Archive pour 2ème tour présidentielles abstention

Clown d’Or 2017 les chiffres dont on ne parle (quasiment) pas

Posted in actualité, démocratie participative, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 8 mai 2017 by Résistance 71

 

Résistance 71

 

8 mai 2017

 

Le Clown d’Or 2017 a donc été remporté haut la main par le candidat marionnette de la banque Rothschild et de l’ultra-libéralisme, doctrine politico-économique de l’annihilation finale par et pour la marchandise en marche. Il a battu à plate couture la harpie nationaliste de service, incapable de sortir de son rôle assigné par l’oligarchie en place, celui de punching ball servile et de circonstance.

La France s’avance donc vers plus de destruction sociale, plus de marchandisation, plus d’injustice, plus de répression et plus de guerre. Les veautards ont endorsé la financiarisation totale de la société et de leur vie qui mènera à la finalisation de la dictature technocratique déjà bien… en marche, à l’instar du Nouvel Ordre Mondial que le récipiendaire du Clown d’Or 2017 élyséen poussera toujours plus loin.

Il convient néanmoins au lendemain de cette bouffonerie patentée et institutionnalisée de se pencher sur quelques chiffres dont personne ne parle vraiment, mais qui valent la peine d’être cités.

Les chiffres officiels donnent un enregistrement sur les listes électorales de l’ordre d’un peu moins de 47 millions de Français. Il y a eu au second tour de l’élection, 12 millions de personnes enregistrées qui se sont abstenues (dont nous bien entendu), c’est à dire 25,5% de l’électorat. A cela viennent s’ajouter 4,2 millions de votes exprimés blancs ou nuls, correspondant, d’après les chiffres officiels, à quelques 12% des votes.

Au second tour de ce cirque électoral donc, quelques 37,5% des électeurs ont manifesté leur désaccord sur non pas le candidat élu mais sur les deux guignols restant en course pour ce second tour ! Cela fait plus d’un Français sur trois refusant de valider ce cirque. Ce n’est bien sûr pas suffisant, mais toujours intéressant de le noter… Ces 37,5% de Français ont le droit et le devoir de se faire entendre. Tout ce qui se fera en France dès maintenant, ne se fera pas en leur nom, qu’ils le disent haut et fort et agissent en conséquence.

Toujours d’après les comptes-rendus officiels, le taux d’abstention de l’ordre de 26% au 2ème tour est le second plus important après celui de 1969, qui … ironie de l’affaire, vit l’élection (déjà), d’un fondé de pouvoir de la banque Rothschild: Georges Pompidou avec un taux d’abstention record de 33% (sans compter les bulletins blancs ou nuls…).

Près de 50 ans plus tard, un goût de déjà vu ?… Milliardaires et banquiers ont sablé le champ’… Quant au peuple, avec encore 67% osant choisir au lieu de boycotter, peut-être n’aura t’il que ce qu’il mérite dans le moment ?

Question subsidiaire: Pourquoi faut-il toujours avoir la tronche dans le mur pour se rendre compte qu’il était là ?

Publicités

Aux veautards du 7 mai 2017

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 5 mai 2017 by Résistance 71

 

Résistance 71

 

5 mai 2017

 

Vous tous qui allez remplir votre pseudo-devoir électoral en ce dimanche serez les complices toujours plus avant de l’ineptie et de l’obsolescence d’un système étatico-capitaliste qui n’existe plus que pour la satisfaction des privilèges du plus petit nombre et la perpétuation mortifère du fétichisme de la marchandise spectacle en marche vers l’annihilation de l’humanité.

On vous demande de choisir entre un nationalisme (celui-ci français, mais il a le même visage partout…) fait de chauvisnisme béat, de traditionalisme de foire et de la satisfaction de la perpétration d’un État fort, coercitif, exclusif, xénophobe, répresseur et toujours plus diviseur contre un ultra-libéralisme capitaliste émanant du fin fond des conseils d’administration de la haute finance transnationale, ne visant qu’au renforcement oligarchique du plus petit nombre, dans un chaos économico-politique d’où émergerait la fusion tant désirée par les théoriciens de la société marchande, de l’État et des grosses industries ainsi que des entités financières transnationales, remplissant par là-même les conditions économico-politiques du fascisme selon saint Benito (Mussolini) qui voulait que le fascisme soit en fait appelé le corporatisme, car étant la fusion de l’État et de la grosse entreprise industrio-financière. Il est donc évident vu sous cet angle, que le 7 mai 2017, gràce à la complicité de veautards par ignorance ou par complicité avérée, que le seul vainqueur de la mascarade électorale usuelle sera le véritable FASCISME, celui prôné par tous les chantres du Nouvel Ordre Mondial et dont St Benito avait annoncé la définition dans les années 1920.

Veautards, pourrez-vous un jour enfin comprendre qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, qu’il n’y en a jamais eu et qu’il n’y en aura jamais ! Le “réformisme” est un leurre, vous êtes manipulés pour valider un système criminel et exploiteur.

Vous êtes les victimes volontaires ou non, de l’illusion démocratique mise en place par l’oligarchie depuis des siècles ; illusion dont un des rouages est le grand cirque pathétique électoral auquel on vous convie à intervalles plus ou moins réguliers. L’étatisme est un “isme” supplémentaire, c’est une invention humaine, il n’est en rien inéluctable et encore moins la “forme aboutie de l’organisation politico-écononique de la société humaine”.

Le 7 mai, la seule solution politique viable qui devrait s’imposer d’elle-même est L’ABSTENTION DE MASSE, qui en elle-même, si elle est un message de rejet puissant, se doit aussi d’être suivie par une action politique populaire: celle de former les associations libres, de nous regrouper entre nous, de reprendre le pouvoir qui nous a été volé, usurpé et le rediluer en nous-même, en cette société organique universelle, afin que renaisse sous une forme adaptée, le communisme primordial à l’humanité et inscrit dans sa lignée sociologique.

Nous devons ignorer État et institutions, réorganiser nos vies en associations libres confédérées et marcher sur le seul chemin viable pour l’humanité, celui de la société des sociétés, solidement ancrée dans la vie organique universelle à toute société, renverser le vide intersidéral de ce manque d’esprit comblé dès lors par l’État, en un big bang émancipateur des aliénations politico-économiques illusoires qui nous sont imposées depuis le haut de cette pyramide de contrôle tout autant criminelle qu’obsolète. En conséquence donc…

A bas les élections !

A bas l’État !

A bas l’argent !

A bas l’économie et les pseudo-marchés !

A bas le salariat !

Vive l’abstention politique !

Vive les communes libres confédérées !

Vive la Société des Sociétés !

Paix, amour, solidarité, émancipation et Liberté !

 

En signe de deuil, nous nous tairons jusqu’à l’après grande messe sectaire électorale du 7 mai. Nous répondrons néanmoins aux messages et commentaires de nos lecteurs.

= = =

A lire:

Notre dossier “Illusion démocratique”

Les_amis_du_peuple_révolution_française

Appel au Socialisme (PDF)

 

Rappel de nos écrits électoraux récents:

 

“Aux veautards du 23 avril”

“Pauvre France”

“Pour un mouvement abstentionniste politique”

 

Rappelez-vous toujours que:

 

Second tour des élections présidentielles: communiqué de la Fédération Anarchiste

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 29 avril 2017 by Résistance 71

Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais. Voter, c’est être complice des ignominies commises par les clowns mis au pouvoir et larbins de l’oligarchie aux manettes.

~ Résistance 71 ~

Changer le monde ne passe pas par le changement des dirigeants

Communiqué de la Fédération Anarchiste du 27 avril 2017

Plus de 8 millions d’électeurs se sont exprimés en faveur d’une politique libérale floue et démagogique ; plus de 7 millions ont plébiscité un programme basé sur la xénophobie et le mensonge ; 7 millions ont fait confiance à un voleur réactionnaire ; près de 7 millions ont opté pour l’aventure d’un populisme de gauche, et beaucoup se sont contentésd’être fidèles à de vieilles convictions…

La Fédération anarchiste n’attendra pas de progrès social à l’issue du second tour des présidentielles, quel que soit le vainqueur, même s’il est aussi permis de faire le pronostic que cette issue n’est pas forcément équivalente quant aux libertés individuelles et collectives dans une époque où de plus en plus de dictateurs sont élus.

Nous savons cependant qu’il n’y aura d’émancipation que grâce aux luttes sociales et environnementales et aux constructions d’alternatives.

Les années qui viennent seront encore des années de luttes contre la xénophobie, contre les reculs sociaux partout où le patronat, avec l’aide du prochain gouvernement, tentera toujours d’imposer sa volonté, et contre toutes les mesures liberticides qui s’accumulent depuis trop longtemps.

Changer le monde ne passe pas par le changement des dirigeants.

France: Le sabordage par l’élection…

Posted in actualité, altermondialisme, crise mondiale, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 27 avril 2017 by Résistance 71

Point de vue intéressant de Thierry Meyssan. Pour notre part, il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais ; croire le contraire est au mieux bien naïf (comme l’a prouvé, une fois de plus, le 1er tour de la pantalonnade électorale…), au pire être complice de notre mise en esclavage (moderne certes…), comme le prouvera une fois de plus, le second tour du Clown d’or 2017. L’oligarchie a mené une fois de plus le peuple veautard là où elle le désirait, comme en 2002, sauf que le vainqueur de cette supercherie ne sera plus un homme politique verreux certes, mais qui tenait encore tête à l’empire (refus d’envahie l’Irak en 2003…), mais un larbin de la haute finance formaté pour parachever le massacre enterpris sous les deux derniers pantins ayant siégé au palais des marioles.

Dès lors, le seul choix politique valide est l’abstention, qui doit être suivie d’une action populaire d’union en associations libres afin de court-circuiter le merdier ambiant et reléguer État et institutions aux oubliettes de l’histoire. Tout le reste, c’est piss…. vous connaissez la suite.

~ Résistance 71 ~

A lire en complément:

« Pauvre France… »

« Pour un mouvement abstentionniste politique »

 

Les Français se sabordent

 

Thierry Meyssan

 

25 avril 2017

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article196093.html

 

Nous assistons à un renversement historique en France où le spectre politique ancien vole en éclats et où une nouvelle fracture apparaît. Compte-tenu de l’intense propagande médiatique qui s’est abattue dans le pays, les Français ne perçoivent plus les repères essentiels et s’attachent à des lignes rouges qui n’existent plus. Pourtant, les faits sont clairs et certaines évolutions prévisibles.

l’issue d’une campagne électorale très agitée, les Français ont sélectionné Emmanuel Macron (soutenu par les centre-villes) et Marine Le Pen (soutenue par les banlieues et les campagnes) pour le second tour de l’élection présidentielle.

D’ores et déjà presque tous les candidats vaincus, à l’exception de Jean-Luc Mélenchon —et ce n’est pas un hasard—, ont appelé à soutenir Macron qui devrait donc être facilement élu.

Les deux grands partis historiques qui ont gouverné la France depuis les débuts de la V° République, Les Républicains (ex-Gaullistes) et le Parti socialiste (ex-Jaurésiens) sont battus. Tandis qu’un nouveau venu, En Marche ! (surtout présent à l’Ouest d’une ligne Le Havre-Marseille) , arrive sur la première place du podium face au Front national (implanté à l’Est de cette ligne).

Y a-t-il un candidat du fascisme ?

Dans l’Histoire de la France, ce n’est pas la première fois que ce clivage s’impose : d’un côté, un partisan de l’alliance avec ce qui paraît être la plus grande puissance du moment (les États-Unis), de l’autre, un mouvement en quête d’indépendance nationale ; d’un côté, la totalité de la classe dirigeante, sans exception notable, de l’autre, un parti fait de bric et de broc, composé massivement de prolétaires, dont les deux-tiers proviennent de la droite et un tiers de la gauche.

À l’évidence, le futur président français sera donc M. Macron ; un homme, issu de la Banque Rothschild & Cie, soutenu dès à présent par la totalité des chefs d’entreprises du CAC40.

Or, n’en déplaise à nos préjugés, l’unanimité des puissances d’argent est la caractéristique fondamentale des partis fascistes.

Cette unanimité du Grand capital s’accompagne toujours d’une unité de la Nation qui gomme les différences. Pour être égaux, il faut devenir identiques. C’est ce que le président Hollande avait amorcé avec la loi du « Mariage pour tous », en 2012-13. Présentée comme établissant l’égalité entre les citoyens quelle que soit leur orientation sexuelle, elle posait de facto que les besoins des couples avec enfants sont les mêmes que ceux des couples gays. Il existait pourtant bien d’autres solutions plus intelligentes. L’opposition à cette loi suscita de très importantes manifestations, mais malheureusement sans porter aucune autre proposition et parfois mêlée à des slogans homophobes.

Identiquement, l’attentat contre Charlie-Hebdo fut célébré au son de « Je suis Charlie ! », et des citoyens osant affirmer « ne pas être Charlie » furent poursuivis en Justice.

Il est désolant que les Français ne réagissent ni devant l’unanimité du Grand Capital, ni face aux injonctions de recourir aux mêmes dispositifs juridiques et de professer les mêmes slogans. Au contraire, ils persistent à considérer comme « fasciste » le Front national actuel sans autre argument que son lointain passé.

Peut-on résister au candidat du fascisme ?

Les Français pensent majoritairement qu’Emmanuel Macron sera un président à la Sarkozy et à la Hollande, un homme qui poursuivra leur politique. Ils s’attendent donc à voir leur pays décliner encore et encore. Ils acceptent cette malédiction croyant ainsi évacuer la menace de l’extrême droite.

Beaucoup se souviennent qu’à sa création le Front national rassemblait les perdants de la Seconde Guerre mondiale et de la politique socialiste de colonisation de l’Algérie. Ils se focalisent sur les figures de quelques Collaborateurs avec l’Occupant nazi sans voir que le Front national d’aujourd’hui n’a absolument rien en commun avec ces gens-là. Ils persistent à tenir pour responsable du drame algérien le sous-lieutenant Jean-Marie Le Pen (le père de Marine) et à exonérer de leurs responsabilités les dirigeants socialistes de l’époque, particulièrement leur terrible ministre de l’Intérieur, François Mitterrand.

Nul ne se souvient qu’en 1940, c’est un ministre alors fasciste, le général Charles De Gaulle, qui refusa l’armistice de la honte avec l’Allemagne nazie. Cet homme, dauphin officiel du maréchal Philippe Pétain (qui était le parrain de sa fille), se lança seul dans la Résistance. Luttant contre son éducation et ses préjugés, il rassembla lentement autour de lui, contre son ancien mentor, des Français de tous horizons pour défendre la République. Il s’adjoint une personnalité de gauche, Jean Moulin, qui, quelques années auparavant, avait secrètement détourné de l’argent du ministère de la Marine et trafiqué des armes pour soutenir les Républicains espagnols contre les fascistes.

Nul ne se souviens qu’un collègue de De Gaulle, Robert Schuman, apposa sa signature à l’armistice de la honte, puis, quelques années plus tard, fonda la Communauté économique européenne (actuelle Union européenne) ; une organisation supra-nationale imaginée sur le modèle nazi du « Nouvel Ordre européen », contre l’Union soviétique et aujourd’hui contre la Russie.

Le modèle Obama-Clinton

Emmanuel Macron a reçu l’appui de l’ancien président états-unien Barack Obama. Il a réuni une équipe de politique étrangère composée des principaux diplomates néo-conservateurs et ne fait pas mystère de soutenir la politique extérieure des Démocrates US.

Barack Obama, s’il a présenté sa politique extérieure avec une rhétorique diamétralement opposée à celle de son prédécesseur, le Républicain George W. Bush, a dans la pratique marché en tous points dans ses pas. Les deux hommes ont successivement conduit le même plan de destruction des sociétés du Moyen-Orient élargi qui a déjà fait plus de 3 millions de morts. Emmanuel Macron soutient cette politique bien que l’on ne sache pas encore s’il entend la justifier par la « démocratisation » ou par la « révolution spontanée ».

Si lors de l’élection US, Hillary Clinton a été battue, Emmanuel Macron devrait être élu en France.

Rien ne prouve que Marine Le Pen sera capable de jouer le rôle de Charles De Gaulle, mais trois choses sont prévisibles : 
 De même qu’en 1940, les Britanniques, ravalant leur dégoût, accueillirent De Gaulle à Londres, de même aujourd’hui les Russes soutiendront Le Pen. 
 De même qu’en 1939, rares furent les communistes qui bravant les consignes de leur parti rejoignirent la Résistance, rares sont aujourd’hui les partisans de Jean-Luc Mélenchon qui franchiront le pas. Mais à partir de l’attaque nazie de l’URSS, c’est tout le Parti communiste qui soutint De Gaulle et forma la majorité de la Résistance. Il n’y a pas de doute que, dans les prochaines années, Mélenchon se battra aux côtés de Le Pen. 
 Emmanuel Macron ne comprendra jamais les hommes qui résistent à la domination de leur patrie. Il ne comprendra donc pas les peuples du « Moyen-Orient élargi » qui luttent pour leur indépendance réelle autour du Hezbollah, de la République arabe syrienne et de la République islamique d’Iran.

Illusion démocratique: L’abstention seul choix cohérent contre l’ineptie organisée…

Posted in actualité, politique et social, politique française, résistance politique with tags , , , , , , , , , , on 25 avril 2012 by Résistance 71

Le 6 mai, ne votez pas !

 

par calebirri

 

le 22 avril 2012

 

url de l’article original:

http://calebirri.unblog.fr/2012/04/22/le-6-mai-ne-votez-pas/

 

Ca y est nous y sommes ! Le peuple a voté, et la déception doit être grande ce soir chez les Français : le coup de théâtre n’a pas eu lieu. Les résultats d’aujourd’hui, même s’ils sont dans l’ensemble conformes aux prévisions (les deux favoris sont au deuxième tour), montrent que le « vote utile », ce concept anti-démocratique qui fausse les élections, a permis une fois de plus  le « sabotage » de la volonté du peuple. Car sans ce « vote utile » du premier tour, où en serait le FN, et à quel niveau se situerait le FdG ?

Mais les petits arrangements ont déjà commencé. La partie va être serrée, vont nous répéter nos bons analystes durant les deux semaines qui vont suivre… c’est que chacun va vendre sa soupe durant cette période, comme on l’a déjà goûtée ce soir dans cette abominable cacophonie télévisuelle. Les uns vont évoquer la sécurité, les autres la justice sociale, tenter de satisfaire les électeurs des uns ou de ne pas effrayer ceux des autres, et le pire est que nous tous savons qu’en définitive ni l’un ni l’autre ne feront ce pour quoi ils ont été élus…Quel scandale ! quand je pense que j’ai failli aller voter quand même, pauvre victime du conditionnement à l’illusion démocratique que je suis encore…Quand on voit ceux qui hier (pardon avant hier) encore affirmaient ne faire aucune concession, qui promettaient des surprises historiques ou qui écrasaient leurs ennemis sous des tombereaux de critiques appellent aujourd’hui à la raison du peuple, à nouveau au « vote utile ».

Si ce soir il est difficile de dire  qui sera le gagnant de l’élection présidentielle au soir du 6 mai, on peut déjà en connaître les perdants : les Français. Ces Français qui ont rêvé un instant, un peu comme lorsqu’ils achètent leur billet de loto : ils savent qu’ils ne gagneront pas, mais avec leurs deux euros ils s’achètent juste le droit de rêver, un peu d’adrénaline jusqu’aux résultats… Et puis ils retournent bien vite à la réalité : ils ont perdu leur temps, et rien ne va changer….

Car rien ne va changer. Maintenant il va se passer ce qui se passe à chaque élection : la droite avec la droite et la gauche avec la gauche, le tout s’effectuant non pas « pour » un candidat mais « contre » l’autre. Une bonne campagne médiatique pour éviter l’abstention, tous unis par notre « devoir citoyen » pour « faire vivre la démocratie » , et puis au final, « l’UMPS » aux commandes du pays pour ne nous offrir en pratique ni le changement ni la France forte promis par les deux camps.

Et bien moi, du haut de ma petite personne encore libre dans mes paroles et mes actes de citoyen « lambda », j’appelle à ne pas voter au second tour. Puisque le vote blanc n’est pas considéré et que le scrutin tel qu’il est prévu par la Constitution ne permet pas à d’autres idées que celles des deux soumis au système de rendre le pouvoir au peuple, je rêve de voir les abstentionnistes majoritaires au second tour. Puisqu’on n’autorise pas à la volonté du peuple de s’exprimer autrement que par négation, je souhaite qu’il exprime son mécontentement par une abstention massive, un refus de se laisser berner, un « boycott » de ce système électoral truqué.

Je veux que l’extrême droite refuse de voter Sarkozy, et que l’extrême gauche refuse de voter Hollande, et que le centre refuse de voter pour l’un des deux. Je veux que chacun assume ses idées jusqu’au bout, sans se soumettre aux forces qu’ils ont tant critiqué durant toute la campagne.

Et je ne veux plus entendre les arguments fallacieux qui prétendent que celui qui ne vote pas ne doit pas critiquer. Je ne supporte plus les excuses à la conscience qui justifient le fait de se faire voler sa liberté d’opinion sous des références historiques dépassées. Je refuse d’appeler à voter pour un homme qui conduit le pays dans le mur, qu’il soit « plutôt à droite » ou « plutôt à gauche ». Aujourd’hui le vote n’est plus un gage de démocratie. Il y en a des exemples partout dans le monde, et si vous voulez vous en convaincre demandez-vous toujours qui vous prendriez s’il s’agissait de choisir au deuxième tour entre Hitler et Staline… Et bien moi je ne vote pas. Je ne vote pas car justement j’ai une conscience citoyenne. Je critique le vote, et je plains ceux qui votent, car ce sont eux les victimes consentantes d’un système qui ne leur offre rien d’autre que l’illusion de la démocratie, et de belles promesses, pas plus qu’un ticket de loterie. Si ceux qui votent étaient justement un peu plus au fait de la chose politique, et bien j’affirme qu’eux aussi cesseraient d’aller voter.

Ce qu’il faut maintenant, c’est arrêter de se soumettre à cette illusion, car dès le 7 mai les choses reprendront leur cours… La crise refera surface et les Français ne verront pas leur condition s’améliorer, et le président en exercice n’aura dans la pratique que très peu d’influence sur les évènements. D’autres combats prendront alors de l’importance, dont celui majeur et fondamental de l’Assemblée Constituante : car puisque la Constitution ne permet plus la démocratie, il faudra bien se résoudre soit à mettre un terme à la démocratie, soit à changer de Constitution. Et je ne me rappelle pas avoir lu dans le programme d’un de nos deux candidats la mise en place d’une telle assemblée…

 

Caleb Irri