol, un composant majeur du Corexit 9500, est mesuré dans les eaux du Golfe à 150 fois la concentration létale.

BP a engagé cette même entreprise qui a effectué le suivi de la qualité de l’air suite à la marée noire provoquée par le cyclone Katrina à la rafinerie Murphy de Chalmette, pour assurer le suivi du désastre pétrolier actuel. Cette firme a été qualifiée de « menteuse invétérée » lors des deux incidents par les écologistes et les planificateurs des urgences.

Les agents de nettoyage de BP ont aussi été trouvés en train de décharger des boulettes de goudron provenant de l’eau et des plages sur des sites d’enfouissement du Mississippi et de la paroisse de Saint Tammany en Louisiane. Le pétrole de la boue s’infiltre dans les nappes phréatiques locales.

Relayé par : onlinejournal.com/artman/publish/article_6106.shtml Traduction copyleft de Pétrus Lombard

Fascisme global et nouvel ordre mondial

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, crise mondiale, guerres imperialistes, média et propagande, N.O.M, politique et social with tags , , , , , , , , on 13 juillet 2010 by Résistance 71

Nouvel Ordre Mondial: Scénario Noir pour un Fascisme Global

par Résistance 71

« Nous aurons un gouvernement mondial de gré ou de force. La seule question demeure si le gouvernement mondial viendra par conquête ou par accord. »

— Paul Warburg (fondateur de la réserve fédérale US, banquier et membre influent du CFR), 1950 —

Ce qui va suivre est une tentative d’analyse de la situation mondiale globale dans l’optique de la poussée élitiste vers une gouvernance mondiale; vers une dictature fasciste totale que nos élites politico-financieres transnationales appellent de leur voeux depuis déjà plus d’un demi-siecle. Pour l’historique et la stratégie des globalistes du Nouvel Ordre Mondial (N.O.M), nous référerons les lecteurs a d’autres articles publiés sur ce blog (références en appendix) ou a l’abondante littérature couvrant le sujet sur la toile.

Une autre choses signaler ici: si les faits corroborés sont vérifiables (suivre les références fournies), le scénario envisagé est une anticipation sur le possible et le plus que probable quant au modus operandi des globalistes fascistes pour pousser définitivement l’agenda de leur gouvernance mondiale, gérée par un cartel de banquiers et de PDG de multinationales maintenant les politiques des nations sous leur contrôle accru. Nous souhaitons très sincèrement avoir tort et que l’avenir proche comme lointain soit d’une plus noble facture que ce qui est envisionné ici. Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons pas ignorer la psychopathie débridée de ces élites auto-proclamées, qui ont prouvée historiquement qu’ils ne sont pas a une guerre ou un génocide pres pour parvenir a leurs objectifs.

Pour espérer déchiffrer ce scénario noir pour un fascisme global, nous devrons analyser les objectifs de l’élite sur le moyen et long terme, puis analyser comment ils comptent s’y prendre pour parvenir aux objectifs fixés. Nous nous trouvons actuellement dans une phase historique ou ces mêmes « élites » ont amené le monde la ou ils le désiraient. Tout est en place pour l’estocade finale… Descente aux enfers par la face nord:

« Le bien-être de l’humanité est toujours l’alibi des tyrans » — Albert Camus —

« En politique, il n’y a pas de crime parce qu’il n’y a pas de loi. » — George Orwell —

Qui sont les instigateurs du Nouvel Ordre Mondial ?

Ceux que la société a été contrainte d’aduler au cours de l’Histoire: les représentants de la haute finance, par dynasties familiales telles les Rothschild ou les Rockefeller. Leurs subordonnés directs et indirects ainsi que le sérail des « grands administrateurs » de la banque et de l’industrie internationales. Puis les politiques pilotés par leurs ™éminences grises » le plus souvent issues de milieux académique et intellectuel choisis.

En 2008, la publication d’un livre « Superclass: the global power elite and the world they are making » par David Rothkopf, nous donne une vision assez précise de cette élite globaliste qui désire mettre un terme a la souveraineté des nations et des peuples (dans l’optique traditionnelle que nous en avons…) pour imposer une gouvernance mondiale régie unilatéralement pour l’intérêt du plus petit nombre et au total détriment de l’intérêt général. Cette « élite » bien-sûr auto-proclamée se composerait d’environ 6 000 membres dans le monde entier. L’auteur du livre en question étant lui-même un membre de cette « élite », membre éminent de la Carnegie Endowment for International Peace (une des fondations, « institut de recherche » / think tank affiliées au pouvoir de l’ombre) et directeur de gestion des intérêts d’Henri Kissinger, un des plus grands criminels de guerre toujours en vie actuellement et grand théoricien du Nouvel Ordre Mondial, protégé de David Rockefeller.

Depuis 1954, la convergence d’intérêts de la classe dominante et exploiteuse est représentée par le groupe Bilderberg, qui se réunit annuellement et secrètement pour débattre des stratégies de gouvernance entre membres influents des sociétés de notre planète. Le groupe bilderberg (du nom de l’hôtel ou se tint la toute première réunion aux Pays-Bas en 1954) représente donc l’élite de la puissance financière, industrielle, banquiere, politicienne et commerciale des nations occidentales. Les leaders de l’industrie et du commerce mondiaux ainsi que de la politique, des médias et des institutions financières internationales telles le FMI et la Banque Mondiale, sont tous et toutes issus de ce sérail et reçoivent leurs feuilles de route annuellement amendée lors de cette réunion.

Quels sont les objectifs de l’oligarchie globaliste ?

Dans son livre « La véritable histoire des Bilderbergers », Daniel Estulin écrit: « La crainte principale des membres du groupe Bilderberg est la résistance organisée. Ils ne veulent pas que le commun des mortels comprennent ce qu’ils planifient pour le monde futur; essentiellement un gouvernement unique mondial (sous la forme d’une gigantesque multinationale) avec une place de marché globale et unique, contrôlée par une armée unique et dont l’économie serait régulée par une banque mondiale unique utilisant une monnaie unique. »

Cette gouvernance mondiale appliquerait les objectifs suivants pour l’avènement de la nouvelle société fasciste globale:

– Identité internationale unique par destruction progressive des cultures et souveraineté

– Contrôle centralisé des populations: pour Zbigniew Brzezinski, un des grands théoriciens du Nouvel Ordre Mondial et ancien conseiller a la sécurité sous la présidence de Jimmy Carter, et conseiller en relations extérieures d’Obama, le gouvernement mondial n’aurait que deux classes dans sa société: une classe de dirigeants et une classe de serviteurs (« La révolution technétronique », 1971)

– Société a zéro croissance afin de détruire les vestiges d’une société de confort (les crises économiques planifiées font parties de cette structure de nivellement économique et social)

– Un état de déséquilibre économique et politique permanent, en fabricant des crises et problèmes perpétuellement

– Contrôle centralisé de l’éducation afin de stériliser le monde de sa diversité culturelle et imposer la pensée unique globale

– Contrôle centralisé des pouvoirs économiques et politiques: nous en subissons les effets pervers des aujourd’hui ou toutes les institutions financières et commerciales ainsi que l’essentielle de la gouvernance politique sont désormais sous contrôle du même pouvoir de l’ombre. Tout le monde prend ses ordres aujourd’hui chez les grands pontes de la finance internationale

– Montée en puissance de l’ONU qui servira de première structure pour une gouvernance mondiale sous l’égide d’un hybride de la Banque Mondiale et du FMI

– Expansion des blocs commerciaux, notamment un bloc transatlantique entre une Union d’Amérique (USA, Canada, Mexique) et l’UE pour une suprématie occidentale

– Expansion de l’OTAN qui devient le « gendarme du monde »

– Un système légal global ou la cour internationale de justice sera le seul pouvoir judiciaire, sous contrôle oligarchique bien évidemment

– Société servile ou les « bons citoyens du monde » seront « récompensés » pour leur servitude en vivant une vie sécure et morne de serfs dans une société post-industrielle et ou les dissidents seront voués a l’extermination

Pour ceux qui pensent que cette liste d’objectifs est de la « pure science-fiction », je leur conseille d’analyser et de constater le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui… Bon nombre de ces éléments constitutifs sont déjà réalisés a des degrés divers. Cette liste est une réalité quotidienne a laquelle le monde est confronté pas a pas, inéluctablement.. Jusqu’ici, car la vaste majorité des citoyens étaient incapables de voir ce qui se passait devant leurs yeux. Ce n’est plus le cas depuis quelques années ou le réveil des peuples est bel et bien en marche. A notre cauchemar de cette société supranationale fasciste en devenir, succede le cauchemar de l’élite placée devant les peuples politiquement éveillés et organisés (même si l’organisation actuelle est faible tant il est fastidieux de sortir d’une hibernation forcée).

