Résistance au colonialisme: A l’assemblée (coloniale) de nations premières, la solution finale au « problème indien » toujours à l’ordre du jour (MNN)

 

La grande tantine blanche rameute ses ouailles

 

Mohawk Nation News

 

28 avril 2018

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2018/04/28/great-white-auntie-calls-in-her-chips/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“Eh les filles, le temps est venu d’aider votre tantine que je puisse rester généreuse avec vous !” miaule Carolyn Bennett, la ministre canadienne des affaires indiennes. Les filles “moi, moi, moi” que sont les “chefs” (NdT: élus du système entrepreneurial colonial et non pas traditionnels et n’ayant donc aucune légitimité…) sont appelés à se rassembler pour une harangue de leur tantine et de ses sbires au sujet de la “reconnaissance et de la mise en application des droits indigènes [en accord avec l’entreprise coloniale étrangère].” appelées aussi “ma méthode expéditive vers la solution finale du problème indien” [Ducan Campbell Scott]. C’est le 30 avril, la veille de l’Assemblée des Nations Premières (ANP), alias l’assemblée des escrocs, qui se réunit les 1er et 2 mai courant au casino de Gattineau Hull à Ottawa. Tantine Carolyn a dit: “Non les filles, nous ne prendrons aucun risque sur ce qui pourrait bien être votre dernière performance..

L’ANP est une organisation criminelle organisée par le gouvernement colonial qui remplit les fonctions de couverture pour leurs rackets, de maintenir les INDIENS sous contrôle et les véritables autochtones tranquilles. Ses membres signent des accords tous plus illégaux les uns que les autres et sont tous impliqués dans les paris, casinos, prêts usuriers, trafic de cannabis et autres crimes.

Le Canada est une corporation privée qui n’a aucune terre, aucune langue naturelle et aucune constitution, le canada n’est qu’une entreprise coloniale gérée par l’armée sous charte commerciale [Canada ISO #1366-2 CA 1867]. Donc, tantine Bennett doit rappeler aux filles comment elles doivent mentir pour aider à maintenir les affaires entrepreneuriales coloniales. Seuls tewatatawi ou les vrais souverains de la terre, peuvent intervenir dans toutes affaires impliquant le peuple, notre terre, l’eau, l’air et les ressources.

Tout le reste n’est que FRAUDE.

Deux filles ignorantes mohawk de Kahnawake régies par l’Indian Act [loi fédérale sur les Indiens] vont expliquer leur fausse connaissance au sujet de la “constitution iroquoise” sur laquelle elles ont été informées par des agents du gouvernement. Personne ne peut parler pour nous, le véritable peuple libre, seuls nous-mêmes pouvons le faire. Onowarekeh ou l’Île de la Grande Tortue est tenue par les femmes onkwehonweh réelles. Ces femmes traîtresses ont vendu leur droit de naissance et aident le Canada à nous privatiser, nous et nos communautés. Notre terre-mère ne peut pas être privatisée !…

Vous, les filles de l’Indian Act, vous vous êtes aliénées votre nom, clan, droits naturels et n’avez absolument rien à dire. Vous avez quitté le canoê et vous êtes embarquées sur le navire ennemi. Vous n’êtes que des lobbyistes payées par le gouvernement pour faire la promotion du génocide de notre peuple.

Vous pouvez revenir au sein de votre véritable peuple et vous assoir le dos au mur de la Longue Maison sans plus avoir votre mot à dire. Vous nous avez montré que vous êtes capables d’abandonner les vôtres. Les rotiskenratekeh (NdT: littéralement “ceux qui portent la charge de la paix”, c’est à dire les “guerriers” en langue occidentale, terme qui n’existe pas dans les langues autochtones des Amériques, les mots “guerre”, “guerrier” sont des créations linguistiques de l’occident impérial(iste)…) ont reçu le mandat de vous éliminer pour nous avoir causé du tort, si cela devenait nécessaire.

Vous aidez le Canada à faire, briser et imposer chaque règle fasciste émise pour nous contrôler, nous détruire, nous voler et nous tuer. Lorsque votre forfaiture est exposée, vous aurez ce que vous méritez. Bon nombre d’entre vous iront croupir en prison aux côtés de la cohorte de votre enfoirés de complices. Un terme sera mis à toutes vos manœuvres de guerre et de trahison contre votre propre peuple et toute vie.

Vous n’avez jamais tenté d’arrêter la mise sur liste noire et le chantage fait à ceux et celles qui essaient de stopper l’oppression et l’élimination de notre peuple. Vous voulez des félicitations, des accolades de notre ennemi afin de vous sentir confortable et satisfait. Si vous ne pouvez pas voir la souffrance et le tourment que vous causez à essayer de nous rendre sans terre et pauvre alors c’est que vous êtes en état de mort clinique ; vous n’avez plus la capacité de penser, de raisonner.

Les filles, nous sommes libres et sommes tewatatawi, nous nous occupons de nous-mêmes. Dites-vous bien une chose: ces cordes que vous aidez nos ennemis à nous passer autour du cou… jamais vous ne parviendrez à nous les mettre, çà n’arrivera pas.

 

 

Lectures complémentaires:

kaianerekowa Grande Loi de la Paix

La Grande Loi du Changement (Taiaiake Alfred)

Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte

si-vous-avez-oublie-le-nom-des-nuages-vous-avez-oublie-votre-chemin

Un_manifeste_indigène_taiaiake_alfred

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

Effondrer le colonialisme

Comprendre-le-systeme-legal-doppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-steven-newcomb1

Comprendre-le-systeme-legal-de-loppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-peter-derrico1

 

8 Réponses vers “Résistance au colonialisme: A l’assemblée (coloniale) de nations premières, la solution finale au « problème indien » toujours à l’ordre du jour (MNN)”

  1. le Canada pollue toute l'Amérique Nord et Sud avec ses entreprises minières Says:

    Les entreprises canadiennes ne se contentent pas de polluer les terres du Canada mais aussi celles de l’Amérique toute entière avec l’extraction de l’or.

    En effet, les mines d’extraction de métaux (or, etc…) sont la plus première source de pollution de la planète
    http://goldrecycling.ca/gold-mining-pollution/
    https://en.wikipedia.org/wiki/Environmental_impact_of_mining

    liste des mines d’or du Canada qui polluent les terres des indigènes
    https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_gold_mines_in_Canada

    Comment les mines d’or détruisent les terres et l’eau avec la pollution
    https://www.brilliantearth.com/gold-mining-environment/

    la qualité de l’eau potable menacé par la pollution causée par les mines d’or au Canada
    http://miningwatch.ca/blog/2001/11/24/mining-and-water-pollution-canada

    La plus grande mine d’or du Canada cause tellement de déchets toxiques que le Canada oblige ses citoyens de papier à payer 900 millions de dollars de taxe pour payer les dommages à la place de l’entreprise polluante
    https://globalnews.ca/news/1678141/toxic-dust-buried-under-yellowknifes-giant-mine-to-cost-taxpayers-900-million/

    En Argentine, des activistes réclament la fermeture d’une entreprise canadienne qui provoque la pollution des rivières locales avec la construction d’une mine d’extraction d’or
    https://www.telesurtv.net/english/news/Argentine-Activists-Want-Polluting-Canadian-Gold-Mine-Shut-Down-20160311-0029.html

    Selon le rapport, les activités minières (or, minerais rares, etc…) des entreprises canadiennes dans neuf pays d’Amérique latine causent de  » graves impacts environnementaux  » en détruisant les glaciers, en contaminant l’eau et les rivières, en abattant les forêts, en déplaçant de force les gens, en divisant et en appauvrissant les collectivités, en faisant de fausses promesses au sujet des avantages économiques, en mettant en danger la santé des gens et en acquérant frauduleusement des biens. Certains qui protestent contre de tels projets ont été tués ou gravement blessés, affirme-t-il, et d’autres persécutés, menacés ou accusés d’être des terroristes. « Des accusations criminelles telles que « sabotage », « terrorisme », « rébellion », « conspiration » et « incitation à commettre des crimes » ont été portées contre des leaders sociaux et des défenseurs des droits de l’homme qui s’opposent et résistent au développement de l’industrie minière.

    Les entreprises canadiennes exploitent la faiblesse des systèmes juridiques des pays d’Amérique latine et du Canada lui-même, ainsi que le non-respect des droits des peuples autochtones, des principes internationaux en matière de droits de la personne et de responsabilité sociale, et des zones soi-disant  » protégées « .le Canada continue de fournir un soutien politique, juridique et financier aux entreprises qui commettent ou tolèrent des violations des droits de la personne. Le gouvernement du Canada a conseillé divers gouvernements dans les pays où ses entreprises exercent leurs activités au sujet de la modification de la loi, de la participation des citoyens et des zones à exploiter. . . Les ambassadeurs canadiens ont joué un rôle de gestion des relations commerciales entre les entreprises, l’État respectif et le Canada lui-même.

    Au total, 22 projets de mines d’or de grande envergure menés par 20 entreprises canadiennes en Argentine, au Chili, en Colombie, au Salvador, au Guatemala, au Honduras, au Mexique, au Panama et au Pérou sont pris en compte dans le rapport rédigé par le « Groupe de travail sur les mines et les droits humains en Amérique latine » formé il y a quatre ans par six organisations de la société civile d’Amérique latine et une aux États-Unis, et avec lesquelles 28 autres organisations latino-américaines ont collaboré. Il se termine par une série de recommandations à la CIDH, aux pays d’accueil d’Amérique latine et au Canada lui-même – y compris l’abandon par le Canada de toute forme de soutien visant à rendre les systèmes juridiques plus souples afin de promouvoir les investissements miniers au détriment des droits de la personne.

    Le soutien financier et politique que les sociétés minières canadiennes reçoivent des autorités de leur État d’origine, ainsi que l’absence d’institutions solides et de systèmes de réglementation adéquats dans les États hôtes, sont des éléments clés de la tendance actuelle des violations des droits de la personne découlant de cette industrie extractive en Amérique latine « , affirme Daniel Cerqueira, de la Due Process of Law Foundation (DPLF), l’un des membres du Groupe de travail.

    Nous avons maintenant un État péruvien qui a abandonné son rôle de protection et de garantie des droits des peuples et qui a plutôt assumé un rôle de garantie des investissements . Je pense qu’il est arrogant de la part d’un État comme le Canada d’exploiter la faiblesse du Pérou en agissant d’une manière qui favorise ses propres entreprises au détriment des Péruviens, qui ne peuvent obtenir justice dans ce pays parce que le système judiciaire place les entreprises en premier et les gens en second, et qui ne peuvent obtenir justice au Canada non plus parce qu’il n’a pas de mécanismes pour surveiller la façon dont ses entreprises agissent.

    L’un des projets miniers examinés dans le rapport est Lagunas Norte, géré par l’entreprise canadienne Barrick Gold, dans le nord du Pérou. Les opérations minières d’extraction d’or ont causé de « graves problèmes de contamination » dans les eaux d’amont des rivières Perejil, Chuyuhual et Caballo Moro, dit-il, et affectent les récoltes et l’élevage à petite échelle.

    Andy Lloyd de l’entreprise canadienne Barrick Gold rejette la responsabilité de son entreprise, affirmant dans le rapport de pollution de l’AMAS sur lui était faux

    L’impact de l’exploitation minière canadienne en Amérique latine et la responsabilité du Canada a été présentée à la Commission interaméricaine lors d’une récente réunion avec des représentants de deux des membres du Groupe de travail – le DPLF et le Jose Alvear Restrepo Lawyers’ Collective (CAJAR), de Colombie – à la suite d’une audience officielle à la Commission en octobre dernier sur l’exploitation minière et les droits de la personne dans les Amériques. Selon le rapport, entre 50 % et 70 % de toutes les activités minières en Amérique latine sont maintenant effectuées par des entreprises canadiennes et, en 2012, 70 % des actions émises par l’industrie minière à l’échelle mondiale passaient par la Bourse de Toronto.https://www.theguardian.com/environment/andes-to-the-amazon/2014/may/14/canadian-mining-serious-environmental-harm-iachr

    Et le Canada n’est pas prêt de s’arrêter à polluer avec ses mines d’extraction de métaux rares (pour les villes intelligentes, ou l’or), car les objets connectés nécessitent des métaux rares, le Canada en même temps que l’agenda 2030 de smart cities a fait également l’agenda 2030 d’extractions de métaux rares pour ses entreprises colonisatrices

    Cliquer pour accéder à Future-of-mining-in-Canadas-north_cfn.pdf

    • Trés juste, notamment sur les smart cities qui a été documenté et argumenté, notamment dans le contre rapport Meurtre Par Décret, version française, sous le terme Agenda21, aussi ceux qui prétendent toujours qu’ils ne savaient pas, ou pire qu’ils ne pouvaient pas savoir, mentent en se voilant la face…

      Mais comme le dit MNN en toutes lettres, à partir du moment où l’on expose les faits, et rien que les faits, cela vous sort de votre zone de confort, et ça FILLES ou GARÇONS y zaiment pas !

      Pour avoir parler avec plusieurs personnes qui ont vécu en Amérique du Nord, toutes m’ont dit cette sensation étrange, sans avoir croisé de Natifs (surtout dans les villes dont ils sont exclus, les vrais, par les traitres) dès qu’on sort des villes et qu’on « rentre » dans les terres, alors l’esprit des natifs amérindiens est partout. La Nature elle-même les porte en elle-même, comme les Natif ressente la Nature en eux… C’est difficile à expliquer, mais il faut se rappeler qu’ils se présentent comme les gardiens de la Nature, et les femmes sont les gardiennes de la Terre.

      C’est d’ailleurs pour cela que l’objectif avoué et au travers des pensionnats pour Indiens mais encore aujourd’hui, a toujours été que les femmes indigènes cessent de procréer !
      C’est là un des pans de la « solution finale » au problème indien.
      Et il faut également avoir en tête que tonton Adolf a tout pompé sur le modèle Zunien et la guerre des Boers pour mettre au point sa solution finale au problème juif…

      Voilà qui explique, à mon sens, pourquoi lutter contre l’Empire anglo-américano-christo-sioniste, c’est lutter contre tous les empires…

  2. […] Résistance au colonialisme : À l’assemblée (coloniale) des nations premières, la solution finale au « problème (amère)indien »  toujours à l’ordre du jour (MNN) […]

  3. J’ai rappelé toute l’importance du CR à la CV&R Meurtre Par Décret en relayant cet article de MNN qui est bien entendu très complémentaire à celui de SN dans la résurgence indigène qui ne cesse de prendre une autre dimension et sous nos yeux ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/05/01/la-grande-tantine-blanche-rameute-ses-ouailles-mohawk-nation-news/

    Et sous l’article, j’ai rappelé une autre tantine blanche, Lynn Beyak, qui a essayée, elle-aussi de rameuter ses ouailles ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/04/04/lettre-ouverte-a-lynn-beyak-par-kevin-annett/

  4. […] Résistance au colonialisme : À l’assemblée (coloniale) des nations premières, la solution finale au « problème (amère)indien »  toujours à l’ordre du jour (MNN) […]

  5. […] Résistance au colonialisme : À l’assemblée (coloniale) des nations premières, la solution finale au « problème (amère)indien »  toujours à l’ordre du jour (MNN) […]

  6. […] Résistance au colonialisme : À l’assemblée (coloniale) des nations premières, la solution finale au « problème (amère)indien »  toujours à l’ordre du jour (MNN) […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.