Archive pour Al Qaïda légion islamiste mercenaire de la CIA

Guerre impérialiste en Syrie: Al CIAda-Al Nousra se réorganise en Syrie sous l’égide du MI6 britannique…

Posted in actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 30 janvier 2017 by Résistance 71

Réorganisation d’Al Qaïda en Syrie

 

Réseau Voltaire

 

29 janvier 2017

 

url de l’article:

http://www.voltairenet.org/article195103.html

 

Suite à la rencontre d’Astana au cours de laquelle le point de vue de la Turquie s’est rapproché de ceux de la Russie et de l’Iran, et de la rencontre de Moscou au cours de laquelle l’opposition pro-turque a discuté avec l’opposition républicaine, une guerre intestine se développe entre les groupes armés.

Dans ce contexte, Al-Qaïda a réorganisé ses forces et annoncé la création d’Hay’at Tahrir al-Sham (l’Assemblée pour la Libération du Levant).

Cette nouvelle dénomination regroupe Jabhat Fath al Sham (anciennement Front Al-Nousra), Harakat Nour Al-Din Al-Zanki (CIA), Liwa Al-Haqq, Ansar Al-Din et Jaysh Al-Sunnah (également lié à la CIA).

L’opération est soutenue par le MI6 qui a composé le logo de la nouvelle organisation (photo).

La nouvelle entité comprend diverses personnalités issues du Mouvement islamique des hommes libres du Sham (« Ahrar al-Cham »), sans que l’on sache pour le moment si ce groupe s’est scindé ou si ces personnalités annoncent son prochain ralliement. 
 le Saoudien cheikh Abdullah al-Muhaysini (l’ancien chef des « modérés » d’Alep-Est qui y présidait le Tribunal de la Charia), 
 Abu Yusuf Muhajir (ancien porte-parole militaire), 
 Abou Saleh Tahan (ancien n°2 de l’organisation).

Ahrar al-Cham est/était un groupe terroriste financé par l’Arabie saoudite et dont les relations sont déterminées par le Royaume-Uni. Son ministre des Affaires étrangères, Labib al-Nahhas, est un Britannique membre du MI6. Il circule librement en Europe et a publié il y a un an et demi une tribune libre dans le Washington Post.

Publicités

Guerre impérialiste en Syrie: Entretien avec un chef d’Al-Nosra (Al CIAda)… « Les Américains sont avec nous ! »

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 septembre 2016 by Résistance 71

Cet article ne fait que confirmer ce que beaucoup, nous compris, disons depuis des années a savoir que le Front Al-Nosra (Al Qaïda en Syrie, créé comme la maison mère par la CIA => Al CIAda…) est formé, soutenu et protégé par les USA et l’OTAN, du reste le gugusse en chef de la “diplomatie” française en 2012, Laurent “sang contaminé” Fabius ne nous avait-il déjà pas dit qu’”Al Nosra fait du bon boulot sur le terrain” ?…

Rien de nouveau sous le soleil donc, juste une confirmation de plus, combien en faudra t’il pour que les peuples réagissent enfin ?…

~ Résistance 71 ~

 

“Les Américains sont de notre côté”, déclare le commandant du Front Al-Nosra

 

Les Etats-Unis arment les djihadiste au travers de pays tiers

 

RT et KSTA (chaîne allemande)

 

26 septembre 2016

 

url de l’article original:

https://www.rt.com/news/360690-us-arms-nusra-syria/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Note du traducteur: Le lien vers le site internet allemand est sous l’article.

 

Des armes américaines sont délivrées au Front Al-Nosra (NdT: renommé al-Sham) par des gouvernements soutenus par Washington, a dit un commandant du groupe à un média allemand, ajoutant que les instructeurs américains étaient en Syrie pour leur enseigner comment utiliser ce nouvel équipement.
“Oui, les Etats-Unis sutiennent l’opposition [en Syrie], mais pas directement. Ils soutiennent les pays qui nous soutiennent, mais nous ne sommes pas entièrement satisfaits de ce soutien.” A dit Abou al Ezz commandant d’unité pour le Front Al-Nosra dans un entretien avec le quotidien allemand du Kölner Stadt-Anzeiger (Cologne), depuis la ville dévastée d’Alep en Syrie.

D’après le commandant, les militants devraient recevoir encore plus “d’armement sophistiqué” de leurs souteneurs pour avoir un succès contre le gouvernement syrien.
“Le combat est difficile. Le régime est fort et reçoit un gros soutien de la Russie”, a t’il expliqué.

Al Ezz a dit que Jabhat Al-Nosra “a gagné des batailles grâce aux missiles anti-chars TOW. Par ces missiles nous avons pu atteindre une sorte d’équilibre avec le régime en place. Nos chars viennent de Libye via la Turquie, ainsi que les lanceurs de roquettes multiples de type BM-21.” A t’il dit.

Les forces du gouvernement ont un avantage à cause de leur aviation et de leurs lanceurs de missiles, mais “nous avons les missiles anti-chars américains TOW et la situation dans quelques zones et sous contrôle”, a ajouté Al Ezz.

Quand on lui a demandé si les missiles TOW étaient à l’origine destinés pour Jabhat al-Nosra ou si le groupe les a obtenu de l’Armée Syrienne Libre (ASL), le djihadiste a clarifié: “Non, les missiles nous ont été directement livrés.”

Il a aussi dit que lorsque Jabhat al-Nosra était sous siège “nous avions parmi nous des officiers turcs, qataris, saoudiens, israéliens et américains… Des experts en utilisation de satellites, de roquettes, en reconnaissance et en caméras de sécurité thermiques.”

Le journaliste a spécifiquement demandé si les instructeurs américains étaient vraiment présents parmi les djihadistes et al Ezz a répliqué: “Les Américains sont avec nous.”

Il a aussi déclaré que Jabhat al-Nosra a été payé pour parachever certains buts militaires bien spécifiques durant ce conflit syrien.

“Nous avons reçu 500 millions de livres syriennes (environ 2,3 millions de dollars..) de l’Arabie Saoudite. Pour avoir capturé l’école d’infanterie à Al Muslimya il y a quelques années, nous avions reçu 1,5 millons de dinars koweitiens (environ 500 000 US$) et 5 millions de l’Arabie Saoudite,” a dit Al Ezz.

L’argent est venu des gouvernements de ces états et non pas d’individus privés a t’il dit.

“Israël nous donne maintenant un soutien parce qu’Israël est maintenant en guerre contre la Syrie et le Hezbollah,” a dit Al Ezz.

L’occident a aussi “pavé la route” pour les djihadistes venant en Syrie, disant que “nous avons beaucoup de combattants qui viennent d’Allemagne, de France, de Grande-Bretagne, des Etats-Unis et de tous les pays occidentaux”, a dit le commandant.

Al Nosra utilise le cessez-le-feu pour se regrouper et se préparer à une nouvelle attaque !”

Dans l’entretien, il a confirmé les affirmations faites par Moscou et le gouvernement syrien de ce que les militants utilisent le cessez-le-feu en Syrie sur lequel la Russie et les USA sont tombés d’accord le 9 septembre, pour préparer une nouvelle offensive.

“Nous ne reconnaissons pas le cessez-le-feu. Nous allons nous regrouper. Nous allons conduire la prochaine attaque dévastatrice contre le régime dans quelques jours. Nous avons regroupé nos forces dans toutes les provinces incluant Homs, Alep, Idlib et Hama”, a dit Al Ezz.

Il a dit que Jabhat al-Nosra ne laissera pas entrer de camions contenant une aide humanitaire dans Alep “aussi longtemps que les forces du régime seront le long de la route Castello à Al Malah et dans les régions du nord.”

“Le régime dit sortir de tous les territoires et alors nous laisserons passer les camions. Si un camion y va, nous arrêterons le chauffeur,” a t’il dit.

L’idée d’un gouvernement transitoire en Syrie n’est pas non plus soutenu par Jabhat al-Nosra a dit le commandant.

“Nous n’acceptons personne du régime Assad ni de l’ASL, décrite comme modérée. Notre objectif est de renverser le régime et d’établir un état islamique en accord avec la Charia,” a t’il dit.

Quant aux gens qui représentent l’opposition syrienne aux pourparlers de Genève, Al Ezz a dit que “ces gens sont faibles, ils ont beaucoup d’argent. Ils se sont vendus.”

“Il y a des mercenaires en Syrie, Allouch combat avec Al-Nosra,”a t’il dit parlant de Mohamed Allouch, un leader du Jaysh al-Islam, faisant partie du Haut Comité de Négociations de l’opposition dans les pourparlers de paix. “Le groupe qui a été abrité en Turquie et qui a été transformé en Armée Syrienne Libre, était auparavant partie du Front Al-Nosra.”

Le commandant a ouvertement confirmé que jabhat al-Nosra “fait partie d’al Qaïda” le réseau terroriste responsable des attaques du 11 septembre (NdT: création de la CIA, donc on en tire les conclusions qui s’imposent…)

“En fait, nous sommes dans un groupe avec l’EI (anciennement EIIL). Mais l’EI/Daesh a été utilisé en accord avec les intérêts et les objectifs politiques des grandes puissances comme les Etats-Unis et le groupe a dérivé de nos principes. La plupart des leaders de l’EI travaillent pour des services de renseignement, ceci est maintenant très clair pour nous. Nous le Jabhat al-Nosra, avons notre propre voie,” a dit al Ezz.

L’entretien avec le commandant de Jabhat Al-Nosra s’est tenu dans une carrière désaffectée près d’Alep le 17 septembre, entretien effectué par le journaliste du quotidien Kôlner Stadt-Anzeiger, Jürgen Todenhöfer lors de son septième voyage en Syrie.

Note de résistance 71: pour les germanophones, voici le lien vers l’article de l’entretien en allemand:

http://www.ksta.de/politik/interview-mit-al-nusra-kommandeur–die-amerikaner-stehen-auf-unserer-seite–24802176

Guerre impérialiste en Syrie: Les Etats-Unis arment Al Qaïda en Syrie via la Roumanie, la Bulgarie, la Turquie et la Jordanie

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 26 avril 2016 by Résistance 71

Les Etats-Unis violent le cessez le feu en Syrie et arment Al Qaïda

 

Réseau Voltaire

 

25 Avril 2016

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article191450.html

 

Le 7 avril 2016, Jane’s révélait que la US Navy Military Sealift Command avait lancé, en 2015, deux appels d’offres pour transporter des armes du port roumain de Constanta vers le port jordanien d’Aqaba [1].

Les armes qui ont pu être identifiées ont été fabriquées en Bulgarie, ce qui confirme l’enquête précédente de Balkan Investigative Reporting Network [2] et la notre [3].

L’appel d’offres a été remporté par Transatlantic Lines et effectué par le cargo Geysir (IMO : 7710733).

