Archive pour agression syrie israël

Guerre impérialiste en Syrie: Le régime sioniste veut la peau d’Assad et la destruction du pays pour mieux en contrôler les ressources

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 1 mai 2017 by Résistance 71

Au-delà, nous dirions aussi de ne pas oublier que la guerre de Syrie est aussi et surtout une guerre du gaz impliquant par procuration, les grandes entreprises gazières: Exxon-Mobil au Qatar (Rockefeller), Gazprom (Russie), Iran Oil et… Israël puisque d’énormes réserves de gaz ont été trouvées dans de vastes champs sous-marins au large de la Palestine, de la Syrie et ce jusqu’à Chypre. Israël doit en être le “gardien” pour Exxon-Mobil et son acolyte de la Royal Dutch Shell (Rothschild).

Voir notre dossier: “Guerre du gaz en Syrie”

~ Résistance 71 ~

 

Hauts fonctionnaires israéliens: nous voulons boire le sang d’Assad par tous les moyens

 

Jonas Alexis

 

27 avril 2017

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2017/04/27/israeli-officials-we-want-to-drink-assads-blood-by-any-means-necessary/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le complot politique s’épaissit une fois de plus: le régime sioniste veut une rivière de sang en Syrie. Il veut le chaos et la destructon parce qu’il pense que c’est le meilleur moyen d’étendre leur idéologie essentiellement talmudique et diabolique

Si vous croyez toujours qu’Israël veut la paix en Syrie, alors vous avez besoins d’écouter la sagesse d’un ambassadeur isrélien: Michael Oren. Le journal du Jerusalem Post a récemment cité Oren en disant de manière inéquivoque qu’“il n’y a pas de Syrie avec qui négocier.”[1]

Pourquoi ? Ecoutez le titre de la publication d’où provient cette citation: “Avec la Syrie en pièces, il est grand temps de reconnaître l’annexion du Golan par Israël.” En d’autres termes, sir le gouvernement Assad s’effondre et si l’EIIL et autres groupes terroristes s’emparent de la Syrie, alors le seul bénéficiaire de tout cela sera inexorablement le régime d’Israël.

Il y a aussi ici une autre implication. S’il y a la paix en Syrie, alors ce sera mauvais pour le régime sioniste précisément parce qu’il ne serait pas capable de se débarrasser d’Assad et que “l’annexion du Golan” deviendrait presque impossible. La paix est très dangereuse pour le régime sioniste, c’est une des raisons pour laquelle celui-ci a fait de son mieux pour verrouiller toute résolution pacifique avec le gouvernement syrien. En fait, la CIA a dit aux soi-disants rebelles syriens de ne pas participer à quelque conférence de paix que ce soit avec la Russie et le gouvernement syrien.

Une fois de plus, Trump a aidé le régime sioniste lorsqu’il a attaqué la Syrie il y a quelques semaines. Trump a déjà donné à Mattis le “chien fou” carte blanche pour envoyer plus de troupes dans la région (NdT: on apprend depuis la rédaction de cet article que les Yanks sont en tran de masser des troupes à la frontière turco-syrienne, soi-disant pour s’interposer entre l’armée turque et les kurdes du Rojava…). Dans le même temps, les Etats-Unis ont déjà envoyé une livraison d’avions de combat à Israël.

Nous assistons encore et toujours au fait que la guerre en Syrie n’a jamais eu pour prétexte les réfugiés syriens ; le gouvernement syrien n’est pas non plus la raison, bien que les merdias sionistes l’aient étiqueté comme dictateur. Si c’était le cas, alors les Etats-Unis et Israël devraient antagoniser et attaquer l’Arabie Saoudite et non pas l’Iran ou las Corée du Nord.

Gardez à l’esprit que la guerre de l’Arabie Saoudite au Yémen a déjà produit son lot d’inommable misère. En fait, “un enfant y meure chaque 10 minutes” à cause de la guerre. N’oubliez pas non plus que l’Arabie Saoudite est un solide allié des Etats-Unis. Le ministre saoudien des affaires étrangères vient juste de rencontrer de hauts-responsables russes et leur a dit qu’”il n’y avait aucun futur politique pour le président Bachar al-Assad.”

Ainsi dont, les Etats-Unis, Israël et l’Arabie Saoudite travaillent sans relâche pour tuer Assad et faire boire son sang dans les rues de Damas Ils ont bu le sang de Kaddhafi et maintenant ils en veulent toujours plus.

[1] “With Syria in pieces, it’s time to recognize Israel’s annexation of the Golan,” Jerusalem Post, April 20, 2017.

[2] “’Child dies every 10 min’: UN, Amnesty call to stop Saudi-led assault on ‘crucial lifeline’ in Yemen,” Russia Today, April 25, 2017.

Publicités

Guerre impérialiste en Syrie: les masques tombent… Il semblerait que ce soit maintenant Israël contre la Syrie… Quel jeu joue la Russie ?

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 22 mars 2017 by Résistance 71

Révélations du dernier quart d’heure de la guerre en Syrie: Ben Salmane et Netanyahu
 dirigent ouvertement le Front al-Nosra…

 

Nasser Kandil

 

20 mars 2017

 

url de l’article en français:

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article8387

 

D’une manière générale, l’opinion publique occidentale sait qu’il y a mensonge sur la Syrie, mais ne connaît pas la vérité. [Dr Bachar al-Assad, Président de la République arabe syrienne, ce 20 mars 2017 aux médias russes]

Le 14 mars courant, Donald Trump recevait le vice-prince héritier saoudien Mohamad ben Salmane à Washington. Le lendemain Damas était frappée par deux attentats terroristes extrêmement meurtriers à moins de deux heures d’intervalle, l’un en son palais de justice à une heure de grande affluence, l’autre dans un restaurant populaire très fréquenté dans l’ouest de la ville. Inutile de nous interroger, une fois de plus, sur l’émotion débordante d’indifférence des médias humanitaires occidentaux.

Au même moment se tenait la troisième session des pourparlers d’Astana, boycottée par les chefs des factions armées de ladite opposition syrienne modérée, présents lors des deux sessions précédentes et dont le garant est la Turquie selon l’accord tripartite conclu entre la Russie, l’Iran et la Turquie, lequel accord a abouti au plan de cessation des hostilités entré en vigueur le 29 décembre 2016 à minuit et adopté à l’unanimité par le Conseil de Sécurité sous la résolution 2336 du 31 décembre 2016.

Le 16 mars 2017, M. Nasser kandil commentait ces événements par une brève prémonitoire. [NdT] :

  • La coïncidence de la visite de Mohamad ben Salmane à Washington avec les déflagrations meurtrières à Damas, la tenue des pourparlers d’Astana 3 en l’absence des chefs des factions militaires et les déclarations russes parlant de parties étrangères les influençant parce qu’elles ne veulent pas régler la crise syrienne, n’est pas fortuite.
  • Le ressentiment saoudien devant la monopolisation des groupes armés par le gouvernement turc d’Erdogan, l’Arabie saoudite étant reléguée au rôle de financier et de conseiller, s’ajoute au fait que la Turquie n’est plus intéressante comme alliée depuis le désaccord américano-turc sur la guerre en Syrie et son exploitation de toutes les cartes, à son seul profit, dans le but de se débarrasser des Kurdes, au point d’oser conclure un accord tripartite avec Moscou et Téhéran.
  • En revanche, pour Riyad, l’alliance avec Israël présente l’avantage de proposer à Washington la séparation de la guerre entre le sud et le nord de la Syrie, étant donné que la priorité de cibler l’Axe de la Résistance et l’Armée syrienne, à la fois, répond à la volonté de Donald Trump d’« interdire toute influence iranienne » dans la région.
  • Ben Salmane s’est donc rendu à Washington emportant dans ses bagages ses lettres de créance trempées dans le sang des Syriens suite aux attentats terroristes à Damas, ainsi que la nouvelle du boycottage d’Astana 3 par les factions armées terroristes, pour dire que la priorité en Syrie se situe au sud et n’appartient plus aux Turcs.
  • D’où sa proposition à Trump de se contenter d’ententes concernant la sécurité avec les Russes et de ne surtout pas s’impliquer dans le règlement politique global de la crise syrienne.
  • Le projet de Ben Salmane proposé à Washington se résume donc à dire : « La guerre au nord de la Syrie contre Daech est votre affaire, la guerre au sud de la Syrie contre l’Axe de la résistance est notre affaire et la vôtre ».

Et voilà que le 17 mars un communiqué du Haut commandement des forces armées syriennes faisait savoir qu’alors que l’Armée syrienne poursuivait son offensive contre Daech à l’est de Palmyre :

  • Quatre chasseurs israéliens ont pénétré l’espace aérien syrien vers 02H40 dans la région d’Al-Breij, via le territoire libanais, et ont ciblé une position de l’Armée syrienne en direction de Palmyre à l’ouest de Homs.
  • Notre DCA a riposté et a abattu l’un des avions à l’intérieur des territoires occupés, a touché un deuxième avion et a obligé le reste à prendre la fuite.
  • Cette agression flagrante de l’ennemi sioniste est venue pour continuer à soutenir les gangs terroristes de Daech, tenter désespérément de remonter leur moral effondré, et brouiller les victoires de l’Armée arabe syrienne face aux organisations terroristes.
  • Le Haut commandement de notre Armée est déterminé à contrer toute tentative d’agression sioniste sur n’importe quelle partie du territoire de la République arabe syrienne et y répondra directement par tous les moyens possibles.

Le gouvernement israélien a nié ces faits, mais la réaction de son ministre de la Défense Avigdor Lieberman, deux jours plus tard, suggère le contraire à nombre d’analystes dont M. Nasser Kandil, lequel revient sur cet évènement largement commenté par les médias amis et ennemis, en faisant cependant le lien avec l’attaque massive de plusieurs factions inféodées à Al-Nosra [alias Fateh al-Cham / Tahrir al-Cham] ce 19 mars, attaque stoppée par l’Armée syrienne avec des centaines de terroristes encerclés dans les quartiers périphériques de Jobar, Qaboun et Douma :

Tout au long de ces six dernières années, les Turcs ont été les plus présents sur la scène syrienne parmi les États coalisés contre la Syrie derrière des façades qui se sont écroulées l’une après l’autre pour finir par révéler, en ce dernier quart d’heure de la guerre, les véritables visages de ses commanditaires.

En effet, l’allié américain qui avait retiré sa flotte de Méditerranée afin d’éviter de s’engouffrer dans une guerre sans trop savoir comment la terminer [référence à la fameuse nuit du 30 août 2013, NdT], n’est réapparu sur la scène syrienne qu’une fois que la « Guerre contre le terrorisme » est devenue une couverture commode lui réservant un rôle « calculé » aussi bien dans l’escalade guerrière que dans les éventuelles solutions ou ajustements politiques. Ce faisant, il a laissé le soin de mener cette guerre à ses alliés israéliens et saoudiens conformément à l’équation mettant en jeu leur propre survie, ainsi qu’à l’allié turc jouant sur toutes les cordes à la fois. Se dissimulant ainsi derrière le masque du trio israélo-saoudo-turc, il comptait s’approprier le solde positif des trois comparses, le solde négatif revenant sur le compte de chacun d’entre eux.

Quant au trio israélo-saoudo-turc qui a importé les deux versions de l’organisation Al-Qaïda en Syrie [Daech et Al-Nosra, Ndt], les a distribuées sur tous les fronts, les a financées, armées et dirigées, il s’est dissimulé derrière le masque de l’organisation Al-Qaïda, qu’il a elle-même dissimulée derrière le masque de ladite opposition syrienne. Ceci, en sachant parfaitement que la carte d’Al-Qaïda est inexploitable politiquement et que l’organisation terroriste peut se retourner contre lui, mais c’était son seul atout sur le terrain, vu que la médiocre opposition syrienne est incapable de tenir, ne serait-ce qu’une heure, face à l’Armée syrienne et ses alliés.

L’un des signaux indicateurs de l’entrée dans ce dernier quart d’heure de la guerre est l’implication directe des « grands joueurs », parce que les masques sont épuisés, qu’il n’y a plus de place à l’erreur et qu’il n’est plus possible de parier sur les petits joueurs devant l’énormité des enjeux.

En effet, voici qu’Al-Qaïda se bat ouvertement sur le terrain sans plus se dissimuler derrière une prétendue opposition ; voici que le Front al-Nosra et Faylaq al-Rahman annoncent par communiqués officiels leurs attaques sur Daraa, Al-Qaboun et Jobar à Damas ; et voici qu’Israël mènent tout aussi ouvertement son raid aérien sur des positions de l’Armée syrienne et de ses alliés à l’est de Palmyre sous le prétexte, prouvé mensonger, de détruire des convois de missiles destinés au Hezbollah.

En réalité, l’intervention militaire israélienne cherche à empêcher l’Armée syrienne de tenir la rive sud de l’Euphrate, alors que sa rive nord est à moitié tenue par Daech, lequel tente d’envahir son autre moitié en devançant les Kurdes et l’Armée syrienne du côté de Hassaké et de Deir ez-Zor.

En clair, l’objectif des Israéliens est de retarder l’avancée de l’Armée syrienne vers l’Euphrate, afin que des groupes armés de l’opposition [regroupés au sein de ladite « nouvelle armée syrienne », Ndt], qu’ils ont entraînés à cet effet, puissent atteindre la rive sud du fleuve après avoir franchi les frontières jordanienne et syro-irakienne ; lesquels groupes, déjà utilisés par les Américains dans les batailles d’Al-Tanaf à la frontière syro-irakienne, avaient échoué. Dans ce cas, ils sont supposés traverser le désert syrien jusqu’à l’Euphrate pour être rejoints par les Kurdes descendus de Hassaké, quand les Américains en donneront l’ordre.

C’est ainsi qu’ils espèrent couper la route de Deir ez-zor à l’Armée syrienne par l’introduction de groupes armés dirigés par les Américains et les Israéliens et, du même coup, rompre l’équation du triangle qu’elle a sécurisé entre Tadef [ville du nord de la Syrie située au sud d’Al-Bab, reprise à Daech le 26 février 2017 ; NdT], Palmyre et Deir ez-Zor.

L’échec du raid israélien en raison de la réponse foudroyante syrienne -laquelle a amené la confrontation à un niveau « stratégique » nettement supérieur aux prévisions du gouvernement de Benjamin Netanyahou- et la réaction russe consécutive à ce raid, ont restreint les choix des manœuvres israéliennes, élevé le niveau du défi, et mis la relation américano-russe à l’épreuve dans une situation ôtant toute chance d’un rôle israélien futur dans l’espace aérien syrien.

Car ce sont les Américains qui ont autorisé les Israéliens à mener ce raid et leur ont remis les clés de l’espace aérien syrien en leur permettant de voler dans le sillage de leurs avions au moment où ils menaient, eux-mêmes, un raid aérien sur des positions d’Al-Qaïda à l’ouest d’Alep [Autrement dit, ils ont profité de l’autorisation de survol du territoire syrien accordée par les russes aux avions américains du fait de la coordination établie pour éviter tout risque de collision aérienne ; NdT].

Le résultat est que cette manœuvre américano-israélienne censée rendre un service tactique aux Israéliens afin qu’ils puissent compter dans l’équation syrienne risque de les en écarter.

D’où la nécessité pour les Saoudiens de sauver la mise par l’intermédiaire du Front al-Nosra qui a donc intensifié ses attaques terroristes sur Damas, afin d’éviter que les Israéliens ne soient tentés de reculer et, surtout, convaincre les Américains qu’ils sont encore capables de modifier les équations en complément des actions menées par l’associé israélien.

Par conséquent, les Américains devraient accorder du temps au duo israélo-saoudien afin qu’il puisse mener la guerre du sud syrien, contre l’État syrien et ses alliés, loin de toute équation impliquant la coopération des Russes ou des équations impliquant l’accord ou le désaccord avec les Turcs dans le nord de la Syrie.

D’ailleurs, les principaux médias saoudiens ainsi que les chefs des délégations de la prétendue opposition syrienne du « Groupe de Riyad », à Genève ou Astana, ne condamnent pas ces attentats terroristes, ni ne cachent que les brigades du Front al-Nosra et de Faylaq al-Rahman en sont les auteurs. Ils ne cachent pas, non plus, que le moment choisi pour les mettre à exécution est destiné à empêcher l’Armée syrienne de cueillir les fruits de la « guerre des missiles » avec les Israéliens.

Les joueurs avancent à découvert. Désormais c’est Israël et la Syrie face à face. Tous les autres ne sont que des comparses !

Agression de la Syrie: Les bombardements sont une tentative de l’empire d’aider ses mercenaires au sol…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 6 mai 2013 by Résistance 71

Bombardements sur la Syrie: Israël jette le masque !

 

As’ad AbuKhalil

 

5 Mai 2013

 

url de l’article original en français:

http://www.info-palestine.net/spip.php?article13502

en anglais: http://english.al-akhbar.com/blogs/angry-corner/israel-bombs-syria-again

 

Jouant pleinement son rôle de relais de l’impérialisme occidental au Moyen-Orient, l’État sioniste a mené des bombardements d’une extrême violence sur la banlieue de Damas

Le conflit syrien a été une arène ouverte pour tous les ennemis de la Syrie – surnommés par une ironie amère de l’histoire comme les « amis de la Syrie » – voués à la destruction de ce pays et non seulement de son régime. En fait, tous les ennemis de la Syrie auraient préféré une solution qui aurait permis de maintenir le régime intact afin de rassurer Israël.

L’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie étaient les acteurs les plus visibles en Syrie, mais les États-Unis et Israël ne sont pas loin derrière (ou devant). Il est vrai cependant que les médias occidentaux sont assez explicites sur le fait que le Qatar et l’Arabie saoudite ne pourraient rien sans le consentement et les ordres de la Maison Blanche. Il s’agit de la deuxième agression majeure d’Israël contre la Syrie, mais Israël a aussi été très probablement – comme en Irak – complice des assassinats de scientifiques syriens et d’un certain nombre de ses adversaires. Il n’y a jamais eu de guerre civile ou de conflit interne dans le monde arabe dans lequel Israël n’a pas joué un rôle majeur. Certains médias américains ont noté la présence d’agents du Mossad en Syrie. Les gangs de l’Armée syrienne libre (FSA) ont agi en relation avec eux.

Les États-Unis et Israël ont décidé que les gangs de criminels de guerre de la FSA sont les milices sélectionnées pour recevoir une aide militaire des États-Unis (et probablement d’ Israël). Ce sont un peu comme les seigneurs de la guerre en Afghanistan : des criminels qui sont prêts à chanter les bons slogans et à émettre les communiqués dans la bonne ligne, et qui reçoivent en échange de grosses sommes d’argent et de l’aide occidentale.

Contempler les médias saoudiens et qataris est comme un retour vers le passé : le porte-parole de l’opposition syrienne en exil (appelons-les porte-parole, tous ces hommes de cette « révolution » pitoyable qui aurait été bien évidemment dirigée par des femmes laïques et féministes, selon les premiers récits pré-enregistrés destinés aux discours sur les campus et dans les médias occidentaux) jubilait de voir son pays bombardé par Israël. Ils ont utilisé le même langage que celui utilisé par Bashir Gemayel lorsqu’il justifiait sa relation avec Israël pendant les longues années de la guerre civile libanaise (et avant). Ils sont prêts à accepter l’aide de quiconque, de « Satan lui-même ». Nous connaissons ce langage codé. Et certains porte-parole de l’opposition ont commencé à jouer le rôle qui leur a été assigné dans l’opération psychologique israélienne en annonçant soudainement que « les grandes sections » de l’armée syrienne ont commencé à faire défection dès que le bombardement avait commencé.

Cela n’a jamais été une « révolution ». Moi-même et d’autres membres de la gauche libanaise, avons signé une pétition juste après les événements de Deraa, dans lequel nous avons dénoncé le régime, ridiculisé et rejeté sa version sur des groupes armés circulant dans le pays et tirant sur les gens. Je me dis maintenant que je me trompais : je crois que des groupes armés ont été entraînés et armés de façon à frapper lorsque les ordres (d’Israël et les pays du Golfe) arriveraient. Ils avaient une mission à remplir, et cela n’a rien à voir avec la volonté de libérer la Syrie d’un régime tyrannique.

Le régime est pour l’instant silencieux, préparant probablement le message habituel sur sa détermination à « choisir l’heure et le lieu de la bataille contre Israël ». Mais la bataille ne se produit jamais et les réponses aux attaques israéliennes encore moins. Le Golan est toujours occupé et le régime (comme l’opposition) sont disposés à utiliser leur puissance de feu uniquement à l’intérieur de la Syrie (ou à l’intérieur du Liban, les années précédentes), mais pas contre Israël. De même, les groupes armés syriens flirtent avec Israël depuis un certain temps maintenant, et leur jeu a été clairement dévoilé aujourd’hui. Leur déclaration de « neutralité » est démentie par les prises de position des « activistes » de l’opposition sur différentes comptes Facebook.

Le gouvernement américain et les médias jouent leurs rôles habituels. Ne jamais remettre en question ce qu’Israël fait partout dans le monde. Les justifications sont fournies instantanément, et ce n’était pas une coïncidence que le New York Times ait publié un article en première page sur le pauvre petit Israël qui doit se débrouiller tout seul pour se défendre contre les conflits et les troubles en Syrie. Il y a seulement une semaine, David Ignatius du Washington Post, après avoir reçu différentes instructions des services de propagande du gouvernement israélien, avait indiqué qu’Israël était en fait calme et ne faisait que jouir du carnage en Syrie.

Le conflit en Syrie a depuis toujours été hors des mains du peuple syrien. Il ne s’agit pas d’un conflit local interne qui serait devenu régional et international en l’espace de deux ans. Non ! Ce conflit était régional et international dès le début. Les États-Unis et ses obligés de la contre-révolution arabe étaient prêts à favoriser des soulèvements arabes dans une direction qui plairait aux États-Unis et à Israël. La chute de Moubarak imposait la chute du régime Assad, après que les États-Unis et Israël aient découvert qu’ils pouvaient continuer à faire des affaires avec les Frères musulmans.

Cela ne veut pas dire que le peuple syrien n’a une centaine de raisons de vouloir renverser le régime syrien. Mais ce qui se passe n’a rien à voir avec les causes sous-jacentes de la révolte en Syrie. L’attaque contre le régime syrien par le Qatar, l’Arabie, la Turquie, Israël et les États-Unis, n’a jamais eu à voir quoi que ce soit avec la démocratie. Le régime syrien a connu par le passé des révoltes et des soulèvements qui ont été réprimés brutalement, et il n’y avait pas eu de critiques. Le gouvernement saoudien, et plus tard le gouvernement qatari, étaient prêt à financer la dynastie Assad à condition qu’ils agissent tous de concert au Liban et dans la région.

Il ne faut pas prétendre qu’il n’y a pas de révolution en Syrie, mais l’issue du conflit ne sera certainement pas démocratique. Vous pouvez faire cette prédiction en vous basant sur l’idéologie (et les pratiques) « révolutionnaires » des groupes armés présents en Syrie. Mais les groupes armés syriens sont dupés par les États-Unis et Israël en pensant que le trône syrien est désormais à leur portée, alors que ces deux parties veulent un conflit très long, qui épuise toute la nation syrienne et la détourne de l’idée de s’attaquer aux intérêts israéliens.

Le régime syrien a montré dans le passé qu’il était prêt à faire des affaires sous la table avec Israël. La Coalition Nationale Syrienne et tous les groupes armés actifs en Syrie ont prouvé qu’ils étaient prêts à s’aligner sur Israël pour accéder au pouvoir et faire eux aussi faire des affaires avec Israël, mais sur la table. Tout cela n’augure vraiment rien de bon pour l’avenir de la Syrie

5 mai 2013 – al-Akhbar – Vous pouvez consulter cet article à : 
http://english.al-akhbar.com/blogs/…Traduction : Info-Palestine.eu – al-Mukhtar

Agression israélienne sur la Syrie: Quelques bonnes questions concernant les alliés de l’agressé…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 6 mai 2013 by Résistance 71

Raids israéliens: A quoi jouent la Russie et la Chine ?

 

IRIB

 

6 Mai 2013

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/articles/item/255680-raid-israélien-a-quoi-jouent-la-russie-et-la-chine-par-mireille-delmarre

 

Avec le feu vert de l’administration Obama II Israël……

a attaqué la Syrie avec des ADM/ missiles à l’uranium appauvri – un acte de guerre – pour soutenir les terroristes de l’ASL Al Nusra Al Qaeda & C° en déroute face à l’offensive sur plusieurs fronts de l’Armée Nationale Syrienne. Les justifications américano sionistes ne sont que mensonges. On peut se demander à quoi joue la Russie – dont le navire de guerre Azov a fait escale à Haifa ces jours ci et la Chine qui reçoit le premier ministre Netanyahou. Le timing des attaques semble avoir été savamment orchestré pour faire croire que Russes et Chinois finalement acceptent « à postériori » ces actes de guerre. Netanyahou ridiculise la Russie et la Chine. On attend de ces « deux grandes puissances » non plus de simples mots de condamnation mais des ACTES.

Soutien d’Israël aux terroristes d’Al Nusra en Syrie

Après un premier raid la veille depuis l’espace aérien du Liban voisin violé pour la nième fois sans que le CSONU ne fasse quoi que ce soit, l’aviation israélienne a bombardé dans la nuit de samedi à dimanche le centre de recherches scientifiques dans la banlieue Jemraya de la province de Damas, au Nord Ouest, selon l’agence de presse syrienne Sana.

Samedi les avions israéliens avaient déjà tiré des missiles depuis l’espace aérien du Liban voisin. Dimanche vers 01H40 (samedi 22H40 GMT), des avions militaires israéliens volant dans l’espace aérien de l’entité sioniste et du Liban Sud ont mené une attaque aérienne en tirant des missiles contre trois positions des forces armées de la République arabe syrienne au nord-est de Jamraya, à Mayssaloun et l’aéroport de plaisance d’al-Dimas.

Selon un haut gradé de l’armée syrienne présent aux alentours du centre de recherches militaires interviewé par le site russe RT l’armée israélienne a utilisé des armes à l’uranium appauvri.

Israël a utilisé « un nouveau type d’arme…quand l’explosion s’est produite on aurait dit un tremblement de terre… puis un champignon géant doré de feu est apparu. Cela veut dire qu’Israël a utilisé des munitions à l’uranium appauvri. »

L’officier a ajouté que  » plusieurs usines civiles et des bâtiments ont été détruits. La cible était juste un hangar de stockage d’armes ordinaires. Le bombardement est un ultimatum à notre intention il n’y a pas de motivation stratégique…Il n’y avait aucun équipement de valeur sur le site. Tout a été transféré après l’attaque précédente. Les pertes militaires suite à cela sont négligeables « 

Plusieurs medias dont le site libanais Al Manar TV ont rapporté que selon la chaine TV 10 israélienne un avion de combat israélien aurait été abattu précisant qu’au cours de l’attaque les contacts avec cet avion avaient été interrompus que les deux pilotes israéliens, Samuel Azar et Eysonne Gary, étaient portés disparus. L’avion lui se serait écrasé en mer.

Cette attaque aérienne a été coordonnée avec les groupes terroristes ASL/Al Nusra Al Qaeda et C°. Des centaines d’entre eux ont tenté de prendre d’assaut le quartier de Mazzé à Damas attaquant des positions de l’Armée Nationale Syrienne. Selon le correspondant d’Al Manar sur place cette tentative a échoué. Au total cette attaque a fait 4 tués et 70 blessés.

Selon le vice ministre des affaires étrangères syrien, Faisal Mekdad, l’attaque la nuit dernière représente « une déclaration de guerre ». Pour lui «  »La nouvelle agression israélienne vise à alléger la pression subie par les groupes terroristes qui subissent les coups de notre armée…prouve la participation directe de l’entité israélienne au complot contre la Syrie » selon ce qu’a rapporté l’agence syrienne Sana.

Obama s’est empressé dés Samedi -donnant ainsi publiquement son accord pour l’attaque dans la nuit de Samedi à dimanche à l’UA de même que le gouvernement britannique – de « justifier » ces attaques aériennes israélienne contre la Syrie au pretexte qu’Israël aurait le droit de se défendre de prétendus transferts d’armes à la Résistance libanaise du Hezbollah. Obama, juriste de formation, soutient publiquement des actes de guerre en violation fragrante du droit international et de la Charte de l’ONU.

Craignant des représailles de la Syrie qui a positionné des batteries de défense anti missiles en direction d’Israël, l’entité coloniale juive sioniste a installé deux batteries de Patriot l’une prés de Haifa l’autre prés de Sfad et interdit tout vol civil dans son espace aérien au Nord.

Le porte parole du gouvernement syrien, Omrane Zoebi, a déclaré que cette attaque aérienne d’Israël ouvre la porte à toutes les éventualités ajoutant que « « elle confirme sans aucun doute l’ampleur des relations entretenues entre les différentes composantes de la guerre contre la Syrie à travers des outils takfiris et sionistes ».

Zoebi rappelle que « le gouvernement syrien a plusieurs fois évoqué les liens entre les finalités et les moyens de la pensée takfirie, du sionisme, des bandes terroristes et du front al-Nosra qui est le bras armé d’Al-Qaïda. Nous avions alors fourni les indices et les réalités auxquels s’ajoute cette agression qui intervient à un moment où nos forces réalisent davantage d’exploits dans sa lutte contre le terrorisme et les terroristes venus des quatre coins du monde ».

Zoebi a ajouté que « l’offensive sioniste apporte la preuve des liens entretenus entre Israël et les groupuscules terroristes takfiris… La Communauté internationale devrait être consciente que les complications de ce qui se passe dans la région sont devenues après cette attaque bien plus dangereuses ».

La Syrie a décidé de répliquer en envoyant des armes trés sophistiquées encore jamais envoyées auparavant à la Résistance libanaise selon la télévision arabophone Al Mayadine.

A Quoi Jouent La Russie Et La Chine ?

Le site russe de l’agence de presse Ria Novosti a rapporté le 1er Mai que l’imposant navire de guerre de débarquement Azov – en Hébreu Azov veut dire quitter abandonner et en Russe ? – est entré dans les eaux du port israélien de Haifa mercredi. C’est la première fois qu’un navire de guerre de la flotte russe fait escale en Israël à Haifa. Azov est resté à Haifa jusqu’à vendredi pour se réapprovisionner et permettre à l’équipage de se reposer. Les Israéliens ont été autorisés à visiter le navire et ont pu bénéficié de concerts donnés par l’orchestre de la flotte noire (quelle aubaine ! des agents du Mossad planteurs de systèmes d’espionnage ont du faire du « tourisme »).

Le navire de guerre Azov fait partie de la flotte d’intervention russe en Méditerranée qui doit normalement participé à des exercices au large des côtes syriennes selon le capitaine Alexei Komarov à la tête de l’unité de débarquement de la flotte de la mer noire qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Haifa mais n’a donné aucune précision sur la date de ces exercices.

Actuellement la Russie a 6 navires de guerre stationnés en Méditerranée dont le Azov qui a déjà fait plusieurs voyages dans ce secteur et qui auparavant mouillait au port syrien de Tartous. 6 autres navires de guerre russes de la flotte du Pacifique doivent les rejoindre d’ici la fin du mois pour participer aussi à ces maneouvres au large de la Syrie.

On peut se demander pourquoi alors qu’habituellement le Azov faisait escale à Tartous brusquement la Russie décide de le faire accoster à Haifa?

Que sait la Russie à propos des intentions belliqueuses d’Israël contre la Syrie et les possibles représailles syriennes voire même du Hezbollah et de l’Iran qui obligeraient Moscou à évacuer des Israéliens à double nationalité russe si Israël commet la folie d’attaquer la Syrie ? Ou bien la Russie envisage-t-elle de quitter ( Azov) Tartous si les terroristes prennent le dessus avec l’aide d’Israël les US/OTAN en Syrie ?

Le jeu de Moscou vis à vis de ses alliés dont la Syrie n’est pas clair. La Russie condamne les atteintes à répétition au droit international mais lorsqu’il s’agit d’Israël elle le fait de manière allusive. A vouloir « la chèvre et le chou »: garder son allié syrien et ménager l’entité juive sioniste elle joue sa crédibilité sur la scène internationale en matière de politique étrangère et risque à terme de rater son « come back ».

La Chine quant à elle reçoit en grande pompe du 6 au 10 Mai le premeir ministre israélien Benjamin Netanyahou invité par son homologue chinois, Li Keqiang. C’est la première visite à l’étranger de Netanyahou depuis sa réélection. Il va se rendre à Shangai et à Beijing et rencontrera de nombreux entrepreneurs chinois.

Cette visite est d’abord une visite pour développer les relations économiques entre la Chine et l’entité coloniale juive sioniste. Actuellement on estime à 8 milliards de $ le montant des échanges commerciaux entre les deux pays la Chine exportant plus, 2/3 des échanges à cause des produits « Made in China » qui abondent en Israël.

Les Chinois ne se contentent pas d’inonder les marchés israéliens de leurs produits. Depuis 2010 les entreprises chinoises avec l’accord de leur gouvernement ont investi en Israël dans différents projets à hauteur de 25 milliards. Netanyahou espère que les nouveaux accords commerciaux permettront d’accroitre ces investissements et aussi les exportations d’Israël vers la Chine pour booster l’économie israélienne. Israël compte sur son industrie de l’armement et des nouvelles technologies pour ce faire bien que les US aient jusqu’à présent imposer une sorte de vetos sur ce type d’exportations.

Netanyahou compte aussi essayer d’influencer politiquement les responsables politiques chinois notamment en ce qui concerne l’intensification des sanctions contre l’Iran d’où la Chine importe une grande partie de son pétrole.

Coincidence ? Mahmoud Abbas est lui aussi en visite en Chine du 5 au 7 Mai sur invitation du président chinois Xi Jinping. Mais la Chine même si elle voulait s’impliquer de les « éternels négociations de paix » entre l’entité coloniale juive sioniste et son collaborateur palestinien ne peut exercer aucune pression sur Israël. Les seuls à pouvoir le faire sont les US grands fournisseurs d’armements mais « l’Empire » corrompu sur le déclin se prostitue en acceptant les Dollars des lobbies sionistes juifs et chrétiens américains.

La Chine tout comme l’Inde est considéré par Israël comme un marché d’avenir notamment dans le domaine énergétique l’industrie de l’armement et les hautes technologies. La Chine peut ainsi se donner les moyens de faire pression sur l’entité sioniste.

nteressant de voir la réaction officielle des dirigeants chinois concernant les attaques contre la Syrie lors de la visite de Netanyahou qui s’est bien gardé lui-même de confirmer publiquement qu’il en était le donneur d’ordre. Les Chinois vont-ils faire l’autruche sachant que c’est  » à postériori » accepter de cautionner ces actes de guerre ?

Agression contre la Syrie: La réponse syrienne…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 6 mai 2013 by Résistance 71

… et la meilleure qui soit. Le jeu d’Assad maintenant et des ses alliés (Russie, Iran, Chine, Hezbollah, Résistance palestinienne) est de tenir bon face aux provocations, ne rien faire « d’épidermique » directement et de monter une vaste opération médiatique mettant en lumière les alliances entre le régime sioniste, son sponsor / commanditaire yankee les financiers des états du Golfe wahabbito-sionistes et leurs mercenaires terroristes de la légion arabe d’Al CIAda sur le terrain.

Les peuples arabes n’ont jamais été dupés, il faut convaincre l’opinion publique occidentale que l’empire du mal est l’axe Washington-Londres-Paris-Ankara-Tel Aviv. Les faits sont là, il faut les mettre au grand jour. Il serait de bon ton que maintenant les Russes fuitent leurs infos plus avant pour rendre la position atlanto-sioniste publiquement et internationalement intenable.

Notons au passage qu’on n’entend plus beaucoup l’autre agent du MI6 britannique Rami Abdelrahmane et son officine de propagande de l’OSDH. Exposé par les médias alternatifs, toute crédibilité perdue, il rase les murs…

— Résistance 71 —

 

Damas réplique à Tel Aviv: De nouvelles armes pour la résistance

 

Al Manar

 

5 Mai 2013

 

url de l’article original:

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=110509&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

 

La Syrie va envoyer de nouvelle armes jamais envoyées auparavant  à la résistance et au Hezbollah, et va continuer à lui en envoyer davantage, ont révélé des sources syriennes hautes placées  pour la télévision arabophone AlMayadine.

Ces sources ont également indiqué que la Syrie a installé des batteries de défense en direction de la Palestine occupée.

Ces décisions ont été annoncées directement après la conférence de presse tenue par le ministre de l’information et le porte-parole du gouvernement syrien Omrane Zoebi

L’offensive israélienne ouvre la porte a toutes les éventualités, a-t-il déclaré en lisant le communiqué du gouvernement syrien réuni pour s’exprimer sur les attaques israéliennes perpétrées dans la nuit de samedi à dimanche contre des installations militaires et civiles au nord-ouest de la capitale.

Et de poursuivre : «  elle confirme sans aucun doute l’ampleur des relations entretenues entre les différentes composantes de la guerre contre la Syrie à travers des outils takfiris et sionistes ».

Zoebi rappelle que « le gouvernement syrien a plusieurs fois évoqué les liens entre les finalités et les moyens de la pensée takfirie, du sionisme, des bandes terroristes et du front al-Nosra qui est le bras armé d’Al-Qaïda. Nous avions alors fourni les indices et les réalités auxquels s’ajoute cette agression qui intervient à un moment où nos forces réalisent davantage d’exploits dans sa lutte contre le terrorisme et les terroristes venus des quatre coins du monde ».

Le ministre enchaine en indiquant que « l’offensive sioniste apporte la preuve des liens entretenus entre Israël et les groupuscules terroristes takfiris. « La Communauté internationale devrait être consciente que les complications de ce qui se passe dans la région sont devenues après cette attaque bien plus dangereuses », a-t-il averti.

Le gouvernement a mis l’accent sur « la nécessité que l’armée syrienne poursuive ses efforts pour lutter contre l’agression israélienne de l’intérieur, pour protéger la patrie, l’Etat, et le peuple de toute attaque interne ou externe, par tous les  moyens et toutes les possibilités », poursuit-il.

 

Interrogé sur l’information de l’avion israélien abattu, selon la 10ème chaine de la télévision israélienne, Zoebi a répondu ne pas avoir de données et qu’une enquête a été amorcée. Interrogé sur les choix politiques de la Syrie en faveur de la résistance, et  le ministre a  dit : «  les grand choix nécessitent de grands sacrifices… Nous n’avons jamais regretté notre soutien à la résistance », a-t-il soutenu.

Avant le point de presse de Zoebi, organisé en fin d’après-midi,  le vice-ministre syrien des affaires étrangères Fayçal Mokdad avait qualifié l’attaque israélienne de « déclaration de guerre ».

Dans la journée, le ministère syrien des affaires étrangères avait envoyé  une lettre au Conseil de Sécurité des nations Unies dans laquelle et  affirmé que « l’agression confirme l’appui militaire direct d’Israël aux groupes terroristes et aux takfiri (extrémistes religieux) d’Al-Nosra, une des branches d’Al-Qaïda, après leur échec à contrôler le terrain »
   « Ceci ne laisse pas de doute qu’Israël est le bénéficiaire, le moteur et parfois l’exécuteur des attentats terroristes qui ont lieu en Syrie contre l’Etat et le peuple », ajoute le ministère.
   « Tout ceci prouve que les allégations selon lesquelles la Syrie transfère à l’extérieur de sa frontière (vers le mouvement libanais Hezbollah) avancées durant la dernière période par Israël pour justifier ses actes d’agression sont infondées », dit la lettre à l’ONU.
   
   « Vers 01H40 (samedi 22H40 GMT), des avions militaires israéliens qui se trouvaient au-dessus des territoires occupés et du Liban Sud ont mené une agression aérienne en tiré des missiles contre trois positions des forces armées de la République arabe syrienne au nord-est de Jamraya, à Mayssaloun et l’aéroport de plaisance d’al-Dimas », affirme le texte.

« Cette agression a causé des morts et des blessés et des destructions graves dans ces positions et dans des régions civiles proches », conclut le ministère.