Archive pour art anarchisme

Anarchie de l’art et du cochon…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire with tags , , , , , , , , , on 31 décembre 2015 by Résistance 71

Refus Global: l’anarchisme resplendissant post -seconde guerre mondiale

Robert Graham

27 décembre 2015

url de l’article original:

https://robertgraham.wordpress.com/2015/12/27/resplendent-anarchy-anarchism-after-wwii/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Étant données les difficiles circonstances politiques auxquelles les anarchistes ont dû faire face dans l’après seconde guerre mondiale, cela ne devrait pas être une surprise d’apprendre qu’il y a eu une résurgence des attitudes anarchistes dans les arts, car ce fut dans les domaines artistique et culturel que les anarchistes eurent de fait la plus grande liberté d’action. Au Québec, les automatistes, qui étaient vaguement liés au mouvement surréaliste, publièrent leur manifest de “Refus Global” en 1948, manifeste dans lequel ils perçurent “un peuple libéré de ses chaînes inutiles et se tournant de la manière tout à fait inattendue nécessaire à la spontanéité, pour que l’anarchie resplendissante utilise au mieux leurs dons individuels.

Les Surréalistes reconnurent leur affinité avec les anarchistes, partageant “leur hostilité fondamentale envers les deux blocs politiques créés” et cherchant avec eux le moyen de parvenir à l’avènement “d’une ère dans laquelle toute hiérarchie et toute contrainte coercitive seront bannies.” André Breton (1896-1966) nota que ce fut “dans le miroir noir de l’anarchisme que le surréalisme se reconnût d’abord lui-même”, mais il admît que les surréalistes, avec bien d’autres dans la gauche politique, avaient soutenu bien trop longtemps l’Union Soviétique, hypnotisés qu’ils étaient par “l’idée d’efficacité” et l’espoir pour une révolution sociale mondiale. Il était temps maintenant de “revenir à des principes” qui permettraient à l’idéal libertaire “de prendre forme”, arrivant à une conception de l’anarchisme comme, des mots de Georges Fontenis (1920-2010): “l’expression des masses exploitées dans leur désir de créer une société sans classes, sans État, où toutes les valeurs et désirs humains puissent devenir réalité.

Publicités