Archive for the santé et vaccins Category

Thérapie chimérique : Dire NON ! refuser les pseudo-vaccins expérimentaux (PDF JBL1960)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 10 février 2021 by Résistance 71

Dernier PDF de Jo :
Refuser_vaccins_COVID_experimentaux

Analyse des chiffres démographiques: 2020 année de « moisson de morts » en relation avec 2018 et 2019. Excellente analyse vidéo…

Posted in actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, désinformation, documentaire, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , on 5 février 2021 by Résistance 71

Résistance 71

5 février 2021

Excellente analyse d’un phénomène démographique connu de cette science: « La moisson de morts ». L’année COVID = année cycliquement et statistiquement normale pour la démographie.

Vidéo à voir et diffuser sans aucune modération…

Pathocratie : Sortir les clowns psychopathes du pouvoir et le reprendre par et pour nous-mêmes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 2 février 2021 by Résistance 71

Nous avons traduit cet article parce que nous avons trouvé intéressant qu’un avocat spécialisé en droit constitutionnel en arrive à cette analyse, vu qu’il est dans le système et en dépend. Il est intéressant de noter qu’une fois de plus, si on peut s’accorder sur l’analyse faite, c’est sur certaines des solutions proposées que l’on peut toujours diverger, ce qui nous amène à la question essentielle après lecture d’une telle analyse : comment quelqu’un d’intelligent et ayant une bonne dose d’humanité (l’auteur n’est manifestement pas un des psychopathes qu’il décrit…), peut-il encore croire à une quelconque viabilité de la fonctionnalité du système, comment ne peut-on pas voir aujourd’hui comme le nez au milieu de la figure, qu’où que ce soit : il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir, qu’il faut en sortir et œuvrer ensemble hors état, hors marchandise, hors argent et hors salariat ?.. Ceci constitue aujourd’hui une évidence irréfutable dont il faut impérativement tenir compte si nous voulons sortir durablement du marasme étatico-capitaliste dans lequel nous nous sommes laissés enfermer.

~ Résistance 71 ~


L’asile armé aux manettes… partout en occident

Nous, le peuple, devrions prendre les décisions

John Whitehead*

Novembre 2020

url de l’article original:
https://americanfreepress.net/we-the-people-should-call-the-shots/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Il y a vingt ans, un journal posait la question dans une manchette : “Qu’elle différence y a t’il entre un politicien et un psychopathe ?” La réponse alors et aujourd’hui demeure la même : Aucune. A mon avis, il n’y a aucune différence entre les psychopathes et les politiciens (NdR71 : Nous serons un peu plus nuancés : depuis la fin de la seconde guerre mondiale, on peut dire que si tous les politiciens ne sont pas des psychopathes, tous les politiciens qui ont eu et ont une influence notamment en géopolitique, l’ont été ou le sont aujourd’hui, c’est même sans aucun doute un pré-requis pour arriver au sommet de la pyramide politique… Un exemple d’actualité parmi tant d’autres : Klaus Schwab, patron de Davos, si grande gueule de nos jours, est un élève de Kissinger, le plus grand psychopathe, criminel de guerre toujours en vie actuellement… On sait donc où cette ordure veut emmener le monde pour le seul bien du système à l’agonie et les autres exemples de cet accabi sont nombreux). Il n’y a pas non plus beaucoup de différence entre le chaos imposé sur les masses innocentes par une clique de criminels parasites, égoïstes, sans scrupules, irresponsables et déjantés et les élus passant leur vie à mentir à leurs concitoyens, échanger des faveurs politiques contre des fonds de campagnes électorales, faire semblant de ne pas entendre les plaintes de leurs électeurs, escroquer les contribuables de leurs impôts payés de leur labeur, favoriser les élites entrepreneuriales, et renforcer le complexe militaro-industriel, sans penser outre mesure aux conséquences dramatiques qu’ont et auront sur les citoyens sans défense leurs actions intempestives et toutes leurs législations liberticides passées à la hâte.

Les psychopathes et les politiciens ont tous deux une forte tendance à l’égoïsme, au narcissisme, à l’exploitation sans vergogne d’autrui, à l’irresponsabilité, au mensonge pathologique, à être des escrocs sans aucun remord. Les politiciens charismatiques, tout comme les criminels psychopathes, démontrent la propention à ne jamais accepter la responsabilité de leurs actions, ont une très haute opinion d’eux-mêmes, sont chroniquement instables, ont des styles de vie socialement déviants, ont besoin d’une stimulation constante, ont un style de vie parasitique et s’affublent d’objectifs irréalistes.

Cela n’a aucune importance de savoir si on parle de “démocrates” ou de “républicains” ; tous ces psychopathes politiques sont issus du même moule, souvent enjolivés d’un semblant de charme facile et d’esprits calculateurs inaltérables. De tels leaders créent éventuellement des pathocraties, sociétés totalitaires enclines au pouvoir, au contrôle, à la destruction de la liberté de manière générale et de ceux qui mettent ces libertés en pratique. Une fois les psychopathes au pouvoir, le résultat est généralement une forme de gouvernement totalitaire ou pathocratie. “A ce point, le gouvernement opère contre les intérêts de son propre peuple mis à part certains groupes privilégiés,” explique James G. Long. 

En d’autres termes, élire un psychopathe dans une fonction publique revient à pratiquer un hara-kiri national, cet acte ritualisé d’auto-destruction suicidaire.Cela signale la mise à l’écart de toute velléité démocratique et fournit la base pour un régime totalitaire légaliste, militariste, inflexible, intolérant et inhumain. Pourquoi donc le faisons-nous encore et encore ? Incroyablement, malgré la preuve évidente des dégâts qui ont déjà été causés à cette nation et à ses citoyens par des hauts-fonctionnaires gouvernementaux psychos, les électeurs continuent d’élire des psychopathes aux plus hautes fonctions de l’État.

En fait, il y a une bonne raison pour laquelle la capitale de cette nation, Washington D.C, est au sommet de la liste des régions peuplées de psychopathes. Lorsque notre propre gouvernement ne nous regarde plus comme des êtres humains ayant une dignité et une valeur, mais comme des choses, des marchandises à manipuler, manœuvrer, à pomper les données, à être molestées par la police, trompées à croire qu’ils ont notre meilleur intérêt à cœur, pour finalement nous maltraiter et nous jeter en prison si nous osons sortir du sentier battu, pour être punis sans aucun remord, tout ça en refusant simultanément de prendre responsabilité de leurs échecs, alors nous ne fonctionnons plus du tout dans une république constitutionnelle (NdT: ici l’auteur ne voit pas que le concept même de “république constitutionnelle” est un leurre et une vaste supercherie… Il a encore un petit bout de chemin à faire…).

Au lieu de cela, nous faisons l’expérience d’une pathocratie : la tyrannie aux mains d’un gouvernement psychopathe, qui “opère contre les intérêts de son peuple à l’exception d’un groupe privilégié.” Pire, la psychopathologie n’est pas confinée à ceux œuvrant en haut lieu au sein de gouvernement. Elle peut se propager comme un virus dans la population (NdT: c’est une construction sociale à ce niveau, construite méticuleusement au moyen de certains rouages du système…). Comme l’a conclu une étude sur la pathocratie : “La tyrannie ne fleurit pas parce que les perpétrateurs sont ignorants de leurs actions. Elle fleurit parce que certaines personnes s’identifient avec ceux qui font la promotion d’actes malfaisants les faisant passés pour vertueux.

L’objectif de l’état corporatiste entrepreneurial moderne est évident : promouvoir, cultiver et intégrer un sens d’identification partagée parmi les citoyens. A cette fin, l’expression “Nous, le peuple” est devenue “nous, l’état policier”. Nous devenons très rapidement des esclaves sous le joug d’une machine gouvernementale bureaucratique, totalitaire, sans nom et sans visage, qui érode sans relâche nos libertés au moyen de lois innombrables de statuts et d’interdictions en tout genre. Toute résistance à un tel régime dépend de la force d’opinion et des esprits de ceux qui résistent, de ceux et celles qui répondent et luttent contre la coercition. Écrivant pour Think Progress, Zach Beauchamp suggère qu’ “un des meilleurs remèdes contre les mauvais leaders pourrait bien être la démocratie politique”.

Mais qu’est-ce que cela veut dire en termes pratiques ? Cela veut dire tenir les politiciens pour responsables de leurs actions et des actions de leurs personnels en utilisant tous les moyens à notre disposition comme le journalisme d’enquête (ce qu’on avait l’habitude de nommer le quart d’état), qui informe et illumine, par les lanceurs d’alerte qui exposent la corruption systémique, par les actions en justice qui mettent à mal les mauvaises actions et par les manifestations et les actions politiques de masse qui rappellent au “pouvoir en place” que “Nous, le peuple” sommes ceux qui prennent les décisions.

NdR71 : Vraiment ? c’est sa solution ? Réformer le système une énième fois ? Il a encore un bout de chemin à faire pour comprendre qu’il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir. Y viendra t’il ? ou est-il un autre de ces sempiternels cas de naïveté désespérée et désespérante ?…

Rappelez-vous que l’éducation précède l’action. Les citoyens doivent faire le dur boulot de s’éduquer au sujet de ce que fait le gouvernement et sur le comment le tenir pour responsable. Ne permettez pas de n’exister que dans une caisse de résonance restreinte aux vues auxquelles vous adhérez. Exposez votre analyse à plusieurs points de vue dans des sources médiatiques variées, des sources mainstream et indépendantes, et pensez par vous-mêmes. En cela, peu importe quel est votre penchant politique, ne laissez pas votre jugement partisan tromper les principes qui servent de base à notre république constitutionnelle (NdT: qui est une ineptie en elle-même, incapable de démocratie puisque, comme toute république, elle n’est qu’une aristocratie du pouvoir délégué à une coterie de privilégiés, de surcroit ssujettie à la dictature marchande toute puissante. Rien ne pourra jamais changer tant que le pouvoir demeure séparé du corps social…).

Ceci dit, si nous permettons que ce ne soit que le vote qui soit notre seul moyen de résister à l’état policier, alors la bataille est perdue d’avance. La résistance demandera une citoyenneté désireuse d’être active au niveau local. Si vous attendez pour agir qu’une équipe du GIPN défonce votre porte, que votre nom ne soit mis sur une liste de surveillance terroriste, jusqu’à ce que vous soyez dénoncé pour de telles activités hors-la-loi que de collecter de l’eau de pluie ou de laisser vos enfants jouer dehors sans supervision, alors il sera trop tard.

Voici le peu que je sache : Nous ne sommes pas des numéros administratifs sans visages. Nous ne sommes pas des rouages d’une machine. Nous ne sommes pas des esclaves. Nous sommes des êtres humains et pour le moment, nous avons l’opportunité de demeurer libres, c’est à dire, si nous clamons nos droits sans relâche et résistons à chaque tournant contre chaque tentative du gouvernement de nous enchaîner. Les fondateurs de la nation avaient compris que nos libertés ne découlent pas du gouvernement. Elles ne nous furent pas données pour nous être reprises par la simple volonté de l’État. Elles sont inhérentes à nous et de la même manière, le but de la fonction du gouvernement n’est pas de menacer ou de diminuer nos libertés, mais de les protéger et de les sauvegarder.

Tant que nous ne reviendrons pas à cette façon de penser, tant que nous ne rappellerons pas à nos compatriotes ce que c’est que d’être libres et tant que nous ne dresserons pas fermement de les menaces exercées sur nos libertés, alors nous seront toujours traités comme des esclaves sous le joug d’un état policier bureaucratique piloté par des politiciens psychopathes.

(*) Avocat constitutionnel et écrivain, John W. Whitehead est le fondateur et président de l’Institut Rutherford, ses livres Battlefield America: The War on the American People et A Government of Wolves: The Emerging American Police State 

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie


Déconnectons Hal… maintenant !

État des lieux avant chambardement (Résistance 71)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 30 janvier 2021 by Résistance 71

 


1871-2021… 150 ans pour une renaissance
…et un dépassement

 

“Si les gens devaient savoir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés…”
~ ex-président George H.W. Bush (père) lors d’un entretien avec la journaliste Sarah McClendon, 1992 ~

“L’ancien monde se meurt, le nouveau peine à naître, le temps des monstres est venu….”
~ Antonio Gramsci ~

“Éduquer pour révolter”
~ Fernand Pelloutier ~

“La nature, obstinément, manifeste la même idée.”
~ Antonin Artaud ~

“La volonté est création.”
~ Friedrich Nietzsche ~

 

 

État des lieux avant chambardement…

 

Résistance 71

 

30 janvier 2021

 

Article à lire en parallèle à cette réflexion :
« Le symptôme d’une époque en crise, éléments pour une pensée authentiquement rebelle »

 

Cette réflexion est la suite logique d’un entretien que nous avons récemment eu avec Jo où nous disions ceci de la situation actuelle :

= Ce qu’il faut comprendre aussi c’est que le système a ses propres logiques que l’oligarchie qui le sert ne peut pas ignorer, ainsi s’ils veulent survivre, la seule solution est le N.O.M / dictature technotronique parce que le modèle étatique et capitaliste est au bout du rouleau, a tout vampirisé et ne peut plus reproduire son modele, il doit muter… comme un virus.
Pour bien démontrer l’affaire utilisons ce parallèle avec la nature : un virus mute, il est reconnu que naturellement, un virus mute pour être moins virulent car sa prolifération est gage de sa survie donc tuer l’hôte est courir à sa perte (contrairement aux parasites qui eux tuent leur hôte a terme). La nature tend donc a neutraliser le négatif pour tendre vers un équilibre, ce qui fait que nous, tous les êtres vivants de fait, devons vivre en symbiose avec les virus et eux avec nous, chacun tire profit de l’autre. La nature fait périr les immuno-déficients et renforce le reste des populations.
Le système d’organisation étatico-capitaliste doit aussi constamment muter pour survivre : des premières cités-états du néolithique => esclavage => féodalisme => capitalisme => ?? N.O.M ?? A ce stade on voit le côté contre-nature de toute cette affaire puisque c’est induit, une construction sociale humaine et n’est en rien naturel. Chaque passage est pire, chaque mutation n’atténue pas mais empire la situation globale. Pour survivre maintenant, le parasite doit, dans l’évolution inéluctable de ses rouages, sacrifier une grande partie de l’organisme qui l’abrite (Nous, la société humaine), pour pouvoir muter. Il n’y a aucune symbiose, tout est forcé, parce que rien n’est naturel, tout est contre-nature.
C’est pour cela que nous sommes convaincus que leur plan va échouer, la nature rétablira son cours parce que rien ne peut la forcer sur le long terme. Le type de société proposée par l’oligarchie est contre-nature, et la nature reprendra ses droits. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne vont pas essayer, qu’il n’y aura pas malheureusement des millions de mort… Ils ont déjà commencer et cela va empirer c’est sur. Mais a terme, ils échoueront. En revanche, l’Anarchie est naturelle, elle est l’expression de l’équilibre des choses, tout déséquilibre ne peut-être que temporaire. L’important est de comprendre et d’entrevoir le chemin et c’est sur celui-ci que le chemin se fera ; au fur et a mesure. =

Nous avons détaillé dans notre “Manifeste pour la Société des Société” (2017), le cheminement et les errements de gouvernance de la société humaine depuis le néolithique, période historique dont tout le monde s’accorde pour dire qu’elle fut l’origine de notre mise en servitude perpétuelle par construction sociale et nécessité systémique.
Déjà dans les années 1860, un président américain : Abraham Lincoln disait “La finance conspire.” Il savait, voyait de l’intérieur et d’en plus haut lieu de la pyramide du pouvoir, les manigances du gros business et de la banque lors de la guerre de sécession. Lincoln fut assassiné pour avoir tenté de rendre le dollar indépendant des grosses banques privées. Plus tard, un autre président yankee sortant Dwight Eisenhower, pourtant ancien militaire, prévenait ses concitoyens des dangers du complexe militaro-industriel grandissant et de son pouvoir devenant tentaculaire. Peu de temps après, c’est un autre président yankee J.F. Kennedy qui prévenait des “sociétés secrètes” à l’œuvre dans la société. JFK fut aussi assassiné, entre autre pour avoir planifié le démantèlement de la CIA, le bras armé de Wall Street.
En 1991, un autre président américain George H. W. Bush (père) déclarait publiquement lors d’un discours que nous marchons vers un Nouvel Ordre Mondial. Nous pourrions écrire des pages et des pages sur ce qui a été dit et écrit sur le sujet, non pas par des “conspirationnistes”, mais par des hommes politiques et hommes / femmes d’affaires de haut rang, siégeant dans les burlingues feutrés du pouvoir et de sa corruption inhérente.
La réalité des choses est la suivante : nous vivons dans un processus systémique qui s’auto-valide et s’auto-reproduit sur une voie à deux sens.

Explication

Tout comme on peut toujours se poser la sempiternelle question de savoir qui a commencé de la poule ou de l’œuf, nous pouvons aussi nous demander à juste titre, si ce sont les hommes qui créent le système ou le système qui crée les hommes ?
A partir du moment où quelque part à un moment donné de l’histoire, la capacité décisionnaire et d’application des décisions des humains (ce qu’on appelle “le pouvoir”) qui jusque là demeurait dissoute dans le corps social, est sortie de celui-ci pour être maintenu en une entité séparée créant de facto la division de l’unité sociale entre un groupe de personnes possédant le pouvoir et donc dominant et un plus vaste groupe de personne soumis au pouvoir et donc dominé (cf notre “Manifeste”), le squelette, le prototype de ce que nous vivons aujourd’hui fut créé. A partir de là toute une structure de rouages politiques puis économiques se mirent en place pour créer un système de contrôle et de maintien de la séparation de la société humaine entre dominants et dominés.
La division initiale mit en branle un système de contrôle nécessaire qui se perfectionna petit à petit. Ainsi si tout cela est une construction sociale et si les hommes de la catégorie des dominants ont créé au fur et à mesure un système de gestion politico-économique adapté à la survie et métamorphose de système, il n’en est pas moins vrai que le système lui-même appelait et appelle toujours à une certaine méthodologie gestionnaire obligée qui formate les hommes en charge de sa survie.
Nous sommes donc dans une voie à deux sens, l’une renforçant l’autre.
D’un côté, il y eut une nécessité de créer un système de gouvernance et de contrôle et de l’autre côté, au fil du temps, ce système se perfectionnant au gré de la technologie et de ses nécessités accrues, est née de manière inhérente une nécessité de formater les humains pour qu’ils le perpétue à travers les époques.
Nous arrivons maintenant à une fin d’ère essentielle, celle où le système étatico-capitaliste, dernier avatar en date du contrôle de la séparation du pouvoir et de la perpétuation de ce système de gouvernance, arrive en toute fin de course ayant finalement tout vampirisé dans une frénésie marchande qui l’amène à sa fin ne pouvant plus reproduire son propre modèle pour survivre.
Marx avait parfaitement analysé cette situation par anticipation au XIXème siècle lorsqu’il parlait des phases formelle et réelle du capital. La phase réelle du capitalisme achevé nous la vivons depuis en gros la fin de la 1ère guerre mondiale et elle est la phase vampire et destructrice, de marchandisation de tout, menant via la baisse implacable et inhérente du taux de profit à une implosion historique de ce modèle de gouvernance qui a vu l’économique totalement phagocyter le politique, brisant une sorte d’équilibre atteint durant des siècles et en phase formelle du capital.
Ceci est la fin d’une logique systémique implacable dont les premiers rouages furent mis en place il y a quelques 5000 ans. Plus rien ne peut sauver le capitalisme et l’étatisme. La seule solution est le passage à une autre réalité, une mutation révolutionnaire, par une énième révolution “industrielle”, celle de la technotronie, un grand changement pour qu’en fait.. rien ne change en haut de la pyramide.

La croisée des chemins qui arrivent va donner deux directions possibles à l’humanité :

  • La première est celle d’une révolution industrielle et sociétale, celle voulue par les oligarques et leurs mignons. Elle prendra la forme d’une dictature technotronique planétaire menant au transhumanisme, rêve de l’anti-nature représentée par l’oligarchie en place. Qu’on l’appelle “Great Reset”, “Grande Réinitialisation”, “Nouvel Ordre Mondial”, “Gouvernance Mondiale”, peu importe les mots, elle représente la prochaine étape mutante de notre société humaine dans le Samsara de la construction sociale induite et perverse, de la contre-nature incarnée. Nous en voyons aujourd’hui l’avant-garde depuis les attentas du 11 septembre 2001 et cette “guerre contre le terrorisme” créée de toute pièce et dans l’exploitation de la crise induite dite du COVID-19, de cette nouvelle “guerre sanitaire” et qui n’est que le tout début d’un véritable tsunami de déchaînement totalitaire et eugéniste à venir, qui verra ceux qui se rebellent contre la pensée unique “sanitaire” être étiquetés “terroriste domestique” et listés pour élimination.
  • La seconde est celle de l’évolution de la société humaine ayant lâché prise des vacuités mercantiles et narcissiques, vers son humanité achevée au sein d’une société des sociétés solidaire et horizontale, véritable commune universelle de la réalisation de notre potentiel organique et de l’épanouissement de notre Être. Une Humanité dont l’Esprit organique emplira de nouveau le vide laissé par l’État et le capitalisme enfin désagrégés n’ayant pu survivre à leurs tares inévitables puisque contre-natures. Une humanité qui enfin se préoccupera du bien-être de toutes et tous en créant un environnement social durable qui est impossible au sein de la dictature marchande.

Il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir

Pour certains le choix est vite fait, mais pour le plus grand nombre, l’illusion réformiste et le vain espoir d’un Deus ex Machina systémique leur obscurcissent l’esprit et la capacité d’analyse critique.
Ce dont nous avons besoin n’est pas d’une révolution mais d’une évolution. Une “révolution” par définition nous ramène au point de départ puisque nous sommes prisonnier du cercle en mouvement. Toutes les révolutions de l’histoire ont opéré des changements cosmétiques plus ou moins importants, mais à terme, ont toujours ramené la même illusion sur le devant de la scène et les mêmes contrôleurs de la division du pouvoir, justement parce que jamais la racine du disfonctionnement ne fut attaquée: la division dominant / dominé par le pouvoir extorqué et maintenu artificiellement hors du corps social. Nous devons sortir du cercle, prendre une tangente pour reprendre notre évolution vers notre humanité enfin réalisée, celle de la société organique du triomphe tant attendu de l’intérêt général qui ne pourra survenir que lorsque nous, les gens du commun, aurons repris la capacité décisionnaire (i.e. le “pouvoir”) et l’aurons réintégrée dans le corps social de nos communautés inter-connectées dans le plasma organique de cette véritable vie hors État, hors rapport marchand, hors argent et hors salariat qui ne sont que les agents de la division, du chaos et de la mort tant sociale que physique à court terme.
Ce que nous disons ici va essentiellement à contre-courant de pratiquement tout ce qui peut être lu, vu ou entendu se voulant critique et suggestif pour un changement à venir. Paulo Freire le grand éducateur brésilien avait dit en 1970 et à fort juste titre : “La rébellion sans conscience critique est une explosion d’impuissance”. La nécessité première aujourd’hui est de se débrancher de la perfusion d’inepties et d’insanités dont nous sommes abreuvés jour et nuit par les variés “ministères de la vérité” et leurs succursales de la vacuité pathologique étatico-marchande et de rebrancher nos cerveaux en mode “pensée et analyse critiques”. Lisons, documentons-nous, apprenons hors des sentiers battus de l’oligarchie et de la bien-pensance du “politiquement correct” et dans le même temps, rapprochons-nous les uns des autres, embrassons notre complémentarité naturelle, réfléchissons et agissons ensemble, boycottons institutions et monde marchand tout en soutenant l’échange local et librement consenti, tendons les bras pour une inter-connexion locale, régionale, nationale, transnationale, apprenons de ceux qui luttent efficacement contre la dictature marchande partout dans le monde, ils sont nombreux et une abondante documentation existe. Il n’est pas question de les imiter, mais de nous inspirer de leurs méthodes et de leurs succès et de les adapter à nos vies et communautés. Ignorons le jeu de la division pour nous concentrer sur ce qui nous rassemble : l’intérêt commun de vivre bien, ensemble, épanouis, dans cette jouissance naturelle de la célébration de la vie et de notre humanité. Penser at analyser sans agir n’est que brassage de vent et théorisation futile ; agir sans pensée critique n’est que du militantisme futile et illusoire facilement récupérable et récupéré de fait  par toutes les églises idéologiques possibles et imaginables couvrant tout le spectre de l’imbécilité politique de l’extrême gauche à l’extrême droite du capital. Assez de toutes ces futilités de bas étages ! 
Entre la réflexion critique et l’action il ne doit pas y avoir l’épaisseur d’un cheveu. Ainsi, nous pensons depuis bien longtemps à Résistance 71, que la critique, l’exposition des turpitudes et crimes du système et de son oligarchie ne suffisent plus, qu’il convient d’agir en toute conscience politique pour activement participer ici et maintenant, de là où nous sommes, au grand chambardement. Parce que grand chambardement il y aura, que ce soit celui de la première direction vue plus haut ou celui de la seconde.

Pour ce faire, nous devons être critiques, acerbes et aiguisés tel le scalpel pour trancher dans le vif du sujet. Nous pensons que dans un premier temps, la première des choses à faire est d’ignorer et de boycotter petit à petit toutes les entraves à notre vie qu’elles soient d’ordre institutionnelles ou privées. Nous recentrer sur les activités et la promotion de l’échange et de l’entraide localement, de ne plus se soucier de ce qui se fait “officiellement” et commencer à agir localement pour le véritable bien commun, ce qui nous donnera une formation pratique individuelle et collective à la gestion de terrain de nos activités et de nos vies en association libre. Nous devons ouvrir de nouveaux modes de communication afin de confédérer les efforts de reconstruction locale tout en faisant la promotion de cette nouvelle vie ici et maintenant. Pour gagner un élan populaire et vaincre l’inertie de départ, qui sera conséquente n’en doutons pas, nous devons individuellement et collectivement nous instruire, communiquer, nous rassembler et agir solidairement de manière décentralisée mais non isolée. Organisons-nous en communes libres et librement associée formant une Commune des Communes à pouvoir non coercitif, dissous dans le corps social, créant une société horizontale.
La première direction mène à l’intégration des états-nations dans la sphère de l’entreprise post-capitaliste transnationale et à la mise en place d’une dictature technotronique planétaire et donc à la mort physique pour le plus grand nombre et sociale pour toutes et tous. Le carnage a déjà commencé et ne fera que s’amplifier. La COVID n’est qu’un outil.
La seconde direction mène à l’abolition de l’État, de la marchandise, du rapport marchand et donc de l’argent et du salariat, cet esclavage moderne, pour mettre en place une société des sociétés de la jouissance de notre être organique retrouvé, horizontale, solidaire et fraternelle aboutissant à notre humanité enfin réalisée, une humanité arrivée à une certaine maturité marchant debout solidement ancrée dans ses racines terrestres et organiques ainsi que dans la complémentarité bien comprise de toute sa diversité.
Concentrons-nous à partir de maintenant à activement préparer ce grand chambardement qui arrive, faisons qu’il soit celui de la seconde direction, envisageons la solution au marasme où nous avons été entraîné depuis des siècles. Ce n’est pas inéluctable. Il suffit de dire non ! Ensemble !
Et n’oublions jamais ce que nous a dit le poète anarchiste : “Caminante, no hay camino, se hace camino al andar.” Qu’on se le dise !
Une chose sur laquelle nous devons insister pour mettre en garde le plus de personnes possible est la suivante : Notre grand chambardement des peuples ne peut se produire que si nous arrêtons de nous laisser diviser. La division est le pain béni de cette gouvernance mortifère et de sa clique de sbires corrompus à la botte. Tout est fait pour nous diviser, tout est construction sociale négative : culture, racisme, idéologies de tout poil, pseudo-paradigme “gauche-droite” et la dernière en date… le COVIDISME qui commence déjà à dresser l’un contre l’autre le camp des suiveurs de la doxa distillée par les gouvernements et leurs payeurs de Big Pharma et le camp des rebelles à cette dictature sanitaire totalement fabriquée de toute pièce (NB : ne nous faites pas dire ce qu’on n’a pas dit, nous pensons que le SRAS-CoV-2 est réel, mais que la “pandémie” est fabriquée au moyen de chiffres surgonflés et falsifiés). 
Arrêtons de nous laisser diviser sur des zones de fractures artificielles, fabriquées et amplifiées, arrêtons de nous soumettre aux vastes opérations de psychologie de masse auxquelles se livres l’oligarchie au nom de la métamorphose en cours de leur paradigme mortifère ! Comprenons une fois pour toute qu’il suffit de dire NON ! suffisamment haut et fort et de le faire suivre d’une action directe coordonnée et volontaire, donc créatrice.
Boycott, Union et Solidarité ! Debout les Damnés de la Terre ! Parce que comme le disait si bien le grand historien Howard Zinn : “On ne peut pas être neutre dans un train en marche…” et ce train en marche, c’est à nous de lui faire prendre l’autre voie au prochain aiguillage.

A bas l’État ! A bas la marchandise ! A bas l’argent ! A bas le salariat !

Vive la commune Universelle de notre humanité réalisée !

Dans l’esprit de Cheval Fou

Hoka Hey !

“Là où il y a un esprit, il y a société. La forme dénuée d’esprit engendre l’État. L’État est le remplaçant de l’esprit (Geist).”
~ Gustav Landauer ~

“L’État est le mal, mais un mal historiquement nécessaire, aussi nécessaire dans le passé que le sera tôt ou tard son extinction complète.”
~ Michel Bakounine ~

“Avoir le sens de l’unité profonde des choses, c’est avoir le sens de l’anarchie et de l’effort à faire pour réduire les choses en les ramenant à l’unité.”
~ Antonin Artaud ~

Lectures complémentaires :

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Notre page « Anthropologie politique »

 

 

Davos, COVID, Grande Réinitialisation, Contrôle génétique et alimentaire… La société dystopique du futur très proche en marche… (F. W. Engdahl)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, économie, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 30 janvier 2021 by Résistance 71


Spirale vers le tout-à-l’égoût

Après la COVID, Davos passe à la Grande Réinitialisation

F. William Engdahl

25 janvier 2021

url de l’article original:
http://www.williamengdahl.com/englishNEO25Jan2021.php

En français:
https://www.mondialisation.ca/apres-la-covid-19-davos-passe-a-la-grande-reinitialisation/5653215

Avec la présidence de Biden, Washington a rejoint l’agenda des Accords de Paris sur le réchauffement climatique. Alors que la Chine s’est engagée à respecter des normes strictes en matière d’émissions de CO2 d’ici 2060, le Forum économique mondial (FEM) est sur le point de dévoiler ce qui va transformer notre mode de vie à tous, dans ce que le chef du FEM, Klaus Schwab, appelle la Grande Réinitialisation.

Ne vous y trompez pas. Tout cela s’inscrit dans un programme planifié depuis des décennies par de vieilles familles riches comme les Rockefeller et les Rothschild. Brzezinski a appelé cela la fin de l’État-nation souverain. David Rockefeller l’a appelé « gouvernement mondial ». George H.W. Bush en 1990 l’a appelé le nouvel Ordre mondial. Maintenant, nous pouvons mieux voir ce qu’ils prévoient d’imposer si nous le permettons.

La Grande Réinitialisation du Forum économique mondial est un projet du XXIe siècle pour une nouvelle forme de contrôle total mondial.

« Nous n’avons qu’une seule planète et nous savons que le changement climatique pourrait être la prochaine catastrophe mondiale avec des conséquences encore plus dramatiques pour l’humanité. Nous devons décarboniser l’économie dans la courte fenêtre qui nous reste et mettre à nouveau notre pensée et notre comportement en harmonie avec la nature », a déclaré le fondateur du FEM, Schwab, à propos de l’agenda de janvier 2021.

La dernière fois que ces acteurs ont fait quelque chose d’une telle ampleur, c’était en 1939, à la veille de la seconde Guerre mondiale.

War and Peace Studies

À l’époque, la Fondation Rockefeller a financé un groupe stratégique top secret travaillant à partir du Council on Foreign Relations (CFR) de New York. Ce groupe était connu sous le nom de War and Peace Studies et dirigé par « le Haushofer américain », le géographe Isaiah Bowman de l’Université Johns Hopkins. Avant même que les chars Panzer allemands n’entrent en Pologne, ils planifiaient un monde d’après-guerre où les États-Unis apparaîtraient comme le seul vainqueur et remplaceraient les Britanniques en tant que puissance hégémonique mondiale.

La formulation d’un ordre monétaire des Nations unies et de Bretton Woods, dominé par les États-Unis et basé sur le dollar, faisait partie de leur projet. En 1941, alors que les États-Unis entraient officiellement en guerre, le groupe du CFR envoya un mémo au Département d’État américain :

« Si l’on énonce des objectifs de guerre qui semblent ne concerner que l’impérialisme anglo-américain, ils n’offriront pas grand-chose aux peuples du reste du monde. Les intérêts des autres peuples doivent être soulignés. Cela aurait un meilleur effet de propagande ».

Ce projet réussi a été le cadre de ce que Henry Luce a appelé en 1941 le Siècle américain, et a duré jusqu’à tout récemment.

Aujourd’hui, ces mêmes familles, dont la Fondation Rockefeller et les Rothschild en la personne de Lynn de Rothschild et son « Conseil pour un Capitalisme inclusif avec le Vatican », s’emploient à créer la prochaine génération dans leur quête de domination mondiale. C’est ce qu’on appelle la Grande Réinitialisation. Elle nécessite un gouvernement mondial, un plan approuvé de manière significative par le pape jésuite François. Son responsable des relations publiques, Klaus Schwab, s’est déclaré le protégé d’Henry Kissinger, un initié des Rockefeller, depuis l’époque où ils étaient à Harvard il y a 50 ans.

Reconstruire en mieux

En mai 2020, alors que le coronavirus avait provoqué une panique mondiale bien au-delà de l’épidémie initiale de Wuhan, le prince héritier britannique Charles et le fondateur du Forum économique mondial, Klaus Schwab, ont dévoilé ce qu’ils ont joyeusement appelé la Grande Réinitialisation. De plus en plus, les dirigeants politiques et économiques du monde entier utilisent des termes tels que « la Grande Réinitialisation » ou « la Quatrième Révolution industrielle » et l’appel à « reconstruire en mieux » que l’administration Biden préfère. Tous ces éléments sont ancrés dans le même ensemble de changements mondiaux spectaculaires. Le « Green New Deal » américain et le « Green Deal » européen en font tous partie.

Le fait le plus frappant concernant l’agenda de la Grande Réinitialisation est qu’il est mis en avant par les mêmes familles de ploutocrates gigantesques responsables des défauts du modèle économique mondial actuel. Ce sont eux, et non pas nous, qui ont créé la ruine des champs et de la nature organiques avec leur glyphosate Roundup et leurs pesticides toxiques. Ils ont ruiné la qualité de l’air dans nos villes par les modèles de transport qu’ils nous imposent. Ils ont créé le modèle de mondialisation du « marché libre » qui a ruiné la base industrielle des États-Unis et des nations industrielles de l’UE. Aujourd’hui, alors qu’ils nous accusent d’une prétendue émission catastrophique de CO2, nous sommes conditionnés à accepter la culpabilité et à être punis afin de « sauver la prochaine génération » pour Greta et ses amis.


DARPA : Forces répressives de demain

La 4ème Révolution industrielle

Derrière la rhétorique séduisante des puissances qui veulent créer un monde « durable », se cache un programme d’eugénisme brut, de dépeuplement à une échelle jamais atteinte auparavant. Ce programme n’est pas humain, en fait, certains le qualifient de « transhumain ».

En 2016, Schwab, a écrit un livre intitulé « Façonner l’avenir de la Quatrième Révolution industrielle ». Il y décrit les changements technologiques qui accompagnent la 4ème Révolution industrielle des smartphones 5G, de l’Internet des Objets et de l’intelligence artificielle qui relient tout à tout pour nous permettre de prendre les décisions les plus banales comme acheter plus de lait ou éteindre le chauffage. En même temps, les données sont centralisées dans des sociétés privées comme Google ou Facebook pour surveiller chaque respiration que nous prenons.

Schwab décrit comment les technologies de nouvelle génération, déjà déployées par Google, Huawei, Facebook et d’innombrables autres, permettront aux gouvernements de « s’immiscer dans l’espace jusqu’ici privé de nos esprits, en lisant nos pensées et en influençant notre comportement… Les technologies de la Quatrième Révolution industrielle ne s’arrêteront pas à faire partie du monde physique qui nous entoure – elles feront partie de nous », a déclaré Schwab. « Les dispositifs externes d’aujourd’hui – des ordinateurs portables aux casques de réalité virtuelle – deviendront presque certainement implantables dans notre corps et notre cerveau ».

Schwab ajoute : « La Quatrième Révolution industrielle conduira à une fusion de notre identité physique, numérique et biologique ». Parmi ces technologies de fusion, on trouve « des micropuces actives implantables qui brisent la barrière cutanée de notre corps », explique Schwab. Ces « dispositifs implantables aideront probablement aussi à communiquer des pensées normalement exprimées verbalement, par le biais d’un smartphone « intégré », et des pensées ou humeurs potentiellement non exprimées en lisant les ondes cérébrales et d’autres signaux ». Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai pas hâte que l’État ou Google lise mes ondes cérébrales.


OGM et contrôle alimentaire

Contrôler notre alimentation

L’aspect déroutant pour beaucoup est la pléthore de groupes de façade, d’ONG et de programmes qui mènent tous au même objectif : le contrôle drastique de chaque membre de la société au nom de la durabilité – l’Agenda 2030 des Nations unies. Il n’y a rien de plus inquiétant que leurs plans pour l’avenir de notre alimentation. Après avoir créé le système actuel d’agriculture industrielle mondialisée, l’agrobusiness, un projet lancé dans les années 50 par la Fondation Rockefeller, ces mêmes cercles préconisent aujourd’hui une agriculture « durable », ce qui signifie un passage à des aliments génétiquement modifiés, des viandes synthétiques fabriquées en laboratoire et autres, incluant même les vers et les mauvaises herbes comme nouvelles sources alimentaires.

Schwab s’est associé à un forum appelé EAT Forum, qui se décrit comme un « Davos de l’alimentation » qui prévoit de « fixer l’agenda politique ». L’EAT a été créé en Suède en 2016 avec le soutien du Wellcome Trust britannique (créé avec des fonds de GlaxoSmithKline), et de l’Institut allemand de Potsdam pour la Recherche sur l’Impact climatique. Les viandes synthétiques génétiquement modifiées cultivées en laboratoire sont soutenues, entre autres, par Bill Gates, le même qui soutient Moderna et d’autres vaccins génétiquement modifiés. EAT travaille entre autres avec Impossible Foods et d’autres entreprises de biotechnologie. Impossible Foods a été initialement cofinancé par Google, Jeff Bezos et Bill Gates. Des résultats de laboratoire récents ont montré que l’imitation de viande de la société contenait des niveaux de glyphosate toxiques 11 fois plus élevés que ceux de son plus proche concurrent.

En 2017, EAT a lancé FReSH (Food Reform for Sustainability and Health) avec le soutien de Bayer AG, l’un des producteurs de pesticides et d’OGM les plus toxiques au monde, qui possède aujourd’hui Monsanto ; du géant chinois des OGM et des pesticides Syngenta, de Cargill, d’Unilever, de DuPont et même de Google. C’est l’avenir alimentaire prévu dans le cadre de la Grande Réinitialisation. Oubliez l’agriculteur familial traditionnel.

Dans son livre de 2020 sur la Grande Réinitialisation, Schwab soutient que la biotechnologie et les aliments génétiquement modifiés devraient devenir un pilier central des problèmes de pénurie alimentaire mondiale, problèmes que le Covid a exacerbés. Il fait pression sur les OGM et en particulier sur l’édition génétique controversée. Il écrit que « la sécurité alimentaire mondiale ne sera atteinte que si les réglementations sur les aliments génétiquement modifiés sont adaptées pour refléter la réalité selon laquelle l’édition de gènes offre une méthode précise, efficace et sûre pour améliorer les cultures ». Gates, partenaire du projet Schwab depuis des années, défend le même point de vue.

EAT a développé ce qu’il appelle « le régime de santé planétaire », que le FEM défend comme « la solution diététique durable du futur ». Mais selon Federic Leroy, professeur de sciences alimentaires et de biotechnologie à l’Université de Bruxelles, « ce régime vise à réduire la consommation de viande et de produits laitiers de la population mondiale jusqu’à 90% dans certains cas et à la remplacer par des aliments, des céréales et de l’huile fabriqués en laboratoire ».

Comme tout le reste avec la Grande Réinitialisation, nous n’aurons pas un véritable choix en matière d’alimentation. L’EAT note qu’il nous sera imposé par « des interventions politiques dures qui comprennent des lois, des mesures fiscales, des subventions et des sanctions, la reconfiguration du commerce et d’autres mesures économiques et structurelles ». Nous serons tous contraints de suivre le même régime synthétique ou de mourir de faim.

Ce n’est là qu’un aperçu de ce qui se prépare sous le couvert des mesures de confinement du Covid-19 et de l’effondrement économique, et 2021 sera une année décisive pour ce programme anti-humain. L’introduction de l’intelligence artificielle, des robots et d’autres technologies numériques permettra aux pouvoirs en place de se débarrasser de centaines de millions de lieux de travail. Contrairement à leur propagande, les nouveaux emplois ne seront pas suffisants. Nous deviendrons de plus en plus « redondants ». Tout cela semble trop surréaliste jusqu’à ce que vous lisiez leurs propres descriptions. Le fait que la cabale des entreprises et des milliardaires les plus influents du monde siège au conseil d’administration du FEM avec l’étudiant de Kissinger, Klaus Schwab, ainsi qu’à la tête de l’ONU et du FMI, avec les PDG des plus grands géants financiers du monde dont Blackrock, BlackStone, Christine Lagarde de la Banque centrale européenne, David Rubenstein du groupe Carlyle, Jack Ma, le milliardaire le plus riche de Chine, est une preuve suffisante que cette Grande Réinitialisation ne se fait pas avec nos véritables intérêts à cœur, malgré leurs paroles soyeuses. Ce programme dystopique, c’est « 1984 » sous stéroïdes. Le Covid-19 n’en était que le prélude.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie


Feu et parole

SRAS-CoV-2, COVID et vaccination : développement de l’infrastructure technotronique dictatoriale et fin de l’humanité programmée (James Corbett)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 26 janvier 2021 by Résistance 71

 


Ayez peur… et faites confiance à Big Brother

 

Bio-sécurité !

 

James Corbett

 

corbettreport.com

 

January 16, 2021

 

url de l’article original:
https://www.minds.com/CorbettReport/blog/the-year-ahead-part-2-biosecurity-1197558914186309632

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le texte en format PDF :
James_Corbett-COVID-vaccination-biosecurite

 

Je n’ai pas besoin de vous dire que nous vivons en ce moment même des temps historiques. La fréquence de changement des évènements s’accélère alors même que l’impact de ces évènements sur nos vies quotidiennes augmente.

Comme Lénine l’avait fort justement observé : “Il y a des décennies où rien ne se passe et il y a des semaines où se déroulent des décennies.

Il y a peut-être des années où des siècles se déroulent. Avec ceci en tête, je regarde l’année à venir et la sépare en trois parties.

Cette semaine, je vais examiner la crise du COVID (induite) et ce que nous pouvons en attendre sur le plan de la bio-sécurité alors que cette ère continue de se développer.

Quand va s’arrêter cette Plandémie ?

Il y a 5 écoles de pensée à ce sujet.

La première pense que la Plandémie arrêtera le 20 janvier parce que c’est lorsque la nouvelle marionnette Biden sera installée à la Maison Blanche (A moins que Q et son bon vieil état profond ne lancent un coup d’état militaire d’ici là…). Mais il n’y a que les Américains pour croire que les évènements de l’an dernier ne furent que par rapport au grand cirque parallèle des élections américaines.

La seconde dit que l’exagération de la plandémie va graduellement rentrer dans l’ordre au fur et à mesure que le vaccin est déployé. Il y a un mécanisme en place pour les escrocs de la plandémie pour ce faire : le test PCR. Voyez-vous l’OMS vient juste de “découvrir” que les tests RT-PCR avec un haut chiffre de cycles d’amplification (Ct), ont pu donner beaucoup de faux positifs, on peut donc s’attendre bientôt à ce que des consignes de réviser à la baisse ces cycles se fassent jour, et là Oh miracle ! Pouf d’un seul coup d’un seul l’épidémie de “cas” va disparaître. Bien sûr, ils voudront faire coïncider tout ça au meilleur moment de la campagne de “vaccination” de façon à donner l’illusion que tout ça arrive grâce au vaccin…

La troisième école pense que la pandémie va arrêter en juin. Pourquoi ? Parce que c’est quand AstraZeneca (NdT: “vaccin britannique, Oxford) le dira ! De par les arrangements faits entre Big Pharma et les gouvernements à travers le monde dans le plus grand secret, parce que c’est comme ça que se déploie la nouvelle kakitrocratie entepreneuriale fasciste. Mais d’après au moins un de ces “accords” “vu” mais non partagé par cette bonne vieille baderne du Financial Time (FT), le document déclare que la plandémie prendra fin le 1er juillet 2021, à moins “qu’AstraZeneca juge de bonne fois que la menace / pandémie SRAS-CoV-2 n’est par terminée”. Lisez les détails du rapport (the report ) mais brièvement, AstraZeneca a acquiescé de ne pas profiter de son vaccin tant que la pandémie n’est pas finie, ils ont donc fait écrire dans l’accord que la plandémie sera finie en juillet.

La quatrième faction opine que la plandémie ne s’arrêtera jamais. D’après cette ligne de pensée, les gouvernements et ceux qui tirent les ficelles de ceux-ci ne laisseront jamais tomber les pouvoirs acquis une fois en place. Ceux qui soutiennent cette thèse n’ont qu’à se référer à ce qui se passe depuis le début de la “guerre contre le terrorisme”, qui comme nous le savons ne fut jamais planifier pour prendre fin mais pour continuer indéfiniment (même si elle a été mise en veilleuse depuis que les “stratèges” ont mis en place la panique de la plandémie COVID-19). Avec cette vision, nous vivrons dans une constante peur de l’urgence causée par une parade non-stop de “nouveaux variants du virus” et d’autres virus qui mettront l’humanité en confinement perpétuel. Après tout, ils nous disent depuis le départ que tout cela est le “nouveau normal”. Pensiez-vous qu’ils plaisantaient ?… Quelle est donc la cinquième école de pensée ? Celle-ci : La plandémie est finie quand NOUS DISONS QU’ELLE L’EST !… Quand nous arrêtons d’obéir, quand nous désobéissons aux ordres !

Quand nous arrêtons d’observer en spectateurs tandis que des gens sont molestés par la police pour oser jouer au hockey sur glace sur un étang gelé (daring to play pond hockey.). Lorsque nous arrêterons de voir ces horribles vidéos de gens harcelés chez eux par la police parce qu’il “y a trop de monde chez eux”, cesserons de râler devant les faits avant de retourner à notre programme, bien planifié pour nous.

Je sais cette 5ème option être vraie, mais si elle ne se produit pas, alors je pense que nous devons en venir à la 4ème par défaut. A quelle école appartenez-vous ?

Aiguille et dégât

Même dans le plus optimiste de ces scénarios, celui où les gens arrêtent d’obéir aux confinements et où les escrocs de l’OMS / Gavi / Gates, FEM-Davos sont obligé de partir la queue entre les pattes, les dégâts ont déjà été faits. Des précédents ont été établis. Même si les pouvoirs qui ne devraient pas l’être ne poursuivent pas leur bio-terrorisme faux-drapeau pour lequel ils nous ont prévenu il y a longtemps déjà, nous pourrons toujours voir réapparaître des peurs du COVID dans nos vies. Pourquoi ? Parce que ça a marché pendant au moins un an et que cela a établi un précédent pour toutes sortes d’interventions qui auraient juste été impensables il y a encore 12 mois.

Ne me croyez pas sur parole. Prenez la parole du menteur en série Neil Ferguson plutôt. Comme vous le savez tous maintenant, Neil Ferguson est ce scientifique membre du discrédité Scientific Advisory Group for Emergencies (SAGE) britannique et le “maître à penser” derrière le modèle “défectueux” de l’Imperial College que les gouvernements britannique, américain et autres ont utilisé comme partie de leur justification des confinements initiaux de deux semaines pour “aplatir la courbe”. (NdT: le modèle informatique bidouillé de Ferguson a servi à l’OMS de Bill Gates pour déclarer la plandémie… En ce domaine particulier, il est au cœur de la lutte entre la nouvelle science des modèles vs la science de l’observation et des faits. De nos jours l’oligarchie fait de la science par projection informatique interposée, les faits et l’observation naturels ?.. plus rien à foutre !… C’est tellement plus pratique pour la falsification et la propagande)

Un Ferguson qui, malgré ce que vous disent les gouvernements menteurs et les merdias champions de la fausse info vous disent, est toujours en train de conseiller le gouvernement britannique sur la plandémie, vient juste de donner un entretien au “Times” y admettant que le SAGE avait regardé les confinements chinois à Wuhan avec grand intérêt. “Ils ont dit avoir aplati la courbe” a t’il dit au journal. “J’étais sceptique au début, je pensais que c’était une vaste opération de couverture de la part des Chinois ; mais alors que les données affluaient, il apparut que ce fut une politique efficace.” Après avoir décidé que souder les gens chez eux, mettre en place des mesures biométriques de contrôle et utiliser des drones pour harceler les gens dans la rue était une bonne idée pour “aplatir la courbe”, Ferguson admet qu’ensuite le SAGE a tourné son attention sur le fait de savoir si de telles mesures “seraient bien accueillies dans le monde occidental libre et démocratique” : “C’est un pays communiste à un parti politique, avons nous dit. On ne pourra pas le faire en Europe. Et l’Italie l’a fait et on a compris qu’on pouvait.

