Archive pour abstentionisme politique autogestion

Pour un mouvement abstentionniste politique…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 avril 2017 by Résistance 71

« La seule véritable peur qui puisse affecter l’autorité officielle, n’est pas celle générée par les gens qui vont lui résister, mais celle par ceux qui vont l’ignorer. » 
~ George Bernard Shaw ~ 

« Si voter changeait quoi que ce soit, ce serait interdit depuis longtemps. »
~ Emma Goldman ~

“La révolution anarchiste est aujourd’hui la révolution naturelle, celle qui ne peut pas se laisser dériver ou confisquer par des groupes, factions ou partis, classes ou autorités.”
~ López Arangó ~

 

Résistance 71

 

25 avril 2017

 

Quelques saines lectures pour que le mouvement abstentionniste qui semble vouloir se lancer pour le second tour de l’élection du Clown d’Or 2017 dans la république obsolète française, ne soit pas un mouvement de ras le bol, mais un mouvement politique, débouchant potentiellement sur l’union des associations libres.

Notre dossier « illusion démocratique »

Quelques lectures peut-être éclairantes:

Petit dialogue nécessaire en période électorale ou la maïeutique anarchiste

De l’abstention à l’abstention politique

petit_precis_sur_la_societe_et_letat (PDF)

Appel au Socialisme (PDF)

6ème_déclaration_forêt.lacandon

Erich_Mühsam la liberté de chacun est la liberté de tous

La Morale Anarchiste de Kropotkine)

Les_amis_du_peuple_révolution_française

Pauvre France

De quoi vous occupez jusqu’au 7 mai et au-delà…

Bien entendu, notre collection de PDF utiles à lire et diffuser sans aucune modération.

Parce que comme le nous le disaient déjà les Zapatistes en 1994:

« Aujourd’hui assez c’est assez ! [¡Ya Basta!] Nous sommes les héritiers des véritables constructeurs de notre nation. Nous sommes des millions, les dépossédés qui appellent leurs frères et sœurs à rejoindre la lutte, la seule voie, de façon à ce que nous ne mourrions pas de faim à cause de l’insasiable ambition d’une dictature de 70 ans, menée par une clique de traîtres qui représentent les groupes les plus conservateurs et les plus corrompus. »

= = =

“Pour les anarchistes, la révolution sociale est l’ultime instrument collectif des opprimés contre la structure économique et sociale exploiteuse et hiérarchisée sous laquelle nous sommes forcés de vivre. C’est le seul moyen par lequel le vieil ordre peut-être déplacé. Un ou des compromis avec le capitalisme et la collaboration avec l’État par le processus parlementaire, ne peuvent servir qu’à institutionaliser la misère, l’injustice et la violence dans le sens le plus large.”
~ Stuart Christie* ~

“Mais l’ennemi perpétuel, c’est la terreur perpétuelle, au niveau de l’État cette fois. L’État s’identifie avec “l’appareil”, c’est à dire l’ensemble des mécanismes de conquête et de répression. La conquête dirigée vers l’intérieur du pays s’appelle propagande (“premier pas vers l’enfer” selon Frank) ou répression. Dirigée vers l’extérieur elle crée l’armée. Tous les problèmes sont ainsi militarisés, posés en termes de puissance et d’efficacité.”
~ Albert Camus, “L’homme révolté”, 1951 ~

 

Publicités

Changement de paradigme politique: Voter c’est se soumettre…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 12 décembre 2015 by Résistance 71

“Si voter servait à changer quoi que ce soit, ce serait interdit depuis longtemps.”
~ Emma Goldman ~

“L’État, les États nous doivent tout, nous ne leur devons rien. Rompons les rangs, boycottons le vote et les institutions.”
~ Slogan Anarchiste ~

“Dans les faubourgs où le chômage gronde, les affamés lèvent le drapeau noir de l’anarchie*.”
~ Achile Leroy ~

(*) Historiquement, le noir est une des couleurs de la classe ouvrière. Le noir est l’emblème des “sans travail”. Louise Michel, communarde sortit du bagne de Nouvelle-Calédonie lutta pour faire adopter le drapeau noir comme symbole de l’anarchie. Elle y parvint en 1883. En 1831, des ouvriers terrassiers de Reims au chômage attachèrent un chiffon noir à une pancarte où était inscrit: “De l’ouvrage ou la mort !” Le drapeau noir est l’étendard des révoltés de la terre, il représente l’Idée, celle d’une société émancipée, faite d’associations libres et d’autogestion, anti-autoritaire. Le drapeau noir n’a jamais représenté dans l’histoire une quelconque autorité constituée ou centralisée. Il flotta dès 1918 en Ukraine, porté par l’armée populaire paysanne anarchiste de Nestor Makhno ; il flotta sur les usines italiennes en 1920 lors de la grève générale expropriatrice

 

Voter, c’est se soumettre…

 

Anarchix

 

Mars 2010

 

Source:

http://legauloisdechaine.blog.lemonde.fr/2010/03/17/voter-cest-se-soumettre/

 

… A la loi de la minorité dominante et non pas comme on veut nous le faire croire àl’avis majoritaire, qui de surcroi est également un leurre puisque cela ne fait qu’instaurer une dictature de la majorité, tout en délégant les pouvoirs a une clique d’aristocrates qui font ce qu’ils veulent du pouvoir. Et qu’on ne vienne plus parler des « contre-pouvoirs » qui n’existe que dans l’imagination des « démocrates » indécrotables et des propagandistes de tout poil…

Le système électoral est historiquement la marque de l’oligarchie(*). Ce que l’on appelle république n’est qu’un compromis entre la monarchie et les poussées démocratiques qui se sont exercées au fil du temps. Le citoyen n’est consideré par la caste politique arrogante et méprisante que comme un électeur et un contribuable. La délégation de pouvoir est une ineptie totale qui ne fait que conforter sans contrôle, la minorité exploitrice dans son rôle de seigneur et la vaste majorité exploitée, dans son rôle de serf, que le globalisme va rendre a une nouvelle forme d’esclavagisme.

Depuis bien longtemps, le politique assumé par nos partis fantoches et obsolètes, a été detourné et acheté par la haute finance. Tout politicien sortant du moule de l’asservissement aux intérêts particuliers des oligarches est broyé à terme par les diktats de ceux qui détiennent la finance et l’influence politique, ce sont les mêmes du reste. Il suffit de voir comment les politicards rampent devant le FMI , la banque mondiale, la BCE ou les PDG des grandes institutions financières, pour réellement se rendre compte à qui appartient réellement le pouvoir décisionnaire…

Quand on voit cette classe politique arrogante, de droite comme de gauche, qui bafoue la souveraineté du vote populaire en référendum sur le traité européen, contourne sa décision souveraine, car n’étant pas dans la ligne des intérêts particuliers des ordures de la finance qui les commandent, pour remettre la France dans le « droit chemin oligarchique » et a l’encontre de la décision du peuple… C’est explicitement dire au peuple:

« Nous nous foutons royalement de vous et de vos décisions, et nous ferons ce qui est le mieux pour nous et nos protecteurs, avec ou sans vous… »

Et vous voulez encore aller voter apres un coup pareil ?… Apres avoir été bafoué, humilié, il y a encore des citoyens prêts à aller perdre leur temps à placer un papelard dans une urne ?… Non sens total!

Elire est une illusion entretenue, cela donne l’illusion de « participer » à la vie politique du pays.. foutaise.. la politique participative de tous et sur tout est la seule réponse, le peuple fédéré, gère la société lui-même, sans délégation de pouvoir, qui n’a absolument pas lieu d’être.

Une chose est claire depuis bien longtemps et il serait grand temps que les citoyens s’en rendent compte une bonne fois pour toute:

L’oligarchie dirigeante n’oeuvre que pour ses propres intérêts… son propre maintien au pouvoir, et sa propre jouissance des privilèges inhérents, que viennent simplement régulièrement légitimer les « consultations electorales », qui ne sont qu’une mascarade de légalisation du systeme par une fraction du peuple… en cela voter c’est acquiescer a se faire voler, piller, trousser, houspiller, virer, taxer (voler pardon, je l’avais déja dit…).

Dans ce cirque barnum du politico-social a la sauce propagandiste, les politicards de tout poil ne sont que des hommes sandwiches qui vendent leur salade, promus eux-mêmes par des stratégies commerciales comme on vend un paquet de lessive. Le citoyen, dans la masse de l’opinion publique n’est qu’un consommateur qu’on matraque à grand coup de slogans et de propagande… La volonté générale n’est que pâture au clientélisme, le citoyen engoncé dans son role de chair a urnes et a impôts, qu’on sort pour le dépoussiérer et lui redonner l’illusion participatrice une fois de temps en temps au court des grands messes paiennes électorales des dieux de la finance. L’éducation et l’information ne sont que propagande, le débat et la délibération réels confisqués et totalement biaisés par une presse vendue et achetée par le conglomérat utile à l’élite des cartels du show-business médiatique.

Les élus ne représentent pas le peuple, ils représentent les intérêts particuliers de ceux qui les ont commandités en premiere instance… Le peuple ne fait que légitimer la supercherie!

Voter est une perte de temps… Le système est une mascarade !…

Le cirque Barnum du désir de puissance et de profit absolu…

Cherchez à qui cela profite.. et boycottez cette ineptie.. Le pouvoir au peuple et rien qu’au peuple…

Résistance politique: La déliquescence du système de la « démocratie » représentative ouvre la porte à la société non étatique…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 27 juin 2015 by Résistance 71

Nous bâtirons notre émancipation sur les ruines de leurs Parlements

 

Guillaume Goutte

Groupe Salvador Segui, FA

 

25 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://salvador-segui.blogspot.com/2015/06/nous-batirons-notre-emancipation-sur.html

 

« Ils disent nous représenter mais connaissent quoi de nos existences ?

Sont-ils déjà venus dans nos rues, histoire de voir ce qui se passe ? 

À moi seul, je te représente plus que ton député, 

tes sénateurs, ministres et autres fils de… »

Fonky Family – Dans la légende

 

La démocratie parlementaire – ce système qui, via un ensemble d’institutions de « représentation » verticale, capte la souveraineté populaire pour nous déposséder de notre capacité à décider collectivement de nos vies – est moribonde. Du moins sous nos latitudes, où une majorité des individus autorisés à voter rechignent, depuis plusieurs années, à se rendre aux urnes pour porter au pouvoir une des crapules qui disent nous représenter. Rien qu’aux dernières élections – les départementales de mars 2015 –, le taux d’abstention a atteint les 50,02 % au second tour (soit plus d’un électeur sur deux). Et qu’on ne vienne pas nous le justifier en arguant que les départements n’intéressent personne ou que leurs prérogatives ne sont pas assez évidentes, puisque les dernières législatives – qui désignent les députés, tout de même ! – en date (2012) ont été boudées par 44,59 % des électeurs (second tour) et les élections européennes (2014) par 56,7 %.

L’escroquerie parlementaire

Si le désamour est sensible, il n’est pas étonnant. Les élus, les éditocrates et les philosophes de plateaux télé ont beau s’acharner à nous présenter la démocratie parlementaire comme l’expression la plus aboutie de la liberté politique, nous ne sommes plus dupes. Les scandales politiques, financiers, sexuels se multiplient, n’ayant de cesse de dévoiler une classe politique qui pue comme un cadavre, agrippée à ses privilèges comme un enfant gâté à ses jouets. Détournements d’argent, passe-droits de tous ordres, agressions sexuelles et impunité s’ajoutent aux lois antisociales, aux logiques sécuritaires tous azimuts et aux politiques d’austérité qui accablent le quotidien des plus fragiles. Comment avoir confiance en des élus qui vous demandent de vous serrer la ceinture, tout en propulsant ministre de l’Économie un banquier millionnaire (Emmanuel Macron pour ne pas le nommer) ? Comment peut-on encore croire que cette démocratie-là incarne un idéal de liberté quand ses gendarmes tuent un manifestant à Sivens ou quand ses flics assassinent dans les commissariats, la plupart du temps en toute impunité ?

Mais au-delà des seules magouilles, des scandales et des bavures, le problème de la démocratie parlementaire réside dans son essence même, il est structurel. En plusieurs décennies d’existence, ce système – quelles que soient les formes qu’il a épousées – n’est parvenu qu’à faire la preuve de son inaptitude à sortir d’un modèle de société autoritaire et carcéral, où l’ordre se construit et se maintient à coups de matraque. Une exigence sécuritaire dictée par l’organisation politico-juridique que cette démocratie parlementaire sous-tend et reproduit, en tant que classe spécifique, à savoir l’État. Cette démocratie verticale est une démocratie en uniforme, conçue et pensée pour préserver ses propres intérêts et ceux des bourgeoisies. Et c’est pourquoi elle s’est aussi historiquement illustrée par son incapacité à émanciper le prolétariat de l’exploitation capitaliste – une incapacité qui découle de ce projet de société étatique dans lequel elle s’inscrit de fait. N’en déplaise aux partisans des révolutions sociales par le haut et par les urnes – celles des partis politiques –, la démocratie parlementaire n’a jamais aboli le rapport social capitaliste, et ne le fera jamais – le contraire la condamnerait à se nier elle-même. Les gouvernements changent de couleurs politiques, passent un coup à gauche un coup à droite, multiplient les portefeuilles ministériels ou les réduisent, mais rien n’y fait : chaque matin, c’est la rue, le turbin ou la prison qui nous tend les bras, pendant qu’eux s’occupent d’administrer les richesses qu’ils captent de notre travail ou se dorent la pilule sur les plages de je ne sais quel paradis fiscal. C’est un peu trivial, diront certains, mais notre quotidien aliéné l’est tout autant. L’exploitation de l’homme par l’homme n’a, au fond, pas besoin de deux mille pages pour s’énoncer clairement.

Le vote obligatoire, ou comment fabriquer la légitimité

Le désaveu de ces électeurs – ces « mauvais citoyens » qu’on appelle « abstentionnistes », quand ce n’est pas carrément « cons » (rappelez-vous la une de Libération) – traduit non seulement un désintérêt pour les programmes politiques de ceux qui affichent leur visage tout sourire dans nos rues, mais aussi, et c’est plus profond, une perte de confiance populaire dans le système électoral lui-même, qui n’est plus perçu, à juste titre, que comme une machine destinée à régénérer toujours la même classe politique. C’est précisément ce qui fait frémir certains élus. Car s’ils peuvent se contenter du « tous pourris » – après tout, ils savent ce qu’ils sont –, ils ne s’imaginent pas encore pouvoir gouverner sans avoir été portés par un système – en l’occurrence les élections – disposant encore d’une certaine légitimité. Non qu’ils soient particulièrement soucieux de démocratie (au sens premier du terme : le pouvoir du peuple), mais ils ont bien compris qu’un système sans un minimum d’assise populaire – au moins de façade – n’est pas amené à durer (bien des dictatures en témoignent).

Aussi, pour combattre l’abstentionnisme, certains ont-ils récemment proposé de recourir à la solution préférée de toute démocratie parlementaire : la répression. Et Claude Bartolone, actuel président (PS) de l’Assemblée nationale, d’évoquer la possibilité de rendre le vote… obligatoire ! Autrement dit de sanctionner par une amende tout électeur qui n’irait pas aux urnes. Une manière, en somme, de fabriquer de toutes pièces, par la menace, une légitimité au système électoral parlementaire. En échange, Claude Bartolone propose de reconnaître officiellement le vote blanc, donc de le comptabiliser. On les comprend : contrairement à l’abstention, le vote blanc ne les inquiète pas en soi, car si ce dernier peut traduire l’impopularité des candidats proposés, la première exprime un désaveu pour le système électoral en lui-même ; et c’est ce désaveu-là qu’ils veulent faire taire en poussant les gens dans les isoloirs.

Nos voisins belges, nous dit-on, expérimentent déjà depuis un certain temps le vote obligatoire : quiconque ne remplit pas son « devoir citoyen » peut être condamné à payer une amende de 30 euros. Le montant n’est certes pas extrêmement élevé, mais le principe de coercition est bien là et, en régulant cet acte sacré de toute démocratie parlementaire qu’est le vote, il achève de s’imposer comme principe régulateur majeur de la société elle-même dans son ensemble.

Éconduire et désamorcer nos rages

Au-delà de l’élaboration de cette légitimité artificielle, le vote obligatoire et la reconnaissance du vote blanc visent aussi à faire taire les expressions plus radicales des contestations sociales et populaires. Comme le rappe IAM dans La Fin de leur monde : « On râle, on gueule, on vote, espérant que ça va changer
 / Mais dresse tes barricades et tu les verras tous hésiter. » Car l’une des escroqueries de la démocratie parlementaire, c’est bien de nous faire croire qu’un bulletin de vote est en mesure d’incarner et d’exprimer nos colères et que les élections sont l’ascenseur permettant de faire remonter nos doléances au haut de la pyramide étatique. C’est d’ailleurs ce que les médias appellent, après chaque dépouillement, le « vote sanction » : on vote pour untel parce qu’il est contre le gouvernement actuel et voter devient un exutoire.

La montée de l’abstention fait craindre aux puissants que les colères générées par la misère sociale s’expriment autrement qu’à travers un inoffensif bulletin de vote. Ils voudraient faire de l’isoloir le substitut des grèves, des manifestations, des occupations, des sabotages, des espaces de libre expression publique, des barricades, de toutes ces formes d’action directe qui, elles, sont susceptibles de faire plier nos exploiteurs pour satisfaire nos intérêts de classe et, pourquoi pas, porter des ambitions plus grandes de révolution sociale. L’isoloir a toujours été le tombeau des rêves émancipateurs, et les croquemorts qu’on appelle « hommes politiques » feront tout pour qu’il le reste.

Cette démocratie qui s’arrête aux portes de l’entreprise

Le recours au vote obligatoire est bien aussi la preuve que ces mêmes hommes politiques ne croient pas eux-mêmes au système qui les porte. Car si les parlementaires étaient des individus de conviction, ils chercheraient moins à brandir la menace de la répression qu’à s’attaquer aux raisons mêmes, et profondes, de ce désamour croissant pour les élections. Mais de la part de politiciens qui préfèrent ouvrir des prisons plutôt que des écoles, il n’y a, là encore, rien d’étonnant.

Cette inconsistance idéologique s’illustre également par le « deux poids-deux mesures » — travers que les hommes politiques ont depuis longtemps érigé en principe de gouvernement — qu’on a récemment pu observer à l’égard de cette question de la participation aux élections. En effet, il y a quelques mois, fin 2014, l’Assemblée nationale et le Conseil constitutionnel adoptaient et validaient la suppression des élections prud’homales, retirant aux travailleurs leur droit à choisir eux-mêmes leurs conseillers prud’homaux (désormais désignés directement par les organisations syndicales). Prétexte ? Trop peu de travailleurs y participaient – et cela coûtait trop cher. À suivre cette implacable logique, on devrait donc supprimer les élections départementales et européennes. Ou obliger les travailleurs à voter aux élections prud’homales. Mais, là, on ne joue plus sur le même terrain. Les prud’hommes, ce n’est plus l’hémicycle de l’Assemblée nationale ou le parquet ciré de l’Élysée, c’est le terrain de l’exploitation économique, celui de la lutte des classes, du travail, autrement dit d’un espace quasi totalitaire qui s’accommode fort peu de démocratie – et au sein duquel moins il y en a, mieux nos dirigeants se portent. Or on contrôle mieux les bureaucrates d’une grande organisation syndicale (surtout à notre époque) que le vote des travailleurs qui ont compris l’importance de la justice du travail.

Construire nous-mêmes nos libertés et leurs garants

Au final, ce qu’il faut surtout retenir de cette volonté de faire taire notre refus des processus de régénération de la classe politique dirigeante, c’est qu’il traduit avant tout l’aveu de faiblesse d’un système désormais vraiment malade. Et contre lequel on devrait redoubler d’attaques, pour l’achever. Mais de même que « nous n’avons pas peur des ruines », « nous sommes capables de bâtir aussi », disait en son temps l’anarchiste espagnol Buenaventura Durruti. Et, de fait, ces nouvelles offensives doivent dépasser le simple discours du « tous pourris » (aussi chéri par le Front national) pour embrasser des perspectives révolutionnaires proposant d’autres possibles, des alternatives concrètes, profondément inscrites dans un projet de société sans classes, sans État, donc sans aliénation, qu’elle soit politique ou économique.

L’histoire du mouvement ouvrier compte nombre d’expériences réelles de démocratie directe qui portent en elles le refus d’une société étatique au profit d’une organisation sociale basée sur des assemblées populaires souveraines et des élus contrôlables, révocables et porteurs de prérogatives définies collectivement – autant de garde-fou pour parer toute transformation du « pouvoir de faire » en « pouvoir de dominer ». Actuellement, dans notre jeune XXIe siècle, les rebelles zapatistes du Chiapas, en révolution depuis 1994, expérimentent un tel fonctionnement antiautoritaire, apportant quotidiennement la preuve que, comme le libéralisme, la démocratie parlementaire n’est pas une fatalité, et encore moins l’expression la plus aboutie de la liberté en société.

Abstention, abstentionnisme et action directe

En période électorale, on voit parfois fleurir, au milieu des gesticulations démagogiques des candidats, des campagnes appelant à une abstention révolutionnaire. La logique est simple à saisir, puisqu’il s’agit simplement d’appeler les électeurs à ne pas se rendre aux urnes et « à agir au lieu d’élire ». Mais tout cela est-il bien sérieux ? Une abstention peut-elle vraiment être révolutionnaire ? À mon sens, non. Tout comme le vote, l’abstention n’est absolument pas en mesure de bouleverser le monde capitaliste. Et si voter ne changera jamais rien à nos vies, s’abstenir non plus. Pour un révolutionnaire, l’abstention doit moins être considérée comme un acte politique fort que comme une simple posture éthique, qui découle d’un refus légitime et conscient de participer à l’accession au pouvoir de tyrans qui nous écraseront demain. L’abstention n’a jamais changé le monde, et elle ne sera probablement jamais amenée à le faire. Et c’est bien pourquoi l’abstentionnisme – pensée qui consiste à faire de l’abstention un vecteur d’émancipation – me paraît aussi vain et dénué d’intérêt que le vote.

En réalité, plutôt que de s’époumoner à appeler à une abstention déjà conséquente, nous devrions observer à l’égard des périodes électorales une attitude de total désintérêt : convaincus qu’il n’y a rien à attendre de ces mascarades, nous ferions mieux de nous consacrer pleinement à des œuvres militantes plus utiles, au sein des luttes sociales, des expériences d’autonomie et en poursuivant le travail acharné de diffusion des idées et des pratiques anarchistes. Seule l’action directe, sous ses formes les plus diverses, pourra nous conduire à la ruine des Parlements, préalable indispensable à l’épanouissement concret de nos libertés et à la désaliénation de nos quotidiens.