La première cargaison a quitté la Roumanie le 5 décembre 2015 et a été livrée pour moitié à Taşucu (Turquie), et pour moitié à Aqaba (Jordanie). Elle se composait au total de 117 containers, pour 2 007 tonnes. Soit, outre des Kalachnikov et des mitrailleuses, environ 50 lance-missiles Faktoria, entre 796 et 854 missiles, et 162 tonnes d’explosifs.

Le choix des missiles anti-tanks Faktoria s’explique par leur ressemblance avec ceux qu’utilisent l’Armée arabe syrienne, les 9K111 Fagots ATGW dont ils sont une version améliorée, de sorte que l’on puisse accuser celle-ci de divers crimes qu’elle n’a pas commis.

On vient d’apprendre que la seconde livraison, qui était plus importante que la première, a quitté la Roumanie le 28 mars 2016 et a été livrée le 7 avril, c’est-à-dire le jour de la publication de l’article de Jane’s.

Par conséquent, les États-Unis ont eux-même violé la cessation des combats signée le 12 février 2016. Ils ont profité de la naïveté de la Russie et de la Syrie pour réarmer les groupes jihadistes, exactement comme ils l’avaient fait, début 2012, durant la Mission d’observation de la Ligue arabe, puis durant celle des Nations unies.

Les armes ont été remises par le Pentagone, soit directement, soit via l’armée turque, à des groupes qualifiés de « modérés », c’est-à-dire participant simultanément aux négociations de paix de Genève.

Selon les observateurs sur place, y compris ceux qui sont opposés à la République arabe syrienne, ces groupes qui se coordonnent sur le champ de bataille avec Al-Qaïda, remettent systématiquement la moitié des armes qu’ils reçoivent à l’organisation terroriste internationale. Ce sont donc bien principalement les États-Unis qui arment Al-Qaïda, exactement comme ce sont les États-Unis qui ont principalement armé Daesh, notamment en 2014, en organisant « l’abandon » des armes qu’ils venaient de livrer à l’Armée irakienne.

[1] “US arms shipment to Syrian rebels detailed”, Jeremy Binnie & Neil Gibson, Jane’s, April 7th, 2016.

[2] “War Gains : Bulgarian Arms Add Fuel to Middle East Conflicts”, Maria Petkova, Balkan Investigative Reporting Network, December 21, 2015.

[3] « Comment la Bulgarie a fourni des drogues et des armes à Al-Qaïda et à Daesh », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 janvier 2016.

Empire du chaos: Al Qaïda/Al Nosra/EIIL/EI/Daesh… La légion mercenaire djihadiste du Pentagone et d’Israël financée par le Golfe…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 juin 2015 by Résistance 71

Les djihadistes au service de l’impérialisme

 

Thierry Meyssan

 

1er juin 2015

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article187737.html

 

Les gouvernements occidentaux ne font plus mystère d’utiliser les jihadistes. Ainsi l’Otan a t-elle renversé Mouamar el-Kadhafi en utilisant al-Qaïda comme seule troupe au sol ; Israël a-t-il renvoyé la Force des Nations unies au Golan et l’a-t-il remplacée par al-Nosra ; la Coalition internationale anti-Daesh a-t-elle laissé tomber Palmyre pour nuire à la Syrie. Mais si l’on comprend les intérêts occidentaux, on ne parvient pas à saisir pourquoi et comment des jihadistes peuvent servir l’Oncle Sam au nom du Coran.

On se demande souvent comment le Pentagone et la CIA font pour manipuler des millions de musulmans et en envoyer se battre pour les intérêts de l’Oncle Sam. Certes, certains leaders sont des agents rémunérés, mais les jihadistes dans leur ensemble croient se battre et mourir pour aller au Paradis. La réponse est enfantine : en partant de la rhétorique des Frères musulmans, il est possible de s’évader de la réalité humaine et de les envoyer tuer n’importe qui dès que l’on agitera un foulard rouge sous leurs yeux.

Officiellement l’Émirat islamique ne reconnaît plus l’autorité d’Ayman al-Zawahiri et s’est donc séparé d’al-Qaïda. Pourtant, en de nombreux endroits, comme au Qalamoun, il reste impossible de les distinguer, les mêmes jihadistes revendiquant les deux étiquettes à la fois.

Bien sûr, on pourra objecter que cette querelle n’est qu’une affaire de personnes ; Abu Bakr al-Baghdadi voulant simplement être chef à la place du chef. Pourtant, si les deux organisations ont exactement les mêmes pratiques, elles développent des discours fort différents.

Leur point commun, ce sont les slogans des Frères musulmans : « Le Coran est notre Constitution », « L’islam est la solution ». La vie pieuse est donc toute simple. Peu importe que le Créateur nous ait faits intelligents, il faut en toutes circonstances appliquer la Parole de Dieu comme une machine. Et lorsque la situation n’est pas traitée dans le Livre, il suffit de tout casser. Le résultat est évidemment catastrophique et nulle part ces organisations n’ont été capables d’instaurer le début des prémices de la société parfaite qu’elles appellent de leur vœux.

Leur histoire fait leur différence. De 1979 à 1995, c’est-à-dire de l’opération de la CIA en Afghanistan à la Conférence arabe populaire et islamique de Khartoum, les mercenaires d’Oussama Ben Laden luttaient contre l’Union soviétique avec l’aide publique des États-Unis. De 1995 à 2011, c’est-à-dire de la Conférence de Khartoum à l’opération « Trident de Neptune », al-Qaïda tenait un discours contre « les juifs et les croisés » tout en poursuivant sa lutte contre la Russie en Yougoslavie et en Tchétchénie. Et depuis 2011, c’est-à-dire depuis le « Printemps arabe », il soutient l’Otan en Libye et Israël à la frontière du Golan. D’une manière générale, l’opinion publique occidentale n’a pas suivie cette évolution. Elle est convaincue du danger d’un mythique expansionnisme russe, persiste à attribuer les attentats du 11-Septembre aux jihadistes, n’a pas réalisé ce qui s’est passé en Libye et à la frontière israélienne, et conserve du coup l’idée erronée qu’al-Qaïda serait une organisation terroriste anti-impérialiste. Les arabes, quant à eux, ne se basent pas sur les faits, mais choisissent selon les cas la réalité ou la propagande occidentale de manière à s’inventer une narration romantique.

De son côté, l’Émirat islamique s’éloigne du Coran et se rapproche des néo-conservateurs. Il assure que les ennemis prioritaires sont d’autres musulmans : les chiites et leurs alliés. Il oublie donc l’épisode bosniaque durant lequel la Légion arabe de Ben Laden était soutenue à la fois par les États-Unis, l’Arabie saoudite et l’Iran. Mais qui sont donc les alliés des chiites ? la République arabe syrienne (laïque) et le Jihad islamique palestinien (sunnite). En d’autres termes, l’Émirat islamique lutte prioritairement contre l’Axe de la Résistance à l’impérialisme. De facto, il assume être un allié objectif des États-Unis et d’Israël au « Moyen-Orient élargi », même s’il affirme en être théoriquement l’ennemi.

La malléabilité des deux organisations réside dans l’idéologie de base, celle des Frères musulmans. Il est donc logique que la quasi totalité des chefs jihadistes ait été membre, à un moment ou à un autre, d’une branche ou d’une autre de la Confrérie. De même est-il logique que la CIA n’ait pas uniquement soutenu les Frères musulmans égyptiens, depuis leur réception à la Maison-Blanche par le président Eisenhower en 1955, mais toutes ses branches étrangères et tous ses groupes dissidents. En définitive, le califat dont rêvait Hassan el-Bana et que prétendent vouloir Ayman al-Zawahiri et Abu Bakr al-Baghdadi, n’est pas la reproduction de l’Age d’or de l’islam, mais le règne de l’obscurantisme.

Ce que confirmait Laurent Fabius en 2012, c’est-à-dire avant la scission entre al-Qaïda et Daesh, en confiant : « Sur le terrain, ils font du bon boulot ! »

Al Qaïda, Syrie, escroquerie de la guerre contre la terreur… Qui est derrière Al Qaïda ?…

Posted in 11 septembre, actualité, CIA et traffic de drogue, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 25 septembre 2013 by Résistance 71

Ceci représente la traduction la plus importante que nous ayons faite sur le sujet du terrorisme et de la guerre fictive contre la terreur engagée par l’empire en 2001…

Qui est Al Qaïda ? Qui est derrière ?

Une fois établi, la géopolitique moderne est bien plus compréhensible.

— Résistance 71 —

 

Les fondateurs et contrôleurs américains d’Al Qaïda exposés

 

Gordon Duff

 

20 Septembre 2013

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2013/09/20/us-al-qaeda-founderscontrollers-exposed/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Al Qaïda a été établi sous l’autorité du président Reagan le 27 mars 1985 avec la directive de la sécurité nationale # 166. Ceci mettait en place une grosse organisation secrète qui pouvait s’engager dans des transactions d’armement et financièrea autrement prohibées par la loi.

Des sources de haut niveau au sein de la communauté du renseignement américain sont absolument époustoufflées des récentes politiques du gouvernement, particulièrement en regard de la Syrie. Le consensus veut que le gouvernement agit “en aveugle” et ne se préoccuppe de rien. Des conseillers politiques de haut niveau au sein du gouvernement, opposés à la nouvelle alliance entre la Russie et l’Iran et sur l’avis d’Israël, sont en train de changer la position des Etats-Unis sur la Syrie, maintenant une insurrection ayant un soutien tri-partite de l’étranger.

L’ambassadeur israélien à Washington Michael Oren, agissant comme le porte-parole de facto de la Maison Blanche, explique pourquoi Obama et son gouvernement ont abandonné leur support aux forces modérées d’opposition syrienne en faveur de celles d’Al Qaïda. Ceci est tiré du quotidien du Jerusalem Post:

“L’arc Téhéran-Damas-Beyrouth est le plus grand des dangers”, dit l’envoyé israélien aux Etats-Unis Michael Oren. Les “méchants” soutenus par l’Iran sont bien pires pour Israël que les “méchants” qui ne sont pas soutenus par la république islamique… Le message initial au sujet du problème syrien était que nous avons toujours voulu que le président Al-Assad parte, nous avons toujours préféré les méchants non soutenus par l’Iran plutôt que les méchants soutenus par l’Iran, a t’il dit.

Ceci fut le cas même lorsque ces autres “méchants” étaient affiliés à Al Qaïda, a t’il dit.

Le fait est que les militants d’Al Qaïda sont en train d’éliminer activement les factions rebelles modérées combattant le régime Al-Assad, maintenant avec un clair soutien d’Israël. Ceci veut dire qu’il existe un autre “arc” d’alliance entre Tel Aviv-Al Qaïda et la cabale mondialiste des néoconservateurs, sionistes et criminels financiers.

Les assistant tout au long de la route se trouvent les médias entrepreneuriaux contrôlés et les gouvernements qu’ils ont achetés et fait chanter. Wikipedia affirme qu’Al Qaïda fut fondé par Oussama Ben Laden alors à Peshawar, au Pakistan à la fin des années 1980.

