La guerre… sous le plus grand chapiteau (meurtrier) du monde (Errico Malatesta)

On retrouvera Errico Malatesta comme signataire du “Manifeste des 35” anarchiste de 1915 contre la grande boucherie organisée par la tyrannie marchande et bancaire dominant alors pleinement les états. Cette domination n’a fait que croître depuis et la dernière guerre en date en Ukraine n’en est qu’un avatar de plus.
Il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir. Malatesta nous donne la marche à suivre, il y a 125 ans déjà… Si on a le sentiment général que rien ne change, c’est parce qu’effectivement rien ne change, l’oligarchie nous maintient à grand renfort de mensonges et de propagande dans le consensus de son statu quo du chaos, de la division, de l’oppression et de l’exploitation. Les seules choses qui avancent, sont celles qui lui sont favorables comme la guerre, qui n’est plus faite pour être gagnée… mais pour durer et maintenir misère, chaos, division dont se nourrit le système pour perdurer.
La lucidité de Malatesta est à la fois rafraîchissante et frustrante au vu de l’histoire qui succède à cet écrit jusqu’à aujourd’hui…
Ce n’est donc pas le moment de mollir… Suffit de dire NON ! Et d’exercer le pouvoir pour et par nous-mêmes, sans intermédiaire parasite comme c’est le cas depuis des siècles.
Rien n’est inéluctable, la société humaine est une construction qui se fait.. et se défait à volonté. Il suffit simplement de le VOULOIR et de le METTRE EN PLACE. Il n’en tient en fait qu’à nous et à personne d’autre.
Qu’on se le dise !

~ Résistance 71 ~

pandemic2war
Le spectacle continue… sous le plus grand chapiteau du monde

La guerre

Errico Malatesta

L’agitazione, avril 1897

Traduction Résistance 71

La guerre est déclarée. Les puissances européennes qui, semble t’il, voulaient l’exorciser et pour ce faire ont dépassé tout sens d’humanité, ont laissé 200 000 gorges arméniennes être tranchées en toute impunité et les rebelles de Crète être décimés à la mitrailleuse pour le seul bénéfice du “grand assassin” de Constantinople ; ont prouvé leur impuissance à désamorcer le conflit, tout comme elles seront impuissantes à y remédier et à trouver une solution à la question orientale, réponse qui satisfasse les peuples et garantisse la paix.

Peut-être que ces grands faiseurs de paix, ces pacifistes, prouveront être incapables de faire plus que de se chamailler entre eux, inondant l’Europe de colères et de deuil.

Nous avons ici une banqueroute politique totale, toute aussi avérée que celle économique du système bourgeois.

Et après ça, les bourgeois vont toujours affirmer être la classe éclairée et avoir un devoir, un droit, de mener la société ! Ils ont organisé un énorme système de production et de commerce et ont présidé sur le cours des évènements dans lequel la famine est devenue endémique et où la machinerie, l’instrument de production, réduit en esclavage et tue le producteur ! Ils ont organisé un système politique complexe qui devait garantir la paix si non la liberté et ils se sont retrouvés obligés de gaspiller le plus clair de la richesse nationale en armement par peur de la guerre, et tout ça pour finir avec une guerre sur les bras sans coup férir, une guerre qui va laisser dans son sillage les mêmes incertitudes et les mêmes dangers qu’auparavant ! Mais ils continueront néanmoins, la conscience apaisée, se délectant de la sueur et du sang des peuples… jusqu’à ce que vienne le temps que ceux-ci rectifient l’affaire.

Dans le même temps, le sang humain est répandu en Thessalonique et Épyre dans une lutte féroce dans laquelle le fanatisme religieux et politique aveugle d’un côté trouve son non moins fanatique patriotisme aveugle de l’autre.

Quels seront les résultats probables de cette confrontation ?

Dans ce qu’il reste de l’empire ottoman, des solutions modelées sur le système politique européen sont moins acceptables qu’ailleurs. Le principe de nationalité ne peut pas fournir la base de la formation d’états territoriaux car les plus diverses nationalités sont mélangées sur les mêmes territoires. La seule solution qui n’impliquerait pas un état permanent de violence et d’oppression serait celle fondée sur la vaste liberté de chaque groupe ethnique et religieux. Là, l’organisation anarchiste, c’est à dire une organisation depuis la base de la société au moyen d’une fédération libre, ne serait pas seulement un modèle social idéal et supérieur, mais aussi une nécessité commandée par les circonstances. Mais nous pouvons être sûrs que ceci est une solution qu’aucune des puissances desquelles dépendent les évènements, ne voudraient même discuter.

Note de R71 : Comparez ce que vient de dire Malatesta avec le projet de Confédéralisme Démocratique d’Abdullah Öcalan tel que redéfinit en 2011 et mis en application au Rojava avant sa trahison de 2016… Malatesta en parlait plus d’un siècle auparavant. Boule de cristal ?… Non. Universalité du concept !

Et comme il n’est pas question de véritable liberté, franchement, nous ne savons pas ce que souhaiter. De la paix ou de la guerre en Europe, de la vie prolongée de l’empire ottoman ou de sa désintégration, de l’expansion de l’empire russe ou de son déclin, des circonstances et des évènements peuvent venir servir ou desservir la cause du prolétariat et nous ne pouvons ni le prédire ni le diriger.

Le fait est que toute la politique aujourd’hui est dominée par un vaste égoïsme de classe dynastique et ainsi tout rebondit en défaveur du prolétariat : le bien, le bon ne peuvent pas venir autrement que de quelque conjoncture involontaire et fortuite des circonstances ou de la résistance consciente du prolétariat lui-même.

La seule chose que nous puissions faire, que nous devrions faire, est de réveiller la conscience du prolétariat et de faire ce que nous pouvons à notre niveau et de nous assurer que le prolétariat puisse saisir les opportunités depuis le déroulement des évènements, quels qu’ils soient.

Lion_eveil

= = =

Lectures complémentaires :

Errico Malatesta, écrits choisis

Textes fondateurs pour un changement de paradigme politique

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

chiapas_art

arbre_yinyang

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :