Archive pour décembre, 2018

Réflexions sur l’idéologie et la réalité… ou comment se commettre à la société des sociétés

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 26 décembre 2018 by Résistance 71

Excellente analyse de Georges Lapierre qui rapproche de deux textes concordants traitant du sujet:
Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes
et

Manifeste pour la Société des Sociétés

Il est essentiel de comprendre que l’avenir de l’humanité passe par le lâcher-prise du modèle étatico-capitaliste et ses antagonismes diviseurs induits pour embrasser la complémentarité de nos sociétés, les unifiant ainsi dans ce grand tout organique de la diversité humaine apaisée.

~ Résistance 71 ~

 

 

Notes anthropologiques: De l’idéologie et de la réalité (II)

 

Georges Lapierre

 

Novembre 2018 (Mexique)

 

Source:

https://www.lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XXVI

 

Dans les notes anthropologiques précédentes, j’ai pu noter que la réalité se présentait comme le Léviathan, un monstre qui s’autocréait et s’inventait sans répit à partir de sa propre pensée. À ce sujet, il me semble assez justifié de parler d’autogenèse. Cette autogenèse du réel s’accompagne d’une réflexion de la part de ceux que l’on appelle les intellectuels ou les idéologues sur sa nature, soit pour la justifier, soit pour la critiquer. Cette réflexion est idéologique et elle n’a qu’un lointain rapport avec la réalité elle-même (qu’un lointain rapport avec la pensée proprement dite). L’idéologie accompagne la réalité et a le plus souvent une fonction de propagande, mais elle n’est pas la réalité et il ne faudrait pas confondre idéologie et réalité (idéologie et pensée). Seule la réalité est en mesure de critiquer la réalité.Seul le Léviathan a été en mesure de critiquer le dragon ailé de la société médiévale. Seule la pensée critique la pensée. D’ailleurs je me rends compte que l’idéologie loin de critiquer le monde que nous connaissons, dominé par l’activité marchande et ce qu’elle implique, l’accompagne dans son développement et son progrès. La critique sous sa forme idéologique — dans la mesure où elle ne repose pas sur une autre réalité, en résistance ou en construction — reste non seulement imparfaite et compromise, mais elle fait entièrement le jeu de la pensée dominante au sein de laquelle elle s’insère parfaitement — comme les œuvres complètes de Guy Debord s’insèrent dans notre époque — sans grandes conséquences ni grands dégâts.

Le Léviathan, c’est-à-dire la réalité telle qu’elle se crée et se développe à travers l’activité capitaliste, se nourrit, s’engrosse d’autres réalités, qu’il assimile et digère peu à peu. « Un monde qui contiendrait plusieurs mondes » n’est pas une utopie zapatiste. Le monde occidental, chrétien et capitaliste, ce que j’appelle le Léviathan, contient bien en son sein plusieurs réalités qu’il domine et digère peu à peu jusqu’à leur complète disparition. Dans ce que l’on nomme le « premier monde », le Léviathan domine sans partage. De génération à génération d’autres réalités se sont effondrées comme des pans entiers de falaise sous l’action pernicieuse de la mer. En se développant sans cesse, en s’étendant sans cesse, l’activité capitaliste est amenée à englober et à gober d’autres réalités. Elle s’en nourrit. Au fur et à mesure qu’elle se nourrit de réalités, qu’elle se nourrit de l’humain, elle avance et se développe, elle se grossit d’inhumanité.

Ce que nous percevons globalement comme la « réalité » mexicaine forme un ensemble composé de plusieurs réalités qui se superposent, se confondent et se mélangent, s’entrelacent, s’opposent parfois. Il y a le vivre ensemble dans les colonias, dans les quartiers pauvres, le vivre ensemble entre riches, le vivre ensemble métis, le vivre ensemble indien, dans un village de la Sierra Sur, dans un barrio de Mexico, à Tepito ou à Copilco. Il y a la réalité des communautés zapatistes, celle des communautés ayuujk, celle des communautés chontales, binnizá, zoque, etc. Nous aimerions nous trouver en face d’une seule réalité, la réalité mexicaine, et nous nous trouvons face à une multitude de réalités, avec, sans doute, une réalité dominante avec un mode de vie, un mode d’être, qui s’impose progressivement, mais qui n’est pas non plus sans rencontrer des résistances, celles d’autres réalités, qui ne sont pas encore complètement éteintes, écrasées et détruites, celles d’autres modes d’être, qui ne sont pas encore totalement circonvenus. Le Mexique, ou ce que nous appelons la réalité mexicaine, se présente comme un monde où s’affrontent et se confrontent plusieurs réalités : un monde qui contient d’autres mondes.

L’idéologue perçoit ces failles et ces troubles qui lézardent une société. Il peut travailler dans le sens de la pensée dominante et réduire — par la propagande mais aussi en ayant recours aux moyens massifs de destruction que sont la terreur, le massacre, la torture et la délation — la vitalité d’un vivre ensemble autre ou d’un mode d’être autre, s’insurgeant face à l’hégémonie d’un mode de vie qui lui est contraire. Il peut aussi s’appuyer sur cette résistance à l’intérieur de la société pour chercher à imposer son propre point de vue. Dans un cas comme dans l’autre, l’idéologue s’appuie sur une réalité pour faire valoir une idéologie. L’histoire récente de l’Amérique latine nous propose maints exemples de la mise en œuvre de ces différentes options et nous invite à tirer un enseignement de leurs conséquences sur le plan social.

Dans le premier cas, l’idéologue dit de droite ou d’extrême droite, partisan d’une société théocratique, ne réussit pas toujours à imposer son point de vue, mais, en supprimant les obstacles qui se dressent face à la pensée dominante, il lui ouvre tout de même le chemin (Chili, Argentine, Brésil, etc.) ; dans le second cas, l’idéologue de gauche ou d’extrême gauche, lui aussi partisan d’une société théocratique dans laquelle il serait reconnu, aura détourné une pensée en mouvement vers un but qui n’est pas nécessairement le sien (Cuba). Dans le premier cas de figure, l’idéologue de droite, partisan de la force et de l’ordre moral, ne cherche qu’à encadrer un pouvoir qui trouve son expression dans et par l’activité capitaliste ; dans le second cas de figure, l’idéologue de gauche réfute le système capitaliste dont la pensée reste le privilège de quelques-uns (les capitalistes) pour le remplacer par un système dit socialiste dont la pensée serait l’apanage sinon de tous, du moins des cadres du système nouveau et de ses partisans.

J’écris « la réalité », mais il y a sans aucun doute possible plusieurs réalités que nous partageons toujours avec d’autres, c’est ce fait de la partager toujours avec d’autres qui me conduit à parler de la réalité avec un article défini plutôt que d’une ou des réalités. En général, nous ne connaissons et reconnaissons qu’une réalité, la nôtre, celle qui se trouve directement vécue par nous. Il s’agit le plus souvent de la réalité dominante, mais pas toujours. En général nous ne pensons pas, comme ce Touareg avec lequel je discutais il y a quelques années, que notre culture (c’est-à-dire notre réalité) puisse se perdre. Peu importe, la réalité que nous connaissons même si elle n’est pas dominante nous paraît unique. À ma connaissance, seuls les zapatistes semblent avoir reconnu d’autres réalités que la leur, ne serait-ce que celle qui leur fait face et les opprime.

La réalité est ce qui est directement vécu. Je peux bien me comporter comme un individu, c’est-à-dire comme quelqu’un préoccupé avant tout par son propre intérêt, qu’il placera avant l’intérêt général ou intérêt collectif. Ce comportement est celui du marchand, le marchand est individualiste dans l’âme et il cherchera à subordonner l’intérêt général à son intérêt particulier. Il n’est pas le seul. Dans une société marchande nous sommes nombreux à être individualistes dans l’âme sans toujours le savoir, un peu comme le bourgeois gentilhomme, mais en sens inversé ; ce qui nous conduit à nous comporter comme un bourgeois sans être nécessairement bourgeois. La réalité n’est pas seulement la réalité d’un vivre ensemble, elle est aussi (et dans le même temps) celle d’un mode d’être, le mode d’être d’un vivre ensemble : le mode d’être qui détermine une vie sociale ou qu’une vie sociale détermine. Je définirai ce que j’entends par réalité comme « un mode d’être ensemble ». C’est le cas de l’individualiste, c’est le cas du socialiste, c’est le cas du communaliste. Être individualiste consiste à subordonner la collectivité à son propre intérêt, être socialiste consiste à subordonner son intérêt à celui de la société, être communaliste consiste à trouver son intérêt dans celui de la communauté. Dans une société complexe comme la société mexicaine avec son histoire préhispanique et sa conquête, nous décelons ces trois modes d’être, ils se superposent, se confondent et se mélangent souvent.

« Être individualiste » est une réalité de l’être, ce n’est pas une idéologie, et cette réalité de l’être est directement vécue, elle est un mode d’être ensemble dans une société marchande. Elle est aussi la réalité d’une société marchande. L’individualisme, par contre, est bien une idéologie dans le double sens du mot, celui d’idée et celui d’idéal à atteindre ; en tant qu’idée, il contribue à définir une réalité, celle du monde marchand — et c’est dans ce sens que je parle ou que nous parlons idéologiquement de la réalité. En tant que but, l’individualisme se présente comme un idéal à atteindre. Cet idéal est porté par la société marchande, il en est l’émanation, il n’est pas toujours parfaitement réalisé dans une société marchande en formation, il y a des résistances et des nostalgies pour une autre réalité à l’intérieur même de la société, nostalgies et résistances qui s’accompagnent de tentatives pour créer une autre forme de vie sociale reposant nécessairement sur un nouveau mode d’être et qui va à l’encontre de ce qui se prépare, qui va à l’encontre de l’individualisme.

La constitution de collectifs pour vivre sur les terres de Notre-Dame-des-Landes nous en fournit un bon exemple. Il s’agit alors pour les partisans de la société marchande de circonvenir par la force brutale ces velléités de changements reposant sur une autre réalité sociale en formation, sur une autre cosmovision aussi. Cette volonté de changement est perçue comme un obstacle face au devenir marchand (et individualiste) de la société. Nous avons alors affaire à une guerre idéologique, entre socialisme (ou communalisme) et individualisme, par exemple, qui est en quelque sorte comme le reflet d’un antagonisme entre deux réalités ou deux modes d’être à l’intérieur même de la société : un mode d’être qui, dans un cas, subordonne la personne à l’intérêt collectif, c’est le socialisme ou le communalisme, opposé à celui qui subordonne la collectivité à l’intérêt personnel. L’Amérique latine des années 1970 et 1980 nous apporte maints exemples de cet affrontement impitoyable généré par le devenir marchand de la société et la résistance glorieuse (mais vaine) à cette hégémonie d’une partie de la société.

Cette confrontation entre réalités à l’intérieur d’un monde dominant (ou d’une réalité dominante) n’est pas sans apporter une énorme confusion d’autant plus inextricable qu’elle est le théâtre d’un psychodrame où se mélangent les souhaits, les désirs et les idéologies. Le plus souvent c’est le monde dominant qui tire son épingle d’un jeu, qui apparaît trop souvent comme un jeu de dupes.

Ainsi l’idéologie prend-elle plusieurs aspects : celui d’un travail théorique sur la réalité sociale, celui d’un idéal social porté par la société dans son devenir, celui, enfin, d’une réalité en voie d’extinction et qu’il s’agit de retrouver et de reconstruire. Ce dernier aspect ou cette forme d’idéologie va à contre-courant de l’idéologie dominante portée par la société et lui est opposé, cependant, la confusion est si grande, qu’elle emprunte souvent à l’idéologie dominante les expressions de son opposition, qu’elle pense radicale, c’est ainsi, par exemple, qu’elle est amenée à faire l’éloge de l’individu contre la société. Nous voyons bien que l’idéologie apporte comme une fracture, comme un écart entre la pensée en tant que réflexion sur la réalité et la réalité elle-même ; ce qui est directement vécu devient ce qui est indirectement pensé et réfléchi, et cet écart pose problème.

Il est absurde de prétendre changer le cours d’un devenir, le devenir d’une réalité, seulement sur le plan idéologique, par la seule puissance des idées. La force d’un mouvement tectonique ne se trouve pas dans la tête des géologues même si ces derniers peuvent bien s’en faire une idée claire et juste. Les géologues ne pourront jamais imposer leurs idées à la terre, aux roches et aux pressions géologiques. Les mouvements sociaux, les mouvements à l’intérieur d’une société, sont comparables aux mouvements tectoniques [1] ; un idéologue (un anthropologue, un historien, un philosophe, un sociologue, un théoricien, un politique, etc.) peut bien tenter de les repérer et de s’en faire une idée plus ou moins claire, mesurer leur force et prévoir, avec un peu de finesse, leur devenir, il ne pourra jamais agir sur eux, tout juste s’en défendre et s’en protéger (ce que fait Macron face à la communalité) — et ce sont plutôt ces mouvements qui se serviront des idéologues.

Les mouvements sociaux font le désespoir des idéologues ; le plus souvent, ils les surprennent, ensuite, ces mouvements intestinaux n’en font qu’à leur tête ! Enfin le temps du géologue n’est pas celui de la terre, le temps du sociologue n’est pas celui de la société. Il a fallu des siècles à la société marchande pour rompre à l’intérieur même de la société occidentale et chrétienne tous les obstacles qui s’opposaient et qui freinaient comme des coquilles d’œuf, comme des lambeaux de chair d’un temps ancien et révolu, son éclosion, sa croissance et son développement. Encore aujourd’hui elle n’en a pas terminé avec ces reliques toujours bien présentes à l’intérieur de la société et qui sont comme le témoignage d’autres réalités qui semblent encore couver sous la cendre du présent.

