Archive pour ARAMCO et la maison des saoud

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: ARAMCO en flamme… Le point de vue d’un (ex) général français critique de l’entité sioniste

Posted in actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 23 septembre 2019 by Résistance 71

Point de vue intéressant d’un ex-général français à mettre en parallèle de notre traduction de l’article récent de VT sur le sujet…

~ Résistance 71 ~

 

 

Un général français analyse les frappes contre les sites pétroliers saoudiens: Pourquoi douter de la revendication houthie

 

Al Manar

 

21 septembre 2019

 

Url de l’article: http://french.almanar.com.lb/1502657

 

Par le général Dominique Delawarde : Ancien chef «Situation-Renseignement-Guerre électronique» à l’État major interarmées de planification opérationnelle

 

A l’annonce des frappes revendiquées par les Houthis et aux diverses questions qu’elles suscitent, je réponds ceci :

Je n’ai aucune raison de mettre en doute la revendication houthie pour les raisons suivantes:

– C’est une action en légitime défense parfaitement compréhensible.

Les territoires tenus par les Houthis sont bombardés quotidiennement depuis près de quatre ans par la coalition initiée et conduite par l’Arabie Saoudite sous l’égide des États-Unis et d’Israël et de leurs vassaux occidentaux (FR et UK). Face à cette agression, les Houthis, incontestablement soutenus par l’Iran, ont résisté comme ils ont pu, puis se sont organisés.

Ils mènent depuis deux ans des attaques aux drones contre le territoire de leur adversaire principal. Ces attaques à l’intérieur du territoire saoudien sont devenues, au fil du temps, plus précises, plus puissantes, plus fréquentes, plus profondes. Elles sont conduites en «légitime défense» dans le seul but de faire cesser l’agression saoudienne et l’ingérence de la «coalition occidentale» qui, toutes deux, sont meurtrières pour la population yéménite, et illégales car non approuvées par l’ONU. Des frappes houthies au cœur de l’Arabie Saoudite ne sont donc pas nouvelles. Elles ont toujours été annoncées avant (sans préciser l’objectif) et revendiquées après.

Accuser l’Iran est d’une stupidité sans nom. Pourquoi l’Iran mènerait-il une attaque illégitime, voir suicidaire à partir de son sol, alors que leur allié houthi peut le faire, en légitime défense, à partir du territoire yéménite ?

En outre, tous les mouvements d’objets volants sont suivis avec précision, surtout au Moyen-Orient, tant par les occidentaux que par les Russes qui disposent des moyens les plus sophistiqués pour le faire (radars, satellites).

Je ne parle évidemment pas des Saoudiens qui disposent de tous ces moyens de protection anti-aériens de fabrication US mais qui ne savent peut être pas s’en servir….

Bien sûr, l’Iran a aidé les Houthis à construire leurs drones (ingénieurs, technologies). Peut-être les a-t-elle même conseillés pour leur mise en œuvre. Eh alors !

Après tout, les avions de la coalition saoudienne qui frappent quotidiennement le Yémen et les bombes ou obus qui tuent les Yéménites sont de fabrication US, britannique ou française. Les bateaux qui assurent le blocus maritime du Yémen et réduisent la population yéménite à la famine le sont aussi. Que dire devant un tel constat ?

Ce qui me frappe, c’est la frénésie des fausses accusations occidentales de plus en plus fréquentes et de moins en moins crédibles qui nous sont rabâchées quotidiennement par les médias mainstream. Tout ce qui ne va pas en Europe dans le sens voulu par nos élites dirigeantes, c’est la faute à la Russie (Ukraine, Brexit, élections nationales, affaire Skripal); tout ce qui ne va pas en Asie, c’est la faute à la Chine; tout ce qui ne va pas au Proche et Moyen-Orient, c’est la faute à l’Iran; tout ce qui ne va pas en Amérique du Sud, c’est la faute au Venezuela ….etc…

On ne construit pas de politiques étrangères solides en imputant aux autres les résultats de ses insuffisances.

Dans les cercles du pouvoir, personne ne semble vouloir s’interroger sur les véritables causes des désordres mondiaux qui crèvent pourtant les yeux. Pour faire simple il s’agit, avant tout, des ingérences néoconservatrices tous azimuts et tous prétextes dans les affaires de pays souverains, ingérences d’une coalition occidentale en déclin qui cherchent désespérément à maintenir son hégémonie sur le reste du monde et ses «avantages acquis» au sortir de la 2ème Guerre Mondiale.

L’origine des désordres mondiaux, c’est aussi la défense inconditionnelle et aveugle d’un État dont le comportement est souvent inacceptable, voire indéfendable et qui constitue, n’ayons pas peur des mots, un véritable «pot de pus» qui empoisonne l’existence de tous ses voisins des Proche et Moyen-Orients, mais aussi celle de la coalition occidentale toute entière depuis 72 ans…. 

NdR71: Sans le citer, il parle ici bien entendu de l’entité sioniste: Israël

Au-delà de cette frappe et de ses conséquences en termes d’approvisionnement pétrolier, on peut se demander si cette action houthie ne constitue pas aussi un triple message de l’Iran à l’adresse des États-Unis, de l’Arabie Saoudite et du reste du monde.

Le premier message adressé aux USA, et plus largement à la «coalition occidentale», pourrait bien être le suivant:

« Si les Houthis sont parvenus, avec une vingtaine de drones et missiles, et des moyens limités, à frapper des cibles à 1000 kilomètres de leurs bases, en déjouant «le dôme de fer» saoudien, s’ils sont parvenus à réduire de moitié la production saoudienne de pétrole en une seule attaque, imaginez quel pourrait être le résultat si un grand pays comme l’Iran devait riposter à une «agression» saoudienne ou US avec plusieurs centaines de drones aussi furtifs qu’efficaces. L’Iran 2019 n’est pas l’Irak de 2003. Il est équipé et armé pour un conflit asymétrique et il n’est pas seul. Russie, Chine, Inde notamment coopèrent avec lui. N’oubliez pas que l’équilibre économique du monde est aujourd’hui très fragile et peut être ébranlé à votre détriment. A bon entendeur, salut…. »

Ce message est fort, et semble avoir été entendu jusqu’à présent par ses destinataires d’autant qu’il a été appuyé par une action incontestablement efficace et d’ampleur inattendue….

Le deuxième message adressé aux Saoudiens et plus largement aux pays du Golfe, pourrait être le suivant :

« La confiance aveugle que vous avez mis dans les armements occidentaux achetés à grands frais et dans des alliances destinées à protéger vos familles régnantes n’est pas justifiée. Le résultat de la «frappe d’avertissement» houthie montre que ni l’armement, ni le soutien, achetés à vos alliés n’ont permis de vous protéger. Cessez donc d’écouter et de suivre ceux qui s’ingèrent dans vos affaires pour leur seul intérêt. La sécurité dans la région du Golfe est l’affaire des pays riverains qui doivent coopérer entre eux et refuser les ingérences intéressées des pays occidentaux.»

Ce message est également fort et a été reçu 5 sur 5 par les Émirats et le Qatar à défaut de l’être encore par la jeune «tête brûlée» d’Arabie Saoudite qui surestime les capacités de son pays alors même qu’il est mis en échec par le David yéménite. Un à un, les pays du Golfe reprennent peu à peu le chemin de Téhéran.

Le troisième message iranien adressé au monde entier et qui sera relayé par de nombreux pays «amis» (de l’OCS notamment) pourrait être le suivant :

« Ne confiez pas la direction du monde et votre protection à un État unique qui sème aujourd’hui le désordre et le chaos partout où il s’ingère, qui n’a plus de parole et remet en cause les traités du jour au lendemain, qui agit par la contrainte et les sanctions extraterritoriales, même à l’encontre de ses alliés, et surtout qui n’a plus les moyens militaires classiques adaptés à ses ambitions pour l’emporter dans des conflits asymétriques. Et, pour votre protection anti-aérienne, achetez le S400 russe, plus efficace et moins cher que le Patriote US qui a montré ses limites tant en Arabie Saoudite qu’en territoire Israélien».

Capitalisme monopoliste: Le pétrole saoudien, ARAMCO, Exxon-Mobil (Rockefeller) et Royal Dutch/Shell (Rothschild)…

Posted in actualité, économie, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 juin 2014 by Résistance 71

Imbroglio et déstabilisation au Moyen-Orient ne sont dûs qu’à une seule chose: le pétrole et les luttes d’influence pour son contrôle, le tout fondé sur l’escroquerie d’une doctrine pseudo-scientifique de contrôle du produit: la théorie de l’origine biologique (« fossile ») des hydrocarbures et de la fabrication du dogme du « pic pétrolier » servant les intérêts des 4 cavaliers de l’apocalypse petrolière: Chevron et Exxon-Mobil (intérêts Rockefeller) pour sa partie américaine et British Petroleum (BP) et Royal Dutch/Shell (intérêts Rothschild) pour sa partie européenne, comme l’explique très bien ci-dessous Dean Henderson dans son article sur la création du consortium pétrolier saoudien… sous contrôle !

Tout, absolument tout ce qui se passe au Moyen-Orient depuis les années 1930, a à voir avec cet empire. Y compris la création d’Israël, qui n’est qu’un pion du contrôle de la région…

Consulter notre dossier sur le pétrole abiotique et la théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole et des hydrocarbures plus lourds que le méthane.

— Résistance 71 —

 

ARAMCO et la Maison des Saoud

 

Dean Henderson

 

15 Février 2011

 

url de l’article original:

http://deanhenderson.wordpress.com/2011/02/15/aramco-the-house-of-saud/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La seule chose qui était plus notable que le cynisme de l’Amérique en provenance d’une droite paranoïaque et d’une gauche démotivée, envers le “printemps arabe” était l’ignorance journalistique de cette nation en ce qui concerne cette région du Moyen-Orient.

Les experts comparent l’Iran révolutionnaire, où le vaste secteur pétrolier est toujours nationalisé et fait se lècher les babines hypertophiées de profits de la grosse industrie pétrolière privée, à l’Algérie et au Yémen, où les intrigues de la CIA ont installé des gouvernement réactionnaires en lieu et place de progressistes qui s’opposèrent à la guerre du Golfe en 1991. Ils comparent une Syrie socialiste avec les monarchies marionnettes des Etats-Unis du Bahreïn et de la Jordanie.

En général, il y a deux types de gouvernements arabes au Moyen-Orient. Les plus démocratiques ont été nos ennemis. Les monarques et autres dictateurs de tout poil ont été nos amis. Et le but du jeu a toujours été… Le pétrole.

Avec 261 milliards de barils de pétrole dans ses sous-sols, l’Arabie Saoudite demeure le pivot essentiel dans la saisie internationale du pétrole présidée par les 4 cavaliers du pétrole contrôlés par les dynasties Rothschild/Rockefeller. Si la révolution vraiment prend forme au Moyen-Orient, alors elle devra payer visite à la monarchie la plus corrompue de toutes: La Maison des Saoud.

Comme l’a dit l’analyste du Moyen-Orient et ancien exécutif d’ARAMCO Joseph Story: “Il n’y a qu’un seul facteur d’impliqué quant à savoir où va aller le prix du pétrole: l’Arabie Saoudite.”

En 1933, la Standard Oil Company de Californie (Rockefeller), la SOCAL négocia une première concession pétrolière avec l’Arabie Saoudite et son ministre des finances Abdullah Soulaiman. Les Saoudiens devaient recevoir 30 000 Livres Sterling de prêt et 5000 Livres Sterling pour la première année de location, le tout payable en or. Mais le président Franklin Delano Roosevelt (FDR) venait juste de mettre un embargo sur l’exportation de l’or en réponse à la grande dépression des années 30 et la requête de SOCAL pour en être exempté fut refusée par le ministre des AE de FDR, Dean Acheson.

La SOCAL contourna l’embargo en se procurant l’or depuis la branche londonnienne de la Morgan Guaranty Trust (NdT: la même qui finançait Hitler à plein pot en ces années là.. cf les travaux de recherche du Professeur Antony C. Sutton). Lorsque les Saoudiens demandèrent aux officiels de la SOCAL ce qu’ils devaient faire de leur nouvelle fortune acquise, la SOCAL recommanda qu’ils la dépose à la Morgan Guaranty Trust, ce qu’ils firent.

En 1938, La SOCAL qui changea plus tard son nom en CHEVRON, trouva du pétrole en Arabie Saoudite et au Qatar et fonda l’Arabian American Oil Company ou ARAMCO. Chevron amena très vite en partenariat la Standard Oil du New Jersey (toujours Rockefeller), qui devint plus tard MOBIL et une autre entreprise dépendante TEXACO comme associées. Cette moitié américaine des 4 cavaliers du pétrole allaient développer ARAMCO en la plus grosse compagnie pétrolière au monde, représentant environ trois fois la capacité de la Royal Dutch / Shell (des Rotshchild).

Tandis que British Petroleum (BP) et la Royal Dutch/Shell, les deux cavaliers européens, possédaient les plus grosses part de l’Iraqi Petroleum Company et dominaient l’Iranian Consortium, les cavaliers américains avaient quant à eux leurs serres dans la plus grosse proie jusqu’à ce jour: ARAMCO.

D’autres accords furent également conclus dans la région. CHEVRON et TEXACO formèrent une entreprise de marketing: CALTEX, tout en possédant conjointement la Bahrain Petroleum Company. BP rejoignît la famille Mellon qui contrôlait la Gulf Oil et développait les champs pétroliers du Koweit. Dès 1949, BP et Royal Dutch/Shell contrôlaient 52% des réserves de pétrole du Moyen-Orient, tandis que cinq géants américains du pétrole en contrôlaient 42%: EXXON, MOBIL, CHEVRON, TEXACO et GULF OIL.

ARAMCO posséda bientôt le plus champ petrolier au monde à Ghawar et le plus gros champ offshore à Safanyia. Elle clâma aussi les champs étendus de Berri et Abqaiq. En tout, ARAMCO contrôle maintenant plus d’un quart de toutes les réserves de pétrole brut au monde. Dans le sillage de l’embargo pétrolier de 1973, ARAMCO s’embarqua dans le le projet industriel le plus cher de l’histoire de l’humanité: la création de l’énorme complexe de raffinage et de pétrochimie de Jubail. L’entreprise possède et gère aussi le plus grand port en eaux profondes du monde à Ras Tanoura sur la côte du Golfe Persique saoudienne.

Le gouvernement saoudien affirme avoir nationalisé son secteur pétrolier domestique. La clinquante ARAMCO World, qui tend à s’afficher un peu partout aux Etats-Unis dans les bibliothèques et chez les dentistes est le bras propagandiste de l’entreprise. Elle prétend que le gouvernement saoudien a pris 25% de parts dans ARAMCO en 1973, augmentant ainsi sa prise de parts à 60% en 1974 et 100% en 1980, où l’entreprise a changé de nom pour Saudi Aramco. La vérité est un peu plus complexe.

Jusqu’à au moins 1988, les 4 géants pétroliers américains étaient en charge d’ARAMCO, même si le gouvernement saoudien en était le propriétaire. La déclaration de revenus d’EXXON en 1990, listait qu’Exxon Overseas possédait 28,33% des parts d’ARAMCO. Jusqu’à ce qu’il souffre d’une embolie cérébrale, le roi Fahd d’Arabie était à la tête du conseil suprème de Saudi ARAMCO, mais les membres du bureau directeurs incluaient les anciens patrons d’EXXON et de CHEVRON ainsi qu’un banquier américain très influent.

Peu importe qui possède ARAMCO, les 4 cavaliers prennent toujours les décisions au travers des contrats de gestion, des accords de services et des activités de partenariat. De fait, ces niches de marchés en aval sont là où sont les véritables marges de profit et c’est dans cette direction qu’on a vu bouger les 4 cavaliers du pétrole depuis le début des années 1980 dans leurs opérations mondialisées.

Les partenariats de Saudi ARAMCO incluent l’énorme raffinerie de Yanbu connue sous le nom de MOBIL Yanbu Refining Company et une autre raffinerie toute aussi massive à Djeddah qui est la co-propriété à 50% de la Royal Dutch / Shell (Rothschild) MOBIL possède une majorité d’intérêts dans LUBEREF, un raffineur de pétrole saoudien et dans PETROLUBE, un mélangeur qui exporte dans plus de 40 pays différents. MOBIL et Royal Dutch / Shell sont propriétaires à 50% de producteurs d’éthylène, un à Yanbu et l’autre à la Jubail Industrial City.

SHELL possède 50% de la Saudi Petrochemical Company et de Saudi Arabian Markets & Shell Lubricants, 49% d’à la fois Al Jomaih & Shell Lubricating Oil et de Modern Automotive Services Company, ainsi que 25% dans Peninsular Aviation Services Marketing, Motiva est un partenariat entre la SHELL et Saudi ARAMCO aux Etats-Unis avec des raffineries à Norco et Convent en Louisianne.

EXXON est propriétaire et fait fonctionner à la fois Al Jubail Petrochemical Company, la plus grosse entreprise de Jubail Industrial City et EXXON CHEMICAL ARABIA Inc. Sa succursale belge Essochem Belgique a un partenariat avec la riche famille saoudienne Algosaïbi connue sous le nom de Oil Field Chemical Company.

TEXACO a deux partenariats avec Saudi ARAMCO aux Etats-Unis: Texas Refining & Marketing et Star Enterprises. La Sappco-Texaco Insulation Products est un partenariat entre TEXACO et Saudi Olayan Group, qui est contrôlé par Soulaiman Olayan. En 1990 TEXACO faisait venir 92% de son pétrole brut d’Arabie Saoudite.

D’après Platt’s Oilgram News, la Saudi ARAMCO fournit aussi les grosses entreprises pétrolières avec du brut discounté en leur donnant 5US$ de rabais au barril. Un représentant d’ARAMCO James McPherson, démissionna de dégoût parce que l’entreprise se protégeait de la concurrence directe avec les cavaliers américains. McPherson révéla par la suite une fraude fiscale de 17 millions de dollars d’ARAMCO aux autorités saoudiennes.

Abdullah Tariki, le directeur saoudien de Petroleum & Minerals rendit publiques les accusations et annonça un nouveau tarif de transit qui serait appliqué aux cavaliers pour compenser de cette escroquerie. Les jours suivants la proclamation, Tariki fut viré de son poste par le roi Fahd d’Arabie soi-même.

L’avocat principal d’ARAMCO était John McCloy, qui fut PDG de la Chase Manhattan Bank (Rockefeller) et président de la Banque Mondiale. McCloy aida David Rockefeller a exfiltrer rapidement le Shah de Téhéran et il fut un des “six sages” qui conseillèrent le président Lyndon Johnson, il fut un membre influent de la commission Warren, qui “enquêta” sur l’assassinat de JF Kennedy.

En 1990, ARAMCO produisait plus de 8 millions de barrils de brut par jour, assurant le rôle saoudien de “swing producer”. Pendant la guerre du Golfe en 1991, ARAMCO s’agrandït et produit maintenant 10 millions de barrils jour. Le Shah d’Iran viré, la moitié saoudienne des piliers jumeaux a pris une plus grande importance.

Tandis que les Israéliens et le ministères des AE américain tentent d’utiliser la “révolution” égyptienne comme couverture pour fomenter des manifestations de contre-révolution en Iran et en Syrie, la véritable révolution commence dans les rues d’Alger, de Sana’a et d’Aman (NdT: Henderson a écrit cet article en Février 2011, c’est à dire avant même les évènements fausse-bannière de Syrie…)

Les manifestations ont atteint le Koweit la semaine dernière, une des monarchies installées par les britanniques qui garde les champs pétroliers du Golfe Persique pour les banquiers Illuminati. Si plus de troubles se répandent en Arabie Saoudite, alors les choses vont devenir vraiment intéressantes. A ce point, ni le cynisme ni l’ignorance des maïtres coloniaux occidentaux ne feront une différence. Nous serons à l’orée d’une révolution mondiale.