Société contre l’État… Pour une meilleure compréhension du système pyramidal et sa mise à bas définitive

construction_ruines

Dès que l’État n’est plus à même d’imposer l’union forcée, l’union surgit d’elle-même, selon les besoins naturels. Renversez l’État, la société fédérée surgira de ses ruines, vraiment une, vraiment indivisible, mais libre et grandissant en solidarité par sa liberté même.”
~ Pierre Kropotkine ~

« Anarchisme: Le nom donné à un principe de théorie et de conduite de la vie sous lequel la société est conçue sans gouvernement, l’harmonie dans une telle société étant obtenue non pas par la soumission à la loi ou par l’obéissance à l’autorité, mais par les consentements libres conclus entre des groupes territoriaux et professionnels variés, librement constitués pour les fonctions simples de production et de consommation et également pour la satisfaction d’une variété infinie de besoins et d’aspirations d’être civilisé. Dans une société développée selon ces lignes de conduite, les associations volontaires qui commencent déjà à couvrir tous les secteurs de l’activité humaine, prendraient une plus grande extension pour finir par se substituer elles-mêmes pour l’état et de ses fonctions. »
– Pierre Kropotkine (début de la définition de l’anarchisme qu’il écrivit pour la 11ème édition de L’Encyclopedia Britannica, 1910) –

on-ne-se-soumettra-pas-r71

Pour une meilleure critique des pyramides humaines…

Est-ce une guerre de classe… ou juste une politique de caste ?

Faon Noir

Juillet 2022

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Septembre 2022

La terminologie de classe est une tentative démodée de catégoriser socio-économiquement les humains au sein de la société industrielle.

Les marxistes, spécifiquement les ex-marxistes, comme toutes les tendances gauchistes inspirées par le marxisme, se sont reposés sur la même vieille catégorisation tripartite de la société remontant à Aristote, maintenant divisée en trois grandes classes. Les sociologues contemporains des écoles marxistes de sociologie vont utiliser les statistiques des revenus moyens pour montrer qu’ils ont raison à ce sujet ; à savoir que la classe moyenne existe et qu’elle sombre dans la pauvreté ces dernières décennies, alors que le groupe des plus riches continue de s’enrichir et à devenir de plus en plus puissant. Tout cela est vrai, pourtant dans un des plus petits aspects du mastodon. Cela nous montre où sont situés la plupart des gens en termes de revenus, mais pas grand chose au sujet de tous ces gens et où ils se situent sur la courbe. Que ces gens ne font en rien partie d’une classe unifiée au sein du modèle de la tripartite “classe moyenne / prolétaire”, “pauvre / lumpen” ou “riche”. En réalité, ou en fait plus proche de ce que je qualifierai de réalité sociale, une moyenne statistique ne représente au mieux où une courbe en cloche est située au sein du spectre des données organisées de façon linéaire.

Avoir vécu des années sur le lieu de travail, dans les rues, hors du monde académique et universitaire, révèlera que le monde est bien plus complexe et est un endroit très fluide et dynamique, qui n’est pas fait de catégories et de classes, mais de personnes. Spécifiquement de groupes de personnes s’organisant constamment et complotant pour le pouvoir. Soit pour en acquérir toujours plus ou pour maintenir leurs “droits acquis”.

Cette interprétation marxiste des plus étriquées a aussi un autre but que de montrer les inégalités sociales que créent le capitalisme. C’est utile pour cacher ou ignorer la construction de privilège ou la consolidation de ces mêmes groupes de l’intelligentsia de la classe moyenne gauchisante ou de cette petite bourgeoisie qu’on trouve souvent en soutien des partis politiques de centre-gauche, des ONG, des syndicats ou gérant de manière plus pervasive une grande portion du secteur “à but non-lucratif”, surtout de ce secteur plus vocal au sujet des injustices sociales. Ils luttent pour leur propre élévation sur l’échelle sociale, en conflit avec ceux qu’il perçoivent, avec un certain niveau de justesse, limiter leur accès à de plus grandes position de pouvoir.

Idem pour les “riches”. Si vous me demandiez par exemple, qui est la personne / famille la plus riche de la planète, c’est une question à laquelle personne ne peut donner une réponse définitive. Une question aussi complexe : qui sont les “riches” ? La richesse est une notion plus complexe que ce qu’on vaut, mais les super-riches ne représentent pas que leur valeur monétaire… Ils utilisent aussi d’autres sortes de biens et de monnaies comme ressources, les métaux précieux et maintenant le Big Data. Les super riches tendent aussi à être des gens super-connectés. Leur richesse n’aurait pas grand sens si elle n’était pas un facteur de pouvoir au sein des réseaux sociaux.

La question de leur puissance est encore plus compliquée lorsqu’on regarde leurs plans politiques et leurs réseaux. Et même parmi les super-riches, il y a des factions, des milieux, des gangs, qui jouent au Monopoly avec cette escroquerie économique du monde. Depuis que Trump s’en est venu en politique, par exemple, il est devenu clair qu’il n’y avait pas qu’un seul gang de pouvoir aux Etats-Unis, que le plus dégoûtant d’entre tous, celui de ces suprémacistes blancs, chrétiens ultra-conservateurs, s’est engagé dans une bataille sans précédent contre l’establishment néolibéral, le gang dominant de ces dernières décennies. Ceci est même vrai dans une règle totalitaire comme la Chine, qui a différentes factions luttant au sein du PCC, jusqu’à des vendettas occasionnelles afin de consolider le pouvoir. Partout dans les sociétés capitalistes il y a des moindres riches de la classe moyenne supérieure, jusqu’aux mega-milliardaires, qui ont différents intérêts dans l’industrie, ou de degré dans leurs entrées politiques, et différentes positions, ce de la “gauche progressiste” de la famille Rothschild et de Georges Soros à l’extrême droite ultra-conservatrice de Murdoch et des frères Koch.

C’est pourquoi catégoriser les “riches” est toujours plus compliqué que cela ne paraît ; mais pour moi, les ultra-riches ne sont pas si importants qu’ils ne le furent en tant qu’antagonistes sociaux. Je sais qu’ils font de très mauvaises choses, qu’ils s’engagent dans des plans immondes qui maintiennent des milliards de personnes dans la misère. Et ils tiennent les rênes apparemment sur les gouvernements, les médias, les ONG, pour lesquels vous travaillez peut-être et la plupart des entreprises pour lesquelles vous travaillez.

Mais vous pourrez remarquer que votre centre de ressources progressiste local pour les sans-abris est plutôt géré par des gens de la classe moyenne. Ceci est adéquat puisque cela a à voir avec un service de charité, structuré de manière notoire sur cette même vieille relation binaire chrétienne ente ceux qui ont plus et ceux qui ont moins ou entre les plus éduqués et les moins éduqués. Le jour où vous verrez un centre de ressource pour sans-abris géré par des sans-abris, on ne sera plus dans la charité mais plutôt dans l’autonomie Pourtant les relations sociales continuent d’être structurées en hiérarchies entre castes de différents niveaux de privilège.

La société, étant elle-même un grand plan pyramidal ouvert, est donc remplie d’une myriade de gens impliqués dans des jeux plus ou moins crapuleux qui privent d’autres d’avoir la même qualité de vie dont ils bénéficient. Quand ce ne sont pas des familles blanches nucléaires se prélassant dans leurs bulles bien confortables dans les campagnes, ce sont les yuppies des villes dans leurs beaux appartements s’amusant avec leur gang d’amis sur toile de fond artistique. Vous pourriez noter un niveau de disparités et de consolidation de privilège, au sein du milieu sans-abris et des prisonniers. Mais comme d’habitude, il y a une part de bons motifs économiques derrière toute cette construction de privilège. Dans les grandes villes ciblées par une gentrification intense, les locataires ont intérêt à s’organiser avec des amis ou à construire un réseaux d’amis, afin de partager les loyers entre gens qu’ils connaissent de façon à ce que les loyers restent le plus bas possible.

Ceci donne aussi à ceux qui ont l’esprit le plus radical, la possibilité de mettre en œuvre des grèves de loyer sur une plus grande échelle et de faire plus de campagnes anti-expulsion et anti-augmentation de loyers, qui ont plus d’effet que juste des locataires isolés remplissant des formulaires de plainte. L’organisation collective est un puissant vaisseau amiral pour gagner plus de pouvoir.

Mais une fois de plus, quand on gagne plus de pouvoir, qu’est-ce qu’on en fait ? Quand des groupes de pairs créent leurs coops de logement et de travail ou même gèrent collectivement des squats là où ils existent toujours, quelle place reste t’il dans le monde au bout du compte, pour tous ces outsiders ayant moins de pouvoir ou pas de pouvoir du tout ?  Pour ceux qui finissent, une fois de plus, en bout de queue des machinations sociales de construction de privilège. Être “socialement bizarre”, désaxés ou trop “déclencheur” les rend en apparence plus horizontaux, démocratiques, collectivistes dans leurs plans et encore exclusifs pour ceux qui sont handicapés, âgés, genres ou pas suffisamment efficaces en relation sociale pour s’intégrer. Parce que, comme pour le reste de la société, ces projets sont produits au travers de dynamiques inclusives / exclusives, qui génèrent l’exclusion sociale en tant que produit de transformation et déchet.

D’une manière ou d’une autre, cela revient à se heurter à des portes closes, des murs, des barrières, toujours plus de nuits passées sur les trottoirs ou au mieux à naviguer dans des endroits de location avec des co-locataires mentalement dérangés… ainsi donc la hiérarchie sociale de la prison est maintenue en place. Bien sûr tout ça est du domaine des propriétaires et des “patrons” qui possèdent vos vies et vous tiennent par les couilles (i.e la relation de classe), mais comment les gens ne renforcent-ils pas cela par la dynamique de caste ? Ainsi, même lorsque ces plans sont considérés comme charitables, la séparation qu’ils induisent, voilà un truc sur lequel ces marxistes récents dits situationnistes, avaient raison, est toujours par essence et de manière fonctionnelle, aliénant. Il n’y a cependant aucun doute sur le bien que font certaines de ces personnes, ce malgré la structure aliénante et aliénée dans laquelle elles travaillent.

citation-jean-paul-marat.png

Comment fonctionne un système de caste ?

Essentiellement, avec la reproduction des cultes identitaires, des clans ou des familles et de manière plus importante leurs cultures reliées, ce qui leur permet de se connecter les unes aux autres. La culture, y compris les représentations culturelles, est le lien qui les relie ; alors que les cultures sont utilisées comme moyen de renforcer le status quo de caste, qu’elles redéfinissent leur morale et établissent les frontières de la relation inclusion / exclusion tout en servant d’autres impératifs de contrôle. Ce ne sont pas des schémas que l’on observe au travers de grosses catégories sociales comme les classes, qui ne se sont définies que par leur activité économique productive mutuelle. La caste reproduit ses propres systèmes de représentations et de relations par delà sa simple activité socio-économique. La première actualisant l’autre et fournissant une sorte de notoriété, de prestige, de luxe ou autre chose ayant une valeur sociale ajoutée. Un sens de privilège sans vraiment en fournir un sens.

J’approfondirai plus là-dessus dans un prochain texte sur les contre-cultures et la normalisation, mais dans les riches trous à rats urbains de l’occident, nous pourrions avoir été les témoins ces dernières années, d’un mouvement émanant des parties des sub-cultures punks vers les castes supérieures snobinardes de la citoyenneté artistique. La mode des styles de vie urbains “in” a été revigorée par ce qui fut significatif des milieux marginaux : tatouages, piercings, code vestimentaire noir et coupes de cheveux asymétriques, même la meute de chiens (qui pour certains, a été remplacée par des enfants…), tout cela est maintenant bien prévisible, éléments sans surprise de l’environnement urbain, que l’on trouve dans quasiment toutes les grandes métropoles de la planète, même en dehors de l’occident.