Ceci est une fiction dangereuse

Al Qaïda a été établi sous la directive de sécutité nationale 166 de Ronald Reagan, qui établissait une opération secrète pour effectuer des transactions d’armement et financières qui auraient été autrement interdites par la loi. Ce ne fut jamais créé pour effectuer des opérations terroristes fausse-bannières. Ceci vint par la suite. A l’origine, ce fut organisé afin de permettre des opérations secrètes qui demandaient un très haut degré de déni quelques soient les circonstances.

Al Qaïda est une organisation qui est totalement sous contrôle des agences de renseignement américaines, israéliennes, britanniques et françaises. La véritable fondation d’Al Qaïda, sa supervision, sa véritable hiérarchie sont indiquées ci-dessous. Une organisation similaire a été créée pour gérer le risque de l’expansionisme soviétique en Europe à l’époque, il s’agissait de l’opération Gladio. Eventuelleement, Gladio devint une véritable organisation terroriste, opérant en Europe pendant plus d’une décennie.

Choisi pour diriger ce qui est maintenant connu sous le nom d’Al Qaïda fut Oussama Ben Laden alias “colonel Tim Osman” comme il était connu alors.

Ben Laden travailla directement avec les conseillers à la sécurité de la Maison Blanche et de la CIA. Depuis ses QG à Islamabad et Peshawar, Ben Laden coordonnait des activités américaines en Afghanistan et à travers le monde musulman.

En Août 1989, Ben Laden rencontra le conseiller du renseignement à la Maison Blanche Lee Wanta et le patron chef d’antenne locale de la CIA Jimmie Chee pour organiser la rapatriation de 116 missiles Stinger sol-air en inventaire au Pakistan. Des détails et les transcripts de ces réunions sont disponibles, la réunion fut tenue en anglais.

Début 1990, Ben Laden, souffrant d’une maladie rénale déjà bien avancée, fut envoyé par avion dans une facilité américaine dans le golfe persique. De là, Ben Laden s’envola pour Los Angelès, attérissant à l’aéroport Ontario, rencontra Albert Hakim, représentant le président Bush (père), Oliver North (colonel américain, libéré sous caution en appel de l’affaire Iran-Contra), l’amiral William Dickie, l’avocat Glenn Peglau et le général Jack Singlaub, un des fondateurs de la CIA. Hakim était le représentant du président Bush et en charge du projet. “Bud” McFarlane, une figure de l’affaire Iran-Contra, pardonné par le président Bush en 1992, faisait aussi partie de ce groupe.

Ben Laden quitta ensuite LA pour Washington DC. Là il demeura à l’hôtel Mayflower. Des réunions se tinrent au Metropolitan Club de Washington. L’avocat Glenn Peglau demeura au Metropolitan. Tandis qu’il y était, la chambre de Peglau fut visitée par effraction et des “objets” furent dérobés. Il n’y a jamais eu d’archives, classifiées ou publiques, que ce “groupe de travail” fut jamais dissous ni qu’il y ait quelque archive, document que ce soit stipulant que le statut d’Oussama Ben Laden en tant qu’agent de sécurité du gouvernement américain ait été terminé ou annulé.

En 2001, la dernière déclaration publique d’Oussama Ben Laden réfutait toute implication dans les attentats du 11 Septembre. Il n’y a aucun document classifié liant Ben Laden aux évènements du 11 Septembre ou le citant comme un “agent de la CIA s’étant retourné”. “L’unité Ben Laden” de la CIA et la “chasse à Ben Laden” sont aussi fictives que le film “Zeron Dark 30”, le conte de fée hollywoodien primé aux oscars montrant le soi-disant meurtre d’un des agents les plus importants de la CIA, un homme décédé en 2001.

Aujourd’hui, l’ambassadeur Michael Oren, dans sa dernière déclaration publique, a admis qu’Israël a une relation totale et continue avec Al Qaïda et le groupe de travail de la Maison Blanche qui a aidé à la fondation de l’organisation il y a tant d’années. Les paragraphes ci-dessus révèlent plus de renseignements classifiés secret défense de haut niveau qu’il n’a jamais été révélé auparavant.

“Fausse-Bannière”

Avec l‘acceptation du mantra de la “fausse-bannière” par l’aile puissante de la Tea Party de l’opposition, comptant sur le manque de confiance du public après des décennies de mensonges, le gouvernement Obama a choisi la voie de l’unilatéralisme, pas seulement comme politique globale, mais aussi intra muros. Maintenant que le génie est sorti de la lampe et que le “terrorisme fausse-bannière” est reconnu comme quelque chose de plus sérieux qu’une “théorie conspirationniste”, la porte est ouverte pour une large réévaluation d’un grand nombre de problèmes posant un certain nombre de questions gênantes, particulièrement au sujet du 11 Septembre 2001, mais bien plus encore, incluant le désastre financier parfaitement orchestré qui a détruit le bien-être économique de millions de familles américaines.

Des conseillers ont dit à Obama qu’il avait besoin de quelque chose pour unifier les Américains et les divertir d’un réveil qui va détruire toute confiance dans les leaders américains, les élections truquées, les guerres contre la terreur factices et une économie escroquerie avérée.

L’incident inexplicable d’hier sur les lieux de la marine américaine à Washington, 13 morts, pas de motif, des suspects qui disparaissent et des témoignages conflictuels, ne va qu’ajouter à cette perte de crédibilité.

Retour de bâton militaire

Ils sont en train de faire de l’Amérique la risée du monde, quelque chose dont les chefs militaires sont terrifiés. “L’Amérique brûle sa crédibilité, humilie ses alliés”.

Cette semaine, alors que je parlais avec un officier du renseignement militaire expérimenté, voici ce qu’on m’a dit:

“Nous avons analysé le rapport de la CIA qu’ils ont donné au congrès et au président. Ce n’était qu’un tissu d’amateurisme.

Qu’est-ce que vous pouvez espérer d’autre d’un ramassis de trafiquants de drogue ?

Ceci provient en ligne directe de l’ère Bush, utilisant la NSA pour intercepter et créer des schémas d’analyse de traffic de communications et simplement inventer une hypothèse pour justifier une politique.

Nous savons depuis longtemps que “l’analyse du traffic de communications” est inutile dans le renseignement, Israël est l’expert mondial de la création de fausse transmission radio et ils sont mouillés jusqu’aux yeux dans cette affaire.”

Ce que l’équipe Obama fait a déjà été fait auparavant, filtrer et expurger toute information qui ne remplit pas ses fonctions et pirouetter le reste pour soutenir une position qui est clairement “le dernier souffle” de l’Amérique au Moyen-Orient.

Les rapports ne font aucune mention des six rebelles arrêtés et inculpés en Turquie pour l’achat de dix tonnes de produits chimiques pour faire du gaz sarin, aucune mention de la saisie précédente chez les rebelles de canisters contenant du gaz sarin.

Quoi que dise Washington au public, un public totalement opposé à une guerre en Syrie, est maintenant dédié à un changement de régime, la politique qu’Israêl a annoncé aujourd’hui.

L’effondrement du renseignement

Il est très possible que le dernier américain très bien informé fut l’ancien vice-président Dick Cheney. Ses années à Washington lui ont donné un accès direct à la véritable information. Cheney savait parfaitement qui étaient les dupes et les menteurs, le président Obama et ses conseillers ne le savent manifestement pas.

Le problème avec Cheney n’était pas qu’il fut stupide, il ne l’était assurément pas, mais c’était son agenda, une vie dédiée à servir des puissances totalitaires, une vie dédiée au chaos et à la conquête.

Il est devenu de plus en plus clair que Cheney était le président et non pas Bush. L’histoire a montré Bush comme n’étant rien de plus qu’un flls à papa qui se la jouait, un alcoolique et camé accroc non traité, dangereusement impétueux, qui n’avait aucune notion ni compréhension de la politique, aucune capacité intellectuelle et le pouvoir de concentration d’un poisson rouge.

Son rôle de petit Napoléon du XXIème siècle restera son héritage.

Maintenant, le “vaisseau d’état” Amérique semble être reparti dans la même direction, toute évidence d’un changement de cap a été effacée tandis que l’Amérique planifie pour une invasion de la Syrie, construisant encore une nouvelle “coalition des volontaires”. Le président Obama a t’il choisi de prendre son propre “chemin de Waterloo” ?

La Syrie

Ceux proches du président lui ont conseillé de tout faire pour mettre des bâtons dans les roues des négociations de la Russie sur la Syrie. L’agenda est clair. La Syrie doit avoir un changement de régime, même au risque d’une guerre mondiale.

Les conseillers d’Obama lui disent que Poutine va se dégonfler car le programme russe de reconstruire son armée en tant que possible dissuasion conventionnelle au Moyen-Orient a encore besoin de dix ans pour être prêt.

On dit à Obama que le temps est venu pour une confrontation avec la Russie et que la Syrie présente cette opportunité, autrement l’influence américaine sur la région sera bel et bien terminée. Ce qu’on ne lui dit pas en revanche, c’est que les rapports de renseignement qui lui sont passés ont été soigneusement expurgés de la réalité régionale que le général Martin Dempsey, chef d’état-major des armées, essaie de faire comprendre depuis des mois.

L’Amérique a été manipulée pour prendre une position sur la Syrie qui va mener à une guerre civile ouverte, une qui rendra les centaines de milliers de victimes de ces dernières années insignifiant en comparaison.

Le but original était la balkanisation avec la Turquie se saisissant du nord de la Syrie, Israël s’étendant jusqu’aux banlieues de Damas et Al Qaïda établissant un état djihadiste s’étendant jusquà l’Irak comme base arrière pour faire tomber le gouvernement de Baghdad

Dans le processus, la population chrétienne de Syrie et d’Irak/Kurdistan serait massacrée. Le Liban serait isolé et également détruit avec Israël se vengeant du Hezbollah pour les humiliations de 2000 et 2006.

Océan de mensonges

Combien de personnes à Washingtron sont-elles au courant de la véritable histoire ? De la création d’Al Qaïda, du coup d’état de l’an 2000 (NdT: élection truquée de Bush menant Dick Cheney au pouvoir), du 11 Septembre ou du monde fantasmagorique des attaques fausse-bannières orchestrées, des “révolutions” à la demande ou des assassinats par drones ?

Avant la fin de la présidence Reagan, la plupart des véritables opérations militaires et de renseignement ont été retirées des réseaux officiels. En 2001, la cabale de voyous qui a opéré au dessus et au-delà de tout gouvernement est devenue le gouvernement.

Nous avons aujourd’hui la preuve que tout cela est toujours bel et bien de mise et en parfait état de fonctionnement.

escroquerie de la guerre contre le terrorisme: Al CIAda en écran de fumée pour justifier l’espionnage global de la NSA

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 7 août 2013 by Résistance 71

La vision analytique de Pepe Escobar (Asia Times) n’a d’égal que la truculence de son narratif. Escobar est une des figures la plus respectée du journalisme d’enquête actuel.

— Résistance 71 —

 

Al Qaïda à la rescousse

 

Pepe Escobar

 

5 Août 2013

 

url de l’article:

http://www.informationclearinghouse.info/article35754.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Quand çà se passe mal, on peut toujours compter sur le ministère de la vérité pour faire avaler la pilule.

La fin du Ramadan était imminente. Les classes de discussion du djihad de cette nébuleuse qu’est Al Qaïda de la Péninsule Arabe (AQPA), se firent plus pressantes. Ce fut un festival d’évasion de la Libye au Pakistan en passant par l’Irak, le tout en parfaite synchronisation avec deux fatwas successives énoncées par l’homme de paille éternel, l’ancien acolyte d’Oussama Ben Laden soi-même: Aïman “Docteur Diabolique” al-Zawahiri. Imaginez une réunion de crise organisée en hâte au plus haut niveau du complexe orwellien/panoptique:

“Messieurs, dames, nous avons une occasion en or ici. Nous sommes assiégé par le dissident/traître Edward Snowden, libéré par les soviétiques, et ce hacker terroriste de Greenwald. Snowden est peut-être en train de gagner: même parmi le public américain, il y a une perception grandissante que nous sommes bien plus une menace qu’Al Qaïda. Donc, nous devons montrer que nous protégeons de manière vigilante les libertés. Oui.. Nous allons crier Terra, Terra, Terra !”

Instantanément, nous avons la fermeture, en fanfare, de plein d’ambassades et de consulats américains dans le “monde musulman” et le ministère des AE émet une alerte mondiale à ses ressortissants pour voyager, bientôt relayée par Interpol. La confusion s’ensuit, beaucoup essayant de comprendre si faire le routard en Thaïlande ou manger du caviar frais à Bakou est une bonne façon de ne pas se faire faire sauter le caisson.

Instantanément, nous avons aussi les médias entrepreneuriaux américains et européens, qui tombent  de nouveau amoureux du Terra, Terra, Terra et vouent aux gémonies ceux qui pensent que ceci a quoi que ce soit à voir avec une quelconque islamophobie. Vous pensez que Terra était partie ? Non, Terra est omni-présente, omnisciente, rampante partout. Terra n’en a jamais assez de vous. Trains, bateaux, avions… Nulle part êtes-vous en sécurité. Et pourtant, le renseignement si spécifiquement fabuleux, déterré par le ministère de la vérité, provient de quelque obscur djihadiste, disant sur la toile, que lui et ses potes allaient faire quelque chose de mal, un jour, quelque part, dans quelques endroits multiples et non-spécifiés à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Une fausse-bannière se prépare…

A regarder de plus près ces “milliers” de membres d’AQ libérés, prêts à semer le chaos partout dans le monde, on se rend compte que la plupart pourraient être “nos amis” après tout. L’évasion de Benghazi impliquant probablement 1 000 personnes, ne concerne pas vraiment les amis de l’OTAN du Groupe Libyen Islamiste Armé, leurs milices étant déjà au pouvoir, tout occupé qu’ils sont à dissoudre la Libye en un état déliquescent. Sur la double évasion de Baghdad (environ 1 400 évadés), leur destination est de se rendre en Syrie à travers le désert afin de s’engager dans le djihad aux côtés de leurs amis de la combinaison Obama/Cameron/Hollande/Maison des Saoud et de leurs protégés Jabhat al-Nosrat/État Islamique d’Irak et du Levant.

Mais attendez une minute… S’ils sont “nos amis” en Libye, en Syrie, comment se fait-il qu’ils soient nos ennemis au Pakistan et au Yémen ? Au Pakistan (probablement 500 évadés), ils vont se disperser dans les zones tribales et se planquer, ou alors ils vont être dronés par 00 Bama et sa liste sous licence de tuer. Pas d’alerte appliquée au Pakistan du reste (comme pour l’ambassade d’Islamabad ou le consulat de Peshawar par exemple), pas plus qu’en Indonésie. Donc ce n’est pas le “monde musulman”, c’est en fait le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Et tout spécifiquement le Yémen ; mais Obama a dit la semaine dernière au président yéménite qu’Al Qaïda était en pleine retraite. Alors que se passe t’il ? AQPA a été sorti de sa retraite ?

Au fond, la continuité Bush/Obama n’a jamais cessé de nous rassurer, sans oublier ce vieux renard d’Al-Zawahiri. Docteur diabolique, aussi tordu stratège soit-il, a compris il y a un moment déjà que si le “mythe de l’épouvantail Al Qaïda” est maintenant “plus fort que jamais”, c’est grâce en grande partie au gouvernement Obama et à ses caniches européens et du Golfe, qui ont pondus leur stratégie de pieds nickelés de la Libye à la Syrie. L’Afghanistan est tout autre chose, il n’y a pas d’Al Qaïda “historique” y demeurant, seulement une petite poignée dans les zones tribales pakistanaises. Donc, Al-Zawahiri savait que l’épouvantail serait inévitablement ranimé, en synchronisation totale avec ses fatwas récentes, parce que des guerres “longues et infinies” équivalent à un financement perpétuel pour le complexe orwellien/panoptique. De plus, un ennemi étranger est essentiel, personne à Washington ne pourrait en fait admettre officiellement que le “véritable” ennemi, de manière concurentielle stratégique, est le dragon chinois.

Le docteur diabolique et le complexe orwellien / panoptique sont du même côté et ceci explique parfaitement pourquoi il sera autorisé de demeurer le moulin à fatwas aussi longtemps qu’il le désire et ne sera pas épingler comme un vulgaire porteur de slip explosif de connivence. Le complexe est de nouveau à l’offensive. Réformer la NSA ? Interférer avec nos méta-données ? Pourquoi faire ? On vient juste d’alerter le gouvernement américain de chit-chat terroriste en ligne du niveau “pré-11 septembre”. Les vrais djihadistes en fait ne sont pas assez cons pour se faire piéger par Xkeystroke. Voici une énigme dylanesque pour vous: Tout au long de la tour de contrôle, une opération fausse-bannière se rapproche, dit le joker au voleur. Il y a trop de confusion avec Terra et nous n’aurons aucun répit.

Guerres impérialistes occidentales en Afrique: Du Mali à l’Algérie, la légion islamiste de la CIA donne le prétexte aux interventions néocolonialistes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, désinformation, France et colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique française, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 23 janvier 2013 by Résistance 71

Un agent de la CIA prend la responsabilité de l’attaque de la centrale gazière algérienne

 

Kurt Nimmo

Le 22 Janvier 2013

 

url de l’article original (avec vidéo en anglais):

http://www.infowars.com/cia-operative-takes-responsibility-for-algerian-gas-plant-attack/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dans la vidéo ci-jointe (voir l’article original en anglais), Mohktar Belmokhtar, pensé être le cerveau de l’attaque terroriste islamiste de la brigade Al-Mulathamin (brigade masquée) sur le complexe gazier d’In Amenas en Algérie, a endorsé la responsabilité de l’opération.

Belmokhtar a été recruté et entraîné par la CIA en Afghanistan. Il est une recrue “arabe afghane” d’Afrique du Nord et a combattu avec les moudjadines de la CIA et des services de renseignement pakistanais de l’ISI (Inter Services Intelligence), moudjadines qui se sont ensuite scindés en Al Qaïda et Talibans. Après la guerre civile afghane mortelle qui a clâmée plus de 500 000 vies, Belmokhtar est retourné en Algérie en 1993 et a rejoint le Groupe Salafiste de Prédication et de Combat.

Ce groupe a été fondé par Hassan Hattab un ancien commandant du Groupe Islamiste Armé (GIA). Mohamed Samraoui, le spécialiste et adjoint au contre-espionage militaire algérien, affirme que le groupe a été établi par l’armée algérienne dans une tentative d’affaiblissement et de destruction du Front Islamiste du Salut (FIS) modéré, parti politique devant prendre le pouvoir au cours d’élections en Algérie. Les membres du groupe salafiste furent recrutés par les services de renseignement algérien à leur retour d’Afghanistan.

En 2007, le Groupe Salafiste de Prédication et de Combat changea de nom pour devenir l’organisation Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) et s’aligna avec le Groupe de Combat Islamiste Libyen. En Novembre 2007, le second d’Al Qaïda Ayman al-Zawahiri s’adressa dans une vidéo où il annonçait que le groupe libyen avait rejoint Al Qaïda.

“AQMI, depuis 2007, a établi des relations étroites avec le groupe de combat islamiste libyen, dont les chefs ont aussi été recrutés et entraînés par la CIA en Afghanistan,” écrit Michel Chossudovsky. “Ce groupe libyen est secrètement soutenu par la CIA et les services britanniques du MI6”.

D’après un document du MI6, le renseignement britannique connaissait les desseins du groupe libyen d’assassiner Kadhafi en 1995, impliquant des “vétérans libyens ayant combattu en Afghanistan”. Le rapport gagna en crédibilité dans la mesure où les autorités britanniques permirent alors aux membres du groupe vivant au Royaume-Uni de s’engager dans des activités soutenant l’organisation islamiste malgré le fait que celle-ci soit considérée officiellement comme terroriste.

En plus du soutien des services américains et britanniques, AQMI et d’autres groupes salafistes en Afrique reçurent le soutien de l’Arabie Saoudite et du Qatar. La DGSE française mentionna dans un rapport au ministère de la défense que le Qatar soutenait le terrorisme au nord du Mali (in a report).

Le premier ministre algérien Abdelmalek Sellal a dit que l’attaque de la centrale gazière d’In Amenas dans la sahara “incluait deux Canadiens et une équipe d’experts en explosifs, qui avaient mémorisés le plan d’occupation des sols du complexe et était prêt à faire sauter l’ensemble”, a rapporté la chaîne canadienne CBC.

L’attaque sensationnelle qui prît place en Algérie est maintenant exploitée par les médias de l’establishment comme un outil de propagande pour renforcer la “guerre mondiale contre la terreur” et pour, une fois de plus, mettre en exergue l’audace d’Al Qaïda et des groupes salafistes associés créés par la CIA, les services pakistanais de l’ISI et du MI6 britannique, le tout financé par l’Arabie Saoudite et le Qatar.

Les chantres du globalisme ont pleinement l’intention d’étendre leurs opérations au plus profond d’une Afrique riche en ressources naturelles. Le haut commandement militaire américain pour l’Afrique, AFRICOM, et les français, avec le soutien de Cameron et de la Grande-Bretagne, sont en train de mettre au pas l’Afrique en utilisant l’énorme épée de Damoclès que représente Al Qaïda et sa panoplie de groupes salafistes associés, tout cela  donnant le prétexte nécessaire à toute intervention.