Pour parvenir a ces fins, l’oligarchie élitiste et eugéniste ne peut le faire que progressivement, en élaborant un tissu de propagande pour convaincre les peuples que les crises successives (provoquées sciemment par les oligarques a l’insu des peuples bien évidemment) génerent des mesures drastiques « pour en sortir », telle les privations de libertés individuelles et collectives pour lutter contre « le terrorisme » permanent et « omniprésent », la nécessité d’un état de guerre perpétuel, de mesures d’austérité économiques pour juguler la crise apres avoir inondé les banquiers créateurs de la crise/dépression d’argent public, de la nécessité « absolue » d’augmenter l’impôt ou d’en créer de nouveaux telle la taxe carbone pour lutter contre des fléaux écologiques imaginaires (le réchauffement climatique anthropique), réels (pollution, OGM) ou créés de toute pièce (RCA et la marée noire BP du golfe du Mexique qui est tout ce qu’on veut sauf un accident).

Dans le contexte actuel, il parait plus que vraisemblable que l’oligarchie utilise trois crises successives pour porter l’estocade finale au monde et imposer leur délire de gouvernance mondiale. Ces crises sont:

1- La crise économique qu’ils vont faire dégénérer volontairement en dépression globale pour casser les souverainetés économiques des nations

2- La marée noire du golfe du Mexique dont tous les paramètres avant-coureurs indiques qu’il ne s’agit pas d’un accident (Goldman Sachs se débarrassant de 44% de son portfolio d’actions de BP quelques semaines avant la catastrophe, Halliburton en charge du travail sur la plateforme qui rachete une compagnie de maintenance pétrolière juste avant l’explosion  de la plate-forme, la même Halliburton déjà en charge de la construction des camps de la FEMA aux Etats-Unis et gros bénéficiaire des allocations de contrats de la « reconstruction » de l’Irak, Halliburton dont Dick Cheney, vice-président en charge lors du 11 septembre apres que Bush ait été évacué dans un bunker, est aussi un des fervents administrateurs et actionnaire principal…)

3- La crise iranienne qui de toute évidence est vouée a dégénérer en guerre, qui pourra devenir la 3eme guerre mondiale

L’Histoire nous enseigne que toutes les grosses crises économiques ont mené a la guerre. Il est même de plus en plus certain aujourd’hui en analysant les faits que les crises économiques ne sont en fait jamais arrivées pas hasard, mais qu’elles ont été sciemment provoquées a des fins de pousser un agenda économique (profit, les guerres sont très très lucratives pour une minorité de personnes) et politique (création d’entité politique de contrôle a l’issue qui renforce toujours le pouvoir oligarchique: Société des Nations apres la 1ere guerre mondiale, l’ONU apres la seconde) que la guerre aide a réaliser.

Devant le réveil de plus en plus massif des peuples et afin d’éviter une potentielle échéance révolutionnaire a leur encontre les parasites oligarques ne peuvent plus avancer cachés dorénavant. Ils doivent aller plus vite et plus avant. A cet effet, ils se doivent de monter la tension de plusieurs crans et d’appliquer une thérapie de choc s’ils veulent que leur agenda ne subisse pas de revers fatal. Ainsi donc ont ils très probablement élaboré ce scénario pour mettre les peuples et le monde a genoux, suppliant ces mêmes psychopathes instigateurs de tous leurs maux, de mettre fin a leurs misères.

Scénario noir pour un fascisme global:

Les oligarques en utilisant les leviers politico-économiques qu’ils contrôlent vont:

– Accentuer la crise financière en dépression économique mondiale ce qui finira d’annihiler la classe moyenne occidentale jugée trop potentiellement révolutionnaire en remplacement d’un prolétariat lui déjà socialement éliminé depuis un quart de siècle par l’utilisation des armes de destruction massive du chômage, de la précarité sociale et de la société de consommation.

– Utiliser la marée noire du golfe du Mexique comme crise majeure pour mettre les Etats-Unis et son peuple a genoux. Comment ?.. Tout a été fait jusqu’à présent pour ralentir les efforts de nettoyage et de sauvetage. La collusion de l’administration Obama et de BP est optimale en ce sens (BP a été un gros contributeur de la campagne présidentielle d’Obama, l’Homme mis en place par le cartel financier de wall street et ses maitres de Goldman Sachs. GS actionnaire important de BP tout comme JP Morgan Chase de la famille Rockefeller dont un des protégé Brzezinski est un proche conseiller d’Obama…). Pourquoi attendre ?.. Parce que depuis 3 mois  que l’accident a eu lieu, des millions et des millions de barils de pétrole souillent le golfe, et ils leur fallait gagner du temps pour provoquer la catastrophe parfaite: que le premier ouragan de la saison balaie la zone et pulverise pétrole et produits chimiques dans les terres, forçant ainsi l’évacuation de toute la zone côtière du golfe. Ceci impliquerait selon les estimations, a déplacer entre 30 a 40 millions de personne… Chaos total assuré, vraisemblablement déclaration de la loi martiale dans les Etats côtiers, utilisation massive des camps de la FEMA, depuis longtemps prévus, renforcement du contrôle de la population zunienne, provocant une véritable crise humanitaire intra muros, dans un contexte de récession / dépression économique.

– De plus, apres avoir arrangé un incident impliquant directement ou indirectement l’Iran, les Etats-Unis et Israel attaquent l’Iran. Le conflit dégénere très vite au Moyen-Orient, puis dans le monde. Les grandes puissances mondiales convergent vers la 3eme guerre mondiale.

Trois crises majeures (dépression économique planifiée, marée noire provoquée et conflit armé conséquent également provoqué) serviraient donc a faire plier l’humanité pour l’acceptante de la nouvelle donne du nouvel ordre mondial, faisant passer les solutions dictatoriales proposées par les oligarques comme étant salvatrices et messianiques.

Nous ne pouvons que souhaiter avoir entièrement faux sur ce raisonnement. Mais a regarder la situation de pres, les éléments sont tous déjà en place:

La crise va s’amplifier irrémédiablement car il n’y a aucune solution a celle-ci au sein d’un système capitaliste prédateur et totalement obsolète. Nous entrons dans la saison des ouragans dans le golfe du Mexique et la catastrophe écologique est vouée a s’intensifier, ce n’est qu’une question de jours voire de semaines malheureusement, et les indicateurs de crise belliciste au moyen orient sont bien la; avec la rhétorique propagandiste zunienne et sioniste vis a vis de l’Iran ne peut a terme que mener a l’intensification d’un conflit. Il ne suffira que d’un « événement » fabriqué dans le style golfe du Tonkin ou 11 septembre, impliquant l’Iran directement ou par proxy (on pense au Liban par exemple avec une crise ou nouveau conflit provoqué entre Israel et le Hezbollah pour justifier d’une « attaque présomptive » sur l’Iran par Israel puis les USA), pour enflammer la zone et le monde.

Toutes les conditions sont réunies pour la conjonction de trois crises majeures pour pousser a l’avènement du Nouvel Ordre Mondial.

Science-fiction ?… Honnêtement et de tout mon coeur: je ne peux que le souhaiter. Mais nous ne pouvons pas nous permettre le luxe d’ignorer ce scénario machiavélique car il coincide parfaitement avec le modus operandi avéré de ces parasites de la société.

Restons vigilants et prompts a dénoncer la volonté oligarchique de gouvernance mondiale pour un néo-esclavagisme post-industriel.

Mieux vaut lutter pour notre dignité que vivre a quatre pattes devant des ploutocrates psychopathes.

Ni dieu ni maître ! Pour la justice et l’émancipation sociale et contre le pouvoir oligarchique quelle que soit son origine.

« L’humanité entre en ce moment dans ce qui va sûrement être la plus turbulente période de son histoire. Le futur n’est pas encore écrit; mais une chose est sûre: c’est que tout va changer. Au bout du compte, ce sera la plus grande lutte de l’Histoire de l’humanité; la lutte des peuples du monde, a chaque coin du monde, quelque soit la race, religion, idéologie, langue, sexe, contre la puissance de l’élite globale qui contrôle les outils les plus sophistiqués, technologiquement avancés et destructeurs qui n’aient jamais été conçus pour l’oppression. Ne nous leurrons pas: nous ne répétons pas l’Histoire, nous la faisons. »

— Andrew Gavin Marshall, journaliste, Juin 2010 —

« Il n’y a pas d’autre voie pour la société. Oppresseur, opprimé ou bien homme libre, librement associé aux autres. » — Errico Malatesta —

Références et bibliographie:

https://resistance71.wordpress.com/2010/06/26/et-si-on-se-trompait-de-dialectique/

https://resistance71.wordpress.com/2010/06/26/elite-globaliste-eugenisme-et-controle-des-populations/

https://resistance71.wordpress.com/2010/06/25/que-faire-la-marche-vers-la-tyrannie-globale-comment-sen-sortir/

http://dprogram.net/2010/07/07/video-wayne-madsen-the-military-occupation-of-the-gulf-coast-states-has-begun/

http://www.seashepherd.org/news-and-media/news-100701-1.html

http://rawstory.com/rs/2010/0602/month-oil-spill-goldman-sachs-sold-250-million-bp-stock/

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=19952

http://les7duquebec.wordpress.com/2010/07/06/pandemie-de-petrole/

http://www.americanfreepress.net/html/gulf_oil_spill_222.html

http://www.australiamatters.com/rothkopf.html

http://theeconomiccollapseblog.com/archives/obama-to-use-bp-oil-spill-as-an-opportunity-to-push-his-economy-killing-climate-change-bill

http://www.voltairenet.org/article164176.html

http://tv.globalresearch.ca/content/daniel-estulin-exclusive-bilderberg-are-terrified

Books:

Carroll Quigley: The Anglo-American Establishment

Carroll Quigley: Tragedy & Hope

Gary Allen: The Rockefeller File

Daniel Estulin: La véritable histoire des Bilderbergers

H.G. Wells: The New World Order

Pierre Hillard: La Marche Irrésistible du Nouvel Ordre Mondial

La planete en état de choc

Posted in actualité, N.O.M, politique et social with tags , , , , , on 25 juin 2010 by Résistance 71

La planète en état de choc

mardi 15 juin 2010

« La politique de la France ne se mène pas à la Corbeille », tout le monde connaît la célèbre phrase du général De Gaulle. Ce dernier, instruit par la collaboration des milieux d’affaires avec le nazisme, savait au moins de quoi étaient capables les hommes d’argent. Les derniers événements nous le montrent : de nos jours la politique de la planète, pire qu’à « la corbeille », se mène dans un tas d’ordures .

Enième épisode de la crise amorcée en 2007, nous voyons les gouvernements de différents pays prendre successivement des mesures antisociales contre leurs propres populations aux seules fins de satisfaire les appétits du capitalisme. Depuis trois ans la presse nous abreuve de termes ésotériques décrivant des techniques spéculatives : des tonnes d’articles spécialisés pour masquer comment les riches volent aux pauvres, pour continuer d’évoquer on ne sait quel néocapitalisme ou ultralibéralisme. Jusqu’à quand ces mots éviteront-ils de parler de l’écœurement qui nous envahit ? Ces pratiques qui réduisent les Habitants de la Terre à la famine et à la misère sont des crimes, et ceux qui les commettent sont des criminels.

Comme pour bien illustrer ce propos, la compagnie BP a réussi un gros coup : une fuite de pétrole qui semble sans fin, aussi inextinguible que la voracité des financiers. Depuis plus d’un mois des centaines de milliers de litres de saletés sont déversées quotidiennement dans le Golfe du Mexique ! On nous dit maintenant que le « trou » serait colmaté… mais BP nous a surtout prouvé, qu’en en plus du reste, le capitalisme est aussi une machine a produire de la m….

Encore une fois soulignons la responsabilité écrasante de cette bande d’affairistes dans la crise écologique permanente qui transforme cette pauvre planète en décharge : il y a quelques décennies, ils ont effectué des choix cruciaux en la matière et nous en payons maintenant les résultats, au prix fort. Ce sont bien ces mêmes dirigeants industriels qui ont poussé leurs complices politiciens à ne rien faire de sérieux dans le domaine de la recherche et du développement des énergies renouvelables pour mieux nous enfoncer dans les industries pétrolières et nucléaires (éventuellement à coups de matraque, pour ceux qui sommes allés manifester sur les chantiers des centrales…) : pour eux il importait trop de continuer à renforcer la dépendance énergétique des populations et donc de continuer à générer des profits là-dessus.

Pour couronner le tout, les innombrables affaires de pédophilie et de prostitution qui secouent le monde des grenouilles de divers bénitiers, celui précisément que la morale dominante et culpabilisatrice veut nous donner en exemple, celui qui inspire les sermons et les remontrances des juges et des médias, nous rappellent que l’ostentation n’est jamais très loin de la tartufferie. Devant un tel spectacle, où le sordide côtoie le catastrophique, le monde semble frappé de stupeur, comme si la colère qui s’en éveillera en était encore à s’en frotter les yeux.

(Editorial de la revue AnarchoSyndicalisme Juin-Juillet-Août 2010)