Archive pour 11 septembre état profond

11 septembre nucléaire : Des scientifiques de Los Alamos répondent aux questions sur l’attaque nucléaire de New York (Veterans Today)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 28 septembre 2020 by Résistance 71

 

 

Comprendre le monde d’aujourd’hui passe par une compréhension de l’histoire lointaine et récente. Comprendre l’empire anglo-américano-sioniste et sa fuite en avant dans la tyrannie mondiale, c’est en comprendre l’élément fondateur que sont les attentats du 11 septembre 2001 de New York, perpétrés par ce qu’on appelle « l’état profond », pour mettre en place une grille de contrôle planétaire servant le plus petit nombre adepte d’un capitalisme monopoliste transnational destructeur, stade ultime du système étatico-capitaliste de la dictature marchande.
Ces attentats furent des attentats nucléaires ne pouvant être mis en place qu’avec le savoir faire et la complicité de pouvoirs étatiques et financiers puissants, dont un segment du gouvernement des Etats-Unis eux-mêmes.
Ci-dessous, le point de vue analytique du modus operandi nucléaire de ce néfaste jour par des scientifiques nucléaires de Los Alamos, des gens dont le métier est de construire ces engins de destruction massive inhumains que sont les armes nucléaires et qui en savent long. Ceci est un complément de notre PDF « Au sujet d’un 11 septembre nucléaire », que nous avons remis en lien sous cet article.
Ce que nous vivons aujourd’hui, y compris la situation ubuesque en ben des points de la « crise sanitaire CoV19 » devenue rapidement une dictature sanitaire, trouve en grande partie sa source dans les attentats du 11 septembre 2001, le Ground Zero de la mise en place d’une tyrannie mondiale.

~ Résistance 71 ~

 

Le résumé technique du 11 septembre 2001 : Les scientifiques de Los Alamos répondent aux questions sur l’attaque nucléaire de New York

 

VT

 

26 septembre 2020

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2020/09/26/excerpting-9-11-los-alamos-scientists-answer-questions-on-the-new-york-nuclear-attack/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’information ci-dessous est hautement classifiée. Les poseurs de question sont Ian Greenhalgh et Don Fox.

Les réponses proviennent de l’équipe de l’université de Californie qui a enquêté sur les attentats du 11 septembre 2001 pour le ministère américain à l’énergie (DoE). Ceux qui répondent aux questions sont des physiciens qui travaillent tous exclusivement pour le développement et les tests d’armement nucléaire ; ce sont les plus grands experts au monde sur le sujet.

L’information fournie fut le résultat de l’enquête officielle sur le 11 septembre conclut par le DoE en 2003 et envoyé à la Maison Blanche, aux membres de la Cour Suprême des Etats-Unis et à des membres clef de comités du Congrès des Etats-Unis.

Cette information fut aussi vue et analysé par le Join Chief of Staff (JCOS NdT : ou Etat-Major général des armées).

Au moins 200 officiels et hauts-fonctionnaires américains ont vu ce rapport. Une information postérieure a quelque peu modifié ces trouvailles fondée sur la lecture par l’équipe de Los Alamos des travaux de Dimitri Khazelov.

Ce qui est représenté ci-dessous ne provient que d’un fragment de l’enquête, un fragment sur le “comment” de l’affaire. Ceci fut initialement publié par VT en mai 2014.

Nous ne disons pas que ces informations sont correctes à 100%, mais nous pensons qu’elles le sont dans une très large mesure.

Ceci constitue ce que le gouvernement des Etats-Unis a eu connaissance et est parfaitement au courant. Ce sont les véritables conclusions d’enquête. Vous a t’on dit quelque chose de différent ? Si oui, pourquoi ?…

Q: Combien de types d’engins furent utilisés à New York en ce 11 septembre 2001 ?  Je vois un cas où on pourrait dire 2 ou 3 différents types d’engins [nucléaires] ?

A: Au moins deux types différents d’armes nucléaires furent utilisés. L’une est une arme micro-nucléaire standard de modèle à noyau W-54 de moins de 3 Kt et plus importante que 500 tonnes minimum de puissance explosive.

Les deux types plus avancés d’armes utilisées pour effondrer les tours 1 et 2 du WTC furent au moins de 1 à 3kt en charge. La boule de feu limite la taille en Kt de l’arme. La boule de feu doit avoir une taille maximum de 60m de diamètre à cause de la taille des bâtiments. Pour chaque Kt d’effet de démolition, vous avez environ 15m de rayon pour la boule de feu (NdT: soient 30m de diamètre, 2Kt ferait une boule de feu de 60m de diamètre…). La taille de la boule de feu peut-être moindre lorsqu’elle est contenue dans une structure en acier. Ainsi, une arme de 3Kt produira une boule de feu de 45m environ de rayon (soient 90m de diamètre).

Dans une configuration thermobarique, la boule de feu restera de la même taille, mais elle sera sous bien plus de pression et sera plus dense à cause de l’oxyde de fer dans la boule de feu. Lorsque cette boule s’étend à sa taille maximum de 45m et juste après qu’elle consomme tous les matériaux du bâtiment dans cette zone (plus de 150 tonnes pour une arme de 3 Kt), elle commence à se refroidir très rapidement.

Alors qu’elle se refroidit elle va expulser le plasma de fer fondu sous haute pression exactement comme un volcan, expulsant, éruptant la “lave” ou plasma directement vers le haut dans le centre du bâtiment. Ce jet sous pression “volcanique” de plasma très chaud va littéralement faire fondre tout l’intérieur du bâtiment et tout ce qui entre en contact avec. La Pulsion ÉlectroMagnétique (PEM) qui suit, va ajouter encore plus de chaleur thermique aux composants structurels du bâtiment. La PEM va aussi détruire ou effacer tout disque dur informatique survivant dans la zone.

Q: Les armes nucléaires au sol ainsi décrites paraissent être bien plus petites que celles utilisées enfouies. Les armes nucléaires sous les tours 1 et 2 du WTC apparaissent être différentes de celles utilisées sous le WTC7.

A: Oui, chaque bâtiment a besoin d’une charge explosive différente afin de l’effondrer. Ceci dépend de la taille, de la forme et de la masse totale du bâtiment. C’est de la physique de démolition très basique.Le bâtiment 7 a nécessité deux charges, car plus grand que les bâtiments 4, 5 et 6. Les tours 1 et 2, vu leur taille, demandèrent de bien plus grosses charges et il y eut besoin de plus gros trou pour les y mettre. Les armes utilisées pour ces deux bâtiments furent celles spécifiquement créés à cet effet (thermobarique), elles furent spécifiquement utilisées pour ce but précis.

Q: Nous voyons des preuves de l’utilisation de bombes à neutron dans les poussières collectées par l’USGS et les échantillons d’eau collectés par le DoE.  Il semble que l’uranium ait été le matériau de fission prévalent et nous trouvons de l’uranium dans les échantillons de poussières et non pas des résidus de plutonium. Le secondaire paraît être du deuteride de lithium alors qu’on trouve du tritium dans les échantillons d’eau du DoE. Est-ce qu’une arme nucléaire thermobarique pourrait utiliser de l’uranium comme combustible primaire ?

A: Oui. Une arme à l’uranium ou au plutonium peut être utilisé comme primaire. La primaire n’a besoin que d’être une arme à fission. L’uranium est aussi utilisé dans une arme à plutonium en tant que réflecteur/miroir à neutrons et un catalyseur d’énergie. Il réduit la quantité nécessaire de plutonium de 25 à 50%. L’uranium ne va pas complètement brûler, car il agit comme réflecteur à neutrons, ainsi on va en retrouver dans les retombées. 450g de plutonium ou d’uranium vont produire quelques 90cm3 de retombée par 450g de carburant fissile consommé par le primaire.

Donc si l’arme a utilisé 7kg de carburant fissile, elle produira 1350cm3 de retombée radioactive. L’essentiel de cette retombée sera absorbée par la seconde combustion du carburant nucléaire dans sa réaction thermobarique. Ajouter de l’oxyde de fer dans le secondaire réduira les retombées radioactives à des niveaux très acceptables après quelques jours. C’est une arme qui brûle propre. C’est pour cela qu’elle fut utilisée, bien moins d’effets radioactifs secondaires à gérer après détonation.

Pour chaque Kt d’énergie produite dans une explosion nucléaire, elle va consommer jusqu’à 50t de fer ou d’acier lorsque c’est pompé dans la langue de plasma, les transformant en vapeurs gazeuses. Lorsque tout cela se refroidit et est exposé à l’air ou à de la vapeur d’eau, cela forme des micro-granules d’oxyde de fer sphériques d’une taille d’environ 7 à 10 nm (nanomètres). Toutes les sphères métalliques formées par la boule de plasma lorsqu’elles se refroidissent varient en taille, selon leur poids atomique et la longueur d’onde de lumière qu’elles absorbent. La taille est déterminée par la longueur d’onde de la lumière  émise par la boule de feu du plasma allant de 30nm (lumière infra-rouge) à de bien plus petites tailles de l’ordre de moins de 1nm (pour les rayons X et gamma). Seul le fer absorbe la lumière dans la zone des 7 à 10 microns, c’est pourquoi elles sont de cette taille. L’Or, l’argent et l’aluminium absorbent tous des longueurs d’onde plus courtes, ainsi elles sont bien plus petites.

Si l’échantillon de retombée radioactive n’est pas directement pris de l’épicentre de Ground Zéro, il montrera moins d’uranium ou de plutonium dans les échantillons et ce, plus vous vous éloignerez du centre point zéro de la détonation. Ceci parce que la plupart du matériel radioactif non brûlé ne voyage pas bien loin de la boule de plasma.

Le but secondaire de l’oxyde de fer est de convertir l’excédent en rayons gammas, en rayons X et en radiation de neutrons en énergie thermique. Sa troisième fonction est de convertir les rayons Alpha et Béta en chaleur. Sa quatrième fonction est de convertir l’excès d’électrons libres produits par l’explosion en une pulsion électromagnétique plus importante. Sa cinquième fonction est de contenir ou d’absorber les retombées radioactives et de réduire leurs niveaux, aidant ainsi dans le nettoyage d’après utilisation.

Si un encastrage solide et épais en fer est utilisé, celui-ci va se fragmenter de la même manière qu’une grenade ou un obus d’artillerie à fragmentation, donc une poudre de fer plus douce est utilisée. Lorsque ce plasma hyper chaud de 1 million de degrés celsius en son centre et quelques 5000oC à sa périphérie, vient en contact avec tout autre matériel que ce soit, il va immédiatement le vaporiser ou le faire fondre. Même si le matériau ne fond pas, si les éléments de la structure en acier du bâtiment arrive au delà de leur point Currie, alors ces éléments vont perdre toute intégrité structurelle et plier comme des pretzels.

Ceci est fondamentalement une arme à plasma de première génération lorsqu’utilisée dans un bâtiment clos en acier. La construction close en acier va aussi contenir les retombées radioactives, lorsqu’utilisée dans une structure très haute comme ce fut le cas ce 11 septembre 2001 à New York. La structure centrale verticale en acier de quelques 300m de long des bâtiments (tours 1 et 2) agit également comme un guide d’onde thermique pour la langue de plasma convertissant la noyau central en acier du bâtiment en une arme à énergie dirigée. Ce centre agit également comme un guide d’ondes électromagnétiques pour la PEM et dirige l’énergie produite par l’arme directement verticalement dans le centre structurel du bâtiment. Cela forme de fait, une arme à énergie dirigée très basique.

La PEM est polarisée verticalement et est principalement absorbée par la structure en acier du bâtiment. Les effets de champ s’élargissant de la PEM ne s’écartent pas plus que le champ magnétique proche produit par l’explosion originale. Le bâtiment en acier agit comme une cage de Faraday absorbant et redirigeant la PEM en tant que chaleur thermique, ajoutant ainsi à l’effet thermobarique Les rayons X, gamma et les neutrons sont rapidement absorbés par la plupart des matériaux lourds du bâtiment ainsi, très peu de cette radiation va voyager plus loin que quelques pâtés de maisons hors de la structure du bâtiment.

Afin de prévenir qu’une contre-PEM ne coupe toutes les sources de courant électrique dans la partie basse de l’île de Manhattan, le bâtiment a du être mis hors secteur juste avant l’explosion. Ceci demanderait que quelqu’un coupe le courant dans le transformateur en sous-sol utilisé par le complexe du WTC et la compagnie d’électricité.

Lecture complémentaire :

Au sujet d’un 11 septembre nucléaire (PDF)

 


Du 11 septembre …
au verrouillage de la grille de contrôle

Crimes, enquête, mensonges, falsifications pour masquer un 11 septembre nucléaire (VT)

Posted in 11 septembre, actualité, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 12 septembre 2019 by Résistance 71

 

Les vrais crimes du 11 septembre

 

Gordon Duff

 

11 septembre 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/09/11/the-real-crimes-of-9-11/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Note de R71: En relation à notre billet d’hier sur « les trois mensonges systémiques du Nouvel Ordre Mondial », ce qui suit est l’introduction de GD, senior editor de Veterans Today, sur la dernière compilation d’information de Heinz Pommer sur le modus operandi de la destruction nucléaire des tours du WTC le 11 septembre 2001. Suivre le lien ci-dessus pour l’article en entier qui présente de nombreux croquis et vidéos  explicatifs de ce 11 septembre nucléaire. Nous avons traduit et publié en novembre 2017 l’essentiel de cette information, nous avons mis le pdf sous l’article. Bonne lecture !

Nous savons tous que cela fait maintenant 18 ans. Les crimes, le mensonge public, la corruption des médias, d’abord les médias de masse, puis quelques faux témoins, l’implantation de quelques bennes de camions de fausses preuves.

Puis les films, les passagers appelant depuis les avions, les pirates de l’air avec leurs cutter que les passagers des avions sur une ligne aérienne américaine, auraient mangé tout cru au petit déjeuner. Oh et puis des avions qui ne sont pas abattus, voilà comment ça a commencé, suivis de bâtiments que rien ne touchent, comme ce WTC7 qui tombe quand même, des feux qui brûlent pendant des mois, du granit et de l’acier fondus transformés en poussière. Des bombes nucléaires.

Des années de mensonge, des irradiations appelées, “soupe toxique”, disant au monde que la poussière de murs de bâtiments tue.

Puis les falsificateurs, la poudre magique et les armes à rayon de l’espace qui ont fait tomber les bâtiments, un cirque ambulant de la veulerie.

Au delà de tout ça, la véritable enquête, des meurtres, un grand jury secret, qui relie tout ça à des gangsters, à Israël, à l’Arabie Saoudite et à une cabale mondiale du trafic d’armes, tous les noms mentionnés depuis longtemps, avec des pièces d’enquête fuitées depuis longtemps et enterrées par… un effort très concerté de contrôle médiatique de toute sorte avec en son cœur, des entreprises de l’internet comme Facebook, YouTube et bien entendu Google.

Les nouveaux articles allemands sont devenus viraux, sur VT et partout (NdT: traduit en 2017 par nos soins et mentionnés dans notre article précédent…), de la science de qualité, des preuves au delà de toute imagination.

Aujourd’hui, toutes la preuve est sortie, des engins nucléaires dans les sous-bassements des tours jumelles, de petits engins nucléaires dans les réservoirs de la climatisation pour le bâtiment 7 et une enquête du FBI-CIA et de la Maison Blanche qui avait prédit cela 4 ans en avance mais sans pouvoir l’arrêter alors même que nos archives montrent qu’ils ont suivi le trajet des engins nucléaires de l’aéroport de Teterboro dans le New Jersey jusqu’au consulat d’Israël à Manhattan.

Pourquoi ?

Regardez les médias aujourd’hui, quelques sites vont vous lancer un os ici ou là du style “les incendies n’ont pas pu faire tout ça.” Je vous l’assure, ceux qui écrivent cette merde ont eu entre les mains des séries de preuves en provenance de la véritable enquête, ils avaient tout ça à leur disposition mais ils n’en ont pas utilisé un mot.

Leur science ? Une falsification infantile. D’abord le “rapport” du NIST, puis les “troofers”, une bande de clowns ambulants qui ne sont en fait pas tellement marrants.

Quand on demande pourquoi ils l’ont fait, les réponses que nous recevons mènent dans une direction.

Quelques uns de ceux qui parlent de “théories du complot” maintenant étaient là avant le 11 septembre.

Et ça continue, faux tireurs, vrais morts, faux morts, fausse attaque au gaz de combat, l’Amérique qui gère l’EIIL/Daesh et les casques blancs de la mort, la vérité est sortie, a été amenée devant des tribunaux de l’ONU, mais censurée aux Etats-Unis (NdT: et ailleurs…)

Tout en ce domaine est censure ou connerie totale.

[lire le nouveau document pleins de croquis de Heinz Pommer sur l’article original de VT]

= = =

Articles connexes:

“11 septembre et les trois mensonges systémiques du Nouvel Ordre Mondial”

Au sujet d’un 11 septembre nucleaire

 


Atomisation du WTC…

Dans la vidéo ci-dessous, on nous montre la littérale vaporisation d’une des tours jumelles et notamment on y voit la vaporisation en continu de la colonne représentée sur les photos ci-dessus, c’est montré sous plusieurs angles que nous ne connaissions pas… Stupéfiant !

 

 

Vérité sur le 11 septembre: Extraits de la compilation de lettres d’experts envoyées au président Trump

Posted in 11 septembre, 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 septembre 2018 by Résistance 71


WTC: Destruction nucléaire

 

Vérité sur le 11 septembre

2 lettres d’experts aux présidents des Etats-Unis Donald Trump, parmi une compilation de 100 pages…

 

11 Septembre 2018

 

Source:

https://phibetaiota.net/wp-content/uploads/2018/07/911-POTUS-Final-101-Pages.pdf

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

1er extrait: lettre de Nicholas Kollerstrom: “Le 11 septembre organisé de l’intérieur, Oussama Ben Laden piégé, le FBI au courant” (page 34 du document)

Lettre choisie pour traduction par notre lecteur et intervenant Bernardo1871 que nous remercions de nous avoir communiqué le document pdf mis en source ci-dessus, dont nous n’avions pas connaissance.

Monsieur le président,

Oussama Ben Laden n’a rien eu à faire avec les attentats du 11 septembre 2001. Il est mort aux alentours du 15 décembre 2001 après avoir dénoncé les attaques comme étant le travail d’autres personnes et en offrant de se livrer pour être jugé en dehors des Etats-Unis (Les Talibans avaient offert de le livrer aux Etats-Unis pourvu que des preuves soient produites en regard de sa supposée culpabilité, aucune preuve ne fut jamais avancée).

Les derniers mois de la vie de Ben Laden, de juillet à décembre 2001, sont d’une importance capitale pour l’histoire du monde. En juillet, il résida pour une semaine dans un hôpital américain de Dubaï afin d’y subir des soins pour son infection rénale, comme ceci le fut rapporté par le quotidien français “Le Figaro”. Il a subi une opération le 4 juillet. Ceci fut rapporté dans les quotidiens “Le Monde” et “The Guardian” le 1er novembre de la même année, mais fut nié par la CIA, pourtant aussi rapporté par John Snow sur Channel 4 News. Snow a d’abord confirmé la nouvelle avec le médecin britannique de Dubaï qui traita Ben Laden, source: Martin Summers, des “London 9/11 Sceptics” et il rencontra là le chef de station de la CIA Larry Mitchell le 12 juillet. Bon nombre des membres de la famille Ben Laden vinrent lui rendre visite, “l’histoire qu’il était le vilain petit canard ne tient plus debout”, a dit de manière laconique Michael Ruppert. Il a quitté Dubaï le 14 juillet dans un jet privé. On n’a plus de nouvelle de lui jusqu’au 10 septembre lorsqu’il réapparait dans un hôpital militaire à Rawalpindi au Pakistan, sous protection militaire, une fois de plus pour sa dialyse (Naffeez Ahmed “The war on Freddom, How and why America was attacked on september 11th 2001”, 2002, p.223 ; Thierry Meyssan “9/11, The Big Lie”, 2002, p.107).

Le 12 septembre, un quotidien pakistanais rapporta le déni final d’OBL, qu’il ne fut pas impliqué dans les attentats du 11 septembre, puis le 16 septembre, l’assistant d’OBL envoya un message par fax à l’Afghan Islamic Press (Islamabad, Pakistan), qui fut diffusé par la chaîne Al-Jazeera au Qatar. Dans ce message, OBL déclarait: “Je déclare catégoriquement que je n’ai pas fait ceci”, ajoutant qu’il avait un accord spécial avec Mohamed Omar, le chef des Talibans en Afghanistan, qui lui interdisait d’être impliqué dans de telles activités politiques. Une semaine plus tard, le 22 septembre, il donna toute une série de plus longues réponses à des questions émanant du quotidien pakistanais “Ummaut”:

“Je ne fus pas impliqué dans les attaques du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis ni n’ai eu connaissance que de telles attaques seraient effectuées. Il existe un gouvernement au sein du gouvernement des Etats-Unis. Ceux-ci devraient essayer de tracer les responsables de ces attaques en leur sein même, vers ceux qui veulent faire de ce siècle, un siècle de conflit entre l’Islam et la Chrétienté. On doit demander à ce gouvernement secret qui a perpétré ces attaques… Le système américain est totalement sous contrôle des juifs, dont la toute première priorité est Israël et non pas les Etats-Unis… J’ai déjà dit que nous ne sommes pas hostiles aux Etats-Unis. Nous sommes contre le système qui rend les autres nations esclaves des Etats-Unis ou qui les force à hypothéquer leur liberté politique et économique.”

Il est de mon point de vue que le fait que les services de renseignement américains aient désigné Oussama Ben Laden comme coupable, est une complète fabrication, aussi fabriquée que les affirmations actuelles du renseignement américain que les Russes ont hacké les élections et que ceci est un des nombreux éléments sur lequel une nouvelle enquête indépendante pourrait se pencher.

Respectueusement vôtre

Nicholas Kollerstrom

2ème extrait: Lettre de Gordon Duff: “Les attentats du 11 septembre de NYC furent un évènement nucléaire réalisé par Israël et supervisé par Dick Cheney” (document page 61)

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Monsieur le président,

Les attentats du 11 septembre furent un évènement nucléaire, du moins en ce qui concerne sa partie new-yorkaise. Le 11 septembre 2001, des employés du ministère américain à l’énergie (Department of Energy, DoE) et de l’Agence Internationale à l’Energie Atomique (AIEA) ont visité Ground Zero à New-York. Ils étaient habillés comme des employés utilitaires. Parmi eux figurait Jeff Smith, un de mes éditeurs bénévoles à Veterans Today (VT) et aussi inspecteur à l’AIEA. Jeff est un physicien des particules.

Des années après le 11 septembre, j’ai reçu des documents qui étaient supposément un rapport du DoE datant de 2003. J’ai contacté Jeff Smith et lui ai envoyé les documents qu’il partagea avec ses collègues du DoE à Los Alamos. Ils confirmèrent qu’ils avaient écrit ce rapport, qui avait été donné à la Maison Blanche, aux leaders politiques du congrès des Etats-Unis et au Pentagone. Le rapport stipulait qu’un certain type d’arme nucléaire avait été utilisé et que les armes avaient été fabriquées à partir de matériel nucléaire dérobé du dépôt Pantex à Amarillo au Texas.

J’ai reçu confirmation qu’il y avait eu une enquête du FBI et de la CIA sur un trafic nucléaire et ai reçu une confirmation indépendante que ceci était aussi lié à une enquête du FBI connue sous le nom du scandale de l’espionnage de l’AIPAC (American Israeli Public Affairs Committee). La membre du bureau directeur de VT, Gwyneth Todd, alors à la tête du bureau du Moyen-Orient pour le Conseil National à la Sécurité et assistante de Condoleezza Rice, a pris part à une opération arnaque qui prit alors dans ses filets un haut conseiller à la présidence qui passait des secrets nucléaires à Israël. L’enquête fut rapidement bâclée, les agents du FBI transférés et il y eut un attentat sur la vie de Gwyneth Todd. Elle se cache toujours maintenant. Non seulement des noyaux nucléaires furent volés, mais l’information technique permettant de  les classer et de les reconfigurer avaient été transférés à Israël par des hauts-fonctionnaires nommés par les administrations Clinton et Bush.

Les attentats du 11 septembre semblent avoir été faits par une force spéciale jointe israélo-saoudienne avec l’aide interne des plus hauts cercles politiques du gouvernement américain, opération qui fut “couverte” par un bon nombre d’éléments du gouvernement américain, menés par le vice-président Dick Cheney. Le degré d’implication d’éléments voyous de l’armée et des services de renseignement américains et leur complicité sur de multiples niveaux ce, de l’état-major des armées, jusqu’au simple surveillant de terrain, n’a pas encore été soumis à une véritable enquête.

Beaucoup de pays nous ont averti quelques mois à l’avance et le gouvernement des Etats-Unis était littéralement en guerre avec lui-même à partir de l’été 2001. Des chapeaux blancs étaient centrés sur une force spéciale combinée, basée à Fort Lee dans l’état du New Jersey, tandis que des chapeaux noirs, incluant le directeur de la CIA et les trois directeurs du FBI (passé, faisant fonction et Mueller) étaient tous engagés à essayer d’empêcher l’opération ABLE DANGER et d’autres éléments des chapeaux blancs qui essayaient de stopper l’évènement faux-drapeau planifié.


Vitrification de la roche à Ground Zero

En ce jour du 11 septembre 2001, il y eut d’autres attaques sur le pont George Washington et dans les tunnels Holland et Lincoln. Ceux qui étaient impliqués furent arrêtés et les arrestations qui furent faites sur le pont G. Washington, de nationaux israéliens armés ayant en leur possession plusieurs tonnes d’explosif, fut rapportée aux informations nationales. En tout, la force spéciale affrétée arrêta quelques 80 personnes, citoyens israéliens et saoudiens. Tous sauf 5, furent remis aux “officiels de Washington” et furent exfiltrés du pays. Alors qu’il fut rapporté que la famille Ben Laden était à bord de l’avion qui les transportait “en place sûre”, en fait la plupart des passagers de cet avion étaient des membres du Mossad, citoyens israéliens.

J’ai connaissance que la documentation du fait que le 11 septembre fut à la fois un évènement nucléaire et une opération faux-drapeau israélo-saoudienne avec l’aide interne du gouvernement des Etats-Unis, a été communiquée aux médias de masse, tous ont refusé de sortir du narratif officiel qui est une farce.

J’ai espoir que vous honoriez votre promesse de campagne électorale et que vous alliez au fond des choses de cette affaire et que vous utilisiez votre discours du 11 septembre 2018 pour libérer l’Amérique de l’influence de la fange sioniste et saoudienne.

Respectueusement vôtre,

Gordon Duff

= = =

Lectures complémentaires:

Au sujet d’un 11 septembre nucleaire

911_History_english

 


Vaporisation de poutres d’acier géantes

Au sujet d’un 11 septembre nucléaire (version pdf)

Posted in 11 septembre, actualité, altermondialisme, documentaire, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, politique et social, presse et média, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 31 octobre 2017 by Résistance 71

Résistance 71

31 octobre 2017

 

 

Suite à notre dernière traduction de VT et notre commentaire qui s’en est suivi, nous avons décidé de republier nos trois traductions au sujet d’un 11 septembre nucléaire réunis en une seule version pdf (Merci à Jo une nouvelle fois de cette excellente compilation).

Personne ne le répètera jamais assez: ce qui rend possible l’accélération globale de l’oppression et de la dictature dans cet assaut qui se veut final de l’oligarchie sur les peuples, a son origine pratique moderne dans les attentats du 11 septembre 2001.

Il ne faut jamais lâcher le morceau. La vérité nous libèrera !

Au sujet d’un 11 septembre nucléaire (version pdf gratuite)