Pass sanitaire et dictature technotronique… Le seul QR code valide :

QR_doigt

3 Réponses vers “Pass sanitaire et dictature technotronique… Le seul QR code valide :”

  1. Bernardo Says:

    commentaire de OffGuardian:

    This is the reality of the UK ‘quarantine hotels’
    People being charged £1700 to be locked up and surveilled like max sec prisoners
    The guy in this vid is told by a guard not to talk to the guys filming!

    les camps FEMA c’est CenterParks! 🙂

    • non seulement c’est cher et fliqué, mais en plus, y a pas de bouffe comestible, privé d’eau, privé d’air car impossible d’ouvrir les fenetres, et c’est insalubre
      c’est pas des camps de quarantaine, mais des camps de concentration

      « Les voyageurs britanniques se plaignent des conditions de prison dans les hôtels de quarantaine.
      Des voyageurs séjournant dans des hôtels de quarantaine au Royaume-Uni après être rentrés de pays figurant sur la « liste rouge » se sont plaints de conditions « semblables à celles d’une prison », notamment de fenêtres qui ne s’ouvrent pas, du manque d’air frais, d’exercice et de nourriture décente.

      Le Guardian s’est entretenu avec neuf voyageurs qui se trouvent ou se sont trouvés récemment dans des hôtels de quarantaine après leur retour de pays tels que le Brésil, l’Inde, le Pakistan et l’Afrique du Sud.

      Ils se sont plaints d’une détérioration de leur santé mentale et physique due au fait d’être confinés dans leur chambre 24 heures sur 24 et d’être obligés de s’endetter pour payer les 1750 £ par adulte pour la période de quarantaine.

      Le Dr Sanjay Gupta, un consultant en cardiologie du NHS, qui revenait du Kenya où il s’était rendu pour être auprès de son père mourant, a déclaré : « Tout le monde ne peut pas se permettre de payer les 1 750 £.
      Il semble que cette situation ait quelque chose d’opportuniste sans vergogne. Mais si vous arrivez d’un pays de la liste rouge, vous n’avez pas le choix. »

      Le Dr Thanjavur Bragadeesh, également consultant au NHS, qui revenait d’Inde où il aidait à s’occuper de ses parents âgés après qu’ils aient tous deux été opérés, a déclaré : « Il a fallu plusieurs heures pour atteindre l’hôtel après être arrivé à l’aéroport. La nourriture n’est pas bonne et les quantités sont petites. J’ai eu une petite boîte de céréales pour le petit-déjeuner avec une omelette au fromage qui était si dure que si je l’avais jetée, elle aurait heurté quelqu’un. L’une des choses que j’ai eues pour le dîner était la moitié d’un pain naan. Je ne sais pas qui a eu l’autre moitié ! »

      Il a déclaré que les personnes en quarantaine devaient être escortées par des agents de sécurité pour leurs 15 minutes d’air frais. « Nous ne sommes pas des prisonniers, nous n’essayons pas de nous échapper », a-t-il dit.

      Zahid Siddiqui, 58 ans, est revenu du Pakistan où il avait passé plusieurs mois à rendre visite à son père malade. Il s’est dit préoccupé par le manque de ventilation, d’air frais et d’exercice et par la mauvaise qualité de la nourriture.

      « Tout cela a été un cauchemar », a-t-il déclaré. « Je souffre de diverses pathologies, comme la fibrillation auriculaire, et le conseil médical est que je dois faire de l’exercice quotidiennement.
      Mais je n’ai été autorisé à sortir que pendant deux des onze jours. Je n’ai jamais été en prison de ma vie, mais cette expérience y ressemblait. Je n’avais jamais souffert de dépression auparavant, mais après mon séjour à l’hôtel de quarantaine, je comprends maintenant le sens de ce mot. »

      On lui a dit que sa quarantaine se terminait à minuit un jour donné et qu’il pouvait donc partir le lendemain matin. Il a dit qu’il ne pouvait pas attendre aussi longtemps et a fait en sorte qu’un parent vienne le chercher à l’hôtel à minuit pile.

      « J’avais tellement faim que j’ai mangé tout au long de mon voyage de retour vers mon domicile dans le Cheshire », a-t-il déclaré.

      Une femme de 69 ans souffrant de diabète, d’hypertension artérielle et d’hypercholestérolémie, qui se trouve dans un hôtel de quarantaine après être rentrée du Brésil, a déclaré qu’il lui était impossible de manger les aliments gras et sucrés qui lui ont été fournis.

      Lorsqu’elle s’est plainte, on lui a donné une pomme, une mandarine et une banane. « Je suis restée très affamée », a-t-elle déclaré.