Vous ne pouviez pas demander plus direct que ça hein ? Ferguson et ses comparses n’ont aucun scrupule à mettre en place des confinements draconiens impliquant des millions de personnes (et éventuellement des milliards) dans le monde. Aucun remord de confiner des millions et des millions de gens dans une pauvreté écrasante, de jeter des familles entières dans une détresse alimentaire ou les priver de leur moyens de subsistance et leur raison de vivre. La seule question qu’ils se sont posés dans cette affaire de confinement fut de savoir s’ils pourraient le faire en toute impunité. Et ils l’ont fait.

Nous en sommes donc là.

Ce dont nous sommes maintenant les témoins n’est pas une saisie de pouvoir temporaire mais il s’agit bel et bien de la naissance d’une ère. Ceci n’a rien à voir avec la COVID-19. Ce ne fut jamais le cas. C’est au sujet de déployer les infrastructures pour le traçage biométrique et tracer chaque moment de la vie de tout individu. C’est au sujet de créer un narratif pour justifier la restriction et le confinement indéfinis en agitant toujours la bonne excuse du fait d’être “porteur sain” du virus. C’est au sujet de la numérisation de l’économie et de la fin de toute transaction en dehors du regard perçant de Big Brother ; finalement, c’est au sujet de la fin de l’humanité.

Oui, le précédent le plus important qui est mis en place maintenant est l’érosion de l’autonomie des corps. Si les choses se déroulent comme prévues cette année et le vaccin expérimental du COVID est forcé sur les populations, que ce soit par obligation directe ou en rendant toute participation à la vie publique difficile sans lui, alors Ferguson et ses comparses de la planification centralisée verront qu’il n’y a pas de limite à ce que le public peut accepter. Et à partir de là ils pourront commencer à réinventer l’humanité dans ses grandes largeurs.

Vous voyez, ce n’est pas seulement au sujet de la thérapie génique expérimentale lancée par Pfizer/BioNTech et Moderna sur le public sous le déguisement des “vaccins ARNm anti-COVID”. Après tout, comme l’a ouvertement admis le conseiller de Trump à la présidence pour le projet militaire Warp Speed pour injecter tous les Américains : “Le vaccin n’est pas l’objectif, l’objectif est la vaccination.” Et pourquoi donc ? Parce qu’ils veulent vaincre la résistance du public à avoir des substances expérimentales injectées en lui dès que le gouvernement le demande, voilà pourquoi.

Non, ce n’est pas au sujet d’un vaccin particulier ARNm. C’est au sujet des “vaccins” auto-assembleurs de nanoparticules protéïniques et des tomates OGM à consommer et des services de médicaments implantables et traçables et de toute nouvelle injection à venir. C’est au sujet des bio-senseurs implantables financés par l’armée qui “pourrait être le futur de la détention pandémique” et de ces nanobots injectables qui vont nous gérer de l’intérieur et injecter des médicaments directement dans notre organisme. C’est au sujet de la poursuite du contrôle des esprits et de notre propre ADN.

Oui, nous sommes bel et bien entrés de plein pied dans l’ère de la bio-sécurité et les technologies de cette âge sont en train d’être dévoilées au public maintenant. Mais elles ne seront pas mises en place d’un coup. En fait, certaines de ces inventions invasives ne verront pas le jour avant quelques années encore. La première étape est d’établir un précédent avec ces “vaccins” COVID. La prochaine étape sera d’utiliser cette technologie vaccinale pour mettre en place l’état de surveillance biométrique (NdT: la 5G sera cruciale puis la 6G… le travail dans l’ombre continu à ce sujet) et cet étape va sans doute se produire cette année si nous laissons faire tous ces escrocs.

Les passeports vaccinaux vont sortir cette année

A moins d’un petit miracle (où est Q quand on a besoin de lui hein ?…), le soi-disant “passeport immunitaire”, pièce du système de bio-sécurité et de sa grille infra-structurelle, sortira cette année.

Pour ceux qui ne le savent pas encore (c’est beau l’innocence !…), les passeports immunitaires sont des certificats qui seront utilisés pour identifier ceux qui ont reçu le vaccin. Leur première utilisation sera littérale : comme passeport pour que les voyageurs puissent voyager d’un pays à l’autre. Mais une fois que le public sera acclimaté au fait que ce passeport est nécessaire pour voyager à l’étranger, ce ne sera plus long pour que des passes soient issus pour la vie quotidienne. Bientôt on vous demandera la preuve de la vaccination pour entrer dans des bâtiments publics, pour avoir accès à des évènements publics et même pour pouvoir entrer dans certains magasins et entreprises.

Bien entendu, tout ça faisait partie de la parfaite panoplie du bon conspirationniste lorsque des gens comme moi avons commencé à parler de ces développements dans les premières étapes de la plandémie, mais c’est devenu maintenant une réalité frappante, enrubannée dans de belles pubs par ces entreprises privées qui travaillent au développement des ces passes COVID et par les gouvernements des nations qui espèrent les forcer sur leurs populations (Oups ! on dirait que le gouvernement irlandais a eu peur de tous les commentaires négatifs sur sa proposition et a décidé de retirer la vidéo…).

Ce passeport sera numérique bien sûr pour permettre aux gens de le transporter sur leurs gadgets électroniques d’esclaves. Alors qui travaille à ces passeports ? Un consortium d’entreprise de haute technologie, de sbires du complexe médico-industriel et des fondations de milliardaires, bien entendu ! Spécifiquement la “Vaccination Credential Initiative” travaille à mettre en place un standard international pour ces certificats de vaccination internationaux, une coalition qui inclut Microsoft (bien sûr, qui d’autre ?), la Fondation Rockefeller (bien évidemment !), MITRE (oui cette that MITRE) et Oracle (oui cet that Oracle). Allez donc lire cette élucubration édulcorée qu’ils ont dégobillé sur le public lors de leur dernier communiqué de presse :

Le but de cette Vaccination Credential Initiative est de fournir aux personnes un accès numérique à leurs archives vaccinales afin qu’elles puissent utiliser des outils comme CommonPass pour pouvoir retourner au voyage en toute sécurité ainsi qu’au travail, à l’école et à la vie tout en protégeant la discrétion de leurs données.” a dit Paul Meer, CEO de The Commons Project Foundation. “Des standards ouverts et une inter-opérabilité sont au cœur des efforts de VCI et nous sommes impatients de soutenir l’OMS et autres agences dans leur mise en place de standards ouverts et globaux pour l’inter-opérabilité des données de santé.

Traduction : Accrochez-vous contribuables vaches-à-lait, vos propriétaires mondialistes vont vous marquer au fer…


Nous y sommes… Déconnecter Hal ou mourir
Quand la réalité dépasse (une fois de plus) la fiction

Sur l’affaire de la Grande Réinitialisation Populaire (ce qui est mon aspiration pour 2021 si vous vous souvenez…), il y a des gens qui y travaillent. Un de ces groupes est le Freedom Airway, qui travaille pour créer des options de voyage qui ne demanderont pas que les voyageurs fournissent des preuves de vaccination, portent des masques ou respectent des périodes de “quarantaine” de ce “nouveau normal”.

J’aurai plus à dire sur eux sous peu, mais ils ont une partie du boulot pré-mâché pour eux. Malheureusement, cette insanité des passeports vaccinaux COVID n’est pas juste disséminée dans les pays des “5 yeux” (GB, USA, Australie, NZ, Canada) ni même seulement chez leurs alliés de l’OTAN, mais tous les faux leaders des BRICS sont montes dans le train de cette mascarade vaccinale.

Prenez Poutine par exemple, qui ne pousse pas seulement pour les bénéfices du vaccin russe anti-COVID, mais qui pousse aussi maintenant pour la mise en place d’un passeport immunitaire.

Comme le note ZeroHedge :

En tirant l’affaire par les cheveux et si ce concept de documentation internationale de vaccination se matérialise (passeport vaccinal), il est plus que probable que les versions “non-occidentales” ne compteront pas aux frontières. Bien qu’avec du temps et de l’argent on pourra toujours avoir les “bons papiers”, pour la vaste majorité des personnes, cela va recréer un nouveau rideau de fer invisible entre les vaccins occidentaux et le/les vaccins russes (et chinois ?) Un nouveau rideau de fer fondé sur la concurrence entre vaccins ? Qu’est-ce que a veut dire ? La guerre ?

Et oui cher lecteur, c’est exactement ce que ça veut dire. Mais ceci sera une guerre comme on n’en a encore jamais vu, ceci est une autre histoire que je vous compterai bientôt…

= = =

Notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

La dictature technotronique

Le texte en format PDF :
James_Corbett-COVID-vaccination-biosecurite

 


« Silence… On tourne !… »

Les chaînes de l’esclavage moderne : syndrome du larbin et syndrome du mouton…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 25 janvier 2021 by Résistance 71

 


Mieux que le mouton… production des labos Pfizer ?

 

Il y a 11 ans nous publions “Le syndrome du larbin”  ; qu’y a t’il de changé ? Rien, c’est pire !

Ne croyez-vous pas que l’heure de la révolte consciente a sonné ?… Le système étatico-capitaliste est au bout de son rouleau programmé. L’oligarchie qui le sert est en train de le faire muter en cette dictature technotronique planétaire qu’ils l’appellent “Great Reset”, “Grande Réinitialisation” ou Nouvel Ordre Mondial, peu importe, c’est de cela qu’il s’agit. Ce processus inclut une diminution drastique de la population mondiale, car 7,5 milliards de personnes, c’est en gros 7 milliards de trop pour la société partie dystopique pour les quelques 500 millions restant), partie idyllique (pour l’élite auto-proclamée), envisagée. Leur grand nettoyage a commencé avec la “pandémie” fabriqué du COVID-19 et les mesures “sanitaires” mises en place dans le monde entier. L’objectif n’est ni le virus SRAS-CoV-2 créé en laboratoire, ni ses thérapies géniques accessoires, non, l’objectif est LA FABRICATION DU CONSENTEMENT.
L’article ci-dessous envisionne le comment et pourquoi des moutons menés à l’abattoir et ce que ces moutons devraient faire pour sortir de l’hypnose induite.
Il y a des années un dessin humoristique faisait le portrait de deux moutons dans un énorme troupeau qui se dirigeait vers un bâtiment dans le lointain, l’abattoir, que les deux moutons, d’où ils étaient dans la masse en marche vers la mort , ne pouvaient pas voir. L’un disait à son pote : “Mais je te dis qu’ils vont nous tuer et qu’au final,  les hommes vont nous manger…” et son pote de rétorquer “Ah toi encore, avec tes théories du complot !”
Le fait est que dans les grandes lignes, les “théoriciens du complot” (expression inventée par la CIA du reste pour discréditer ceux qui doutaient il y a 58 ans de la version officielle de l’assassinat du président J.F.Kennedy…) ont eu raison, ce depuis le départ.
Il va falloir que la plus vaste majorité l’admette et donc… agisse en conséquence. Le BOYCOTT est une arme prouvée efficace, il est mentionné par P. Koenig ci-dessous, mais ce boycott ne doit pas être uniquement celui des systèmes électroniques (précisons ici qu’aucun d’entre nous à R71 ne possède un de ces soi-disants “smart-phones” et autres gadgets de l’esclavage électronique quotidien…), des GAFAM, mais aussi des institutions, du vote, de la participation aux activités systémiques pré-programmées. Retrouvons notre autonomie, organisons-nous de là où nous sommes, depuis nos voisinages, lieux de travail, communautés, étendons notre coopération en une vaste association de l’entraide hors état, hors institutions, hors marchandise, hors argent, hors salariat (don et partage), qui font partie de la panoplie du contrôle et de la division et de la peur obsolète et sur la voie de l’extinction. Refusons de consentir plus avant et unissons-nous dans la solidarité, ignorant la merdasse systémique ambiante moribonde et construisons la nouvelle société de l’horizontalité et du partage… La société des sociétés de notre diversité complémentaire et en rien antagoniste. Il en va aujourd’hui de notre survie dans un premier temps et de l’avenir des générations non-nées. Laissons-leur quelque chose de constructif et d’évolutif et non pas une vacuité technotronique dictatoriale contre-nature et anti-humaine.

La balle est de fait dans notre camp, c’est à nous de jouer, ce depuis un bon moment, mais bien trop ne le savent pas et attendent, attendent, attendent… et s’endorment devant leurs écrans.

Réveil donc et… “Action !”…

~ Résistance 71 ~

Voir notre page « Coronavirus guerre biologique contre l’humanité »

A lire aussi: « Les chaînes de l’esclavage », Jean-Paul Marat, 1774, réédition de 1792

“Toute révolte sans conscience politique est comme une explosion d’impuissance.”
~ Paulo Freire ~

 


A contre-courant… vers l’émancipation !