Ceci fut un moyen de faire partie de la foule “in”, d’être accepté non seulement dans les squats, mais dans les espaces de location privés, de pouvoir avoir accès à des boulots décents dans des endroits “modes” et, le plus important, avoir un bon volume de relations sociales. Ce sera controversé que de dire que la même normalisation du milieu LGBTQ+ s’est opérée en tant qu’identité sociale et que cela a joué les mêmes rôles socio-économiques ayant les mêmes buts, tant bien même que par lui-même ce milieu représente un fourre-tout (NdT : en français dans le texte original) de différentes identités de genres minoritaires et de préférences sexuelles rassemblées dans une catégorie, pour que chacun sous cette bannière s’identifie indépendamment de sa signification en accord avec la sensibilité de chacun.

L’idée n’est pas de critiquer quelques sub-cultures que ce soit pour leurs valeurs ni même de blâmer les modes de vie urbains pour les avoir normalisés, mais de regarder comment fonctionne la dynamique de caste, grâce en grande partie à l’utilisation de signifiants culturels et de leur politique inhérente. Réaliser aussi comment l’individu ou la personne en tant que telle, est réduite au silence et rendue invisible par ces politiques de caste, ce malgré toutes les célébrités des médias sociaux, qui n’existent pas pour et par elles-mêmes par qui littéralement posent sur une scène au travers toute une série de représentations préfabriquées. Il n’y a pas de pronoms non genrés pour les personnes, seulement pour des objets inanimés ou des groupes dans une certaine mesure. (NdT : en anglais et son “it” neutre)

Ceci est, de mon point de vue, la cause la plus profonde derrière l’épidémie de meurtres de masse que nous éprouvons ici aux Etats-Unis. Bien que quelques unes de ces actions aient été fondées sur des idéologies démentes de haine contre des groupes minoritaires plus ou moins spécifiques, beaucoup de ces meurtres de masse sont souvent commis par des désaffranchis, des désaxés, des mâles socialement isolés qui, pour une raison ou une autre, n’ayant pas de meilleur analyse de ce qui leur arrive dans ce monde, décide de se venger de ceux qu’ils perçoivent comme leurs oppresseurs directs. C’est à dire, les castes sociales et leur environnement. Et d’une certaine façon, il est vrai que la dynamique de foule / de meute tend à rendre le groupement humain en général plus oppresseur tout en perdant de vue la conscience alors que leur nombre augmente dans un contexte donné.

Si la gauche comprenant vraiment les dynamiques de l’exclusion sociale, de l’oppression et du privilège, comment elles fonctionnent, alors peut-être pourrait-elle aider dans une bonne mesure contre une telle propagation de la violence meurtrière qui ne fait que bénéficier à toujours plus de contrôle despotique de la place publique. Mais la gauche est demeurée coincée, comme le savent quelques critiques anarchistes, dans une spirale sans fin d’analyse dépassée des dynamiques politique et sociale, le tout centré sur des représentations infantiles bien connues produites par les marxistes. Les castes sont définies par bien plus que juste l’activité productive de leurs membres et de la même manière, la reproduction socio-culturelle qui les définit, va bien au delà de leurs simples rôles socio-économiques productifs, quand elles en ont un en commun, même si l’on considère la société comme étant une méta-usine.

Le problème du comment les gauchistes pourrait l’améliorer en analysant mieux ne me concerne pas. Mais pourtant, je trouve de plus en plus difficile de ne pas payer attention aux flinguages de masse et en fait l’approche du “pas dans mon jardin” de ces problèmes sociaux pourrait bien ne pas trop s’appliquer facilement ici alors que tout le monde peut être potentiellement affecté par ces éruptions soudaines de violence interpersonnelle extrême.

Le but d’une telle perspective sur les relations sociales qui nous entourent est de ne pas être trompés par des croyances abusives dans la radicalité de nos “projets” ou de nos initiatives et de les regarder avec une loupe plus réalistiquement critique , montrant leurs insuffisances et leurs faiblesses se mettant en travers de la voie vers l’anarchie totale ou la révolution social que vous recherchez. Reproduire des relations de caste peut intrinsèquement amenuiser toute tentative visant à l’équité, l’autonomie et l’association libre.

Comme je l’ai dit trop souvent, les anarchistes et les nihilistes ont une opportunité spécifique, souvent gâchée, de créer une table rase sociale qui nie à la fois les dynamiques de construction de privilège en remettant en question les problèmes plus profond de la propriété et de la construction de capital tout en rendant aussi nul et non avenu le problème du “progrès social” poussé des décennies durant par la gauche, au travers de schéma de relations basées sur l’association libre.

Comme il n’y a pas besoin de travailler dans l’industrie si nous choisissons plutôt de libérer les biens et de créer des communs sur tout, où tout le monde peut en jouir sans les pièges et les inconvénients de la bureaucratie et de la propriété, passer de l’assistanat à “l’acquisition de terre” ; nous sommes toujours privés d’une relation immédiate avec le monde naturel. Il n’y a pas besoin de logement bon marché si vous trouvez le moyen d’occuper les espaces pour vivre et spécifiquement dans le partage. Il n’y a pas besoin de meilleures conditions de travail si vous abolissez le besoin d’argent, d’abord, afin d‘avoir de bonnes conditions de vie, d’être capable de faire des amis, des amants, des complices ou simplement d’avoir de bonnes conversations avec d’autres êtres humains, peu importe d’où ils viennent. Il n’y a aucun besoin de ces abris démoralisant pour sans-abris si vous avez des squats organisés où tout le monde a sa chance de vivre ensemble et desquels d’autres projets d’occupation des sols peuvent mûrir.

non

Le pouvoir de dire NON ! Est celui qui n’est pas reconnu par l’agencement libéral, ni non plus par les supposés “radicaux”. Et en fait, les marxistes ont une tendance historique à repousser la négation, car pour eux, la révolution est un processus évolutionniste dans lequel, d’abord, nous devons créer les conditions pour que les prolos puissent être capables de nier l’État et le capital… comme s’ils avaient trouvé le secret de l’immortalité !

Donc, comme pour le reste de la bourgeoisie libérale, enfreindre la loi, rechercher des plaisirs contre les moralités dominantes, sera réserver à l’espace privé, celui de la caste, de a communauté ou de la famille… ou à des groupes se réunissant sur des îles privées (NdT : ici, allusion directe à “l’affaire Epstein”…) et les immoralismes plus dangereux tels que le viol, les abus et autres violences sexuelles ou non, pourront aussi avoir lieu grâce à la bulle de sécurité promise dans l’espace clos privé, dans des milieux où cela ne pouvait pas se produire au grand jour.

Mais ceci est il bien une négation ou juste la reconstruction du même vieux schéma de l’appropriation et de l’exploitation, héritée des moralités dominantes ? Une transgression n’est pas nécessairement une négation d’un ordre, mais plutôt la contradiction qui le précède, dans la veine du “les règles sont faites pour être enfreintes”. L’”anti” principe n’est pas un non-principe ou une absence de principe ; c’est un contre par un sans. Satan existe(rait) parce qu’il y a(aurait) dieu. Ainsi le braqueur de banque ou le mineur de crypto est toujours à la recherche du gros pognon, simplement innovant dans leur mission de compléter l’impératif capitaliste bien connu (à moins bien entendu qu’il jettent le fric glâné dans les rues pour tout le monde…). Je ne dis pas que ce n’est pas bien… simplement que cela ne représente pas la négation d’un ordre de valeur…

La négation absolue de tous les ordres, la remise en question de tout, est ce qui est nécessaire pour retourner le pouvoir de la totalité sur nous-mêmes. Ainsi nous ne pouvons pas vraiment éviter ou abolir ces relations de caste qui nous séparent à la fois des autres et de nous-mêmes, ainsi que du monde qui nous entoure, sans mettre ces valeurs, ces impératifs sous le froid broyeur, la logique concrète de la négation totale.

La propriété n’est pas seulement le vol. Fondamentalement, “La propriété” n’est pas seulement quelque chose qui existe. Votre zone de confort connue comme votre foyer ou commune d’amis, ou mansion en haut de la colline… ne sont que des espaces privatisés inventés par les territorialisations capitalistes et renforcés par des murs, des portes et des serrures. Cela n’est “réel” qu’aussi loin que c’est une construction relationnelle, établie et protégée par la menace de violence judiciaire ou interpersonnelle. Vous ne pouvez pas prétendre à l’anarchisme, encore moins au “communisme”, tout en même temps jouir de ces privilèges qui vous sont donnés par un système de caste invisible et non-dit. Bien sûr vous le pouvez quand même, mais cela relève plus de la bonne vieille hypocrisie victorienne, renforcée par ces bonnes vieilles idéologies victoriennes, prétendant s’opposer au système dominant. Vous pouvez choisir d’être conservateur et donc d’être moins hypocrite de fait, pourtant le status quo du système de caste sera maintenu, simplement plus dénudé et évident. Mon postulat, qui n’est pas vraiment important à considérer, est que le libéralisme classique du XIXème siècle a maintenu la civilisation occidentale dans un système qui n’a pas évolué en système de caste officiel absolu ; du moins ceci fut retardé par un bon siècle de luttes de classe définies.

Quoi qu’il en soit, le domaine sauvage, naturel, ne connaît pas ces territorialisations. Et ne se soucie pas de savoir qui s’en soucie. Les sauvages ne se soucient que de leur subsistance, protection, plaisir et bien-être. Quoi que ce soit d’autre, toute tentative d’arrangement à quelque niveau de la sphère du système de caste, veut dire devenir plus “civilisé”, ou sur-civilisé, ceci étant les murs les plus intangibles et pourtant les plus reconnaissables de la civilisation, définis par la culture plus que par la politique et l’économique. Un vagabond peut profiter et bouffer au râtelier des hôtels de luxe ou des cafés chics afin d’éviter partiellement la misère liée au fait d’être sans-abri, il peut même errer dans les parties étudiantes  ou les clubs privés snobs, mais ce qui le chassera de ces sphères ne sera pas leur compte en banque, le statut officiel, ni même leur bord politique, ce sera leur apparence physique, leur tenue, leur façon de parler et leur étiquette, ou manque d’étiquette en ce cas précis. Car ce sont des standards culturels qui font de ces catégories sociales, des castes. Pas des classes, parce que, répétons-le, les castes sont des regroupements culturellement définis, bien plus que socio-économiquement définis.

[…]

Les sauvages ne se contentent-il pas de rechercher le pouvoir sur leur propre existence ? Pourquoi rechercheraient-il un plus grand pouvoir, si ce n’est pour chasser les buts définis par les dynamiques du pouvoir dominant ? Pour avoir le privilège qu’ils envient tant aux castes au dessus d’eux, ou pour “régner en enfer plutôt que de servir au paradis ?”

Peut-être parce que de telles dynamiques comme le terrorisme du système judiciaire sont intrinsèquement liées à ce pouvoir. Que le but ne serait pas de devenir une autre couche de ce système judiciaire, comme la culture sortante paraît le faire.

Là réside toute l’importance de la thèse initiale de cette tension. Le fait que les tendances marxistes de la gauche ont depuis le départ, adopté l’analyse de la lutte de classe de façon à forcer brutalement l’émancipation des gens, ce uniquement au travers de leur système hiérarchique. C’est pourquoi ils seront toujours confinés, mentalement restreints, à la notion que toute auto-défense, tout pouvoir indépendant et toute libération ne puissent être obtenus que par des moyens sociaux de masse ; ceci réflète plus profondément, le besoin de gain de pouvoir d’une caste plus ou moins spécifique de personnes “intelligentes” de la classe moyenne, par dessus ce qu’ils percevront toujours comme la masse du peuple qui est dans l’obscurité et qui a besoin de sauveurs ou d’organisateurs ou de leaders révolutionnaires charismatiques et au sang chaud afin de les sortir de leur transe politique induite.

rebellion

Je ne veux pas dire que ce fut le cas pour ces rebelles intrépides et éveillés tels Fred Hampton. Geronimo, Novatore ou Harriet Tubman. Ils étaient plus à mon avis, comme ces chats sauvages qui minèrent les pouvoirs consolidés de leur temps, de cette société soumise à une caste prédominante. Il va sans dire… qu’ils ne furent pas non plus de cette caste des arrogants sales gosses de la classe moyenne des banlieues, blanches et affamée de pouvoir.

Ainsi les marxistes ont besoin de ce vague modèle cartésien d’une catégorie sociale, la classe, qui est définie de manière inhérente par une position au sein d’une chaîne de production de la société industrielle. Tout comme de leur point de vue, on ne peut être rien d’autre qu’un travailleur ou un prolétaire (peut-être incluant un sous-prolétaire, “lumpen” prolo) afin de prendre part à la lutte des classes vers la libération de tous les travailleurs. Mais ces leaders, organisateurs ont-ils jamais été de ces travailleurs pour lesquels ils affirment mener la libération ? Ne postulent-ils pas en fait pour leur propre prise de.pouvoir par dessus les prolétaires, en utilisant la force de travail de ces travailleurs afin de pousser vers une dynamique du changement de pouvoir, où cette caste de l’intelligentsia atteindra un plus haut statut de privilégié au sein des processus de production ?

Dans la société néolibérale, le mieux qu’ils puissent faire est d’obtenir des positions de cols blancs bien payés. Peut-être même une entrée dans la politique étatique au sein d’un parti minoritaire. Ce qui n’empêche pas la veule corruption des avocats et autres profiteurs fonciers prenant de hautes positions de pouvoir au sein des partis dominants. Mais, pour redire l’évidence d’auparavant, ils courent tous après la même saucisse, simplement au travers de modes et de moyens légèrement différents. Et comme au bon vieux temps de l’URSS, ils auront les plus hautes positions dans la société !

Alors vous êtes “anticapitalistes” ? Super. Mais “anticapitalistes”, juste comme les “antifas”, est une position négative, ce qui ne dit pas grand chose sur le type de monde que vous voulez en lieu et place de l’ordre existant. Qu’est-ce que cela veut dire pour vous dans la vie quotidienne, au delà de quelques manifs et leur lot de graffitis ?…

Peut-être êtes-vous communistes ? Super aussi. Étant donné que c’est toujours subversif de l’être dans bien des parties du monde occidental, cela vous donne un petit côté rebelle tranchant. Mais une fois de plus, quel communisme ? Si vous parlez de la Commune, de quelle commune parlez-vous ? La forme communale de propriété dont nous parlait Marx soi-même, celle que les Grecs anciens inventèrent, ces propriétaires terriens patriarcaux et esclavagistes, qui n’étaient pas si différents de ceux qu’on nomme les “pères fondateurs” [des Etats-Unis] ? La Commune des Amis, où tout ce dont vous avez besoin est de devenir un “ami” afin d’y être intégré et d’y être considéré comme un égal ? Qu’est-ce que vous appelez un “ami” alors ?…

Mon intention ici n’est pas de trainer quiconque dans la boue avec leurs projets grandioses, mais de comprendre ce que les gens recherchent vraiment et pour quel intérêt spécifique. Comme un Stirner le dirait : Tant que la Commune n’est pas la mienne, ou aussi longtemps qu’elle frappe à ma porte, elle m’est étrangère, elle ne veut rien dire pour moi, car elle n’est que le bénéfice d’un petit groupe d’autres personnes.

Non seulement cela ne me bénéficie pas beaucoup, mais une bien vague masse de “prolos” camarades ou “amis” desquels je peux faire partie ou non, selon l’analyse faite par le groupe leader en charge, définit les catégories sociales et leurs narratifs (ceci est aussi connu sous le vocable de “politiciens identitaires”) et seulement si je me retrouve inclus en tant que camarade prolétaire pourrais-je bénéficier d’éventuels miettes de cette nomenklatua. Je bouffe les miettes des prolos de manière régulière en tant que partie de mes moyens de survie et pour objectifs écologiques secondaires, mais ce n’est jamais comme rétribution de mes services sous l’aile de cette catégorie sociale.

Le monde n’est pas dirigé par le fric, mais par les narratifs et leurs représentations.

existence_dieu

Il y a eu des époques où les humains ne pouvaient pas vivre sans dieu ; ou sans la chasse ou sans le feu. De la même manière, “un monde mené par l’argent” est un narratif matérialiste capitaliste, de la fin de l’ère industrielle. Un tel narratif, comme tous les autres, n’existe que par son système de soutien des relations au pouvoir. Pourtant il ne sera pas nécessairement sensé, le plus souvent il ne l’est pas. Si vous vous laissez définir et mener par cela, attirer par un groupe ou un autre, vous vous laissez encore et toujours avoir et contrôler par les groupes qui font que cela puisse se faire, puis cela devient un fait inévitable de l’existence. Ainsi donc ce groupe devient de facto une caste qui vous est supérieure… les hiérarques possédant tous les secrets de votre libération retardée à tout jamais. Accepter que tout cela me définisse, c’est accepter les rouages et les gonds de leur contrôle sur moi.

Ne laissons aucun doute à mes détracteurs potentiels et disons leur que la gauche marxiste n’a été utilisée ici que comme un exemple parmi bien d’autres itérations possibles. L’extrême-droite appelée aussi maintenant “Alt droite” pour “droite alternative”, comme nous pouvons le constater depuis plusieurs années, tend à avoir plus de succès en ce moment à leurs jeux de gain de domination sur une autre masse de gens bien mois éduqués / intelligents pour le bénéfice de leur caste. Ils sont après tout, connectés à des groupes spécifiques, ceux de l’aspect de la vieille droite blanche suprématiste du riche establishment, luttant pour retrouver le pouvoir qu’ils ont apparemment perdu dans l’après-guerre, surtout après le succès du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis et dans l’ère de l’ordre néolibéral. En lieu et place de classe, ils vont utiliser les plus rétrogrades catégories sociales de races et/ou d’identité nationale. Ils furent après tout, le premier groupe identitaire du monde moderne, dans ce monde républicain, industriel et post-religieux, où le scientisme et les états-nations remplacèrent implacablement les vieilles idéologies religieuses.

La droite Alt rétrograde, plus libérale au sens classique que de fait conservatrice (et bien moins “libertarienne”), a aussi eu ses propres prêtres et papes de la justice sociale, se penchant sur des définitions brutales et superficielles de “l’humain” comme s’il devait être plus vieux et plus emprunt de droiture que la récente corruption LGBTQ+, les identités sociales des femmes et des non-blancs, affaiblissant leur ancienne domination sur les corps. Est-ce que ces nouvelles catégories produites par le neo-gauchisme et reproduites par les empires des réseaux sociaux, emmenés et créés par des mâles blancs normatifs soit dit en passant, sont plus authentiques ou véritables ? J’en doute fortement.

La seule identité sociale qui est réelle et précise est la vôtre, ou la mienne. La question que vous posez n’a pas de réponse toute faite. C’est la seule, sortie de votre définition même officielle de citoyen et entrepreneuriale mise en place par l’État peu de temps après votre naissance en tant qu’être physiquement vivant, qui peut vous définir.

Qui êtes-vous ! Ou qu’êtes-vous ?

Suis-je, moi, l’auteur de ces lignes, en position de mieux le savoir que vous-même ? Tout ce que je sais avec certitude, c’est que vous n’êtes peut-être pas ce que vous prétendez être, mais quelque chose de plus, de moins ou autre. Allez savoir… Peut-être même que vous existez !…

= = =

“L’État est une société d’assurance mutuelle entre le propriétaire terrien, le général militaire, le juge, le prêtre et plus tard, le capitaliste, afin de soutenir l’autorité de l’un l’autre sur le peuple et pour exploiter la pauvreté des masses tout en s’enrichissant eux-mêmes.
Telle fut l’origine de l’État, telle fut son histoire et telle est son essence actuelle.”
~ Pierre Kropotkine ~

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

si-le-peuple-se-leve-le-jeu-est-fini

votre-ignorance-est-leur-pouvoir.png

Publicité

Une Réponse vers “Société contre l’État… Pour une meilleure compréhension du système pyramidal et sa mise à bas définitive”

  1. […] son site ouvert uniquement pour déverser toute sa haine et son mépris à mon encontre et  sur R71 mais sans jamais attaquer les psychopathes aux manettes, les Banksters, bref, nos oppresseurs […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :