Résistance politique: Lâcher-prise et renouveau politique ou de la nécessité de revenir à son origine…

“C’est pourquoi l’être et le non-être naissent l’un de l’autre. Le difficile et le facile se produisent mutuellement, le long et le court se donnent mutuellement leur forme…
De là vient que le sage fait son occupation du non-agir, il fait consister ses instructions dans le silence.”
~ Lao Tseu, Tao Te King, II ~

“Revenir à son origine s’appelle être en repos.
Etre en repos s’appelle revenir à la vie.
Revenir à la vie s’appelle être constant.
Savoir être constant s’appelle être éclairé.”
~ Lao Tseu, Tao Te King, XVI ~

“Les princes s’habillent de riches étoffes, ils portent une épée tranchante, ils se rassasient de mets exquis, ils regorgent de richesses.
C’est ce qu’on appelle se glorifier du vol ; ce n’est point la pratique du Tao.”
~ Lao Tseu, Tao Te King, LIII ~

« Si tu ne sais pas où tu vas, arrête-toi, retourne-toi et regarde d’où tu viens. »
~ Proverbe africain ~

 

 

Taoïsme et anarchisme originel

 

Robert Graham

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Mai 2019

 

Le taoïsme dans la Chine ancienne aida à donner plus d’expression formelle aux sensibilités non-hiérarchiques des sociétés humaines précoces, menant éventuellement certains taoïstes à adopter une position anarchiste. John P. Clarke a argumenté que le très classique texte taoïste de Lao Tseu, le “Tao Te King” ou “Dao De Jing”, écrit aux alentours de 400 AEC, évoque “la condition du tout qui précéda la transformation du tissus social par des institutions comme l’État, la propriété privée et le patriarcat” (NdT: patriarcat fortement mis en place dans la société chinoise avec l’avènement du confucianisme).

Ecrivant vers 300 de l’ère commune, le sage taoïste Bao Jing Yan donna au rejet taoïste de la cosmologie hiérarchique du confucianisme  une ardeur plus politique, voyant le dogme de Confucius comme n’étant rien d’autre qu’un prétexte pour la soumission des faibles et des innocents par les plus forts et les plus rusés. Il référait à la condition “indifférenciée originelle” du monde dans laquelle “toutes les créatures trouvaient la joie, le bonheur dans l’auto-satisfaction”, exprimant ainsi une sensibilité anti-hiérarchique et écologique que réfutait “l’usage de la force qui va à l’encontre de la véritable nature des choses.”

Il notait qu’ “aux premiers temps”, avant la création d’un ordre social hiérarchique, “il n’y avait ni seigneur, ni sujets”. Il voyait le travail obligatoire et la pauvreté comme les résultats de la division des gens en rangs et en classes. Avec l’émergence d’une ordre social hiérarchisé, tout le monde cherche à se hisser au dessus des autres, ceci donnant naissance au crime et aux conflits de toute nature.” Ainsi “les gens du peuple fulminent de révolte dans leur pauvreté et leur détresse” ; ainsi, essayer de les arrêter de se révolter est “comme essayer de construire un barrage sur un fleuve avec quelques sacs de terre…” Il préférait et référait à une vie digne d’être vécue plutôt que la promesse religieuse d’une vie après la mort.

Dans son commentaire sur le texte de Bao Jing Yan (1964), Etienne Balazs argumente que Bao Jing Yan était le “premier anarchiste chinois”.Tout comme d’autres anarchistes auto-proclamés plus tard, Bao Jing Yan s’opposait à toute hiérarchie et à la domination, les voyant comme des causes directes de la pauvreté, du crime, de l’exploitation et des conflits sociaux ; il rejetait les croyances religieuses qui justifiaient un tel état des choses. Il avait prévu la révolte des masses et se faisait l’avocat d’une société non-hiérarchique et sans domination et où il n’y aurait “ni maîtres, ni sujets”, une phrase de Bao qui rappelle de manière stupéfiante le cri de guerre des anarchistes européens du XIXème siècle: “Ni dieu ni maîtres”.

Bien que des idées similaires aient pu être énoncées dans la Grèce antique par le philosophe stoïcien Zénon de Citium (333-262 AEC), seuls des fragments de ses écrits ont survécu, faisant sans doute du texte de Bao Jing Yan le texte le plus ancien mettant en avant une position aussi clairement anarchiste.

 


« L’être sans nom est l’origine du ciel et de la terre
Avec un nom, il est la mère de toutes choses… »
~ Tao Te King, I ~

4 Réponses to “Résistance politique: Lâcher-prise et renouveau politique ou de la nécessité de revenir à son origine…”

  1. Hugh les amis de R71,
    Je me permettrais d’ajouter un proverbe Zoulou, à moins que ce ne soit un aphorisme de sitting bull, à vos proverbes du début de texte !
    Qui que tu sois et où que tu diriges tes pensées, tu ne seras jamais assis que sur ton powpowtin.

  2. Ce conseil de relire les « incarnations » du Tao-tö King et mieux de les conscientiser, m’a remis en mémoire l’incarnation que Zénon avait donné dans son texte « Ragnarök » De la subversion à la terreur idéologique :

    Tout le monde tient le beau pour le beau,
    C’est en cela que réside sa laideur.
    Tout le monde tient le bien pour le bien,
    C’est en cela que réside son mal

    Cliquer pour accéder à ragnarc3b6k122016.pdf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.