 

Le syndrome du mouton

 

Peter Koenig

 

21 janvier 2021

 

Source de l’article en français:
https://www.mondialisation.ca/le-syndrome-du-mouton/5652848

 

Peter Koenig est un analyste géopolitique et un ancien économiste principal à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), où il a travaillé pendant plus de 30 ans sur l’eau et l’environnement dans le monde. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour des revues en ligne et est l’auteur de Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed ; et co-auteur du livre de Cynthia McKinney « When China Sneezes : From the Coronavirus Lockdown to the Global Politico-Economic Crisis » (Clarity Press – 1er novembre 2020).

Aujourd’hui et au cours des derniers jours, de nouvelles « mesures » – des restrictions de liberté imposées par les gouvernements pour des raisons de « sécurité de la santé publique », c’est-à-dire pour empêcher la propagation des infections de la Covid – ont été renforcées dans toute l’Europe. Littéralement, ces gouvernements traîtres disent : « nous devons serrer les vis ». Sérieusement. WTF – pour qui se prennent-ils ? Des serviteurs du peuple qui les ont élus et qui les paient. C’est de la haute trahison. Mais les gens la prennent sans poser trop de questions, certaines plaintes mais pas assez fortes… nous vivons au milieu du syndrome du mouton.

Ils – ces gouvernements soi-disant amis du peuple – les appellent « mesures », un euphémisme pour dire « lockdown » [verrouillage ou confinement]- sonne mieux aux oreilles d’un public fatigué des répressions continues et de plus en plus nombreuses. Cette deuxième, voire troisième mesure de confinement dans certains pays, comprend la fermeture de nouvelles entreprises, un contrôle plus strict du travail à domicile, une plus grande distance sociale de la part de la police, le port de masques, l’interdiction des activités de groupe en intérieur, la possibilité pour cinq personnes seulement de se réunir dans un appartement… et, et, et.

Par exemple, il existe environ 75 études – à quelques exceptions près – sur l’inutilité et même les dangers du port de masque. Elles abordent surtout le danger pour les enfants et les jeunes adultes… c’est-à-dire les étudiants, mais personne, personne dans les médias achetés-compromis et contraints, soudoyés – les gouvernements occidentaux n’y prêtent la moindre attention, ni, bien sûr, la presse mainstream.

Ils imposent également un bureau à domicile, sachant très bien que tout psychologue et sociologue sérieux vous dit à quel point cela est dévastateur pour l’individu – solitude, manque de contact physique, de rencontre et d’interaction avec les collègues – ainsi que pour la société dans son ensemble. Sans contact physique, elle se brise. Tout cela est bien sûr gratuit – ainsi, toute fermeture de restaurant, tout événement où les gens se rassemblent et échangent, est interdit.

Les gens sont malheureux. Oui, mais pas assez pour arrêter cette tyrannie !Eh bien, je ferais mieux de bien me comporter, sinon je vais être puni. – LA PEUR ! – La peur conduit au syndrome du mouton – cette maladie sociale profonde qui nous frappe aujourd’hui – et ce depuis un certain temps. Elle fait beaucoup de mal non seulement à vous, mais aussi à la cohésion de la société. Les gens, nous devons nous en sortir.

Mais, il semble que les gens ne soient pas encore assez fatigués pour se lever à l’unisson, en criant « ça suffit », nous ne continuons pas, c’est de la tyrannie gouvernementale, nous cessons d’obéir.

Et oui, pour donner à la tyrannie plus de poids, plus de crédibilité, elle est renforcée par une soi-disant Task Force (TF), un groupe de « scientifiques » cooptés, spécialement mis en place par les puissances en place, pour les informer de ce qu’il faut faire. Il s’agit d’une ancienne méthode de dualité décisionnelle. Lorsque les gouvernements doivent, ou veulent, prendre des décisions qui ne sont pas populaires, ils demandent conseil à une Task Force spécialement désignée. Cependant, la Task Force a été informée et sait exactement ce qu’elle doit conseiller. C’est un mensonge prémédité, au mieux une manipulation de l’opinion publique.

Au Royaume-Uni et en France, de nouvelles mesures de verrouillage ont été imposées depuis plusieurs jours déjà, l’Autriche et la Suisse les ont annoncées il y a quelques jours – l’UE en tant qu’entité – ne dit rien, ne coordonne pas, ne veut pas voir que ces verrouillages ne détruisent pas seulement l’économie des nations individuelles, mais qu’ils conduisent l’UE entière au suicide économique. L’UE est paralysée par Washington et par l’OTAN.

Les nouveaux confinements – et peut-être d’autres – sont prévus car d’autres vagues d’épidémie COVID-19 sont en cours – jusqu’à ce que tout le monde soit vacciné – et se fasse injecter un gel électromagnétique dans le corps avec une substance modifiant l’ADN. Ainsi, ils sont maintenant totalement contrôlables dans le temps. Et l’horizon temporel fixé pour la numérisation totale de tout est 2030. L’IA et le contrôle des robots sur les humains – les transformer en transhumains – c’est l’objectif de l’Agenda 21-30 des Nations Unies. Et l’instrument pour y parvenir est l’Agenda ID2020 créé par Bill Gates (voir ceci)

Les médicaments traditionnels et très efficaces contre le coronavirus – éprouvés depuis plus de 60 ans pour d’autres infections et qui ont été utilisés avec succès en Chine pour vaincre l’épidémie, et maintenant en Argentine, en Bolivie, dans le sud du Pérou – et ailleurs dans le monde, sont désormais interdits sous peine d’amendes pour les médecins qui les prescrivent et traitent leurs patients avec ces médicaments. – Pouvez-vous imaginer ! – Donc, pas de guérison, seulement quand vous êtes vaccinés. Il est clair que derrière ce travail, qui se propage constamment, au point d’être imposé à la population, il n’y a pas que des milliards de dollars de profits pour les pharmacies, mais aussi des vaccins, en particulier les marques occidentales qui ne sont pas testées mais dont on sait scientifiquement qu’elles interfèrent avec l’ADN humain.

L’augmentation du nombre de fermetures tue plus de petites entreprises, de magasins et de restaurants. Les propriétaires de petites entreprises se retrouvent dans une situation encore plus difficile, les faillites se multiplient, les gens et leurs familles se retrouvent dans la misère et perdent leur emploi.

Imaginez un peu – l’enseignement à domicile, une famille de 4 personnes, les deux parents travaillent, les enfants doivent avoir chacun un ordinateur / portable raisonnablement puissant pour pouvoir se connecter à l’enseignant de l’école – les enfants doivent avoir des compétences informatiques raisonnables pour gérer l’enseignement à domicile, et les parents, même s’ils ont le temps, ont-ils tous des compétences informatiques raisonnables pour aider leurs enfants ? – Chaque famille, dans la société déjà très éprouvée par la maladie, dispose-t-elle des ressources nécessaires pour acheter le matériel électronique dont les enfants ont besoin ?

C’est une catastrophe. Encore une fois, un désastre injustifiée. Parce qu’il en résultera des enfants moins ou pas éduqués en Occident – les enfants non éduqués deviendront des adultes plus faciles à manipuler – eh bien, on s’attend à ce qu’ils tombent – en bloc – dans le syndrome du mouton de leurs parents. – Ou le deviendront-ils ? – C’est là que la dynamique risque de ne pas répondre aux attentes et à la pensée linéaire de l’élite.

C’est ce qui se passe dans le Nord global. Imaginez ce qui se passe dans le Sud, où la pauvreté, la misère et la famine croissantes ravagent des sociétés entières. Souvent, plus des deux tiers de la population d’un pays est pauvre et beaucoup d’entre eux se situent au niveau ou en dessous du seuil de pauvreté. Comment ces enfants seront-ils formés à distance ? – Ils ne le seront tout simplement pas. Nous avons donc une situation où le Sud produit des enfants sans éducation, parce qu’ils ne vont tout simplement pas à l’école. La plupart d’entre eux resteront pauvres, ils seront des travailleurs parfaits pour l’élite – ou de la chair à canon pour les guerres que les nations riches doivent (ou veulent) mener pour satisfaire leur avidité. N’oubliez jamais que les guerres sont rentables. Mais surtout à cause de la soif sociopathique des mondialistes pour toujours plus de pouvoir et d’argent.

En écoutant et en parlant aux gens dans la rue et aux propriétaires de petites entreprises, ils sont tous bouleversés, et beaucoup d’entre eux disent qu’ils ne survivront peut-être pas, qu’ils ne rouvriront peut-être jamais, malgré les subventions qu’ils reçoivent des gouvernements. En Suisse, le chef de « Gastronomie Suisse » a déclaré qu’avec un nouveau verrouillage, jusqu’à 50 % des restaurants pourraient ne pas survivre. Des chiffres similaires ont été mentionnés en Allemagne, en Autriche et en France – et il est certain que la situation est tout aussi dévastatrice ailleurs aussi.

Nous parlons surtout de l’Occident. La situation à l’Est, en Russie et en Chine et leurs alliés de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) est différente, dans la mesure où ils ont une approche plus humaine de l’éradication de la COVID-19.

En Occident, dans certains cas, toute la vie des gens, leurs réalisations, leurs entreprises familiales, sont détruites au nom d’une règle inutile et purement oppressive. Le but de cette règle n’est pas d’éradiquer une maladie, mais les mesures anti-COVID-19 sont un moyen d’instiller la peur et de nous rendre dociles, pour les temps les plus difficiles à venir. Parce que, laissez-moi vous dire, quoi que vous pensiez, qu’en été 2021 ou l’année prochaine, en 2022, nous ne reviendrons pas à la normale – nous ne le ferons pas. Nous ne le ferons jamais. Ce, si nous les laissons faire ce qu’ils font maintenant.

Cette petite Cabale Mondialiste, via ses manipulateurs ultra-riches – des milliardaires à deux et trois chiffres, de la Silicon Valley – n’a pas seulement le pouvoir de censurer quiconque est contre la Matrice, mais ils censurent tous à l’unisson le président des États-Unis [Donald Trump]. Qu’est-ce que cela signifie pour un pays, ou pour une société dans laquelle nous vivons, une société qui se dit « démocratique » ?

Peu importe à quel point vous aimez ou n’aimez pas votre président, ne vous est-il pas venu à l’esprit que c’est l’incarnation de la liberté d’expression qui vous est retirée ? – Mais encore une fois, nous ne faisons rien. Nous regardons et nous nous plaignons, mais nous ne faisons rien. Nous laissons les choses se faire. Ne serait-ce pas une occasion en or de bloquer et de boycotter toutes les plateformes de médias sociaux ? Point final. – Vivez sans eux, bon sang, il y a 20 ou 30 ans, nous ne savions même pas qu’ils existaient, et encore moins dans quelle mesure nous serions accros à ceux-ci.

Si nous pouvons encore penser de manière indépendante, il est temps maintenant de se détacher de Facebook, Twitter, Instagram et de tous leurs noms – ne les utilisez pas. Revenez à des communications régulières d’homme à homme, à des dialogues, à des rencontres, à des appels téléphoniques, si possible sur une ligne fixe. Oui, je suis sérieux.

Pensez aux conséquences de cette tendance à ne pas parler librement, mais à une augmentation constante de l’IA par des algorithmes qui utilisent précisément les données que vous leur donnez sur la plateforme sociale pour vous asservir davantage ; par une robotisation et une numérisation toujours plus poussées – au point que nous ne réalisons même pas que nos cerveaux ont été branchés et « piratés » par des super-ordinateurs développés par la DARPA. Nous allons croire et suivre les ordres qui nous sont directement implantés par ces super-ordinateurs, gérés, devinez par qui – par la Cabale Mondialiste – à ce point que nous sommes devenus irréversiblement la personnification du Syndrome du Mouton. La DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) est une branche de recherche et de technologie avancée du Pentagone.

Quelqu’un veut-il cela ?

J’en doute.

Nous devons trouver un moyen d’agir maintenant. Je n’ai pas la solution. Mais peut-être qu’en nous connectant collectivement les uns aux autres spirituellement, peut-être en méditant – nous trouverons une solution – ou nous ferons émerger une solution.

Ce serait la voie noble – changer un environnement totalement abusif avec notre conscience et notre pensée spirituelle ; émettre des vibrations qui influencent notre destin collectif. Mais nous devons y croire et croire en nous-mêmes en tant que collectivité solide et solidaire.

