Archive pour aldous Huxley retour au meilleur des mondes 1958

Analyse et réflexions sur la dictature post-moderne : Retour vers le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley (version PDF)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , on 2 décembre 2021 by Résistance 71

Le Meilleur des Mondes vs Sté des Sociétés

Résistance 71

2 décembre 2021

Merci à Jo de nous a voir fait ce superbe PDF pour cet essai des plus intrigants et visionnaires publié en 1958 par Aldous Huxley dans lequel, 27 ans après la publication de son « Meilleur des mondes », il revient sur sa fable à l’aune de ce que l’histoire nous a dévoilé depuis. Intrigant et d’une actualité brûlante en ces temps de dictature sanitaire tournant au totalitarisme total pas à pas. Nous avons publié ce texte en 3 parties le mois dernier. Le voici réuni en un seul épisode sous format PDF.
A lire et diffuser sans aucune modération…

Format PDF
Aldous_Huxley_Retour_au_Meilleur_des_Mondes

maldetete

Analyse et réflexions sur la dictature post-moderne : retour au meilleur des mondes d’Aldous Huxley ~ 3ème et dernière partie ~

Posted in actualité, colonialisme, crise mondiale, guerres imperialistes, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 14 novembre 2021 by Résistance 71

“La science a pour mission unique d’éclairer la vie et non de la gouverner.”
“La vie non la science crée la vie ; l’action spontanée du peuple lui-même peut seule créer la liberté populaire.”
~ Michel Bakounine ~

AH3

Le meilleur des mondes revisité (larges extraits)

Aldous Huxley

Essai, 1958

~ Traduction des extraits Résistance 71 ~

Novembre 2021

1ère partie
2ème partie
3eme partie

IX – La persuasion subconsciente

Dans une note de bas de page de l’édition 1919 de son livre “L’interprétation des rêves”, Sigmund Freud attirait l’attention sur le travail du Dr Poetzl, un neurologue autrichien, qui avait récemment publié un article décrivant ses expériences avec le tachistoscope un instrument qui vient sous deux formes : une boîte à images dans laquelle une personne regarde une image qui n’est exposée qu’une toute petite fraction de seconde et une sorte de “lanterne magique” avec un diaphragme à haute vitesse capable de projeter très très brièvement une image sur un écran. Dans ces expériences “Poetzl demanda aux sujets de dessiner ce qu’ils avaient consciemment remarqué d’une image exposée à leur vue par le tachistoscope… Il se tourna ensuit vers leurs rêves, rêvés la nuit suivant leur exposition à l’image et leur demanda de dessiner la plus grande portion de ce qu’ils se rappelaient de leurs rêves. Il fut démontré sans erreur possible que des détails exposés par les dessins des sujets reproduisaient l’objet exposé par la machine et qui n’avait pas été consciemment remarqué par les sujets et que cet objet avait fourni l’ossature matérielle de la construction des rêves.

L’expérience de Poetzl a été reproduite à maintes reprises avec des modifications et quelques peaufinages ; le plus récemment par le Dr Charles Fisher, qui a contribué à trois excellents articles sur le sujet des rêves et de “la perception pré-consciente” dans le Journal de l’Association Américaine des Psychanalystes.

[…] La science pure ne le demeure pas indéfiniment. Tôt ou tard, elle se transformera en science appliquée et finalement en technologie. La théorie se module en pratique industrielle, la connaissance devient des formules de pouvoir et les expériences de laboratoire se métamorphosent, et émergent en bombe H. Dans le cas présent, ce petit bout de science pure de Poetzl et toutes les autres pièces du science pure dans le domaine de la perception pré-consciente, gardèrent leur pureté scientifique pour un très long moment ce qui est bien surprenant en soi. Puis, au début de l’automne 1957, exactement 40 ans après la publication de l’article original de Poetzl, fut annoncé que leur pureté appartenait maintenant au passé. Elle est passée dans le domaine de la science appliquée et entrée le mode de la technologie. L’annonce a causé un certain remue-ménage, on en parla et on écrivit à ce sujet partout dans le monde. Et sans surprise, la nouvelle technique appelée “la projection subliminale”, fut intimement associée avec le spectacle de masse et dans la vie des êtres humains civilisés, le spectacle joue un très grand rôle, le même que celui de la religion au moyen-âge. On a donné bien des surnoms à notre époque “L’âge de l’angoisse”, “L’âge atomique”, “L’âge de l’espace”, on pourrait avec raison aussi l’appeler “L’âge de l’addiction à la télévision”, “L’âge des feuilletons”, ou “L’âge du disque-jockey”. Dans une telle époque, l’annonce que la science pure de Poetzl a été appliquée à une forme de technique de projection subliminale ne manque pas d’attirer l’attention des masses distraites. Car la technique les ciblait et le but était de manipuler leurs esprits sans qu’ils en soient conscients

[…]

Est-ce que la publicité subliminale marche vraiment ? La preuve produite par l’industrie du spectacle de l’efficacité de cette projection subliminale fut vague et d’un point de vue scientifique très insatisfaisante.

[…]

J’ai négligé l’impact de Poetzl lorsque j’ai rédigé “Le Meilleur des mondes”. Il n’y a aucune référence dans ma fable à la projection subliminale. C’est une erreur par omission que je corrigerai sans aucun doute si je devais réécrire le livre.

X – Hypnopaedia

A la fin de l’automne 1957, le Woodland Road Camp, institution pénitencière du County de Tulare en Californie, est devenu la scène d’une curieuse et intéressante expérience. Des hauts-parleurs miniatures furent placés sous les oreillers d’un groupe de prisonniers qui s’étaient portés volontaires pour servir de cobayes dans une expérience psychologique. Chacun des oreillers étaient raccordés à un phonographe dans le bureau du directeur de l’institution. Toutes les heures pendant la nuit, un message inspirationnel était chuchoté répétitivement, il s’agissait d’un message court sur les “principes de vivre moralement”. Se réveillant vers minuit, un prisonnier pouvait entendre cette voix vantant les vertus cardinales ou murmurant de la part de son second moi plus bienveillant “Je suis emplis d’amour et de compassion pour tous, pour la gloire de dieu.”

Après avoir lu au sujet de cette expérience de Woodland, je retournais au second chapitre de mon “Meilleur des Mondes”. Dans ce chapitre, le directeur du programme d’incubation et de conditionnement pour l’Europe occidentale explique à un groupe de conditionneurs fraîchement arrivés, le fonctionnement de ce système contrôlé par l’État d’éducation éthique connu en ce 7ème siècle après Ford, sous le nom d’hypnopaedia.

[…]

Un article de Theodore X. Barber “Sommeil et hypnose”, paru dans le “Journal d’hypnose clinique et expérimentale” en octobre 1956, est des plus éclairant. Mr Barber fait remarquer qu’il y a une différence significative entre le sommeil léger et le sommeil profond. En sommeil profond, l’électroencéphalogramme n’enregistre aucune onde alpha, c’est en phase de sommeil léger que celles-ci font leur apparition. A cet égard, le sommeil léger est plus proche de l’état de veille et de celui d’hypnose (dans les deux cas les ondes alpha sont présentes) que ne l‘est le sommeil profond. […] Une personne en sommeil profond ne peut pas être suggérée. Mais lorsque des sujets en sommeil léger sont suggérés, ils répondront au stimulus. Mr Barber a également trouvé qu’ils répondent de la même manière à des suggestions lorsqu’ils sont dans une transe hypnotique.

[…] Ainsi, pour un dictateur en herbe, la morale de ceci est claire comme de l’eau de roche. Sous les bonnes conditions, hypnopaedia marche, elle marche autant semble t’il que l’hypnose. La plupart des choses qui peuvent être faites avec des gens sous hypnose peuvent être faites avec des personnes en phase de sommeil léger. Des suggestions verbales peuvent être passées au travers du cortex somnolent au cerveau moyen, au rachis et au système nerveux autonome. Si les suggestions sont bien faites et répétées fréquemment, les fonctions corporelles du dormeur peuvent être améliorées ou placées sous interférence, de nouveaux schémas de sentiments peuvent être installés et les plus anciens modifiés, des commandements post-hypnotique peuvent être donnés, des slogans, formules et mots déclencheur d’action peuvent être intégrés dans la mémoire.

Les enfants sont de meilleurs sujets hypnopaediques que les adultes et le dictateur en herbe gagnerait un gros avantage du fait que les enfants dans les écoles maternelles soient traités au moyen de suggestions hypnopaediques durant leur sieste d’après-midi.

[…]

Les idéaux de la démocratie et de la liberté se confrontent au fait brutal de la suggestion humaine. Un cinquième de chaque électorat peut être hypnotisé pratiquement en un clin d’œil, un septième peut avoir sa douleur réduite avec des injections salines placebo, un quart va répondre rapidement et de manière enthousiaste à l’hypnopaedia. Et on peut ajouter à toutes ces minorités trop coopératrices, les minorités lentes au démarrage et donc le facteur de conditionnement moins extrême peut-être effectivement exploité par quiconque connait son affaire et est préparé à  passer du temps et de la sueur.

La liberté individuelle est-elle compatible avec un haut degré de conditionnement ? Les institutions démocratiques peuvent-elles survivre à la manipulation de l’intérieur de manipulateurs d’esprit entraînés dans la science et l’art d’exploiter la suggestion faite à la fois aux individus et aux foules ? Jusqu’où peut-on pousser l’exploitation du conditionnement par des hommes d’affaire, des religieux ou des politiciens dans et en dehors des cercles du pouvoir. Jusqu’à quel point cela peut-il être contrôlé par la loi ? Explicitement ou implicitement, les deux premières questions ont été discutées dans les articles précédents. Dans ce qui suit, je vais considérer les problèmes de la prévention et du soin.

AH_Island

XI – Education pour la liberté

L’éducation pour la liberté doit commencer par établir les faits et énoncer les valeurs, et se doit de développer des techniques appropriées pour réaliser ces valeurs et combattre ceux qui, pour quelque raison que ce soit,  choisissent d’ignorer les faits ou de nier les valeurs.

[…]

Toutes les preuves disponibles établissent la conclusion que dans les vies des individus et des sociétés, l’hérédité n’est pas moins significative que la culture. Chaque individu est biologiquement unique et différent de tous les autres individus. La liberté est donc un grand bien, la tolérance une grande vertu et la réglementation un grand malheur. Pour des raisons pratiques ou théoriques, des dictateurs, des organisations et certains scientifiques sont anxieux de réduire la folle diversité des humains vers une sorte d’uniformité plus gérable.

[…]

Si les êtres humains faisaient partie d’une espèce véritablement sociale et si leurs différences individuelles pouvaient être complètement aplaties par un conditionnement approprié, alors il n’y aurait de fait aucun besoin de liberté et l’État serait justifié de persécuter les hérétiques qui la demanderaient. Pour la termite individuelle, servir la termitière à 100% est la parfaite liberté. Mais les humains ne sont pas totalement sociaux, ils ne sont que modérément grégaires. Leurs sociétés ne sont pas des organismes comme une ruche ou une fourmilière, ce sont des organisations, en d’autres termes des machines ad hoc pour la vie collective.

[…] Dans le meilleur des mondes de ma fable, un comportement social désirable et adéquat était assuré par un double processus de manipulation génétique et de conditionnement post-natal. Les bébés étaient cultivés dans des éprouvettes et bouteilles et un très haut niveau d’uniformité dans le produit humain était assuré par l’utilisation d’ovules d’un nombre très limité de mères et en traitant chaque ovule de telle façon qu’il se divisait et se divisait encore produisant des jumeaux identiques par groupes de cent sujets ou plus. De cette façon il fut possible de produire des esprits machiniques standardisés pour des machines standardisées. La standardisation des esprits machiniques était perfectionnée après la naissance par hypnopaedia infantile et euphorie chimiquement induite comme substitut à la satisfaction de se sentir libre et créatif. […] La standardisation génétique des individus n’est pas encore possible mais Big Gouvernement et Big Business possèdent déjà ou vont bientôt posséder toutes les techniques de manipulation des esprits décrites dans “Le meilleur des mondes”, ainsi que d’autres pour lesquelles je n’ai pas eu assez d’imagination pour les créer dans mes écrits. Sans la capacité d’imposer l’uniformité génétique sur les embryons, les dirigeants du monde surpeuplé et sur-organisé de demain essaieront  leur uniformité sociale et culturelle sur les adultes et leurs enfants. Pour ce faire, ils utiliseront (à moins qu’on les en empêche) de toutes les techniques de manipulation des esprits à leur disposition et n’hésiteront pas de renforcer ces méthodes de persuasion non-rationnelle par la coercition économique et des menaces de violence physique. Si nous voulons éviter ce genre de tyrannie, nous devons commencer de nous éduquer sans plus tarder, nous et nos enfants à la liberté et à l’auto-gouvernement.

[…]

Dans leur propagande anti-rationnelle, les ennemis de la liberté pervertissent systématiquement les ressources de la langue afin de moquer ou d’écraser leurs victimes et les faire penser, ressentir comme ces manipulateurs de conscience le désirent.

[…] Une telle éducation afin de distinguer entre les bonnes et mauvaises interprétations des symboles pourrait être inaugurée immédiatement. De fait, cela aurait pu avoir commencé ces dernières trente ou quarante dernières années. Et pourtant les enfants sont très loin d’apprendre de quelque manière systémique que ce soit, à distinguer la vérité du mensonge, le vrai du faux ou des déclarations sensées ou insensées. Pourquoi donc ? Parce que leurs aînés, ce, même dans les pays “démocratiques”, ne veulent pas leur donner ce genre d’éducation. Dans ce contexte, la brève et bien triste histoire de l’Institut d’Analyse de la Propagande est très significative. L’institut fut fondé en 1937 lorsque la propagande nazie était la plus assourdissante, par Mr Filene, le philanthrope de la Nouvelle-Angleterre… et ferma en 1941.

[…]

La propagande qui est à la fois insensée et immorale peut être directement rejetée. Celle qui est juste irrationnelle mais compatible avec l’amour et la liberté non pas sur des principes opposés à l’exercice de l’intelligence, peut être provisoirement acceptée pour ce qu’elle vaut.

XII – Que faire ?

Nous pouvons être éduqués pour la liberté et ce bien mieux que nous ne le sommes maintenant. Mais la liberté, comme j’ai tenté de le démontrer, est menacée de bien des directions et ces menaces sont de bien différentes sortes : démographique, sociale, politique, psychologique. Notre maladie a une multiplicité de causes concomitantes et ne pourra pas être soignée à moins que ce ne soit par une multiplicité de remèdes concomitants.

[…]

Il est parfaitement possible pour un homme d’être sorti de prison et pourtant de ne pas être libre. De n’être sous aucune contraint physique et pourtant être un captif psychologique, forcé de penser, de ressentir et d’agir comme le représentant de l’État national ou de quelque intérêt privé au sein de la nation qui lui dicte sa façon de penser, de ressentir et d’agir.

[…] La victime d’une manipulation de l’esprit, psychologique, ne sait pas qu’elle en est la victime. Pour elle, les murs de la prison sont invisibles et elle croit en les bonnes lois et que celles-ci vont rester et être utilisée à la lettre, mais ces formes libérales ne feront que masquer et valider une profonde substance non-libérale.

[…]

Mais c’est maintenant devenu un fait historique que les moyens de production sont en train de rapidement devenir la propriété monopoliste de Big Business et Big Gouvernement. De ce fait, si vous croyez en la démocratie, faites tous les arrangements possibles pour distribuer la propriété le plus largement possible.

Ou prenez par exemple le droit de vote. En principe, c’est un grand privilège. En pratique, comme l’a incessamment montré l’histoire récente, le droit de vote en lui-même, n’est en rien garantie de liberté. Ainsi, si vous voulez éviter le dictature par referendum, brisez les collectifs de la société moderne qui ne fonctionnent pour ainsi dire pas et transformez-les en groupes auto-gouvernés d’associations volontaires, capables de fonctionner en dehors de tous systèmes bureaucratiques de Big Business et Big Gouvernement.

La surpopulation et la sur-organisation ont produit la métropole moderne, dans laquelle une vie humaine riche et pleine de relations personnelles multiples est devenue pratiquement impossible. Donc, si vous souhaitez éviter l’appauvrissement spirituel des individus et de sociétés entières, quittez les métropoles et faites revivre la petite communauté campagnarde, ou alors humanisez les métropoles en créant en leur sein un réseau d’organisation mécanique, l’équivalent urbain des petites communautés rurales, dans lequel les individus peuvent se rencontrer et coopérer en tant que personnes complètes et non pas comme de simples personnalisations de fonctions spécialisées.

Tout ceci est évident aujourd’hui comme cela l’était il y a 50 ans.

[…]

En France, pendant et après la seconde guerre mondiale, Marcel Barbu et ses suiveurs mirent en place un certain nombre de communautés de production auto-gouvernées, non hiérarchiques, qui étaient aussi des communautés d’entraide et de vie pleinement humaine. Dans le même temps, à Londres, l’expérience de Peckham a démontré qu’il est possible, en coordonnant les services de santé avec les intérêts plus larges du groupe, de créer une véritable communauté et ce même en métropole.

Nous voyons dès lors, que la maladie de la sur-organisation a été perçue de longue date, que bien des remèdes compréhensifs ont été prescrits et que des traitements expérimentaux des symptômes ont été tentés ça et là, souvent avec beaucoup de succès. Et pourtant, malgré toute la prêche et la pratique exemplaire, la maladie se développe et empire. Nous savons qu’il est dangereux de permettre au pouvoir d’être concentré entre les quelques mains d’une oligarchie dirigeante, quoi qu’il en soit, le pouvoir devient toujours plus concentré en de moins en moins de mains. Nous savons que, pour la plupart des gens, la vie dans une grande ville est totalement anonyme, atomique, moins que pleinement humaine, et pourtant les grandes villes sont en croissance exponentielle et les schémas de la vie industrielle urbaine demeurent inchangés. Nous savons que dans une société large et complexe, la démocratie n’a aucun sens sauf dans des relations entre groupes autonomes de taille adéquate, mais de plus en plus des affaires des nations se retrouvent gérées par la bureaucratie de Big Gouvernement et Big Business. Il n’est que trop évident que, en pratique, le problème de la sur-organisation est presque aussi difficile à résoudre que le problème de la surpopulation. Dans les deux cas, nous savons ce qui doit être fait, mais dans aucun des cas n’avons nous été jusqu’à présent capables d’agir effectivement sur notre connaissance.

