Il y a 22 ans… Entretien avec Vladimir Poutine qui s’exprime sur l’OTAN, cette Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord

ours_russe1

Poutine parle de l’OTAN et de ses modèles politiques

Extraits de l’autoportrait fait par lui-même au gré d’un entretien avec trois journalistes russes et publié en 2000 sous le titre “First Person”.

Les trois journalistes sont : Nataliya Gervorkyan, Natalya Timakova et Andreï Kolesnikov

Traduit par Résistance 71 depuis la version anglaise publiée aux éditions Public Affairs

Mars 2022

Le livre est très intéressant à plusieurs titres, d’abord parce que les journalistes, contrairement à ce qu’on pourrait penser, “cuisinent” Poutine sur certains sujets de l’époque comme la Tchétchénie, la Yougoslavie, l’OTAN, les oligarques, ses relations politiques, sa motivation jeune à entrer au KGB, ensuite il permet sans aucun doute de comprendre la mentalité de Poutine l’homme d’état, qui a grandi dans l’ère soviétique, a vécu la chute du mur de Berlin et la dissolution de l’URSS ainsi que le chaos interne et l’humiliation qui s’en sont suivis, la descente aux enfers du capitalisme privé de la Russie, sans préparation aucune, son pillage en règle. Son parcours d’officier du KGB soviétique à la présidence de la Russie en passant par des postes d’adjoint du maire de St Petersbourg, de haut responsable du FSB et de premier ministre de la Fédération de Russie, l’a amené à côtoyer le meilleur et le pire de son pays et a façonné l’homme d’état qu’il est aujourd’hui.
Nous ne défendons pas Poutine, nous essayons simplement et logiquement de le comprendre dans le contexte qui est le sien, le nôtre, et qu’on le veuille ou non, est celui de la fuite en avant du marasme étatico-marchand dont l’occident veule et sociopathe, accélère la déliquescence programmée ; ce au-delà de l’hystérie propagandiste russophobe montée de toute pièce par une oligarchie aux abois.
Voici ce que dit Poutine aux journalistes qui le questionnent sur l’OTAN, la Tchétchénie, la Yougoslavie, Kissinger etc…
Cet entretien a eu lieu ll y a … 22 ans !
~ Résistance 71 ~

otan_terro

Q : Qu’est-ce qui ne va pas avec l’OTAN ?

Poutine : Nous sentons que nous ne sommes pas des participants à part entière dans le processus. Si on nous accordait une totale participation dans le processus de décision des choses, alors les choses ne seraient pas si terribles.

Q : La situation avec la Yougoslavie illustre bien que des décisions peuvent être prises sans la Russie…

P : Mais c’est le point exact ! Nous n’avons pas besoin de ce genre de relations …

Q : Ils ont dit que le Kosovo resterait en Yougoslavie et pourtant, ils y ont amené des troupes.

P : C’est pourquoi nous ne pouvons en rien être d’accord avec quelque option que ce soit dans la veine de ce qui se passe au Kosovo. Rien d’analogue à ce qui s’y passe ne peut être possible. Et ce ne sera jamais possible. Tout ce que les alliés de l’OTAN sont parvenus à faire au Kosovo est en contradiction directe avec les buts que l’OTAN a établis pour elle-même.

On peut dire qu’on nous a offert des médiateurs pour aider à résoudre le conflit en Tchétchénie. Nous n’avons pas besoin de médiateurs, car ceci est le premier pas vers l’internationalisation du conflit, d’abord arrivent les médiateurs, puis quelqu’un d’autre et puis des observateurs, puis des observateurs militaires et puis un contingent limité de troupes et nous y sommes…

Q : Avec ce genre d’approche, il semble que l’intégration à l’Europe n’est pas pour demain ni même à l’horizon…

P : Cela dépend de quelle Europe vous parlez. Analysons cela : oui, le monde a changé et l’Europe aussi a changé, ce n’est un secret pour personne. La charte des Nations-Unies fut signée avec à l’idée des puissances mondiales différentes. Nous (la Russie) étions les vainqueurs principaux de la seconde guerre mondiale. (NdT : n’oublions pas que la “Grande Guerre Patriotique” contre le nazisme a coûté 27 millions de morts à l’URSS, essentiellement des civils, massacrés dans le grand projet nazi d’éradication des Slaves et que des descendants biologiques et/ou politiques des Ukrainiens occidentaux qui s’allièrent aux nazis durant cet évènement ont été mis au pouvoir en Ukraine 14 ans après cet entretien de Poutine…)

Mais hélas maintenant, nous sommes devenus plus faibles et la charte de l’ONU demeure effective. Pas tout le monde l’apprécie. Ils essaient de la changer ou de la supplanter par exemple avec des décisions de l’OTAN. Nous ne devons pas suivre cela.