Si nous ne parvenons pas, en tant qu’êtres humains, à revendiquer nos droits humains et civils et à les préserver, la planète finira par se désintoxiquer. Elle se débarrassera du chaos qui est tellement inhumain. Peut-être lui faut-il un ou deux cataclysmes énormes et durables : un tremblement de terre massif avec un tsunami désastreux, une éruption gigantesque d’un ou plusieurs volcans, assombrissant le ciel pendant des semaines, ou un ouragan ou une tempête de verglas monstrueux qui détruit et paralyse des parties de la civilisation, ou encore une énorme explosion solaire, mettant hors service le réseau électrique et électronique mondial – mettant fin à la numérisation de tout sur le champ. – Tout cela pourrait être bien pire que ce que la COVID-19, ou ses inventeurs, n’ont jamais fait.

Après un tel cataclysme, une grande partie de l’humanité pourrait devoir repartir de zéro – de près de zéro, et certainement sans numérisation – mais avec la liberté désormais perdue, pour repartir à zéro et se développer librement et souverainement en fonction de nos besoins.

Pendant des décennies, la « Cabale mondiale » nous a inondés de mensonges flagrants, de promesses de confort et de bien-être, mais avec l’idée que la concurrence plutôt que la coopération sera le véritable moyen de salut. Ces mensonges bien pensés ont conduit à une société de psychopathes égocentriques – non seulement, mais suffisamment pour influencer la nature même de la société, de nos vies dystopiques. Nous avons progressivement accepté, dans le LOCKSTEP, un mouvement de destruction de la société, voire de la civilisation, où on constate qu’il n’y a pas de véritable retour en arrière.

Travaillons à nous sortir du syndrome du mouton – MAINTENANT.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

Le grand cirque de la « vaccination » des ordures qui nous gouvernent… On nous prend de plus en plus pour des cons ! (vidéo)

Posted in actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, désinformation, guerres hégémoniques, Internet et liberté, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 23 janvier 2021 by Résistance 71

Resistance 71

23 janvier 2021

Le grand cirque de la « vaccination » Pfizer/BioNTech des zélites qui nous gouvernent…
Un coup y a pas d’aiguille, un coup le piston est déjà enfoncé sur une seringue vide, un coup le capuchon de sécurité est toujours sur l’aiguille, un coup l’aiguille est escamotable avec une infirmière qui la remet en position après la soi-disante « injection » sur le bras d’un fauteuil.

Admirez cette gigantesque escroquerie ! Toutes ces ordures savent-ils quelque chose que nous sommes supposés ignorer ?

Quand on voit tout ça, on se dit que ce sera dur d’échapper aux tribunaux révolutionnaires quand les peuples auront fait valser tous ces pitres…

Le grand cirque de la « vaccination » des zélites (vidéo) :

Les virus mutent… les confinements sont prévus pour durer ad vitam aeternam… Si nous les laissons faire…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 19 janvier 2021 by Résistance 71

 

 


Le Pinocchiorona-21…22…23…24…25…26…27…x+1

 

« Des chercheurs qui cherchent on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche ! »
~ Coluche ~

 

Les histoires de “mutations” de la COVID19 montrent que les confinements sont prévus pour durer éternellement

 

Brandon Smith

 

Décembre 2020

 

Source de l’article en français:
https://lesakerfrancophone.fr/les-histoires-de-mutations-de-la-covid-19-montrent-que-les-confinements-sont-concus-pour-durer-eternellement

 

Depuis de nombreux mois maintenant, j’avertis que la conception des mesures de confinement de la pandémie est perpétuelle, ce qui signifie que les mesures de confinement sont censées durer éternellement. Nous pouvons le constater dans les commentaires des élites de l’establishment qui font pression pour obtenir ces contraintes ; leur argument le plus fréquent étant que les restrictions liées à la pandémie sont la « nouvelle normalité ». Cette affirmation est soulignée par des globalistes comme Gideon Lichfield du MIT dans son article « On ne va pas revenir à la normale« .

Dans cet article, il déclare :

En fin de compte, cependant, je prédis que nous allons rétablir la capacité de socialiser en toute sécurité en développant des moyens plus sophistiqués pour identifier qui est à risque de maladie et qui ne l’est pas, et en discriminant – légalement – ceux qui le sont.

… on peut imaginer un monde dans lequel, pour prendre un vol, il faudra peut-être être inscrit à un service qui suit vos déplacements via votre téléphone. La compagnie aérienne ne pourrait pas voir où vous êtes allé, mais elle recevrait une alerte si vous avez été à proximité de personnes infectées connues ou de points chauds de la maladie. Les mêmes exigences s’appliquent à l’entrée des grandes salles de spectacles, des bâtiments gouvernementaux ou des centres de transport public. Il y aurait des scanners de température partout, et votre lieu de travail pourrait exiger que vous portiez un moniteur qui surveille votre température ou d’autres signes vitaux. Si les boîtes de nuit demandent une preuve d’âge, elles pourraient à l’avenir exiger une preuve d’immunité – une carte d’identité ou une sorte de vérification numérique via votre téléphone, montrant que vous vous êtes déjà remis ou que vous avez été vacciné contre les dernières souches de virus.

Dans mon article « Vagues de mutilation : La tyrannie médicale et la société sans cash« , j’ai démantelé les arguments de Lichfield et expliqué pourquoi les contrôles que l’establishment tente de mettre en place ont été planifiés longtemps à l’avance. Le « grand reset » et la « quatrième révolution industrielle » sont en cours de développement depuis au moins 2014, date à laquelle ces termes ont été injectés pour la première fois dans les principaux médias économiques. Les idées de société sans cash, d’« économie de partage », de surveillance biométrique des masses, de scores de crédit social, etc. font toutes partie du programme globaliste depuis des décennies. Le coronavirus n’est pour eux qu’une crise utile à exploiter pour justifier les mesures draconiennes qu’ils ont toujours voulues.

Le plan était si prévisible que j’ai même souligné, au début de l’épidémie de coronavirus, que les confinements ne prendraient pas fin même si une vaccination efficace était mise au point, car il leur suffirait de déclarer qu’une « nouvelle mutation » du virus résistante aux traitements existants a été trouvée. Ou bien, ils pourraient concevoir un tout nouveau virus et le diffuser dans la population afin de maintenir la machine à reset en marche.

Il n’est pas surprenant qu’au moment où la nouvelle a été diffusée que les vaccins Pfizer et Moderna, à peine testés et très suspects, étaient mis à la disposition du public, des rapports ont commencé à faire état de mutations du coronavirus, « plus infectieuses« , trouvées dans des endroits comme le Royaume-Uni, l’Inde et l’Afrique du Sud.

Je ne suis pas sûr que les élites puissent être plus transparentes.

Prenez le vaccin Pfizer maintenant et vous pourriez recevoir un passeport d’immunité pendant quelques mois, puis il sera annulé à chaque nouvelle mutation du virus. Vous devez donc vous soumettre à des vaccinations sans fin, dont beaucoup n’ont pas encore été testées et sont potentiellement dangereuses. Comme l’ancien vice-président de Pfizer et d’autres professionnels de la santé l’ont mis en garde, ces vaccins sont comme la roulette russe et pourraient provoquer une réaction auto-immune qui conduirait à la stérilité ou à d’autres réactions nocives.

Les vaccins eux-mêmes sont une solution à court terme, même s’ils sont efficaces. Ils nécessitent plusieurs doses au cours d’un mois, et les vaccinations doivent être renouvelées éventuellement tous les quelques mois. Fondamentalement, cela ne s’arrête jamais. Avec les mutations et les anticorps limités des vaccins, les élites pourraient maintenir les confinements et les contraintes en place pendant de nombreuses années.

L’Organisation Mondiale de la Santé indique clairement que la vaccination ne sera pas nécessairement considérée comme une solution à la propagation du virus. Cela signifie que même si vous êtes vacciné, vous serez toujours considéré comme un porteur et un transmetteur potentiel de la Covid-19, ce qui signifie que les mesures de confinement et les obligations de port de masques ne cesseront pas. Cela soulève la question suivante : quel est l’intérêt du vaccin ?

Le responsable scientifique de l’OMS cite le fait qu’il n’y a pas suffisamment de preuves pour établir que les vaccins empêchent la transmission. Selon cette logique, nous pourrions également soutenir qu’il n’y a pas de preuve que les vaccins sont efficaces à 95%, ou qu’ils sont sûrs à tout le moins.

En attendant, l’OMS et notre sympathique voisin fasciste, le Dr Anthony Fauci, répandent constamment l’histoire selon laquelle la « pire épidémie«  est encore à venir. Il faut que ce train de la peur continue à avancer sur la voie du « Grand Reset », n’est-ce pas ?

Pour les personnes qui croient réellement que la crise de la pandémie de Covid-19 prendra fin après les vaccinations de masse, je suis désolé de le dire, mais vous avez été dupés. Chaque élément de la réponse de l’establishment et chaque déclaration publique qu’ils font indique qu’ils prévoient de violer vos libertés civiles pendant longtemps. Ces promesses d’aide au coin de la rue ? Des mensonges. L’affirmation selon laquelle si vous suivez leur programme, tout reviendra à la normale ? C’est une arnaque. C’est une rhétorique creuse conçue pour vous faire taire et vous soumettre à la tyrannie médicale juste assez longtemps pour que cela devienne irréversible.

Je soupçonne qu’ils espèrent pouvoir conditionner le public au cours des prochaines années à s’adapter simplement aux contrôles jusqu’à ce que nous oubliions ce qu’était la vie avant la pandémie et le reset. Il semble cependant que le plan de reset des globalistes ne se déroule pas très bien.

Les vaccins et les nouvelles sur les mutations semblent précipités, c’est le moins qu’on puisse dire. Au départ, l’establishment a déclaré qu’il faudrait au moins 18 mois rien que pour mettre au point un vaccin à des fins d’essais et de tests, et que les confinements se poursuivraient bien au-delà de ce délai jusqu’à ce qu’une majorité de la population soit immunisée. Au lieu de cela, ils ont lancé plusieurs vaccins en six mois et le récit de la mutation fait déjà la une des journaux.

Je pense que cela est dû au fait que la résistance aux mesures de confinement face à la pandémie s’accroît et que le nombre de personnes refusant de se faire vacciner semble élevé. Comme on le dit, la révolution ne sera pas télévisée, mais il est encore impossible de la cacher complètement.

En Europe, un pourcentage énorme de la population (environ 50 % ou plus selon les pays) hésite à se faire vacciner. Aux États-Unis, les sondages montrent qu’au moins 30 % de la population refusera catégoriquement, tandis que 60 % des gens hésiteront selon l’efficacité du vaccin.

Même un grand nombre d’agents de santé refusent le vaccin, et ce sont ces personnes qui subissent le plus de pression pour se soumettre ou faire face aux conséquences.

Hilarant, les médias affirment que bien qu’il y ait eu « quelques réactions allergiques » au vaccin, il n’y a « aucune preuve d’effets secondaires graves à long terme ». Peut-être est-ce parce qu’il n’y a aucune étude des effets à long terme et qu’il y a eu un minimum d’essais avant que les vaccins ne soient mis sur le marché ? N’est-ce pas là une logique de base ? Pensent-ils vraiment que nous sommes aussi stupides ?

Jusqu’à présent, il semble que des centaines de millions de personnes ne soient pas aussi bêtes. Étonnamment, même des shérifs et des policiers dans tout le pays refusent ouvertement d’appliquer les mandats et d’infliger des sanctions au nom de la loi aux citoyens qui ne se soumettent pas. C’est vraiment un énorme obstacle pour les globalistes et leur reset.

Le virus a produit un IFR (Taux de létalité) de 0,26% chez toute personne ne se trouvant pas dans une maison de retraite avec des conditions préexistantes. Plus de 40 % des décès dus au Covid sont attribués à des personnes âgées qui souffraient déjà de nombreuses affections. Seulement 10 % environ des personnes qui finissent par être hospitalisées à cause de la Covid-19 souffrent de problèmes de santé à long terme (plus de trois mois). De plus, seuls 15 % environ des lits de soins intensifs sont utilisés aux États-Unis, ce qui signifie que les allégations de surcapacité et d’hôpitaux pleins n’étaient rien de plus que de la peur pour susciter des craintes, depuis le début.

Considérez le fait que des centaines de milliers de personnes meurent déjà chaque année de maladies infectieuses comme la grippe et la pneumonie et la Covid-19 commence à sembler beaucoup moins menaçant. Ce n’est certainement pas une excuse pour les confinements médicaux et les mesures orwelliennes de recherche des contacts.

En outre, de nombreuses études révèlent que les mesures de confinement et les masques sont totalement inefficaces pour arrêter la propagation du virus. Les États et les pays dont les contraintes sont parmi les plus strictement appliqués ont également tendance à être les endroits où les pics d’infection sont les plus élevés.

C’est pourquoi il est logique que de nombreuses personnes refusent de se conformer à ces contraintes. Les médias prétendent que nous sommes des théoriciens de la conspiration qui croient que le virus « n’existe pas » ; ce n’est pas le cas. En fait, je soupçonne depuis longtemps que le récit selon lequel le virus « n’existe pas » était une psy-op ou un homme de paille qui serait utilisé contre le mouvement de la liberté plus tard pour discréditer notre résistance aux confinements médicaux.

La plupart d’entre nous sont bien conscients de l’existence du virus. Certains d’entre nous l’ont déjà combattu et s’en sont remis. Ce que nous disons, c’est que le CDC, l’OMS et les propres statistiques de la communauté médicale montrent que la Covid-19 n’est pas une menace pour plus de 99% de la population. Si nous devons accepter leurs statistiques comme étant même très peu précises, alors la Covid-19 devient un non-problème pour la plupart des gens.

Une fois de plus, je poserai la question que les médias dominant refusent de poser :

Pourquoi dit-on à 99 % de la population qu’elle doit sacrifier son emploi, ses entreprises et ses libertés au nom de la sécurité de moins de 1 % de la population ? Pourquoi ne pas demander aux 0,26% de personnes menacées par le virus de se porter volontaires pour rester chez elles afin que le reste d’entre nous puisse reprendre une vie normale ? Pourquoi faisons-nous le contraire de ce qui est le plus logique ?

La réponse est que la réponse à la pandémie est une question de domination, et non de santé publique. Les gens commencent à s’en rendre compte et ils sont sur le point de se révolter.

Donc, la prochaine étape logique pour l’establishment, s’il veut vraiment mettre en place son programme de reset, est d’introduire une nouvelle menace. Cela signifie qu’ils ont besoin d’une « mutation » du virus ou d’un tout nouveau virus afin de créer le genre de peur nécessaire pour manipuler le public et l’amener à accepter un contrôle plus poussé.

Un nouveau virus plus mortel sera-t-il découvert ? Peut-être. Dans la plupart des cas, les virus ont tendance à évoluer vers des souches moins mortelles que l’original. Ils ont également tendance à équilibrer leur taux de propagation et leur taux de mortalité. En d’autres termes, comme toute autre créature, les virus évoluent pour survivre, et un virus ne peut pas survivre s’il tue la majorité de ses hôtes potentiels. Ainsi, ils mutent pour devenir plus infectieux, mais invariablement moins mortels.

Si une « mutation » plus mortelle que la forme actuelle de la Covid-19 apparaît sur la scène, je serais très méfiant quant à ses origines. Le plus probable est que les élites sont en panique et qu’elles utilisent le récit de la mutation comme un outil de propagande pour semer la terreur et le conformisme dans le public. Il se peut qu’il n’y ait pas de mutation du tout, ou que les mutations n’aient aucune incidence significative sur le taux de mortalité.

Ironiquement, en lançant à la hâte les vaccins et les histoires de mutation, les élites se sont sabotées elles-mêmes. Elles ont voulu faire un blitzkrieg du public avec les confinements et elles ont rencontré une résistance plus forte que prévu. Ils ont donc mis le programme de vaccination sur un train fou et maintenant le public se méfie de se faire injecter un modèle de vaccin à peine testé. Maintenant, ils font la promotion du croque-mitaine de la mutation et cela ne fait que faire se demander pourquoi les gens devraient prendre n’importe quel vaccin ? Si le virus va continuellement muter, alors pourquoi prendre un vaccin douteux qui pourrait être inutile en quelques mois ?

Le récit de la mutation ne fait qu’exposer davantage ce qui est vraiment à l’ordre du jour : ce que les élites veulent, c’est un enfermement sans fin. Il n’y a pas de programme pour sauver des vies ou aplatir la courbe. Tout l’argument de la santé est une absurdité totale. Rien de ce qui a été fait jusqu’à présent ne soutient l’idée que la santé publique est la priorité. Au lieu de cela, nous assistons à une course folle vers le totalitarisme en utilisant la Covid-19 comme excuse, et l’effort échoue.

= = =

Voir notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

 

Petit précis de désobéissance civile avec l’historien et militant Howard Zinn (publié 10/11)

Posted in actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 18 janvier 2021 by Résistance 71

 

 

 

 

Article 34
Il y a oppression contre le corps social, lorsqu’un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé.

Article 35
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

(Deux derniers articles 34 et 35 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen du 24 juin 1793)

“La seule grande et toute puissante autorité naturelle et rationnelle à la fois, la seule que nous puissions respecter, ce sera celle de l’esprit collectif et public d’une société fondée sur l’égalité et la solidarité aussi bien que sur la liberté et sur le respect humain et mutuel de tous ses membres… Elle sera mille fois plus puissante soyez-en certains, que toutes les autorités divines, théologiques, métaphysiques, politiques et juridiques instituées par l’église et l’état, plus puissante que vos codes criminels, vos geôliers et vos bourreaux.”
~ Michel Bakounine ~

 


« On ne peut pas être neutre dans un train en marche »

 

Petit guide de la désobéissance civile en 7 points essentiels

 

Par Howard Zinn

 

Traduit de son livre “Disobedience and Democracy” (Vintage Book, 1968, pages 119-122) par Résistance 71

 

Déjà publié sur Résistance 71 le 28/10/11 :

https://resistance71.wordpress.com/2011/10/28/resistance-politique-petit-guide-de-la-desobeissance-civile-howard-zinn/

~  ~  ~

 

Pour nous guider dans nos décisions de quand obéir et quand désobéir à la loi, peut-être pouvons-nous assembler pour nous-mêmes un petit guide, qui pourrait avoir cette forme pour squelette:

1-   La désobéissance civile est l’infraction délibérée et discriminative à la loi au nom d’une cause sociale vitale. Cela devient non seulement défendable mais nécessaire lorsqu’un manquement à un ou plusieurs droit humain est de rigueur et quand la voie légale n’est pas ou plus adéquate pour garantir ce droit. Ceci peut prendre la forme d’enfreindre une loi odieuse, de protester contre une ou des conditions injuste ou en moquant symboliquement une loi ou une condition existante. Cela pourra ou ne pourra pas être rendu légal à cause de la loi constitutionnelle ou de la loi internationale, mais son objectif est toujours de réduire l’écart entre la loi et la justice et ce dans un processus infini du développement de la démocratie.

2-   Il n’y a aucune valeur sociale à une obéissance générale à la loi, pas plus qu’il n’y a de valeur à une désobéissance générale à la loi. L’obéissance à de mauvaises lois est une façon d’inculquer une soumission abstraite à la “règle de la loi” et ne peut qu’encourager à la tendance déjà très forte pour les citoyens de s’incliner devant le pouvoir de l’autorité, de renoncer à défier le statu quo. Exalter la règle de la loi est une marque absolue de totalitarisme et il est très possible d’avoir une atmosphère de totalitarisme dans une société qui possède beaucoup des attributs d’une démocratie. Insister sur le droit des citoyens à désobéir à des lois injustes et le devoir des citoyens de désobéir à des lois injustes et dangereuses, est l’essence même de la démocratie, qui assume que le gouvernement et ses lois ne sont pas des choses sacrées, mais des outils servant certains buts: la vie, la liberté, le bonheur. Les outils ne sont pas indispensables, les buts si.

3-   La désobéissance civile peut parfois impliquer l’effraction de lois qui ne sont pas odieuses afin de pouvoir protester contre un problème important. Dans chaque cas, l’importance de la loi enfreinte devra être évaluée par rapport à l’importance de l’objet de la contestation. Une loi sur la circulation routière, temporairement désobéie, n’est pas aussi important que la vie d’un enfant renversé par une voiture; l’envahissement illégal de bureaux n’est en rien aussi sérieux que l’assassinat d’innocents dans une guerre, l’occupation illégale d’un bâtiment n’est pas aussi maléfique que le racisme dans l’enseignement. Comme non seulement des lois spécifiques, mais aussi des conditions générales peuvent devenir insupportables, les lois qui ne sont pas ordinairement dures, peuvent aussi être désobéies en signe de protestation.

4-   Si un acte spécifique de désobéissance civile est un acte moralement justifiable de protestation, alors l’emprisonnement de ceux qui s’engagent dans cet acte est immoral et se doit d’être opposé, et contesté jusqu’à la fin. Les manifestants ne doivent pas être plus amènes d’accepter la punition qui va avec l’infraction de la loi, que d’accepter la loi qu’ils enfreignent. Il se peut qu’il y ait des occasions où les manifestants désireront aller de leur plein gré en prison, voyant cela comme un moyen de continuer leur protestation, comme d’une façon de montrer à leurs concitoyens l’injustice occasionnée. Mais ceci est très différent que de dire que les manifestants qui enfreignent la loi doivent aller en prison car cela est la règle du jeu pour ceux qui commettent la désobéissance civile. Le point clé ici est de s’assurer que l’esprit même de la protestation doit être maintenu tout au long du processus, que ceci soit fait par le moyen de rester en prison ou en évitant d’y aller. Accepter  d’aller en prison comme faisant partie de la “règle du jeu” revient en fait à changer brusquement d’un état d’esprit combattant à un état d’esprit soumis, diminuant ainsi le sérieux de l’affaire et du processus de manifestation.

5-   Ceux qui s’engage dans la désobéissance civile doivent choisir des moyens d’action et des tactiques les moins violents possibles, remplissant de manière adéquate l’efficacité des objectifs à atteindre en fonction de l’importance du sujet. Il doit y avoir une relation raisonnable entre le degré de désordre occasionné et l’importance de l’affaire du moment. La différence entre nuire aux personnes et nuire aux biens et aux propriétés est à prendre en considération par dessus tout. Les tactiques employées contre les biens et propriétés peuvent inclure (là encore après évaluation de l’efficacité et de l’affaire): la dépréciation (comme le boycott), les dégâts matériels, l’occupation temporaire et l’appropriation permanente. Dans tous les cas de figures, la force de tout acte de désobéissance civile doit être clairement focalisée de manière discriminatrice sur l’objet de la cause de la protestation.

6-   Le degré de désordre causé dans l’acte de désobéissance civile ne doit pas être soupesé contre une “fausse paix” présumée existante dans le statu quo, mais contre le véritable désordre et la violence qui font parties de la vie quotidienne, exprimés ouvertement internationalement par les guerres, mais caché localement sous une façade “d’ordre”, qui embrouille la question de l’injustice dans la société contemporaine.

7-   Dans notre raisonnement et notre pensée au sujet de la désobéissance civile, nous ne devons jamais oublier que nous et l’État avons des intérêts divergents et nous ne devons pas être leurrés de l’oublier par les agents de l’État. L’État recherche le pouvoir, l’influence, la richesse, comme étant des finalités en eux-mêmes. L’individu recherche la santé, la paix, l’activité créatrice, l’amour. L’État par son pouvoir et sa richesse possède un réservoir sans fin  de portes-parole pour ses intérêts. Ceci veut dire que le citoyen doit comprendre le besoin de penser et d’agir pour et par lui-même, de concert avec ses concitoyens.

=  =  =  =

Howard Zinn (né le 24 août 1922 à Brooklyn, New York, mort le 27 janvier 2010 à Santa Monica, Californie) est un historien et politologue américain, professeur au département de science politique de l’Université de Boston.
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il s’engage dans l’armée de l’air et est nommé lieutenant bombardier naviguant. Son expérience dans l’armée a été le déclencheur de son positionnement politique pacifiste qui élève au rang de devoir la désobéissance civile2.
Il a été un acteur de premier plan du mouvement des droits civiques comme du courant pacifiste aux États-Unis.
Auteur de vingt livres dont les thèmes (histoire, monde ouvrier, désobéissance civile et « guerre juste » notamment) soulignent l’articulation entre ses travaux de chercheur et son engagement politique, il est particulièrement connu pour son best-seller Une histoire populaire des États-Unis, qui « l’a consacré comme l’un des historiens américains les plus lus, bien au-delà des campus américains » (Source Wikipedia)

= = =

“La liberté de l’homme consiste uniquement en ceci qu’il obéit aux lois naturelles parce qu’il les a reconnues lui-même comme telles et non pas parce qu’elles lui ont été imposées de l’extérieur par une volonté étrangère, divine ou humaine, collective ou individuelle, quelconque.”
“En un mot, nous repoussons toute législation, toute autorité et toute influence privilégiée patentée, officielle et légale, même issue du suffrage universel, convaincus qu’elles ne pourront jamais tourner qu’au profit d’une minorité dominante et exploiteuse, contre les intérêts de l’immense majorité asservie.
Voilà dans quel sens nous sommes réellement des anarchistes.”
“Encore une fois, l’unique mission de la science, c’est d’éclairer la route. Mais seule la vie, délivrée de toutes les entraves gouvernementales et doctrinaires et rendue à la plénitude de son action spontanée, peut créer.”
~ Michel Bakounine ~

 

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie