Résistance politique: Les 3 minutes les plus honnêtes de l’histoire de la télévision (vidéo)

Résistance 71

 

3 octobre 2018

 

Extrait de la fin du discours du cinéaste Oliver Stone lors de la remise des récompenses de la « Writers » Guild Awards » en 2017. VOSTF.

Oliver Stone (né en 1946) est connu pour ses films engagés dénonçant le système qu’il dénonce encore dans ce discours. Réalisateur de 31 films depuis 1971 dont « Platoon » et « Salvador » en 1986, puis « Born on the 4th of July » (1989), « JFK » (1991) et « Natural Born Killers » (1994) pour ne citer que les plus connus, il réalise un documentaire en deux parties (2012-13) sur « L’histoire non dite des Etats-Unis », qui divisa l’Amérique. En 2017, année de ce discours, il réalise un documentaire en 4 parties « The Putin interviews », où sur 4 séjours distinct en Russie, il suivit et interrogea le président russe Vladimir Poutine.
Oliver Stone est une des rares voix dissidentes d’Hollywood, toujours permise d’émettre ses opinions, sans doute peut-être parce qu’il s’arrête en chemin, comme tant d’autres avant lui… Critiquer est une chose, proposer des solutions hors de ce système qu’il dénonce, sa « réforme » étant impossible, est autre chose… A 72 ans, il s’apprête peut-être à franchir le pas et de finalement clamer: « Il n’y a pas de solutions au sein du système et il ne saurait y en avoir ! »…
Allez Oliver… tu y es presque…

 

 

Lecture complémentaire:

Appel au Socialisme Gustav Landauer

Manifeste pour la Société des Sociétés

Notre page « La Fin de l’État »

 

Publicités

8 Réponses to “Résistance politique: Les 3 minutes les plus honnêtes de l’histoire de la télévision (vidéo)”

  1. Effectivement…

    Cette invite, m’a fait penser à cet appel du SubMarcos :

    “Sur le continent des Amériques et en Europe, l’oppression que nous subissons est la même.
    Les couleurs, les langues et les cultures varient, mais l’oppression est constante.
    C’est pour cela que nous, Zapatistes, sommes avec vous aujourd’hui.
    C’est pour cela que vous êtes avec nous aujourd’hui.
    Parce que nous ne voulons plus de ce type de monde.
    Nous ne voulons plus que le crime soit célébré.
    Nous ne voulons plus que le mensonge soit traité somme une vertu.
    Parce que nous ne voulons plus que d’autres nous imposent leur façon d’être et leur mode de pensée.
    Nous voulons être libres.
    Et le seul moyen de l’être est de l’être ensemble. Voilà pourquoi nous voulons de la liberté dans la solidarité…
    Nous ne nous en irons pas.
    Nous ne serons plus silencieux.
    Nous nous tiendrons debout.
    Nous lutterons.
    Nous construirons un autre monde.
    Bien meilleur.
    Bien plus vaste.
    Un monde dans lequel tous les mondes trouveront leur place.
    Rebelles, frères et sœurs d’Europe…
    Nous sommes heureux de marcher avec vous aujourd’hui.
    Nous vous remercions de l’espace et de la voix que vous donnez aux Zapatistes.
    Le pont que vous avez construit de vos cœurs a franchi l’océan…
    Vos rêves sont entendus bien loin d’ici.
    Nous nous en faisons l’écho, tous ceux en lutte et en rébellion s’en font l’écho.
    Parce qu’à travers le monde, tous les partagent.”
    ~ SCI Marcos, septembre 1997 ~

    N’est-ce pas la preuve que ce schéma que nous avons imaginé/créé pour changer de paradigme, en lien avec les peuples autochtones de tous les continents, est parfaitement réalisable et en rien utopiste comme les larbins et les Bien-zélés du Système le répètent partout tout le temps ?

    SCHÉMA À SUIVRE POUR CHANGER DE PARADIGME

    (SINON ; FERMER SA GUEULE ! À TOUT JAMAIS)

    Prise de conscience individuelle => prise de conscience collective => boycott et organisation parallèle => désobéissance civile => réorganisation politico-sociale => changement de paradigme.

    Pour l’essentiel, nous (les peuples), sommes coincés entre les phases 1 et 2 ou 2 et 3.
    Pourquoi ? Parce que le formatage propagandiste a la vie dure et le matraquage idéologique néfaste continue, cela change, mais lentement.
    Le plus dur est toujours de vaincre l’inertie de départ : Prenons un grand portail d’usine coulissant en fer/acier. Il est lourd et il faut s’arque bouter pour le mettre en branle initialement, une fois en mouvement, si on atteint une certaine vitesse, on peut pousser le portail qui coulisse avec deux doigts et maintenir la vitesse d’ouverture relativement constante.
    Dans notre schéma, les phases 1 et 2 sont la poussée initiale, c’est dur… en phase 3 et 4 c’est bien plus facile car le momemtum est créé, les dernières phases se font avec deux doigts…
    Le but de l’oligarchie est de maintenir la masse en phase 1 et 2 de façon à ne jamais atteindre le momentum nécessaire pour l’ouverture du portail en grand.
    De l’autre côté du portail, c’est l’émancipation !…

    L’État n’est plus rien ; Soyons tout. La désobéissance civile n’est pas une fin en soi. Elle est la voie vers la démocratie directe et vers l’autogestion généralisée, c’est à dire la création de conditions propices au bonheur individuel et collectif.

    Il ne s’agit pas de casser les hommes, mais de casser le Système qui les exploite.

    Mon credo personnel, depuis le début, est ; « Ni dieu, ni maître »

    « Sans arme, ni haine ni violence. »

    Cela n’empêche pas d’avoir envie de mordre de temps en temps.

    Parole de Sans-Dents !

    Oliver Stone, effectivement, invite les Zuniens de papier à comprendre que = le changement de paradigme, c’est MAINTENANT ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2015/12/13/le-changement-de-paradigme-cest-maintenant/

    Plutôt que de célébrer le Columbus Day lundi prochain, dîtes NON, no, nein, niet, nee, na, não, pù shi, en Zoulou même ; cha !
    Ou en Mohawk si vous préférez : Iáhten… Et même en grec δεν…

    Et non, ça veut pas dire oui…

    Et en Europe, les Espagnols, plutôt que de célébrer, par un jour de fête national, et dans toutes la Hispagnola = Le jour de la Race. Dites NO ¡YA BASTA! Parce que, tout simplement ;

    Nous ne nous en irons pas.
    Nous ne serons plus silencieux.
    Nous nous tiendrons debout.
    Nous lutterons.
    Nous construirons un autre monde.
    Bien meilleur.
    Bien plus vaste.
    Un monde dans lequel tous les mondes trouveront leur place…

    La petite pierre pour construire un autre monde, et voir se lever l’aurore de la société des sociétés ; Jo

  2. La seule raison d’être d’un système c’est d’atteindre sa finalité, son but ultime. À chaque fois que le système avance vers son but, les esclaves disent « la société progresse ». Quand le système recule, c’est « qu’on régresse ».

    En informatique, le rôle d’un système d’exploitation c’est de pouvoir donner le contrôle de l’ordinateur à son utilisateur. Dans notre système actuel, ça semble être l’inverse. Le rôle du système mondial (qui est en pleine implosion si vous voulez mon point de vue) c’est de donner le contrôle de l’esprit des êtres humains (les esclaves) à ses véritables dirigeants (les maîtres).

    • oui, qui sont des parasites totalement inutiles à la société humaine et doivent donc être éradiqués non pas physiquement en tant qu’être humain bien entendu, mais avec ce système contre-nature obsolète qui ne fait que bloquer, que freiner des deux pieds, le potentiel réel humain.
      Il n’y a pas, n’y a jamais eu et ne peut pas y avoir de solutions au sein du système, c’est l’évidence même.
      Fragments de solutions ici

Répondre à Résistance 71 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.