      Une femme qui revenait d’une visite à sa mère malade en Afrique du Sud avec son mari et son bébé de quatre mois a déclaré : « Nous avons été traités comme des animaux. Je suppliais qu’on m’aide à stériliser les biberons de mon bébé après notre retour à l’aéroport. Il n’y avait aucune distanciation sociale et j’étais terrifiée à l’idée d’attraper Covid à l’aéroport.

      La nourriture était immangeable, je ne peux pas expliquer à quel point c’était mauvais.

      J’ai pris une bouchée d’un burger au poulet qui avait un goût de porc, je l’ai recrachée et je me suis sentie malade toute la soirée.

      Nous sommes maintenant endettés pour avoir payé l’hôtel de quarantaine et nous sommes complètement épuisés. »
      https://www.theguardian.com/world/2021/may/11/uk-travellers-complain-of-prison-like-conditions-in-quarantine-hotels

      A Wuhan, les chinois mis en quarantaine dans les hôtels, et autres dénoncent qu’ils sont enfermés, que personne ne les nourrit, et qu’ils sont en train de mourir de faim et de soif
      https://lisahaven.news/2020/02/coronavirus-death-campstheyre-not-just-in-china-ai-predicts-53-million-die/

      La vie quotidienne dans un covid hôtel :
      « « Il nous est interdit de sortir de la chambre d’hôtel … et nous avons très peu d’informations sur ce qui se passe. »
      « Il nous faut plusieurs heures – six ou sept heures – avant d’avoir quelque chose à manger ou à boire. »
      « Nous ne rencontrons pas du tout le personnel … et la personne qui nous a donné la nourriture se protégeait de nous. »
      « Nous sommes isolés, nous tous. » https://www.euronews.com/2020/02/25/covid-19-spanish-hotel-on-lockdown-as-virus-confirmed
      https://tribune-diplomatique-internationale.com/les-covid-hotels-sont-comme-les-ehpad-ou-les-camps-fema-des-camps-dextermination-ou-la-nourriture-est-empoisonnee-par-le-personnel/

      En résumé, les gens enfermés dans les covid hôtels n’ont pas le droit de boire et de manger quand ils en ont besoin, lls n’ont pas le droit de choisir ce qu’ils boivent et mangent donc l’hôtel peut leur donner du poison euthanasie cachée dans la nourriture et dans la boisson, et quand ils meurent, le covid hotel dira tranquillement que les gens enfermés sont morts du coronavirus alors qu’en réalité, ils auront été euthanasiés doucement.

      « Covid 19 : le client affamé d’un hôtel, étiqueté en quarantaine, dénonce une nourriture « terrible ».
      La nourriture de l’hôtel a fait monter sa pression sanguine en flèche.
      Elle a déclaré qu’elle souffrait de problèmes de santé qui nécessitaient une alimentation saine, et non les aliments transformés et sucrés que l’hôtel servait.

      Les aliments étaient tous hautement raffinés, avec de petites portions de légumes.

      « J’ai essayé de manger ces aliments, mais ça va me tuer.
      Mme Hawker a déclaré qu’on lui avait demandé de fournir un certificat médical pour prouver ses exigences alimentaires, mais qu’elle n’en avait pas. (donc pour avoir le droit bouffer autre chose que du Mcdo, forcé d’avoir un certificat médical pour avoir le droit aux fruits et légumes frais ? que du foutage de gueule)
      https://www.stuff.co.nz/national/health/coronavirus/122891823/covid-19-hungry-hotel-guest-in-quarantine-labels-blasts-terrible-food

    • Les rosbifs ont inventé les camps de concentration (guerre des Boers), ils ont une grande expérience. Ceci dit, une fois de plus ceci est fait pour instiller la peur et forcer les gens à accepter tests PCR et injections OGM dans le style, « vous voyez, pour vous évitez ça, faites-vous piqouzer… » Le plan est de généraliser tout ça et de rafler les « positifs » testés à Ct-40 et donc plus que probablement des faux positifs, les non-injectés et les interner / éliminer… On est reparti pour un tour de manège.
      On l’a dit et on le répètera toujours, tout ça n’est que fabrication par la contrainte : il suffit de dire NON ! ensemble et c’est fin de partie, mais faudra pas s’arrêter là, une refonte radicale (dans le sens de retour à la racine profonde) de la société est désormais une évidence. Le Nouvel Ordre Mondial / dictature technotronique se met en place et si on ne bouge pas, la grille va se fermer sur nos tronches assez rapidement maintenant.
      Désobéissance, union, réflexion, action !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :