Coronavirus et autre… La peur comme institution systémique, comment en sortir

 

 

Résistance 71

 

5 mai 2020

 

Il est aujourd’hui, sans doute plus que jamais, vital de bien comprendre que le système étatico-capitaliste ne fonctionne et ne peut survivre que grâce à la peur qu’il engendre, cette peur qui est essentielle à sa perpétuation depuis le départ de cette gigantesque escroquerie sociale que sont l’État et les rouages socio-économiques de domination et de contrôle.
Depuis sa création, comme outil de maintien de la division politique initiale, l’État génère la peur a des degrés divers. La classique politique de la carotte et du bâton étant sa forme la plus « douce ». Toujours il y a eu cette peur entretenue de la colère du système de domination, la peur de l’inquisition et de la colère « divine », la peur du gendarme de manière générale, la peur du contrôleur fiscal, la peur du patron, la peur de la misère, la peur de la précarité, la peur du chômage, la peur de ne plus pouvoir simplement exister. Cette peur est sciemment maintenue du haut vers le bas de la pyramide et tous les moyens sont bons pour garder la masse dominée sous son emprise afin de toujours mieux la contrôler. La peur a toujours été un outil du contrôle oligarchie et a été institutionnalisée comme tel.
Avec le temps, certaines peurs ne fonctionnent plus: comme celle de la peur de la colère « divine » par exemple, mais elle a été remplacée dans l’ère moderne par la peur du déchaînement de la Nature contre une humanité débridée en quête de son contrôle absolu. Les institutions jouent activement sur ces peurs et si elles ne suffisent pas ou plus, elles en inventent d’autres si nécessaire (le réchauffement climatique anthropique par exemple). Ainsi entre en jeu les nouvelles manipulations de la peur systémique touchant à ce que nous craignons viscéralement le plus depuis le néolithique : les épidémies, qui au cours de l’histoire de l’État, ont périodiquement décimé les populations essentiellement de concentrations urbaines vouées à la promiscuité et à l’insalubrité durant des siècles. Depuis une vingtaine d’années, sévissent de soi-disantes nouvelles « pandémies » (SRAS 2002, MERS 2006, H1N1 2009 et maintenant nCoV 2019) dont les origines douteuses n’ont d’égal que le gonflage statistique systémique dont elles ont fait et font l’objet, profitant de la complicité entre différentes branches du contrôle sanitaire planétaire comme l’OMS, les gouvernements, les médias et l’industrie pharmaceutique corrompue et criminelle. En 2009, la « pandémie » déclarée de l’OMS pour la grippe H1N1 fit long feu et produisit un « vaccin » qui fut le degré zéro du pathétisme en recherche médicale, mais qui engrangea les milliards dans les coffres de Big Pharma. Aujourd’hui, un nouveau virus à l’origine plus que vraisemblablement synthétique, le SRAS-COV-2, a non seulement de nouveau forcé une déclaration de pandémie de l’OMS après un taux d’infection réel de l’ordre de 0,03% de l’humanité et un taux de mortalité réel (hors facteurs de co-mortalité) de l’ordre de 0,2% des personnes infectées en 6 mois, mais aussi forcé l’assignation à résidence, certainement abusive comme l’avenir le confirmera, de près d’un tiers de la population mondiale durant des semaines, générant stress psychologique et économique pour des milliards de personnes sur terre.
Ces mesures de contrôle ne peuvent être menées à bien et acceptées par le public que dans un climat de peur constamment renouvelée, ce qui est le rôle assigné aux merdias à la botte : relayer chiffres et stats manipulés 7/7 et ne donner la parole qu’exclusivement aux « experts » alarmistes sous contrôle comme le sont les « experts médiatiques » déblatérant au sujet du réchauffement climatique anthropique sur les ondes. Le schéma est toujours le même et jusqu’ici fonctionne toujours, même si l’on peut constater quelques fissures dans le processus.
La prochaine peur générée est celle de l’effondrement économique qui bien qu’inévitable, le système étatico-capitaliste étant au bout du rouleau, sera bien entendu blâmé sur la pandémie du CoV19, détournant ainsi l’attention des véritables responsables. Au delà de considérations eugénistes propres à l’élite auto-proclamée aux commandes, le but de cette « pandémie » est sans doute de trouver un bouc-émissaire à l’effondrement économique programmé tout en instaurant de force des mesures de contrôle toutes plus liberticides les unes que les autres afin de verrouiller leur grille technotronique dictatoriale. Le tout ne fonctionnant que dans un climat de peur.

Il est vital pour nous, les peuples de sortir de ce cercle vicieux de la peur, outil de notre contrôle par une minorité artificiellement « dominante ». Ce n’est pas un hasard si les voix de la raison sont systématiquement censurées en tout domaine. Nous devons comprendre que nous sommes les seuls maîtres de notre destin. Nous devons cesser de faire confiance à un système dont la vocation est le mensonge et la falsification à outrance afin de masquer sa réalité et de vendre son illusion démocratique marchande. Depuis le départ, il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir. Il n’y a absolument aucune réforme possible, il n’y en a jamais eu. Il convient de détruire la pyramide factice du pouvoir coercitif, ressaisir ce pouvoir et l’intégrer de nouveau dans le corps social afin que le pouvoir retourne à son état initial, celui de pouvoir non-coercitif, responsabilité décisionnaire de toutes et tous sans aucun intermédiaire affirmant un contrôle social abusif. Précisons que cette idée est le résultat d’une recherche approfondie de notre part qui culmina dans notre publication en 2017 de notre « Manifeste pour la société des sociétés » (voir le lien sous cet article).
A cet égard, la solution au CoV19 et à la crise du tsunami économique qui s’en vient, n’est pas avec ce système et ne saurait en rien y être. La solution réside EXCLUSIVEMENT hors du système, dans sa destruction et son remplacement immédiat par la coopération planétaire des associations libres agissant pour le bien commun au niveau local et se confédérant avec les mêmes entités politiques et sociales environnantes pour former un gigantesque réseau intégré de notre humanité profonde enfin réalisée par delà les cultures. Il en incombera aux associations libres de déterminer leur mode de fonctionnement tout en maintenant le pouvoir (la capacité de décision et d’action) en mode non-coercitif. Nous postons quelques textes essentiels pour comprendre le processus sous ce billet.
Quoi qu’il en soit, le mode de fonctionnement futur doit se faire et se fera sans état, sans marchandise, sans argent (donc sans étiquette de prix sur tout et en tout) et sans salariat. Nous pensons que malgré l’apparence plus que négative des circonstances actuelles, celles-ci nous offre une énorme opportunité de comprendre sans ambages notre réalité profonde pour mieux agir sur elle et la transformer positivement dans l’intérêt général de l’humanité. Nous vivons le début d’une ère de transformation radicale de notre société et arrivons à une croisée des chemins des plus vitales: deux choix de route se dessinent:

  • Le choix imposé par l’oligarchie: La dictature technotronique de son Nouvel Ordre Mondial dit elle parle depuis plus d’un siècle… Ce modèle sera imposé comme d’habitude par la peur et la coercition.
  • Le choix des peuples, celui d’une nouvelle ère de société des sociétés qui verra l’humanité achever sa nature profonde dans la poursuite de l’intérêt général au moyen d’un régime politique planétaire au pouvoir égalitaire puisque non-coercitif. Ce modèle sera choisi de manière raisonnée par au moins 10 ou 15% des populations convaincues et incorruptibles et deviendra un modèle de fonctionnement universel.

L’essentiel aujourd’hui est de faire en sorte que le plus de personnes possibles se rendent effectivement compte qu’ils arrivent et vont se tenir sur cette croisée des chemins de l’histoire ce qui aidera grandement à l’heure du choix. Il est donc important de communaliser cette relation :

Réflexion critique (individuelle et collective) => Action => Changement radical de paradigme politique

Pour y parvenir, il faut avant tout cesser d’avoir peur, analyser critiquement notre réalité objective et agir pour la transformer positivement pour le bien de tous. Ceci nous mettra sur le chemin de notre réalisation ultime, celle de notre humanité vraie hors de toutes les falsifications et impostures de la dictature marchande entrant dans sa énième hideuse métamorphose.
Ceci nous permettra aussi de comprendre collectivement la nécessité de lâcher prise des turpitudes qui nous gouvernent tout en nous rendant cette confiance en nous-mêmes qui nous a été escamotée, usurpée, depuis quelques siècles maintenant.
Comprenons une bonne fois pour toute que l’avenir de l’humanité réside en nous, collectivement, planétairement, en tant qu’entité sociale entrant de nouveau en harmonie avec la nature et non pas dans un système totalitaire élitiste de la domination du plus grand nombre par une entité dominatrice sectaire servant l’agenda de contrôle marchand des êtres et des choses pour le profit du plus petit nombre.

Il ne tient qu’à nous de dire NON ! Tant que nous ne l’aurons pas fait de manière durable, rien ne changera, tout ira en empirant.

= = =

Lectures complémentaires :

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

10 Réponses vers “Coronavirus et autre… La peur comme institution systémique, comment en sortir”

  1. Merci pour la fine analyse qui devrait même calmer Pifou…

    Temps de reprendre la main, absolument, en refusant, en tout premier lieu la distanciation sociale qu’on martèle partout, tout le temps comme seule solution pour ne pas mourir…

    Sauf que la mort fait partie de la vie, on la souhaite le plus tard possible, le temps de faire le bien et surtout de semer un maximum de graine du futur pour récolter le bien vivre en paix et non la guerre perpétuelle.

    Belle journée à vous !
    Jo

    • Si t’es Gai ; Luron !

      Impossible de me rappeler son nom c’est pourquoi j’ai mis Pifou plus haut… En copiant/collant l’image le nom m’a sautée aux yeux et à la mémoire… J’espère que je l’aurais pas énervé encore plus le Gailuron ?

      C’est pas trop glop de vieillir, car parfois, la mémoire nous joue quelques tours ! Mais c’est aussi le principe de la vie…
      Jo

    • Absolument !
      Pour l’anecdote de l’imagerie.. Il ne s’agit pas de Pifou mais de Gai Luron (du toujours excellent et culte Marcel Gotlib qui un peu plus tard fera les Dingodossiers avec Goscinny, puis la Rubrique à Brac, Super Dupont et Rhâââ Gnagna), tous deux publiés à l’époque dans « Pif Gadget » bien entendu, bien vu.
      Pilou était le petit chien orange et noir « glop, glop », « pas glop, pas glop ». 😉

  2. […] Société des Sociétés vs Nouvel Ordre Mondial « Coronavirus et autre… La peur comme institution systémique, comment en sortir […]

  3. […] de R71: voir à cet égard notre dernier billet sur ce même sujet de la peur comme outil de contrôle […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.