Ukraine : le bataillon Azov et le neo-nazisme vu par le petit bout de la lorgnette merdiatique (LGS)

azov_nazis

Nazis ma non troppo… Le bataillon Azov vu par “Check News” de Libération

Aymeric Monville

12 mars 2022

Url de l’article original:
https://www.legrandsoir.info/nazis-ma-non-troppo-le-bataillon-azov-vu-par-check-news-de-liberation.html

Dur, dur, quand tu es « fact-checker » (vérifieur d’informations) à Libé et que ton patron te demande d’enquêter sur le bataillon Azov, pour voir si ce ne serait tout de même pas un peu monté en épingle cette histoire de néonazisme. Et encore plus dur quand, après avoir bien tout vérifié, il ne te reste comme argument que : « euh… certes, ils sont nazis mais… »
Florilège.

Checknews du 8 mars commence donc à nous expliquer : « Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, des images de défilés de ces combattants, arborant croix gammées et insignes SS ou réalisant des saluts nazis, sont massivement partagées sur les réseaux sociaux. »

Et de poursuivre : « Cette focalisation sur Azov est alimentée par la propagande russe ».

C’est vrai que ces Russes sont vraiment capables de tout, même de « focaliser ». On ne sait vraiment d’ailleurs pas pourquoi ils en font tout un plat de cette histoire de nazisme.

Libé toujours :  » Le fondateur d’Azov, Andreï Biletsky (…) énonce parmi les missions de son organisation ’la purification raciale de la nation’. (…) Dans le cadre du conflit russo-ukrainien, il fonde le bataillon Azov, dont le logo renvoie clairement à l’iconographie nazie. »

Evidemment les crapules à la solde de Poutine s’arrêteront là avec un ricanement mauvais. Mais Libé nous apprend qu’Andreï Biletsky, depuis, « a beaucoup lissé son discours. Il nie les mots très durs qu’il a tenus dans sa jeunesse lorsqu’il parlait de croisade contre les sémites ».

Mots durs en effet. Et qui ont certainement dépassé sa pensée lorsqu’il était en führer.

D’ailleurs Libé recourt ensuite à des historiens ayant le sens de la nuance. Ainsi d’un certain Viatcheslav Likhatchev qui « pointe néanmoins une composition plus hétéroclite qu’il n’y paraît » et rapporte : « Même à l’été 2014 tous les combattants d’Azov n’étaient pas d’ultra-droite. J’ai personnellement connu un anarchiste qui a servi dans Azov ».

Thierry le Luron est resté dans les mémoires avec son « Je ne suis pas raciste, mon chien est noir ». Mais « Je ne suis pas nazi, j’ai pris un verre avec Louise Michel au bataillon Azov », il n’y avait pas pensé.

Mais revenons à Libé, toujours très en forme, et qui nous rapporte que dans les principales photographies remontées ces derniers jours sur les réseaux sociaux, plusieurs datent de Mathusalem : pensez, celle où se mélangent treillis, svastika, bannière de l’OTAN et drapeau d’Azov, date de 2014, bref de l’histoire ancienne. Celle où un membre d’Azov pose en groupe autour d’un portrait de Hitler « remonte au moins à 2015 ». Nous voilà rassurés. Il faut bien que jeunesse se passe.

Libé conclut ensuite sur la « réhabilitation de la figure controversée de Stepan Bandera ».

Controversée ? Oui, un peu tout de même. Mais bon… La bio Wikipedia de Stepan Bandera nous rapporte des éléments en effet « controversés », comme celui-ci :

« Du 30 juin au 5 juillet 1941 a lieu un important massacre de Juifs à Lviv. Les Einsatzgruppen organisent les attaques avec l’aide des unités paramilitaires ukrainiennes pro-nazies menées par Stepan Bandera ».

Ou encore :

 » En 1943, l’UPA [l’armée de Bandera] massacre entre 40 000 à 60 000 Polonais dont beaucoup de femmes et d’enfants en copiant les méthodes de purification ethnique des nazis. »

On apprend aussi, au passage, qu’avant d’être « élevé à la dignité posthume de Héros d’Ukraine par un décret signé le 22 janvier 2010 par le président ukrainien Viktor Iouchtchenko », Bandera avait été financé et soutenu par les services secrets occidentaux pour continuer une guérilla en Ukraine contre l’URSS.

Mais tout cela n’est sans doute que le fruit d’une cyberattaque russe visant à nous désinformer.

Retournons donc à une source sûre, d’autant que j’ai gardé le meilleur pour la fin, quand Libé nous dit, à propos du fier bataillon :

« En difficulté sur le terrain militaire, l’Ukraine l’intègre à sa garde nationale (l’équivalent de la gendarmerie nationale en France) dans la foulée, à l’automne de la même année [2014]. »

C’est vrai que c’est tout de suite plus apaisant, des néo-nazis recyclés en gendarmes patrouillant sur les routes avec des démangeaisons dans le bras. On se sent tout de suite plus en sécurité et moins tenté par l’excès de vitesse.

Mais, j’aimerais comprendre s’ils sont aussi compris dans le programme de second mandat du président sauveur de l’Europe ces nazis comme « équivalent de la gendarmerie nationale en France » ? Le Wolfsangel, l’emblème de la division Das Reich, qui a déjà beaucoup servi par chez nous, et qui figure encore en bonne place dans la panoplie du bataillon Azov et du parti Svoboda (qui, soit dit en passant, a donné un vice-ministre et un ministre de la Défense à l’Ukraine post-Maïdan), ça ferait son petit effet pour envoyer disperser les ronds-points de Gilets jaunes, vous ne trouvez pas ?

On avait beau crier « C.R.S. = S.S. », on n’avait encore rien vu.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

Asov_nazi
L’OTAN vous dit qu’il n’y a pas de nazis en Ukraine… Merde quoi !

Azov_nazi_ukraine

3 Réponses vers “Ukraine : le bataillon Azov et le neo-nazisme vu par le petit bout de la lorgnette merdiatique (LGS)”

  1. Que se passe t’il donc en Ukraine ?… des éléments de réponse très intéressants :

    https://www.banned.video/watch?id=622e4e202e10d76f49ae57e0

  2. Fabien Says:

    https://www.actuintel.com/2022/03/09/comment-obama-et-biden-ont-installe-des-neo-nazis-en-ukraine/

    le blog d’Erwan CASTEL: alawata-rebellion.blogspot.com/
    (Très bien informé car combattant au Donbass depuis 8 ans)

    https://www.donbass-insider.com/fr/2022/03/14/enquete-une-unite-de-larmee-ukrainienne-au-peigne-fin/

    Après avoir été taxé de complotiste pendant la COVIDmania, me voici taxé de Poutinolâtre par les divers associations soutenant la « liberté » dans ce modèle démocratique qu’est la sainte Ukraine.

    « Le gouvernement ukrainien adopte en 2015 une loi sur l’interdiction de la propagande nazie et communiste. Les autorités précisent cependant que les insignes de la 14e division SS Halytchyna n’appartiennent pas à la liste des symboles dont la diffusion et l’usage public sont interdits en Ukraine »
    source wikipedia:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/14e_division_SS_(galicienne_no_1)

    • Il faut absolument regarder le documentaire d’Oliver Stone de 2016 « Ukraine on Fire » pour mieux comprendre ce qu’il se passe, notamment ce qui a amené au coup d’état de 2014, l’OTAN mettant des neo-nazis au pouvoir en Ukraine… Ces mêmes neo-nazis qui puisent leur démente ardeur dans leur lâcheté et atrocités du passé, protégés depuis toujours par l’oligarchie occidentale, leur héros psychopathe Bandera bouffant au râtelier de l’OSS/CIA et qui tirent aujourd’hui sur les populations civiles qu’ils ont pris en otage, voulant quitter les villes assiégés en empruntant les couloirs humanitaires mis en place par les Russes et qui viennent aussi de tirer un missile à munition interdite dans le centre de Donetsk, tuant des dizaines de civils.
      Ce sons ces ordures que l’occident protège depuis 1945, que l’occident a mis au pouvoir en 2014. Faut quand mime pas être « poutinolâtre » pour comprendre ça, encore faut-il le vouloir et une fois de plus, lever le voile propagandiste qui enveloppe cette énième turpitude historique étatico-marchande.
      Il suffit de dire NON !
      A bas l’État, à bas la marchandise , à bas l’argent, à bas le salariat ! les fléaux de l’humanité, source de tous nos maux !

      « Ukraine on Fire », Oliver Stone, 2016, VOSTF
      https://odysee.com/@christophevoisin.a:e/Ukraine-on-Fire—(Oliver-Stone-vostf-2016-):7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :