Lâcher prise de l’illusion démocratique… L’anarchisme aujourd’hui


Boycott du cirque électoral !…

 

Editorial du Monde Libertaire N0 1806, avril 2019

 

Comité de Rédaction

 

25 avril 2019

 

Source: 

https://www.monde-libertaire.fr/?article=EDITO_DU_ML_N_1806

 

Halte à la publicité mensongère ! La couverture de ce Monde Libertaire laisserait sous-entendre au lecteur amateur de sensations fortes qu’il allait trouver dans ces pages de quoi ricaner sarcastiquement du vieux monde abattu par quelques cocktails Molotov. Que nenni… Relisez le titre « On préfère l’anarchisme ! », théorie politique qui a pour but de créer une société dans laquelle les individus participent librement et à égalité ; donc de créer l’anarchie, c’est-à-dire l’absence de maître, de souverain (dixit Proudhon). 

Mais l’imagerie populaire préfère caricaturer : il y a eu les bolchéviques représentés un couteau entre les dents et les anarchistes une bombe à la main. Certes, durant une courte période de l’histoire sociale, vers 1890, des anarchistes ont usé de la bombe. Ils étaient minoritaires et pensaient changer le système. Il y eut des morts, toujours ciblés. Mais difficile de trouver une idéologie, une religion ayant moins de sang sur les mains.

Inutile de nous croire responsables de l’incendie de Notre-Dame-du-Fouquet’s. L’anarchisme que nous revendiquons, loin de prôner la destruction pour la destruction, loin de prôner l’absence d’accords ou de contrats entre les individus (ce qui reviendrait à prôner la loi de la jungle), fédère ces individus dans un but d’émancipation et d’égalité sociale. Être dans la marge, c’est être dans le cahier en se contentant de la part étriquée de la page. Comme il n’est pas question de réfléchir à un projet en marge de la société capitaliste, il va de soi qu’il faudra la disparition de celle-ci.

Projet ambitieux ? Certainement mais va-t-on dire aux Algériens, dans la rue pour un autre futur, que leur projet est ambitieux ? Sommes-nous des utopistes ? Bien sûr puisque nous voulons que les enfants aillent à l’école plutôt qu’au fond des mines, nous voulons des journées de labeur qui ne dépassent pas huit heures, nous voulons des congés payés… Ok, ces trois exemples sont déjà réalisés mais lorsqu’en amont, des travailleurs, anarchistes ou non, avaient de telles revendications, ils étaient traités d’utopistes. Après, on les virait, on les embastillait ou on les tuait pour leur apprendre à vivre…

L’anarchisme aujourd’hui ? Certainement la seule théorie crédible pour ne pas foncer dans le mur. Revenir aux sources de l’humanité, c’est-à-dire s’unir pour satisfaire nos besoins, le plus économiquement possible, que ce soit dans l’utilisation des ressources ou dans la somme d’heures de travail à effectuer pour y parvenir. Vous allez dire, et vous aurez raison, que le dossier traite beaucoup plus du passé que du présent. Le présent est en construction, des expérimentations apparaissent çà et là et il est difficile de toujours trouver le temps d’écrire. Que cela ne vous empêche pas de prendre le temps de lire.

= = =

Six textes fondamentaux sur R71 pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

 

Publicités

6 Réponses to “Lâcher prise de l’illusion démocratique… L’anarchisme aujourd’hui”

  1. Le présent est en construction, des expérimentations apparaissent çà et là et il est difficile de toujours trouver le temps d’écrire. Que cela ne vous empêche pas de prendre le temps de lire.
    =*=
    Voilà bien ce qui me plait le plus, tant c’est ce que je pense et ressens profondément…

    D’autant qu’à prendre le temps de lire, le temps d’écrire vient plus facilement, je trouve…
    Jo

    • la lecture fait gamberger et « provoque » l’écriture en quelque sorte… Vouloir écrire sur un sujet appelle à se documenter pour être plus pointu(e), cela « provoque » la lecture en retour… On est encore dans la complémentarité, qu’est-ce qui ne l’est pas ?… 😉

      • Exactement !
        D’ailleurs, en lisant votre article, c’est le dialogue de 2012 qui est venu se superposer au fur et à mesure que je lisais…

        Et je pense que je vais faire un billet en proposant une lecture en miroir de ces 2 textes, en parfaite complémentarité.

        C’est cela que je trouve parfaitement « magique » les lectures (des auteurs passés comme présents ou en devenir) s’interconnectent entre-elles (créant des mini-failles temporelles dans nos cerveaux, enfin, c’est comme ça que ça marche chez moi) et bim, tout s’imbrique parfaitement et tout devient net, clair et précis !

        • Là tu touches à un truc qu’on peut voir comme essentiel: entre le moment où on lit et réfléchit à une chose, il y a une espèce de « vide interstitiel », c’est dans ce moment là que naît ou en tout ças se génère « l’écrit » à venir, qui peut être écrit ou même simplement dit. Ce n’est pas dans la réflexion sur un thème que naît l’originalité d’une pensée ou d’un écrit, mais dans le vide interstitiel… C’est comme ça que fut essentiellement écrit notre « Manifeste pour la société des sociétés », il serait très intéressant d’avoir les avis là-dessus de Zénon et de Patrice, où et comment trouvent-ils leur « puissance originale » d’écriture ?
          Vaste sujet certes, mais qui n’est pas circoncis à l’écrit, on pense que c’est propre à la pensée critique.
          On va devoir retourner dans cet état d’esprit pour formuler et résoudre l’aporie de Pierre Clastres sur la société contre l’État… Un objectif annoncé pour 2019 que nous n’avons pas encore réalisé… Ouch !… 😉 😀

          • Ah pour le coup, j’en salive d’avance moi.

            J’adore cette formule en tout cas de « vide interstitiel » que j’appelle aussi, « faille spatio-temporelle » qui n’a rien à voir avec celle du Doc de Back to the Futur je précise.

            Alors, pour le coup, cela correspond à la parabole « Au commencement était le verbe » et pour en avoir discuté avec Zénon qu’il a parfaitement analysé dans son texte « L’après-Histoire » mais aussi dans son livre « Fin de Règne » ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-chroniques-de-zenon/

            Pour ma part, je trouve qu’une fois notre petite flamme intérieure allumée, souvent d’une manière jaillissante, les tressautements que l’on ressent/perçoit, à chaque fois qu’on ascenscionne/affute sa réflexion/vision/conscience pourrait correspondre à la mise à feu des petits détonateurs supplémentaires que l’on lit et qui nous permettent ensuite de l’intégrer dans notre production d’écrits…

            Ce n’est pas facile d’expliquer des ressentis qui pourtant transparaissent dans nos écrits…

  2. […] Société des Sociétés vs Nouvel Ordre Mondial « Lâcher prise de l’illusion démocratique… L’anarchisme aujourd’hui […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.