Archive pour 10 juillet 2020

Lutte contre le colonialisme… La contre mesure de la recupération oligarchique de BLM avec Urgences Panafricanistes

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, crise mondiale, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 10 juillet 2020 by Résistance 71

 

 

Résistance 71

 

10 juillet 2020

 

Ci-dessous, la conférence de presse donnée à Paris le 26 juin 2020 par l’ONG Urgences Panafricanistes et son leader Kemi Seba dont nous suivons le travail depuis 2013 environ et avons suivi souvent avec grand intérêt ses interventions télévisées lors de l’émission sénégalaise de très grande écoute « Le Grand Rendez-Vous ».
Bien des points des plus valides abordés ici et il est particulièrement intéressant pour nous de remarquer que les propos tenus sont très très similaires à ceux tenus par des gens comme Russell Means, Denis Banks (AIM) ou le professeur Taiaiake Alfred pour les mouvements de résurgence amérindiens nés dans les années 1970 jusqu’à aujourd’hui.

La conférence de presse commence par un communiqué de l’ONG Urgences Panafricanistes sur la situation de la recupération du mouvement BLM (Black Lives Matter) par l’oligarchie aux Etats-Unis en France et partout à des fins de pilotage politique mondialiste de maintien de la doctrine du « diviser pour mieux régner » et laisse une grande part à une séance de questions-réponses.

« La lutte n’est pas une question de couleur, mais une question de douleur » nous dit Seba à juste titre.
Nous disons ceci depuis bien des années :
« L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais ! »

Conférence de presse à voir et diffuser sans aucune modération
Enregistrement réalisé par Mediapac TV :
Durée 50 minutes où on ne s’ennuie jamais…

 

 


ONG Urgences Panafricanistes

 

Scandale : La France via le mercenariat belge abrite un camp d’entraînement saoudien pour la guerre au Yémen… à Commercy (Meuse) point de départ de l’Assemblée des Assemblées Gilets Jaunes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 10 juillet 2020 by Résistance 71

 

Nous avons contacté l’Assemblée des Gilets Jaunes de Commercy, là où le camp d’entrainement mentionné dans l’article se situerait et avons demandé s’ils pouvaient confirmer cette information, la réponse est venue très rapidement “confirmé, malheureusement”…
Nous pensons que l’Assemblée des GJ de Commercy (et pas seulement elle en fait, mais partons du local pour rayonner sur le périphérique…) possède là un levier de pression politique considérable qui pourrait partir du local vers une mise en cause à l’échelle nationale.

A suivre avec intérêt…

~ Résistance 71 ~

 


Revenir aux fondamentaux !…

 

Guerre au Yémen, selon Amnesty International, des soldats saoudiens s’entraînent en France

Selon le groupe de défense des droits de l’homme Amnesty International, un camp d’entraînement militaire privé installé en France forme des soldats saoudiens aux armes utilisées dans la guerre au Yémen. Amnesty affirme que la société belge qui gère le camp d’entraînement a bénéficié des faveurs du gouvernement.

 

Source : RFI, le 7 juillet 2020

 

Source de l’article en français:

https://lecridespeuples.fr/2020/07/08/guerre-au-yemen-selon-amnesty-international-des-soldats-saoudiens-sentrainent-en-france/

 

8 juillet 2020

 

Le camp d’entraînement militaire se trouve à Commercy, dans l’est de la France, et est dirigé par l’armurier belge John Cockerill. Il a été inauguré en 2019 par Geneviève Darrieussecq, la sous-secrétaire d’État au ministère de l’Armée.

« J’ai découvert un centre de formation spécialement mis en place pour les soldats saoudiens afin de les entraîner sur les armes utilisées au Yémen », a expliqué Audrey Lebel à RFI.

Audrey Lebel a mené l’enquête pour le mensuel d’Amnesty International, La Chronique. Elle affirme que l’ancien ministre de la Défense, Gérard Longuet, a grandement facilité la présence de Cockerill à Commercy durant son mandat sous la présidence de Sarkozy et du gouvernement de l’ancien Premier ministre François Fillon. Il est aujourd’hui sénateur de la Meuse et membre du conseil d’administration de John Cockerill depuis 2013.

C’est Gérard Longuet qui a facilité les contacts entre le PDG de John Cockerill, Bernard Serin, et le chef d’état-major de l’armée, le général Ract-Madoux en 2011. Serin a reçu l’ordre de mérite de la Légion d’Honneur en janvier 2020.

Gérard Longuet a déclaré à Amnesty que l’accord entre l’armée française et John Cockerill stipulait que l’entreprise de fabrication d’armes achèterait et rénoverait les installations existantes en échange de l’utilisation des terres et des bâtiments du site.

« Je ne savais pas qu’il était possible pour la France de former, sur son territoire, des militaires impliqués dans un conflit en cours », a expliqué Audrey Lebel.

« Nous avons tendance à penser que le Yémen est loin et que, en tant que citoyens français, cela ne nous concerne pas, mais cela se passe ici avec l’argent des contribuables. »

La France, l’Arabie saoudite et la guerre au Yémen

La controverse autour des ventes d’armes françaises à l’Arabie saoudite est soulevée parce que diverses organisations de défense des droits de l’homme ainsi que des politiciens affirment que les armes sont utilisées dans le cadre de la guerre au Yémen. Ce conflit a fait plus de 230 000 morts, dont des femmes et des enfants, depuis qu’il a commencé en mars 2015. L’Arabie saoudite dirige une coalition combattant les rebelles Houthis soutenus par l’Iran.

Les Nations Unies ont décrit la guerre en cours comme la pire crise humanitaire au monde.

Une enquête publiée en avril 2019 par le journal Disclose a prouvé que des armes françaises sont utilisées dans le conflit au Yémen, en violation du traité des Nations Unies sur le commerce des armes imposant l’arrêt des exportations d’armes s’il existe un risque qu’elles contribuent à la violation des droits de l’homme.

Selon Disclose, des documents secrets sur l’utilisation des armes françaises dans le conflit yéménite ont été remis au Président Emmanuel Macron et à la ministre des Armées, Florence Parly. La France a toujours nié que ses armes aient été utilisées au Yémen.


No pasaran !… vraiment ?

Incitations françaises

A Commercy, l’arrivée de l’entreprise belge d’armements a fait naître l’espoir de redévelopper l’économie locale. Lebel a écrit qu’un certain nombre d’installations ont été données à John Cockerill. L’ancien maire de la ville, Bernard Muller, a déclaré qu’il n’était pas nécessaire de lancer un appel d’offres pour « relancer les activités existantes ». Le site était autrefois utilisé par l’armée française.

Cockerill a bénéficié d’une série d’incitations financières sur trois à cinq ans. Amnesty affirme que la société d’armes a touché plus de deux millions d’euros de fonds publics grâce à divers programmes gouvernementaux.

L’argument avancé pour expliquer le tapis rouge déployé à Cockerill était l’emploi. Cependant, à Commercy, les acteurs locaux affirment que l’impact économique n’est pas aussi important qu’il avait été promis.

Pour le sénateur Longuet, la vente d’armes est justifiée car elle fournit du travail aux Belges et aux Français.

« Je n’ai pas le pouvoir d’arrêter les guerres. Quand la France envoie des [avions de chasse] Rafale en Inde, ce n’est pas pour le défilé militaire du 14 juillet, c’est pour transformer des gens en cendres », a-t-il déclaré.

Lebel a souligné le secret entourant le camp d’entraînement militaire de Commercy. Elle a souligné qu’on lui avait dit, officieusement, que les stagiaires saoudiens y étaient confinés pendant le verrouillage de Covid-19. Mais officiellement, les conseillers locaux affirment qu’ils ne savent pas si la formation militaire a réellement commencé.

= = =

Voir notre dossier sur l’Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes de Commercy:

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


Grand temps…
De foutre tout ça par dessus-bord !