Archive for the colonialisme Category

Affaire CoV19 : couverture du plus grand braquage de l’ère moderne ?… (Veterans Today)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 18 juin 2020 by Résistance 71

 

 

Les banquiers américains ont volé 7000 milliards de dollars durant le confinement du CoV19 et ont détruit les petits business (Extrait)

 

Kevin Barrett

 

16 juin 2020

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2020/06/16/7-trillion/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

[…]

Mais à un niveau plus profond, considérez toute cette hyper-médiatisation autour de George Floyd et les meurtres d’Afro-américains par la police, meurtres qui se produisent année après année après année avec une couverture médiatique des plus variées. Il semble aussi que les médias soient le plus excités lorsque la personne tuée n’est pas très reluisante et a un passé chargé. Il y a eu bien plus de bonnes personnes victimes de ces meurtres par la police qui n’ont virtuellement eu aucune couverture médiatique. C’est très bizarre de voir comment tout cela fonctionne.

Les banquiers américains viennent de perpétrer le plus grand braquage de l’histoire…

Les médias de masse semblent (une fois de plus…) faire partie d’une vaste opération de propagande qui tente de changer maintenant la conversation de ce qui importe vraiment, c’est à dire en ce moment la plus puissante cabale bancaire du monde, des gens qui de fait gèrent et font fonctionner le gouvernement des Etats-Unis, de l’occident et de la plus vaste partie du monde, qui vient juste de voler au moins 7000 milliards de dollars, principalement des pauvres, au cours du confinement du CoV19 qui a détruit la plus grande partie des commerces et PME du monde, ce qui affame les pauvres à travers le monde et ce qui mène à la surchauffe (une fois de plus) de la planche à billets, qui imprime une quantité illimitée de fric pour les banquiers les plus riches et plus importants. Cela les a sauver de leur crise de la dette et leur a donné le droit de se donner à eux-mêmes et à leurs potes autant de fric qu’ils le désirent et ce de l’air du temps, sans contre-partie, ils le font à l’heure même où j’écris ces lignes et où vous les lisez…

Il y a eu un sauvetage corporatiste des entreprises (NdT: toujours les soi-disantes “trop grosses pour sombrer” “too big to fail” en anglais…) se montant à des milliers de milliards de dollars pour les potes de Steven Mnuchin (NdT: ministre des finances de Trump, banquier pendant 17 ans à la Goldman Sachs en charge des Hedge Funds – encore et toujours – et producteur de film). Lui est ses potes sionistes ont une ligne de crédit illimitée. Ils ne doivent jamais rembourser. Un autre fond de sauvetage financier douteux.

Donc, ceci constitue le plus grand braquage de l’histoire du monde et les gens ordinaires, le petit peuple souffrent horriblement. Ils furent confiner et avaient le sentiment de suffoquer. Leurs vies économiques ont été détruites et ils eurent le sentiment de suffoquer, de ne plus pouvoir respirer.

Ainsi donc soudainement, juste au moment où ils devraient s’insurger et se révolter, prendre d’assaut Wall Street et Washington DC et renverser tous ces voleurs et criminels qui viennent juste de perpétrer le plus grand braquage de l’histoire, alors d’un seul coup d’un seul, la conversation change du tout au tout et on nous reparle de races plutôt que du vol des criminels en col blanc, ce gigantesque braquage qui fut sciemment commis sous couvert du confinement du CoV19, lui-même sans doute créé et produit dans un laboratoire de guerre biologique, sous la direction de ces mêmes banquiers qui ont volé 6 ou 7000 milliards de dollars ou plus sur le dos de cette pandémie planifiée dans ses moindres détails, ce longtemps à l’avance, faisant partie d’un effort de centraliser toujours plus avant la richesse et le pouvoir en stoppant la montée de la Chine, en torpillant le monde globalisé et son économie qui est le moteur de la montée en puissance de la Chine, leur permettant au passage d’imposer un état-policier à la pyramide renforcée sur les peuples occidentaux, ce afin de toujours plus avant centraliser et renforcer leur contrôle du monde occidental et du monde dans les grandes largeurs. Voilà ce qui fut réellement toute cette affaire du CoV19.

Ils viennent juste de changer la conversation pour parler de racisme et d’anti-racisme afin que nous ne nous rendions compte de rien.

= = =

A lire en complément notre analyse du 6 avril 2020:
« SRAS-COV-2, CoV19 ou la grande expérience d’ingénierie sociale planétaire »

 

Rapport dominant / dominé : Une vue sur l’esclavage et la domination blanche (Steven Newcomb)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, documentaire, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 16 juin 2020 by Résistance 71

 

 

“D’abord les Hollandais, puis les Anglais, dominèrent  le commerce des esclaves. dès 1795, Liverpool avait plus de 100 navires transporteurs d’esclaves et comptait pour environ la moitié du commerce négrier européen… En 1800, entre 10 et 15 millions d’Africains avaient été transportés vers les Amériques, représentant environ un tiers de tous les noirs africains capturés en Afrique. On estime que le continent africain a perdu plus de 50 millions de personnes entre les morts violentes et l’esclavage au cours de ces siècles que nous appelons le début de la civilisation moderne occidentale et ce aux mains d’esclavagistes commerçants et propriétaires de plantations en Europe occidentale et en Amérique, ces pays dits les plus avancés au monde…”
~ Howard Zinn, “Une histoire populaire des Etats-Unis”, 1980 ~

“Votre révérence m’écrit que vous désireriez savoir si les nègres qui sont envoyés vers vos contrées ont été légalement capturés. A ceci je répond que votre révérence ne doit avoir aucun scrupule sur ce point, parce que ceci est une question qui a été posée au comité de conscience de Lisbonne et que tous ses membres sont des hommes instruits et consciencieux, ainsi qu’aux évêques de Sao Tomé, du Cap Vert et ici à Loando, tous des hommes savants, pieux et vertueux, ne trouvent aucun défaut à tout ceci. Nous sommes nous-mêmes ici depuis 40 ans et il y a eu parmi nous des Pères très instruits… Ils n’ont jamais considéré ce commerce comme illicite. Ainsi, nous, ainsi que les Pères du Brésil, achetons ces esclaves pour notre service sans aucun scrupule.”
~ Frère Luis Brandaon en réponse à une lettre du Père catholique Sandoval dans laquelle celui-ci demandait la position de l’église catholique sur le commerce des esclaves, lettre du 12 mars 1610, cité par Howard Zinn dans son “Histoire populaire des Etats-Unis”, 1980 ~

 

 

Une vue sur l’esclavage et la domination blanche

 

Steven Newcomb

 

30 avril 2020

 

url de l’article original:

https://originalfreenations.com/a-view-of-slavery-and-white-domination/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Depuis l’élection de D. Trump comme président des Etats-Unis, on insiste de nouveau sur la “suprématie blanche” et le “nationalisme blanc” et leurs rôles dans l’origine des Etats-Unis.

En résultat de la commémoration du 400ème anniversaire de l’arrivée du premier vaisseau chargé d’esclaves en Virginie en 1619, les gens en 2019 ont passé pas mal de temps à réfléchir sur la connexion entre l’esclavage et l’origine des Etats-Unis. Menant à cette année, James Oliver Horton et Lois E. Horton ont publié leur livre “Slavery and the Making of America” (Oxford University Press), comme compagnon de lecture à une série télévisée éponyme du Public Broadcasting Service (PBS).

Il semble remarquable que la forme de domination appelée “esclavage” ne s’est officiellement terminée aux Etats-Unis qu’il n’y a qu’un peu plus de 150 ans Je trouve curieux que le dictionnaire Webster’s Third New International Dictionary (1996), ne liste pas une seule fois le mot “domination” dans sa définition de l’esclavage.

Parmi les entrées effectuées sous le mot “esclavage” / “slavery” nous trouvons : “travail forcé, corvées” et “soumission à une influence dominante”. focaliser sur la personne dominée comme étant “soumise” garde l’attention hors du dominant qui est activement engagé dans un acte de domination sur l’autre personne ou en d’autres termes, qui impose un système sur l’esclave.

La définition du dictionnaire Webster’s liste aussi “l’exploitation inhumaine d’un bien”, plutôt que les termes “d’exploitation inhumaine d’autres êtres humains”. Le mot anglais “chattel” remonte aux temps médiévaux et du mot “chatel” voulant dire “biens, propriété” et le terme latin moyen “capitale”.

Une question se pose du point de vue du maître d’esclave : est-il possible de s’engager dans une “exploitation inhumaine” d’un bétail non-humain, de biens ou de propriété ? Le philosophe anglais William Backstone appelait la propriété “le dominion despotique”, qui est correctement traduit par “domination”.

d’après Dictionnary.com “la suprématie blanche” est la croyance, la théorie ou la doctrine disant que les humains de race blanche sont supérieurs de manière inhérente aux personnes de tous les autre groupes raciaux, spécifiquement noirs et sont donc de droit le groupe dominant de toute société. Wikipedia, bien que ne considérant pas une source faisant autorité ajoute:

Le terme est aussi typiquement utilisé pour décrire une idéologie politique qui perpétue et maintient la domination sociale, politique, historique ou institutionnelle des blancs.” Wikipedia ajoute de plus qu’une telle domination est “prouvée par les structures socio-politiques historiques et contemporaines comme la traite d’esclaves trans-atlantique, les lois de Jim Crow aux Etats-Unis et le régime d’apartheid en Afrique du Sud.