Beaucoup de gens ont oublié, que ,lorsque l’OTAN fut créée à la fin des années 40, l’Union Soviétique avait indiquée son intention d’entrer dans ce bloc des nations. On nous a refusé l’entrée. En réponse à cela, ensemble avec les pays de l’Europe de l’Est, nous avons formé le Pacte de Varsovie, qui n’existe plus aujourd’hui. Le Pacte fut une réponse directe à la formation de l’alliance de l’OTAN.

Q : Devrions-nous reconsidérer intégrer l’OTAN ?

P : Nous pouvons le considérer, mais pas en ce moment précis. C’est aussi toujours une question de quel genre d’OTAN nous parlons. Si nous parlons de cette OTAN qui a agit au Kosovo en violation directe des décisions de l’ONU, ceci n’est même pas d’un intérêt théorique pour nous et il n’y a rien à discuter. Si nous parlons d’une transformation sérieuse de ce bloc en une organisation politique préparée à avoir des interactions constructives avec la Russie, alors il y a sans aucun doute sujet à discussion.

En bref, je ne vois aucune raison pour qu’une coopération entre la Russie et l’OTAN ne puisse pas se développer plus avant, mais je répète que cela ne se produira que si la Russie est traitée comme un partenaire égal.

En tout cas, , même en faisant des suppositions, vous devez penser sur le long et très long terme. Il y a beaucoup de problèmes, politiques, économiques, militaires. Par exemple, tout bloc, et l’OTAN n’y fait pas exception, établit des standards d’armement qui affectent substantiellement les intérêts de l’industrie de la défense (NdT : c’est à dire, les fabricants d’armes…)

Q : Mais que pensent de tout cela les membres de l’OTAN ?

P : Je pense qu’ils craignent grandement la destruction de l’OTAN de l’intérieur. Je les comprend parfaitement bien. Nous sommes un thème dominant trop puissant. Il n’y a qu’une seule grande puissance, les Etats-Unis. Disons qu’une seconde n’apparaisse, même si pas aussi puissante que la première ; la répartition du pouvoir peut-être ruinée. Les pères fondateurs de l’OTAN ont peur que leur organisation puisse drastiquement changer. De notre perspective, elle changerait pour le mieux et de leur perspective, sans doute pour le pire.

Si nous avions participé aux prises de décision concernant le processus de résolution en Yougoslavie, elles n’auraient jamais été prises. Nous n’aurions jamais été d’accord avec ce niveau d’interférence dans les affaires internes d’un autre pays. Ce type de comportement ne peut tout simplement pas être justifié, ce même pour des raisons soi-disantes “humanitaires”. Je pense que cette opération (NdT : de morcellement et de destruction de l’ex-Yougoslavie) en elle-même fut une erreur majeure dans les relations internationales et une violation flagrante des principes fondateurs mêmes de la loi internationale.

Regardez, nous avons commencé à parler de la relation de la Russie avec l’Europe et nous avons réduit cette discussion à nos relations avec l’OTAN. Même avec l’orientation de l’OTAN politique en Europe aujourd’hui, nous ne pouvons jamais oublier que l’Europe et l’OTAN ne sont pas la même chose. J’ai déjà dit à maintes reprises que la Russie est un pays de culture européenne et non pas de culture OTAN.

Q : Quels leaders politiques trouvez-vous les plus intéressants ?

P : Napoléon Bonaparte (rires). Non sérieusement, De Gaulle très certainement. J’aime aussi beaucoup Erhard, c’est une personne très pragmatique. Il fut le reconstructeur d’une nouvelle Allemagne après la guerre. (NdT : N’oublions pas que Poutine est un spécialiste de l’Allemagne, qu’il a passé 5 ans entre 1985 et 1990, après la chute du mur, comme officier de liaison du KGB en Allemagne de l’Est et qu’il parle couramment allemand… Plus tôt dans l’entretien un journaliste lui demanda s’il avait pensé aux purges staliniennes de 1937 lorsqu’il est entré au KGB, Poutine répond : “Je n’ai pas pensé aux purges de l’ère de Staline. Ma notion du KGB provenait d’histoires d’espionnage romantiques. J’étais un pur produit, à succès, de l’éducation patriotique soviétique.” ) Ceci était particulièrement important après l’effondrement de l’Allemagne nazie.

Sur Kissinger, voici ce que dit Poutine dans l’entretien :

“[…] Plus tard, de retour à St Petersbourg, j’ai eu une rencontre très intéressante avec Kissinger et il confirma ce que je pensais déjà. Il y avait une commission appelée la Commission Kissinger-Sobchak [NdR71: Sobchak était à l’époque le maire de St Petersbourg dont Poutine était l’adjoint au début de sa carrière politique), commission fondée pour le développement de la ville de St Petersbourg et pour y attirer les investissements étrangers. Kissinger est venu plusieurs fois dans notre ville. Une fois, j’ai été le chercher à l’aéroport. Nous sommes montés dans la voiture et prîmes la route en direction de la résidence. En chemin, il me demanda d’où je venais et ce que je faisais. C’est un vieux bonhomme assez inquisiteur. Il paraît toujours être en train de s’endormir, mais en fait il voit et entend absolument tout autour de lui. Nous parlions au travers d’un traducteur. Il me demanda : “Avez-vous travaillé ici depuis longtemps ?” Je lui répondit environ un an. “Et où travailliez-vous avant cela ?”. “A la mairie de Leningrad”, lui répondis-je.

“Et avant cela ?”

“J’étais à l’université”

“Et avant l’université ?”

“J’étais dans l’armée.”

“Dans quel corps ?”

“Et bien, me dis-je en aparté, maintenant je vais vous surprendre Mr Kissinger.”

“J’ai travaillé dans le renseignement” lui dis-je.

“Avez-vous travaillé à l’étranger ?” Demanda t’il calmement.

“Oui, en Allemagne” répondis-je.

“Est ou Ouest ?”

“Est.”

“Tous les gens décents ont commencé dans le renseignement, moi aussi”, dit Kissinger.

Puis il a dit quelque chose de complètement inattendu et de très intéressant : “Vous savez, je suis très critiqué pour la position que j’ai prise envers l’URSS à l’époque. Je pensais que l’Union Soviétique ne devait pas abandonner l’Europe de l’Est si rapidement. Nous étions en train de changer l’équilibre du monde très rapidement et je pensais que cela mènerait à des conséquences indésirables. Et maintenant on me blâme pour cette prise de position. Les gens disent: ‘Vous voyez, les soviétiques sont partis et tout est normal. Je pensais que c’était impossible.” Il pensa un moment puis ajouta : “Franchement, jusqu’à aujourd’hui, je ne comprends pas pourquoi Gorbatchev a fait cela.”

Je n’aurai jamais pu imaginer quelque chose de tel sortir de la bouche de Kissinger. Je lui ai dit ce que je pensais et je vais vous le répéter maintenant : Kissinger avait raison. Nous aurions évité bien des problèmes si les Soviétiques ne s’étaient pas retirés si rapidement de l’Europe de l’Est.”

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

A voir également : La Russie, l’Ukraine, Poutine et les mensonges des médias.. en 4-4-2

jeuechecs_fondnoir

Publicité

3 Réponses vers “Il y a 22 ans… Entretien avec Vladimir Poutine qui s’exprime sur l’OTAN, cette Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord”

  1. A reblogué ceci sur dzmewordpresset a ajouté:
    La politique est un méandre que seuls les initiés peuvent suivre.

    • la politique de ce système. La véritable politique c’est le peuple qui participe chaque jour à la décision aux seins d’assemblées populaires La politique c’est organiser la vie de la communauté pour le bien de tous, le bien commun, sans intermédiaires parasites.
      Ce n’est pas un processus « d’initiés », c’est un processus naturel. Quand ça devient un processus « d’initiés » alors il faut se dire que c’est parti en sucette et qu’il est temps de corriger l’affaire. 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :