Qui était le général Soleimani et l’échec de l’empire au Moyen-Orient… (Kevin Barrett)

 

Le Gen. Soleimani était la personnalité militaire anti-terroriste la plus accomplie au monde (analyste)

 

Kevin Barrett

 

4 janvier 2020

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2020/01/04/press-tv-kevin-barrett-and-j-michael-springmann-comment-on-the-murder-of-gen-qassem-soleimani/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

TEHRAN (Tasnim) – Un analyste politique et écrivain américain a décrit le patron de la Force Quds du CGRI iranien, le général de corps d’armée Qassem Soleimani comme étant “ la personnalité militaire la plus accomplie au monde “ dans le domaine du contre-terrorisme.

Le général de corps d’armée iranien Qassem Soleimani est la personnalité militaire la plus accomplie en matière de contre-terrorisme. Son combat contre l’EIIL / Daesh est un combat passionné, tout en opposition à la guerre ambivalente des Etats-Unis contre ce même Daesh et qui a inclus un soutien logistique pour les mêmes terroristes qu’ils combattent soi-disant”, a dit Kevin Barrett à Tasnim depuis Madison (Wisconsin)

Ci-dessous est la transcription de l’entretien complet.

Tasnim: Comment voyez-vous le rôle du commandant en chef de la force Quds du CGRI iranien Qassem Soleimani dans son combat contre les groupes terroristes, spécifiquement contre Daesh en Irak et en Syrie ces dernières années ?

Barrett: Qassem Souleimani est le militaire le plus accompli dans le contre-terrorisme. Le mot “terrorisme” est défini comme le ciblage intentionnel de civils. Daesh est sans nul doute une organisation terroriste car elle a ciblé bon nombre de civils en se fondant sur leur appartenance ethnique ou religieuse. Elle le fait de manière si barbare que bien des personnes se sont posées la question de savoir si une partie de sa mission réelle n’était pas justement de faire paraître l’islam comme l’incarnation du mal dans l’opinion publique mondiale.

Le combat du général Soleimani contre Daesh est passionné et direct, contrairement à celui, ambivalent au mieux, des Américains qui ont fourni un soutien logistique secret à ces mêmes terroristes qu’ils sont supposés combattre. Le général Soleimani, à l’encontre des Américains et des Russes, a mené des forces qui sont indigènes à la région. Ses forces sont 100% motivées à vaincre Daesh ; elles ne sont pas dans la lutte pour le salaire, tandis que certaines forces locales sous commandement américain, sans parler des Américains eux-mêmes, ne sont que des mercenaires desquels John Cale a dit un jour: “Les mercenaires sont inutiles, désunis, infidèles, n’ayant rien d’autre pour les maintenir dans la bataille qu’une misérable paie qui est juste suffisante pour qu’ils veulent vous tuer, mais loin d’être suffisante pour qu’ils désirent mourir pour vous.

Le général Soleimani et ses troupes, à l’encontre des mercenaires (incluant les mercenaires de Daesh payés par les Saoudiens), mettent leurs vies en jeu. Tout comme les partisans d’Ansarullah au Yémen, les forces du général Soleimani ont combattu avec bravoure et grand savoir faire contre des mercenaires loués par des tyrans.

Tasnim: La guerre de 33 jours lancée par Israël en 2006, connue aussi sous le nom de guerre de juillet, s’est tenue au Liban, dans les parties nord de la Palestine occupée et sur les plateaux du Golan. Dans quelle mesure pensez-vous que le général Soleimani fut efficace dans le renforcement de l’axe de la résistance et dans la confrontation des complots israéliens et américains dans la région ?…

Barrett: Le général Soleimani a récemment donné un très rare entretien dans lequel il a discuté de son rôle dans les guerre des 33 jours. Les sources occidentales ont admis depuis longtemps que le leadership de Soleimani fut un facteur crucial dans ce qui évolua pour devenir une véritable humiliation des sionistes par le Hezbollah en 2006. Mais ce n’est que très récemment que l’occident a appris que le général avait passé virtuellement toute la guerre au Liban, épaule contre épaule avec le leader du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah et le grand commandant du Hezbollah Imad Moughnieh, qui fut assassiné et devint martyr de la résistance en 2008.

Les succès remarquables du général Soleimani (et son courage de porter le combat dans le pré carré de l’ennemi sioniste) met en évidence la sagesse de l’Iran et de sa politique étrangère, qui implique l’offre de soutien à des groupes indépendants aux grands principes et motivés au plus haut point à résister au sionisme et à l’impérialisme de tout bord. Cette approche contraste grandement avec l’approche américaine de construire des alliances avec des individus égoïstes, narcissiques et sans principes, ambitieux politiquement et qui sont prêts à vendre leur pays pour une poignée de dollars.

Ces vendus, corrompus, deviennent les “amis et les alliés” de l’Amérique ; mais comme ils sont essentiellement égoïstes et corrompus, ils ne sont en rien des alliés efficaces. Ils ne peuvent pas être courageux au cœur de la bataille, ni ne sont aimés des peuples de leur propres pays.

Maintenant, le monde occidental se demande comment l’Arabie Saoudite, avec ses 67 milliards de dollars de budget militaire, peut perdre cette guerre contre le petit budget des forces d’Ansarullah. La réponse est simple: L’armée saoudienne est corrompue de la base au sommet, ils sont au lit avec le sionisme et l’impérialisme et ils n’ont pas de véritables leaders, pas de principes fondamentaux et pas de cause à défendre si ce n’est celle de leurs comptes en banque.

Le général Soleimani mène des forces musulmanes fidèles à la vérité et à la justice. L’axe de la résistance (NdT: Hezbollah, Palestine, Iran, Syrie, Irak) combat pour une juste cause : virer les forces du sionisme et de l’impérialisme de l’Est musulman. Ceci représente une cause que la vaste majorité de la population de la région, au fin fond de son cœur, soutient intensément. Voilà pourquoi l’Axe de la Résistance, avec son modeste budget militaire, peut avec succès mettre en place un combat de David contre Goliath et vaincre les entités les plus riches et les plus puissantes au monde.

Tasnim: La mobilisation de forces de volontaires en Syrie, en Irak, au Pakistan et au Liban par le général a joué un rôle clef dans la défaite des puissances hégémoniques et de leurs plans. Qu’en pensez-vous ?

Barrett: Le général Soleimani est capable de mobiliser des forces de volontaires pas seulement à cause de l’énorme respect et aura dont il bénéficie (reconnus même de la part de ses ennemis) mais parce qu’il est connu pour combattre une cause juste. Personne ne va se porter volontaire pour se battre pour un tyran ! Mais beaucoup seront volontaires pour se battre contre la tyrannie et contre l’agression, spécifiquement quand ils sont appelés par un tel leader grand technicien et si charismatique, qu’est, que fut, le général Soleimani.

La couverture médiatique américaine de masse du combat contre Daesh en Irak et en Syrie admet le rôle clef joué par ces forces de volontaires vainqueur de Daesh, tout en disant que ces mêmes forces sont un problème pour les Etats-Unis. C’est un des rares cas où les médias de masse ont essentiellement raison.

Les Américains et les sionistes ont utilisé les attentats du 11 septembre 2001, attentats faux-drapeau, pour essayer de remodeler la région selon leurs intérêts. Ils doivent maintenant faire face à la défaite, grâce à la résistance du peuple de la région de manière générale et au leadership de l’Axe de la Résistance, incluant bien entendu le général Soleimani en particulier. En tant que citoyen américain, je pense que mon gouvernement devrait faire face à la réalité de la situation et radicalement changer de politique, embrassant ou du moins en travaillant avec ces forces indépendantes aux grands principes et d’abandonner cette impasse du sionisme et des tyrannies des monarchies du Golfe (persique). Un tel changement de ligne politique coïnciderait avec les véritables intérêts américains, mais ceci ne se produira pas tant que la domination sioniste qui s’exerce sur les Etats-Unis ne prendra pas fin.

= = =

Notre dossier: « Assassinat du gen. Soleimani en Irak par Trump »

 

8 Réponses to “Qui était le général Soleimani et l’échec de l’empire au Moyen-Orient… (Kevin Barrett)”

  1. Bernardo Says:

    bon, ce que l’on sait avec certitude, c’est qu’on ne sait rien de ce qu’il s’est passé dans la nuit du 7 au 8 janvier 2020.

    les rapports sont reportés et contradictoires, les affirmations sont affirmées sans preuve, les démentis sont quasiment la preuve du contraire!

    c’est la première fois qu’un pays désigné comme cible à détruire par les nord-américains, anglais, occidentaux et l’entité,

    a les moyens de répliquer et réussit à balancer des missiles sur une base nord-américaine.

    a priori.

    la dernière fois c’était le Japon mlitaro-impérialiste en décembre 1941.

    informations et discussions chez Strategika51:
    https://strategika51.org/2020/01/08/pluie-de-missiles-sol-sol-iraniens-sur-deux-bases-militaires-us-en-irak/

    • oui toutes les spéculations vont bon train y compris celle de dire que les yanks ont laissé faire pour calmer le jeu et satisfaire l’opinion publique moyen-orientale… Si le narratif iranien est vrai, c’est une sacrée gifle pour « la plus forte armée du monde du pays le plus indispensable »… 😀
      A suivre…

  2. Bernardo Says:

    Le monde est un simulacre de théâtre et nous de simples esclaves confinés dans des cuisines vides.

    Strategika51, 9 janvier 2020

    Il y a plus de 25 ans de cela, un professeur dont j’ai oublié le nom assénait à un auditoire incrédule qu’il n’y aura jamais de guerre entre l’Iran et les États-Unis et encore moins avec Israël pour des raisons objectives liées à l’existence de très forts réseaux souterrains entre les véritables élites de tous ces pays. L’Iran est une oligarchie bicéphale entretenant en secret des couloirs avec ses « ennemis » apparents.

    Et notre professeur n’hésite point à remonter jusqu’à Darius et Esther pour expliquer pourquoi une guerre avec l’Iran sera toujours une mise en scène et une chorégraphie pour amuser ou alarmer les gogos que nous sommes.

    L’affaire Iran-Contras aurait du nous alerter. En vain. La seconde guerre du Golfe également où l’Iran joua un rôle prédominant dans la victoire perçue des États-Unis sur l’Irak.
    Ou encore le rôle de l’Iran dans l’intervention US en Afghanistan.

    Les Bazaristes savent jouer aussi bien à la bourse que Trump et ses copains de la Kocher Nostra. Donc c’est un long théâtre d’ombres où seul le profit semble l’emporter. D’où l’extrême intelligence des Chinois et du profit maximal engrangé par les Turcs.

    Le monde est divisé entre des mafias qui s’accusent de violer les droits humains alors que toutes le font sans aucune distinction.

    Prenez le cas d’école de la police en France, infiniment plus encline au meurtre que toutes les polices africaines et orientales réunies.

    Mais ceci n’est pas mon propos. Les Bazaristes au pouvoir en Iran sont plus capitalistes que les traders les plus sans scrupules de Wall Street.

    L’exploitation émotionnelle réelle ou simulée d’un sacrifice sur l’autel des intérêts d’un groupe sont toujours extrêmes.

    La grande farce d’avant hier a eu le mérite de tout dévoiler une fois pour toutes. L’ennemi n’existe pas, c’est au mieux un fond de commerce plus ou moins temporaire.

    • et tout le monde pédale dans le sens de la mise en place d’un Nouvel Ordre Mondial, même si à des degrés divers et pourquoi ? Parce qu’aucune de ces entités ne remet en cause la marchandise et sa dictature, ne remet en cause l’État qui la protège, après avoir été le garant de l’administration de la relation dominant/dominé…
      On le dit et le répète, il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir. La seule solution véritable réside dans l’abolition du pouvoir coercitif en réintégrant ce pouvoir (politique) au sein du corps social humain.
      tout le reste n’est que pisser dans un violon.
      Pour paraphraser Bakounine, ne craignons pas l’anarchie, invoquons la… 😉

    • Le problème de ce type d’article somme toute lucide, est qu’il fait déboucher sur le cynisme, qui est un allié du système car le cynique conspue et ironise mais n’agit pas ou plus…
      Ayons confiance dans la radicalité (le puisement aux racines profondes) de la conscience humaine. Elle est là, c’est notre nature, elle est juste enfouie. En chaque personne de chaque peuple sommeille un communard qu’il suffit de réveiller.
      Vaste programme certes, ne serait-ce que pour en avoir 10-15%, mais historiquement prouvé possible.

      • Bernardo Says:

        Nyet, si c’est exact que des réseaux souterrains / clandestins pilotent la politique mondiale depuis des centaines d’années, des milliers d’années (de quand date la création de la maçonnerie? Babylone? Sumer? Égypte antique?),

        et que donc, tous les États qui nous sont présentés comme des adversaires de l’Occident (Russie, Chine, Corée du Nord, Iran, Syrie, Cuba, Venezuela),

        sont parties liées de ce projet diabolique de ‘nouvel ordre mondial’,

        alors..

        • et oui et où est le pb dans ce que tu énonces justement ?… L’origine de tout ça comme Pierre Clastres l’a démontré est la sortie du pouvoir du corps social, ce qui a créé et continue de créer la division dans le rapport dominant/dominé. Les sectes qui se sont développées ne sont que des outils des épiphénomènes historiques. L’origine de l’Etat en tant que mécanique de contrôle du pouvoir pour une oligarchie créée par la division initiale est justement cette division initiale.
          La solution est de redissoudre le pouvoir dans le corps social et ainsi rendre le pouvoir non coercitif en opposition de ces 5 ou 6000 dernières années où le pouvoir n’a fait que se consolider dans la coercition pour la maintenance dans la division.
          Ce principe est réversible, mais il est tellement ancré qu’il est plus difficile d’en sortir. Il y a déjà eu réversibilité dans l’histoire, chez les Celtes par exemple, mais la société celtique était une société contre l’État et cela facilitait le passage du pouvoir non coercitif au coercitif en alternance selon les circonstances au cours des siècles. La fonction de l’État et de verrouiller le système et d’empêcher le retour au pouvoir non coercitif. Il faut donc se débarrasser de ses rouages et institutions, il n’y a pas d’autre solution. L’État est en fait une attitude, essentiellement d’acceptance de ce qui est présenté comme une inéluctabilité, il faut vaincre l’inertie. Pas facile, mais faisable, à l’échelle planétaire, cela sera plus facile à mettre en place dans une période de faiblesse de la dictature étatico-marchande comme c’est le cas en ce moment. La fenêtre d’opportunité existe, que le plus grand nombre la reconnaisse.
          C’est le but de notre action disons… éducative… 😉
          Le système n’est pas inéluctable, il a eu une naissance et il aura une mort, à nous de l’euthanasier puisque ceci est dans l’air du temps… 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.