Voici donc la question à laquelle je veux en venir : étant donné que la suprématie blanche est vue comme une idéologie politique qui perpétue et maintient la “domination des hommes blancs”, pourquoi n’est-elle jamais appelée “domination blanche”  lorsqu’elle est défiée ou débattue dans les médias ou les forums sociaux ?…

Nous avons vu comment le dictionnaire place une emphase sur l’être caractérisé comme “soumis”. Pourquoi ne pas dire “ils sont dominés” plutôt que de dire qu’ils sont “soumis”. Sans doute parce que cela mettrait alors l’emphase sur ceux qui s’engagent dans la domination systématique des autres. Ce type d’attention mettrait alors l’accent sur les dominateurs plutôt que sur ceux qui sont dominés. Dans le contexte de “suprématie blanche”, le mot “suprématie” veut dire “domination”. La “domination blanche” est le terme le moins poli pour nommer précisément ce qu’il s’est passé depuis des siècles. En appelant un chat un chat avec le terme de “domination”, nous fournissons un cadre de vision et de compréhension bien plus juste et éloquent.

Les schémas et arrangements de la domination du passé continuent de dominer le présent. Nulle art ceci est plus évident que dans le domaine de la loi et politique fédérales sur les Indiens. Depuis la fondation des Etats-Unis, lorsque l’esclavage fut inscrit dans la constitution américaine, il y a eu un effort concerté d’établir et de maintenir un système de domination sur les peuples et nation natifs sur la base de la distinction entre le “peuple chrétien” et les “natifs païens”, pour citer la décision de la Cour Suprême des Etats-Unis de 1823 dans l’affaire Johnson vs M’Intosh.

Ce qui est appelé suprématie blanche a émergé de l’empire chrétien (chrétienté) et de la domination exemplifié par les documents en langue latine émis par la Papauté au XVème siècle sous forme de bulles pontificales et leurs traductions anglaises ; j’y ai trouvé un vocabulaire bien établi utilisant des expressions de domination ce de différentes façons comme : envahir, capturer, vaincre, soumettre, réduire en esclavage perpétuel et saisir toutes leurs possessions et propriétés.

Ce vocabulaire et code de la domination illustrent la signification du mot de langue anglaise “dominion”, qui expose à son tour la véritable signification de la phrase de la Cour Suprême des Etats-Unis utilisée dans son rendu de l’affaire Johnson vs McIntosh “ultimate dominion”, en 1823. Cette décision est la base fondamentale de l’affirmation des Etats-Unis de leur droit de domination sur toutes les nations natives. Il est intéressant de savoir que dans le temps de Rome le fléau à flageller, utilisé par le maître pour flageller son esclave, était un symbole de dominio qui en latin veut dire dominer. (NdT: pour voir cette saloperie à l’œuvre, cf la scène de la flagellation de Jésus dans le “Passion” de Mel Gibson, réaliste à souhait…)

Le mot “dominion” peut paraître bénin en anglais, mais c’est un mot horrible, précisément défini comme “un droit affirmé de domination avec droit de vie ou de mort”. (NdT: Notons qu’il n’y a pas encore si longtemps, la Canada ne pouvant émettre ses propres passeport que depuis 1982… Le Canada et ses “citoyens” se déplaçaient avec un passeport britannique où il était notifié : “Dominion of Canada”, c’est à dire que le Canada était, et est toujours, une domination de la couronne britannique, qui y exerce son “droit” de domination, en clair, le Canada est une entité coloniale servant la “couronne”, de fait La City de Londres qui est la “couronne”…)

Rappelez-vous que cette idée de “domination blanche chrétienne” sur les “païens” est toujours le fondement du système idéologique actuel américain appelé “Loi et politique fédérales indiennes”.

= = =

Lectures complémentaires:

« Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte », Steven Newcomb, 2008

Compilation Howard Zinn

« Comprendre le système légal de l’oppression coloniale », Steven Newcomb

« Les chaînes de l’esclavage », Jean-Paul Marat

« Discours sur e colonialisme », Aimé Césaire

« Peau noire, masque blanc », Frantz Fanon

« La pédagogie des opprimés », Paulo Freire

 

Colonialisme d’hier et d’aujourd’hui… La continuité coloniale au Canada et la farce de la Commission Vérité et Réconciliation (Steven Newcomb)

Posted in actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 10 juin 2020 by Résistance 71

 


Natifs vs Colons (Oka 1990)

 

La réconciliation et l’affirmation du Canada d’un droit de domination sur les nations natives

 

Steven Newcomb

 

21 mai 2020

 

url de l’article original:

https://originalfreenations.com/reconciliation-and-canadas-claim-of-a-right-of-domination-over-native-nations/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Regardons de plus près le processus de “Vérité et Réconciliation” embrassé par le Canada. Dans un contexte particulier, “réconcilier” veut dire “restaurer l’amitié”. Soyons clair ici, il n’est pas possible de “restaurer” une amitié qui n’a jamais existé en première instance entre la société dominante du Canada et les peuples et nations originels du continent. 

Considérons une autre définition de réconciliation, “causer la soumission ou accepter” et “amener à l’acquiescement”. Supposez que le gouvernement du Canada (et des ses provinces variées) aient utilisé le mot “réconciliation” dans un effort de “causer” le fait que les peuples indigènes “se soumettent ou acceptent” l’affirmation faite par le Canada d’un droit à la “domination de la Couronne”. Supposez qu’il ait voulu amener les nations natives du continent à “acquiescer” à l’affirmation du Canada et de son droit de domination sur les nations natives.

Il y a une excellente raison pour un pays comme le Canada de mettre en marche un processus étiqueté “réconciliation” en relation à nos nations originelles. Le Canada a voulu utiliser ce processus pour tromper les nations natives à accepter passivement l’idée que le Canada possède un droit légitime de “souveraineté” sur les nations originelles et les peuples de ce continent. Le potentiel de sécuriser l’acquiescement, financièrement très lucratif, des nations natives à l’affirmation de la domination de la “couronne” (NdT: de fait la City de Londres, qui est la “couronne”…) créa une excellente raison pour le gouvernement du Canada d’utiliser ce concept de “réconciliation”.

Réconciliation n’est pas un mot de libération. C’est un mot de soumission et de mise au pas. Il est maintenant typiquement utilisé par l’église catholique en remplacement du mot de “confession”. C’est un mot piège. Il peut mener par exemple, à l’acceptation par nos nations natives de l’affirmation de souveraineté fédérale ou de la couronne, de leur domination sur nos existences mêmes. Le mot réconciliation est fait pour apaiser et pacifier le mécontentement bruyant de mouvements comme Idle No More et Standing Rock. De mon point de vue, ce mot est utilisé pour nous endormir.

La preuve pour soutenir cette assertion se trouve dans le rapport final de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) du Canada de juillet 2019. Après avoir discuté dans les grandes largeurs de la soi-disante doctrine de la découverte, le rapport dicte : “Nous ne suggérerions pas que la répudiation de la doctrine de la découverte mène nécessairement à l’invalidation de la souveraineté de la couronne.


Reconciliation mohawk…

Exprimons ceci de nouveau en langage plus simple : l’analyse de la doctrine de la découverte par ceux qui ont écrit ce rapport final de la commission n’a pas provoqué chez ces rédacteurs le moindre questionnement sur la validité de l’affirmation d’un droit de domination (exprimé sous la forme de “souveraineté”) de la part de la couronne. Les rédacteurs semblent dire : “Nous sommes prêts à accepter l’affirmation de domination de la couronne (“souveraineté”) comme étant valide bien que le fondement de cette affirmation de droit de domination par la Couronne est l’invalide doctrine de la découverte, qui mérite elle, d’être répudiée.

Le rapport final de la CVR exprime la vision du gouvernement du Canada, en tant que pays appartenant au Commonwealth. Cela ne devrait pas surprendre que des représentants de la “couronne” soient prêts à accepter l’affirmation par cette même couronne d’un droit de domination (‘“souveraineté”) en relation avec les peuples et nations originels.

Le rapport final de la CVR dit : “La doctrine de la découverte… a été invoquée comme justificatif de l’exploitation continue jusqu’à ce jour des ‘terres, territoires et ressourcesdes peuples indigènes.” Soyons plus précis sur ce point : C’est l’affirmation d’un droit de domination par la couronne britannique, que l’on peut tracer depuis la charte donnée à John Cabot et son fils en 1496 et toute la série de bulles pontificales remontant au XVème siècle (NdT: Dum Versitas (1452), Romanus Pontifex (1455) et Inter Caetera (1493) pour être plus précis), que le Canada a utilisées pour justifier l’exploitation continuelle jusqu’à ce jour des ‘terres, territoires et ressources’ des peuples indigènes. L’affirmation d’un droit de domination de la couronne puise son origine dans l’image d’un monarque chrétien devenant le premier représentant de l’empire chrétien (chrétienté, NdT: qui n’est autre qu’une extension de l’empire romain depuis l’empereur Constantin…) à localiser des terres non chrétiennes, terres sur lesquelles aucun système de domination chrétienne ne s’est encore exercé. Une définition de la propriété se colle à l’affirmation de la couronne sur les terres et les territoires des nations originelles du continent : “le premier établissement d’une domination physique socialement approuvée sur des parties du monde naturel.


Doctrine chrétienne de la découverte

Nous trouvons cette imagerie exprimée dans la charte de John Cabot de 1496 par exemple. Les Cabot devaient avancer et “subjugare” (subjuguer, dominer) les terres au nom du roi, de ces païens infidèles inconnus du peuple chrétien.” Cette commission royale donnée aux Cabot n’est juste qu’un document utilisé pour justifier de la domination et exploitation perpétuelles des terres, territoires et ressources de nos nations originelles de l’Île de la Grande Tortue.

Pourtant, le rapport final de la CVR s’arrête court de défier l’affirmation de droit de domination de la couronne. Ce rapport ne fait que cadrer la doctrine de la découverte en termes d’”histoire européenne et évite de l’étiqueter ‘chrétienne’. (NdT: Rappelons ici que le livre de l’auteur de cette article s’intitule: “Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte”… dont nous avons traduit de larges extraits.) Le rapport de la commission évite donc soigneusement de reconnaître que la soi-disante doctrine de la découverte est enracinée dans l’idée de Peuple Élu, de Terre Promise, de la bible et de christianisme. Le rapport dit que la souveraineté de la couronne est toujours valide même après que la base fondamentale de cette affirmation de “souveraineté de la couronne” (domination) ait été rejetée.

Comment pouvez-vous répudier la fondation conceptuelle de l’affirmation de la couronne sur son droit de domination sur les peuples et nations originels tout en maintenant l’affirmation de la couronne sur son droit de domination ? Vous le faites en affirmant que bien que la source de l’affirmation de la couronne sur son droit de domination se soit révélé être invalide, vous devez affirmer que cette révélation ne mène pas à la conclusion que l’affirmation qui a émergé de cette source invalide, soit elle-même invalide.

En écrivant soigneusement d’une manière “réconciliante” (“acquiesçante” donc) envers l’affirmation du Canada d’un droit de domination de la couronne, les scribes du rapport final de la CVR ont appelé à la répudiation de la fondation conceptuelle de la “souveraineté de la couronne” sans appeler à la répudiation de l’idée de la “souveraineté de la couronne” (“domination”). Les auteurs du rapport final de la CVR ont dit “il y a d’autres moyens d’établir la souveraineté de la couronne”, mais ils n’ont as mentionné lesquels. Peut-être se sont-ils arrêtés courts dans le partage de cette information parce qu’ils ne pouvaient pas se figurer quels pouvaient bien être ces “autres moyens”.

Quoi qu’il en soit, le rapport final de la CVR échoue à expliquer pour quelle raison les nations originelles de ce continent devraient avoir pour acquiescer à l’affirmation du Canada sur un droit de domination de la couronne sur elles. Maintenant, la base conceptuelle de l’affirmation de droit de domination de la couronne sur les nations natives s’est révélée n’être qu’une escroquerie basée sur la bible, le christianisme, des bulles pontificales et le racisme européen ainsi que les idées exprimées par le juge de la Cour suprême des Etats-Unis John Marshall dans sa décision dans l’affaire Johnson contre M’Intosh qui fut édictée par la Cour Suprême en 1823.

= = =


Résistance au terrorisme depuis… 1492 !

 

Lire le contre-rapport de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) du Canada (PDF):

“Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada”, Tribunal International des Disparus du Canada (TIDC)

Lectures complémentaires en PDF :

“Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte, Steven Newcomb, 2008

“Comprendre le colonialisme” avec Peter D’Errico et Steven Newcomb

“Wasase” et “Manifeste indigène”, Taiaiake Alfred

« Effondrer le colonialisme », Résistance 71

 


Steven Newcomb, Shawnee
Historien & légiste

 

L’origine du mal profond raciste américain… L’institutionnalisation de la domination et de la suprématie (Tony Cartalucci)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 9 juin 2020 by Résistance 71

 

 

Dans le texte ci-dessous, Cartalucci analyse lucidement le racisme yankee profondément ancré dans une vision hégémonique, colonialiste et coercitive du monde. Nous ajouterons ici qu’il en va de même pour tout l’occident, qui voit le reste du monde comme son terrain de jeu et d’exploitation, peuplé de gens racialement et culturellement inférieurs qui doivent être dominés, exploités, amenés à la raison du plus fort, bien entendu “pour leur plus grand bien et leur plus grand avantage”…
L’occident colonial n’est pas une chose du passé, il est toujours des plus vivaces, actifs et meurtriers. La dernière mouture en date et se mourant s’appelant l’empire anglo-américano-sioniste. Une alliance dans la folie de peuples se croyant “élus” d’un dieu aussi illusoire que sanguinaire.
N’oublions jamais que l’Europe chrétienne a conquis le monde au nom de la  “doctrine chrétienne de la découverte”, qui a été intégrée au “droit américain” par décision de la Cour Suprême des Etats-Unis, Johnson vs McIntosh, Marshall, 1823… Le tout fondé sur 3 bulles pontificales “Dum Diversas” (1452), “Romanus Pontifex” (1455) et “Inter Caetera” (1493).

La racine profonde du mal colonial est là… La racine profonde du marasme de la société humaine réside en la division historique de la société humaine en une entité dominante et une entité dominée au gré de la séparation du pouvoir du corps social. Cet évènement a mis en branle les mécanismes politiques puis économiques de la domination et de l’exploitation d’un groupe par un autre. Quand on connaît le mal, on entrevoit son remède…

~ Résistance 71 ~

 

 

Pour l’Amérique, la vie des Noirs n’a que parfois une importance

 

Tony Cartalucci

 

6 juin 2020

 

url de l’article:

https://landdestroyer.blogspot.com/2020/06/to-america-black-lives-only-sometimes.html#more

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Il ne fait aucun doute que le colonialisme et le racisme siègent à la racine des problèmes domestiques des Etats-Unis. La poussée constante pour dominer l’autre à l’étranger est directement liée à la croyance que ceux qui sont aussi différents à la maison doivent aussi être dominés.

Il y a toujours aujourd’hui des Américains vivants qui se rappellent des lois ségrégationnistes qui nièrent aux noirs Américains leurs droits fondamentaux et leur dignité humaine. Avant cela, ce n’était qu’esclavage direct.

Aujourd’hui même, le racisme est toujours institutionnalisé. Il suinte de la culture américaine, se situant juste sous une couche bien superficielle de tolérance et d’égalité.

Ceci n’est pas seulement au sujet des blancs qui demeurent racistes envers les noirs et autres minorités, produit de la culture en phase terminale de l’Amérique malade, mais c’est aussi au sujet de ce racisme fondamental qui siège toujours au cœur même de la politique étrangère et interne des Etats-Unis, qui n’est pas seulement contre les noirs, mais aussi contre toutes les races de cette planète des Africains aux Asiatiques en passant même par les Slaves.

Les Etats-Unis sont une nation qui encouragent leur peuple à détester des groupes entiers de gens à l’étranger afin de justifier des guerres si injustes et autrement injustifiables. Arabes, Chinois, Russes, tous sont diabolisés avec une haine et une bigoterie encouragées et mises en place par la culture populaire américaine. Ce n’est pas difficile de comprendre pourquoi dans une telle nation, la haine des autres groupes est facilement justifiée dans les esprits racistes et des injustes.

Pas seulement pour la police, mais aussi pour la politique étrangère des Etats-Unis, le racisme est une caractéristique clef

Ce fut sous le (1er président noir-américain) Barack Obama que les Etats-Unis ont décimé la nation nord-africaine de la Libye, déposant son leader Mouammar el Kadhafi, un champion de la dignité africaine et du progrès et le champion de dizaines de milliers de noirs Africains qui voyagèrent vers la Libye pour y travailler et y trouver une vie meilleure, du travail et une meilleure vie Kadhafi et la Libye leur donnèrent, jusqu’à ce qu’il soit brutalement assassiné et son gouvernement remplacé par des terroristes racistes et lourdement armés, soutenus par les Etats-Unis et leurs alliés européens.

Ces militants soutenus, financés et armés par les USA en Libye traquèrent sans merci la population noire de Libye, les tuant, les torturant et même les vendant comme esclaves sur des marchés en plein-air, chose pourtant jugée impensable au XXIème siècle, mais rendu possible par les Etats-Unis, sa politique étrangère criminelle et son racisme profondément enraciné ainsi que son sens de la suprématie et ce malgré le fait d’avoir un “président noir” à l’époque.

Obama n’est pas loin s’en faut le seul à blâmer, il a simplement continué là où les autres avaient arrêté et son successeur, Donald Trump, est simplement le suivant dans la lignée de simplement continuer cette injustice américaine dans le monde entier. Le fait qu’Obama soit noir n’a fait aucune différence et a simplement servi à illustrer que bien que des simili-changements se produisirent, la pourriture fondamentale de l’injustice, du racisme et de la suprématie d’une nation, persiste.

Quand une nation est capable de justifier le fait de refuser à un groupe de gens toute sa dignité et ses droits en tant qu’êtres humains, elle est sur une sérieuse pente savonneuse qui mène à tous les abus possibles et imaginables.

Si les vies noires ont de l’importance (Black Lives Matter), elles doivent en avoir toujours, partout et à tout moment

Tout cas de brutalité policière est tragique et doit être adressé en tant que problème de plein droit. Si des policiers ont tué George Floyd parce qu’il était noir de surcroit , cela représente un problème supplémentaire qui doit aussi être traité.

Si les Américains croient vraiment que les vies noires ont une importance, alors ils doivent s’impliquer dans le combat contre cette injustice et aussi pour toutes les autres victimes du racisme et de la suprématie américains. S’ils ne se manifestent que lorsque cela est “mode” et très “in” de le faire, alors cela revient à ne pas en parler du tout.

S’ils sont silencieux lorsque l’Amérique massacre en masse des noirs à l’étranger, assassinant des gens bronzés à travers la planète ou tentant de normaliser le racisme contre les Asiatiques, en particulier les Chinois, alors ils sont complices d’un racisme profondément enraciné et institutionnalisé soulignant la politique étrangère américaine et l’injustice industrielle s’étendant au monde entier qu’elle représente et cette sorte de racisme qui se manifeste comme injustice totale envers les Américains de couleur à la maison.

L’Amérique a besoin d’une authentique opposition à son racisme et non pas d’une de ces poses toujours des plus opportunistes.

Des politiciens américains à l’image d’Alexandria Ocasio-Cortez, posent comme des gens motivés envers l’égalité raciale et contre le racisme, et pourtant elle soutient régulièrement les agressions de l’armée américaine à l’étranger qui pourtant ne cible que des nations peuplées de gens noirs, bronzés ou asiatiques.

Sa plus récente démonstration d’hypocrisie fut son soutien à l’ingérence américaine à Hong Kong, une extension de la saisie et de la subjuguation de territoire chinois par l’empire britannique.

L’empire britannique a aussi, bien entendu, poursuivi sa politique étrangère de manière entièrement basée sur la croyance que les occidentaux blancs étaient supérieurs à tous les autres et que c’était leur droit, même leur devoir (NdT: tout comme le déclara également en France le raciste, colonialiste Jules Ferry devant la chambre des députés de la IIIème République…), d’imposer la “civilisation” britannique sur les races “païennes”, La Chine ne fit pas exception à cette croyance.

Alexandria Ocasio-Cortez comprendra ou pas que son soutien de l’ingérence américaine à Hong Kong aide à perpétuer cette infâme tradition et cet ignoble agenda, croyant que soutenir la “démocratie” à Hong Kong n’est simplement pas la même mouture de racisme anglo-américain qui n’est en fait que maquillée pour une audience plus large et plus sensible à l’échelle mondiale. Elle ne fait que soutenir le racisme, l’hégémonie et la suprématie, de la même manière.

Les vies noires n’auront jamais d’importance aussi longtemps que “Black Lives Matter” demeure un slogan politiquement creux scandé par des intérêts capables d’ignorer ou même de soutenir une injustice colportée par les Etats-Unis contre les autres à l’étranger, incluant des noirs.

Le racisme profondément ancré est juste un des nombreux symptômes d’un désir général hégémonique et de notions de suprématie raciale, culturelle et politique sous-jacente. Jusqu’à ce que ce grave problème ne soit pris en compte, le racisme continuera, n’ayant que des efforts superficiels et futiles pour le contrecarrer.

Aussi longtemps que l’Amérique croira qu’elle est meilleure que tout ce qu’il y a à l’extérieur, qu’elle justifiera l’exploitation, la coercition et même l’agression militaire forcenée pour s’affirmer et poursuivre ce qu’elle voit comme “ses intérêts”, le racisme et l’injustice perdureront domestiquement. Les mêmes intérêts financiers et entrepreneuriaux qui pilotent l’injustice à l’extérieur voient la population américaine, blanche et noire confondue, comme un autre segment de marché à utiliser, exploiter et abuser, à diviser et conquérir, à écraser pour leur propre intérêt.

Les vies noires ont une importance, qu’elles soient étouffées par un flic blanc raciste en Amérique ou bombardées par des avions yankees (NdT: et français…) en Libye. Dès que les Américains pourront s’unifier en compréhension et en opposition à ce racisme et cette injustice omni-présents, alors quelque chose pourra être fait, autre que de shooter dans la boîte de conserve en descendant la rue pendant quelques mois encore… jusqu’à la prochaine vidéo d’un abus policier émergeant en ligne.

L’Amérique ne guérira jamais de sa haine et de sa division domestiques si tout cela demeure entièrement construit sur la projection et le profit de la haine et de la division que nous menons à l’étranger. Ce ne fut jamais une coïncidence si les champions légendaires de l’égalité, des gens comme Martin Luther King Jr, étaient toutes et tous opposés au racisme et à l’injustice intra muros et n’eurent de cesse que de s’opposer également à l’agression et à l’hégémonie américaines à l’étranger.  Les deux sont intimement liés par le fil commun de l’injustice fondamentale. Tant que les deux ne sont pas exposés et totalement écrasés, tous deux continueront indéfiniment.

 

Analyse historique : Les Etats-Unis… épitomé de la culture coloniale occidentale, de son racisme et de sa barbarie (Andre Vltchek)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, France et colonialisme, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 8 juin 2020 by Résistance 71

 

 

“Les Etats-Unis d’Amérique… créés par une clique d’esclavagistes qui voulurent être … libres !”
~ George Carlin ~

George Floyd… Parce que nous sommes tous des colonisés !
~ Résistance 71 ~

 

“Le monde ne peut pas respirer !” Écrasé par les Etats-Unis, un pays construit sur le génocide et l’esclavage

 

Andre Vltchek

 

5 juin 2020

 

Source de l’article en français:

https://www.mondialisation.ca/le-monde-ne-peut-pas-respirer-ecrase-par-les-etats-unis-un-pays-construit-sur-le-genocide-et-lesclavage/5646323

 

Plus de deux siècles de mensonges sont maintenant dévoilés. Les contes farfelus sur la liberté et la démocratie s’effondrent comme des châteaux de cartes.

La mort d’un homme déclenche une avalanche de rage chez ceux qui, pendant des années, des décennies et des siècles, ont été humiliés, ruinés et exterminés.

Cela s’est toujours passé de la même manière tout au long de l’histoire de l’humanité – une seule mort, une seule « goutte de trop », un événement qui déclenche toute une chaîne d’événements, et soudain, plus rien n’est pareil. Rien ne peut plus être pareil. Ce qui semblait inimaginable hier encore, devient « la nouvelle normalité » littéralement du jour au lendemain.

Depuis plus de deux siècles, le pays qui se qualifie lui-même de pinacle de la liberté, est en fait tout le contraire de cela ; l’épicentre de la brutalité et de la terreur.

Dès sa naissance, afin de « libérer l’espace » pour ses colons européens brutaux et impitoyables, il a systématiquement liquidé la population locale du continent, au cours de ce qui pourrait largement être décrit comme l’un des génocides les plus scandaleux de l’histoire humaine.

Lorsque les Blancs ont voulu des terres, ils les ont prises. En Amérique du Nord, ou n’importe où dans le monde. Dans ce qui est aujourd’hui les États-Unis d’Amérique, des millions « de natifs » ont été assassinés, infectés volontairement par des maladies mortelles ou exterminés de différentes manières. La grande majorité des premiers propriétaires légitimes de la terre ont disparu. Les autres ont été enfermés dans des « réserves ».

En même temps, la « Terre de la Liberté » a prospéré grâce à l’esclavage. Les puissances coloniales européennes ont littéralement pourchassé les êtres humains sur tout le continent africain, les empaquetant, comme des animaux, dans des bateaux, afin de satisfaire la demande de main-d’œuvre gratuite dans les plantations d’Amérique du Nord et du Sud. Les colonialistes européens, main dans la main, ont coopéré, en commettant des crimes, dans toutes les parties du monde.

Que sont réellement les États-Unis ? Quelqu’un se demande-t-il, en faisant des recherches sur ses racines ? Qu’en est-il ; une réponse simple et honnête : Les États-Unis sont essentiellement la progéniture musclée de la culture colonialiste européenne, de son exceptionnalisme, de son racisme et de sa barbarie.

Encore une fois, des faits simples : d’énormes parties des États-Unis ont été construites sur l’esclavage. Les esclaves étaient humiliés, violés, torturés, assassinés. Quelle façon monstrueuse d’écrire les premiers chapitres de l’histoire du pays !

Les États-Unis, un pays de liberté ? Pour qui ? Sérieusement ! Pour les blancs chrétiens ?

Quel récit déformé ! Pas étonnant que notre humanité soit devenue si perverse, si immorale, si perdue et confuse, après avoir été façonnée par un récit qui a été fabriqué par un pays qui a exterminé la grande majorité de ses propres fils et filles indigènes, tout en s’enrichissant démesurément grâce à des vols inimaginables, des meurtres de masse, l’esclavage et plus tard – le semi-esclavage de la dictature corporative sauvage !

La brutalité endémique et institutionnalisée aux États-Unis a fini par s’étendre à toutes les régions de la planète. Aujourd’hui, depuis plusieurs décennies, les États-Unis traitent le monde entier comme une multitude d’esclaves personnels. Qu’est-ce qu’ils nous offrent à tous : des guerres constantes, des occupations, des expéditions punitives, des coups d’État, des assassinats réguliers de dirigeants progressistes, ainsi qu’un pillage complet des entreprises. Des centaines de millions de personnes ont été sacrifiées sur le grotesque autel américain de la « liberté » et de la « démocratie ».

Liberté et démocratie, vraiment ?

Ou peut-être simplement le génocide, l’esclavage, la peur et la violation de tous ces rêves humains merveilleux et naturels, et de la dignité humaine ?

Puis la mort d’un seul homme dont le cou a été écrasé par le genou d’un flic sans pitié. Et le pays a explosé. Des centaines de milliers de combattants et de militants pro-démocratie inondent maintenant les rues de Minneapolis, Washington, New York, Atlanta, Los Angeles et d’autres villes américaines.

La mort de George Floyd est vraiment un symbole, car les Noirs sont assassinés de la manière la plus méprisable qui soit, presque tous les jours. De janvier 2015 à ce jour, par exemple, 1 250 citoyens afro-américains ont été abattus par la police, aux États-Unis démocratiques.

Dans le « Pays de la Liberté », 2,3 millions d’êtres humains pourrissent vivants dans les prisons de plus en plus privatisées. Le taux de prisonniers aux États-Unis est le plus élevé au monde. Garder les gens derrière les barreaux est une affaire de gros sous. Les minorités constituent un pourcentage disproportionné des détenus.

Et ce n’est pas tout. En fait, le monde entier est déjà devenu une immense prison. Regardez autour de vous : la planète entière est maintenant surveillée, contrôlée à la manière très spéciale et très approfondie des États-Unis ; surveillée, brutalisée, et si elle ose protester – impitoyablement réprimée.

Les termes essentiels sont tous déformés. Le pays qui maltraite son propre peuple, ainsi que le monde entier, est défini par son système de médias et de propagande d’entreprise, comme « libre » et « démocratique ». Les nations qui défendent leur propre peuple contre le diktat brutal de l’empire sont insultées, appelées « régimes » et « dictatures ».

J’ai déjà décrit cette folie dans mon livre de 800 pages, « Exposer les Mensonges de l’Empire », après avoir été témoin de certaines des tendances les plus meurtrières déployées par les États-Unis dans quelque 160 pays.

Le meurtre de George Floyd a déchaîné la résistance ; il a ouvert les yeux d’un grand nombre de personnes. Aux États-Unis, et partout ailleurs. M. Floyd, les Afro-Américains, les Amérindiens et les autres opprimés des États-Unis sont les frères et sœurs de ces milliards d’hommes et de femmes qui sont, à ce jour, colonisés, brutalisés et assassinés par l’Empire, partout dans le monde.

Que ce soit le début d’une nouvelle vague de la lutte de libération mondiale !

Maintenant, de plus en plus de gens peuvent enfin voir ce que peu d’entre nous ont répété pendant des années : Le monde entier a le cou écrasé par la botte américaine. Le monde entier « ne peut pas respirer » ! Et le monde entier doit se battre pour son droit de pouvoir respirer !

= = =

Lire aussi:

Nous sommes tous des colonisés!

Effondrer le colonialisme 

« Vous ne pouvez pas être neutre dans un train en marche » Howard Zinn

Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte

Et aussi :

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

… Nous mêmes (photo ci-dessous: Oka 1990)

Petit précis historique sur la création de l’entité sioniste… La décolonisation d’Israël a commencé (Thierry Meyssan)

Posted in actualité, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 4 juin 2020 by Résistance 71

 

 

La décolonisation d’Israël a commencé

 

Thierry Meyssan

 

26 mai 2020

 

url de l’article original: https://www.voltairenet.org/article209739.html

 

Voilà trois quarts de siècle qu’une colonie anglo-saxonne, devenue un arsenal US, tente de conquérir toutes les terres du Nil à l’Euphrate (l’Égypte, la Palestine, la Jordanie, le Liban, la Syrie et une partie de l’Iraq). Et voici quelques années que des citoyens de cette même colonie aspirent à la transformer en un État normal. Ce conflit d’un autre âge a franchi une étape avec la nomination d’un gouvernement bicéphale : deux Premiers ministres représentant les deux visions politiques vont se paralyser mutuellement. Les seules avancées ne pourront être qu’en matière sociale et de santé, accélérant encore la modernisation de la société et donc, la fin du fantasme colonial.

La nomination du gouvernement de coalition israélien ne clôt pas la bataille acharnée ouverte depuis six ans entre deux visions opposées et inconciliables d’Israël [1], ni la paralysie gouvernementale qui dure depuis un an et demi. Au contraire, elle marque le début de l’agonie d’un des deux protagonistes et la lente transformation du pays en un État normal.

Il n’est pas fortuit que ce débat ait éclaté sous les coups de l’ex-Soviétique Avigdor Liberman autour des privilèges des étudiants de yeshivas. L’ancien ministre de la Défense en affirmant que l’alibi religieux ne dispense personne du service national a contesté le nœud du mensonge sur lequel est fondé l’Israël d’il y a soixante-douze ans.

L’appel du général Ehud Barack d’en finir avec Benjamin Netanyahu par la voie judiciaire a échoué. Les partisans du rêve colonial sont toujours là. Ils ont plongé leurs concitoyens dans une sorte d’effroi en les persuadant qu’ils sont menacés par les étrangers. Comme au temps des ghettos, pour les « protéger », ils les ont enfermés derrière un Mur qui les sépare même de leurs concitoyens arabes.

Rappelons qu’Israël n’est pas le produit de la culture juive, mais de la volonté des puritains anglais [2].

Dès le XVIIème siècle, le Lord protecteur Cromwell s’engagea à créer un État juif en Palestine, thème qui ne fut pas repris lors de la restauration dynastique. Au XVIIIème siècle, les leaders de la guerre d’Indépendance US, héritiers de Cromwell, se prononcèrent également pour cette création de sorte que le Royaume-Uni et les États-Unis sont les parrains naturels de cette entité. Au XIXème siècle, le Premier ministre de la reine Victoria, Benjamin Disraeli, théorisa le sionisme comme instrument de l’impérialisme britannique et inscrivit la « Restauration d’Israël » au programme du Congrès international de Berlin de 1878. À cette époque aucun juif ne soutenait ce projet farfelu.

Il fallut attendre l’affaire Dreyfus en France pour que Theodor Herzl s’engage à convertir la diaspora juive au sionisme anglo-US. Il conçut un système colonial sur le modèle de celui mis en pratique par Cecil Rhodes en Afrique et parvint à rallier progressivement de nombreux intellectuels juifs athées.

Lorsque les gouvernements britannique et états-unien furent occupés par des puritains (David Llyod George et Woodrow Wilson) durant la Première Guerre mondiale, un accord fut conclu entre les deux pays pour créer Israël. Le principe d’un « foyer national juif » fut rendu public par une lettre du ministre des Affaires étrangères Lord Balfour à Lord Rotschild, puis le président Wilson fixa officiellement la création d’Israël comme l’un des 14 buts de guerre des États-Unis. À la conférence de la paix, l’émir Fayçal souscrivit au projet sioniste et s’engagea à le soutenir.

Des juifs commencèrent à coloniser la Palestine mandataire avec l’aide de la bourgeoisie locale, mais au détriment du petit peuple, puis à s’émanciper de Londres. En 1948, un juif athée, Ben Gourion, précédant cette fois de cinq ans le modèle rhodésien, proclama l’indépendance d’Israël avant que les Nations unies n’en aient défini les frontières. Ce n’est qu’alors que les rabbins apportèrent massivement leur soutien au projet colonial.

Depuis soixante-douze ans, la Palestine endure une guerre perpétuelle. À l’issue de plusieurs vagues d’immigration successives, l’État d’Israël s’est inventé de toutes pièces une « culture » autour d’un peuple imaginaire (incluant des ethnies allant du Caucase à l’Éthiopie), d’une langue artificielle (l’hébreu actuel n’a pas grand rapport avec le patois antique et s’écrit en caractères araméens) et d’une histoire fictive (malgré les objurgations de l’Unesco, on a confondu l’antique cité-État de Jérusalem avec l’État d’Israël). 

===

L’assimilation de cette création intellectuelle au projet colonial puritain s’est solidifiée autour d’une interprétation sacralisée de certains crimes nazis, qualifiés d’« holocauste » par les puritains et de « shoah » par les juifs.

Rien dans cette construction factice ne résiste à l’analyse. Tout y est fait pour faire accroire en la continuité d’un Peuple et d’un État, alors qu’il ne s’agit que d’une colonie anglo-saxonne.

===

Cependant tous les États coloniaux ont disparu aujourd’hui à l’exception d’Israël et, avec le temps, la majorité des Israéliens d’aujourd’hui sont nés en Israël. Désormais deux conceptions de cet État cohabitent : 

  • d’un côté les partisans du colonialisme anglo-saxons qui revendiquent la souveraineté des terres du Nil à l’Euphrate. Ils se pensent en île des pirates, abritant des criminels du monde entier et refusant tout accord d’extradition. Ils s’affirment comme un « peuple élu », supérieur aux autres hommes, et considèrent Israël comme « L’État juif ». 
  • de l’autre des gens qui veulent vivre en paix avec leurs voisins, quelle que soit leur religion ou leur absence de religion et quelle que soit leur ethnie. Ils ne veulent rien avoir à faire avec les fantasmes coloniaux des siècles passés, mais n’entendent rien abandonner de ce qu’ils ont hérité de leurs pères, même si ceux-ci l’ont volé. Ils aimeraient que l’on résolve les ahurissants problèmes sociaux de leur patrie.

Ce sont deux visions inconciliables qui sont incarnées par deux Premiers ministres, Benjamin Netanyahu et son « suppléant » le général Benny Gantz.

Jamais ce tandem ne pourra résoudre quoi que ce soit des conflits avec les peuples arabes. Tout au plus pourra-t-il enfin considérer les terribles injustices du pays. Par exemple près de 50 000 citoyens étant passés par les camps de la mort nazis survivent aujourd’hui dans le pays comme ils peuvent, sans aide de l’État qui les ignore, mais a encaissé les indemnités qui leur étaient destinées en prétendant les sauver.

Par la simple pression du Temps et de la Démographie, après trois élections législatives successives et inutiles, la décolonisation d’Israël a commencé.

Notes

[1] “The Geopolitical Approach : Two States for Two Peoples”, by Commanders for Israel’s Security, Voltaire Network, 30 October 2014. La solution à deux États pose l’inégalité essentielle des Juifs et des Arabes. Elle est profondément raciste, mais elle représente une rupture avec le projet de conquête coloniale en lui opposant une forme de paix. L’assassinat de son concepteur, le Premier ministre Yitzhak Rabin, en 1995, atteste qu’Israël n’était pas encore prêt à y renoncer.

[2] « Qui est l’ennemi ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 août 2014.

 

L’après CoV19 ou la chute totalitaire, des barbouzes alimentent les émeutes à Yankland suite à l’assassinat de George Floyd (Veterans Today)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 1 juin 2020 by Résistance 71

 

 

“Dès que l’État n’est plus à même d’imposer l’union forcée, l’union surgit d’elle-même, selon les besoins naturels. Renversez l’État, la société fédérée surgira de ses ruines, vraiment une, vraiment indivisible, mais libre et grandissant en solidarité par sa liberté même.”
~ Pierre Kropotkine ~

“il faut sinon se moquer, en tout cas se méfier des bâtisseurs d’avenir. Surtout quand pour bâtir l’avenir des hommes à naître, ils ont besoin de faire mourir les hommes vivants. L’homme n’est la matière première que de sa propre vie. Je refuse d’obéir.”
~ Jean Giono ~

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir…
~ Résistance 71 ~

 

Suite de cet article:
« L’après CoV19… Amérique en flamme, bienvenue à Barbouzeland, la guerre contre les peuples suit son cours (Veterans Today)

 

VT observe des personnels du renseignement militaire posant comme “antifas” dans les manifestations et incitant à la violence

 

Gordon Duff

 

30 mai 2020

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2020/05/30/vt-spots-army-intelligence-dressed-as-antifa-at-protests-inciting-violence/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

NdT : ceci constitue l’introduction d’un article de Preston James sur les réseaux pédophiles et de trafic d’enfants existant à Minneapolis, la ville émeutière suite à l’assassinat par des flics psychopathes de George Floyd lors de son interpellation. Minneapolis est une plaque tournante de ce trafic criminel à Yankland… Titre de l’article “Pedophile Terrorism is Running Rampant in America”. L’article est la continuité de notre traduction en provenance du lien ci-dessus.

VT a minutieusement étudié les vidéos en provenance de Detroit, Atlanta et Minneapolis et a trouvé des membres d’organisations, de firmes sous-traitantes du Pentagone, présents à chaque manifestation, manipulant des bombes incendiaires, lançant de grosses pierres et menant la violence.


Barbouzes en manif’… (source: VT)

Minneapolis est le “ground zero” d’un cercle pédophile très puissant qui rend des services à des leaders politiques, du monde des affaires, de la police et de l’armée dans des hôtels et facilités balnéaires exclusifs, certains gérés par l’organisation de Trump, d’autres par des groupes comme St Hubertus et des membres du club Bilderberg, qui ont de longues relations avec la cabale Epstein-Maxwell-Mogeleivitch.

Ceci commença en 1946 lorsque des leaders sionistes, ne faisant pas confiance aux antisémites notoires de Washington, essentiellement du parti républicain et des démocrates du sud, commencèrent un programme de “cramage” (NdT: de compromission) de membres du congrès des Etats-Unis et de vieux hauts-fonctionnaires, ce au moyen du chantage sexuel. Cet effort est maintenant géré en partie par l’armée américaine, dans un premier temps par le Presidio (NdT: ancienne forteresse espagnole prise en 1846 et devenue dans les années 1850 jusqu’à il y a quelques décennies, le QG de l’armée de terre américaine, le Presidio est situé à Monterey Bay, San Francisco, Californie) et aujourd’hui au travers de Fort Huachuca (NdT : dans l’état d’Arizona), le “cœur noir” de l’état profond américain.

Ces 20 dernières années, une coalition a été formée entre l’armée américaine de Fort Huachuca en Arizona, où sont organisés les assassinats par drones et depuis où l’internet est “géré” et un mélange bizarre d’”escadrons de la mort” de la police, de gangs de la drogue comme le MS13 et des groupes sionistes radicaux, maintenant lourdement renforcés par des suprématistes blancs, un Klu Klux Klan revitalisé et la vieille ligne néo-nazie américaine.

Ceci constitue la “véritable base Trump”, organisée par l’agence du renseignement militaire (Defense Intelligence Agency ou DIA) et qui a secrètement débuté sous la présidence d’Obama, une base qui travaille d’arrache-pied à mener les Etats-Unis dans la guerre civile, en commençant avec une guerre raciale.

La preuve devient de plus en plus évidente que ce groupe est le COVID19…


Un des directeurs de Google, Jared Cohen, en 
conférence avec l’armée, 2014 (source: VT)

Nous avons confirmation de notre personnel de Minneapolis qui tient ses sources au sein de la police et du FBI local.

Un sous-groupe travaille avec ces firmes sous-traitantes au sein des départements et des unités de “renseignement” et de “contre-terrorisme” qui surveillent et qui furent, dans chaque département que nous avons analysé, à la fois entraînés en Israël et supervisés quotidiennement par des “officiers traitants” soit d’un consulat israélien de et pour les associations de l’ADL / JDL / JINSA ou de groupes similaires représentant le Shin Bet.

Quant à ces manifestations anti-confinement et ces mouvements allant vers une guerre raciale fomentée par Trump et ses sponsors de la Kosher Nostra (alias “l’État profond”), nous suspectons grandement que la contagion et l’épidémie mondiale du CoV19, est le plus sûrement mise en place par ceux qui en même temps accusent des cibles faciles comme George Soros, Bill Gates ou les “vaccins”.


Avec Bill la piquouze…
Big Pharma engrange le flouze…

Les mêmes entreprises sous-traitantes propriété du Mossad israélien (certaines étant des associées de VT) furent utilisées pour mettre en scène le Pizzagate de 2016 et elles contrôlent l’agent israélien Julian Assange.

A Minneapolis, depuis 2012, la police a donné le contrôle de toutes les “plus hautes fonctions” à une cabale du FBI et du Mossad, le FBI du Washington Field Office (pas le FBI local qui est OK) et le consulat israélien de Chicago. Ceci a commencé en 2012.


Devise du Mossad :
« Par la tromperie tu feras la guerre »

“VT: L’armée américaine a introduit le CoV19 lors des Jeux militaires de Wuhan en octobre 2019 avec une fausse équipe de participants” (article du 13 mars 2020)

= = =

Notre page « CORONAVIRUS, guerre contre l’humanité »

Affaire CoV19 OGM

Dossier-coronavirus-cov19-experience-ingenierie-sociale

Dossier_special_CoV19_ingenierie_sociale_et_dictature_technotronique

SARS-CoV_UCN

 

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


Le face à face final :
L’autorité illégitime vs Nous, les peuples
(photo : Oka 1990)

Dictature et sémantique: le contrôle et la censure du langage comme outil totalitaire

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 30 mai 2020 by Résistance 71

 


Contrôle du langage…
pour une pensée unique et imbécile

 

Les sionistes aussi ont des sentiments…

Les mots pour critiquer Israël disparaissent très rapidement

 

Philip Giraldi

 

26 mai 2020

 

Source: https://www.globalresearch.ca/zionists-have-feelings-too/5714094

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les visiteurs réguliers de ce site savent que j’écris fréquemment au sujet de l’énorme campagne propagandiste mise en place par les supporteurs d’Israël pour masquer les dégâts occasionnés par l’état juif aux véritables intérêts des Etats-Unis. Un des aspects le plus intéressant de cet effort est la censure du langage afin d’extirper quelques mots pouvant avoir une connotation antisémite et de déformer la signification d’autres de telle façon que cela efface leur signification. Prêter de l’argent à des taux usuriers fut régulièrement appelé “Shylocking”, ce même dans les cercles juridiques, terme provenant du personnage de Shakespeare [Shylock] dans son “Marchand de Venise”. Ceci constitue un mot qui d’évidence n’attendait que d’être censuré et a donc en conséquence, disparu du vocabulaire employé.

Récemment, ces expressions évidentes dénotant un caractère ethnique ont été rejointes par plein d’autres mots condamnés par l’American Jewish Committee, mots bien plus subtils comme par exemple “clanique”, “cosmopolite” et “globaliste/mondialiste”. L’AJC définit l’expression soi-disant antisémite “double loyauté” comme :

… tropisme bigot marquant les juifs comme “autre”. Par exemple, il est antisémite de questionner et de porter une attention particulière à la connexion avec Israël d’un juif américain et ce jusqu’au point de questionner sa loyauté envers les Etats-Unis. En accusant les juifs d’être des citoyens malhonnêtes dont la véritable allégeance est à Israël ou d’être partie d’un agenda juif caché (voir globaliste), les antisémites sèment le manque de confiance et des idées dangereuses, comme la croyance que les juifs sont une “5ème colonne” traîtresse infiltrant et agissant contre notre pays.

La définition de l’AJC de “double loyauté” amuserait sans doute le président George Washington qui incluait ceci dans son message d’adieu :

… rien n’est plus essentiel que ces apathies invétérées permanentes contre des nations particulières et les attachements passionnés à d’autres devraient être exclus et en leur lieu et place, devrait être cultivé des sentiments justes et amicaux envers toutes. La nation qui manifeste contre des autres une haine habituelle ou une attirance habituelle, est dans une certaine mesure, esclave. Elle est l’esclave de son animosité ou de son affection qui toutes deux sont suffisantes pour la dérouter de son devoir et de son intérêt… De la même manière un attachement particulier passionnel d’une nation pour une autre produit une variété de maux. Une sympathie pour une nation favorite facilite l’illusion d’un intérêt commun imaginaire dans le cas où de véritables intérêts communs n’existent pas, tout en infusant dans l’une les animosités de l’autre, trahit la première dans la participation aux querelles et guerres de la dernière sans aucune raison ou justification.

Cela mène également à des concessions envers la nation favorite et certains privilèges refusés aux autres ce qui agit doublement à endommager la nation qui fait les concessions ; en se séparant de manière inutile de ce qui aurait dû être conservé et en exacerbant la jalousie, la mauvaise volonté et une disposition à la rétaliation. Cela donne aux citoyens ambitieux, corrompus ou mythomanes (qui se dévouent à la nation favorisée), une certaine facilité à trahir ou à sacrifier les intérêts de leur propre pays, parfois avec une certaine popularité, plaquant avec les apparences d’un sens vertueux du devoir, une déférence pour l’opinion publique ou un zèle louable pour le bien public ou l’assujettissement insensé de l’ambition, de la corruption ou de l’infatuation.

S’il semble que le premier président des Etats-Unis prédisait la condition d’asservissement et d’obéissance actuelle des Etats-Unis vis à vis d’Israël, je laisserai ici le lecteur seul juge. Plus récemment, les groupes de pression juifs (lobbies) qui ne recherchent exclusivement que le bénéfice d’Israël ont été aidés par ce soi-disant ambassadeur américain en Israël David Friedman, pour supprimer l’utilisation des mots qui pourraient mettre Israël sous une mauvaise lumière. Le contentieux surgit de l’élimination du mot “occupation” dans les rapports du ministère des affaires étrangères, pour décrire la saisie tout à fait illégale par Israël de terres en Palestine.

Les “territoires occupés” tenus par Israël depuis plus de 50 ans sont maintenant décrits comme “disputés” alors que les colonies juives sur la terre palestinienne, qui étaient auparavant routinièrement qualifiées d’illégales sont maintenant légales. Friedman a exprimé son approbation sur ces morceaux “disputés”, programmés pour être annexés après le 1er juillet. Peut-être va t’il inventer un nouveau mot pour remplacer celui d’annexer, comme quelque chose du style de “restaurer” ou “réunifier” ou mieux “satisfaire la prophétie biblique”…

Les mots sont importants à cause de la manière dont ils sont employés et le contexte aide à façonner la compréhension du lecteur ou de l’auditeur. (NdT: à ce sujet, le légiste Shawnee Steven Newcomb a longuement écrit sur la sémantique coloniale. Ce qui vaut pour cette sémantique sioniste a valu et vaut toujours pour le langage des terres colonisées d’Amérique du Nord, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, terres toujours colonisées et aux problèmes irrésolus…) Aux Etats-Unis, il y a eu un effort concerté pour établir une équivalence entre toute critique d’Israel et l’antisémitisme (NdT: Giraldi est yankee, il en va de même bien entendu en France et dans tous les pays occidentaux, certes à divers degrés.), tout en faisant de l’antisémitisme un crime de haine et ainsi convertir ce que d’aucun pourrait à juste titre considérer comme l’exercice du premier amendement de la constitution (NdT: sur la liberté d’expression, d’idée et de parole) en un crime punissable par la loi. Ceci est largement établi comme faisant partie du plan de supprimer ce boycott qui grandit sous les injonctions du mouvement BDS. 27 états de l’union ont maintenant fait passer des lois criminalisant et punissant la critique d’Israël, ceci incluant la signature d’une déclaration d’opposition au boycott d’Israël pour toutes les personnes désirant travailler pour l’état local ou fédéral ou désirant subsides et bénéfices gouvernementaux.

Donald Trump a aussi signé un décret pour combattre ce qu’il appelle la discrimination contre les juifs et Israël dans les universités et il y a plusieurs projets de lois à l’étude au Congrès visant à criminaliser le mouvement de boycott BDS en particulier, lois impliquant des peines de lourde amende et de prison.

Mais quand il faut protéger Israël dans les discours et les écrits, personne ne peut rivaliser avec les totalement soumis Européens. C’est un crime que de mettre en doute bien des détails scabreux du narratif standard de l’holocauste en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne et maintenant les façonneurs de langage travaillent d’arrache-pied pour élargir le spectre de ce qui est inacceptable dans la langue parlée ou écrite.

Une histoire des plus bizarres nous provient d’Angleterre, autrefois la mère de la démocratie parlementaire et un modèle pour ceux qui chérissaient la liberté d’expression. On se rappelle que récemment, le leader du parti travailliste (NdT: équivalent du PS français), Jeremy Corbyn, a été viré, après un effort continu mené par le rabbin en chef du pays, patron de ce qu’on peut tout à fait raisonnablement appeler le “lobby d’Israël”. Il fut affirmé que Corbyn était antisémite parce qu’il croyait aux droits humains du peuple palestinien et avaient aussi participé à plusieurs évènements pro-palestiniens. Depuis le départ de Corbyn, il y a eu un effort majeur de tous les “socialos” de purger le parti de toute trace d’antisémitisme, ce incluant bien entendu toute critique d’Israël et toutes expressions de sympathie envers les Palestiniens.

Le nouveau chef du parti Sir Keir Starmer a apparemment appris comment se comporter avec l’expérience Corbyn. Il rampe plus bas que terre devant les intérêts juifs depuis qu’il a repris le flambeau et s’est même soumis au conseil fourni par le “Conseiller indépendant sur l’antisémitisme” du gouvernement, un bureau d’intérêt spécial pas bien différent de l’abomination du ministère des affaires étrangères américain où Ellen Carr est l’envoyée spéciale pour la surveillance et le combat contre l’antisémitisme.

Le conseiller, Lord Mann, qui comme Carr est bien entendu juif, a maintenant insisté envers Starmer que l’utilisation des mots comme “sioniste” ou “sionisme” dans un contexte critique, soient regardés comme antisémitisme, si Starmer veut établir au sein du parti travailliste ce qu’il se réfère à “un anti-racisme compréhensif”. Mann veut confronter ce qu’il appelle le “racisme anti-juif” en Grande-Bretagne disant que “ce que doit faire Keir Starmer est de se conformer à la stricte définition de l’antisémitisme et ne pas en déroger. La seconde chose qu’il devra faire s’il veut vraiment implémenter un anti-racisme compréhensif incluant une lutte contre l’antisémitisme dans le parti, alors l’utilisation des mots sioniste et sionisme en tant que termes de haine, d’abus et de mépris, en terme négatif, devrait être bannie du parti.

Pas surprenant peut-être de savoir que les commentaires de Mann survinrent lors d’une discussion en ligne avec le directeur de l’Antisemitism Policy Trust, Danny Stone, un des composants majeurs du puissant lobby juif/sioniste d’Israél en Grande-Bretagne. Une grande majorité des membres du parlement britannique des deux partis sont enregistrés comme supporteurs des associaitions des “amis d’Israêl”, une autre indication du comment le pouvoir juif se manifeste en GB et à quel point les politiciens du pays sont devenus des larbins rampants.

Mann ajouta:

S’il met cela en place, celui lui donnera les outils de purger ceux qui choisissent d’être antisémites, plutôt que ceux qui le font plus par ignorance en opposition à leur attitude calculée. Je pense qu’il regarde la lutte contre l’antisémitisme comme une des choses qui marquera son leadership.”

Ainsi, au Royaume-Uni, vous êtes toujours présumé être libre de critiquer le sionisme, mais pas les Israéliens et tant que vous n’utilisez pas le mot lui-même, si vous utilisez le mot de manière critique, alors vous serez un de ceux qui seront de manière présumée, “évincés du parti travailliste pour avoir choisi d’être antisémite”. Ne vous alarmez pas si un pareil non sens prend racine aux Etats-Unis, où déjà la critique d’israël en tant que telle, évince le mot juif dans tout contexte.

Effrayés des punitions qui peuvent inclure des pertes d’emploi, comme c’est arrivé à Rick Sanchez de la chaîne CNN, les quelques ceux qui ont le courage de critiquer régulièrement Israël emploient des euphémismes génériques tels que “lobby d’Israël” ou “sionisme”, ignorant le fait que ce qui mène le processus sioniste est centré sur une forme ethnique ou religieuse. De quelque manière que l’on choisisse de brouiller l’image, le pouvoir d’Israêl aux Etats-Unis est indéniablement basé sur l’argent juif, le contrôle des médias et un accès des plus faciles aux politiciens et à leurs carrières. Quand les Amis d’Israêl en Amérique vont suivre les Britanniques et vont se rendre compte que le mot sioniste est devenu péjoratif, ils vont pour sûr tenter de le rendre inacceptable dans les discussions de salon des médias et ailleurs. Alors beaucoup de critiques de l’état juif n’auront plus de vocabulaire à utiliser, plus nulle part où aller comme en Grande-Bretagne et c’est sûrement leur intention.

 


Colonialisme encore et toujours…

Pendant ce temps là… l’administration Trump s’humilie dans le fiasco d’une « Baie des Cochons » au Venezuela dans une énième tentative de coup d’état…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique with tags , , , , , , , , , , on 9 mai 2020 by Résistance 71

 


Affaire « Baie des Cochons » au Venezuela pour Trump…
Milices populaires contre mercenaires yankees…

 

Le genre d’info qui passe sous le radar en cette période de CoV19 qui monopolise l’attention générale… Plein de trucs se passent dans le monde, la terre et la pourriture géopolitique de la dictature marchande continuent de tourner… Pour Trump et les Yanks, business as usual…
~ Résistance 71 ~

MAJ du 11 mai 2020: Le Washington Post révèle le contrat entre l’entreprise mercenaire américaine Silvercorp et l’opposition venezuelienne de Juan Guiado soutenue par les Etats-Unis :

https://francais.rt.com/international/74944-venezuela-contrat-qui-a-conduit-invasion-mercenaires-revele-washington-post

 

Venezuela : L’échec d’une mini “Baie des Cochons” pour Trump

 

Kurt Nimmo

 

6 mai 2020

 

url de l’article original:

https://kurtnimmo.blog/2020/05/06/venezuela-trumps-failed-mini-bay-of-pigs-fiasco/ 

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le ministre des affaires étrangères américain Mike Pompeo, ex-patron de la CIA qui a admis que le gouvernement ment, triche et vole, veut que vous croyez en ce que l’administration Trump, totalement infiltrée et infusée des nouveaux cons, n’ait rien à voir avec le complot de la tentative de coup d’état au Venezuela qui a récemment échoué.

Un grand classique à la Ponce Pilate. Bien sûr que le gouvernement américain et ses associés du secteur privé dans le business de la subversion (dans ce cas précis la firme mercenaire Silvercorp USA), sont derrière cette opération de “Baie des Cochons miniature” au Venezuela.

Le bouc émissaire est Jordan Goudreau “un ancien membre des forces commandos de l’armée américaine” qui a, d’après la BBC, “été très rapide pour affirmer une association” avec les mercenaires américains capturés.

Comme on devait s’y attendre, la BBC a minimisé la signification de l’évènement en ne le caractérisant que de n’être qu’une “opération d’incursion navale avec des vedettes rapides”. De l’agence UPI:

“Jordan Goudreau, un ancien Béret Vert et propriétaire de l’entreprise de sécurité (NdT : ce qui veut dire entreprise mercenaire…) Silvercorp USA, pour qui les deux américains capturés travaillaient, a déclaré porter la responsabilité de “l’opération Gédéon”, un plan insurrectionnel contre le président venezuellien Maduro, qu’il dit être connecté avec le leader de l’opposition venezuelienne Juan Guaido, qui a le soutien des Etats-Unis et de plus de 50 pays.”

Il y a officiellement 195 pays dans le monde et la plupart n’ont pas trouvé nécessaire de déclarer Juan Guaido président du Venezuela riche de pétrole. Rappelez-vous l’ancien président des Etats-Unis Jimmy Carter disant en 2012 “des 92 élections que le Carter Centre a supervisé, je dirais que les élections au Venezuela sont les meilleures au monde.

“Nous venons juste de l’apprendre”, a dit Trump depuis South Lawn mardi. “Mais quoi qu’il en soit, nous vous tiendrons au courant. Mais ceci n’a rien à voir avec notre gouvernement.

Ceci est appelé “un déni plausible”, mais dans ce cas-ci, ce n’est pas du tout plausible. Les Etats-Unis ont essayé à maintes reprises et sans succès de renverser le gouvernement du Venezuela. Pompeo est un menteur avéré. Trump n’a aucune idée de quoi que ce soit et est préoccupé de défendre son ego sur twitter, donc il ne fait que répéter ce que ses exécutifs nouveaux cons(ervateurs) du ministère des affaires étrangères lui “soufflent dans l’oreillette”.

Trump et ses nouveaux cons vont, bien entendu, ignorer l’affirmation de Goudreau que les Etats-Unis étaient à la manœuvre dans ce énième coup de force illégal. Le mercenaire profiteur dit qu’il a un contrat avec le ministère de Pompeo.

A part bombarder Caracas, terrorisant et tuant des milliers de personnes et d’assassiner Maduro, il y a en fait très peu de choses que puissent faire les Etats-Unis pour déstabiliser plus avant le Venezuela.

Le prédécesseur de Maduro, feu Hugo Chavez, avait compris que les Etats-Unis n’accepteraient jamais la règle sud-américaine qui rejette le capitalisme néolibéral et son agenda mortifère. En réponse, Chavez a organisé des milices civiles dans le pays.

Ce furent des gens du cru, comme la vieille dame prise en photo ci-dessus, qui capturèrent ces mercenaires ex-bérets verts américains devenus mercenaires. Rien d’étonnant à ce que Trump et Pompeo n’aient pas reconnu le lien évident entre eux et leurs sous-traitants, cette mini opération de la Baie des Cochons venezuellienne a juste démontré à quel point d’impuissance les Etats-Unis sont devenus pour renverser des gouvernements qu’ils ne favorisent pas ou plus.

Naturellement, le menteur patenté et avéré, ancien chef de char de l’armée,, Pompeo demande que Maduro libère et renvoie les mercenaires américains capturés à la maison. De fait et malgré les menaces de ce sac à vent, les Etats-Unis n’ont que très peu d’outils pour s’assurer du retour au bercail de ces tueurs professionnels privés…

 


Milice populaire venezuelienne arrête des putschistes

Coronavirus : Regard natif sur le bocal colonialiste infectieux (Mohawk Nation News)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 29 avril 2020 by Résistance 71

 

 

“Ça s’appelle le rêve américain parce que vous devez être endormi pour y croire.”
~ George Carlin ~

 

Le dernier avertissement

 

Mohawk Nation News

 

26 avril 2020

 

url de l’article original:

https://mohawknationnews.com/blog/2020/04/26/the-final-warning/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le CoV19 est devenu partie intégrante des 95% de la dépopulation du monde selon l’agenda 21 et 30 de l’ONU.

En 1974, l’ONU a informé le monde que l’État n’avait que faire de “bouches inutiles”. Les maîtres des colons établis sur l’Île de la Grande Tortue mirent en place un système décidant de qui allait vivre ou mourir. Les envahisseurs ont répandu virus et bactéries sur nous et 150 millions d’entre nous, natifs du continent, furent exterminés. Les envahisseurs établirent des lois afin de s’octroyer le droit de nous assassiner sans être accusés ni condamnés pour homicide. Nous fûmes déclarés être des non-personnes. Les immigrants [européens chrétiens] reçurent la permission de nous exterminer et de voler notre terre. Ils commencèrent avec les virus qu’ils amenèrent d’Europe, puis mirent nos têtes à prix, puis nos scalps. Maintenant, c’est le CoV19 qui est arrivé, il va se diluer dans l’environnement pour revenir ensuite. Les colons sont conditionnés psychologiquement à obéir à leurs maîtres qui les maintiennent sous un état hypnotique.

Leur homme médecine sans aucune éducation suggère même qu’ils s’injectent des produits de nettoyage pour tuer le virus. Tout le monde est mis en quarantaine à la maison, les gens doivent rester à 2m de distance les uns des autres, porter des masques filtrant, se laver constamment les mains et ne doivent pas aller dans leur résidence secondaire. Ils n’ont plus de travail, plus d’argent. Les commerces sont fermés. Le prix du pétrole s’est effondré à un prix négatif au baril. Les vieilles personnes tombent comme des mouches et maintenant leurs maîtres leur suggèrent de jouer à la roulette russe avec leur santé en retournant au travail et en tentant leur chance de ne pas mourir du virus.

Le gouvernement contrôle la fourchette et donc la population. De plus en plus de personnes constatent à quel point leur existence est inutile. Ils ne font que le sale boulot de leur maître. Ils veulent retourner à ce qui est “normal”, c’est à dire continuer de détruire notre mère nature dans le monde entier.

Leur routine est la suivante: le couple se lève le matin et chacun va son chemin différent. Maintenant, ils sont ensembles tout le temps et les relations s’effondrent. Les crimes venus d’Europe comme l’inceste, la pédophilie et l’abus d’enfants montrent leurs sales têtes maintenant plus que jamais.

Changer leur routine a occasionné une énorme confusion. Leur système éducatif les conditionne à faire exactement la même chose chaque jour et à la même heure. Extinction des feux, dormir, se lever, manger, s’assoir à un bureau des heures durant, ou aller à l’usine, obéir à leurs maîtres.

Ils sont obnubilés par leur salaire et se jalousent les uns les autres au sujet d’une existence matérialiste. Le rêve américain est devenu un cauchemar depuis longtemps. L’industrie du spectacle ne peut plus renforcer leur vie fondée sur l’argent. On leur raconte des mensonges et on les trompe comme nous le fûmes il y a plus de 500 ans Ils sont terrifiés de la pénurie de travail, de nourriture et d’argent.

Le fondement même de leur vie est contre nature et soit ils ne savent pas quoi faire ou soit ils sont trop fainéants pour le faire.

Okwehonweh, le peuple natif, a été programmé pour suivre la nature. Nous sommes éduqués à ne jamais faire passer l’argent en premier. Faites votre activité du mieux de votre capacité et vos besoins seront assouvis.

Le virus a intensifié leur frustration, leur stress et leur paranoïa. La peur, la perte et un futur inconnu dominent leurs vies. L’industrie pétrolière a fermé parce que plus personne n’achète. On fabrique maintenant des camions sans conducteurs. Il n’y a plus d’immigrants techniquement qualifiés qui sont amenés dans la force de travail.

Pratiquement plus personne ne conduit, les avions ne volent plus, les usines sont fermées, plus personne ou presque ne travaille, tous les commerces sont fermés pour une durée indéterminée.

Leurs maîtres psychopathes veulent qu’ils retournent au boulot et qu’ils “tentent leur chance”.

Onkwehonweh n’écoute pas ces dictateurs étrangers. Nos ancêtres nous ont prevenu de ne jamais faire confiance à l’homme blanc. Ceux qui le peuvent rassemblent de la nourriture tandis que l’infrastructure s’effondre.

Les hommes blancs ont besoin de maîtres qui leur donnent des ordres. Ils vont obéir et retourner au travail parce qu’ils sont absolument désespérés. La société de consommation perd des clients qui achètent des trucs dont ils n’ont pas besoin.

Et tous ces gens vont passer le reste de leur vie à acheter des trucs dont ils n’ont pas besoin avec de l’argent qu’ils n’ont pas et à payer 18% d’intérêt pour le crédit de ces conneries qu’ils n’aiment plus dès qu’ils arrivent à la maison de toute façon… pas très malin tout ça les gars, pas très malin…”
~George Carlin ~

Lectures complémentaires:

« Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte » (Steven Newcomb)

« Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada » (TIDC)

« Effondrer le colonialisme » (Résistance 71)

« Nous sommes tous des colonisés ! » (Résistance 71 )

« Manifeste pour la société des société » (Résistance 71)

« Comprendre le système de l’oppression coloniale » (Peter d’Errico)

« Comprendre le système d’oppression coloniale » (Steven Newcomb)

 


La révolution sociale… est la question de la terre !