Archive pour arabie saoudite terrorisme d’état

Ingérence politique et militaire en Syrie: Un prince saoudien aux commandes de « Daesh »…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 5 février 2014 by Résistance 71

L’Émirat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) est commandé par le prince saoudien Abdul Rahman

 

Réseau Voltaire

 

3 Février 2014

 

url de l’article:

http://www.voltairenet.org/article182032.html

 

Selon un entretien diffusé par la chaîne d’information saoudienne, Al-Arabiya, le prince Abdul Rahman al-Faiçal est le commandant de l’Émirat islamique d’Irak et du Levant (ÉIIL, « Daesh » en arabe).

Le prince Abdul Rahman al-Faiçal, diplômé de l’académie militaire de Sandhurst, est le frère du prince Saoud al-Faiçal, ministre des Affaires étrangères, et du prince Turki al-Faiçal, ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis et au Royaume-Uni.

L’ÉIIL est une branche d’Al-Qaïda en Irak et en Syrie. Il figure sur la liste des Nations Unies des organisations terroristes. Il est financé par les États-Unis en vertu d’une loi adoptée pour l’année fiscale 2014 en session secrète par le Congrès [1]. Il a bénéficié d’un soutien logistique de la Turquie en Syrie.

Ayman al-Zawahiri a réagi à cette révélation en annonçant qu’il retirait le label Al-Qaïda à l’ÉIIL (une décision qui reste postérieure au financement légal US).

[1] « Les États-Unis, premiers financiers mondiaux du terrorisme », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 3 février 2014.

Vidéo:

http://www.youtube.com/watch?v=VlSFjyybo4k

Moyen-Orient et dictature saoudienne… Le fondement historique

Posted in actualité, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 22 janvier 2014 by Résistance 71

Le caniche saoudien des Rotschild a armé les rebelles libyens et syriens

 

Dean Henderson

 

17 janvier 2014

 

url de l’article:

http://deanhenderson.wordpress.com/2014/01/17/rothschilds-saudi-lapdog-arms-libyan-rebels/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

Dans un article du journal  The Independant de Londres le 7 Mars 2011 titré “America’s Secret Plan to Arm Libya’s Rebels”, le journaliste Robert Fisk rapportait que le gouvernement d’Obama avait demandé à l’Arabie Saoudite d’armer les rebelles libyens. Les Saoudiens obtempérèrent et plus tard soutinrent les mêmes rebelles d’Al Qaïda en Syrie. Les Saoudiens ont également envahi l’état voisin du Bahreïn pour sauver la monarchie Al-Khalifa.

Les Saoudiens ont joué ce rôle pour la cabale banquière de la City de Londres depuis presque un siècle, partie intégrante d’un quid pro quo qui implique le pétrole, les armes, la drogue et des opérations secrètes. (voir mon article, The Saudi Paymaster, ou le Chapitre 3 de mon livre, Big Oil & Their Bankers…)

Le trône saoudien a servi depuis longtemps comme un rempart dans la région pour les banquiers de la City de Londres et de Wall Street et leur confrérie dégénérée consanguine actionnaire des familles royales européennes. Ceci fut part d’un plan pondu par la famille Rothschild qui contrôle le monde des affaires de la table ronde depuis bien plus d’un siècle afin de saisir le contrôle du pétrole du Moyen-Orient.

La famille Rothschild est propriétaire en majorité des entreprises BP, de la Royal Dutch/Shell, ainsi que de la Banque d’Angleterre, de la Réserve Fédérale américaine et la banque centrale saoudienne: la Saudi Arabian Monetary Agency (ou SAMA).

En 1917, les Britanniques se sont assurés Ibn al-Saud comme client, celui-ci fut instruit d’encourager les tribus arabes de renier l’empire Ottoman (NdT: La trame essentielle de “Lawrence d’Arabie”, Lawrence étant un agent (militaire) agissant pour la City de Londres: la Couronne…) dans la région du Golfe Persique. La même année la Maison britannique des Rothschild poussa pour la déclaration de Balfour, prêtant le soutien de la “Couronne” pour une patrie juive en Palestine. Un an plus tard, l’empire Ottoman était vaincu.

L’Irak, la Jordanie et l’Arabie Saoudite furent sculptés dans les restes de l’empire ottoman et furent soumis aux règles de l’empire britannique, avec Ibn al-Saoud prenant le contrôle du pays qui portera son nom: l’Arabie Saoudite. En 1922, le traité de Djeddah donna son indépendance à l’Arabie Saoudite de l’empire britannique, bien que la “Couronne” (NdT: nos lecteurs savent maintenant ce qu’il faut lire quand on parle de la “couronne” britannique… La City de Londres) exerça toujours une influence considérable. Jusqu’à aujourd’hui, des mercenaires britanniques servent de garde rapprochée aux membres de la Maison des Saoud.

Pendant les années 1920, avec l’aide de l’armée britannique,  Ibn al-Saoud saisît toujours plus de territoires des Ottomans (Turcs). Il annexa Ryadh et saisît les villes saintes de la Mecque et de Médine des mains des Haschémites.

L’entreprise Standard Oil of California (maintenant Chevron-Texaco, empire Rockefeller), trouva du pétrole en Arabie Saoudite en 1938. L’entreprise créa l’entreprise ARAMCO avec ses quatre cavaliers du cartel ami Exxon Mobil, Royal/Dutch Shell et BP (NdT: aujourd’hui quasiment exclusivement des intérêts Rockefeller et Rothschild !!…). Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne signèrent des accords de protection avec la Maison des Saoud et l’entreprise Bechtel se hâta de construire les infrastructures pétrolières de l’entreprise ARAMCO.

En 1952, juste après des accords de sécurité entre les Etats-Unis et l’Arabis Saoudite, SAMA fut créée en tant que banque centrale saoudienne. Dès 1958, SAMA était gérée par le Pakistanais Anouard Ali, qui fut ensuite le conseiller du roi Fayçal d’Arabie. Anouard Ali a été le patron du département Moyen-Orient du FMI au préalable.

Ali recruta trois banquiers occidentaux pour servir comme conseillers de SAMA. Connus sous le vocable des “trois sages” ou des “pères blancs”, ces banquiers occidentaux dirigeaient SAMA, Ali servant de vitrine. Le plus puissant de ces trois banquiers étaient John Meyer Junior, PDG de la Morgan Guaranty (aujourd’hui JP Morgan Chase, intérêts Morgan et Rockefeller), de sa division internationale et plus tard PDG du vaisseau amiral Morgan.

Les pères blancs dirigèrent les royalties/intérêts des pétro-dollars de SAMA vers les comptes de Morgan Guaranty. A son tour Morgan servît comme conseiller très bien payé de SAMA. Le fils d’Anouard Ali eut même un bon boulot à Morgan Equity. Avec des milliards et des milliards de pétro-dollars coulant à flot, le quid pro quo armes pour pétrole fut établi.

La progéniture d’Ibn al-Saoud forme aujourd’hui la monarchie actuelle de la Maison des Saoud, qui règne en Arabie Saoudite. Moins de 20 familles qui sont connectées avec le trône contrôlent l’économie saoudienne. La Maison des Saoud élargit son influence par l’argent et la reproduction. Les membres mâle de la famille Saoud sont aujourd’hui plus de 5000.

Le prince héritier Abdullah, demi-frère du roi Fahd, contrôle la garde nationale saoudienne et a assumé le contrôle au jour le jour du royaume depuis que le roi Fahd a subi une grave embollie en 1995. Le prince Sultan, prince Nayef, prince Salman sont des frères du roi Fahd et servent comme ministres de la défense de l’intérieur et comme gouverneur de Ryadh respectivement. Le fils du prince Sultan est le prince Bandar Bin Sultan, qui fut très longtemps ambassadeur d’Arabie Saoudite aux Etats-Unis (NdT: et est aujourd’hui le patron des services de renseignement et d’actions saoudiens, celui-là même qui a menacé Poutine il y a quelques mois…). Le cousin de Bandar, le prince Saud al-Fayçal est le ministre saoudien des affaires étrangères.

Ces princes saoudiens utilsent les agences du gouvernement qu’ils commandent comme leurs tirelires personnelles et représentent des entreprises étrangères qui font des propositions de contrats au royaume. Ils gèrent des milliers de milliards de dollars dans des investissements à l’étrangers et off-shore. Le roi Fahd est le second homme le plus riche du monde avec une fortune personnelle de plus de 20 milliards de dollars.

Le prince Bandar fait partie du clan des Sudeiri qui comprend les descendants de feu le roi Abdul Aziz et de sa femme favorite. Les Sudeiris sont la famille la plus puissante et la plus occidentalisée de tout le royaume d’Arabie. La Maison des Saoud encourage une interprétation fondamentaliste wahhabite de l’Islam, mais les pratiquants du wahhabisme en Arabie considère la famille Sudeiri comme des munafadjins ou hypocrites.

Tandis que le clan des Sudeiri vit dans l’opulence totale, la vaste majorité des Saoudiens peinent à mettre à manger sur la table. Les Sudeiris deviennent de plus en plus impopulaires avec leur façon de diriger par la main de fer et sont constamment cités par les organisations internationales des droits de l’Homme pour leurs violations des libertés et leur opposition brutale aux libertés démocratiques.

La monarchie saoudienne gouverne par décrets. Les femmes ne sont pas autorisées à conduire et sont interdites dans la plupart des restaurants. Le royaume n’a aucune institution démocratique. L’opposition à la Maison des Saoud est criminalisée, ce qui a pour effet de faire rentrer la dissidence sous couvert. En 1990, les Saoudiens ont procédé à la décapitation au sabre en place publique de 111 dissidents politiques.

Les entreprises américaines acquiescent à l’oppression saoudienne des femmes. Dans les établissements commerciaux publiques, il y a des des sections pour les hommes et les femmes, la ségrégation est institutionnelle. Les sections pour les femmes sont (volontairement) laissées à l’abandon, par exemple pas de sièges dans la section femme d’un Starbucks en Arabie Saoudite. Les femmes qui viennent dans d’autres restaurants étrangers sans leur mari se voient refuser l’entrée.

En janvier 2002, l’agence américaine Freedom House publia un sondage qui classifiait les pays en accord avec les libertés qu’ils allouaient à leur population. L’Arabie Saoudite était dans les 10 derniers de la liste au monde.

Human Rights Watch (NdT: financé par le milliardaire George Soros, ce qui veut dite que si HRW dit quelque chose contre l’Arabie Saoudite, c’est que l’establishment yankee a peut-être décidé de tirer le bouchon de la baignoire sur le royaume criminel…) a récemment accusé les Etats-Unis de ne rien dire et d’ignorer les violations des droits de l’Homme effectuées par l’Arabie Saoudite afin de continuer ses importations de pétrole.

L’intervention US/OTAN en Libye n’est pas au sujet de la “liberté”, c’est au sujet d’éliminer un ennemi de longue date de l’Arabie Saoudite, de la famille Rotschild de Londres et Paris et du système économique néo-colonial international (Khadafi), que ces parasites de la finance dominent aux dépends de nations en développment et aux riches ressources.

Dean Henderson est l’auteur de quatre livres: Big Oil & Their Bankers in the Persian Gulf: Four Horsemen, Eight Families & Their Global Intelligence, Narcotics & Terror Network, The Grateful Unrich: Revolution in 50 Countries, Das Kartell der Federal Reserve & Stickin’ it to the Matrix.

You can subscribe free to his weekly Left Hook column @ www.deanhenderson.wordpress.com

Géopolitique au Disneyland moyen-oriental: Le cas de l’Arabie Saoudite ou comment armer de dangereux psychopathes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 19 octobre 2013 by Résistance 71

Et c’est avec ces tordus que la France est la main dans la main… Jusqu’où iront l’infâmie et l’ignominie ?…

— Résistance 71 —

 

“Nos” salauds de Wahabites armés jusqu’aux dents

 

Pepe Escobar

 

18 Octobre 2013

 

url de l’article original:

http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MID-02-181013.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La vie est belle si vous êtes un membre du club de la contre-révolution du Golfe officiellement connu sous le vocable de Conseil de la Coopération du Golfe (CCG). Vous pouvez écrabouiller le printemps arabe à volonté. Vous pouvez vous alouer les sbires du tout Dar-al-Islam pour faire avancer la division sectaire sunnite-chi’ite. Vous pouvez être profondément impliqué dans la destruction de la Syrie. Vous pouvez traiter une bonne partie de votre population comme des citoyens de troisième zone.

Non seulement on ne vous dira rien, mais vous serez récompensé par de très beaux jouets bien chers et dans un cas bien particulier, celui de l’Arabie Saoudite, même un siège de deux ans au conseil de sécurité de l’ONU.

Sans mentionner le fait que la maison des Saoud s’en sort à manipuler l’Islam en étant le pilier de sa “légitimité”… La maison des Saoud contrôle le Haj, qui a lieu cette semaine, une énorme opération logistique qui “légitimise” son rôle de leader de l’islam sunnite et automatiquement, du monde musulman dans sa totalité. Des musulmans bien informés sont pourtant bien au courant de cette fallacie, tout comme ils sont parfaitement au courant du comment la maison des Saoud a transformé la Mecque en une sorte de station balnéaire de luxe style Las Vegas, où on paie à la prière. Qui en profite ? Certainement pas les pèlerins.

Cette semaine, l’agence de coopération de la défense américaine a annoncé qu’elle avait notifié au congrès de la vente de matériel militaire ultra-sophistiqué à l’Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes Unis (EAU). Ceci se décompose en “munitions variées assorties d’équipement approprié, de pièces de rechange, d’entraînement et de soutien logistique” à Ryadh pour 6,8 milliards de dollars et Abu Dhabi pour 4 milliards de dollars.

Armer “nos” salauds de wahabites est le contrat le plus juteux pour notre complexe panoptique militaro-industriel et de la sécurité orwellien. Séquestration ? Restrictions budgétaires ? Qui s’en soucie ? Il y a une manne sans fin avec les contrats en provenance du Golfe, induite dans le narratif de cette super-puissance bénigne “bienfaitrice” de ces pauvres monarchies monopolistes sans défense et les défendant contre les méchants d’usage, un coup c’est l’Irak, le jour d’après l’Iran, le jour d’après cela peut être leur propre peuple, alors il faut se préparer à l’action.

De temps en temps, Israël va froncer un peu les sourcils pour donner le change, mais c’est juste pour la parade. Israël et le CCG ont une alliance de facto contre le bloc régionalememt connu comme axe de la résistance entre l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Hezbollah, Israël en conséquence ne fera  rien pour empêcher les pays du CCG à s’empiffrer de F-15 Eagles, de F-16 Desert Falcons et toute leur batterie assorie de joyeuseté en matière de missiles de croisière, de bombes intelligentes et de tout cet équipement de communication super high-tech. Juste votre “coopération militaire et de défense” innocente et normale.

Il y a des hoquets dans cette relation confortable bien sûr. En ce moment, la maison des Saoud est livide à l’idée de devoir accepter une solution négociée sur le cas du nucléaire iranien et ce juste après l’accord russo-américain sur les armes chimiques de la Syrie. Et pourtant maintenant la maison des Saoud a même trouvé un podium pour crier sa colère, elle vient juste de gagner un siège de deux ans au conseil de sécurité de l’ONU pour la première fois, prenant la place du Pakistan en tant que représentant Asie-Pacifique.

La maison des Saoud s’est toujours abstenue de s’engager à la course au siège au CS dans le passé. Mais maintenant, faisant face à sa version fabriquée d’une “menace existentielle”, représentée non seulement par l’Iran mais aussi par la Syrie d’Al-Assad, il est temps d’agir.

Alors préparez-vus à observer un royaume pétrolier médiéval en colère et apeuré, notoire pour ses succès sans précédents au niveau des droits de l’Homme, des femmes et si enclin à faire fouetter et décapiter au sabre en public, pontifier sur la scène internationale au sujet… des droits de l’Homme… C’est ce que les think tanks américains décrivent comme étant “rechercher un rôle plus actif dans les corps internationaux clé”. Quand cela s’applique à “nos” salauds, bien sûr, autrement c’est au sujet “d’états terroristes” essayant de subvertir l’ordre international.

Un bon nombre de princes de la maison des Saoud sont impliqués dans une bataille mortelle au sujet de la succession saoudienne pour le trône alors que le roi Abdullah va rejoindre son fabricant. Ces princes ont-ils le niveau d’un Machiavel ? Détendez-vous…

Machiavel nous a appris que la volonté individuelle est aussi cruciale que le pouvoir international pour déterminer des décisions de politique étrangère. Le Florentin a insisté sur comment la fortuna (fortune) peut-être capricieuse et comment l’histoire peut-être contingente. Alors comment un prince dirige t’il l’État ? en déployant la virtu (vertu).

Oh non, ceci n’a rien à voir avec le gloubi boulga chrétien emprunt de culpabilité, qui est aussi un des piliers cruciaux du concept de “l’exceptionalisme américain”. Cela a tout à voir avec les valeurs classiques prédominantes dans le monde ancien, de la Grèce à la Perse, la vertu est dans la connaissance, la force, le courage et l’ingénuité.

Donc, selon ces standards en or, Vladimir Poutine certainement qualifie de “prince” politique. Deng Xiao Ping l’était assurément. Hassan Rouhani en Iran pourrait prouver qu’il est de ce calibre (NdT: Nous ajouterions Hassan Nasrallah du Hezbollah sans aucun doute à cette liste d’Escobar). Mais que dire de ces princes arabes peureux, colériques, intolérants et pourtant armés jusqu’aux dents ? Vous ne devez pas être un pélerin à la Mecque-Disneyland pour trouver votre réponse.

Pepe Escobar est l’auteur de Globalistan: How the Globalized World is Dissolving into Liquid War (Nimble Books, 2007), Red Zone Blues: a snapshot of Baghdad during the surge (Nimble Books, 2007), et de Obama does Globalistan (Nimble Books, 2009). 

Géopolitique impérialiste: La maison des Saoud pète les plombs au sujet de l’Iran…

Posted in actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, politique et lobbyisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 19 octobre 2013 by Résistance 71

Dégel Iran/USA : Haine et crainte, Ryad ne peut se contenir

 

Pepe Escobar

 

18 Octobre 2013

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/articles/item/279271-dégel-iran-usa-haine-et-crainte,-riyad-ne-peut-se-contenir

 

 

Quiconque un tant soit peu doté de conscience…..

et d’intelligence peut comprendre qu’une normalisation Iran /USA au terme de 34 ans de crise pourrait aboutir à une situation gagnant-gagnant . comment?

-le prix du pétrole et du gaz du Golfe persique peut réduire

Washington et Téhéran pourraient coopérer ensemble pour lutter contre le terrorisme salafiste et takfiriste . ils pourraient même coordonner leurs politiques de contrôle des Talibans en Afghanistan au-delà de 2014.

Washington et Téhéran ont en quelque sort des intérêts communs en Syrie, ils ne veulent pas que le chaos dure et que les radicaux salafistes prennent les rênes du pouvoir . un accord de partage du pouvoir à signer entre Assad et ses opposants non armés pourrait être un résultat idéal pour Téhéran au bout de plus de 2 ans de guerres en Syrie, résultats assurant son influence

-En supprimant le slogan « A bas le régime islamique » et les sanctions, le terrain sera aplani à une réactivation du commerce, des investissements , à une plus grande activité du secteur de l’énergie . là ce sont les Européens à être les premiers à en tirer profit car l’Iran est la meilleure alternative pour que l’Europe réduise sa dépendance vis-à-vis de la Russie.

-une solution pour le dossier nucléaire permettrait à l’Iran d’utiliser l’énergie nucléaire civile . cette énergie là permettra aux iraniens de stocker leur pétrole et leur gaz , ce qui profitera aux exportations iraniennes

Puisque l’Iran est un acteur géopolitique de poids dans la région du sud ouest d’Asie, les Etats Unis en cas d’entente avec l’Iran peuvent réduire leur dépendance vis-à-vis de l’axe saoudo-israélien . les Etats Unis seront même capables d’avoir une nouvelle approche vis-à-vis de l’Asie non basée sur le militaire.

-Tout le monde sait pourquoi Israël lutte avec acharnement contre toute entente Iran/USA comme on lutterait contre la peste . puisque l’Iran est le prétexte idéal qui permet à Israël de dévier l’opinion publique de la question essentielle à savoir le sort des palestiniens

Pour l’Arabie saoudite non plus une entente Iran/USA n’est pas de bon augure . Ce sera même une fin tragique pour une histoire qui a commencé en Syrie et qui est désormais connue de tout le monde. Après avoir été désigné par son oncle chef du renseignement saoudien, Bandar Ben Sultan a endossé les habites de chef de guerre  contre le régime syrien . Bandar est trop sérieux dans son travail. Ila  d’abord éliminé le Qatar de la course, un Qatar qui a été le vrai sponsor de l’ASL. Fin juin, après avoir serré la main a l’émir Hamad al Thani, il l’a écarté du pouvoir au profit de son fils Tamim. Fin juillet , il a été à Moscou pour tenter de soudoyer Poutine voire le menacer pour qu’il renonce à son soutien à Assad. La politique syrienne de Riyad se résume en un mot changement du régime Assad . Le dialogue n’a aucune place dans cette politique . l’objectif étant porter un coup fatal à l’Iran aussi bien en Syrie qu’en Irak et partout où il y a des sunnites.

Fin septembre Jaysh al islam entre en jeu : une armée composée de plus de 50 milices salafistes potentiellement modérées ou extrémistes . c’est Lawa al Islam, une milice précédemment commandant l’ASL qui dirige cette armée . le commandant en chef est Allouch, fils d’un religieux salafiste saoudien . qui financera cette armée ? Bandar , dit Bandar Bush et son frère Salman , vice ministre de la Défense. Le projet s’appelle  » Eveil sunnite » . c’est le même projet que celui de David Petraeus appliqué en 2007 en Irak à la différence près que ce projet ci ne vise pas à détrôner les qaidistes irakiens mais à entre autre renverser les Etats (Irak, Syrie…)!!

Ce que veut Allouche ?  » ressusciter le califat omeyyade dont la capitale était à Damas , nettoyer Damas des iraniens , des chiites, des alaouites qui sont tous des athées . tout le monde accepte le salafisme ou meurt’ !!

C’est étrange mais même le chef d’Al qaida Al Zawaheri a interdit le meurtre des chiites . pour compliquer davantage la donne, il existe un terrible querelle du pouvoir au sein de la faille régnante saoudienne. …Abdellah mourra bientôt et aucun prince n’est aussi puissant pour lui succéder que Bandar . il attend donc son heure et voit en Syrie  » califatisée »  une trophée , une victoire personnelle.

Quand la Russie et les Etats Unis ont signé l’accord sur le désarmement syrien , ils ont pris le risque de mettre en colère Riyad jusqu’aux frontières de la folie. Cette fois Riyad rendait coupable non pas seulement la Chine et la Russie mais aussi les Etats Unis . c’est pour que son MAE a annulé son discours à l’AG . le cauchemars des Al- e Saoud devient de la paranoïa . Pour Riyad il est inconcevable que Téhéran et Washington fêtent leurs retrouvailles à ses frais après autant de messages alarmistes anti iraniens envoyés à Washington, autant de doléances guerrières (zone d’exclusion aérienne, action armée …) anti syrienne. Donc Al –e Saoud fera tout pour torpiller l’entente Iran/USA . il fera du Liban un champ de bataille, il attisera partout les flammes  confessionnelles. l’axe saoudo –israélien continuera à mener son œuvre de sape . peu de gens savent qu’une société de sécurité israélienne assurent la protection des  pèlerins de la Mecque sinon les rues arabes sont bien large pour abriter des millions de manifestants musulmans. Une chose est sûr, Bandar Bush , engagé aux côtés de l’axe saoudo-israélien ne lésinera sur aucun moyen pour contrer l’entente irano américaine. La communauté internationale souhaite que l’élite de Washington finisse par comprendre un jour que l’accord signé en 1945 entre Roosevelt et Abdelaziz n’a jamais été rationnel.