A ce point, nous nous retrouvons confrontés à une question très troublante : désirons-nous vraiment agir sur notre connaissance ?… Est-ce qu’une majorité de la population pense que cela vaut la peine de se mettre dans l’embarras afin d’arrêter et si possible, renverser la dérive actuelle vers un contrôle totalitaire de tout. Aux Etats-Unis, et ce pays est l’image prophétique du reste du monde industrialisé comme il le sera dans quelques années d’ici, des sondages d’opinion publique récents ont révélé qu’une majorité d’adolescents, les électeurs de demain, n’ont aucune confiance dans les institutions démocratiques, ne voient aucune objection à la censure d’idées impopulaires, ne croient pas que le gouvernement du peuple par le peuple soit possible et seraient parfaitement satisfaits de continuer à vivre dans le style auquel ils sont habitués, d’être dirigés d’en haut par une oligarchie d’experts associés. Que tant de jeunes téléspectateurs bien nourris de la démocratie la plus puissante du monde soient complètement indifférents à l’idée d’auto-gouvernement, soient si directement désintéressés par la liberté de pensée et le droit à ne pas être d’accord est déprimant certes, mais pas si surprenant que cela.

[…]

“En fin de compte”, dit le Grand Inquisiteur de la parabole de Dostoïevski, “ils mettront leur liberté à nos pieds et nous diront : ‘faites de nous vos esclaves, mais donnez-nous à manger.’ “ Et quand Aliocha Karamazov demande à son frère, le narrateur de l’histoire, si le Grand Inquisiteur parle de manière ironique, Ivan répond : “Absolument pas ! Il affirme que c’est un honneur pour lui-même et son église d’avoir vaincu la liberté et de l’avoir fait pour rendre les hommes heureux.” Oui, pour rendre les hommes heureux, “car rien”, insiste l’Inquisiteur, “n’a jamais été plus insupportable pour un humain ou une société humaine, que la liberté.” […] Les jeunes qui pensent maintenant si peu de la démocratie grandiront peut-être pour devenir des combattants pour la liberté. Le cri de “Donnez-moi la télévision et des hamburgers, mais ne m’embêtez pas avec les responsabilités de la liberté”, laissera peut-être la place, en des circonstances différentes, au cri de “La liberté ou la mort !” Si une telle révolution a lieu, ce sera dû en partie aux forces sur lesquelles même le plus puissant des dirigeants a très peu de contrôle, en partie à cause de l’incompétence de ces dirigeants, leur incapacité de rendre effectifs les instruments de manipulation des esprits suppléés par la science et la technologie, qui continueront à en fournir à tous les tyrans en herbe.

[…] Le Grand Inquisiteur reproche au Christ d’avoir appelé es hommes à être libres et Lui dit que “Nous avons corrigé ton travail et l’avons fondé sur le miracle, le mystère et l’autorité.” Mais le miracle, mystère et autorité ne sont pas suffisants pour garantir la pérennité de la dictature. Dans ma fable du “Meilleur des mondes”, les dictateurs ont ajouté la science à la liste et furent donc capables de renforcer leur autorité en manipulant les corps des embryons, les réflexes des bébés et les esprits des enfants et des adultes. Et au lieu de juste parler de miracle et de faire symboliquement allusion aux mystères, ils furent capables grâce à la drogue, de donner à leurs sujets l’expérience directe des mystères et des miracles, de transformer une simple foi en une connaissance extatique. Les vieux dictateurs tombèrent parce qu’ils ne purent jamais fournir à leurs sujets suffisamment de pain, suffisamment de cirque, suffisamment de miracles et de mystères. Ils ne possédaient pas non plus un système vraiment efficace de manipulation des esprits. Dans le passé, les libres-penseurs et les révolutionnaires furent souvent les produits de la plus pieuse des éducations orthodoxes. Ceci n’est en rien une surprise. Les méthodes employées par les éducateurs de l’orthodoxie étaient et sont toujours particulièrement inefficaces. Sous un dictateur scientifique, l’éducation fonctionnera vraiment avec pour résultat que la vaste majorité des hommes et des femmes grandira en aimant leur servitude et ne rêveront jamais de révolution. Il ne semble pas y avoir de bonne raison de croire qu’une stricte dictature scientifique soit jamais renversée.

Pour l’heure, il y a encore un peu de liberté dans le monde. Beaucoup de jeunes il est vrai semblent ne donner aucune valeur à la liberté. Mais certains d’entre nous pensent toujours que, sans liberté, les êtres humains ne peuvent pas devenir pleinement humains et donc que la liberté est d’une valeur suprême. Peut-être que les forces qui menacent maintenant la liberté sont trop fortes pour être résisté bien longtemps. Mais il est toujours de notre devoir de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour leur résister.

FIN

= = =

“Un corps scientifique auquel on aurait confié le gouvernement de la société finirait bientôt par ne plus s’occuper du tout de science, mais d’une toute autre affaire. Et cette affaire, l’affaire de tous les pouvoirs établis, serait de s’éterniser en rendant la société confiée à ses soins, toujours plus stupide et par conséquent plus nécessiteuse de son gouvernement et de sa direction.”
“La science étant appelée désormais à représenter la conscience collective de la société, doit réellement devenir la propriété de tout le monde.”
~ Michel Bakounine ~

AH1
Comme la dictature climatico-sanitaire par exemple ?…

Analyse et réflexions sur la dictature post-moderne : Retour au meilleur des mondes d’Aldous Huxley – 2ème partie –

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , , on 12 novembre 2021 by Résistance 71

AH2
Aldous Huxley (1894-1963)

“La science a pour mission unique d’éclairer la vie et non de la gouverner.”
“La vie non la science crée la vie ; l’action spontanée du peuple lui-même peut seule créer la liberté populaire.”
~ Michel Bakounine ~

Le meilleur des mondes revisité (larges extraits)

Aldous Huxley

Essai, 1958

~ Traduction des extraits Résistance 71 ~

Novembre 2021

1ère partie
2ème partie
3eme partie

V – La propagande sous dictature

A son procès après la seconde guerre mondiale, le ministre de l’armement d’Adolf Hitler, Albert Speer, délivra un long discours dans lequel, avec une remarquable précision, il décrivit la tyrannie nazie et analysa ses méthodes. “La dictature d’Hitler”, déclara t’il, “différait en un point fondamental de toutes ses prédécesseuses dans l’histoire. Ce fut la première dictature de la période présente du développement technique moderne ; une dictature qui utilisa totalement tous les moyens de domination de son propre pays. Au moyen d’outils comme la radio et les hauts-parleurs, 80 millions de personnes furent privées de pensée indépendante. Il fut donc alors possible de les soumettre à la volonté d’un homme… Les dictateurs précédents eurent besoin d’assistants hautement qualifiés, ce même au plus bas niveau, d’hommes qui pouvaient penser et agir indépendamment. Le système totalitaire de l’époque du développement technologique moderne peut se dispenser de tels hommes, grâce aux méthodes de communication, il est possible de mécaniser le plus bas leadership. En conséquence de cela, nous avons vu l’avènement d’un nouveau type de récipiendaires non critiques des ordres.

Dans ma fable prophétique du “Meilleur des mondes”, la technologie a avancé bien au-delà de ce qui fut achevé durant la période d’Hitler, en conséquence, les récepteurs d’ordres étaient bien moins critiques que leurs contre-parties nazies, bien plus obéissants à l’élite donneuse d’ordres. De plus, ils ont été génétiquement standardisés et conditionnés après la naissance à faire leur fonctions subordonnées et ainsi agir pratiquement comme des machines.

[…] depuis Hitler, l’armurerie des outils techniques à la disposition des dictateurs en herbe a été considérablement élargie. En plus de la radio, des hauts-parleurs, du cinéma et de la presse écrite, le propagandiste moderne peut maintenant utiliser la télévision afin de diffuser les images et les voix de ses clients et peut même enregistrer les images et les voix sur des bandes magnétiques. Grâce au progrès technologique, Big Brother peut maintenant être aussi présent que dieu…

Depuis le temps d’Hitler, il y a eu une grande avancée dans les domaines de la psychologie appliquée et de la neurologie qui sont la zone d’intérêt particulière des propagandistes, des endoctrineurs et des spécialistes du lavage de cerveau. Auparavant, ces spécialistes  de faire changer d’idée les gens étaient des empiriques qui fonctionnaient avec la méthode de l’essai et de l’erreur appliquée à un certain nombre de techniques et de procédures, qu’ils utilisaient très efficacement sans néanmoins connaître précisément pourquoi elles étaient efficaces. Aujourd’hui, l’art de contrôler les esprits est en phase de devenir une science à part entière. Ceux qui la pratiquent savent ce qu’ils font et pourquoi ils le font. Ils sont guidés dans leur travail par des théories er des hypothèses solidement établies sur des bases de preuve expérimentale et empirique. Grâce aux nouvelles visions et nouvelles techniques, le cauchemar qui n’était pas encore réalisé sous Hitler et son régime totalitaire deviendra très bientôt de l’ordre du faisable.

[…]

Voyons ce que Hitler pensait des masses qu’il faisait bouger et comment il les faisait bouger. Le premier principe était un jugement de valeur : les masses sont exécrables, incapables de pensée abstraite et désintéressées de tout fait en dehors de leur expérience immédiate. Leur comportement n’est pas déterminé par la connaissance et la raison, mais par les sentiments et les pulsions inconscientes. Ce sont dans ces passions et impulsions que “sont implantées les racines positives et négatives de leurs attitudes.” Pour réussir, le propagandiste  doit apprendre à manipuler ces instincts et émotions.

[…] Une personne entre en contact direct avec la société de deux façons : en tant que membre d’une famille professionnelle ou groupe religieux, ou comme membre d’un groupe communautaire, d’une foule. Les groupes de personnes sont capables d’être aussi intelligents et moraux que les individus qui les forment ; une foule est chaotique, n’a pas de but personnel et est capable de tout sauf d’une action intelligente menée par une pensée réaliste. Assemblée en foule, les gens perdent leur pouvoir de raisonnement et leur capacité de choix moral. […] Une personne dans la foule se comporte comme si elle avait ingurgité une grosse dose d’intoxicant. Elle devient la victime de ce qu’on a appelé “un empoisonnement de troupeau”. Pendant sa longue carrière d’agitateur, Hitler a étudié les effets de cet empoisonnement de troupeau et a appris comment l’exploiter pour son propre but. Il a découvert qu’un bon orateur peut en appeler à ces “forces cachées” qui motivent l’action humaine et ceux de manière bien plus efficace que celle d’un écrivain. Lire est une activité privée et non pas collective. L’écrivain ne parle qu’à des individus séparés assis dans un état de sobriété naturelle. L’orateur lui, parle aux masses d’individus, déjà bien intoxiquées par ce poison de troupeau. Elles sont à sa merci et s’il sait manipuler comme il faut, il peut en faire ce qu’il en veut. Hitler était particulièrement talentueux à cet effet. Il était capable de ses propres mots : “de suivre le chemin des grandes masses de telle façon que des émotions vivantes de ses auditeurs, les bons mots dont il avait besoin lui seraient suggérés et alors cela irait droit au cœur de l’audience.” […] Hitler explorait et exploitait systématiquement les peurs et espoirs secrets, les désirs, les angoisses et les frustrations des masses allemandes. C’est en manipulant les “forces cachées” que les experts de la publicité nous induisent à acheter leurs produits que ce soit un dentifrice, une marque de cigarettes ou un candidat politique. et c’est en appelant à ces mêmes forces cachées, et d’autres trop dangereuses pour que Madison Avenue joue avec, qu’Hitler a induit les masses allemandes à acquérir un Führer, une folle philosophie et la seconde guerre mondiale.

[…] Hitler écrivit : “Toute propagande efficace doit demeurer attachée à quelques nécessités vitales qui doivent ensuite être exprimées en quelques formules stéréotypées. Celles-ci doivent être constamment répétées car seule une répétition constante réussira finalement à imprimer une idée dans la mémoire de la foule.

[…] Comme Bertrand Russel l’a noté : “Des systèmes dogmatiques sans fondations empiriques comme la scolastique, le marxisme et le fascisme, ont l’avantage de produire une grande cohérence sociale au sein de leurs disciples.” Le propagandiste démagogue doit donc toujours être constamment dogmatique. Toutes ses déclarations sont faites sans qualification. Il n’y a pas de gris dans son image du monde tout est soit diaboliquement noir ou d’un blanc céleste. Des propres mots d’Hitler : “le propagandiste doit adopter une attitude uni-dimensionnelle envers chaque problème qu’il doit gérer.” Il ne doit jamais admettre qu’il peut avoir tort ou que des gens ayant une vue différente pourrait avoir partiellement raison. On ne doit pas discuter rationnellement avec les opposants, on doit les attaquer, les réduire au silence ou, s’ils deviennent trop ennuyeux et importants, les liquider.

Telle était donc la vision des masses de Hitler. Il en avait une très basse opinion. Etait-elle incorrecte ? […] Sous le régime nazi, beaucoup de gens furent obligés de marcher au pas d’un point A à un point B… Marcher au pas tue la pensée. Marcher au pas met fin à l’individualité. Marcher au pas est la chose magique indispensable à faire afin d’accoutumer les gens à une activité mécanique quasi-rituelle, jusqu’à ce que cela devienne une seconde nature. De son point de vue et au niveau choisi pour parfaire son travail de sape, Hitler a eu parfaitement raison dans son estimation de la nature humaine. […] Dans un âge de surpopulation et sur-organisation accélérées et de moyens de communication de plus en plus efficaces, , comment pouvons-nous préserver la revalorisation de l’intégrité et réaffirmer la valeur de l’humain en tant qu’individu ? Ceci est une question qu’on peut toujours poser et qui peut toujours être répondue de manière satisfaisante. Mais une génération dans le futur et ce sera peut-être trop tard pour trouver une réponse et peut-être que cela sera même impossible, dans le climat collectif de plus en plus rigide des temps futurs, de même poser la question.

VI – Les arts de vente

La survie de la démocratie dépend de la capacité d’un large groupe de personnes de faire des choix réalistes en fonction d’une information adéquate. Une dictature en revanche se maintient au pouvoir en censurant ou en déformant les faits, en n’appelant jamais à la raison ni à l’intérêt commun, mais à la passion, à l’émotion et au biais, aux “forces cachés” si puissantes, comme les appelait Hitler, présentes dans les profondeurs inconscientes de tout esprit humain.

[…] Après tout, peut-il être avancé “le capitalisme est mort et le consumérisme est roi” et celui-ci demande les services de vendeurs experts versés dans tous les arts (y compris les plus insidieux) de la persuasion. Dans un système de libre-entreprise, la propagande commerciale par tous les moyens est absolument indispensable. Mais l’indispensable n’est pas nécessairement le désirable. Ce qui est prouvé bon dans la sphère économique ne l’est pas nécessairement pour les hommes et les femmes à la fois en tant qu’électeurs et qu’êtres humains.

[…]

Pensez donc”, écrit Mr Clyde Miller de manière jouissive “ce que cela peut vouloir dire pour votre entreprise si vous pouvez conditionner des millions, des dizaines de millions d’enfants, qui vont grandir en des adultes totalement entrainés à acheter vos produits, tout comme les soldats sont entrainés à avancer lorsqu’ils entendent les mots déclencheurs “en avant… marche !’ Pensez à cela !” Pensez également que tous les dictateurs et dictateurs en herbe ont pensé à ce genre de choses pendant des années et que des dizaines, des centaines de millions d’enfants sont en train de grandir au sein d’un tel processus d’acheter dans le produit idéologique de leur despote local, comme de bons petits soldats bien entrainés à répondre aux mots déclencheurs implantés dans leurs esprits avec l’attitude appropriée désirée par les propagandistes du despote.

[…]

Les êtres humains agissent de bien des façons irrationnelles mais tous sont capables semble t’il, si on leur donne une bonne chance de le faire,  de faire un choix raisonnable à la lumière d’une information et preuve disponibles. Les institutions démocratiques ne peuvent véritablement fonctionner que si tous ceux concernés font de leur mieux pour acquérir une connaissance et encourager la rationalité sur l’émotion. Mais aujourd’hui, dans les démocraties les plus puissantes, les politiciens et leurs propagandistes préfèrent des procédures de non-sens en faisant appel presque exclusivement à l’ignorance et à l’irrationalité des électeurs.

[…] Les marchands de politique ne font appel qu’aux faiblesses des électeurs et jamais à leur force potentielle. Ils ne font aucune tentative d’éduquer les masses pour qu’elles deviennent aptes à s’auto-gouverner, ils ne font que les manipuler et les exploiter. A cet effet, toutes les ressources de la psychologie et des sciences sociales sont mobilisées et mises en action.

[…] Sous un nouvel angle, les principes politiques et les plans d’action spécifique en sont venus à perdre la plupart de leur importance. La personnalité du candidat et la manière dont il est projeté par les experts en marketing sont vraiment ce qui compte le plus.

[…] La nature même de l’art oratoire est telle qu’il y a toujours eu une tendance parmi les politiciens et les leaders religieux à sur-simplifier les affaires complexes. Depuis leur pupitre ou leur scène, même les orateurs les plus consciencieux trouvent toujours difficile de dire toute la vérité. Les méthodes utilisées maintenant pour promouvoir le candidat politique de manière marchande comme s’il était un déodorant, garantit de manière positive que l’électorat ne puisse entendre la vérité sur quoi que ce soit.

VII – Lavage de cerveau

Dans les deux chapitres précédents, j’ai décrit les techniques de ce qui pourrait être appelé la manipulation générale et outrancière des esprits, comme pratiquées par le plus grand démagogue et les plus talentueux vendeurs de l’histoire. Mais aucun problème humain ne peut être résolu par juste des méthodes générales. Le fusil y trouve sa place mais également la seringue hypodermique. Dans les chapitres qui suivent, je vais décrire d’autres techniques encore plus efficaces pour manipuler non pas les foules, non pas le public, mais les individus isolés.

[NdT: s’ensuit ici une longue description de plusieurs page des travaux de recherche du russe Ivan Pavlov sur les chiens et les techniques de conditionnement. Information très intéressante au demeurant, mais à lire dans le bouquin…)

[…]

L’efficacité de la propagande politique et religieuse dépend des méthodes employées et non par des doctrines enseignées. Ces doctrines peuvent être vraies ou fausses, complète ou pernicieuse, ceci ne fait que peu ou pas de différence. Si l’endoctrinement est fait de la bonne manière et au bon moment de la fatigue nerveuse induite, elle marchera. Sous des conditions favorables, pratiquement tout le monde peut être converti à pratiquement n’importe quoi.