Notre temps se présente sous un double aspect, celui de la fin de l’idéologie et celui du retour de l’idéologie, « le roi est mort, vive le roi ! » ; celui de la fin de l’histoire et du retour de l’histoire ; celui du surgissement du présent et celui du surgissement du futur. Nous sommes en plein paradoxe, nous vivons une époque paradoxale, contraints à appréhender et à manier des situations paradoxales. Cette opposition entre réalité et idéologie est seulement une introduction épistémologique à la connaissance de notre époque. D’une part, si la réalité ne peut être en aucune manière idéologique, notre appréhension de la réalité, elle, par contre, ne peut être qu’idéologique. D’autre part le mouvement réel de la pensée à l’intérieur de la société et transformateur de la vie sociale selon les déterminations qui lui sont propres, partant de sa « réalité », de son « présent » pour se présenter comme projet de société, est fatalement porteur d’une idéologie.

Dans ces pages, je n’ai fait que déblayer grossièrement le terrain avant d’aborder la question suivante : une fois le projet marchand abouti quel serait le nouveau projet cherchant à se réaliser dans un futur indéfini et lointain ? Sachant que ce projet, s’il existe (et rien ne nous permet de dire qu’il existe vraiment ; si cela se trouve, il n’existe pas), n’est pas idéologique, bien que porteur d’une idéologie ; il a son fondement dans le réel, dans ce qui est directement vécu, il est lui-même, en tant que mouvement de la pensée dans le monde, une réalité, mais une réalité grosse de son devenir, grosse de sa propre idéologie — accompagnée comme son ombre de toutes les idéologies qui lui sont contraires.

Ce mouvement universel de la pensée comme aliénation de la pensée se termine-t-il avec la société marchande, se termine-t-il dans ce gouffre du réel que représente sa propre réalisation ? Bien des idéologues le pensent qui parlent de la fin de l’histoire, le Léviathan ne rencontrant plus d’obstacles sur son chemin qui le mettraient en péril. Cette réalisation marquerait aussi la fin de l’aliénation de la pensée, de la pensée comme pensée aliénée. Est-ce possible ou est-ce même envisageable ? Le propre de la pensée n’est-il pas de se présenter sous ces deux formes, comme pensée non aliénée et comme pensée aliénée ? Dans ce cas, la fin de l’aliénation de la pensée et sa réalisation ou son actualisation dans la société marchande universelle marqueraient aussi le début d’une nouvelle ère, le commencement d’un nouveau cycle, le point de départ du mouvement universel de la pensée comme aliénation de la pensée. Serait-ce le mouvement zapatiste dans ce coin reculé et oublié de la planète qui a pour nom le Chiapas ? Les zapatistes en sont persuadés, d’autres le pensent, l’espèrent ou l’appréhendent.

Dans de prochaines notes, j’aborderai sommairement cette question : la réalité confrontée au mouvement universel de la pensée se réalisant ; la pensée réalisée face au mouvement universel de l’aliénation de la pensée. Nous sortons alors du domaine de l’idéologie et de l’opposition entre idéologie et réalité pour aborder celui de la réalité et des deux figures contrastées de la réalité : la réalité comme pensée réalisée et la réalité en tant que pensée se réalisant. Alors que l’idéologie est seulement la réflexion que peuvent tenir des individus sur la réalité, la pensée, elle, a une dimension collective qui échappe à l’individu, ainsi sommes-nous amenés à considérer la société (ou toute société) comme la réalité de la pensée, ou encore comme la réalisation de la pensée, la pensée réalisée. Cependant, nous dit Hegel, cette réalisation de la pensée est le résultat du mouvement de la pensée cherchant à se réaliser. Ainsi notre civilisation capitaliste et marchande est-elle le résultat d’une pensée hégémonique se reproduisant et se réalisant sans répit. L’être humain se trouve à la croisée d’un chemin qui bifurque sans cesse entre aliénation et non-aliénation, il est littéralement accaparé par l’Idée qui éveille le mouvement de la pensée [2].

Devons-nous spéculer comme Hegel ou comme Marx que ce mouvement de la pensée connaît une histoire majuscule, qui serait celle de l’Humanité ? Cette histoire universelle de l’humain se termine-t-elle avec l’universalisation de la société marchande ou reprend-elle un nouveau départ ? À partir de quelle nostalgie ? À partir de quelle nostalgie de l’humain ? À partir de quelle velléité de réalité ? À partir de quelle velléité de pensée ? C’est bien dans ce balancement entre présent et devenir, entre non-aliénation et aliénation de la pensée, que se placent consciemment les zapatistes. Ils sont à la fois en résistance, s’appuyant sur la communalité qui est le mode de vie originel des peuples, sur une réalité en extinction donc, et en lutte pour le devenir universel de cette réalité en voie d’extinction.

La guerre menée contre les peuples, en fait contre les sociétés sans État, a sans doute commencé il y a des millénaires dès la formation même des États, elle s’est progressivement accélérée avec la montée en puissance du principe de l’Un ou de l’universel qui se trouve contenu dans l’État et qui a présidé à sa formation. Elle redouble actuellement quand c’est l’humanité et ce qu’elle représente qui se trouve mise en jeu : l’humanité est-elle Une ou doit-on accepter sa diversité ? La diversité constitue-t-elle le point commun de l’humain ? N’y a-t-il pas contradiction à voir dans la pluralité ce qui fait l’unité du genre humain ? L’insurrection zapatiste serait-elle le levain du futur ? Les zapatistes en lutte pour le devenir universel de la pluralité, d’un monde qui contiendrait plusieurs mondes ? Nous sommes en plein paradoxe !

Notes

[1] Cette comparaison peut paraître osée et audacieuse, pourtant elle s’inscrit dans une époque où l’idée d’une nouvelle ère géologique, due à l’activité déchaînée de l’homme, appelée anthropocène fait fureur parmi les nouveaux idéologues quand il s’agit de faire accepter l’enfer du présent au vu d’un futur, désastreux certes, mais qui ouvre de nouvelles, d’immenses, de belles et d’inimaginables perspectives à l’activité marchande. Un futur désastreux pour l’homme mais radieux pour le marchand, un futur désastreux pour l’humanité mais radieux pour l’individu (ou le contraire), n’est-ce pas là tout notre présent ?

[2] Je parlerai de cette Idée majuscule dans de prochaines notes anthropologiques.

 

Analyse politique: Redéfinir les termes d’état-nation de de nation démocratique (Commune Internationaliste du Rojava)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 26 décembre 2018 by Résistance 71

 

Discussion sur la redéfinition du terme de “nation démocratique”

 

Komun

 

27 juin 2018

 

url de l’article original:

https://komun-academy.com/2018/06/27/democratic-nation/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“En fait, la liberté et l’égalité obtenues par les nations-états ne sont que pour les monopoles comme cela est prouvé en regardant autour du monde. Les monopoles de pouvoir et de capital ne permettent jamais la véritable égalité n la véritable liberté. Celles-ci ne peuvent être acquises que par la politique démocratique d’une société réellement démocratique et protégées par le moyen de la légitime défense.”

A. Öcalan

Introduction

Dans ce qui suit, la définition apoïste (NdT: selon la pensée d’Ocalan) de nation démocratique, sera discutée ; terme qui peut être particulièrement irritant lorsqu’on connaît les paradigmes anti-nationaliste et anti-étatique du PKK (NdT: au moins depuis le début des années 2000). Pour comprendre l’utilisation de ce terme, nous devons discuter la distinction du terme “état-nation”. Ce qui suit vise à investiguer la profonde différence politique et structurelle entre les termes d’état-nation de nation démocratique, concluant sur le problème de la co-existence.

Le mouvement de libération kurde a, comme c’est bien connu, une fondation anti-étatiste et spécifiquement anti-nationaliste. Dans certains articles seront discutés les deux pierres angulaires suggérées par l’apoïsme révolutionnaire (NdT: “Apo” est le surnom d’Ocalan): le Confédéralisme Démocratique et l’Autonomie Démocratique. Il y a eu un manque flagrant de discussion sur le concept de nation démocratique qui est le modèle alternatif kurde à l’étatisme de la nation. Ce manque est probablement dû au fait que dans les sociétés européennes, le terme de nation est connecté à la fois à l’État et au nationalisme. C’est pourquoi dans cette série d’articles, nous commencerons avec le développement du nationalisme en Europe fournissant son impact sur le Moyen-Orient et reliant le tout au développement du paradigme anti-nationaliste de l’apoïsme. Le second chapitre discutera de l’idéologie politique et sociale du capitalisme et des états-nations, du développement du libéralisme économique et de son impact social.

Dans l’interprétation historique de l’apoïsme, l’antagonisme de la civilisation démocratique et de la civilisation étatique se manifeste de plusieurs façons et se reproduit à des niveaux nouveaux. Cette forme de dialectique se réfléchit dans le conflit entre la civilisation démocratique et la civilisation étatique, une contradiction qui commence avec la première nation opprimée et colonisée, les femmes, à la fin de la période néolithique. Cette lutte sera réfléchie dans la discussion sur le patriarcat et la nation. Puis seront discutées les dimensions et interprétations de la nation démocratique, concluant sur une discussion sur la coexistence ou l’extermination mutuelle des modèles. Le texte n’est pas fait pour être final mais une construction pour le développement et la compréhension de l’impact de la civilisation étatique, du nationalisme et du capitalisme sur la société et la quête d’alternatives.

Chapitre 1: État-nation et nationalisme

Comme la construction idéologique de la nation est une création de l’Europe du XVIIIème siècle, ce terme est maintenant confronté à une redéfinition totale depuis le Moyen-Orient, depuis le Kurdistan, par Abdullah Ocalan. Il déclare que les modèles européens de nation ont créé des siècles de guerres et de génocide et que l’étatisme de la nation est l’expression moderne de la modernité capitaliste. L’apoïsme voit une connexion entre l’étatisme de la nation et l’échec du marxisme-léninisme dans le soi-disant modèle de l’état socialiste et rejette les anciens concepts des mouvements de libération nationale. Il déclare: “L’analyse inadéquate de la question de l’État par l’idéologie socialiste ne fait qu’obscurcir le problème plus avant. Mais ‘avec le “droit aux nations à l’auto-détermination”[2], la vision d’un état pour chaque nation était fondamental pour que le problème s’aggrave toujours plus. “Tandis que la nation démocratique” diffère du vrai socialisme tout comme la doctrine marxiste-léniniste qui la pilote. Elle prend le droit des nations à l’auto-détermination de son enclos comme un droit bourgeois et l’inclut dans le cadre de la démocratie sociétale. En d’autres termes, la question kurde pourrait être résolue sans être contaminée par l’État, sans graviter autour de la poursuite de l’état-nation et sans être forcée dans des solutions au sein de ces catégories, cela pourrait être résolu au sein de modèles de gouvernance démocratique de la société.

Ceci est l’essence de la transformation du PKK,” [3] Ocalan critique vertement l’intégration de la nation avec l’État et le parallèle mêlant l’ethnos et le demos. Les problèmes liés à la nation et l’étatisme, notés par l’apoïsme sont de nature structurelle et peuvent être aussi observés dans le débat international sur l’état-nation. Ephraïm Nimni du Centre for the Study of Ethnic Conflict voit comme conséquence de l’état-nation que “la culture devient une marqueur quasi totalitaire pour l’unité”[4]. D’après l’anthropologue Gellner, la logique ultime du nationalisme est l’assimilation, l’expulsion et l’assassinat (nettoyage ethnique), processus dont nous avons été témoins au XXème siècle comme le schéma de base de la fondation de l’état-nation, demandant une certaine compatibilité entre l’État et la culture pour un fonctionnement politique viable. [5] L’histoire de l’Europe reflète cela très clairement.


Abdullah Ocalan

La perspective de l’état-nation souligne quatre points angulaires: le système de croyance ou religion, la culture, le marché (économique) et le langage. Le développement des états-nations modernes est étroitement connecté au développement du capitalisme moderne et de ses marchés. Les états-nation de l’Europe occidentale ont commencé doucement à remplacer les concepts impériaux du début du XVIème siècle et culminant avec la révolution française, lorsque les rois et les nobles féodaux furent conquis par la bourgeoisie. Devenir une nation devint synonyme de lutter pour des parts de marché. C’est pourquoi les états-nation se sont développés dans un contexte de conquête et de défense de marchés. Les taxes de frontières devaient être abrogées pour mettre fin à la taxation sur le capital de la bourgeoisie possédante.

La bourgeoisie a conquis roi et nobles féodaux dans la révolution de 1789. Ici peut-on voir le glissement entre le concept féodal de “mon peuple” et celui du “peuple” et la lutte pour ce que qui le “peuple” devrait être. Il est assez flagrant de constater que ce ne sont pas les opprimés, les femmes, les exploités qui pilotèrent la révolution française et en furent les vainqueurs mais la bourgeoisie avec son idéologie de libéralisme national, très connecté avec le développement du capitalisme moderne. Les nations commencèrent à se définir comme des secteurs de production et de consommation. Au début, le but fut de protéger la propriété du capital. Peu de temps après sa consolidation commença une expansion très agressive.

La nation définie comme “le peuple” demeura une idéologie liant les administrés et leurs dirigeants, les exploités et leurs exploiteurs. Comme le dit dans un entretien Jeffrey Miley: “le peuple a été utilisé par les gens du pouvoir pour justifier et obtenir un soutien populaire pour leurs projets impérialistes dans bien des pays impérialistes. Ainsi avons-nous vu la Grande-Bretagne en appeler à un concept britannique afin d’obtenir l’aval des classes travailleuses avec le projet impérialiste britannique. Ce fut aussi le cas par exemple en Russie, où un nationalisme d’état fut officiellement promulgué. Ceci est une problématique historique qui culmina en Europe dans la période de l’entre deux guerres avec la montée des fascismes, les acteurs de l’état utilisant ce facteur pour en appeler la nation à la mobilisation de masse des gens.” [6]

La bourgeoisie a développé sa propre littérature, théâtre, musique et forme artistique. Comme souvent dans l’histoire, la culture fut développée comme la négation du vieux et de l’ancien. Il y a eu des critiques du capitalisme mais la croyance dans le progrès a vite dominé les débats. Tous les critiques ne firent que critiquer une partie du système. Les philosophes et intellectuels également: Hegel, Marx et Engels ne critiquèrent pas le système dans sont entièreté mais focalisèrent leur critique sur la production. L’état-nation est une pratique culturelle qui s’impose à toutes les parties de la société. Ocalan compare le développement de l’état-nation devenant une idéologie comme une sorte de substitution à la religion. La sacralité de l’état-nation prend la place du roi par la grâce de dieu. Et les termes utilisés dans le contexte de l’état et de l’économie sont la preuve de ce statut de transformation.

Le PKK en est venu à des conclusions similaires à cause de l’historique de la subjugation au Moyen-Orient sous le nationalisme moderne. Les conséquence destructrices de l’état-nation européen se reflètent dans l’histoire de la région. Bien que l’empire ottoman, avec son idéologie religieuse islamique de légitimité fut différent des modèles européens et régna de manière féodale au travers d’élites régionales plus ou moins autonomes.

Le modèle européen a déjà eu son impact au XIXème siècle sur la région avec la période de réforme dite de Tanzimat entre 1839 et 1876, qui essaya d’établir une forme de centralisme inspirée du modèle français et mena à des révoltes et des massacres spécifiquement dans les émirats kurdes dont les privilèges autonomes avaient été abolis. [7] Au début du XXème siècle le mouvement des Comités ou Union et Progrès (CUO) avec son appel aux idéologies racistes comme le turanisme adaptées du positivisme.

Ce soi-disant turanisme, une idéologie du positivisme, développé aux côtés d’un racisme “scientifique” transformant des catégories linguistiques comme les langues ”aryenne” ou l’alto-uigurienne en une “race ouralo-altaïque” par des nationalistes finlandais ayant des liens de proximité et collaborateurs du Reich allemand culminant dans le génocide de 1,5 millions d’Arméniens entre 1914 et 1916. [8] Ceci montre la proximité du nationalisme turc avec le nationalisme ethnique se développant en Europe au XIXème siècle, spécifiquement suivant la théorie des races.[9]

De manière notoire, le projet impérial allemand du chemin de fer de Baghdad fut construit avec des déportés arméniens utilisés comme esclave dans ce projet sous des conditions mortelles. En résultat de cela, bon nombre des camps de la mort ottomans se trouvaient dans la région qui est aujourd’hui le Rojava.[10]

Le chemin de fer de Baghdad forma du moins partiellement la frontière des états nationaux à venir (NdT: dont la Syrie dans ses frontières modernes après l’éclatement de l’empire ottoman…). Nous pouvons ici clairement voir que le génocide contre les Arméniens n’est pas le résultat d’une politique ottomane mais du développement du nationalisme.[11] Alors que des nations furent définies par les marchés, les Kurdes ne firent pas partie de ce développement, ils n’avaient pas de propriété privée des moyens de production, ainsi fut employé un système colonial. Alors que le développement des états-nation évolua en Europe, l’Orient fut laissé pour compte. Les peuples orientaux n’avaient pas eu la construction bourgeoise et n’étaient donc pas capables, selon le modèle, de se développer en tant que nations.

Le développement des nations s’est produit tardivement en Orient mais les Kurdes n’en firent jamais partie. Dans les décennies qui suivirent nous voyons une politique d’assimilation et d’annihilation  contre la population kurde des deux côtés de la frontière établie par les accords (NdT: coloniaux) Sykes-Picot et la panarabisme des zones kurdes comme l’antithèse du colonialisme français et du turanisme, turquisme au sein des frontières de la (nouvelle) Turquie comme une idéologie d’homogénéité nationale et de supériorité. Le nationalisme de la Turquie fut particulièrement agressif a cause de la faiblesse de la fabrique nationale de la région. Après le 1ère GM et l’effondrement de l’empire ottoman, le Moyen-Orient fut divisé en parties qui étaient favorables aux intérêts des puissances coloniales: la Grande-Bretagne et la France.

Les états nouveaux et instables furent amalgamés de groupes ethniques et religieux variés” observe le politologue turc Haluk Gerger et “des guerres internes s’assureraient qu’ils demeurent dépendants des grandes puissances coloniales.” Les massacres et génocides mentionnés ne furent que quelques exemples mais le monisme de l’état-nation est toujours réfléchi aujourd’hui en Turquie comme avec l’intégration des migrants et le discours de la Leitkultur des pays européens, surtout en Allemagne.

Cette forme d’unitarisme peut se manifester également de manière religieuse ou sectaire. En observant le colonialisme et l’impérialisme britannique à l’œuvre en Irlande, les catégories qui consistent à être catholique ou protestant ont été utilisées de manière similaire ; définissant les identités des oppresseurs et des opprimés. De la même manière, la Turquie utilise le sunnisme pour pousser plus avant son projet impérialiste. Les penseurs de l’état-nation pensant comme ils le font toujours, eurent la haute probabilité de créer une mentalité collective autoritaire, moniste et nationaliste.

Ocalan critique sévèrement ce mode de compréhension:La compréhension qui lie la nation avec un langage commun, une culture, un marché ou une histoire est descriptive de l’état-nation et ne peut pas être généralisée, c’est à dire réduite à une compréhension unique de la nation. Cette compréhension de la nation, qui fut aussi reconnue par le véritable socialisme, est à l’opposé de la nation démocratique. Cette définition, comme développée par Staline pour la Russie soviétique, est une des principales raisons de la dissolution de l’URSS. Si cette définition de la nation, rendue absolue par la modernité capitaliste, n’est pas abandonnée, alors la solution à tous les problèmes nationaux continuera de se heurter à un mur d’impasse. Le fait que les problèmes nationaux ont persisté ces derniers trois cents ans est étroitement lié à cette définition absolutiste inadéquate.”[12]

A suivre…

[1][1] As used in the Turkish and Kurdish language discussion on the ideology developed by the imprisoned chairman of the PKK, Abdullah Öcalan, we use the widely known Kurdish short form of his name “Apo” and connect it with the suffix marking an ideology –ism – in a similar form as the terms Marxism or Trotskyism are used – as Apoism is a political theory developed by a unique thinker and practitioner.

[2] Öcalan, Abdullah, 2016, p. 19

[3] Öcalan, Abdullah, 2016, p. 19-20

[4] Nimni2013: 5

[5] Gellner 1997: 239–240

[6] http://kurdishquestion.com/index.php/kurdistan/dr-jeffrey-miley-a-middle-east-beyond-oppressive-nation-states-and-imperialism-is-possible-rojava.html

[7] McDowall, David, 2004, p. 47ff.

[8] Cf. Gottschlich, J., 2015.

[9] Hanioglu, M.S., 1995,  p.209 f.

[10] Cf. Gottschlich, J., 2015, p. 236ff.

[11] Cf. Gellner, 1997, p. 84.

[12] Öcalan, Abdullah, 2016, p. 19-20

 

Lectures complémentaires:

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Pierre_Bance_Lheure_de_la_commune_des_communes_a_sonne

Chiapas-Feu-et-Parole-dun-Peuple-qui-Dirige-et-dun-Gouvernement-qui-Obeit

Ricardo_Flores_Magon_Textes_Choisis_1910-1916

JP-Marat_Les_chaines_de_lesclavage_Ed_Fr_1792

Manifeste pour la Société des Sociétés

Abdullah-Ocalan-Confederalisme-democratique

Entraide_Facteur_de_L’evolution_Kropotkine

Un monde sans argent: le communisme

Manifeste contre le travail

la-sixta

confederalisme_democratique (Abdullah Ocalan version abrégée)

Appel au Socialisme Gustav Landauer


Notre dossier Rojava

Qu’aurais-je à craindre ? (Zénon, novembre 2017)

Posted in actualité, résistance politique, société des sociétés with tags , , , , , , , , on 25 décembre 2018 by Résistance 71

Qu’aurais-je à craindre ?

Dis-moi, qu’aurais-je à craindre, l’ami,
Des tenants d’un ordre en décrépitude, déjà au bord du tombeau ;
Car nous étions, sommes et serons unis
Comme au temps de la servitude à l’éclosion du renouveau.

Qu’aurais-je à craindre des colères ou des représailles
D’un ennemi déjà dispersé aux quatre vents de la plaine ;
Alors qu’en nos cœurs, nos âmes et en nos entrailles
Vibre l’aspiration à nous débarrasser de nos chaînes ?

Dis-moi encore le poids des ans à regarder passer les jours,
Et courber l’échine en disant que cela vaut mieux que la rue :
Je te montrerai la façon dont la peur et les beaux discours
T’auront dépossédé jusqu’à ton propre vécu.

J’ignore, mon ami, quelle issue trouvera notre lutte
Ou si le présent idéal verra demain le soleil ;
Mais toute tentative de se prémunir de la chute
Sera vaine, et plus douloureux alors l’éveil.

Je ne sais quand la lumière émergera de l’obscur
Ni l’heure à laquelle accouchera l’être Humain.
Mais ici et maintenant, une chose est sûre :
Aucun d’entre nous ne sera né pour rien.

Zénon – 22 novembre 2017

 

Gilets Jaunes 6ème round… De la nécessité de la coordination des luttes émancipatrices de la planète

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, guerre iran, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 23 décembre 2018 by Résistance 71

“Oui, il a été inventé là une mort pour les multitudes, une mort qui se vante d’être la vie: en vérité un fier service rendu à tous les prédicateurs de mort. J’appelle État le lieu où sont tous ceux qui boivent du poison, qu’ils soient bons ou méchants… État le lieu où le lent suicide de tous s’appelle… la vie.”

“Là où cesse l’État, c’est là que commence l’Homme, celui qui n’est pas superflu : là commence le chant de ce qui est nécessaire, la mélodie unique et irremplaçable. Là où cesse l’État — regardez donc mes frères ! Ne les voyez-vous pas, l’arc-en-ciel et les ponts du surhumain ?”

~ Friedrich Nietzsche, “De la nouvelle idole” ~

 

 

De la nécessité de la coordination des luttes émancipatrices de la planète

 

Résistance 71

 

23 décembre 2018

 

Nous venons de vivre le 6ème round du mouvement des Gilets Jaunes, qui à juste titre, ne s’est plus focalisé sur Paris et continue ses actions décentralisées, partout. Alors bien entendu, tous les participant(e)s au mouvement pensent essentiellement à leur action immédiate se voulant déterminante pour leur vie, leur bien-être et l’amélioration du futur de leurs enfants et petits-enfants, mais ces revendications, au-delà de leur urgence conjoncturelle, ne sont-elles pas aussi des revendications clâmées à travers le monde par tous les peuples opprimés, le notre inclus ? En cela notre lutte n’est-elle pas universelle par delà l’espace-temps et notre relation ancestrale ?

Le mouvement a récemment reçu le soutien inconditionnel des Zapatistes du Chiapas et de la Commune Internationaliste du Rojava, ce qui nous amène à réfléchir avec les compas zapatistes sur une nécessité de coordination des résistances et des rébellions planétaires.

A notre humble niveau d’information et de diffusion alternatives nous tentons de relier les points (chauds) entre eux par le fil conducteur énoncé dans notre “Manifeste pour la Société des Sociétés”, à savoir notre point commun à tous, nous rendant complémentaires les uns les autres dans le grand tout organique de la société humaine: notre lutte (trop) localisée pour l’émancipation finale afin de vivre dans un monde juste et égalitaire répondant à la simple devise: “A chacun selon ses capacités. à chacun selon ses besoins”, où il n’y aura plus de place pour l’inégalité et l’injustice, ni pour les classes oppresseurs/capitalistes, opprimés/travailleurs exploités.

Le mouvement des Gilets Jaunes depuis novembre 2018, rejoint, à sa manière et en répondant à une réalité historique à la fois locale et universelle, un vaste réseau de mouvements émancipateurs déjà en lutte dans le monde, pour certains depuis bien des années. Nommons ici dans une liste bien entendu non exhaustive, le mouvement néo-zapatiste du Chiapas au Mexique et ses communes libres de bon gouvernement populaire, les communes voisines de la province d’Oaxaca, la lutte politique du Conseil National Indigène du Mexique, la lutte de la nation Mapuche artificiellement divisée entre le Chili et l’Argentine, les luttes anti-colonialistes des nations originelles d’Amérique du Nord sur l’ensemble des territoires usurpés par les entités coloniales que sont les Etats-Unis d’Amérique et le Canada et dont nous relayons régulièrement depuis des années une des puissantes voix en la forme de celle de la nation Mohawk, elle aussi artificiellement divisée entre deux états coloniaux et leurs provinces à frontières fictives, la Commune Internationaliste du Rojava (région kurde nord-syrienne) par l’adoption d’un Confédéralisme Démocratique adaptable dans sa forme à bien des situations politico-sociales à d’autres nations moyen-orientales et au-delà, action émancipatrice d’un peuple kurde lui aussi partagé par des frontières fictives résultant de guerres coloniales dont ils n’ont fait que subir les aléas historiques..

Si notre point commun à toutes et tous est la lutte incessante pour l’émancipation finale du carcan et de l’oppression représentés de nos jours, par le système de contrôle des populations étatico-capitaliste, il est aussi évident que nous sommes tous bien différents dans nos modes de vie et nos cultures respectives, ce qui ne nous empêche néanmoins pas, au-delà des idées fabriquées de la propagande étatiste et des frontières tout aussi factices qu’obsolètes pour nous diviser, de lutter pour l’heure séparément, et de nous rejoindre sur une ligne émancipatrice universelle, puisque inhérente à la nature même de notre humanité. Nous débarrasser de l’oppression est la marche vers l’humanisation de toutes et tous, y compris celle des oppresseurs d’aujourd’hui. En cela, nous sommes complémentaires dans notre substance sociale organique et devons agir en accord avec cette convergence d’intérêt dans la complémentarité de nos rapports socio-culturels, hors antagonisme et en lâchant-prise de cette illusion démocratique que sont les concepts manipulés de “démocratie”, “d’état”, “d’économie de marché”, de “marchandise” et “d’argent”.

A cet effet, les Zapatistes du Chiapas ont émis il y a quelques mois le projet d’une coordination internationale, transnationale devrait-on plutôt dire, des luttes et rébellions en un Réseau de Résistance et de Rébellion International ou 3RI. Nous nous en sommes fait l’écho et le relais entre autres entités alternatives, car nous pensons que cela constitue la prochaine étape nécessaire au mouvement émancipateur planétaire.

Il est important que nous comprenions et acceptions toutes et tous une chose simple et claire, déjà acceptée par les luttes mentionnées ci-dessus, par delà l’espace et le temps:

-[]- Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! -[]-

Y croire toujours est une utopie réformiste (dont fait partie, en France, la revendication pour le RIC…) qui nous fait perdre un temps précieux, mis à profit bien entendu par l’oligarchie pour toujours plus nous tromper, nous diviser et nous opprimer plus avant.

L’évidence qui doit sauter au yeux est la suivante:

Gilets Jaunes, Zapatistes, Communards d’Oaxaca, Mapuche, Mohawk, Lakota, Kanaks, Rojavistes kurdes et internationalistes, ainsi que tout autre mouvement de lutte émancipatrice de l’ordre oppresseur étatico-capitaliste où que ce soit dans le monde = MÊME COMBAT

Dans cette optique, rejoignons nos compagnon(e)s de lutte planétaire pour l’émancipation politico-sociale finale dans le lâcher-prise avec l’illusion démocratique qui nous est gavée à longueur de temps ; reconnaissons notre universalité dans la lutte, notre vaste complémentarité dans notre diversité culturelle et abandonnons les antagonismes factices et induits forcés sur nous par la caste des oppresseurs pour qui seule la capacité de pouvoir et de contrôle compte afin de maintenir leur paradigme du privilège.

Pour une solidarité transnationale dans la lutte émancipatrice !

A bas l’État !

A bas la société marchande !

A bas l’argent et le salariat !

Pour que vivent les Communes Libres et par elles, la Société des Sociétés !

Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

 

Réseau de résistance politique: Pour une carte contemporaine des résistances et rébellions planétaires (Chiapas zapatiste)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 23 décembre 2018 by Résistance 71


d’une société de la Société

 

Pour un Réseau de Résistance et de Rébellion International

 

Un défi, une autonomie réelle, une réponse, diverses propositions et quelques anecdotes sur le nombre 300

 

mercredi 28 novembre 2018, par SCI Galeano, SCI Moisés

 

Suite et fin de la participation de la Commission Sexta de l’EZLN à la rencontre des réseaux de soutien au Conseil indigène de gouvernement et à sa porte-parole.

 

Août 2018.

 

Source:

https://www.lavoiedujaguar.net/Un-defi-une-autonomie-reelle-une-reponse-diverses-propositions-et-quelques

 

300

Troisième et dernière partie

 

Et maintenant ?

Ramer à contre-courant. Rien de nouveau pour nous autres zapatistes.

Nous voulons le réitérer — nous en avons discuté avec nos peuples : nous nous confronterons à tout contremaître, quel qu’il soit ; pas seulement celui qui propose une bonne administration et une répression correcte — autrement dit cette lutte contre la corruption et le plan de sécurité fondé sur l’impunité —, mais aussi ceux qui derrière des rêves avant-gardistes tentent d’imposer leur hégémonie et de nous homogénéiser.

Nous ne changerons pas notre histoire, notre douleur, notre rage, notre lutte pour le conformisme « progressiste » et sa marche derrière le leader.

Il se peut que les autres l’oublient, mais nous, nous n’oublions pas que nous sommes zapatistes.

Et dans notre autonomie et à propos d’elle — vu qu’on discute de savoir si elle va être reconnue ou ne va pas être reconnue —, nous avons fait ce raisonnement : l’autonomie officielle et l’autonomie réelle. Celle qui est officielle est celle qui est reconnue par les lois. La logique serait : vous avez une autonomie, maintenant je la reconnais dans une loi, alors votre autonomie commence à dépendre de cette loi et ne conserve plus ses formes, puis, quand il va y avoir un changement de gouvernement, alors vous devez soutenir le « bon » gouvernement, et voter pour lui, promouvoir le vote pour lui, car si arrive un autre gouvernement, ils vont vous enlever la loi qui vous protège. Ça fait donc de nous les pions des partis politiques, comme cela s’est produit pour des mouvements sociaux dans le monde entier. Ce qui compte, ce n’est plus ce qui s’effectue dans la réalité, ce qui est défendu, mais ce que la loi reconnaît. La lutte pour la liberté se transforme ainsi en lutte pour la reconnaissance légale de la lutte elle-même.

On a parlé à nos chefs femmes et hommes. Ou plutôt nous avons parlé avec les peuples qui nous donnent le pas, le cap et le destin. Avec leur regard, nous voyons ce qui vient.

Nous avons discuté, et nous avons dit, eh bien, si nous disons cela, que va-t-il se passer ?

Nous allons rester seuls, on va nous dire que nous sommes marginalisés, que nous restons en dehors de la grande révolution… de la « Quatrième Transformation » ou de la nouvelle religion (quel que soit le nom qu’on lui donne), et il nous faudra encore une fois ramer contre le courant.

Mais ça n’a rien de nouveau pour nous, de nous retrouver seuls.

Et puis nous nous sommes demandé : bon, avons-nous peur de nous retrouver seuls ? Avons-nous peur de nous en tenir à nos convictions, de continuer à nous battre pour elles ? Avons-nous peur que ceux qui étaient en notre faveur se retourne contre nous ? Avons-nous peur de ne pas nous rendre, de ne pas nous vendre, de ne pas capituler ? Et finalement nous avons conclu : bon, nous sommes en train de nous demander si nous avons peur d’être zapatistes.

Nous n’avons pas peur d’être zapatistes et nous allons continuer à l’être.

C’est comme ça qu’on s’est demandé et qu’on s’est répondu.

Nous pensons qu’avec vous (les réseaux), envers et contre tout, parce que vous n’aviez pour vous ni moyens, ni consensus, ni mode, ni salaire — vous avez même dû payer de votre poche —, que malgré tout ça, autour d’un collectif d’indigènes et d’une petite femme chaparrita, et, elle, réellement morena [1], de la couleur de la terre, nous avons dénoncé un système prédateur et défendu la raison d’être d’une lutte.

Et donc nous cherchons d’autres personnes qui n’aient pas peur. Nous vous demandons donc à vous (les réseaux) : vous avez peur ?

Pensez-y, si vous avez peur, eh bien on cherchera ailleurs.

Nous pensons que nous devons continuer aux côtés des peuples originaires.

Peut-être que certains parmi les réseaux pensent encore que nous apportons un appui aux peuples originaires. Ils vont se rendre compte, à mesure que le temps va passer, que c’est le contraire : ce sont eux qui vont nous aider avec leur expérience et leurs formes d’organisation, c’est-à-dire que c’est nous qui allons apprendre. Car si quelqu’un est expert en matière de tourmentes ce sont bien les peuples originaires — ils ont été attaqués de tant de manières et ils sont toujours là, ou plutôt, nous sommes toujours là.

Mais nous pensons aussi — et vous le disons très clairement, compañer@s — que cela ne suffit pas, que nous devons intégrer à notre horizon l’ensemble de nos réalités avec leurs douleurs et leurs rages, c’est-à-dire que nous devons cheminer vers l’étape suivante : la construction d’un Conseil qui intègre les luttes de tous les opprimés, ceux qui sont traités comme des déchets, les disparues et les assassinées, les prisonniers politiques, les femmes agressées, l’enfance prostituée, de tous les calendriers et de toutes les géographies qui tracent une carte impossible pour les lois des probabilités, les enquêtes et les votes : la carte contemporaine des rébellions et des résistances sur la planète entière.

Si vous et nous, ensemble, allons défier la loi des probabilités qui dit qu’il n’y a aucune chance, ou très peu, que nous réussissions, si nous allons défier les enquêtes, les millions de votes, et tous ces chiffres que le Pouvoir accumule pour que nous nous rendions ou pour que nous nous évanouissions, alors nous devons faire que le Conseil devienne plus grand.

Pour le moment, ce n’est qu’un point de vue que nous exprimons ici, mais nous voulons construire un Conseil qui n’absorbe ni n’annule les différences, et qui au contraire permette de les renforcer dans le cheminement avec d’autres qui partagent le même effort.

Selon un tel raisonnement, ces paramètres ne devraient pas avoir pour limite la géographie imposée par les frontières et les drapeaux : il faudrait donc viser qu’il devienne international.

Ce que nous proposons, c’est non seulement que le Conseil indigène de gouvernement cesse d’être indigène, mais aussi qu’il cesse d’être national.

C’est pourquoi, nous les zapatistes — hommes, femmes et différents — proposons de soumettre à une consultation, outre l’ensemble des propositions formulées durant cette rencontre, ce qui suit :

1. Réaffirmer notre appui au Congrès national indigène et au Conseil indigène de gouvernement.

2. Créer et maintenir des canaux de communication ouverts et transparents entre nous qui nous sommes connus durant le cheminement du Conseil indigène de gouvernement et de sa porte-parole.

3. Commencer ou continuer l’analyse-évaluation de la réalité dans laquelle nous nous mouvons, en produisant et en partageant ces analyses et évaluations, ainsi que les propositions d’action coordonnées qui en découlent.

4. Nous proposons le dédoublement des réseaux d’appui au CIG afin que, sans abandonner l’appui aux peuples originaires, notre cœur s’ouvre aussi aux rébellions et résistances qui émergent et persévèrent là où chacun se trouve, dans les campagnes ou dans les villes, sans qu’importent les frontières.

5. Commencer ou continuer la lutte qui vise à rendre plus grandes les revendications et la nature du Conseil indigène de gouvernement, de façon à ce qu’il ne se limite pas aux peuples originaires et incorpore les travailleurs des campagnes et des villes, ainsi que tous ceux qui sont traités comme des déchets mais qui ont une histoire et une lutte propres, c’est-à-dire une identité.

6. Commencer ou continuer l’analyse et la discussion qui vise à faire naître une coordination ou une fédération de réseaux, qui évite toute direction centralisée et verticale, et qui fortifie l’appui solidaire et la fraternité entre ceux qui la forment.

7 et dernier. Célébrer une réunion internationale de réseaux, quelle que soit la façon dont ils s’appellent — quant à nous, nous proposons que, pour le moment nous nous appelions Réseau de résistance et rébellion… et, à la suite, chacun son nom —, en décembre de cette année, après avoir analysé et évalué ce que décideront et proposeront le Congrès national indigène et le Conseil indigène de gouvernement (lors de leur réunion, en octobre prochain) et aussi afin de connaître les résultats de la consultation à laquelle la présente réunion appelle. Pour cette rencontre, nous mettons à disposition, si cela vous paraît pertinent, un espace dans l’un des caracoles zapatistes.

Notre appel n’est pas seulement adressé aux peuples originaires, mais à toutes celles, à tous ceux et à toutes celles·ceux qui se rebellent et résistent dans tous les recoins du monde. À ceux qui défient les schémas tout faits, les règles, les lois, les préceptes, les chiffres et les pourcentages.

Anecdote n° 1. Dans les premiers jours de janvier 1994, les services de renseignement de l’armée fédérale ont estimé la force de la prétendue ezèdélène à « seulement » 300 transgresseurs de la loi.

Anecdote n° 2. La même année, alors qu’Ernesto Zedillo Ponce de León et Esteban Moctezuma Barragán [2] tramaient la trahison de février 1995, le groupe de la revue Nexos (qui se consacrait autrefois à chanter des louanges de Salinas de Gortari puis de Zedillo) désespérait et, avec Héctor Aguilar Camín, déclarait à peu près en ces termes : « Pourquoi ne les anéantissez-vous pas ? Ils ne sont que 300.  »

Anecdote n° 3. Le rapport de la table d’inscription à la Rencontre des réseaux de soutien au CIG et à sa porte-parole, organisée au Caracol zapatiste « Torbellino de Nuestras Palabras » du 3 au 5 août 2018, indique : « participants : 300  ».

Anecdote n° 4. Les revenus des 300 entreprises les plus puissantes de la planète : aucune idée, mais ça peut être 300, ou un nombre quelconque, suivi de plein de zéros, puis de « millions de dollars ».

Anecdote n° 5. Quantités et pourcentages « encourageants » :

● La différence quantitative entre 300 et 30 113 483 (nombre des votes obtenus, selon l’Institut national électoral, par le candidat AMLO) est de : trente millions cent treize mille cent quatre-vingt-trois ;

● 300 c’est 0,0009962323 % de ces plus de 30 millions ;

● 300 c’est 0,00052993 % des suffrages exprimés (56 611 027) ;

● 300 c’est 0,00033583 % de la liste électorale (89 332 032 032) ;

● 300 c’est 0,00022626 % de la population totale du Mexique (132 593 000, moins les sept femmes qui, en moyenne, sont tuées quotidiennement ; au cours de la dernière décennie au Mexique, en moyenne, une fille, une jeune femme, une adulte ou une femme âgée est tuée toutes les quatre heures) ;

● 300 représente 0,0000003012 % de la population du continent américain (996 000 000 en 2017) ;

● la probabilité de destruction du système capitaliste est de 0,00000003929141 %, soit le pourcentage de la population mondiale (7 635 255 247 personnes à 19 h 54 heure nationale le 20 août 2018) que représente 300 (bien sûr, si les 300 personnes supposées ne se vendent pas, ne se rendent pas et ne renoncent pas).

Oh, je sais, même la tortue qui a vaincu Achille ne pourrait servir de réconfort.

Et un escargot ?…

La Sorcière écarlate ?…

Le Chien-Chat ?…

Oubliez la question ; ce qui nous préoccupe, nous, zapatistes, ce n’est pas le défi posé par cette infime probabilité, mais comment va être le monde qui vient ; celui qui, sur les cendres encore fumantes du système, commence à émerger.

Quelles vont être ses formes ?

Des couleurs se parleront-elles ?

Quel sera son thème musical ? (Quoi ? La Fille au ruban rouge ? Pas question).

Quelle sera la formation de l’équipe, enfin complétée, de Defensa Zapatista ? Pourra-t-elle aligner l’ours en peluche d’Esperanza Zapatista et le faire coopérer avec le Pedrito ? Autorisera-t-on Pablito à porter son chapeau de cowboy et Amado Zapatista son casque de laine ? Pourquoi ce fichu arbitre ne marque-t-il pas le hors-jeu du Chien-Chat ?

Et surtout, et c’est fondamental, comment va-t-on danser ce monde ?

C’est pourquoi, quand on nous demande, à nous zapatistes : « et maintenant ? »… eh, bien, comment vous dire ?… nous ne répondons pas tout de suite, et même nous tardons à répondre.

Parce que, voyez-vous, danser un monde pose moins de problèmes que de l’imaginer.

Anecdote n° 6. Ah, vous pensiez que ce titre, « 300 » , se référait au film du même nom et à la bataille des Thermopyles, et vous vous prépariez déjà, vêtu·e·s en Léonidas ou en Gorgo (chacun à sa façon), à crier « Vas-y, Sparte ! » tout en décimant les troupes des « Immortels » du roi perse Xerxès ? Qu’est-ce que je vous disais ? Ces zapatistes, comme d’habitude, en train de regarder un autre film. Ou pire encore, de regarder et d’analyser la réalité. Tant pis.

C’est tout… pour l’instant.

Depuis les montagnes du Sud-Est mexicain,
sous-commandant insurgé Moisés, sous-commandant insurgé Galeano.
Mexique, août 2018.

= = =

Lectures complémentaires:

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Chiapas-Feu-et-Parole-dun-Peuple-qui-Dirige-et-dun-Gouvernement-qui-Obeit

Ricardo_Flores_Magon_Textes_Choisis_1910-1916

Marshall-Sahlins-La-nature-humaine-une-illusion-occidentale-2008

James-C-Scott-Contre-le-Grain-une-histoire-profonde-des-premiers-etats

James_C_Scott_L’art_de_ne_pas_être_gouverné

Manifeste pour la Société des Sociétés

Abdullah-Ocalan-Confederalisme-democratique

David Graber Fragments Anthropologiques pour Changer l’histoire de l’humanité

L’anarchisme-africain-histoire-dun-mouvement-par-sam-mbah-et-ie-igariwey

Effondrer le colonialisme

40ans_Hommage_Pierre_Clastres

Clastres_Préface_Sahlins

6ème_déclaration_forêt.lacandon

Gilets Jaunes et croisée des chemins… RIC ou révolution ?

Posted in actualité, altermondialisme, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 22 décembre 2018 by Résistance 71

A lire aussi notre dossier Gilets Jaunes et notre position sur le RIC, il est important de se regrouper et de changer de dimension. A un moment donné, il est évident que l’emploi de la grève sauvage, hors syndicats (tous foies jaunes bouffant au râtelier oligarchique), illimitée et expropriatrice deviendra nécessaire. Il y a une chose essentielle à comprendre et c’est ça qui fait trembler l’oligarchie comme une feuille morte: le système a expressément besoin de nous ; nous n’avons EN AUCUN CAS besoin de lui ! Ceci devrait devenir une évidence pour tout le monde. A partir de là, l’action solidaire concertée devient limpide.
Agissons dans le sens d’assemblés populaires au sein d’une confédération de Communes Libres, reprenons le pouvoir pour immédiatement le diluer dans l’environnement où il est le plus soluble et devient non coercitif par nature: le peuple !
Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et ne peut y en avoir ! Le RIC n’est qu’un leurre supplémentaire faisant garder la main à l’oligarchie en nous faisant participer DIRECTEMENT à l’organisation de notre esclavage à la marchandise.
Halte au sketch ! Assez est assez !

Gardons présent à l’esprit l’appel des GJ de Commercy dans la Meuse!

~ Résistance 71 ~

 


Pour la Société des Sociétés

 

RIC ou révolution ?

 

Paris-Lutte Info

 

19 décembre 2018

 

url de l’article:

https://paris-luttes.info/referendum-d-initiative-citoyenne-11340?lang=fr

 

La révolution : si on le prend au sérieux, le mot est vertigineux. Alors, par peur de lui même une partie du mouvement croit trouver dans le RIC une solution pacifique et institutionnelle. C’est une impasse.

Nous l’écrivions il y a quelques jours dans un texte qui a tourné : le RIC est une porte de sortie pour le pouvoir. Aujourd’hui, cette affirmation se vérifie. Les médias nous font bouffer du RIC matin, midi et soir. Pour autant, et en réalité nous le savons tous, rentrer chez nous avec le RIC, c’est retourner au chagrin, sans rien de plus dans le frigo. Mais alors, que faire ? Que proposer, vers où aller ?

Le RIC est une porte de sortie pour le pouvoir. Car on le sait bien, au final : le pouvoir ne nous donnera rien sur le terrain social. Ce qu’il nous a concédé jusqu’ici de plus gros est invisible, n’est pas une mesure en positif, c’est simplement le gel des prochaines mesures contre nous, suspendues le temps du mouvement.

C’est aussi une porte de sortie pour la partie du mouvement qui a peur d’elle-même, de ce qu’elle pourrait être amenée à faire pour gagner. Car la question que tout le monde se pose, c’est celle-là : jusqu’où devrons nous aller pour nous faire entendre, pour vivre mieux ?

Ce mouvement est dur. Les Gilets jaunes ont arrêté les voitures et camions en faisant barrage comme ils ont pu, parfois avec leurs corps. Quiconque est allé sur les ronds points le voit bien, le danger est présent, bien qu’on l’oublie, à se faire frôler par des voitures toute la journée. Dés le premier jour, une femme est morte. Le bilan s’est considérablement alourdi depuis. Et cela risque d’empirer, notamment car la police est d’une rare violence. Déjà, à Marseille, une vieille dame est morte, heurtée au visage par une grenade lacrymogène.

Ce mouvement est très violemment réprimé. Le pouvoir en place n’a pas hésité à menacer de mort les participants aux manifestations. Autoriser une manif tout en menaçant de mort ses participants est assez inédit comme pratique !

Mais ce mouvement tient. Les participants aux blocages sur les ronds points, aux manifs, ont tenu quand même. Malgré la répression, malgré les menaces, les amendes, les coups, les peines de prison ferme, les gilets jaunes ont tenu. Et dans ce climat tendu, nous avons avancé. Occupé la rue, mené des actions coups de poings… Jusqu’à faire trembler Macron.

Alors, le vertige ?

Quand on en arrive là, le geste de révolte qui est à l’initiative de ce mouvement reste comme suspendu, pris de vertige devant l’ampleur de sa portée. Car finalement, les mouvements sociaux, y compris 36 ou 68, se sont arrêtés, empochant des améliorations sociales. On pourrait causer de ce bilan, savoir si les mouvements d’alors ne se sont pas fait avoir, mais ce n’est pas le sujet. Ce mouvement n’a pas le luxe de cette question, il n’a rien obtenu, ou si peu, de la poudre de perlimpinpin. Il n’y a pas de « grain à moudre ». Nous avons face à nous une porte fermée à double tour. Les possédants ont jeté la clé. Pour sortir de notre cage, il faudra la fracasser : cela s’appelle une révolution. Et elle fait peur. On nous l’a tellement matraqué, qu’une révolution était dangereuse ! Tous les moments de remise en cause du pouvoir produisent de la peur. En 68, on appelait ça « le bloc de la trouille ». C’est une réaction logique, il s’agit d’un saut dans l’inconnu.

Le RIC est alors apparu, comme un moyen de s’épargner la révolution, plébiscité par nombres de gilets jaunes. Et sur le papier, on comprend cet enthousiasme. Un moyen de reprendre le contrôle à la base, sans risquer les coups de matraque, la répression. Le problème, c’est que les mêmes conditions qui font que nous n’avons rien obtenu jusqu’à présent conduisent aussi à penser que le RIC ne changerait rien : la classe possédante est prête à tout pour conserver son pouvoir social.

Que s’est il passé dans les autres pays ?

En Grèce, les gouvernements ont valsé. Les politiciens ont tous préféré démissionner qu’en finir avec l’austérité. Puis est arrivée l’alliance entre Syriza et ANEL, c’est-à-dire entre nationaliste et extrême-gauche. Et… Ils ont lâché comme les autres !

Pourtant, les grecs avaient répondu non au référendum sur l’austérité. Un référendum proposé par le gouvernement lui-même, mais qu’il n’a pu respecter. On retrouve des situations similaires en Argentine, en Espagne… Pourquoi ? C’est une question de force. Le pouvoir du capital, de l’argent, est une immense force. Face à lui, l’indignation, l’appel à la pitié n’est rien.

Songeons à la gravité terrestre qui tire tout corps vers le bas. Pour la contrer, on peut se plaindre tant qu’on veut, il nous faudra utiliser nos muscles, nous mettre en mouvement. Les muscles de cette société, ce sont les millions de prolos. La seule force capable de s’opposer à celle du capital, la voici. En temps normal, cette force est allongée, rivée au sol par le capital, qui la pompe comme un vampire. Avec ce mouvement, elle s’assoie et fait trembler le pouvoir. Reste à nous mettre debout : c’est la seule position d’où un combat peut être gagné. Et ce combat, nous n’en ferons pas l’économie.

En haut ils ne peuvent plus

Nous l’écrivions plus haut. La réalisation la plus importante du mouvement, c’est d’avoir stoppé les mesures contre nous pour un temps. Mais l’agenda est toujours là. Ce n’est pas par malveillance que les gouvernants nous imposent leur sales attaques. C’est parce qu’ils défendent le profit. Nous sommes à l’heure du flux tendu. A l’heure de l’austérité sans limite. A l’heure du grand appauvrissement.

Une époque du capitalisme où celui-ci n’a plus rien à lâcher. Ils n’arrivent même pas à nous donner trois sous sur le SMIC ! Nous l’écrivions au sujet du Brésil il y a peu, ce système vieux de deux siècles s’accroche à la vie avec la rage de la sénilité, ses mains serrées telles des griffes autour de notre cou. La prochaine crise approche et eux le savent. Toute mesure prise pour desserrer l’étau où nous sommes pris la précipitera. Précipitera les faillites, les krachs boursiers. Alors, tout est bon pour gagner du répit, gratter encore des bénéfices.

En bas nous ne voulons plus.

Nous sommes à bout. On a beaucoup parlé de goutte d’eau faisant déborder le vase. Mais ce n’est pas un vase, c’est un océan, où nous sommes en train de nous noyer ! Alors nous sommes tombés dans la rue et nous nous sommes aperçus que nous étions des millions. Que nous refusions d’avoir peur quand le pouvoir nous menaçait de mort. Que nous voulions continuer. En nous défiant de tous les représentants, toutes les instances à même de nous trahir. Mais nous en avons oublié une : nous-même. Car dans ce mouvement désespéré, le RIC est apparu comme une dernière planche de salut, un sursaut d’espoir.

Défions nous de l’espoir. L’espoir est une drogue qui intoxique. Qui amène à l’attente, que finalement tout s’arrange. Qu’on pourrait rentrer à la maison et attendre que tout aille mieux. Cela marche dans les fables. Mais dans ce monde-là, non. Dans ce monde, il nous faudra nous battre. Dans ce monde, les capitalistes n’auront que faire de nos votes s’ils ne vont pas dans leur sens. Souvenons-nous du Chili d’Allende, du coup d’état de Pinochet qui marque la fin de la tentative de réforme sociale. Souvenons-nous que chaque fois qu’on a dit aux exploités qu’il pouvait faire confiance à la démocratie, ils ont été écrasés. On nous dit que le RIC nous permettrait de faire passer les lois que nous voulons. Rappelons que ceux qui possèdent ce monde ne respectent pas ces lois. Rappelons que le passage de la démocratie à la dictature peut-être très rapide, si nous touchons aux intérêts des puissants. Et demandons-nous si le RIC nous protègera de la répression.

Alors, nous en appelons à tous les partisans du mouvement. Toutes celles et ceux qui se sont levés, et qui dans la lutte se sont retrouvés. Et nous leur disons : ne nous arrêtons pas, RIC ou pas RIC. Ayons confiance en nous-même. Seuls les exploités ont les ressources pour stopper la catastrophe en cours. Nous sommes face à un monstre à plusieurs visages. Celui de la misère, de l’exploitation, de la destruction de ce monde. Il a pour nom capital, et grandit à chaque minute en dévorant nos vies. Nous ne le stopperons pas avec des bulletins de vote.

La révolution, le mot est vertigineux, comme un pic immense qui touche le ciel. Mais de la haut, les étoiles sont plus proches, et l’air est pur. Alors ne cédons pas à la peur et au repli. Parlons d’amplifier le mouvement. Reprenons les ronds points. Explorons les pistes de l’extension de ce mouvement, comme celle de la grève. Elle fait son chemin, cette question. C’est que là ou elle est posée par les salariés, les patrons tremblent.

Osons lutter. Osons vaincre.

= = =

Lectures complémentaires:

Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

 

Nouvelles de la Commune Internationaliste du Rojava…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 21 décembre 2018 by Résistance 71

Il n’y avait plus de nouvelles sérieuses filtrant du Rojava depuis un bon moment. Les seules infos disponibles émanant d’entités impérialistes  ou de l’état syrien, il était particulièrement difficile de savoir de quoi il retournait de l’intérieur. Il y a eu une tentative de récupération yankee de la révolution sociale avec depuis 2016 cette affaire de « charte / contrat social du Rojava » qui n’a rien à voir avec le Confédéralisme Démocratique tel que mis en place depuis 2012, à l’instigation de cadres renégats ayant créé un parti et bouffant au râtelier de l’impérialisme occidental.
Depuis quelques mois, des informations plus crédibles parviennent du terrain, certaines sont en anglais que nous nous efforcerons de traduire plus régulièrement en 2019, d’autres sont déjà diffusées en français.
Les nouvelles récentes font état des Yankees qui évacueraient la zone et leurs bases militaires (ce qui demeure à vois s’ils le feront), mais cela serait aussi pour laisser le champ libre à l’attaque impérialiste turque…
Ci-dessous un article d’analyse de la situation au Rojava et de la Commune Internationaliste résultant de la mise en application du Confédéralisme Démocratique tel que prôné par son fondateur Abdullah Ocalan depuis la fin des années 90. Ci dessous également, le texte entier et sa version abrégée en format PDF. La Commune du Rojava, à l’instar des Zapatistes du Chiapas soutiennent le mouvement des Gilets Jaunes. Nous sommes entrés dans le domaine du Réseau de Résistance et de Rébellion International tel qu’envisionné par les Zapatistes !…

~ Résistance 71 ~

Texte intégral du confédéralisme démocratique d’Abdullah Ocalan (2011):

Abdullah-Ocalan-Confederalisme-democratique

Notre version abrégée de 2015:

confederalisme_democratique

 

Dépolitiser la liberté: Les tentatives impérialistes de séparer le Rojava d’Ocalan

 

Ali Ciçek

 

14 décembre 2018

 

Source: 

https://komun-academy.com/2018/12/14/depoliticizing-freedom-imperialist-attempts-to-separate-rojava-from-ocalan/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’année 2018 a commencé avec une invasion de la Turquie et de ses mercenaires et par l’occupation de la ville d’Afrin au Rojava dand le nord de la Syrie et se termine de manière assez similaire. Alors que des prisonniers kurdes dans les prisons turques et des activistes du monde entier sont en grève de la faim pour la cause d’Abdullah Ocalan, le président turc Erdogan menace une nouvelle fois d’une autre intervention militaire turque à l’Est de l’Euphrate à laquelle la Fédération Démocratique du nord-syrien a répondu par un état d’urgence. Cette année a aussi vu des attaques idéologiques contre le mouvement de liberté kurde, au Kurdistan, aussi bien qu’en Europe, particulièrement en Allemagne.

Afrin, Öcalan et 25 ans d’interdiction du PKK

Observons trois exemples très significatifs de ce qui peut être décrit comme des attaques idéologiques et leurs conséquences. Par exemple, un très grand nombre d’actions de solidarité se sont déroulées pendant les deux mois de la résistance d’Afrin au début de l’année. Beaucoup des slogans qui furent entonnés pendant ces manifestations le furent en faveur de la libération d’Abdullah Ocalan. Je peux me rappeler les réactions de quelques participants de ces manifestations vers le vieux slogan “Bijî Serok Apo” (longue vie au leader Apo) [Apo étant le petit nom affectueux donné à Ocalan].

Ils dirent: “Nous sommes ici pour Afrin et le Rojava. Ne chantons que des slogans ayant un rapport avec cela. Qu’est-ce qu’Ocalan a à voir avec Afrin ?” L’année 2018 a marqué les 25 ans de l’interdiction du PKK (NdT: Parti Ouvrier Kurde d’obédience marxiste jusqu’à la fin des années 90, communaliste libertaire depuis l’emprisonnement de son leader Ocalan en Turquie) en Allemagne, ce pourquoi bon nombre de manifestations furent organisées dans ce pays. Dans les discussions au sujet des formes possibles de protestation pour marquer cet anniversaire et au vu de la criminalisation et de la persécution accrues des activistes kurdes et des structures de solidarité, une tendance se cristallisa en faveur de l’approche suivante: “Ne nous focalisons pas sur le PKK. Le YPG et le YPJ sont plus socialement acceptés en Allemagne. Des actions pour lever l’interdiction des symboles du YPG et du YPJ ont plus de chance de réussir.

L’année a aussi vu un accroissement de la coopération entre les activistes kurdes et les mouvements actifs de gauche en Allemagne. Des discussions communes, des séminaires et des conférences furent organisés au sujet du Confédéralisme Démocratique.

Des centres culturels kurdes furent utilisés comme endroits communs d’éducation. Ces pièces sont souvent décorées de drapeaux kurdes, de portraits d’Ocalan et autres personnalités centrales de la lutte kurde pour la liberté. Voici la réaction d’une personne envers ces drapeaux et portraits d’Ocalan: “Pourquoi accrocherait-on des drapeaux et des photos d’Ocalan, du PKK et du YPG/YPJ les uns à côté des autres ? Ne sont-ce pas ces mêmes images que l’état allemand utilise pour les amalgamer ensemble ?

La bataille entre la modernité démocratique et capitaliste

Beaucoup de discussions se tinrent au sujet de l’occupation d’Afrin et de ses conséquences. La violation flagrante de la loi internationale est une honte pour la “communauté internationale” ; mais la résistance d’Afrin avec ses plus de 1000 combattants tombés démontra aux forces démocratiques, une fois de plus, que le combat du mouvement de la liberté kurde en général et de la révolution du Rojava en particulier, représentent une bataille entre deux visions du monde, entre le socialisme et le capitalisme, entre la modernité démocratique et la modernité capitaliste.

Politiquement, on peut parler de trois lignes ou acteurs dans notre évaluation: d’un côté il y a les puissances hégémoniques comme les Etats-Unis, la Russie et les pays de l’UE ; puis il y a les états-nations régionaux comme la Turquie, l’Iran, l’Irak et la Syrie et enfin, les communautés locales, les hommes, les femmes, les travailleurs, les identités opprimées et les sections sociétales.

Alors que les deux premiers acteurs sont essentiellement préoccupés à se partager le gâteau moyen-oriental et de s’approprier le plus pour chacun dans le processus, le troisième acteur a des intérêts totalement différents, à savoir la démocratisation et la libération définitive du joug de la détermination étrangère. Il y a donc deux lignes idéologiques majeures: celle des états capitalistes qu’is soient globaux ou régionaux d’un côté et celle des peuples de l’autre, qui pour la première fois sont parvenus à libérer un espace au Rojava pour se déterminer eux-mêmes.

La révolution est-elle en marche ?

Une grande part de la discussion se concentra sur l’alliance tactique militaire de l’Auto-Administration Démocratique en Syrie du Nord avec les Etats-Unis impérialistes. Cette alliance commença avec la résistance de Kobané et atteignit son pic militaire avec la libération de Raqqa. Des spéculations furent émises au sujet du futur du projet démocratique après la bataille de Raqqa, car “l’ennemi commun”, soi-disant “État Islamique” serait bientôt battu. La question se posa: la révolution continuera t’elle son chemin ou sera t’elle intégrée dans le système mondial capitaliste ?

L’ennemi indéfectible des Etats-Unis

Les révolutionnaires du Rojava insistèrent sur leur vision du futur de la région en arborant une immense bannière à l’effigie d’Abdullah Ocalan dans le centre de la ville de Raqqa devant laquelle posèrent des centaines de femmes combattantes des Unités de Défense Féminines (YPJ) afin de déclarer officiellement la libération de la ville en tant que victoire pour toutes les femmes du monde.

Les Etats-Unis réagirent immédiatement par un communiqué du Pentagone qui montrait leur stratégie du long-terme: “Le PKK a été désigné comme une organisation terroriste étrangère par les Etats-Unis depuis 1997 et nous continuons de regarder le PKK comme un agent déstabilisateur dans la région. Les Etats-Unis continuent de soutenir notre allié la Turquie membre de l’OTAN dans sa lutte de plusieurs dizaines d’années contre le PKK et reconnaissent les vies turques perdues dans ce conflit. […] Nous condamnons l’exposition en public de l’effigie du fondateur et leader du PKK Abdullah Ocalan pendant la libération de Raqqa.

Les commentateurs politiques ont interprété cette déclaration des Etats-Unis comme étant essentiellement dirigée vers leur partenaire de l’OTAN, la Turquie. Mais un point de vue considérant les dimensions idéologiques de ce développement nous aidera à comprendre le problème derrière la façade géopolitique. Ce furent ces mêmes Etats-Unis qui, il y a maintenant près de 20 ans, menèrent et exécutèrent cette conspiration internationale contre Abdullah Ocalan. Ocalan, en tant qu’architecte du PKK, du paradigme du Confédéralisme Démocratique et de la révolution du Rojava, personnifie l’ennemi mortel des Etats-Unis.

Ce fut lui qui, après l’effondrement du vrai socialisme et de l’intégration des mouvements de libération nationaux au sein du système étatique, aussi bien après qu’il eut “prophétisé” la “fin de l’histoire”, déclara: “Insister sur le socialisme veut dire insister sur être humain.

En 1991, l’ancien premier ministre turc Bülent Ecevit, a admis après le kidnapping et l’arrestation d’Ocalan qu’il n’avait toujours pas bien compris pourquoi les Etats-Unis l’avaient remis à la Turquie. Ces mots démontrent le rôle mineur que joua la Turquie dans la conspiration internationale contre Ocalan.

Dans le même temps, dans ses travaux de rédaction entrepris depuis son île prison d’Imrali, Ocalan explique en détail que le système capitaliste l’accuse et le condamne dans son identité d’anti-capitaliste.

La seconde étape de la conspiration internationale 

20 ans ont passé depuis le début de cette conspiration internationale. L’emprisonnement d’Ocalan ne fut qu’une dimension du concept de la destruction du PKK.

L’autre dimension fut de tenter de marginaliser la ligne socialiste au sein du PKK, qui se manifestait au travers du personnage d’Ocalan, et ce afin de mettre en exergue et de renforcer ses éléments libéraux. La tentative fut de créer un PKK qui serait dans le moule de la conception américaine du “Moyen-Orient élargi”, un PKK qui se retire de sa lutte de guérilla, soi-disante vieille méthode n’ayant plus cours au XXIème siècle, un PKK qui ne demanderait plus cette question cruciale du “Comment vivre ?…”

La conspiration internationale a échoué en ce sens. Pourtant, au cours de ces 20 années, il y a eu des tentatives constantes d’annihiler le PKK. Une des stratégies principales est de tenter de liquider et de fragmenter le leadership du mouvement kurde.

En parallèle de cette conspiration internationale, des campagnes sous le slogan “Oui au PKK, non à Apo !” furent lancées. Ces tentatives atteignirent un nouveau niveau en 2018, voilà pourquoi nous pouvons nous référer à cette nouvelle étape comme celle de la seconde étape de la conspiration internationale. Mis à part les attaques physiques brutales sur les zones libérées tel le canton d’Afrin ou des campagnes d’assassinats ciblés comme celui du membre du conseil exécutif du KCK Zekî Sengalî en août de cette année à Sengal (Sinjar), par une attaque de drone au travers de la frontière avec l’état turc, nous devons aussi considérer les attaques idéologiques.

L’isolation complète et continue d’Abdullah Ocalan et la tentative de normaliser son emprisonnement sont symboliques de cette seconde étape de la conspiration internationale. En plus vient se greffer la décision des Etats-Unis de mettre des récompenses sur les têtes de trois personnalités importantes de la lutte kurde pour la liberté: Duran Kalkan, Cemil Bayik et Murat Karayilan. Les premiers commentaires en ce qui concerne cette décision américaine ont insisté sur ce que les Etats-Unis voulaient rassurer la Turquie à la lumière de leur coopération avec les forces kurdes.

Mais par essence, l’intention est de mettre en place une solution militaire contre le PKK suivant ce qui fut appelé le modèle de la “solution Tamil” (NdT: au Sri Lanka). Après tout, c’est le PKK et sa vision d’un Moyen-Orient démocratique qui constitue un gros obstacle à la refonte capitaliste et impérialiste de la région. Les Etats-Unis n’essaient même pas de cacher leurs intentions.

Ainsi, le document d’un think tank américain fut publié à la mi-2016, qui formulait on ne peut plus clairement une stratégie pour libéraliser le potentiel révolutionnaire de la région du Rojava. La thèse centrale de cet article stratégique argumente que les acteurs politiques principaux en Syrie du nord, comme le Parti d’Union Démocratique (PYD), doivent être coupés du PKK et de son idéologue Abdullah Ocalan (NdT: d’où sans aucun doute cette traître initiative de la formulation en 2016 de la “charte / contrat social du Rojava”, se voulant un ersatz du confédéralisme démocratique et menée vraisemblablement par des traîtres à la révolution sociale kurde)

L’impérialisme américain a beaucoup d’expériences et de moyens pour asphyxier les mouvements démocratiques ayant des vues et actions anti-capitalistes dans le système des états-nations. La campagne de diffamation envers le PKK et  le moment choisi, les millions de dollars de récompenses sur les têtes des leaders du PKK qui jouissent d’une très grande popularité dans le peuple et la société kurdes ou la réaction des Etats-Unis au déploiement de la bannière à l’effigie d’Ocalan lors de la libération de Raqqa, exprimant que celui-ci n’était en aucun cas une personne respectable, sont tous des aspects qui peuvent être compris dans ce contexte bien particulier.

Le rôle de l’Allemagne

A part les Etats-Unis, des pays comme la Grande-Bretagne, Israël, la Russie, la Grèce et l’Allemagne ont aussi joué un rôle décisif dans la conspiration internationale qui a mené à l’enlèvement d’Abdullah Ocalan en février 1999. Durant cette affaire en Europe, l’Allemagne a émis une interdiction de séjour envers Ocalan.

A cette époque, un mandat d’arrêt allemand contre Ocalan était actif, ce qui aurait demandé son arrestation et extradition vers l’Allemagne en accord avec la loi existante. Mais la loi fut négligée et l’extradition vers l’Allemagne fut refusée. Le gouvernement allemand refusa l’asile à Ocalan et signala aux autres gouvernements européens de faire de même.

Accorder l’asile à Ocalan et le poursuivre judiciairement en Allemagne aurait voulu dire de porter les contradictions historiques et sociales au centre de l’Europe. C’est pourquoi tous les états impliqués jouèrent un rôle distinct dans cette “conspiration internationale”.

Dans cette même veine, l’Allemagne continua de soutenir matériellement l’état turc contre la société kurde, le PKK et l’idée du Confédéralisme Démocratique en 2018. Nous connaissons tous ces images des chars allemands Léopard à Afrin ou le tapis rouge déroulé pour la visite d’Erdogan en Allemagne. Beaucoup a déjà été écrit sur la coopération économique entre l’Allemagne et la Turquie.

Observons donc plus particulièrement la confrontation idéologique de l’Allemagne avec la société kurde et son avant-garde du mouvement de la liberté kurde.

L’histoire des attaques idéologiques contre le mouvement kurde a commencé bien avant l’interdiction maintenant vieille de 25 ans du PKK en Allemagne. L’activiste kurde Mehmet Demir a dit au bureau d’information de Berlin du Civaka Azad:

“La première attaque physique de l’état se produisit en 1986. Le 21 mars 1985, le Front National de Libération du Kurdistan (FNLK) fut formé. Son premier anniversaire qui coïncide avec notre nouvel an, Newroz, devait être célébré au Mercatorhalle dans la ville de Duisbourg. Ce jour là, les autorités allemandes fermèrent les accès autoroute vers la ville.

Les gens qui voulaient se rendre à la première célébration en bus, furent violemment tirés des véhicules et furent mis à terre, face contre le sol alors qu’ils étaient fouillés individuellement. La raison pour cette attaque excessive fut, on l’apprit plus tard, une rumeur au sujet qu’Abdullah Ocalan ferait partie des participants et y ferait un discours.

La division internationale du travail

La guerre et les massacres au Kurdistan, aussi bien que la répression internationale contre le mouvement de la liberté kurde, furent organisés dans le cadre de l’OTAN sous le couvert de maintenir les “relations bilatérales”, ce qui semble être requis par l’alliance OTAN. L’Allemagne fut et continue d’être partie de cette guerre.

Tout comme chaque état joua un rôle différent durant la conspiration internationale il y a 20 ans, la seconde étape qui se déroule maintenant comprend aussi une division internationale du boulot afin d’affaiblir et d’éliminer le mouvement pour la liberté kurde. Tandis que les Etats-Unis interviennent idéologiquement au Moyen-Orient comme nous l’avons décrit ci-dessus, afin d’influencer la société kurde dans sa tentative de l’aliéner du PKK et d’Ocalan, les efforts en Europe et spécifiquement en Allemagne, ciblent la diaspora kurde de l’étranger.

Les exemples mentionnés au début de l’article montrent les tentatives en Allemagne de séparer le PKK d’Ocalan, représentants de la politique auto-confiante kurde ayant des aspirations démocratiques universelles, de la société kurde et de la révolution du Rojava. Même si les méthodes peuvent différer, l’intention demeure essentiellement la même. En comparaison du Moyen-Orient, l’Allemagne utilise des méthodes plus subtiles comme la criminalisation, les interdictions, les campagnes de diffamation et ces deux dernières années, dans le contexte de circulaires du ministère de l’intérieur fédéral, des jeux arbitraires avec la loi allemande pour mettre en place créativement une interdiction du PKK.

Le pouvoir du mouvement pour la liberté kurde, qui lui a permis de contourner et de surmonter la conspiration internationale de 20 ans à son encontre, ainsi que de surmonter tous les concepts d’annihilation qui furent lancés contre lui, repose sur sa confiance en son propre pouvoir et sa forte base sociétale.

Alors qu’il y a presque un an la modernité capitaliste personnifiée par la Turquie a attaqué les résultats démocratiques faits à Afrin, la société kurde passa à l’offensive pour briser l’isolation de la prison d’Imrali avec des implications ratissant très large: avec toutes les grèves de la faim entreprises en parallèle des manifestations civiles, la société kurde dit haut et clair:

“Oui au PKK et oui à Apo !” Avec cette détermination, la société kurde du nord de la Syrie et dans d’autres parties du Kurdistan ainsi que dans la diaspora, va confronter la menace des attaques turques sur le Fédération Démocratique du nord et de l’Est syrien.

 

Prise de position: Le Referendum d’Initiative Citoyenne comme fossoyeur des Gilets Jaunes ?…

Posted in actualité, altermondialisme, crise mondiale, gilets jaunes, militantisme alternatif, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 20 décembre 2018 by Résistance 71

Les historiens et les économistes aux gages de l’État nous ont enseigné, sans doute, que la commune de village, étant devenue une forme surannée de la possession du sol, forme qui entravait les progrès de l’agriculture, dut disparaître sous l’action des forces économiques naturelles. Les politiciens et les économistes bourgeois ne cessent de le répéter jusqu’à nos jours ; et il y a même des révolutionnaires et des socialistes — ceux qui prétendent être scientifiques — qui récitent cette fable convenue, apprise à l’école.
Eh bien, jamais mensonge plus odieux n’a été affirmé dans la science. Mensonge voulu, car l’histoire fourmille de documents pour prouver à qui veut les connaître — pour la France, il suffirait presque de consulter Dalloz — que la commune de village fut d’abord privée par l’Etat de toutes ses attributions ; de son indépendance, de son pouvoir juridique et législatif ; et qu’ensuite ses terres furent, ou bien tout bonnement volées par les riches sous la protection de l’Etat, ou bien directement confisquées par l’Etat…
~ Pierre Kropotkine ~

“Le peuple consent parce qu’on le persuade de la nécessité de l’autorité ; on lui inculque l’idée que l’homme est mauvais, virulent et trop incompétent pour savoir ce qui est bon pour lui. C’est l’idée fondamentale de tout gouvernement et de toute oppression. Dieu et l’État n’existent et ne sont soutenus que par cette doctrine.”
“L’État n’a pas plus de réalité que n’en ont les dieux ou les diables. Ce ne sont que des reflets, des créations de l’esprit humain, car l’homme, l’individu est la seule réalité. L’État n’est que l’ombre de l’homme, l’ombre de son obscurantisme, de son ignorance et de sa peur.”
“Plus encore, l’esprit de l’homme, de l’individu, est le premier à se rebeller contre l’injustice et l’avilissement; le premier à concevoir l’idée de résistance aux conditions dans lesquelles il se débat. L’individu est le générateur de la pensée libératrice, de même que de l’acte libérateur. Et cela ne concerne pas seulement le combat politique, mais toute la gamme des efforts humains, en tout temps et sous tous les cieux.”
~ Emma Goldman ~

 


Pour la société des sociétés

 

RIC pour Referendum d’Initiative Citoyenne ou… Récupération inéluctable Contre(r)évolutionnaire ?…

 

Résistance 71 

 

19 décembre 2018

 

« Gilets Jaunes, l’appel de Commercy »

 

En octobre 2017, soit un peu plus d’un an avant l’avènement du mouvement populaire des Gilets Jaunes, nous publiions notre “Manifeste pour la société des sociétés” dans lequel nous expliquions, en résultat d’une analyse historico-anthropologique critique, pourquoi il n’y a pas de solutions au sein du système étatico-capitaliste en place, qu’il n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir.

Depuis le 17 novembre courant, le mouvement populaire des Gilets Jaunes réussit à  rendre enfin visible non seulement le mécontentement de tout un peuple, mais les limites évidentes d’un système d’organisation politique ploutocratique criminel et totalement à bout de souffle, système qui ne peut appliquer en remède social, que ce qu’il a toujours fait de tout temps quels qu’aient été les modes de gouvernance et de production qui se sont succédés, à savoir la violence physique et sociale dans cet ordre ou dans l’ordre inverse afin de préserver les privilèges du petit nombre dominant.

Pourquoi cela est-il ? Pour la simple et bonne raison que l’État et ceux pour qui il a été mis en place à fin de protection, ne savent faire qu’une seule chose: opprimer, exploiter, mentir, escroquer, voler, piller, violer, réprimer, caractéristiques ancestrales systémiques inscrites dans le code barre qui vient avec toute institution artificielle de pouvoir séparée du corps social, qui ne peut être que coercitif en utilisant à outrance la relation, prédéterminée par son existence même, de dominant à dominé.

Depuis l’aube de l’histoire étatique, qui ne représente qu’une infime portion de l’histoire humaine soit dit en passant, l’oligarchie nous a domestiqué, enfumé à croire que le système mis en place est une panacée qui fluctue et est réformable à souhait pour plus de confort et, depuis l’ère moderne, plus de liberté et d’égalité. Hors l’histoire nous prouve qu’il n’en est rien et que de “réforme” en “réforme” se produisant de manière douce ou plus violente sous la forme de “révolutions”, nous en revenons toujours à la même question initiale et son application pratique directe: celle de la clique de gens ayant monopolisé le pouvoir nous exploitant sous une forme ou une autre et avec depuis un peu plus de 200 ans, l’argent roi, comme outil nécessaire à l’acquisition et au maintien de toujours plus de pouvoir, aboutissant aujourd’hui à une crise paroxysmique de la dictature de la marchandise dont on peut pressentir qu’elle est entrée en phase finale.

Ainsi donc, après 5 rounds d’une contestation populaire nationale qui a réussi l’exploit, jamais vu jusqu’ici, de demeurer libre de toute récupération politique et idéologique de la part des grands lobbies de la pensée unique du moule de la société de la dictature marchande et de ses branches politicardes et mercantiles, certains voudraient nous faire croire que la solution miracle à la crise systémique atteignant bientôt son point de non-retour, serait de tenter une énième réforme du système en y incorporant un “Referendum d’Initiative Citoyenne” ou RIC, qui impliquerait plus le peuple dans la décision politique.

Ceci ne fait que rajouter au système, ne fait que mettre une rustine sur une chambre à air poreuse. L’idée n’est pas mauvaise, dans l’absolu, le concept du RIC est bon… Mais appliqué dans un contexte hors étatique ! Dans un contexte d’assemblées populaires au sein d’une confédération de Communes Libres, qui elle n’aura plus besoin de “constitution” bidon pour gérer communément le bien-être social de la vraie vie enfin émancipée. Maintenu au sein d’une structure étatique, cela ne fera que participer à la domination inhérente et inéluctable au système. Il est impossible de rendre vertueux un système politique de la séparation du pouvoir du corps social car celui-ci devient nécessairement coercitif par sa dualité artificiellement créée.

Le faire intégrer veut dire une réforme majeure de la constitution de la 5ème république dont l’article 11 prend déjà soin des affaires de referendum. Jamais le politique en place ne l’acceptera en l’état. De plus il y aurait tellement à réformer par RIC qu’on passera notre temps à pétitionner juste pour avoir le droit de.. voter des réformes… De grandes pertes de temps en perspective alors que le mieux est de sortir complètement de cette situation organisationnelle inique et incompétente (au mieux), et de commencer à nous organiser entre nous sur les lieux de travail, sur les lieux d’habitation, en assemblées populaires des communes libres court-circuitant des institutions devenues plus obsolètes qu’elles ne le furent sans doute jamais.

Les Gilets Jaunes s’accordent presque tous pour dire qu’il y en a plus que marre des politiques, des médias pourris, des institutions vérolées le tout pataugeant dans un grand marécage de corruption, de mensonge et d’enfumage généralisés ; nous avons aujourd’hui avec le mouvement populaire national des Gilets Jaunes, par delà les tendances politiques bidons de la dictature marchande, l’opportunité de commencer à nous sortir de tout cela pour entrer dans une réalité politique que nous pouvons à 100% contrôler nous-mêmes !

Il est important pour les gens de comprendre une chose fondamentale: Nous n’avons absolument pas besoin de la clique des 0,01% qui nous exploitent et nous oppriment ! Ce sont EUX qui ont besoin de NOUS  !

Il suffit de dire NON ! En masse, nous avons l’opportunité de le faire, de reprendre pour et par nous-même la capacité primordiale de décider de nos vies, ensemble, solidaires, par delà les antagonismes induits, en embrassant notre diversité complémentaire. Le RIC n’est que cataplasme sur une jambe de bois et détournement (sciemment voulu par certains) de la véritable lutte émancipatoire qui prend forme.

La seule voie possible est celle qui verra le plus grand nombre dire, comme les compagnon(e)s zapatistes l’ont fait, il y aura 25 ans le 1er janvier 2019: “Assez est assez !” et se former en communes, en zones de liberté où le pouvoir politique sera une fois de plus redilué dans le peuple, là où il est parfaitement soluble et d’où il est sorti il y a quelques 5000 ans pour suivre sa course anti-naturelle menant à l’État et à l’économie de marché, cancers de la société humaine, mais qui ont fort heureusement leur remède dans la nature même des choses: dans la (ré)union au sein de la société organique libre et émancipée de la relation dominant / dominé, oppresseur / opprimé.

Nous sommes revenus à une certaine croisée des chemins, nous nous sommes perdus en route il y a quelques 5000 ans, l’histoire quelque part nous repasse le plat. Va t’on laisser échapper l’opportunité émancipatrice une nouvelle fois ?

Compagnon(e)s Gilets Jaunes ! Faisons face à la réalité. Restons unis, œuvrons pour la société émancipée de demain, elle devient possible par les forces historiques de plus en plus en notre faveur, le RIC en tant que rustine étatique est un leurre, une énième velléité de réformer un système irréformable pour le rendre plus “vertueux”. Ceci est impossible par sa nature même.

Il faut sortir de l’État et des institutions pour que vive les Communes Libres et la société des sociétés qui verra l’humanité, pas à pas, s’organiser selon le critère du “à chacun selon sa capacité, à chacun selon ses besoins”.

Tout le reste mesdames et messieurs, n’est que pisser dans un violon !

Qu’on se le dise !…

Fraternellement à toutes et à tous.

Lectures complémentaires:

Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

 


RIC = autogestion de la merde étatico-capitaliste 

« Gilets Jaunes, l’appel de Commercy »

Résistance politique: Un an avant la Commune de Paris, Eugène Varlin s’adressait déjà aux… Gilets Jaunes !…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 20 décembre 2018 by Résistance 71

“Là où cesse l’État, c’est là que commence l’Homme, celui qui n’est pas superflu : là commence le chant de ce qui est nécessaire, la mélodie unique et irremplaçable. Là où cesse l’État — regardez donc mes frères ! Ne les voyez-vous pas, l’arc-en-ciel et les ponts du surhumain ?”
~ Friedrich Nietzsche, “De la nouvelle idole” ~

“Le socialisme vient des siècles et des millénaires précédents. Le socialiste englobe toute la société et son passé, sent et sait d’où nous venons et ensuite détermine où nous allons.”
~ Gustav Landauer ~

« Anarchisme: Le nom donné à un principe de théorie et de conduite de la vie sous lequel la société est conçue sans gouvernement, l’harmonie dans une telle société étant obtenue non pas par la soumission à la loi ou par l’obéissance à l’autorité, mais par les consentements libres conclus entre des groupes territoriaux et professionnels variés, librement constitués pour les fonctions simples de production et de consommation et également pour la satisfaction d’une variété infinie de besoins et d’aspirations d’être civilisé. Dans une société développée selon ces lignes de conduite, les associations volontaires qui commencent déjà à couvrir tous les secteurs de l’activité humaine, prendraient une plus grande extension pour finir par se substituer elles-mêmes pour l’état et de ses fonctions. »
– Pierre Kropotkine (début de la définition de l’anarchisme qu’il écrivit pour la 11ème édition de L’Encyclopedia Britannica, 1910) –

 

 

Les sociétés de travailleurs

 

Eugène Varlin

 

“La Marseillaise”, 11 mars 1870

 

Alors que nos hommes d’état essaient de substituer un gouvernement parlementaire et libéral (de style orléanais) au régime de gouvernement personnel en espérant ainsi détourner la révolution qui s’avance et qui menace leurs privilèges, nous autres socialistes, qui par expérience savons que les vieilles formes politiques sont impuissantes à satisfaire les demandes populaires, devons, tout en prenant avantage des erreurs et des bourdes de nos adversaires, précipiter l’heure de la délivrance.

Nous devons activement travailler à la préparation des éléments organisationnels de la société future afin de rendre le travail de la transformation sociale qui est imposé à la révolution, plus facile et plus certain dans son résultat.

Jusqu’ici, les états politiques n’ont été en quelque sorte que la continuation  du régime de conquête, qui présida sur l’établissement de l’autorité et la mise en esclavage des masses: les gouvernements républicains, comme en Suisse ou aux Etats-Unis, constitutionnels et oligarchiques, en Belgique et en Angleterre comme en Russie, autocrates ou personnel comme en France depuis l’empire, c’est toujours l’autorité en charge de maintenir les travailleurs dans le respect de la loi établie pour le bénéfice du plus petit nombre. Cette autorité peut être plus ou moins rigide, plus ou moins arbitraire, mais ceci ne change en rien la base des relations économiques et les travailleurs sont toujours à la merci des détenteurs du capital. Pour être permanente, la prochaine révolution ne doit pas s’en tenir à un simple changement d’étiquette de gouvernement et à quelques réformes superficielles, elle doit libérer complètement le travailleur de toutes formes d’exploitation, capitaliste ou politique et établir la justice dans les relations sociales.

La société ne peut plus laisser la richesse publique à l’arbitraire des privilèges de naissance ou de succès: le produit du travail collectif ne peut être utilisé que pour le bénéfice de la collectivité ; tous les membres de la société humaine ont un droit égal aux bénéfices qui en dérivent. Mais cette richesse sociale ne peut assurer le bien-être de l’humanité qu’à la condition d’être mise en opération par le travail.

Si alors, le capitaliste industriel ou commercial ne peut plus disposer arbitrairement du capital collectif, qui dont les rendra productifs pour le bien de tous ? Qui, en un mot, organisera la production et la distribution des produits ?

A moins que vous ne vouliez tout réduire à un état centralisé et autoritaire qui nommerait les directeurs des moulins, des usines, des officines de distribution, ces directeurs à leur tout nommant des adjoints, des superviseurs, des contre-maîtres etc… et arriveraient donc à une organisation pyramidale hiérarchisée du travail dans laquelle le travailleur ne serait plus qu’un rouage inconscient, sans liberté ni esprit d’initiative, à moins que nous n’admettions que les travailleurs eux-mêmes doivent avoir la libre mise à disposition de leurs instruments de travail sous la condition d’échanger leurs produits à prix coûtant de façon à ce qu’il y ait réciprocité de service entre les différentes spécialités du travail.

C’est vers cette dernière idée que tendent la plupart des travailleurs qui ont ces dernières années, énergétiquement poursuivi l’émancipation de leur classe, à se rassembler. C’est ce qui a prévalu dans les congrès variés de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT ou première internationale).

Mais on ne doit pas croire qu’une telle organisation puisse s’improviser facilement en quelque domaine  que ce soit! Pour ce faire, quelques personnes dévouées, intelligentes et énergiques ne suffisent pas ! Par dessus tout, il est nécessaire que les travailleurs ainsi appelés à travailler librement ensemble sur la base de l’égalité, soient préparés à cette vie sociale.

Une des plus grandes difficultés que les fondateurs de toutes formes de sociétés des travailleurs, tentées ces dernières années ont rencontré, est l’esprit de l’individualisme, excessivement développé chez bien des humains et même parmi ceux qui comprennent que ce n’est que par l’association libre que les travailleurs pourront améliorer leurs standards de vie et espérer leur libération.

Et bien ! Les sociétés de travailleurs [Note de R71: qui deviendront bien entendu les syndicats dans les années 1880, Varlin rédige ceci en 1870…], quelque soit leur forme existe en ce moment et ont l’immense avantage d’accoutumer les hommes à la vie sociale et ainsi les préparent à une organisation sociale au sens bien plus large. Elles les accoutument non seulement à se comprendre et à se mettre d’accord, mais aussi à s’occuper de leurs affaires, à s’organiser, à discuter, à penser à leurs intérêts matériel et moral et ce toujours du point de vue collectif puisque leur intérêt direct personnel, individuel disparaît dès qu’ils deviennent membre de la collectivité. Avec tous les avantages que chacune de ces sociétés peut fournir à ses membres, il y a, de ce fait, le développement de la sociabilité, suffisamment pour les recommander à tout citoyen qui aspire à l’avènement du socialisme.

Mais les sociétés d’échange (résistance, solidarité, union) méritent les encouragements et la sympathie car elles sont les éléments naturels de la construction sociale du futur, ce sont elles qui peuvent facilement devenir des sociétés d’associations de producteurs, ce sont elles qui seront capables de fournir les outils sociaux à cet effet et d’organiser la production [Note de R71: A ce titre, Varlin est ici un précurseur de l’anarchiste italien Errico Malatesta].

Bon nombre de leurs membres sont d’abord inconscients du rôle que ces sociétés sont appelées à jouer dans le futur, dans un premier temps ils ne pensent qu’à résister à l’exploitation du capital ou à obtenir des améliorations superficielles, mais bientôt les durs efforts qu’ils sont obligés de déployer pour parvenir à de maigres résultats, voire même régresser, les mènent facilement à rechercher des réformes radicales qui pourraient les libérer de l’oppression capitaliste. Puis ils étudient la question sociale et se font représenter aux congrès des travailleurs.

Le congrès de l’association internationale (des travailleurs) qui s’est tenu à Bâle en septembre dernier, a recommandé que tous les travailleurs devraient se regrouper en des sociétés de résistance par activités afin de sécuriser le présent et de préparer le futur. Je propose d’étudier des formes variées des sociétés de travailleurs par corporation et de leur développement progressiste, afin de faire savoir aux travailleurs qui n’ont pas encore associé les avantages présents qu’ils peuvent avoir en appartenant à ces organisations avec le fait de profiter de l’expérience amèrement gagnée ces dernières années par d’autres associations de travailleurs et d’échange. Il est nécessaire que les nouveaux groupes emboitent le pas des anciens, car ce ne peut être que par la solidarité, comprise en son sens le plus large, par des unions de travailleurs du monde entier, de toutes les professions et de tous les pays que nous arriverons sans aucun doute à la suppression des privilèges et parviendrons à l’égalité pour tous.

= = =

Lectures complémentaires:

Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

Résistance au colonialisme: L’étiquette coloniale des institutions des Amériques (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 20 décembre 2018 by Résistance 71

Rejoignez le mouvement pour la répudiation des bulles papales colonialistes, plus nous mettrons de pression sur la hiérarchie cléricale jusqu’au Vatican et plus ces diktats papaux auront de chance d’être répudiés.

=*=

“Vous dites être le père et que je suis votre fils. Nous disons, nous ne serons pas comme père et fils, mais plutôt comme des frères. Cette ceinture Wampum confirme nos paroles. Ces deux rangées vont symboliser nos deux vies ou nos deux vaisseaux, descendant la rivière ensemble. L’un est un canoë d’écorce de bouleau et représente Onkwe’hon:we, leurs lois, leurs coutumes et leurs façons de vivre ; l’autre, un navire représentant le peuple blanc avec leurs lois, leurs coutumes et leurs façons de vivre. Nous voyagerons ensemble sur la rivière, côte à côte, mais chacun dans son embarcation. Aucun de nous ne fera des lois obligatoires ou n’interfèrera dans les affaires intérieures de l’autre. Aucun de nous n’essaiera de diriger l’embarcation de l’autre.”
“Aussi longtemps que le soleil brillera sur cette terre sera le temps de durée de NOTRE accord, aussi longtemps que l’eau coulera et aussi longtemps qe l’herbe demeurera verte à certaines périodes de l’année. Maintenant nous avons symbolisé cet accord qui nous liera pour toujours aussi longtemps que notre terre-mère est toujours en mouvement.”
~ Traité Wampum Deux Rangées entre le peuple Rotinoshonni (iroquois) et le peuple hollandais de 1613 ~

et aussi parce que: 

L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais !

~ Résistance 71 ~

 


Réseau de Résistance et de Rébellion International

 

L’expression “First Nations / Nations Premières” est une étiquette de l’entreprise coloniale

 

Mohawk Nation News

 

17 décembre 2018

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2018/12/17/first-nations-is-a-corporate-label/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le Canada une fois de plus essaie de retirer et de faire disparaître notre véritable identité en tant que peuples originaux placés sur Onowarekeh (L’Île de la Grande Tortue, sous continent de l’Amérique du Nord) par la création/nature.

Le Canada et les Etats-Unis nous ont désigné comme des “affaires domestiques” afin de retirer ce problème de l’attention internationale, d’en faire une affaire interne ne regardant qu’eux. Ils ont prévenu les autres pays de ne pas interférer avec leurs programmes génocidaires, qu’ils appellent aussi des “affaires internes” ! Les Conseils de Bandes (de tribus aux Etats-Unis) et la loi qui les a mis en place comme l’Indian Act ou la loi sur les Indiens au Canada, ainsi que le système de police, coercition colonialiste de la “police indienne” ne sont que la version canadienne de la police secrète nazie dite : Gestapo.

[Lire“Policing Indigenous Movements. Dissent and the Security State” by Andrew Crosby and Jeffrey Monaghan 2018.]  

Lorsque nous utilisons les termes coloniaux d’”Indiens”, de “Nations Premières”, d’”Aborigène”, de “bandes” (ou “tribus” aux Etats-Unis), de peuple “indigène”, de “tribus”, de “nations” et tout autre nom artificiel créé à cet effet, nous donnons une base légale au Canada et à ses conseils de bandes coloniaux. Ils nous veulent dans leur rafiot et nous n’avons plus de canoë pour nous-mêmes. Nous sommes forcés d’admettre et de nous soumettre à leur système. L’entreprise coloniale qu’est le Canada nous force à écrire nos noms en lettres capitales d’imprimerie faisant de nous des entreprises au service de la colonie, des entités artificielles coloniales plutôt que des personnes de chair et de sang. Ceci nous retire toute protection des droits humains ou constitutionnels.

Les accords sur les disputes foncières et territoriales mettent des limites corporatrices coloniales sur notre identité au travers de la suppression de nos noms originaux, des noms d’endroits et des mots qui nous connectent avec notre terre-mère et qui violent le contrat original entre nous et ces charlatans, professionnels de la fraude et du vol. Nous sommes Onkwehonwe (peuples originaux), Nishinabwe, Diné, Lakota, Cree, Mik’maq etc… Nous sommes kanionkehaka’onwe et notre territoire est Kanienkeh, à tout jamais. Nous avons tous des noms originaux naturels et notre territoire à tous est l’ensemble de l’Île de la Grande Tortue.

Tout le processus d’appropriation de terre et l’affirmation coloniale de la propriété sur l’ensemble de ce territoire est une gigantesque fraude. Il est dit dans leur notification de la loi sur l’accès à l’information [Indian & Northern Affairs, A-2011-01840/LD2]: 

Fourni tous les documents en possession du gouvernement en rapport avec une déclaration du gouverneur en conseil que le “Registry Group” “Mohawk Council of Akwesasne” sont une bande dans les limites des termes énoncés dans la loi sur les Indians / Indian Act.” Ils établissent des contrats qui n’ont que l’apparence d’accords se tenant entre Onkwehonweh et le Canada. L’assertion de terre de Dundee fut signée par l’entreprise coloniale du Canada et ses employés du conseil de bande et non pas par Onkwehonweh, ce qui va totalement à l’encontre de la seule véritable loi de la terre, Kaianerekowa La Grande Loi de la Paix, à tout jamais.

Ceux qui abusent furent d’accord pour survivre et coexister avec toute vie en tant que frères et sœurs sur cette portion de notre terre-mère, jusqu’à la fin de leur temps à demeurer ici. (NdT: Le traité wampum deux rangées entre les peuples originaires et les Hollandais à la fin du XVIIème siècle et avec les Français et les Anglais en 1701…) Ils ont brisé cet accord lorsqu’ils créèrent le premier évènement faux-drapeau sur ce continent connu sous le nom de la révolution américaine pour l’indépendance.

= = =

Lectures complémentaires:

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Chiapas-Feu-et-Parole-dun-Peuple-qui-Dirige-et-dun-Gouvernement-qui-Obeit

Aime_Cesaire_Discours_sur_le_colonialisme

Marshall-Sahlins-La-nature-humaine-une-illusion-occidentale-2008

James-C-Scott-Contre-le-Grain-une-histoire-profonde-des-premiers-etats

James_C_Scott_L’art_de_ne_pas_être_gouverné

Manifeste pour la Société des Sociétés

L’anarchisme-africain-histoire-dun-mouvement-par-sam-mbah-et-ie-igariwey

La_City_de_Londres_au_coeur_de_lempire

Comprendre-le-systeme-legal-de-loppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-peter-derrico1

Comprendre-le-systeme-legal-doppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-steven-newcomb1

Effondrer le colonialisme

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

Un_manifeste_indigène_taiaiake_alfred

kaianerekowa Grande Loi de la Paix

La Grande Loi du Changement (Taiaiake Alfred)

si-vous-avez-oublie-le-nom-des-nuages-vous-avez-oublie-votre-chemin