Archive pour alliance hezbollah syrie iran

La juste riposte à l’assassinat de Soleimani par Trump en Irak… Analyse et sagesse (discours Hassan Nasrallah)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 7 janvier 2020 by Résistance 71

 


H. Nasrallah ou l’anti-thèse du bellicisme occidental

 

S. Nasrallah : la riposte juste à l’assassinat de Soleimani et Muhandes est l’expulsion des forces US de toute la région … La libération d’alQods sera alors plus facile

 

Al Manar

 

5 janvier 2020

 

url de l’article: https://french.almanar.com.lb/1606695

 

« La nuit du vendredi 2/1/2020 est une date fatidique, une date qui marque  le début d’une nouvelle période historique, non pas pour l’Irak ou pour l’Iran seulement mais pour toute la région « , c’est en ces termes que le secrétaire générale du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a marqué le ton de son discours prononcé , à l’occasion d’une cérémonie de deuil, organisée dans la banlieue-sud de Beyrouth, rendant un dernier hommage aux martyrs qui sont tombés dans la nuit du jeudi à vendredi dernier, à leur tête le commandant en chef de la brigade al Qods-branche extérieure des Gardiens de la Révolution islamique, le général Qassem Soleimani et du numéro 2 des Hachd al Chaabi, Abou Mahdi alMuhandes.

Rappelant les faits de l’assassinat de ces deux grands chefs, S. Nasrallah a expliqué pourquoi l’administration de Trump a décidé une telle action, et sous cette forme aussi intentionnelle et officielle.

Son éminence a défini les responsabilités de l’axe de la résistance, en particulier des factions de la résistance, soulignant que  concernant l’Iran, « cette dernière n’a pas demandé et ne demandera à personne parmi ses amis, ses alliés, de répondre à cet assassinat . Et si jamais il y a riposte, cela n’engage que la partie qui a riposté, libre à chacun d’évaluer s’il veut ou pas riposter.  »

Il a, toutefois, précisé que  » toute punition juste à l’assassinat de Soleimani et de Muhandes, ne peut se traduire par l’assassinat d’un responsable militaire ou d’un secrétaire d’Etat US, car nul n’est comparable à ces deux chefs. Le soulier de Soleimani vaut plus que la tête de Trump ou de toutes les têtes de son administration « .

Et de poursuivre :  » la seule punition juste à cet assassinat est l’expulsion de toutes les forces US de la région, avec leurs navires, leurs destroyers, leurs bases, leurs armes» sachant «  que nous n’avons rien contre le peuple américain, il n’a pas à nous craindre, sauf ceux qui collaborent directement avec cette administration ».

Et d’ajouter : » quand les forces US seront expulsées de la région nous n’aurons pas besoin d’une guerre avec les israéliens,  ils plieront bagages d’eux-mêmes. la bataille d’al-Quds sera facile ».

Principales idées du discours de S. Nasrallah :

En ce jour, nous célébrons le martyr d’ un grand commandant en chef le général Qassem Soleimani et de celui du commandant en chef Abou Mahdi alMuhandes et de leurs compagnons irakiens et iraniens qui sont tombés en martyr .. la nuit de vendredi dernier.  La nuit du vendredi 2/1/2020 est une date fatidique, une date qui marque un avant et après, une date qui marque  le début d’une nouvelle période historique non pas pour l’Irak ou pour l’Iran mais pour la région..

Quelques mots sur le plan personnel, dans la nuit de Vendredi  le général Qassem Soleimani a réalisé  son ultime but, son vœu le plus cher qui est celui de chaque commandant ou chef de la résistance. IL s’agit d’un projet personnel, qui n’est pas lié à la nation, car ce qu’ils demandent pour la nation islamique c’est qu’elle puisse vivre en toute dignité, en paix, et que ses peuples puissent jouir de tous leurs droits et leurs richesses.

Soleimani aspirait à réaliser ce projet ultime, cas de tous les moujahidines, à savoir rencontrer Allah le bon miséricordieux. Une passion qui brule le cœur et l’âme de tous les moujahidines. Une passion que partageait et Soleimani et Muhandess. Une passion qui se renforce avec le temps, au fur et à mesure qu’on vieillit, car plus on vieillit, plus on craint de mourir dans un lit par maladie. Selon les témoignages de ces compagnons en Syrie, Soleimani implorait toutes les nuits, en sanglot, qu’Allah puisse lui accorder cette faveur.  Celle de tomber en martyr.

De la banlieue sud  de Beyrouth, je présente mes condoléances à sa famille, ses filles et ses fils et son épouse, et je leur dit que votre consolation réside dans le fait que  votre père a réalisé son vœu le plus cher après des décennies de Jihad.

Tout autant pour le commandant en chef Abou Mahdi al Muhandes, sachez qu’ il y a deux mois il m’a fait l’honneur de me rendre visite et il m’a avoué que « la bataille avec Daech est presque terminée et j’ai vieilli alors je vous demande d’implorer Allah de m’accorder cette faveur d’être un martyr ».

Dans notre culture, le martyr est une  bénédiction, et donc le pire que l’ennemi puisse nous infliger est de nous tuer, sauf que  notre but ultime est justement  de tomber en martyr, cette équation est divinement miraculeuse.

Félicitations aux martyrs Qassem Soleimani et Abou Mahdi almuhandes  pour ce martyr glorieux, car nous appartenons à   l’école de l’imam Hussein (P) et donc nous sommes des passionnés  du martyr.

1-les faits

Dans la nuit de vendredi, le général Soleimani quitte l’aéroport de Damas destination Bagdad, et ce de manière publique, où l’attendait le général Muhandes à l’aéroport de Bagdad. Ils ont embarqué dans une voiture, quelques minutes plus tard, le convoi a été visé par des frappes américaines de manière sauvage. Sauvage parce que leurs corps ont été déchiquetés, ils étaient inidentifiables, entre parenthèses, la manière dont Soleimani est tombé en martyr dépasse ses espérances : comme l’imam Hussein (P), son corps était décapité, comme Abou Fadl Abbas (P), le frère de l’Imam Hussein (P), ses mains démembrés, comme Ali alAkbar(P) , fils de l’Imam Hussein(P), son corps a été déchiré.

Quelques heures après, des responsables américains ont revendiqué l’attaque, suivi du Pentagone puis du président Trump lui-même.

Nous sommes donc face à un crime où l’identité de l’auteur ne fait aucun doute puisque c’est lui qui a reconnu sa responsabilité, et donc il ne s’agit pas d’un crime anonyme comme un attentat par une voiture piégée , loin de là , nous sommes face à un crime clair  et criant , ordonné par Trump et exécuté par l’armée américaine.

2- raisons et objectifs de ce crime criant et scandaleux

Pour commencer, ce crime  intervient à la suite d’une série d’échecs de   tentatives d’assassinat non-revendiquées perpétrées contre la personne de Soleimani. A titre d’exemple, citons la tentative d’assassinat contre Soleimani en Iran, dans sa ville, où les terroristes avaient loué une maison située non loin d’une husseinyeh (lieu où on célèbre des cérémonies d’Achoura) appartenant à Soleimani et à laquelle, chaque année des milliers de fidèles y assistaient. La maison était non seulement entièrement bourrée d’explosifs mais en plus, les criminels avaient creusé un tunnel jusqu’à la husseinyeh pour planter des explosifs dans les piliers de cette dernière. Autrement dit, ils étaient prêt à massacrer quatre mille fidèles rien que pour tuer Soleimani. La providence divine et le professionnalisme des services de sécurité iraniens ont réussi à démanteler le réseau terroriste et ont épargné ainsi des milliers de vies humaines.

Ensuite, ce crime survient dans un contexte régional marqué par des échecs continus des USA dans la région, des évolutions menaçantes en Iraq pour les intérêts des USA dans ce pays.

Face à un tel paysage nous définissons les raisons  de cet assassinat :

Echec avec l’Iran. Trois ans après l’élection de Trump,  son bilan en termes de politique étrangère dans la région et au niveau  international se résume en échecs après échec. Il n’a présenté au peuple américain aucun exploit. Au contraire, à l’époque de Bolton, l’objectif annoncé était la chute du régime iranien, allant jusqu’à promettre le peuple US que ce régime tombera avant Noel !! Bolton est parti, le régime est toujours aussi présent. En fait, Bolton s’exprimant ainsi, ne racontait pas des histoires, il exprimait la stratégie de l’administration de Trump.

Puis, cette administration a dénoncé l’accord nucléaire, menaçant de sortir de l’accord, là encore, l’Iran n’a pas répondu à la provocation. Puis, Trump a exécuté sa menace exigeant un nouvel accord nucléaire, l’Iran est resté ferme sur ses positions. Puis, il a imposé des sanctions contre l’Iran, dans une tentative d’affamer le peuple iranien, mais l’Iran a résisté.

Faute de pouvoir signer un nouvel accord nucléaire et de forcer l’Iran à s’asseoir autour d’une table avec eux, les USA ont provoqué   des conflits confessionnels en Iran, bref Trump a tout essayé pour faire plier l’Iran,  pour  gagner une seule rencontre avec Rohani, en vain.. Tout son but était et est toujours de ramener l’Iran à la table de négociation.

Echec en Syrie. Un échec traduit par sa trahison envers les kurdes suivi de la confusion  de l’administration de Trump  concernant le retrait ou le non-retrait des forces us de la Syrie. Finalement, Trump   décide de rester pour protéger non pas un allié mais pour s’emparer du pétrole syrien sur demande des israéliens selon les aveux de Trump, et donc il est resté à Tanaf.

Echec au Liban où toutes les formes de provocations, de sanctions,  de complots ont été tentées pour plonger le pays dans le chaos, le tout couronné par  l’arrivée de Pompeo avec sa déclaration de guerre contre le Hezbolah. Pis encore, quand David Satterfield est venu au Liban, il a menacé les responsables libanais directement affirmant que si les sites à Baalbeck ne sont pas éliminés « Israël » les bombardera, en vain.. Car, « Israël » n’a pas osé frapper et ce parce que nous lui avons promis qu’en cas d’attaques nous riposterons rapidement et sans hésitation, sans compter les tentatives de s’accaparer de la volonté libanaise dans toute décision.

Echec au Yémen où la guerre est un projet américain, exécuté par les Saoudiens.

Echec en Afghanistan, Trump cherche une solution, une issue de   secours, il s’engage dans des négociations avec les talibans, puis soudain il rompt ces négociations.

Echec dans la réalisation du   deal du siècle qu’il comptait réaliser durant la première année de son mandat. Où en est aujourd’hui ce deal du siècle ? personne n’en parle !  Et ce grâce a la résistance des palestiniens malgré l’embargo, le siège, les assassinats, les sanctions, la démolition des maisons,  contre la bande de gaza et la Cisjordanie.

Enfin, l’ultime échec, l’Irak où le projet de Trump en Irak est clair tellement  il est très transparent et arrogant, trop imbu de lui-même. Cet homme   ne reconnait pas le droit international, n’a aucun scrupules, ni d’estime pour la communauté internationale. Trump s’est exprimé clairement dans toutes ses campagnes électorales et n’a cessé de répéter que le pétrole de l’Iran est un droit américain.  Pour lui, il est en droit  de s’accaparer de ce pétrole pour dédommager les USA  du prix de leurs présences en Irak durant toutes ces années.

La question est comment s’accaparer de ce pétrole, pour Trump la réponse est simple. Tant qu’il n’y a pas de gouvernement en Irak,  s’emparer des puits de pétrole irakiens est facile. Tant qu’il n’y a pas d’état fort et uni,  soit un état qui exécute les directives des USA, la question est réglé. Pour ce faire, les USA ont créée Daech pour déchirer l’Irak, le diviser, de l’aveu de  Mme Clinton.

Les USA n’ont pas cessé de s’ingérer dans les affaires de l’Irak,  et c’est là le problème de Trump avec Soleimani et Muhandess,  son projet est tombé avec la chute du projet Daech, et ce grâce aux positions de la haute référence religieuse irakienne,  des factions de résistance irakienne..  Et c’est à ce moment précis que les rôles de Soleimani et Muhandess dans le renforcement de la cohésion interne, dans la reconstruction du pays sur le plan politique, ont menacé les USA,  car l’argument Daech justifiant la présence US n’avait plus lieu d’être, et donc des voix se sont élevées après la chute de Daech exigeant le retrait des forces US du pays.  Mais, elles ont refusé.

Apres Daech, des élections législatives ont eu lieu, reflétant avec force une nouvelle orientation politique générale axée sur un refus de se plier aux exigences US.   Les USA ont prétendu que cette nouvelle orientation ne représente pas le peuple irakien et l’ont accusé d’être pro-iranienne.  Peu importe, car suite à cette élection un gouvernement s’est formé,  opposé aux usa.  Le gouvernement d’   Abdel Mahdi a refusé de faire partie de la  campagne lancée contre l’Iran. IL a  refusé de soutenir le deal du siècle. Il a refusé de fermer ses frontières avec la Syrie, le gouvernement d’Abdel Mahdi a signé des accords avec la Chine valant des milliards de dollars pour la reconstruction du pays.

Sans compter des voix au sein de parlement  exigeant le retrait des forces US du pays.

Face à ce nouveau contexte en Irak, les USA ont paniqué. L’Irak fuyait entre leurs mains..

Les USA n’ont jamais voulu créée une démocratie en Irak au contraire ils ont fait venir des miliciens, des criminels qui ont égorgé des enfants, des femmes, détruit des villes, des lieux saints, décapités des hommes..

Les USA ont créé Daech pour entrainer les irakiens vers la guerre civile, or, la position ferme des tribus et des factions de résistance et de la haute référence religieuse irakiennes a empêché cela..

Et donc Trump s’est retrouvé face à une échéance électorale sans aucun exploit à offrir à l’opinion américaine..

De son coté,  Trump  prétend avoir réalisé des exploits en termes de politique étrangère. Il affirme au peuple américain qu’au Venezuela il a renversé le régime de Maduro, or c’était un  échec, à cuba idem, avec la Corée du nord idem, la Russie et la Chine, encore des échecs,  avec ses alliées, c’est pire, aucun respect, il les humilie et  les insulte, il ne parle que de trois choses :

-Il leur parle des 400 milliards de dollars qu’il a pris de l’Arabie.

-Il  parle des ventes d’armes valant de milliards de dollars avec des pays de la région , promettant en contre partie au peuple américain des offres d’emplois.

-Et le transfert d’alQods comme capitale de l’entité sioniste

A part cela qu’a- t-il réalisé dans la région ?? Rien

Le défi direct qui se pose aujourd’hui en Irak suite à cet assassinat est que nous ne sommes pas dans une situation d’assassinat  traditionnel, loin de là, nous sommes dans une situation qui marque le début d’un comportement   des usa dans la région, ils ont déclenché une nouvelle forme de guerre dans la région, ils ont étudié les éléments qui peuvent briser l’axe de la résistance dans le but de redorer   leur blason dans la région, afin de pouvoir l’exploiter ultérieurement à l’intérieur. Car les USA ne sont pas prêts à une guerre générale, elle est trop couteuse pour eux.

De même une guerre de la part d ’ « Israël » contre le Liban est trop compliquée pour l’entité et une guerre avec l’Iran  encore plus..

C’est pourquoi, les USA se sont concentrés sur un facteur qui représente au sein de l’axe de résistance un point central, le choix s’est porté sur Soleimani. D’ailleurs, lors de ma dernière rencontre avec Soleimani- une visite amicale car Soleimani était juste passer pour me voir-    je lui ai dit de prendre ses précautions car la presse US ne cesse de parler de lui, et donc cela est un prélude à son assassinat.. Evidemment, il s’est contenté de rire.

Bref, les USA  ont constaté que Soleimani se trouvait partout, en Palestine occupée, où il soutenait en armes, en logistique, en expertise, les factions de la résistance palestinienne,  au Liban, il était présent durant la guerre de 2006 contre l’agression israélienne, en Syrie il était présent contre Daech, en Irak on le voyait parmi les combattants sur les fronts, au Yémen, en Afghanistan, et enfin en Iran où  les iraniens savent qui est Soleimani, que veut dire Soleimani..

De plus, rappelons qu’« Israël » a estimé  que Soleimani était l’homme le plus dangereux depuis sa création, elle l’a qualifié de menace à son existence, elle pouvait le tuer en Syrie, surtout que Soleimani ne se cachait point, il était dans tous les champs de bataille,  mais l’entité sioniste n’ a pas osé, elle a recouru aux usa..

Et donc, la décision a été prise de le tuer de cette manière,  en revendiquant le crime, haut et fort, pour des raisons  psychologiques.

Car, les USA espèrent à travers cet assassinat de briser l’axe de résistance, de perturber ses factions,  d’affaiblir l’Iran, l’Irak..

Désormais, deux projets  s’opposent, s’affrontent : un projet hégémonique américano-sioniste dans la région qui veut mettre la main sur ses lieux saints, ses richesses, son  pétrole, même le pétrole  du Liban qui n’a toujours pas été exploré est une cible pour les USA , et, un projet d’indépendance, d’autonomie, de liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes. Entre ces deux projets, il y a ceux qui sont avec tel ou tel projet, il y a des gens au milieu, il y a des gens qui ne savent pas où être, il y a des gens qui observent attendant qui sera le vainqueur .

3-nos responsabilités

Cette confrontation entre ces deux visions, ces deux projets, la riposte à cet assassinat se sont déclenchés dans la nuit de l’assassinat en Iran. Les USA ont revendiqué cette agression aussi effrontément pour dire aux iraniens que nous avons tué publiquement l’un de vos chers généraux. Et ce pour la forcer à aller aux négociations, or l’Iran a répondu immédiatement via le communiqué de l’ayatollah Ali Khamenei, suivi par tous les hauts-responsables militaires iraniens   sans compter le peuple iranien qui est descendu spontanément à la rue scandant Mort aux USA. Les USA ont misé sur une réaction négative  du peuple iranien… ils se sont trompés,  et  donc le premier objectif de l’assassinat est tombé en moins de 6 heures : celui de faire plier l’Iran: peuple et Etat.

En Irak,   les usa ont misé  de semer la confusion au sein de hachd alchaabi, de plonger dans le chaos  la situation politique interne, de disperser l’unité irakienne etc..

OR, c’est tout le contraire qui s’est produit : peuple, députés, factions, tribus, haute référence religieuse se sont mobilisés, condamnant cet acte, le qualifiant de violation de leur souveraineté, exigeant l’expulsion des forces US du pays..

Mieux encore, toutes les blessures que les américains tentaient de rouvrir, datant de la guerre irano-irakienne, se sont cicatrisés à jamais   avec le sang mêlé des martyrs iraniens et irakiens qui est tombé sur le sol irakien. Une unité irako-iranienne s’est formée spontanément via  les cérémonies de deuil des martyrs irakiens et iraniens.

Les peuples irakiens et iraniens se sont unis dans la souffrance, dans le combat, dans la lutte contre l’occupation américaine. Le deuxième objectif de cet assassinat est tombé.

Aujourd’hui, et je m’adresse au peuple irakien,  le monde surveille la position du parlement :  voter contre l’accord de coopération avec les  usa, il faut s’attendre à une forte mobilisation de  la part des USA  pour empêcher que le parlement vote et nous espérons que ce vote aura lieu.  Et même dans le cas contraire, je connais les irakiens,  ces fils d’Abou Fadel Abbas (P),  refuseront la présence des forces US en Irak, car expulser les USA de l’Irak est la moindre des actions que ce cher peuple peut faire pour venger le sang de Muhandess.

Les USA vont découvrir bientôt que  l’assassinat de Soleimani et de Muhandess leur a couté la perte de l’Irak,  Soleimani a libéré l’Irak avec Muhandess, il faut préserver ce sang  en libérant l’Irak des USA.

De son côté, la Syrie  a affirmé poursuivre sa voie contre la lutte contre Daech,  de même au Yémen..

En ce qui concerne les mouvements  de résistance, un des objectifs, est de nous terroriser dans toute la région pour nous faire reculer, la premier riposte s’est traduite par  les factions de résistances de l’axe qui ont déclaré de manière unanime leur détermination  et loyauté à la   lutte contre l’occupation , sur le plan moral le martyr de Soleimani est un facteur de motivation car nous sommes  à deux doigts d’une importante victoire , une victoire historique, il faut poursuivre la lutte avec en tant de fierté et de courage comme la fait Soleimani..   Relisez notre Histoire et gardez en mémoire ce que nos imams n’ont cessé de répéter face aux oppresseurs et face aux tyrans : « Vous nous menacez de nous tuer alors que la mort est chez nous une tradition et le martyre une bénédiction ».

4-La riposte juste :

Ce crime criant doit  être puni.. il ne s’agit pas d’un crime impliquant une seule victime comme par exemple une   frappe américaine contre une base iranienne ou une personnalité iranienne autre que Soleimani , un el acte sera considéré comme une agression contre l’Iran.

Or, Soleimani ne représente pas sa personne, ni son pays d’origine, il représente la nation, l’axe de la résistance, viser Soleimani c’est viser le Liban, la Syrie, la Palestine, l’Afghanistan, cela dit, les Iraniens  sont libres de riposter comme  ils le jugent bon..

Et donc  je serai franc  envers nos amis,  nos alliés, d’abord,i l faut bien éclaircir un point :   l’Iran ne demandera à personne, ni aux forces de l’axe de la résistance, ni aux pays amis ou alliés de riposter… les forces de l’Axe sont libres de riposter ou pas, cela dépend de leur volonté, de leur évaluation de la situation, si elles ripostent cela n’engage que la partie qui a riposté.. , soyons clair sur cette question : l’Iran n’a pas demandé et ne compte pas demander de la part de quiconque une riposte.. L’Iran est en deuil  ..elle a perdu un de  ses meilleurs chefs. Elle saura quand et comment riposter.

Alors,  comment  allons-nous réagir ?   Allons-nous contenter de condamner sachant qu’une nouvelle période s’impose  exigeant une riposte juste ?..

Par juste, c’est-à-dire une justice  qui puisse refléter le statut de Soleimani, son poids stratégique..  Certes, il ne s’agit pas de tuer un responsable militaire ou un secrétaire d’état US, car le soulier de Soleimani ne vaut pas la tête de Trump ni les têtes de toute son administration, il n’y a pas de juste comparaison, dans ce cas.

Une riposte juste, et je marque mes mots : ne pourra se traduire que par l’expulsion de toutes les forces US de la région.

Toute base militaire, tout navire, tout soldat, tout marines, tout drone, tout chasseur US paieront le prix de leur présence dans notre région. Cela dit, le peuple américain n’a pas à nous craindre, sauf ceux qui collaborent et soutiennent directement cette administration. Notre bataille est avec l’auteur de ce crime soit l’armée US.

Car l’assassinat de Soleimani et de Muhandess, ne peut pas rester sans représailles ou ripostes, cela mettra en danger toute la région, cela ouvrira les portes à l’arrogance des USA et de l’entité sioniste.

Si les forces de la résistance choisissent cette confrontation, les usa sortiront de la région humiliés, vaincus,    les martyrs qui ont expulsé les forces US de la région, dans le passé,  sont toujours présents, ils étaient en nombre réduit aujourd’hui, ils sont plus nombreux, plus armées, plus performants..

Le résultat de cette confrontation se traduira par un nombre infini de cercueils embarqués dans avions us de retour aux USA, alors les USA finiront par réaliser qu’ils ont perdu la région …

La seule riposte juste à l’assassinat de Soleimani et de Muhandess est l’expulsion des troupes usa de la région, et cela se réalisera inchallah,  et nous récupérerons alQods, dès que les usa seront expulsés de la région car  nous n’aurons  pas besoin d’une guerre avec les israéliens : ils plieront bagages par eux-mêmes.

Trump l’ignorant n’a aucune conscience de son acte, encore moins son administration, les jours à venir seront témoins de mes paroles, rappelez-vous.

Si seulement vous saviez quel sang sacré vous avez versé ?!!! Quel cœur vous avez transpercé ?!!  La riposte juste sera celle de tous les martyrs de l’axe de la résistance, de Soleimani, de Muhandess, de Ghareb Harb, de Imad Moughnieh..

Cette riposte juste est une décision prise dans le calme, nous ne sommes pas en colère, nous sommes des gens rationnels qui ne se laissent pas entrainer par les émotions, car pour nous, ce martyr nous offre une occasion pour finir avec cette hégémonie…

= = =

Notre dossier « Assassinat du gen. Soleimani en Irak par Trump »

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem

 

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: Partie de cache-cache sur fond de guerre israélo-libanaise (Al Manar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 17 janvier 2019 by Résistance 71

Il est de notoriété publique que les discours d’Hassan Nasrallah sont très écoutés en Israël… Pourquoi ? Parce que les Israéliens (qui ne sont pas tous d’accord avec la politique de l’état sioniste) savent pertinemment qu’Hassan Nasrallah, contrairement à leurs politiciens et dirigeants, ne MENT PAS ! Il dit ce qui est, pèse ses mots et sa parole possède le poids de la rectitude et de la justice.

Il est aussi connu que Nasrallah est évidemment une cible des services sionistes programmée pour l’élimination. Le silence de Nasrallah est, d’une manière ou d’une autre… intéressant.

~ Résistance 71 ~

En savoir plus sur le Hezbollah et comprendre la politique au Moyen-Orient:

“Le Hezbollah son histoire de l’intérieur” de Naïm Qassem (notre traduction en version PDF)

Cancer, crise cardiaque, mort… c’est Nasrallah qui décide quand il faut parler…

 

Leila Mazboudi

Al Manar

 

15 janvier 2019

 

url de l’article: http://french.almanar.com.lb/1214413

 

Depuis quelques temps, les provocations médiatiques évoquant l’état de santé du numéro un du Hezbollah pullulent. Certains médias libanais et arabes tournant dans la mouvance pro saoudienne font volontairement partie de la valse. De concert avec des médias israéliens. Surtout ceux qui sont proches de Benjamin Netanyahu. Des médias moins hostiles aussi y ont pris part, par notoriété et pour faire lire. Il est vrai que sayed Hassan Nasrallah fait lire !

Rumeurs, fake news, fabrications, spéculations, exagérations, fausses sources. Les ingrédients ne manquent pas au festin d’intoxication.

La plus récente de ces rumeurs date du 14 décembre et marque une  hausse dans  son intensité: elle fait état de sa mort dans un hôpital de Beyrouth. Israel Youm, le média israélien proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu  s’est réjoui de la répandre le 14 décembre, en indiquant l’avoir relayé à partir de médias libanais.

Auparavant, des médias avaient argué que S. Nasrallah est atteint d’un cancer et qu’il a été hospitalisé  pour une crise cardiaque qui en aurait découlé. La rumeur n’est pas nouvelle. D’aucuns avançaient qu’il se faisait soigner dans les hôpitaux iraniens. Ce à quoi le porte-parole iranien Hussein Abdullahiane a rétorqué. Accusant les Israéliens d’abord, et assurant que Sayed Nasrallah priera à Al-Aqsa. Un discours qui sait bien comment les irriter en leur insinuant que le Hezbollah aura auparavant libéré la Palestine.

Des médias se sont mêmes mis à évoquer un soi-disant enregistrement sonore, fake également, disséminé sur la Toile, attribué à sayed Nasrallah,  dans lequel il dément les informations sur sa maladie et son hospitalisation. Ce qui  n’a pas manqué d’être présenté comme une preuve de plus qui étaye leurs soi-disant doutes, parce que sayed Nasrallah ne bronche toujours pas.

La diffusion de cet enregistrement a été l’occasion pour le dénommé tweeter libanais Jerry Maher de vertement défier « le Hezbollah et l’Iran de sortir Hassan Nasrallah dans un discours direct et sur le terrain et non pas via écran pour confirmer qu’il va bien et qu’il n’est pas soumis à la résidence surveillée dans un hôpital dans lequel il subit des soins ».

Sa véritable identité étant Daniel Ahmad al-Ghosh, Jerry Maher qui se présente comme étant un journaliste n’a jamais été pris au sérieux comme tel au Liban. Mais plutôt comme une mauvaise langue sur les réseaux sociaux. Dans l’une de ses interventions biscornues, il avait propagé que sayed Nasrallah a épousé une star libanaise.

Vivant en Suède et de nationalité suédoise, il semble être connecté à des lobbies pro israéliens en Europe et n’a de mots que pour fabriquer des mensonges contre le Hezbollah, la Résistance et ses commandants, dévoile l’enquête du site d’informations libanais al-Hadath news. Le Yediot Ahronot préfère lui attribuer des liens avec des services de renseignements occidentaux.

Originaire de la région libanaise d’Iqlim al-Kharroub, contrôlée par le courant du Futur,  il affiche un soutien inconditionnel à l’Arabie saoudite, et se meuve dans des positions politiques qui balisent le terrain à la normalisation avec l’ennemi sioniste, en diabolisant l’Iran et le Hezbollah.

Dans le cadre de la nouvelle campagne, c’est de son compte que le journaliste israélien Simon Arann a relayé une anecdote aussi farfelue que ridicule. «Le Hezbollah refuse de transporter Nasrallah en Syrie pour subir des soins de la part de médecins russes, et l’Iran a envoyé trois médecins à Beyrouth dont l’un d’entre eux réside en Europe, pour surveiller son état de santé ».

La plupart des observateurs libanais sont unanimes qu’il est derrière cette campagne infeste, qu’il a jeté le premier caillou dans la mare, afin que les ondes soient repêchées par les israéliens…

Curieusement, celle-ci a éclaté lorsque le parti de la résistance et son chef en particulier ont observé le plus grand silence dans l’affaire des tunnels soi-disant découverts par les israéliens, entre le sud Liban et les colonies israéliennes au nord de la Palestine occupée.

Un silence qui semble avoir outragé les dirigeants israéliens. Surtout dans les milieux proches du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Ce dernier se trouve dans une mauvaise posture sur le plan interne, en raison des accusations de corruption qui semblent cette fois-ci s’être beaucoup trop approchées de lui. Et en raison aussi de l’échec de l’opération commando dans la bande de Gaza et du revers militaire qui s’en est suivi. D’autant que cela a fait éclater son gouvernement.

Aussi bien l’affaire des tunnels  que la campagne contre S. Nasrallah semblent donc être adressées au public israélien, en couvrant les déboires de Netanyahu, pour favoriser ses chances dans le prochain scrutin électoral prévu pour le printemps prochain.

Selon la chaine 12 israélienne, ce que les israéliens ont recherché le plus sur Google ces derniers jours a été le mot Nasrallah.

Le Hezbollah, parfaitement conscient de l’enjeu fait la sourde oreille. Pour les médias libanais dignes de ce nom, des sources du Hezbollah ont assuré que la plus proche apparition le SG aura lieu le 11 février prochain. Puis le 16. Deux dates fixes, chaque année, pour commémorer la révolution islamique en Iran et les commandants martyrs du Hezbollah. Et rien sur toute la valse qui tempête autour de lui.

S. Nasrallah ne manquera pas d’expliquer cela cette date-là. En attendant, il aura fait passer le message que c’est lui qui décide quand il faut parler…

Résistance politique Moyen-Orient: « Le Hezbollah représente la résistance face à Israël » (Michel Aoun)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 13 octobre 2018 by Résistance 71

 

Liban: Michel Aoun “Le Hezbollah représente la résistance face à Israël”

 

Stefano Mauro

 

6 octobre 2018

 

source en français:

https://www.investigaction.net/fr/liban-aoun-le-hezbollah-represente-la-resistance-face-a-israel/

 

« Une partie de l’opinion publique étrangère prétend que le Hezbollah est le principal problème de notre pays. Au contraire, le mouvement chiite représente la Résistance contre la menace israélienne, comme on l’a vu en 2000 et 2006 ». Interviewé par le journal français Le Figaro, le chrétien-maronite Michel Aoun, Président de la république libanaise, a clairement dénoncé les accusations persistantes des médias étrangers selon lesquelles le pays des cèdres est l’otage du Hezbollah.

Aoun a également précisé que, compte tenu de l’excellent climat de collaboration avec le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, un accord précis avec les milices chiites fait « partie intégrante du système de défense nationale, sous le commandement du Président qui est son chef ».

A propos des polémiques internes sur l’intervention chiite en Syrie, le président libanais a répété que l’action menée contre Daech et Al Nousra avait permis au pays des cèdres de résister à la menace djihadiste et au risque de désintégration en cantons ou régions communautaires et confessionnelles.

« Notre problème » – a déclaré Aoun – « est plutôt une ingérence étrangère dans nos politiques ainsi que les fréquentes provocations israéliennes à l’intérieur des frontières nationales ».

Une référence précise à l’épisode de lundi dernier où, pour la première fois, deux F-16 israéliens ont été interceptés par deux chasseurs russes et ont été forcés de retourner dans l’espace aérien de Tel-Aviv étant donné que, après le fait du II 20 qui a été abattu, Moscou a interdit officiellement l’utilisation de l’espace aérien libanais et syrien “pour des exercices militaires”.

Aoun a ensuite abordé la question de l’impasse politique interne. En effet, le Premier Ministre Saad Hariri n’a pas encore réussi à former un gouvernement pour le pays, quatre mois après la victoire de la coalition “8 mars” (Hezbollah et Amal pour les chiites, le Courant Patriotique Libanais d’Aoun pour les maronites, le Parti Communiste Libanais et d’autres partis minoritaires) sur celui du “14 mars” (le parti Mustaqbal de Saad Hariri pour les sunnites, le PSP druse de Jumblatt et les Forces Libanaises de Geagea pour les maronites).

« Notre coalition a une majorité au parlement avec 79 sièges sur 128 et essaie de jouer un rôle de médiateur pour former un gouvernement d’unité nationale et sortir de cette impasse», a déclaré le président libanais, «même si, derrière le veto du FL et du PSP pour obtenir des ministères de poids, il y a les Etats-Unis et leurs alliés saoudiens qui visent à déstabiliser le pays d’un point de vue politique et économique après avoir échoué avec l’arme du terrorisme djihadiste».

Le dernier “cadeau” de l’administration Trump a été la suspension du financement pour l’Unrwa dans le but d’obliger les pays de la diaspora à absorber les 500 000 palestiniens présents dans les camps de réfugiés du pays et à annuler définitivement leur “Droit de retour”.

Situation difficile confirmée par le secrétaire général du Hezbollah qui a déclaré qu’une «solution pour la formation d’un gouvernement est encore loin, principalement en raison de l’ingérence des Saoudiens et des Américains”. En ce qui concerne les attaques de Tel-Aviv contre de “prétendues” cibles du Hezbollah en Syrie ou aux passages dans le territoire libanais, Nasrallah a été péremptoire : « la Résistance est prête à toute éventualité et elle est plus forte que l’armée israélienne grâce à ses nouveaux armements et à son expérience en Syrie».

Déclarations qui ont déclenché des discussions dans la presse israélienne. Selon Yossi Melman, expert militaire et journaliste du quotidien Maariv, un rapport des services de renseignements israéliens révèle que le Hezbollah possède « un arsenal de plus de 120 000 missiles de dernière génération capables de frapper tout le territoire national pour lequel le système de défense Iron Dome serait inefficace “.

Selon Abdel Bari Atwan, rédacteur en chef du journal en ligne Rai Al Youm, « l’affirmation de Nasrallah ne serait ni fantaisiste ni exagérée, puisque le seul avantage de Tel-Aviv est l’utilisation de l’aviation que le Hezbollah ne possède pas ». « Un tel nombre de missiles anti-aériens » – conclut Atwan – « éliminerait cet avantage parce que le Hezbollah possède actuellement des unités spéciales, blindées et amphibies, qui rendraient difficile l’avancée terrestre sur le territoire libanais par Tel Aviv, après l’échec dans le conflit du 2006.”

Enfin, comme rapporté par le site israélien Debkafile, la décision de Moscou de fournir à la Syrie, et probablement au Hezbollah, le système de défense antimissile S-300 a suscité beaucoup d’inquiétude dans l’état-major de Tel-Aviv «car cela empêcherait tout type de raid aérien avec un risque élevé de pertes d’avions »

= = =

Lectures complémentaires:

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem

Manifeste pour la Société des Sociétés

Résistance à l’empire: L’Iran réplique à Daesh, mercenaires de la Couronne City de Londres (Dean Henderson)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 6 octobre 2018 by Résistance 71


N.O.M Ordo ab Chao

 

L’Iran réplique aux terroristes de la City de Londres

 

Dean Henderson

 

1er octobre 2018

 

url de l’article:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2018/10/01/iran-hits-back-at-londons-terrorists/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Hier le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran (CGRI) a ciblé ceux qui organisèrent l’attaque terroriste du 22 septembre sur une parade militaire dans la ville de Ahvaz, qui tua 30 personnes et en blessa 60 autres en Iran. Des femmes et des enfants furent ciblés. A la fois l’EI (EIIL/Daesh) et le groupe terroriste soutenu par l’Arabie Saoudite Al-Ahvaziya ont revendiqué l’attaque.

Alors que le public américain est instruit par les gérants de la perception de se focaliser uniquement sur le cirque de diversion  de l’affaire Kavanaugh (NdT: une sordide affaire d’abus sexuel lors d’une fête lorsque le nouvellement nommée juge de la Cour suprême des Etats-Unis était étudiant, nouvelle diversion du cirque politique incessant…), fait pour toujours diviser plus avant le pays le long de lignes de division politique et de genre, les patrons de réseau maçonnique de la City de Londres qui ont placé leur diviseur en chef sur le trône de leur province américaine par le moyen de leur maison de Cambridge Analytica du MI6, continuent de sonner la cloche de la division religieuse au Moyen-Orient tandis qu’ils attaquent les gouvernements nationalistes de la région qui ne veulent pas se plier aux diktats de l’empire ni donner leur pétrole à exploiter aux quatre cavaliers de l’apocalypse pétrolière de la City: BP Amoco, Royal Dutch/Shell (intérêts Rothschild), Exxon-Mobil et Texaco (intérêts Rockefeller).


Les 4 cavaliers de l’apocalypse pétrolière

Jusqu’ici, le projet agent de la City, celui du think tank Project for a New American Century (PNAC) et de sa liste des 7 pays à faire tomber, a été un total échec. L’Afghanistan, la Libye, l’Irak, la Somalie, le sud-Soudan et la Syrie sont devenus des chaudrons de chaos et de violence et le lit de ressentiment anti-colonial depuis la compréhension de l’échec de l’invasion de ces pays par les forces mercenaires par procuration de l’empire que sont les Daesh et autres groupes islamistes des banquiers de chez Rothschild.

Note de R71: Nous ne sommes pas d’accord avec Dean ici, ce projet est un succès partiel car le chaos règne au Moyen-Orient et l’Irak, la Libye, le Soudan sont tombés et morcelés, la Syrie est en ruine et potentiellement en phase d’être éclatée. L’entité sioniste continue de plus belle massacres, agressions en tout genre et oppression de la Palestine et le gros morceau qu’est l’Iran est menacé… Rappelez-vous, le but est le chaos.

Le 7ème pays sur cette liste est l’Iran. Alors que Trump et ses compères de l’oligarchie démocrate continuent de créer de grandes illusions au sommet pour faire croire qu’en fait ils sont bien différents, les sbires nouveaux cons / néolibéraux de la Couronne (City), continuent quant à eux leur croisade hégémonique au Moyen-Orient, malgré le paquet d’échecs qu’ils trimballent (NdT: n’oublions jamais que les guerres ne sont plus faites pour être gagnées.. mais pour durer, générer le plus de profits et créer le plus de chaos possible car selon la doctrine des chantres du NOM: l’ordre nouveau vient du chaos “Ordo ab Chao”…)


Les 3 cités du chaos contrôlé

L’Iran sera la mère de tous les échecs pour ces traîtres loyaux à la Couronne (City de Londres). Le président iranien Hassan Rohani a comparé l’assaut terroriste sur Ahvaz au 11/9 iranien et a juré une réponse rapide et décisive. Elle s’est produite hier.

La division aérospatiale du CGRI a lancé huit missiles sur les camps des terroristes de l’EIIL dans la vallée Est de l’Euphrate en Syrie. Beaucoup furent tués. Alors que l’occident continue de mentir au sujet de son combat contre l’EIIL, les Etats-Unis construisent une nouvelle base militaire en Irak à la frontière syrienne afin de protéger leurs mercenaires de Daesh. La base située près de la ville d’al Qa’im dans la province d’Anbar en Irak, facilitera l’évasion des agents de la Couronne (City) que sont les mercenaires de Daesh et qui sont en ce moment même sous le siège de l’armée syrienne à Idlib.

Le tumulte récent s’étant produit à Bassora (sud de l’Irak) représente une déstabilisation de plus contre l’Irak par la Couronne (City) à la suite des élections irakiennes qui ont amenee au pouvoir le parti communiste. Ceci après que l’Irak en ait déjà terminé avec les sbires kurdes de la CIA et viré l’EIIL de Mossoul près des champs pétroliers de Kirkouk.


La City de Londres, cœur de l’hydre

Cette attaque à Ahvaz en Iran et la construction de cette nouvelle base américaine dans la province d’Anbar montrent bien la faiblesse de la position des acolytes de la Couronne (City) dans la région. Leurs faux islamistes vrais mercenaires sont forcés à commettre des actes terroristes sur des femmes et des enfants et de se sauver pour survivre au travers de la frontière perméable irako-syrienne (NdT: n’oublions pas que l’EIIL/Daesh dont les mercenaires furent formés dans des bases américaines en Irak et en Jordanie, est venu d’Irak en Syrie par cette frontière en 2012, dans des convois protégés depuis les airs par les hélicoptères yankees…) pour éviter une annihilation totale.

L’attaque d’hier par les GRI sur Daesh en Syrie met une nouvelle claque au projet PNAC de la Couronne (City) et ses acolytes saoudiens et israéliens. L’Iran ne tolèrera pas d’action de la Couronne plongeant le 7ème pays de la liste noire à la De Molay dans la chaos.

Certaines personnes dans le monde ont toujours un sens des réalités, pour les autres, il y a toujours Kanavaugh. (NdT: et pour la France… le cirque macronien du futile et de l’imbécilité…)


City, jésuites & Banque d’Angleterre

= = =

Lectures complémentaires:

La maison Rothschild 

La_City_de_Londres_au_coeur_de_lempire

La Syrie attaquée par le bulldog de la Couronne

Comprendre pour en sortir:

Manifeste pour la Société des Sociétés

Que faire ?

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: Avertissement de Hassan Nasrallah à l’entité sioniste…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 23 septembre 2018 by Résistance 71

Ce qu’il y a de plus extraordinaire est que depuis des années et surtout depuis 2006, le public israélien ne se trompe pas et écoute toujours très attentivement le SG du Hezbollah parce qu’il sait qu’il ne ment pas, contrairement à ses politiciens corrompus. Il sait instinctivement qu’il doit faire plus confiance à Nasrallah qu’à son gouvernement fasciste quant à savoir de quoi il retourne dans la région.
Si Nasrallah est incontestablement une figure charismatique du mouvement, il est une figure politique de communication. Sa disparition (son assassinat) n’affecterait pas la structure de terrain acéphale et asymétrique du Hezbollah, ni son efficacité.
La structure organisationnelle clandestine du HB est sans aucun doute ce qu’il se fait de mieux au monde depuis des années. Si l’entité sioniste pénètre de nouveau au Liban, elle n’en ressortira que les pieds devant.

A lire absolument pour mieux comprendre ce qu’il se passe au Moyen-Orient depuis des décennies:

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem

 

~ Résistance 71 ~

 

Le message d’Hassan Nasrallah au public israélien

 

Al Manar

 

21 septembre 2018

 

url de l’article: http://french.almanar.com.lb/1051228

 

Dans son derniers discours, le secrétaire général du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah s’est adressé ouvertement au public israélien.

«Je voudrais dire aujourd’hui quelque chose qu‘ils (en allusion aux responsables israéliens, ndlr)  devraient savoir, mais je le dis pour que leur peuple le sache et prenne ses précautions, et pour que notre peuple le sache et soit confiant », a-t-il lancé le jeudi 20 septembre, dans son allocution prononcée pour la commémoration du deuil de Achoura.

Ce message se rapporte à la révélation qu’il faite durant son allocution, sur l’acquisition par le Hezbollah des missiles de haute précision, malgré les tentatives israéliennes effrénées pour l’en empêcher, notamment en bombardant des sites en Syrie.

« La Résistance possède désormais des missiles de haute précision, d’autres imprécis, ainsi que de capacités en armements, en quantités suffisantes pour qu’en cas de guerre imposée contre le Liban, Israël puisse faire face à un sort et à une réalité qu’il n’a jamais prévus un jour », a-t-il dit, mot pour mot.

Il avait auparavant signalé : «maintenant tout a changé. C’est ce que nous devrions savoir et que l’ennemi devrait savoir. Des changements importants ont eu lieu dans cette région. Il n’a pu les prévoir et il espérait certainement qu’ils ne pourraient avoir lieu».

Parmi ces changements, S. Nasrallah cite celui lié à l’armée israélienne. Il l’avait évoqué lors du discours prononcé pour la seconde commémoration de la libération du Liban des groupes takfiristes, le mois d’aoùt dernier. Il l’a rappelé.

Il avait alors défendu la thèse selon laquelle l’armée de terre israélienne est désormais incapable de réaliser un quelconque exploit en cas de guerre.

Il cite: « ils savent que la technologie à elle seule ne peut décider du sort d’une bataille et que le facteur humain y est décisif. C’est ce que les expériences des années 2000 et 2006 ont démontré. Ainsi que le fil des évènements récents. Regardez la médiocrité de la réponse israélienne lorsque j’ai soulevé cette question. Qu’est-ce qu’ils ont dit pour me répondre? Regardez leurs points faibles. Avant 1982, lorsqu’ils menaçaient le Liban, ils menaçaient d’envahir Beyrouth. Les entendez-vous souffler quelque chose sur l’invasion de Beyrouth ? Depuis l’an 2000 et jusqu’à nos jours. Disons plutôt depuis 2006 et jusqu’à aujourd’hui, ont-ils un jour menacé d’envahir le Liban et d’atteindre Beyrouth ? Celle-là est finie. Et pourquoi ? Parce que le fait d’envahir le Liban et de parvenir à Beyrouth a besoin de forces terrestres. Ceci ne peut être fait à travers la force aérienne, ni les missiles, ni les vedettes. Cette armée qui a envahi le Liban puis est arrivée à Beyrouth n’existe plus. Elle n’existe plus. Alors qu’au Liban, il y a autre chose. Raison pour laquelle, quelle a été leur réponse ? Nous allons détruire le Liban, nous allons effacer le Liban. Il se targue de leur force de frappe et non pas de leur facteur humain ».

Le numéro un du Hezbollah a tourné en dérision la nature de la riposte israélienne à ses révélations sur la déficience des forces terrestres israéliennes, lorsqu’ils ont dit non sans sarcasme qu’il les menace depuis son bunker. Estimant que c’est aussi un signe de faiblesse.

« Ils se sont tous moqué de moi en utilisant la même expression à peu près. Que untel parle depuis son bunker. Ma présence dans un bunker ou ailleurs, d’ailleurs je ne me trouve pas dans un bunker, ma présence donc dans un endroit quelconque et grâce à Dieu tout puissant, a permis de prolonger la vie de ce pauvre sujet de Dieu , alors que vous tentez jour et nuit de le tuer . C’est le signe de votre échec. C’est le signe de votre incapacité. Ce n’est pas important d’où je prononce mes discours, depuis un abri ou d’ailleurs. L’important est ce que qui se passe en dehors de mes discours ».

Et sayed Nasrallah de conclure cette partie de son discours adressé aux Israéliens, responsables et public confondus: « Et vous savez très bien ce que le Hezbollah vous a préparé comme forces, armements et comme capacités, sans oublier les missiles et combattants en grand nombre , des combattants pieux, d’une volonté de fer, d’une grande compétence, et dont certains aspects ont d’ailleurs été évoqués dans le livre  sur la furie à la maison blanche qui vient récemment d’être publié aux Etats-Unis. Vous savez très bien que le Hezbollah ne se limite pas à un untel qui se trouverait dans un abri. La question est beaucoup plus grande. Cette description est à mon avis la preuve de la médiocrité de la logique israélienne, de la déficience des médias israéliens et de la fragilité de leur alibi ».

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: Un peu d’anti-propagande occidentale sur l’Iran… avant la bagarre ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, documentaire, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique with tags , , , , , , , , , , , , , , on 5 septembre 2018 by Résistance 71


Téhéran et ses montagnes

 

Hello, ils vous ont menti au sujet de l’Iran !

 

André Vltchek

 

21 août 2018

 

Source:

https://www.investigaction.net/en/hello-they-lied-to-you-about-iran/ 

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Avez-vous seulement considéré la possibilité que tout ce que vous avez appris sur le monde dans les médias occidentaux n’est que mensonge et fabrication ?…

Je suis sûr que vous l’avez envisagé, du moins récemment, lorsque l’insanité des médias occidentaux et leur propagande devient claire et évidente. Mais à quel degré avez-vous été endoctriné ?

Si vous vivez en Europe ou en Amérique du Nord, à quel point êtes-vous empoisonné par les mensonges au sujet de Cuba, du Vénézuéla, de la Russie et de la Chine, de la Corée du Nord et oui, au sujet de l’Iran également ? êtes-vous au-delà de toute guérison possible ? Si vous voyiez la vérité, si vous étiez confronté à la réalité, pourriez vous les reconnaître ? ou les percevriez-vous comme de la propagande et des mensonges ?

Je viens juste de quitter Téhéran, une ville à la très longue histoire et grande culture, remplie de musées, de théâtres, de superbes parcs remarquablement entretenus saupoudrés de culture et de sculptures modernes. C’est une ville aux transports publics modernes et totalement subventionnés, consistant en un métro de haute technologie, de voies de bus écologiques ainsi qu’un grand réseau de trains de banlieues. Une ville aux nombreux arbres, grands et sains, aux places tranquilles, aux cafés élégants et au peuple d’une rare gentillesse et hautement éduqué.


Université de Téhéran

Une ville qui pourrait parfaitement faire partie du classement des “10 meilleures villes du monde”, si elle n’était pas la capitale d’un pays que l’occident tente de ruiner, d’abord avec des sanctions économiques d’une injustice débordante et puis qui sait, au moyen d’une invasion militaire…

Que savent les occidentaux au sujet de l’Iran ? Que leur a t’on dit ? Je pense que l’image que veut projeter les merdias est celle de l’Iran, pays de l’islam radical, une sorte d’Arabie Saoudite chiite, peut-être pire. Bien pire, puisque l’Arabie Saoudite, proche alliée de l’occident, de Londres et de Washington (NdT: et de Tel Aviv…), ne peut pas être touchée en occident, quelque soit la barbarie et la terreur qu’elle répand chez elle et dans le monde.

Ceux qui connaissent à la fois Djeddah et Téhéran rient d’une telle comparaison. L’Arabie Saoudite et sa demie-colonie du Bahreïn, malgré leur richesse issue de la manne pétrolière, font parties des sociétés faisant preuve du moins de compassion sur cette planète, où la misère se frotte à la richesse repoussante, dégoulinante de vulgarité et son prosélytisme crâne.

L’Iran est essentiellement un pays socialiste, internationaliste et en solidarité totale avec les opprimés et les nations en lutte de notre planète. Non je ne parle pas seulement de la Syrie, du Yémen et de la Palestine ; mais aussi de Cuba, du Vénézuéla et de bien d’autres. Vous ne le saviez pas ? Aucune surprise: vous n’êtes pas supposés le savoir !…


Musée, Université, Téhéran

Vous êtes aussi supposés demeurer ignorants au sujet du système social iranien, clairement socialiste. Education gratuite, santé gratuite, transports publics modernes et culture subventionnés, très grands espaces publics et dans une certaine mesure, un gouvernement fort et au moins partiellement, une planification centralisée.

Note de R71: Nous ne faisons en rien une apologie de “l’état iranien” en traduisant cet article, notre position est claire depuis le départ sur le sujet: A bas l’État, quel qu’il soit !  cet ennemi viscéral des peuples. Nous publions cet article dans le seul souci de contre-balancer la propagande ambiante avec des informations de gens qui ont vu, visité et analysé le pays. L’auteur de cet article n’est pas le seul. Les chiens de guerre ne font que construire le mensonge permanent pour justifier de leurs actes d’agression et de guerre à l’encontre de nations dissidentes à l’ordre mondial occidental ethnocentrique et génocidaire. L’Iran est le grand pays de la région dont la tête doit orner le mur du bureau central, poliburo oligarque Inc.

Malgré les sanctions absolument injustes et terribles imposées, bien qu’avec quelques interruptions, par Washington et ses alliés, l’Iran reste debout et grandie, essayant contre vents et marées de s’occuper au mieux de son peuple. Et malgré ce à quoi les Iraniens doivent faire face, ils ne trichent pas et ne volent pas. La monnaie s’est effondrée après que Washington ait imposé de nouvelles sanctions les plus bizarres, déclenchant la frustration et certaines manifestations de mécontentement. Mais la grande majorité des Iraniens sait parfaitement qui est le coupable de cet état de fait et il n’est un secret pour personne que l’opposition est le plus souvent financée et pilotée depuis l’occident.

La plupart des visiteurs n’y comprennent rien au système monétaire et au taux de change. Je ne fais pas exception à cette règle. Lorsque je sois payer, je donne simplement mon porte-feuille aux chauffeurs de taxi ou aux serveurs de restaurant et ils y prennent l’argent nécessaire au paiement. J’ai contrôlé avec mes collègues iraniens: la somme prise à chaque fois est toujours la somme dûe.

Les Iraniens ne font jamais montre d’une “fièreté arrogante”, ils ne font que montrer la fièreté décente et déterminée d’une nation à la culture millénaire, qui sait parfaitement bien qu’elle est du bon côté de l’Histoire.

On nous a répété à quel point l’Iran était religieuse ; mais à l’encontre de l’Arabie Saoudite ou de l’Indonésie (NdT: succursale saoudienne), la religion ici ne vous est pas jetée en pleine figure. Elle n’est pas agitée en permanence comme un drapeau. En Iran, la religion est quelque chose d’interne, de profond, qui est exprimée humblement et sans tapage. Alors que les mosquées de Djakarta diffusent à longueur de journées par leurs hauts-parleurs, des sermons entiers, où les gens sont maintenant jetés en prison pour avoir critiqué cette imposition brutale de la religion sur le public au sens large, je n’ai presque pas pu détecter l’Adhan (l’appel à la prière) à Téhéran. La grande majorité des passantes féminines de Téhéran ne couvrent leurs cheveux que symboliquement, un tiers, ou même un quart gardant leurs cheveux exposés.

Mais l’occident n’infligera jamais de sanctions économiques sur l’Indonésie ni ne s’y opposera de quelque manière que ce soit et peu importe la brutalité démontrée sur son propre peuple: Washington, Londres et Canberra ont déjà ruiné son orientation socialiste avec le coup d’état de 1965 (NdT: voir ou revoir l’excellent film de Peter Weir “L’année de tous les dangers” sur le sujet avec Mel Gibson et la toujours exceptionnelle Helen Hunt…). Djakarta est maintenant asservie, obéissante, anti-communiste et turbo-capitaliste. Il n’y a plus rien de public, tout est privatisé (pillé). Les élites ont totalement pillé le pays pour le bien de l’occident. Les religions en Indonésie sont utilisées pour maintenir en place le régime fasciste pro-occidental.

L’Iran en est totalement opposé: son interprétation de la religion est “traditionnelle”, comme elle le fut avant même que l’occident ne parvienne à en faire dérailler l’essence dans tant de parties du monde. Elle est socialiste, emplie de compassion, spirituelle et oui, internationaliste. A l’encontre d’endroits comme Djeddah ou Djarkarta où sortir pour manger est maintenant le summum de la vie culturelle (et souvent la seule véritable option pour “jouir un peu de la ville”), Téhéran offre beaucoup de cinémas d’art et de qualité (les films iraniens sont parmi les meilleurs et les plus intellectuels produits au monde, NdT: voir pour s’en convaincre le petit chef-d’œuvre qu’est “Les enfants du ciel” de Majid Majidi, 1997, qui est dans la lignée du célèbre “Voleur de bicyclette”, de Vittorio De Sica, 1948 ou “Baran”, “La pluie” du même Majidi, 2001), des musées et des galeries d’art de classe mondiale, de très grands espaces publics ainsi qu’un grand nombre de facilités sportives et de loisirs, incluant des parcs superbes et remarquablement entretenus.

Vous voulez être suspendu à un câble et voler au dessus d’une vallée près d’une des plus grandes tours de télévision au monde ? Vous pouvez le faire à Téhéran. Vous voulez voir une série des tous derniers films chinois d’art et essai ? Vous le pouvez dans ce magnifique palace du cinéma appelé le Musée du Cinéma. Peut-être voudriez-vous voir des pièces de théâtres de Tennessee Williams ou de Tchékov, en farsi ?… Pourquoi pas ?

Bien sûr vous pouvez aussi rester assis dans votre voiture dans un embouteillage  comme vous le feriez à Riad ou Djakarta, mais vous pourriez tout aussi bien vous déplacer vite et facilement à travers la ville avec le système de métro très moderne. Vous pouvez flâner sur les grands trottoirs à l’ombre de grands arbres.

Que vous a t’on dit d’autre ? Que vous ne pouvez pas regarder une femme dans les yeux sous peine d’être lapidé ? Les couples se tiennent par la main partout à Téhéran et les filles ennuyées ou harassées giflent les hommes, souvent à titre de taquinerie, parfois sérieusement.

Mais le croiriez-vous si vous le voyiez ?… Ou est-ce trop tard, et avez-vous atteint le point de non-retour ?…

Un jour, un chauffeur de taxi m’emmenant de mon hôtel aux studios de Press TV m’a désespérément dit:

“Les Européens qui viennent ici même pour la première fois ne veulent pas apprendre. Même s’ils viennent pour la toute première fis, ils arrivent à l’aéroport, montent dans mon taxi et commencent à prêcher, à m’expliquer ce qu’il se passe dans mon propre pays ! Ils viennent tous avec la même histoire, avec la même critique de l’Iran. Il n’y a aucune diversité ! Comment peuvent-ils se prévaloir de venir de pays démocratiques s’ils pensent tous la même chose ?..”

A Téhéran, la diversité de pensée est absolument renversante. Avec mes collègues et camarades , on discute de tout, de la guerre en Yougoslavie, de l’Amérique Latine et bien entendu de l’Iran. Ils veulent toujours savoir sur la Russie et la Chine. J’adore ce que j’y vois et ce que j’y entends ; lorsque les gens sont curieux, respectueux des autres cultures, c’est toujours un excellent début !

L’Iran saigne, souffre, mais est forte. Tout le monde ici n’est pas d’accord avec la politique du gouvernement (bien que la plupart des Iraniens soutiennent leur gouvernement), mais tout le monde est déterminé à lutter et à défendre son pays s’il est attaqué économiquement ou par d’autres moyens.

Quand je viens ici, j’ai cette envie impolie, je veux crier à mes lecteurs: Venez ici et venez y apprendre quelque chose ! L’Iran n’est bien sûr pas parfaite, mais vraie, ici la vie est réelle et tout autant l’est son peuple. Grâce à leur culture et à leur histoire, ils savent comment séparer une pierre précieuse d’un simple caillou, la pensée pure de la propagande, le capitalisme bon marché et mortifère de la grande poussée pour un monde meilleur. Si vous ne me croyez pas, regardez simplement leurs films: un chef-d’œuvre après l’autre.

C’est peut-être pourquoi l’occident veut d’abord ruiner puis détruire ce pays. Pour l’occident, l’Iran est “dangereux”. L’Iran est dangereux et même mortel pour l’arrangement impérialiste du monde, tout comme la Russie, la Chine, Cuba, le Vénézuéla, La Bolivie le sont également.

Ruiner l’Iran ne sera pas chose facile. Je dirai même, cela peut-être impossible. Son peuple est trop intelligent, déterminé et fort. L’Iran n’est pas seul, il a beaucoup d’amis et de camarades. Mêmes ses voisins, la Turquie et le Pakistan sont en train de changer rapidement de direction et de s’éloigner de l’occident.

Ne me croyez pas sur parole. Venez et constatez par vous-mêmes. Mais ne prêchez pas: posez des questions et puis SVP, asseyez-vous, écoutez et apprenez quelque chose ! Ce pays a plus de 7000 ans d’histoire. Au lieu de le bombarder, lisez ses poètes, regardez ses films et apprenez de sa position internationale ! Et alors, alors seulement, décidez, si l’Iran est vraiment votre, notre ennemi ou un cher camarade et ami.


Pont piéton Téhéran

Guerre impérialiste en Syrie: Demande officielle du gouvernement syrien pour que le Hezbollah reste en Syrie

Posted in actualité, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, politique et social, résistance politique with tags , , , , , , , , , , on 28 août 2018 by Résistance 71

Lecture complémentaire:

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem

 

La Syrie demande au Hezbollah de rester sur son territoire après le conflit

 

Al Manar

 

25 août 2018

Source: https://www.presstv.com/DetailFr/2018/08/25/572170/Syrie–Hezbollah–maintient-sa-prsence

 

Selon le journal libanais Al-Akhbar le gouvernement syrien a officiellement appelé le mouvement de la Résistance islamique libanaise, Hezbollah à maintenir sa présence dans ce pays même après la fin des combats militaires du Nord.

Selon une demande officielle du gouvernement syrien, le Hezbollah maintiendra sa présence en Syrie, a rapporté l’agence de presse iranienne Mehr, citant Al-Akhbar.

D’après cette nouvelle, les forces du Hezbollah resteront en Syrie une fois que les combats auront pris fin sur les axes nord-ouest et nord-est de la Syrie.

Al-Akhbar a rapporté que le terrain a été rendu propice pour que le Hezbollah maintienne sa présence en Syrie, le plus longtemps possible.

Le Hezbollah devrait aider le gouvernement syrien dans le domaine de la réconciliation nationale et du retour des déplacés depuis le Liban. Ce mouvement a été également chargé de superviser des frontières syro-libanaises.

Nawaf Al Moussaoui, député du Hezbollah au Parlement a déclaré le jeudi 23 août au micro de la chaîne de télévision libanaise Al-Mayadeen que le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane s’était engagé à reconstruire entièrement la Syrie et garantir le maintien au pouvoir à vie du président Bachar Assad, à cette condition qu’il rompe définitivement ses relations avec l’Iran et le Hezbollah, proposition qui s’est heurtée à l’opposition catégorique du chef d’État syrien.

Pendant ces derniers mois, certains pays occidentaux et le régime israélien ont réclamé le retrait des forces du Hezbollah ainsi que des conseillers iraniens de la Syrie.

Les responsables syriens ont déclaré à plusieurs reprises que la présence de ces forces est basée sur une demande du gouvernement visant à aider Damas à mettre au pas les groupes terroristes takfiristes.

« La présence iranienne est légale, car, contrairement à la présence américaine, elle est basée sur une demande du gouvernement », a expliqué le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Mouallem qui a précisé: « La Syrie, en tant qu’État souverain, se réserve le droit de choisir ses alliés dans la lutte contre le terrorisme ».

Le secrétaire général  du Hezbollah Seyyed Hassan Nasrallah, a dénoncé le maintien de troupes américaines en Syrie, y voyant un prétexte pour avoir des bases au Moyen-Orient.

« Prétextant Daech, les États-Unis veulent rester en Syrie », a-t-il dénoncé lors de cette allocution télévisée au mois de janvier.

« Les Irakiens et les Syriens sont capables d’empêcher le retour de Daech et ils n’ont pas besoin de bases américaines ou de forces américaines », a-t-il martelé.