[NdT : s’ensuit ici une longue description de méthodes de fatigue et d’épuisement physiques et psychologiques mises au point dans les régimes marxistes de domination étatique contre les opposants au régime. A lire dans le bouquin]

Le lavage de cerveau, tel qu’il est maintenant pratiqué, est une technique hybride. Il dépend pour être efficace, partiellement d’une utilisation systématique de la violence, partiellement sur une manipulation précise psychologique. Il représente la tradition de “1984”, en route pour devenir la tradition du “Meilleur des mondes”… Conditionné depuis la prime enfance et peut-être aussi biologiquement prédestiné, l’individu de la caste la plus basse ou de la caste moyenne ne demandera jamais une conversion ni même un rappel de la vraie foi. Les membres de la caste la plus haute devront être capables de penser de nouvelles pensées en réponse à de nouvelles situations, en conséquence leur entrainement sera bien moins rigide en comparaison de celui qui s’adresse aux gens qui n’utilisent pas la raison pour demander le pourquoi des choses, mais plutôt de faire et de mourir avec le minimum de tumulte.

[…] Sur le chemin du Meilleur des Mondes, nos dirigeant devront se reposer sur les techniques transitionnelles et provisionnelles du lavage de cerveau.

soma
Soma pour tous !…

VIII – La persuasion chimique

NdT : Il est bien connu qu’Aldous Huxley était un grand expérimentateur de drogues hallucinogènes notamment il faisait une recherche sur la perception psychédélique et sa relation potentielle avec l’expérience mystique, plus de 20 ans avant l’ère hippie et la consommation de masse du LSD. Huxley consacrait ses expériences à la mescaline (dérivé du cactus peyote) et au LSD, drogue synthétique dérivée de a substance chimique d’une moisissure céréalière. En 1954, il écrivit un livre sur ces expériences “Les portes de la perception”, en anglais “The Doors of Perception”. C’est ce livre qui inspira Jim Morisson et Ray Manzarek pour nommer leur groupe “The Doors”… En 1956, il écrivit un autre livre moins connu, suite logique de ses recherches psychéliques “Heaven and Hell” ou “Paradis et Enfer”. Aldous Huxley était considéré comme un expert des substances hallucinogènes expérimentées sous divers dosages. Certains l’ont considéré comme une sorte de gourou précurseur du mouvement hippie et de l’ère psychédélique de la fin des années 60 et des années 70, ce que réfuta son frère Julian.

Dans le meilleur des mondes de ma fable il n’y avait pas de whisky, pas de tabac, pas de drogues illégales comme l’héroïne ou la cocaïne. Les gens ne buvaient pas, ne fumaient pas, ne sniffaient pas, ni ne s’injectaient. Si quelqu’un se sentait déprimé ou un peu au dessous du par, il ou elle avalait une ou deux tablettes d’un composé chimique appelé “soma”. La soma originale de laquelle j’ai pris le nom pour créer cette drogue hypothétique, était une plante inconnue (possiblement Asclepias acida), utilisée par les anciens envahisseurs aryens de l’Inde dans un de leur plus solennel rite religieux. Le jus intoxicant provenant des tiges de cette plante était bu par les prêtres et les nobles au cours d’une cérémonie très élaborée. Dans les hymnes védiques, on nous dit que les buveurs de soma étaient bénis de bien des façons. Leurs corps étaient plus forts, leurs esprits et leurs cœurs remplis de courage, de joie et d’enthousiasme, leurs esprits étaient illuminés et ils recevaient l’assurance de leur immortalité dans une expérience immédiate de vie éternelle Mais ce jus sacré avait ses inconvénients. Soma était une drogue dangereuse, si dangereuse que même la déesse du ciel Indra, était parfois malade de la boire. Les simples mortels pouvaient même en mourir par overdose ; mais l’expérience en était si enchanteresse et lumineuse que boire la soma était considéré comme un privilège. Et pour ce privilège, aucune prix était trop élevé.

La soma du Meilleur des mondes n’avait rien de ces inconvénients. A petite dose, elle permettait d’atteindre un sentiment euphorique, à plus forte dose, elle avait une capacité hallucinogène et si vous en preniez trois tablettes, vous sombriez alors dans le plus heureux et revigorant des sommeils et ceci sans aucun coût physiologique ou mental. Les membres du Meilleur des Mondes pouvaient prendre congé de leurs humeurs noires et dépressives ou  des ennuis familiers de la vie de tous les jours, sans sacrifier leur santé ni réduire de manière permanente leur efficacité.

Dans le Meilleur des Mondes, l’habitude de la consommation de soma n’était en rien un vice privé. C’était une institution politique, clairement l’essence de la vie. Liberté et poursuite du bonheur comme garanties par les droits civiques. Mais ce plus impérieux privilège inaliénable était aussi le plus puissant des instruments dans l’armurerie des dictateurs. L’intoxication systémique des individus pour le bénéfice de l’État (et bien entendu accidentellement pour leur propre plaisir) était un pilier de la politique des contrôleurs du monde. La ration quotidienne de soma était une assurance contre le mécontentement personnel, social et la divulgation d’idées subversives. Karl Marx a dit que la religion était l’opium du peuple. Dans le Meilleur des Mondes, c’est l’inverse. L’opium, dans ce cas précis, la soma, était devenu la religion du peuple. Tout comme la religion, la drogue avait le pouvoir de consoler et de compenser. elle faisait appel à des visions d’un monde meilleur, elle offrait l’espoir, renforçait la foi et promouvait la charité.

[NdT : ici, Huxley se lance dans un long descriptif sur les différentes drogues, leurs effets, leur niveau d’addiction etc… Il y parle du peyote dont on extrait la mescaline, du cannabis / marijuana, du Lysergic acid diethylamide ou LSD-25, qu’Huxley considère “soma extraordinaire”…]

Qu’un dictateur puisse s’il le désirait utiliser ces drogues à des fins politiques est évident. Il pourrait s’assurer contre le tumulte et la résistance politiques en changeant la chimie du cerveau de ses sujets en les rendant heureux de leur condition de servilité. Il pourrait utiliser des tranquillisants pour calmer les excités et des stimulants pour enthousiasmer les indifférents, des hallucinogènes pour distraire les damnés de leur misère.

[…] Il ne fait aucun doute que si les tranquillisants pouvaient être achetés plus facilement et aussi bon marché que l’aspirine, ils seraient consommés par les masses non pas par milliards de pilules mais par centaines de milliards. Un bon stimulant bon marché serait tout aussi populaire.

Sous dictature, les pharmaciens seront instruits de changer de refrain avec chaque changement de situation. Dans des temps de crise nationale, ils seront ordonnés de pousser à la vente de stimulants. Entre les crises, trop d’énergie et d’éveil peut être un danger pour le tyran. Donc dans les périodes de calme, les gens seront incités à prendre des tranquillisants et des hallucinogènes produisant un paradis artificiel. Avec ces syrops adoucissants, pas de troubles pour leur maître.

[…] Lors d’un récent symposium sur le meprobamate auquel je participais, un éminent biochimiste fit même la remarque amusante de suggérer que les Etats-Unis envoient en cadeau au peuple soviétique 50 milliards de doses de son plus populaire des tranquillisants. La plaisanterie avait un rien de sérieux. […]

La soma de ma fable avait à la fois un effet tranquillisant, hallucinogène et stimulant et avait le pouvoir d’élever la capacité de suggestion et donc renforçait les effets de la propagande gouvernementale.

Moins efficaces et à plus haut coût physiologique existent déjà des drogues dans la pharmacopée qui pourraient être utilisées dans le même but. Il y a la scopolamine par exemple, le principe actif de l’henbane et en larges doses un poison violent, il y a aussi le pentothal (NdT : vulgairement appelé le “sérum de vérité”) et l’amytal de sodium.

[…] La pharmacologie, la biochimie et la neurologie vont de l’avant et nous pouvons être certains que dans les quelques années à venir, de nouvelles et meilleures méthodes chimiques pour augmenter la suggestibilité et réduire la résistance psychologique seront découvertes. Comme tout le reste, ces nouvelles découvertes pourront être ben ou mal utilisées. Elles pourront aider les psychiatres dans leur lutte contre les maladies mentales, ou elles pourront aider les dictateurs dans le bataille contre les libertés. Le plus probablement, puisque la science en elle-même est impartiale, elles feront les deux. Elles réduiront en esclavage et rendront libre, elles guériront et dans le même temps détruiront.

A suivre…

“Un corps scientifique auquel on aurait confié le gouvernement de la société finirait bientôt par ne plus s’occuper du tout de science, mais d’une toute autre affaire. Et cette affaire, l’affaire de tous les pouvoirs établis, serait de s’éterniser en rendant la société confiée à ses soins, toujours plus stupide et par conséquent plus nécessiteuse de son gouvernement et de sa direction.”
“La science étant appelée désormais à représenter la conscience collective de la société, doit réellement devenir la propriété de tout le monde.”
~ Michel Bakounine ~

AH3

Analyse et réflexions sur la dictature post-moderne : Retour au meilleur des mondes d’Aldous Huxley – 1ère partie –

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, crise mondiale, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , on 10 novembre 2021 by Résistance 71

AH1

“La science a pour mission unique d’éclairer la vie et non de la gouverner.”
“La vie non la science crée la vie ; l’action spontanée du peuple lui-même peut seule créer la liberté populaire.”
~ Michel Bakounine ~

Mesurez ce qui suit avec ce que nous vivons et pensez que ceci fut écrit en publié il y a 63 ans !… (Résistance 71)

Le meilleur des mondes revisité (larges extraits)

Aldous Huxley

Essai, 1958

~ Traduction des extraits Résistance 71 ~

Novembre 2021

1ère partie
2ème partie
3eme partie

Lisez le texte intégral, il en vaut la peine. Il est publié en français sous le titre “Retour au meilleur des mondes”. La version “poche” coûte moins de 5 euros.

A Résistance 71, nous n’avons que la version de langue anglaise mentionnée ci-dessous et qui a servi de base à notre traduction.

Présentation Résistance 71 :

Aldous Huxley (1894-1963) : écrivain britannique auteur de deux ouvrages majeur : “Le meilleur des mondes”, roman d’anticipation publié en 1931 (George Orwell publia son “1984” en 1948) et “Les portes de la perception” (1954). Le célèbre groupe de Rock “The Doors” (Ray Manzarek, Jim Morrison) adopta ce nom en hommage aux “Portes (doors) de la perception”, dans lequel A.Huxley relate ses expériences psychédéliques avec la mescaline et le LSD, drogues hallucinogènes très puissantes. Aldous Huxley était très proche des expériences mystiques multi-culturelles et aussi écrivit longuement à ce sujet.

Sur son lit de mort, atteint d’un cancer du larynx, il demande à son épouse de lui injecter du LSD, ce qu’elle fera à deux reprises le même jour, en doses suffisantes pour sans doute mettre fin à ses jours.

Aldous Huxley est le frère cadet de Julian Huxley (1887-1975), biologiste, eugéniste et fondateur de l’UNESCO. Tous deux sont les petits fils de Thomas Huxley, zoologiste évolutionniste, darwiniste, malthusien et eugéniste, obsédé par la surpopulation et autres thèses eugénistes. Ennemi intellectuel et idéologique juré de Pierre Kropotkine, celui-ci publia une série d’articles à Londres afin de répondre et de démonter les thèses malthusiennes et social-darwinistes que Huxley soutenait. Cette série d’articles fut plus tard compilé en un ouvrage devenu phare de Kropotkine: “L’entraide, facteur de l’évolution”.

Aldous Huxley vient d’une famille à la longue lignée indubitablement élitiste, eugéniste et social-darwiniste. A ce titre, il est une des voix de l’oligarchie, même s’il éprouve encore parfois une certaine compassion pour les “masses” imbéciles que nous sommes. Dans un entretien où un journaliste lui demandait où il avait eu ses idées pour décrire la société qu’il mettait en scène dans son ouvrage “Le meilleur des mondes”, Aldous Huxley répondit qu’il lui avait suffit le plus souvent d’écouter les conversations que son frère avait avec ses collègues et amis ; que ces longues discussions étaient émaillées de théories qu’il avait reproduites et adaptées dans sa fable.

Son essai “Retour au meilleur des mondes” publié en 1958 est composé de 12 chapitres. Ci-dessous, nous avons traduit de larges extraits de l’ouvrage chapitre par chapitre, que nous publierons en trois parties au vu d sa longueur. Il est intéressant de noter que le tout premier chapitre de l’essai est intitulé “Surpopulation”, ce thème était une obsession chez les Huxley et de fait chez tous les néo-malthusiens et darwinistes-sociaux eugénistes d’hier et d’aujourd’hui. Dans le contexte actuel de la dictature sanitaire sous couvert de “pandémie” fabriquée COVID19 et les thèses néo-malthusiennes sous-jacentes à l’inoculation de la population mondiale avec un cocktail nanotech OGM chimérique, nous ne pouvons que constater la pertinence et l’actualité des propos avancés dans cet essai. Aldous Huxley faisait partie du sérail de la caste pensante de ce génocide mondial et la mise sous tutelle des masses, mais aussi il était parfois sincèrement compatissant et ses écrits furent de véritables fusées éclairantes du milieu et des idées d’où il venait et des sombres desseins de ses leaders. Touché, comme sa première épouse, par le cancer qui les terrassa tous deux, Aldous Huxley fit sans doute œuvre de rédemption avec son dernier ouvrage “anarchisant” de 1962.

Nous attirons néanmoins l’attention des lecteurs sur la conclusion de l’essai qui est puissante considérant la toile de fond familiale de Huxley… Sans jamais le dire, le catalogue de propositions de sortie du marasme dictatorial qu’il prédit, est tout droit sorti de la pensée et des principes anarchistes, ce qui est assez époustoufflant, compte tenu de son grand-père Thomas Huxley, eugéniste et darwiniste-social patenté par l’oligarchie dirigeante rêvant de contrôle absolu sur les populations et de ce fait ennemi juré de Kropotkine et du mouvement anachiste dans son ensemble, Aldous, par sa conclusion, désavoue son grand-père et la continuité eugéniste familiale via son frère aîné Julian et boucle la boucle en embrassant, certes sans les nommer, les principes anarchistes de solidarité, d’entraide, de société des associations libres et de communautés autonomes, se réapropriant les campagnes et éclatant le contrôle bureaucratique urbain étatico-capitaliste pour inscrire l’humanité sur le chemin de sa réalisation.

Quatre ans plus tard, en 1962, Aldous Huxley publiera son dernier roman “Island”, qui est de son propre aveu, l’anti-“Meilleur des mondes” qui décrit une société utopique sur une île du Pacifique.

Pour la traduction de ces larges extraits, nous avons utilisé l’édition de 2004 de Harper Perennial ; l’essai fait une centaine de pages et est publié en français en format poche.

= = =

AH_retour-au-meilleur-des-mondes
Plon se plante… ce n’est pas un roman..
Mais un essai…

Brave New World Revisited ou Retour au meilleur des mondes

Aldous Huxley

1958

Larges extraits traduits par Résistance 71

Novembre 2021

I – Surpopulation

En 1931, lorsque j’écrivais Le meilleur des mondes, j’étais convaincu qu’il y avait toujours beaucoup de temps. La société complètement organisée, le système de caste scientifique, l’abolition du libre arbitre par un conditionnement méthodique, la servitude rendue acceptable par des doses régulières de produit chimique du bonheur, les pensées orthodoxes martelées de nuit au cours de séances éducatives durant le sommeil, tout ceci se produirait, mais pas en mon temps, pas même dans le temps de vie de mes petits-enfants. […] Vingt-sept ans plus tard, dans le troisième quart du XXème siècle, je ne me sens plus aussi optimiste que lorsque j’écrivais Le meilleur des mondes. Les prophéties faites en 1931 se réalisent bien plus tôt que je l’aurais pensé. […] Le cauchemar de l’organisation totale planifiée que j’avais située dans mon roman vers le 7ème siècle A.F (après Ford), a émergé d’un future lointain et sécurisé et nous attend maintenant, là, juste au coin de la rue.

Le 1984 de George Orwell (1948) était une projection magnifiée dans le futur, d’un présent qui contenait le stalinisme et un passé immédiat qui avait vu fleurir le nazisme. Le meilleur des mondes fut écrit avant l’accession de Hitler au plus haut pouvoir en Allemagne et lorsque le tyran russe (NdT: georgien en fait) n’avait pas encore atteint sa vitesse de croisière. En 1931, le terrorisme systémique n’était pas encore ce fait obsessionnel de 1948 et la dictature future de mon monde imaginaire était de fait bien moins brutal que cette dictature du futur si brillamment dépeinte par Orwell. Dans le contexte de 1948, “1984” semblait particulièrement horrible et convaincant. Mais après tout, les tyrans sont mortels et les circonstances changent. De récents développements en Russie et de récentes avancées scientifiques et technologiques ont privé le livre de Orwell de quelques unes de ses horribles véri-similitudes.

[…] La société décrite dans 1984 est une société contrôlée presque exclusivement par la punition et la peur de celle-ci. Dans le monde imaginaire de ma propre fable, la punition est très rare et souvent très légère. Le contrôle quasi parfait exercé par le gouvernement se fait au travers d’un renforcement systématique de l’attitude favorable, par le moyen d’un grand nombre de manipulations non-violentes, physiques et psychologiques et par la standardisation génétique. Les bébés éprouvettes et le contrôle centralisé de la reproduction ne sont peut être pas impossibles, mais il est clair que pour les temps à venir nous demeurerons une espèce vivipare se reproduisant de manière aléatoire. Pour des raisons pratiques, la standardisation génétique sera sans doute mise à l’écart. Les sociétés continueront d’être contrôlées de manière post-natale, par la punition, comme dans le passé et par une extension toujours croissante de méthodes toujours plus efficaces de récompense et de manipulation scientifique.

En Russie, la dictature stalinienne démodée de style 1984 a commencé à faire la place à une forme de tyrannie mise à jour. Dans les strates supérieures de la société hiérarchique soviétique, le renforcement de la bonne conduite sociale a commencé à remplacer les vieilles méthodes de contrôle par la punition des comportements sociaux indésirables. Les scientifiques, ingénieurs et enseignants ainsi que les administrateurs sont de mieux en mieux payés et taxés modérément de façon à ce qu’ils soient sous un système de récompense du mieux faire.

[…] 

Au ratio de croissance démographique prévalent entre l’époque du Christ et la mort de la reine Elisabeth I, il a fallu 16 siècles pour que la population de la terre double. Au ratio actuel, la population va encore doubler en un demi-siècle et ce doublement de la population très rapide va se produire sur une planète dont les zones de production sont déjà très densément peuplées et dont les sols sont érodés par les efforts frénétiques des paysans de produire toujours plus de nourriture et dont le capital disponible de minerais est dilapidé à la vitesse d’un marin en goguette dilapidant sa paie.

