Résistance au colonialisme: De l’hystérie des célébrations de la « découverte » de nouveau monde (Mohawk Nation News)


Génocide & crimes de l’église et de l’état

 

L’hystérie de Thanksgiving / jour d’action de grâce et du jour de Colomb

 

Mohawk Nation News

 

10 octobre 2018

 

source: http://mohawknationnews.com/blog/2018/10/10/columbus-thanksgiving-hysteria/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Tous les ans, les envahisseurs de l’Île de la Grande Tortue célèbrent le génocide continu du peuple naturel de la terre. Christophe Colomb et le jour d’action de grâce vont de paire avec l’hystérie marchande du Vendredi Noir mis en place pour une fois de plus détourner l’attention de l’annihilation de millions d’Onwehonwe (peuples natifs), les véritables peuples naturels de ce continent.

Nos enfants furent enlevés et emprisonnés dans des “centres d’élimination pour enfants” appelés pour la circonstance “pensionnats pour Indiens”. Ils furent kidnappés, torturés, assassinés et brûlés dans les chaudières des caves. (NdT: ils furent aussi essentiellement enterrés dans des charniers/fosses communes aux alentours des pensionnats). Les pensionnats ne furent qu’une extension de la politique du génocide qui continue aujourd’hui.

Un régime répressif constitué d’imposteurs fut mis en place finançant et organisant l’opération de génocide.

Les envahisseurs établirent des règles sur tous les aspects de notre vie. Nous avons vécu comme des morts-vivants pendant des siècles. La connaissance de notre existence même fut presque totalement effacée par les envahisseurs. Ils ont recruté des Indiens pour faire le sale boulot à leur place.

L’État maintient une surveillance accrue sur nous. Nous sommes sur ce qui reste de nos terres, tentant de survivre.

Nous sommes naturels, nous nous sauverons les uns les autres. Le monde sait que le Canada et les Etats-Unis sont des entités assassines.

Nous sommes retenus otages. Nous sommes nés libres et recouvrerons notre liberté. Les envahisseurs sont venus ici pour tuer et exploiter, ils ne sont pas venus en paix. Ils constituent un monumental échec en regard de cette planète. Ils sont maintenant en train de penser et de mettre en œuvre leur propre extinction. La Nature prendra de difficiles décisions pour assurer notre survie.

Lectures complémentaires:

Comprendre-le-systeme-legal-de-loppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-peter-derrico1

Comprendre-le-systeme-legal-doppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-steven-newcomb1

Effondrer le colonialisme

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

Un_manifeste_indigène_taiaiake_alfred

kaianerekowa Grande Loi de la Paix

La Grande Loi du Changement (Taiaiake Alfred)

si-vous-avez-oublie-le-nom-des-nuages-vous-avez-oublie-votre-chemin

Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte


Wampum Deux Rangées

Publicités

10 Réponses to “Résistance au colonialisme: De l’hystérie des célébrations de la « découverte » de nouveau monde (Mohawk Nation News)”

  1. Je le mets en section commentaires de mon billet de lundi 8 octobre.

    La conclusion est lourde de sens, comme souvent, notamment en regard de cet ouragan dévastateur qui balaye la Floride ;

    https://www.20minutes.fr/monde/2352415-20181011-video-etats-unis-ouragan-michael-monstrueux-devaste-nord-ouest-floride

    Jo

  2. Tenez, cette info lue à l’instant qui devrait faire réagir K de MNN ;

    Record de candidats amérindiens aux élections américaines

    « Ma tribu est arrivée ici autour de l’an 1200 », assure Deb Haaland, l’une des trois Amérindiennes briguant un siège au Congrès des États-Unis lors des élections législatives du 6 novembre.

    Plus d’une dizaine d’autochtones masculins y ont déjà été élus mais, jusqu’à présent, aucune femme issue de ces communautés n’a encore siégé au Congrès des États-Unis.

    Les 435 membres de la Chambre des représentants et 35 sièges de sénateurs doivent être renouvelés aux élections de mi-mandat, un scrutin crucial pour le président Donald Trump.

    Deb Haaland est issue de la tribu Pueblo of Laguna au Nouveau-Mexique, tout comme Yvette Herrell qui se présente comme elle à la Chambre mais dans une autre circonscription de cet État de l’ouest des États-Unis.

    Politiquement, tout les oppose: démocrate, Deb Haaland est une farouche adversaire du président Donald Trump, Mme Herrell le soutient avec ferveur. L’une défend le droit à l’avortement, l’autre se présente comme « une chrétienne conservatrice ». La première veut une réforme de l’immigration, la seconde réclame un renforcement des contrôles aux frontières et des expulsions de clandestins…

    Avocate, férue d’arts martiaux et homosexuelle assumée, Sharice Davids, qui se présente aussi à la Chambre pour le parti démocrate dans le Kansas, vient compléter cet hétéroclite brelan de dames.

    Sept Amérindiens se présentent également au Congrès sur tout le territoire américain, soit deux fois plus qu’en 2016.

    La multiplication des candidatures autochtones ne concerne pas seulement le Congrès, mais aussi toutes les élections locales organisées conjointement, comme les gouverneurs (dans 36 Etats et trois territoires), les parlements régionaux, certains chefs d’administrations publiques, etc.

    Mark Trahant, rédacteur en chef de l’hebdomadaire spécialisé Indian Country Today, a recensé pas moins de cent candidats amérindiens au total, dont 52 femmes, un record dans les deux cas.

    Parmi elles, on trouve Paulette Jordan et Andria Tupola, candidates au poste de gouverneur dans l’Idaho et à Hawaï. Pour les hommes, Kevin Stitt tente sa chance dans l’Oklahoma, seul État actuellement représenté au Congrès par des Amérindiens: Tom Cole et Markwayne Mullin, tous deux républicains.

    Lire l’article en entier sur Actu Orange ► https://actu.orange.fr/monde/record-de-candidats-amerindiens-aux-elections-americaines-CNT0000017qWpv/photos/la-candidate-amerindienne-deb-haaland-le-1er-octobre-2018-a-albuquerque-nouveau-mexique-bbfd727b8fdb6393c91c96e3ed52b455.html

  3. Comme K de MNN l’avait pourtant clairement demandée et c’est une traduction de ma part ;

    INDIANACT ou KAIANEREKOWA ?

    La Guerre perpétuelle ou la Grande Loi de la Paix ?

    LE DESSIN DE LA CRÉATION VS LA LOI FÉDÉRALE INDIENNE

    https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/12/01/cest-le-moment-de-choisir/

    Car en choisissant de soutenir qui Trump, qui Oblabla, le dernier empereur de l’empire déglingué, tous se trompent non ?

    Jo

  4. Car = quiconque vote ou a voté pour le système, vote pour que celui-ci continue ; K de MNN !

  5. durant ces cinq dernières années, 89 millions de personnes dans le monde ont été victimes d’une forme d’esclavage moderne pour une durée allant de quelques jours aux cinq années entières. En 2016, les femmes et les filles représentaient 71 % des victimes d’esclavage moderne et une victime sur quatre était un enfant. La traite humaine génère chaque année 150 milliards de profits illicites. Haïti n’échappe pas non plus à ce grand trafic illégal. Selon Ely Thélot, directeur du Comité National de Lutte contre la traite des Personnes (CNLTP), il existe une région dans le Plateau central où l’on procède à la vente d’enfants, lesquels sont souvent des filles. Ces enfants sont par la suite transférés en République Dominicaine où ils sont exploités soient comme esclaves sexuels, travailleurs dans les champs ou sur des chantiers.

    complicité de l’Etat haïtien

    Des faits concrets de traite en Haïti

    Selon Ely Thélot, on compte au moins 750 orphelinats en Haïti. Toutefois, plus de 80 % des enfants qui s’y trouvent ne sont pas orphelins. « Ils ont été placés aux orphelinats par des pratiques de recrutement. Il y a des gens qui sont payés pour aller dans les provinces pour recruter des enfants aux fins d’exploitation. Pour convaincre ces parents, ils font de multiples promesses qu’ils ne tiendront certainement pas», explique le président du CNLTP. Pour ce faire, les recruteurs choisissent généralement les familles vulnérables. Leurs enfants sont par la suite recrutés, puis transportés en ville, le plus souvent à Port-au-Prince, là où ils sont hébergés pour être exploités sous plusieurs formes. « Ainsi, l’orphelinat est devenu la plupart du temps un business. Donc, les personnes qui gardent les enfants n’ont aucune formation en psychologie, en travail social, et aucune formation sur la façon d’accompagner un enfant », s’indigne Ely Thélot. D’après le sociologue Thélot, le pire c’est que la majorité de ces exploiteurs sont des gens qui interviennent dans le cadre de missions religieuses, notamment protestantes. « Au nom de la pitié, au nom de la compassion, nos enfants sont livrés à des trafiquants, à des bourreaux et à des prédateurs sexuels », déclare-t-il sous un ton de colère.

    On peut citer, entre autres, le fameux cas de l’organisation caritative anglaise Oxfam. En effet, sept de ses employés ont exploité sexuellement des femmes en Haïti, après le séisme du 12 janvier 2010. Ce qui a même entrainé la démission forcée de la directrice générale adjointe de l’organisation, Penny Lawrence. Il ne s’agit toutefois pas d’un phénomène isolé. Un rapport publié par l’ONG Save The Children, 23 organisations humanitaires notamment World Vision, seraient impliqués dans des exploitations sexuelles en Haïti.

    Comme autre cas de traite humaine en Haïti, Ely Thélot a pris le soin de mentionner la zombification. « Les zombis existent en réalité, indépendamment de nos fantasmes, de nos légendes urbaines et de nos croyances. Je les considère comme étant la figure emblématique du travail forcé », explique celui qui est aussi docteur en sociologie. Selon lui, le zombi sert à être l’esclave parfait. « C’est quelqu’un qui n’a plus d’état civil, dans la mesure où cette personne est déclarée morte sur un acte légal. Donc, du coup, cette personne n’a aucun droit », souligne Ely Thélot. Faiblesses ou complicité de l’Etat haïtien

    A l’étranger, on peut relever bon nombre de procès judicaires ayant condamné des individus pour avoir pratiqué la traite des personnes en Haïti. A titre d’exemple, la justice étasunienne a procédé en aout 2018, à l’arrestation d’un pasteur du New jersey, Darryl Farrier. Ce pasteur âgé de 24 ans et responsable de l’église Freedom Church d’Oak Ridge a été arrêté pour avoir tenté de rencontrer une adolescente dans le but d’accomplir des actes sexuels. Plus d’une centaine de photos retrouvées sur ses appareils électroniques prouvent l’exploitation et les abus sexuels des mineurs.

    Plusieurs jugements pour trafic humain en Haïti ont été exécutés aux Etats-Unis, pourtant en Haïti, l’Institut de Bien-être Social et des Recherches (IBESR), qui a pour mission d’assurer la protection des enfants, n’a jamais pu prouver un cas de traite humaine parmi les 750 orphelinats dont la plupart fonctionne au mépris des normes imposées par les lois haïtiennes et les conventions internationales. D’ailleurs, il n’est pas possible en Haïti de mettre un chiffre sur le nombre de personnes victimes de traite. S’il est vrai que l’IBESR a fait des efforts pour classifier les orphelinats en vert, jaune et rouge, de grands résultats n’ont pas été atteints pour autant. « Il y a certains orphelinats que l’IBESR dit avoir fermé, mais qu’on retrouve fonctionnels quand on va enquêter », confie Ely Thélot, qui croit que l’IBESR est dépassé par la situation et ne peut grand-chose, compte tenu du volume d’argent qui circule dans les orphelinats.

    Selon le directeur du CNLTP, en Aout 2017, le comité, conjointement avec la Police nationale d’Haïti, a procédé à l’arrestation de trois personnes impliquées dans la traite des personnes. Le Juge qui était saisi du dossier a fait une ordonnance pour qualifier le cas en question de traite. Au grand étonnement de tous, l’IBESR quant à lui a publiquement dit que lui il ne voit pas de traite. Ça donne clairement une idée de la méconnaissance de la traite humaine en Haïti, même par les acteurs qui sont censés de protéger les enfants contre la traite.

    En dépit du fait que la traite des personnes constitue un problème bien réel en Haïti, le CNLTP n’a aucun budget prévu et ne dispose d’aucun local pour son fonctionnement. D’ailleurs pour l’instant, le comité est dysfonctionnel. Toutes les demandes soumises aux différents gouvernements haïtiens depuis la présidence de Martelly n’ont abouti à rien. « Dans les feuilles de route qui ont été produites et données aux différents Ministères qui sont censés s’occuper de la traite humaine, la notion de traite des personnes ne figure même pas. Cela traduit clairement le désintérêt de l’Etat pour la question », estime Ely Thélot qui est contesté comme président du CNLTP par Stéphanie Auguste, ministre des Affaires Sociales et du Travail

    Donc Haiti veut camoufler la traite humaine dans les orphelinats et s’atttaque à Ely Thélot via son ministre des affaires Sociale et du travail Stéphanie Auguste, car Ely Thélot enquête sur les orphelinats et la traite humaine en Haiti et cela dérange Haiti qu’on fouine trop près dans leurs magouilles
    http://ayibopost.com/le-probleme-du-trafic-des-etres-humains-dans-les-orphelinats-haitiens/

    Haiti est je crois l’Etat le plus cher à vivre des USA, seuls les milliardaires s’y installent. Pas étonnant qu’il y ait la traite humaine là-bas. Les milliardaires ne veulent que des esclaves sexuels ou des esclaves de chantiers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.