Archive pour 2 février 2021

Pathocratie : Sortir les clowns psychopathes du pouvoir et le reprendre par et pour nous-mêmes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 2 février 2021 by Résistance 71

Nous avons traduit cet article parce que nous avons trouvé intéressant qu’un avocat spécialisé en droit constitutionnel en arrive à cette analyse, vu qu’il est dans le système et en dépend. Il est intéressant de noter qu’une fois de plus, si on peut s’accorder sur l’analyse faite, c’est sur certaines des solutions proposées que l’on peut toujours diverger, ce qui nous amène à la question essentielle après lecture d’une telle analyse : comment quelqu’un d’intelligent et ayant une bonne dose d’humanité (l’auteur n’est manifestement pas un des psychopathes qu’il décrit…), peut-il encore croire à une quelconque viabilité de la fonctionnalité du système, comment ne peut-on pas voir aujourd’hui comme le nez au milieu de la figure, qu’où que ce soit : il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir, qu’il faut en sortir et œuvrer ensemble hors état, hors marchandise, hors argent et hors salariat ?.. Ceci constitue aujourd’hui une évidence irréfutable dont il faut impérativement tenir compte si nous voulons sortir durablement du marasme étatico-capitaliste dans lequel nous nous sommes laissés enfermer.

~ Résistance 71 ~


L’asile armé aux manettes… partout en occident

Nous, le peuple, devrions prendre les décisions

John Whitehead*

Novembre 2020

url de l’article original:
https://americanfreepress.net/we-the-people-should-call-the-shots/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Il y a vingt ans, un journal posait la question dans une manchette : “Qu’elle différence y a t’il entre un politicien et un psychopathe ?” La réponse alors et aujourd’hui demeure la même : Aucune. A mon avis, il n’y a aucune différence entre les psychopathes et les politiciens (NdR71 : Nous serons un peu plus nuancés : depuis la fin de la seconde guerre mondiale, on peut dire que si tous les politiciens ne sont pas des psychopathes, tous les politiciens qui ont eu et ont une influence notamment en géopolitique, l’ont été ou le sont aujourd’hui, c’est même sans aucun doute un pré-requis pour arriver au sommet de la pyramide politique… Un exemple d’actualité parmi tant d’autres : Klaus Schwab, patron de Davos, si grande gueule de nos jours, est un élève de Kissinger, le plus grand psychopathe, criminel de guerre toujours en vie actuellement… On sait donc où cette ordure veut emmener le monde pour le seul bien du système à l’agonie et les autres exemples de cet accabi sont nombreux). Il n’y a pas non plus beaucoup de différence entre le chaos imposé sur les masses innocentes par une clique de criminels parasites, égoïstes, sans scrupules, irresponsables et déjantés et les élus passant leur vie à mentir à leurs concitoyens, échanger des faveurs politiques contre des fonds de campagnes électorales, faire semblant de ne pas entendre les plaintes de leurs électeurs, escroquer les contribuables de leurs impôts payés de leur labeur, favoriser les élites entrepreneuriales, et renforcer le complexe militaro-industriel, sans penser outre mesure aux conséquences dramatiques qu’ont et auront sur les citoyens sans défense leurs actions intempestives et toutes leurs législations liberticides passées à la hâte.

Les psychopathes et les politiciens ont tous deux une forte tendance à l’égoïsme, au narcissisme, à l’exploitation sans vergogne d’autrui, à l’irresponsabilité, au mensonge pathologique, à être des escrocs sans aucun remord. Les politiciens charismatiques, tout comme les criminels psychopathes, démontrent la propention à ne jamais accepter la responsabilité de leurs actions, ont une très haute opinion d’eux-mêmes, sont chroniquement instables, ont des styles de vie socialement déviants, ont besoin d’une stimulation constante, ont un style de vie parasitique et s’affublent d’objectifs irréalistes.

Cela n’a aucune importance de savoir si on parle de “démocrates” ou de “républicains” ; tous ces psychopathes politiques sont issus du même moule, souvent enjolivés d’un semblant de charme facile et d’esprits calculateurs inaltérables. De tels leaders créent éventuellement des pathocraties, sociétés totalitaires enclines au pouvoir, au contrôle, à la destruction de la liberté de manière générale et de ceux qui mettent ces libertés en pratique. Une fois les psychopathes au pouvoir, le résultat est généralement une forme de gouvernement totalitaire ou pathocratie. “A ce point, le gouvernement opère contre les intérêts de son propre peuple mis à part certains groupes privilégiés,” explique James G. Long. 

En d’autres termes, élire un psychopathe dans une fonction publique revient à pratiquer un hara-kiri national, cet acte ritualisé d’auto-destruction suicidaire.Cela signale la mise à l’écart de toute velléité démocratique et fournit la base pour un régime totalitaire légaliste, militariste, inflexible, intolérant et inhumain. Pourquoi donc le faisons-nous encore et encore ? Incroyablement, malgré la preuve évidente des dégâts qui ont déjà été causés à cette nation et à ses citoyens par des hauts-fonctionnaires gouvernementaux psychos, les électeurs continuent d’élire des psychopathes aux plus hautes fonctions de l’État.

En fait, il y a une bonne raison pour laquelle la capitale de cette nation, Washington D.C, est au sommet de la liste des régions peuplées de psychopathes. Lorsque notre propre gouvernement ne nous regarde plus comme des êtres humains ayant une dignité et une valeur, mais comme des choses, des marchandises à manipuler, manœuvrer, à pomper les données, à être molestées par la police, trompées à croire qu’ils ont notre meilleur intérêt à cœur, pour finalement nous maltraiter et nous jeter en prison si nous osons sortir du sentier battu, pour être punis sans aucun remord, tout ça en refusant simultanément de prendre responsabilité de leurs échecs, alors nous ne fonctionnons plus du tout dans une république constitutionnelle (NdT: ici l’auteur ne voit pas que le concept même de “république constitutionnelle” est un leurre et une vaste supercherie… Il a encore un petit bout de chemin à faire…).

Au lieu de cela, nous faisons l’expérience d’une pathocratie : la tyrannie aux mains d’un gouvernement psychopathe, qui “opère contre les intérêts de son peuple à l’exception d’un groupe privilégié.” Pire, la psychopathologie n’est pas confinée à ceux œuvrant en haut lieu au sein de gouvernement. Elle peut se propager comme un virus dans la population (NdT: c’est une construction sociale à ce niveau, construite méticuleusement au moyen de certains rouages du système…). Comme l’a conclu une étude sur la pathocratie : “La tyrannie ne fleurit pas parce que les perpétrateurs sont ignorants de leurs actions. Elle fleurit parce que certaines personnes s’identifient avec ceux qui font la promotion d’actes malfaisants les faisant passés pour vertueux.

L’objectif de l’état corporatiste entrepreneurial moderne est évident : promouvoir, cultiver et intégrer un sens d’identification partagée parmi les citoyens. A cette fin, l’expression “Nous, le peuple” est devenue “nous, l’état policier”. Nous devenons très rapidement des esclaves sous le joug d’une machine gouvernementale bureaucratique, totalitaire, sans nom et sans visage, qui érode sans relâche nos libertés au moyen de lois innombrables de statuts et d’interdictions en tout genre. Toute résistance à un tel régime dépend de la force d’opinion et des esprits de ceux qui résistent, de ceux et celles qui répondent et luttent contre la coercition. Écrivant pour Think Progress, Zach Beauchamp suggère qu’ “un des meilleurs remèdes contre les mauvais leaders pourrait bien être la démocratie politique”.

Mais qu’est-ce que cela veut dire en termes pratiques ? Cela veut dire tenir les politiciens pour responsables de leurs actions et des actions de leurs personnels en utilisant tous les moyens à notre disposition comme le journalisme d’enquête (ce qu’on avait l’habitude de nommer le quart d’état), qui informe et illumine, par les lanceurs d’alerte qui exposent la corruption systémique, par les actions en justice qui mettent à mal les mauvaises actions et par les manifestations et les actions politiques de masse qui rappellent au “pouvoir en place” que “Nous, le peuple” sommes ceux qui prennent les décisions.

NdR71 : Vraiment ? c’est sa solution ? Réformer le système une énième fois ? Il a encore un bout de chemin à faire pour comprendre qu’il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir. Y viendra t’il ? ou est-il un autre de ces sempiternels cas de naïveté désespérée et désespérante ?…

Rappelez-vous que l’éducation précède l’action. Les citoyens doivent faire le dur boulot de s’éduquer au sujet de ce que fait le gouvernement et sur le comment le tenir pour responsable. Ne permettez pas de n’exister que dans une caisse de résonance restreinte aux vues auxquelles vous adhérez. Exposez votre analyse à plusieurs points de vue dans des sources médiatiques variées, des sources mainstream et indépendantes, et pensez par vous-mêmes. En cela, peu importe quel est votre penchant politique, ne laissez pas votre jugement partisan tromper les principes qui servent de base à notre république constitutionnelle (NdT: qui est une ineptie en elle-même, incapable de démocratie puisque, comme toute république, elle n’est qu’une aristocratie du pouvoir délégué à une coterie de privilégiés, de surcroit ssujettie à la dictature marchande toute puissante. Rien ne pourra jamais changer tant que le pouvoir demeure séparé du corps social…).

Ceci dit, si nous permettons que ce ne soit que le vote qui soit notre seul moyen de résister à l’état policier, alors la bataille est perdue d’avance. La résistance demandera une citoyenneté désireuse d’être active au niveau local. Si vous attendez pour agir qu’une équipe du GIPN défonce votre porte, que votre nom ne soit mis sur une liste de surveillance terroriste, jusqu’à ce que vous soyez dénoncé pour de telles activités hors-la-loi que de collecter de l’eau de pluie ou de laisser vos enfants jouer dehors sans supervision, alors il sera trop tard.

Voici le peu que je sache : Nous ne sommes pas des numéros administratifs sans visages. Nous ne sommes pas des rouages d’une machine. Nous ne sommes pas des esclaves. Nous sommes des êtres humains et pour le moment, nous avons l’opportunité de demeurer libres, c’est à dire, si nous clamons nos droits sans relâche et résistons à chaque tournant contre chaque tentative du gouvernement de nous enchaîner. Les fondateurs de la nation avaient compris que nos libertés ne découlent pas du gouvernement. Elles ne nous furent pas données pour nous être reprises par la simple volonté de l’État. Elles sont inhérentes à nous et de la même manière, le but de la fonction du gouvernement n’est pas de menacer ou de diminuer nos libertés, mais de les protéger et de les sauvegarder.

Tant que nous ne reviendrons pas à cette façon de penser, tant que nous ne rappellerons pas à nos compatriotes ce que c’est que d’être libres et tant que nous ne dresserons pas fermement de les menaces exercées sur nos libertés, alors nous seront toujours traités comme des esclaves sous le joug d’un état policier bureaucratique piloté par des politiciens psychopathes.

(*) Avocat constitutionnel et écrivain, John W. Whitehead est le fondateur et président de l’Institut Rutherford, ses livres Battlefield America: The War on the American People et A Government of Wolves: The Emerging American Police State 

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie


Déconnectons Hal… maintenant !

5ème assemblée du Conseil National Indigène et Conseil Indigène de gouvernement, déclaration conjointe de janvier 2021

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, autogestion, écologie & climat, colonialisme, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 2 février 2021 by Résistance 71

 

 

Déclaration conjointe de la 5ème assemblée du Conseil National Indigène (CNI) et du Conseil Indigène de Gouvernement (CIG)

 

CNI / CIG

 

Janvier 2021

 

Source :
https://www.lavoiedujaguar.net/Declaration-de-la-Cinquieme-Assemblee-conjointe-du-Congres-national-indigene-et

 

À l’Armée zapatiste de libération nationale
Aux peuples du monde
Aux personnes qui luttent sur les cinq continents
Frères, sœurs, compañer@s,

Frères et sœurs du monde entier, nous vous saluons, nous qui conformons le Congrès national indigène. Nous sommes des peuples et des communautés qui habitaient déjà nos terres et nos territoires avant l’imposition de ce qu’on appelle l’État mexicain, nous avons non seulement notre propre langue et notre façon de nous habiller, mais aussi une forme de gouvernement, une façon de voir, de comprendre et de vivre le monde différente de celle du monde capitaliste, qui voit tout comme une marchandise. Nous sommes des peuples qui aiment la terre, les montagnes, les eaux, les collines, les oiseaux et tous les êtres vivants qui habitent notre mère la terre. Pour nous la vie est sacrée, nous la vénérons. Au cours des ans, les donneurs d’ordres, ceux qui ont pour but de dominer et d’exploiter, ont voulu en finir avec nous, détruire notre culture et notre territoire. Nous sommes une histoire de dépossession, de résistance et de rébellion, et aujourd’hui, après plus de cinq cents ans de conquête et de guerre, nous sommes en danger d’extinction, avec le monde entier.

Frères et sœurs zapatistes, frères et sœurs aîné·e·s, comme toujours vos paroles et vos initiatives créent une lumière d’espoir et un chemin pour nos peuples. Les mégaprojets, les sociétés transnationales, le crime organisé en coordination avec le gouvernement nous envahissent toujours plus pour exploiter et détruire notre territoire, pour détruire la vie. Les paroles mensongères de López Obrador et sa soi-disant Quatrième Transformation cherchent à créer un mur qui cache la guerre qui fait rage contre les peuples et la vie de la Terre Mère, à nous isoler et à nous présenter comme les adversaires du progrès, accusation que les gouvernements antérieurs ont déjà utilisée mais qui prend aujourd’hui un tour plus destructeur. Notre parole, notre réalité, la guerre que nous vivons ne parvient pas à tous les cœurs auxquels elle devrait parvenir, car non seulement nous défendons notre territoire, mais avec lui nous défendons la vie de la Terre Mère et l’avenir de l’humanité. Toute la force du capital, de l’État et du crime organisé s’exerce sur nos peuples, nous divisant, nous dépossédant, nous menaçant, nous emprisonnant, nous assassinant.

Nous, Front des peuples en défense de la terre et de l’eau des État de Morelos, Puebla et Tlaxcala qui fait partie du CNI-CIG, nous vivons la même guerre de mégaprojets que vivent nos frères et sœurs sur tout le territoire national. Le Projet intégral de Mort appelé Projet intégral Morelos a été imposé principalement pour bénéficier aux compagnies minières, en dehors de toute légalité : il ignore et en viole les recours judiciaires suspensifs, utilise la Garde nationale pour réaliser la construction de l’aqueduc et imposer des consultations indigènes qui violent nos droits fondamentaux. L’enquête sur le meurtre de Samir, loin d’aboutir, met en évidence la relation qui existe entre les services du procureur général de l’État et le crime organisé. En résumé, nous vivons la même guerre d’extermination que le reste de nos compañer@s du CNI et d’autres peuples, villes et secteurs frères. Cependant, l’attaque du grand capital et du gouvernement et l’assassinat de notre frère Samir ne mettent pas fin à notre résistance, au contraire, nous continuerons à lutter jusqu’à ce que la vie triomphe de la mort, avec nos armes les plus puissantes : la dignité, la résistance et la rébellion.

L’imposition du Train maya, qui s’accompagne de la construction de quinze centres urbains, du Corridor interocéanique Salina Cruz – Coatzacoalcos, qui prévoit dix corridors urbano-industriels, de l’Aéroport international de Mexico – Parc écologique Lac Texcoco et du Projet intégral Morelos, vise à réorganiser le pays en fonction des intérêts économiques du grand capital. Il est également très grave qu’on projette de construire, au profit de diverses entreprises étrangères, trois centrales thermoélectriques — dont l’une est déjà achevée —, un réseau de gazoducs et un mégacentre de stockage de combustible dans le bassin du Río Santiago, au sud de Guadalajara, qui, de plus, se trouve dans l’une des régions les plus polluées du pays ; s’y ajoute le projet du Canal Centenario, auquel travaille actuellement la Garde nationale, visant à connecter les fleuves San Pedro et Santiago au Nayarit. L’exploitation minière à ciel ouvert menace également des centaines de territoires de peuples indigènes en utilisant la même formule, procédé de division, de dépossession et de destruction de nos communautés.

Tous ces projets sont précédés d’infrastructures routières et hydrauliques, d’un grand nombre de parcs éoliens et photovoltaïques, ainsi que de centrales hydroélectriques, thermoélectriques et de centrales à gaz qui envahissent illégalement les territoires de nos peuples et dont beaucoup n’ont même pas d’autorisation d’impact environnemental ; ils prévoient l’occupation de milliers et de milliers d’hectares et le changement d’usage des terres des ejidos, des communautés et des peuples indigènes, sans tenir compte de l’autodétermination des peuples sur leur territoire.

Ces grands mégaprojets et toute la dépossession et l’exploitation provoquées par le modèle extractiviste du gouvernement fédéral sont protégés par la militarisation de tout le pays et de la sécurité publique, qui, selon les paroles trompeuses de López Obrador, a maintenant avancé alors que sous les gouvernements précédents une grande partie de la société y était opposée, sans que disparaissent le précédent et la situation réelle de violation systématique des droits de l’homme par les contingents militaires, souvent en collusion avec le crime organisé. La guerre contre les peuples pour imposer des mégaprojets est évidente quand l’armée se voit confier des travaux comme le Train maya ou l’aéroport de Santa Lucia, projets auxquels nous nous opposons catégoriquement.

Dans tout ce processus de recolonisation de nos territoires, l’Institut national des peuples indigènes, une imposition de plus du mauvais gouvernement de la Quatrième Transformation, a effectué les tâches que réalisait l’ancien indigénisme du régime du PRI : médiatiser, manipuler, fragmenter, diviser nos peuples et nos communautés, servir le contremaître en poste, valider ses mégaprojets, se prêter à de fausses cérémonies officialistes qui offensent notre Terre Mère et participer aux stratégies de contre-insurrection et à la prétendue « ingénierie des conflits ». Face à cela, la communauté otomi habitant Mexico a occupé les installations de cet institut pour exiger, au-delà du droit légitime au logement, le respect et la reconnaissance de l’autodétermination des peuples sur leur territoire.

La pandémie de Covid-19 est, comme l’a dit le gouvernement menteur de López Obrador, « tombée à pic » pour imposer les mégaprojets et la militarisation du pays ; la majorité de la population étant démobilisée, la pandémie contribue elle aussi à la guerre d’extermination contre nos peuples, chez lesquels les services de santé et les moyens économiques sont très limités et dans de nombreux cas nuls.

Nous voyons qu’il s’agit d’une crise globale et civilisationnelle jamais vue auparavant qui oblige l’humanité entière à détruire ce système capitaliste et patriarcal actuel, responsable de la destruction de la nature, qui se base sur l’exploitation et la dépossession sans cesse croissantes de millions et de millions d’êtres humains. Un système qui, pour générer profits et richesses, s’appuie sur le crime organisé, sur les guerres, sur les épidémies et les pandémies.

C’est pourquoi, en tant que Congrès national indigène – Conseil indigène de gouvernement et en tant que Front des peuples pour la défense de la terre et de l’eau des États de Morelos, Puebla et Tlaxcala, réunis en cette Cinquième Assemblée conjointe du Congrès national indigène et du Conseil indigène de gouvernement, nous adoptons les accords suivants :

ACCORDS

Un. Nous, peuples, organisations, collectifs et personnes du monde entier, souscrivons à la Déclaration pour la vie émise par l’Armée zapatiste de libération nationale, en nous engageant à renforcer nos luttes pour la défense de la vie dans nos territoires et en ouvrant l’écoute, l’organisation et la parole à nos sœurs et frères du Mexique et du monde entier qui luttent contre ce système capitaliste et patriarcal dans le but de le faire disparaître.

Deux. À participer directement, selon les critères que nous avons définis dans cette assemblée, par une délégation du CNI-CIG et du FPDTA-MPT, au côté de l’EZLN, à la tournée en Europe proposée par nos sœurs, frères, compañer@s de l’EZLN et du monde entier de juillet à octobre 2021 et, dans la mesure de nos possibilités, à celles qui seront réalisées ultérieurement en Asie, en Afrique, en Océanie et en Amérique.

Trois. À mener des actions pour la vie, contre les mégaprojets et en mémoire de notre frère Samir Flores Soberanes du 19 au 21 février, à deux ans de son lâche assassinat. À lancer un appel à nos frères et sœurs et aux compañer@s du Mexique et du monde entier pour qu’ils mènent des actions aux mêmes dates.

Quatre. Nous exigeons l’arrêt des attaques et du harcèlement des communautés zapatistes ; la libération immédiate de nos frères Fredy García Ramírez, porte-parole de l’organisation Codedi d’Oaxaca, et Fidencio Aldama, membre de la tribu yaqui ; ainsi que la liberté de nos frères Adrian Gomez Jimenez, German López Montejo et Abraham López Montejo, membres de l’organisation La Voz Verdadera del Amate, Marcelino Ruiz Gomez, membre de Viniketik en Resistencia, ainsi que celle d’Osman Alberto Espinales Rodríguez et de Pedro Trinidad Cano Sanchez, injustement emprisonnés dans les prisons de San Cristóbal de Las Casas et de Comitán, au Chiapas ; halte à l’assassinat de nos frères du Cipog-EZ ; présentation en vie du frère Sergio Rivera Hernández, membre de l’organisation MAIZ dans la Sierra Negra de Puebla, des 43 étudiants d’Ayotzinapa et de tous les disparus et disparues.

Respectueusement

Janvier 2021.

Pour la reconstitution intégrale de nos peuples
Plus jamais un Mexique sans nous

Congrès national indigène – Conseil indigène de gouvernement

Front des peuples en défense de la terre et de l’eau des États de Morelos, Puebla et Tlaxcala

= = =

Lectures complémentaires :

Ricardo Florès Magòn (Textes choisis)

Chiapas, feu et parole d’un peuple qui gouverne et un gouvernement qui obéit

Réseau de Résistance et de Rébellion International du Chiapas aux Gilets Jaunes

Raoul Vaneigem : « Appel à la vie contre la tyrannie étatique et marchande » (extraits)

Résistance 71 : Du chemin de la société vers son humanité réalisée