Résistance politique: Quelques notes sur la liberté

Analyse intéressante mais qui parfois nous semble un peu trop tranchée. Rien n’est réellement tout blanc ou tout noir en terme politique et sociétal. L’intérêt de la réflexion de l’auteur réside à notre sens dans sa tentative de différencier « anarchiste » et « libertaire » et il soulève manifestement quelques bons points quasiment jamais abordée. La tendance sémantique a rendu (à tort) les termes « anarchiste » et « libertaire » synonymes. Il est bien d’en parler.
~ Résistance 71 ~

 

La liberté

 

Albert Libertad

1908

 

Beaucoup pensent que c’est une simple querelle de mots, une préférence de termes qui fait se déclarer les uns libertaires, les autres anarchistes. J’ai un avis tout différent.

Je suis anarchiste et je tiens à l’étiquette non pour une vaine parure de mots, mais parce qu’elle signifie une philosophie, une méthode différentes de celles du libertaire.

Le libertaire, ainsi que l’indique le mot, est un adorateur de la liberté. Pour lui, elle est le commencement et la fin de toutes choses. Rendre un culte à la liberté, inscrire son nom sur tous les murs, lui élever des statues éclairant le monde, en parler à tout propos et hors de propos, se déclarer libre de ses mouvements alors que le déterminisme héréditaire, atavique et ambiant vous fait esclave … voilà le fait du libertaire.

L’anarchiste, en s’en reportant simplement à l’étymologie, est contre l’autorité. C’est exact. Il ne fait pas de la liberté la causalité mais plutôt la finalité de l’évolution de son individu. Il ne dit pas, même lorsqu’il s’agit du moindre de ses gestes : « Je suis libre », mais : « Je veux être libre ». Pour lui, la liberté n’est pas une entité, une qualité, un bloc qu’il a ou qu’il n’a pas, mais un résultat qu’il acquiert au fur et à mesure qu’il, acquiert de la puissance.

Il ne fait pas de la liberté un droit antérieur à lui, antérieur aux hommes, mais une science qu’il acquiert, que les hommes acquièrent, au jour le jour, en s’affranchissant de l’ignorance, en s’emparant des forces de la nature, en supprimant les entraves de la tyrannie et de la propriété.

L’homme n’est pas libre de faire ou de ne pas faire, de par sa seule volonté. Il apprend à faire ou à ne pas faire quand il a exercé son jugement, éclairé son ignorance ou détruit les obstacles qui le gênaient. Ainsi, si nous plaçons un libertaire, sans connaissances, musicales, devant un piano, est-il libre d’en, jouer ? Non ! il n’aura cette liberté que lorsqu’il aura appris la musique et le doigté de l’instrument. C’est ce que dit l’anarchiste.

Aussi lutte-t-il contre l’autorité qui l’empêche de développer ses aptitudes musicales – lorsqu’il en a – ou qui détient les pianos. Pour avoir la liberté de jouer, il faut qu’il ait la puissance de savoir et la puissance d’avoir un piano à sa disposition.

La liberté est une force qu’il faut savoir développer en son individu; nul ne peut l’accorder.

Lorsque la République prend la devise fameuse : « Liberté, égalité, fraternité », fait-elle que nous soyons libres, que nous soyons égaux, que nous soyons frères ? Elle nous dit : « Vous êtes libres ». Ce sont de vaines paroles puisque nous n’avons pas la puissance d’être libres. Et pourquoi n’avons-nous pas cette puissance ? Surtout parce que nous ne savons pas en acquérir là connaissance exacte. Nous prenons le mirage pour la réalité.

Nous attendons toujours la liberté d’un Etat, d’un Rédempteur, d’une Révolution, nous ne travaillons jamais à la développer dans chaque individu. Quelle est la baguette magique qui transformera la génération actuelle née de siècles de servitude et de résignation en une génération d’hommes méritant la liberté, parce qu’assez forts pour la conquérir ?

Cette transformation viendra de la conscience qu’auront les hommes de n’avoir pas la liberté de la conscience, que la liberté n’est pas en eux, qu’ils n’ont pas le droit d’être libres, qu’ils ne naissent pas tous libres et égaux… et que pourtant il est impossible d’avoir du bonheur sans la liberté. Le jour où ils auront cette conscience ils seront prêts à tout pour acquérir la liberté. C’est pourquoi les anarchistes luttent avec tant de force contre le courant libertaire qui fait prendre l’ombre pour la proie.

Pour acquérir cette puissance, il nous faut lutter contre deux courants qui menacent la conquête de notre liberté : il faut la défendre contre autrui et contre soi-même, contre les forces extérieures et contre les forces intérieures.

Pour aller vers la liberté, il nous faut développer notre individualité. – Quand je dis : aller vers la liberté, je veux dire aller vers le plus complet développement de notre individu : – Nous ne sommes donc pas libres de prendre n’importe quel chemin, il faut nous efforcer de prendre le « bon chemin ». Nous ne sommes pas libres de céder à des passions déréglées, nous sommes obligés de les satisfaire. Nous ne sommes pas libres de nous mettre en un état d’ébriété faisant perdre à notre personnalité l’usage de sa volonté et la mettant sous toutes les dépendances; disons plutôt que nous subissons la tyrannie d’une passion que la misère ou le luxe nous a donnée. La véritable liberté consisterait à faire acte d’autorité sur cette habitude, pour se libérer de sa tyrannie et des corollaires.

J’ai bien dit : acte d’autorité, car je n’ai pas la passion de la liberté considérée à priori. Je ne suis pas libérâtre. Si je veux acquérir la liberté, je ne l’adore pas. Je ne m’amuse pas à me refuser à l’acte d’autorité qui me fera vaincre l’adversaire qui m’attaque, ni même je ne me refuse pas à l’acte d’autorité qui me fera attaquer l’adversaire je sais que tout acte de force est un acte d’autorité. Je désirerais n’avoir jamais à employer la force, l’autorité contre d’autres hommes, mais je vis au vingtième siècle et je ne suis pas libre de la direction de mes mouvements pour acquérir la liberté.

Ainsi, je considère la Révolution comme un acte d’autorité de quelques uns sur quelques autres, la révolte individuelle comme un acte d’autorité d’un sur d’autres. Et pourtant je trouve ces moyens logiques, mais je veux en déterminer exactement l’intention. Je les trouve logiques et je suis prêt à y coopérer, si ces actes d’autorité temporaire ont pour but de détruire une autorité stable, de donner plus de liberté; je les trouve illogiques et je les entrave, s’ils n’ont pour but que de déplacer une autorité. Par ces actes, l’autorité augmente de puissance : elle a celle qui n’a fait que changer de nom, plus celle, que l’on a déployée à l’occasion de ce changement.

Les libertaires font un dogme de la liberté, les anarchistes en font un terme. Les libertaires pensent que l’homme naît libre et que la société le fait esclave. Les anarchistes se rendent compte que l’homme naît dans la plus complète des dépendances, dans la plus grande des servitudes et que la civilisation le mène sur le chemin de la liberté.

Ce que les anarchistes reprochent à l’association des hommes – à la société – c’est d’obstruer le chemin après y avoir guidé nos premiers pas. La société délivre de la faim, des fièvres malignes, des bêtes féroces – évidemment pas en tous les cas, mais en la généralité – mais elle le fait la proie de la misère, du surmenage et des gouvernants. Elle le mène de Charybbe en Scylla. Elle fait échapper l’enfant à l’autorité de la nature pour le placer sous l’autorité des hommes.

L’anarchiste intervient. Il ne demande pas la liberté comme un bien qu’on lui a pris, mais comme un bien qu’on l’empêche d’acquérir. Il observe la société présente et il constate qu’elle est un mauvais instrument, un mauvais moyen pour appeler les individus à leur complet développement.

L’anarchiste voit la société entourer les hommes d’un treillis de lois, d’un filet de règlements, d’une atmosphère de morale et de préjugés sans rien faire pour les sortir de la nuit de l’ignorance. Il n’a pas la religion libertaire, libérale pourrait-on dire, mais il veut de plus en plus la liberté pour son individu, comme i1 veut un air plus pur pour ses poumons. Il se décide alors à travailler par tous les moyens à briser les fils du treillis, les mailles du filet et il s’efforce d’ouvrir grandes les baies du libre examen.

Le désir de l’anarchiste est de pouvoir exercer ses facultés avec le plus d’intensité possible. Plus il s’instruit, plus il prend d’expérience, plus il renverse d’obstacles, tant intellectuels, moraux que matériels, plus il prend un champ large, plus il permet d’extension à son individualité, plus il devient libre d’évoluer et plus il s’achemine vers la réalisation de son désir.

Mais que je ne me laisse pas entraîner et que je revienne plus exactement au sujet.

Le libertaire qui n’a pas la puissance de réaliser une observation, une critique dont il reconnaît le bien fondé ou qui même ne veut pas la discuter, répond : « Je suis bien libre d’agir ainsi. » L’anarchiste dit : « Je crois que j’ai raison d’agir ainsi, mais voyons ». Et si la critique faite s’adresse à une passion dont il ne se sent pas la force de se libérer, il ajoutera : « Je suis sous l’esclavage de l’atavisme et de l’habitude ». Cette simple constatation ne sera pas bénévole. Elle portera une force en elle-même, peut être pour l’individu attaqué, mais sûrement pour l’individu qui la fait, et pour ceux qui seront présents moins attaqués par la passion en question.

L’anarchiste ne se trompe pas sur le domaine acquis. II ne dit pas : « Je suis bien libre de marier ma fille si ça me plaît ? – J’ai bien le droit de porter un chapeau haut de forme, si ça me convient » parce qu’il sait que cette liberté, ce droit sont un tribut payé à la morale du Milieu, aux conventions du Monde; sont imposés par l’Extérieur à l’encontre de tout vouloir, de tout déterminisme intérieur de l’individu en cause.

L’anarchiste agit ainsi non par modestie, par esprit de contradiction, mais parce qu’il part d’une conception toute différente de celle du libertaire. Il ne croit pas à la liberté innée, mais à la liberté à acquérir. Et du fait de savoir qu’il n’a pas toutes les libertés, il a bien plus de volonté pour acquérir la puissance de la liberté.

Les mots n’ont pas une valeur en eux-mêmes. Ils ont un sens qu’il faut bien connaître, bien préciser afin de ne pas se laisser prendre à leur magie. La grande Révolution nous a bernés par sa devise : « Liberté, égalité, fraternité » ; les libéralistes, les libéraux nous ont chanté sur tous les tons leur « laissez faire » avec le refrain de la liberté du travail ; les libertaires se leurrent par une croyance en une liberté préétablie et font des critiques en son honneur… Les anarchistes ne doivent pas vouloir le mot mais la chose. Ils sont contre le commandement, contre le gouvernement, contre la puissance économique, religieuse et morale, sachant que plus ils diminueront l’autorité plus ils augmenteront la liberté.

II est un rapport entre la puissance du milieu et la puissance de l’Individu. Plus le premier terme de ce rapport diminue, plus l’autorité est diminuée, plus la liberté est augmentée.

Que veut l’anarchiste ? Arriver à faire que les deux puissances s’équilibrent, que l’individu ait la liberté réelle de ses mouvements sans jamais entraver la liberté des mouvements d’autrui. L’anarchiste ne veut pas renverser le rapport pour faire que sa liberté soit faite de l’esclavage des autres, car il sait que l’autorité est mauvaise en soi-même, tant pour celui qui la subit que pour celui qui la donne.

Pour connaître véritablement la liberté, il faut développer l’homme jusqu’à faire que nulle autorité n’ait possibilité d’être.

= = =

Lectures complémentaires:

Manifeste pour la Société des Sociétés

Dieu et lEtat_Bakounine

Daniel_Guerin_L’anarchisme

L’anarchie pour la jeunesse

Rudolph Rocker_Anarchie de la theorie a la pratique

Ecrits-choisis-anarchistes-sebastien-faure-mai-2018

Publicités

4 Réponses to “Résistance politique: Quelques notes sur la liberté”

  1. «  N’éveille point l’esclave qui dort, il rêve peut-être qu’il est libre.  »
    Proverbe grec ; Les maximes de la Grèce antique (1855)

    «  Un esclave a bien souvent plus de grandeur d’âme qu’un noble.  »
    Proverbe arabe ; Les proverbes du peuple arabe (1803)

    «  Ne sois pas l’esclave de tes désirs.  »
    Proverbe d’Hazrat Ali ; Les proverbes et sentences islamiques – VIIe siècle.

    «  Un esclave qui n’est pas à toi est un homme libre.  »
    Proverbe mauritanien ; Les contes et proverbes mauritaniens (1962)

    «  Les lois sont les esclaves de la coutume.  »
    Proverbe français ; Les proverbes communs du XIIIe siècle.
    http://www.mon-poeme.fr/proverbes-esclaves-2/

    Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité.

    Un petit peuple libre est plus grand qu’un grand peuple esclave.

    Lorsqu’il est libre, l’esprit est naturellement serein
    http://citation-celebre.leparisien.fr/citation/libre

    ahaha, et voici une citation de Macron sur la liberté, voyons un peu ce qu’il nous dit celui-là:
    « L’histoire de notre pays, c’est une histoire d’absolu, c’est un amour de la liberté au-delà de tout, c’est une volonté de l’égalité réelle.

    Documentaire diffusé lundi 7 mai 2018 au sur France 3 dit par Emmanuel Macron qui veut instaurer le service national militaire obligatoire.https://dicocitations.lemonde.fr/citations-mot-liberte.php

    La meilleure façon de garder un esclave tel qu’il est, est de lui faire croire qu’il est libre, et de l’enfermer dans un sceau d’illusion. citation source moi.

    Et enfin mon maitre, Epictète, esclave affranchi de l’Antiquité, qui a été estropié par son maitre, et a adopté un orphelin dans sa vie privée, dont je tiens toujours le manuel pour me distraire dans mes solitudes de récré, et qui m’a toujours appris à me défaire mes désillusions et à voir la vie du bon côté, à changer les choses négatives en positives: « Rendre parfait ce qui dépend de nous, et prendre les autres choses comme elles viennent. »

    Si quelqu’un te rapporte qu’un tel a mal parlé de toi, ne t’amuse point à réfuter ce qu’on a dit, mais réponds simplement : Celui qui a dit cela de moi ignorait sans doute mes autres vices, car il ne se serait pas contenté de ne parler que de ceux-là.
    Manuel de Epictète

    En un mot, tout prendre à la dérision, tel est le principe d’Epictète. Les propos des autres ne dépendent pas de toi, le chien aboie, la caravane passe, si le chien veut aboyer plus fort, laisse le donc, tu as autre chose à faire que de perdre ton temps à le faire taire.

    N’attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites décide de vouloir ce qui arrive et tu seras heureux.
    Manuel de Epictète

    En un mot, si des évènements malheureux arrivent essayent de les transformer en évènements positifs, détache toi de ces réalités et pense à autre chose de positif, voilà ce que dit cette citation.

    Savoir écouter est un art.
    Sagesse, III de Epictète

    Oui savoir écouter est un art, car peu s’intéresse à ce que disent les autres, et préfèrent imposer leur opinion, (comme notre cher président Macron…)

    Epictète voulait créer un homme invincible dont la pensée était plus forte que la chair. Etant esclave, il a été habitué à laisser son maitre lui donner des coups et devenir maitre de son corps, il s’est donc détaché de son corps, et a imaginé que son corps ne lui appartenait pas afin d’oublier sa souffrance, c’est comme cela qu’il a pu surmonter la souffrance quand il a fini estropier par son maitre. Mais sa façon de conseiller à d’autres de faire la même chose, de dire à leurs maitres, faites ce que vous voulez de mon corps, mais vous n’aurez jamais aucun pouvoir sur mon âme, cela me laisse perplexe, car oui, une partie est bonne, mais d’un côté, cela laisse la révolution des esclaves de côté, si on suivait les conseils d’Epictète, il n’y aurait plus d’esclaves qui chercheraient à libérer leurs corps de leurs maitres, puisqu’ils penseront avoir déjà acquis la liberté, en ayant acquis la liberté de penser. » .Quand donc nous sommes entravés, ou troublés, ou affligés, n’en imputons jamais la faute à l’autre, mais à nous-même, c’est-à-dire à nos propres évaluations. »
    Manuel de Epictète

    Mais c’est beau la liberté de penser. Et nous, nous serons des esclaves encore pire que nos ancêtres, car les maitres du 21 ème essayent d’inventer une chose pour nous retirer la dernière liberté qui nous reste, c’est à dire la liberté de penser.

    Bon, là Epictète nous dit de prendre soin de notre âme comme de notre propre corps:

    Si l’on confiait ton corps au premier venu, tu t’en irriterais ; mais confier ta pensée au premier venu que tu rencontres, pour, s’il t’injurie, qu’elle en soit troublée et confondue, tu n’en reçois pas de honte ?

    Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, ce sont les opinions qu’ils en ont.
    Manuel de Epictète

    D’une manière un peu ambigue, les citations d’Epictètes peuvent aussi bien être utilisés par un maitre qui veut maintenir l’esclavage que par un esclave épris de liberté.
    En effet la citation d’Epictète peut être facilement remplacé par:
    Ce qui trouble les hommes, ce n’est pas l’esclavage, c’est l’opinion qu’ils ont de l’esclavage
    Manuel de Epictète

    J’ai l’impression que je vais changer de maitre à penser finalement

    les stoïciens ce n’est plus ma tasse de thé.

    • « La liberté de l’Homme consiste uniquement en ceci qu’il obéit aux lois naturelles parce qu’il les a reconnues lui-même comme telles et non parce qu’elles lui ont été extérieurement imposées par une volonté étrangère, divine ou humaine, collective ou individuelle, quelconque. »
      ~ Michel Bakounine ~

  2. pour la liberté Says:

    la liberté ne peut pas exister avec l’Etat: l’Etat est l’opposé de la liberté.

    Gardes à vue par centaines, blessures graves et prison ferme : le mouvement social de plus en plus réprimé
    https://www.bastamag.net/Gardes-a-vue-par-centaines-blessures-graves-et-prison-ferme-le-mouvement-social

    La prolifération des « robots tueurs » par les Etats
    https://www.bastamag.net/La-proliferation-des-robots-tueurs-inquiete-la-communaute-internationale

Répondre à ggt Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.