Dans le Meilleur des mondes de ma fable, le problème de la surpopulation a été résolu. Un chiffre optimal de population a été calculé et le chiffre a été maintenu en accord (un peu moins de deux milliards d’individus si je me rappelle bien), ce génération après génération. Dans le monde réel contemporain, le problème de la surpopulation n’a pas été résolu. En fait, il devient un problème de plus en plus grave au fil du temps qui passe.

[…] Voyons brièvement les raisons de cette proche relation entre trop de gens, se multipliant rapidement et  la formulation de philosophies autoritaires et la montée de systèmes gouvernementaux totalitaires.

[…]

Pour le moment, la surpopulation n’est pas une menace directe à la liberté individuelle des Américains. Néanmoins, elle demeure une menace indirecte. Si la surpopulation devait mener les pays sous-développés au totalitarisme et si ces nouvelles dictatures devaient s’allier avec la Russie, alors la position militaire des Etats-Unis deviendrait bien plus précaire et les préparations pour la défense et la riposte devront être intensifiées. Mais la liberté, comme nous le savons tous, ne peut pas fleurir dans un pays qui est en permanence sur le pied de guerre ou même un demi pied de guerre. Une crise permanente justifie un contrôle permanent de tout et de tout le monde par les agences du gouvernement centralisé. Et la crise permanente est ce que nous devons nous attendre dans un monde où la surpopulation produit un état des choses dans lequel la dictature sous des auspices communistes, devient presque inévitable.

II – Quantité, qualité, moralité

Dans le meilleur des mondes de ma fantaisie, l’eugénisme et le dysgénisme sont pratiqués de manière systémique. Dans un set d’éprouvettes, des ovules biologiquement supérieures, fertilisées par des spermatozoïdes biologiquement supérieurs, le résultat reçoit le meilleur traitement prénatal possible et est finalement décanté en sujets Bétas, Alphas, voire Alphas Plus. Dans d’autres éprouvettes, des ovules biologiquement inférieures fertilisées par des spermatozoïdes inférieurs résultaient via la processus de Bokanovsky (96 jumeaux identiques en provenance d’un seul œuf) et traités de manière prénatale à l’alcool et autres poisons protéiniques. Les créatures qui en résultaient étaient presque sous-humaines, mais elles étaient capables de faire le travail de base ne demandant aucune qualification particulière et lorsque conditionnées correctement, en ayant de fréquentes interrelations avec le sexe opposé, en étant constamment distraites par un spectacle pathétique et gratuit et leur bonne attitude étant récompensée pour leurs doses quotidiennes de drogue soma, elles ne donneraient aucun trouble ni fil à retordre à leurs supérieurs.

En cette seconde moitié du XXème siècle, nous ne faisons rien de systémique au sujet de la reproduction mais avec notre façon de faire non régulée et aléatoire, nous ne laissons pas seulement la population croître hors de contrôle, mais il semble que nous laissions aussi le plus grand nombre d’individus être de bien plus basse qualité biologique. Dans les anciens mauvais jours, les enfants avec des défauts héréditaires moindres ou sévères ne survivaient que rarement. Aujourd’hui, grâce à l’hygiène, à la pharmacologie moderne et à la conscience sociale, la plupart des enfants nés avec des défauts héréditaires, arrivent à maturité et se reproduisent.

[…]

Dans un pays sous-développé et surpeuplé où les 4/5 de la population reçoit moins de 2000 cal par jour et 1/5 reçoit une nourriture adéquate, des institutions démocratiques peuvent-elles apparaître spontanément ? Ou si elles étaient imposées de l’extérieur ou d’en haut, pourraient-elles survivre ?

Maintenant, considérons le cas d’une société industrialisée, riche et démocratique dans laquelle, grâce à la pratique de la dysgénie aléatoire mais efficace, les QI et la vigueur physique sont sur le déclin. Pendant combien de temps une telle société pourra t’elle maintenir ses traditions de liberté individuelle et de gouvernement démocratique ? Dans cinquante ou cent ans d’ici, nos enfants apprendront la réponse à cette question.

Dans le même temps, nous nous retrouvons confrontés à un problème moral plus perturbant. Nous savons que la poursuite de bons objectifs ne justifie pas l’emploi de mauvaises méthodes. Mais que dire de ces circonstances, maintenant de plus en plus fréquentes, dans lesquelles de bon moyens mis en œuvre ont des résultats pas si bon que ça ou finissent par être mauvais ?

Par exemple, nous allons sur une île tropicale et avec l’aide des DDT, nous éradiquons le paludisme et en deux ou trois ans sauvons des centaines de milliers de vie. Ceci est bien évidemment bon. Mais ces centaines de milliers de personnes sauvées deviennent des millions qu’elles procréent et qui ne peuvent pas être correctement habillées ou nourries. Une mort rapide par le paludisme a été abolie, mais la vie misérable d’un grand nombre de sous-alimentés dans des endroits surpeuplés est maintenant la nouvelle règle, ainsi que son pendant : la mort lente par famine graduelle menace un plus grand nombre encore.

Et que dire des organismes congénitalement déficients que notre médecine et nos services sociaux maintenant préservent afin qu’ils puissent propager leur lot ? Aider les infortunés est évidemment une bonne chose. Mais la transmission directe à nos descendants des résultats de mutations défavorables et de la contamination progressive de nos gènes desquels les membres de notre espèce devront puiser, n’en est pas moins évidemment mauvais. Nous sommes sur les cornes d’un dilemme éthique, moral, et trouver la voie du milieu va demander toute notre intelligence et notre bonne volonté.

III – Surorganisation

Le chemin le plus large et le plus court vers le cauchemar du “Meilleur des mondes” passe, comme je l’ai signalé, par la surpopulation et l’accroissement de la démographie humaine. 2,8 milliards de personnes aujourd’hui [en 1958], quelques 6 milliards au tournant du siècle, avec la plupart de l’humanité devant faire le choix entre l’anarchie et le contrôle totalitaire.. Mais la grosse pression du nombre sur les ressources disponibles n’est pas la seule force qui nous propulse dans la direction du totalitarisme.

L’ennemi biologique aveugle de la liberté est allié avec des forces immensément puissantes générées par l’avance même de la technologie dont nous sommes si fiers. Fierté bien placée pourrait-on ajouter, car ces avancées sont le fruit du génie humain et d’un gros travail de persistance, de la logique, de l’imagination, de la créativité et de l’abnégation, dans un monde de vertus morales et intellectuelles pour lesquelles nous ne pouvons éprouver que de l’admiration. Mais la nature des choses de ce monde fait que personne ne peut avoir quoi que ce soit pour rien. Ces avancées technologiques ont un prix et ont du être payées. De fait, tout comme la machine à laver de l’an dernier, on les paie toujours et chaque traite est plus élevée que la dernière. Un grand nombre d’historiens, de sociologues et de psychologues ont écrit à profusion et avec la plus profonde des préoccupations, au sujet du prix que l’homme occidental a du payer et continuera de payer pour le progrès technologique. Ils ont fait remarquer par exemple qu’on ne peut pas attendre que la démocratie fleurisse dans des sociétés où le pouvoir politique et économique est progressivement concentré et centralisé. Mais le progrès de la technologie mène à toujours plus de concentration et de centralisation du pouvoir.

Alors que la machinerie de production de masse devient de plus en plus efficace, elle tend à devenir plus complexe et plus chère et donc moins disponible aux entreprises au moindre budget. De plus la production de masse ne peut pas marcher sans distribution de masse. Et la production de masse lève des problèmes que seuls les gros producteurs peuvent résoudre. Dans un monde de production de masse et de distribution de masse, le petit business avec son capital et son stock inadéquats est gravement désavantagé. En concurrence avec le gros business, il perd de l’argent et à terme son existence et son indépendance de producteur. Le gros business l’a avalé. Alors que de plus en plus de petits business sont absorbés, de plus en plus du pouvoir économique se concentre en le moins de mains possible.

Sous une dictature, le gros business, rendu possible par la technologie avancée et la ruine conséquente des petites entreprises, est contrôlé par l’État, c’est à dire par un petit groupe de leaders de partis politiques et de soldats, de flics et de fonctionnaires qui sont à leurs ordres. Dans une démocratie capitaliste comme les Etats-Unis, ceci est contrôlé par ce que le professeur C. Wright Mills a appelé “l’élite du pouvoir”. Celle-ci emploie directement plusieurs millions des travailleurs du pays dans ses usines, ses bureaux et magasins, en contrôle quelques millions de plus en leur prêtant de l’argent afin d’acheter les produits et par le fait qu’elle possède les médias de communication de masse, influence les pensées, les sentiments et les actions de virtuellement tout le monde. Pour parodier les mots de Winston Churchill, jamais autant de personnes n’ont été manipulées par si peu. Nous sommes en fait bien loin de l’idéal de la société libre de Thomas Jefferson composée de couches d’unités s’auto-gouvernant, “les républiques élémentaires des districts, des comtés et la république de l’Union, formant une graduation de l’autorité.

Nous voyons donc que la technologie moderne a mené à la concentration du pouvoir économique et politique et au développement d’une société contrôlée (implacablement dans les états totalitaires, poliment et de manière voilée dans les démocraties) par le gros business et le gros gouvernement. Mais les sociétés sont composées d’individus et ne sont bonnes que tant qu’elles aident les individus à réaliser leur potentiel et à mener une vie heureuse et créative.

Comment les individus ont-ils été affectés par les avances technologiques de ces dernières années ? Voici une réponse à la question faite par un psychiatre philosophe, le Dr Erich Fromm :

Notre société occidentale contemporaine, malgré ses progrès intellectuels, politiques et matériels, est de moins en moins propice à la santé mentale et tend à diminuer la sécurité interne, le bonheur, la raison et la capacité d’amour de chaque individu ; elle tend à le transformer en un automate qui paie pour ses échecs en humanité par le biais  de maladies mentales toujours croissantes et par son désespoir caché derrière une frénétique poussée vers le travail refuge et le soi-disant plaisir.

[…]

“Le meilleur des mondes” présente une image originale et crue d’une société dans laquelle la tentative de recréer l’humain comme des termites a été poussée aux limites du possible. Il est évident que nous sommes propulsés dans la direction du “meilleur des mondes”, mais il n’en est pas moins évident que nous pouvons, si nous le désirons vraiment, refuser de coopérer avec les forces aveugles qui nous y emmènent. Pour le moment en tout cas, le désir d’y résister ne semble pas encore très fort ni très répandu.

[…]

Il est intéressant de noter que dans “1984”, les membres du parti sont obligés de se conformer à une morale sexuelle plus sévère que le puritanisme. Dans “Le meilleur des mondes”, d’un autre côté, tous sont permis de satisfaire leurs pulsions sexuelles sans aucune restriction ni tabou. La société décrite dans la fable d’Orwell est une société en guerre permanente, et le but de ses dirigeants est d’avant tout bien entendu, d’exercer le pouvoir pour lui-même et la jouissance qu’il apporte et ensuite de maintenir leurs sujets dans cet état de tension constante inhérent à l’état de guerre perpétuelle et les incessantes demandes de ceux qui la mènent. En entrant en croisade contre la sexualité, les patrons sont capables de maintenir la tension sur leurs suiveurs et dans le même temps peuvent satisfaire leur faim de pouvoir de la façon la plus gratifiante possible. La société décrite dans “Le meilleur des mondes” est celle d’un État, d’une gouvernance mondiale, dans lequel la guerre a été éliminée et dans lequel le but principal des dirigeants est d’empêcher à tout prix leurs sujets de causer des problèmes. Ceci est réalisé entre autre méthode, par la légalisation d’une liberté sexuelle (rendue possible par l’abolition de la famille), qui garantit pratiquement à tout membre de ce “meilleur des mondes” une impunité contre toute forme de tension émotionnelle destructrice (ou créatrice). Dans “1984”, le désir de pouvoir est satisfait en infligeant la douleur ; dans “Le meilleur des mondes”, en infligeant un plaisir non moins humiliant.

L’´éthique sociale actuelle, de manière évidente, n’est qu’une justification du fait des conséquences les moins désirables d’une sur-organisation. Elle représente une pathétique tentative de rendre comme vertu nécessaire d’extraire une valeur positive de données déplaisantes. C’est un système de moralité irréaliste et donc dangereux. Le social et sa valeur dans leur entièreté sont assumés être plus grands que leurs composants, n’est pas un organisme dans le sens d’une ruche d’abeilles ou d’une termitière, qui elles peuvent être pensées comme un organisme. Ce n’est qu’une organisation, une création sociale, une pièce de machinerie sociale. Il ne peut y avoir aucune valeur si ce n’est celle de la relation à la vie et à la conscience. Une organisation n’est ni consciente, ni vivante. Sa valeur est instrumentale et dérivative. elle n’est pas bonne en elle-même, elle n’est bonne que dans la mesure où elle promeut la bonté des parties individuelles qui la composent et font parties du tout collectif. Donner plus d’importance à l’organisation qu’aux personnes, c’est subordonner la fin aux moyens. Ce qu’il se passe lorsque la fin est subordonnée aux moyens fut clairement démontré par Hitler et Staline. Sous leur contrôle hideux et pervers, les fins personnelles furent subordonnées aux moyens organisationnels au gré d’une mixture de propagande et de violence, de terreur et de manipulation systémiques des esprits. Dans les dictatures de demain, il y aura sans doute moins de violence que sous Hitler et Staline. Les sujets des dictatures futures seront administrés et régimentés par un corps d’ingénieurs sociaux très entraînés.

Le défi de l’ingénierie sociale dans notre époque”, écrit un enthousiaste de cette nouvelle science, “ressemble au défi de l’ingénierie technologique d’il y a 50 ans. Si la première partie du XXème siècle fut l’ère des ingénieurs, la seconde partie pourrait bien être celle des ingénieurs sociaux.” Et le XXIème siècle, je suppose, sera l’ère des contrôleurs du monde, le système de la caste scientifique et du meilleur des mondes. Pour la question quis custodiet custodes ? qui va garder les gardiens, qui va créer les ingénieurs sociaux, la réponse est un déni aveugle disant que ces gens n’ont pas besoin de supervision, de superviseurs. Il semble y avoir une certaine croyance chez les PhD en sociologie que ces mêmes Phd ne seront jamais affectés ni corrompus par le pouvoir… Comme Galahad, leur force est la force de dix parce que leur cœur est pur, et leur cœur est pur parce qu’ils sont scientifiques et qu’ils ont suivi plus de 6000 heures d’études sociales.

Hélas, une éducation supérieure n’est pas nécessairement la garanti d’une plus grande vertu ni d’une plus grande sagesse politique.

[…]

IV – La propagande dans une société démocratique

[…] Il y a deux sortes de propagandes: une rationnelle en faveur d’une action en accord avec l’intérêt personnel bien compris de ceux qui la font et de ceux à qui elle est adressée et une propagande non rationnelle qui n’est pas en accord avec l’intérêt personnel de quiconque, mais qui est dédiée et en appelle à la passion, au passionnel, aux émotions. Dans celle-ci, les actions des individus se préoccupent plus de motifs plus exaltés que de l’intérêt bien compris, mais là où une action collective doit être prise dans le domaine politique et économique, l’intérêt personnel bien compris est probablement le plus efficace de tous les motifs.

[…] Des mots de John Dewey : “un renouveau de foi en la nature humaine commune, dans ses potentialités de manière générale et dans son pouvoir en particulier de répondre à la raison et à la vérité, est un rempart plus sûr contre le totalitarisme qu’une démonstration de succès matériel ou d’une adoration dévote de formes légales ou politiques spécifiques.” Le pouvoir de répondre par la raison et la vérité existe en chacun de nous. Mais malheureusement aussi celui de répondre par la déraison, l’erreur et le mensonge.

[…]

La communication de masse n’est en fait ni bonne ni mauvaise ; elle est simplement une force et comme toute autre force, elle peut être utilisée à bon ou à mauvais escient. Utilisés du bon côté, la radio, la presse, le cinéma sont indispensables à la survie de la démocratie ; utilisés du mauvais côté, ils sont parmi les pires armes dans l’armurerie d’un dictateur. Dans le domaine de la communication de masse, comme dans presque tout autre domaine de l’entreprise, le progrès technologique a handicapé les petits et favorisé les grands. Il y a encore une cinquantaine d’années, chaque pays démocratique pouvait jouir d’un très grand nombre de petits journaux et d’organes de presse locaux. Des milliers d’éditeurs exprimaient des milliers d’opinions indépendantes Partout, pratiquement n’importe qui pouvait faire imprimer quelque chose quelque part. Aujourd’hui la presse est toujours légalement libre, mais la très vaste majorité des petites publications ont disparu. Le prix de la pâte à papier et de l’imprimerie et de l’information organisée est trop important pour la petite publication. Dans l’Est totalitaire, il y a une censure politique et les médias de masse sont contrôlés par l’État. En occident démocratique, il y a une censure économique et les médias de communication de masse sont contrôlés par une élite du pouvoir (politico-financier) et censure par l’augmentation des coûts de fonctionnement et la concentration du pouvoir de communication en moins de mains ceci est moins sujet à la controverse, mais n’est en rien ce que pourrait approuver un démocrate jeffersonien.

[…]

Une société dont les membres passent le plus clair de leur temps, non pas sur le terrain, pas dans l’ici et maintenant et dans un futur calculable et gérable, mais ailleurs, dans les autres mondes totalement sans importance que sont le sport, les jeux et les séries télévisées et dans la fantasmagorie métaphysique et la mythologie, verra qu’il est très difficile de résister à l’incrustation de ceux qui veulent la manipuler et la contrôler.

Les dictateurs actuels se fient la plupart du temps à la répétition, à la suppression et à la rationalisation ; la répétition de phrases toute faite, de mots clefs qu’ils veulent être acceptés comme vérité, la suppression de faits qu’ils veulent être ignorés et la mise en place d’une réaction émotionnelle qui peut être utilisée dans les intérêts du Parti de l’État. Alors que l’art et la science de la manipulation en viennent à être mieux compris, les dictateurs du futur vont sans aucun doute apprendre à combiner ces techniques avec des distractions ininterrompues qui, en occident, menacent maintenant de noyer dans un océan de futilité la propagande rationnelle essentielle à la maintenance de la liberté individuelle et la survie des institutions démocratiques.

A suivre…

“Un corps scientifique auquel on aurait confié le gouvernement de la société finirait bientôt par ne plus s’occuper du tout de science, mais d’une toute autre affaire. Et cette affaire, l’affaire de tous les pouvoirs établis, serait de s’éterniser en rendant la société confiée à ses soins, toujours plus stupide et par conséquent plus nécessiteuse de son gouvernement et de sa direction.”

“La science étant appelée désormais à représenter la conscience collective de la société, doit réellement devenir la propriété de tout le monde.”

~ Michel Bakounine ~

meilleur-des_mondes
Le meilleurs des mondes ?… Il suffit de dire NON ! Ensemble !