Guerre impérialiste au Moyen-Orient: La France confirme son rôle de larbin de l’empire en envoyant officiellement des troupes en Syrie…

… alors que des troupes françaises ont toujours été (clandestinement mais secret de polichinelle) en Syrie aux côtés de l’empire pour encadrer les « djihadistes » armée mercenaire menant une guerre par procuration en Syrie depuis 2011.
Par contre, ce qu’il ne faudrait pas non plus oublier est le rôle qu’a tenu la Turquie entre 2011 et le coup d’état manqué contre le frère musulman Erdogan, dans le soutien de l’EIIL. Il est ironique de constater que la Turquie bouffe à tous les râteliers dans ce conflit, de soutien à Daesh à maintenant alliée des Russes soit disant contre l’EIIL ou ce qu’il en reste, mais surtout pour la préservation de sa caste au pouvoir (clique Erdogan) et la lutte contre l’ennemi juré kurde. Dans ce jeu de chaises musicales, les Kurdes sont passés du statut de « combattants poule la liberté du confédéralisme démocratique » au Rojava, à traître à la révolution sociale et suppôt de l’empire anglo-américano-sioniste.
Poutine a « sauvé » Erdogan parce que la Russie a besoin de détroit du Bosphore pour faire passer ses navires de la Mer Noire à la Méditerranée et aussi du soutien de la Turquie pour les projets de gazoducs. Le vieux filou d’Erdogan a vite compris que ses « amis » Yankees étaient en train de le larguer en rase-campagne, comme tous les frères musulmans qu’ils avaient mis au pouvoir et dont ils n’avaient plus besoin et a fissa signé un pacte avec Poutine pour la protection de ses intérêts et ceux de son clan. La danse de Poutine et d’Ergotan n’est qu’une resucée de la gigue « gratte moi le dos et je gratte le tien »… La France là-dedans n’est qu’une sous-fifre qui est autorisée à aboyer un coup de temps en temps, pour la forme et maintenir une « crédibilité » de façade.
Illusion quand tu nous tiens…
Vous avez dit panier de crabes ?…
~ Résistance 71~

 

La Turquie face à la France qui envoie des troupes en Syrie

 

Par Abdel Bari Atwane : rédacteur en chef de l’édition arabophone en ligne ar-Raï al-Yaoum

 

Traduit par actuarabe

 

6 avril 2018

 

Source: http://french.almanar.com.lb/845348

 

Pourquoi la France a subitement envoyé des forces à Manbij malgré les mises en garde, afin d’empêcher que la Turquie ne prenne la ville, mettant ainsi tous ses œufs dans le panier kurde ?

Le combat majeur livré par le Président Rajeb Tayeb Erdogan ces jours-ci n’est pas celui de Tel Rifaat, mais celui contre le Président français Emmanuel Macron et son gouvernement. Ce dernier a décidé de s’impliquer militairement aux côtés des Etats-Unis et de ne pas les laisser seuls dans le combat de Manbij à venir. Il a pris l’initiative d’envoyer des troupes françaises tout en annonçant son soutien total aux Forces démocratiques syriennes libres et à leur projet d’Etat kurde au Nord de la Syrie.

L’Union européenne et la France en particulier commencent à sentir qu’ils ont perdu toute influence en Syrie, en faveur du nouveau trio formé par la Turquie, la Russie et l’Iran, qui se renforce politiquement et militairement. C’est pourquoi ils ont décidé de jouer la carte kurde, pouvant peut-être leur permettre d’avoir leur place à la table des négociations en vue d’une solution politique et obtenir ainsi leur part du gâteau de la reconstruction.

Erdogan va-t-il mettre à exécution ses menaces de viser les troupes françaises et de quelle manière ?

Le Président Erdogan a été agacé par le fait que le Président français Emmanuel Macron accueille une délégation kurde au Palais de l’Elysée en février dernier. Il a été encore plus agacé par la légitimité donnée par Macron aux Forces démocratiques syriennes, classées comme mouvement « terroriste » par la Turquie, et la proposition du Président français de jouer le rôle d’intermédiaire entre elles et la Turquie. Le Président turc a considéré cela comme une humiliation impardonnable et a déclaré : « Ceux qui ont accueilli les terroristes dans leurs palais comprendront tôt au tard qu’ils sont dans l’erreur. La France ne peut plus se plaindre des organisations terroristes et de leurs actes après avoir proposé cette médiation ».

Bekir Bozdag, vice-premier ministre turc, a été encore plus clair en menaçant la France : « Nous traiterons tous ceux qui traitent avec les terroristes comme des terroristes et ils deviendront une cible pour la Turquie ».

Nous ne savons pas comment les forces françaises, qui sont effectivement arrivées à Manbij avec leurs armes lourdes pour y rejoindre les forces américaines, seront visées par la Turquie. Mais nous privilégions deux hypothèses :

Premièrement : bombardement de ces forces et de leurs positions à Manbij par les missiles et l’artillerie turcs, afin de causer le plus de pertes possibles dans leurs rangs et mobiliser l’opinion publique française contre son Président.

Deuxièmement : donner missions à des groupes fidèles à la Turquie et bénéficiant du soutien de ses services secrets, dans Manbij ou aux environs de la ville, de mener une guérilla contre les forces françaises et américaines, notamment avant l’assaut.

Les dirigeants militaires et politiques turcs se concentrent sur la ville de Tel Rifaat au Nord de la Syrie avant de mener l’assaut contre Manbij, ce qui pose la question d’un affrontement entre la Turquie, les Etats-Unis et la France après que l’administration américaine a ignoré toutes les demandes turques de retrait de ses forces de la ville.

Un collègue expert de la Turquie vient de rentrer d’Ankara, où il a rencontré de nombreux responsables. Il nous a affirmé que les dirigeants turcs étaient déterminés à reprendre la ville de Manbij à tout prix et considèrent le combat à venir de la plus haute importance. Poursuivre l’opération Rameau d’olivier jusqu’à son terme est bien moins coûteux que de rebrousser chemin, compte tenu du soutien populaire dont bénéficie l’opération.

Notre collègue a également indiqué que la Turquie menait la guerre à Afrine, Tel Rifaat et bientôt à Manbij en totale coordination avec la Russie et avec la bénédiction des autorités syriennes et iraniennes, qui ont un intérêt stratégique à faire échouer le projet américain d’Etat kurde. Il nous a déclaré que ces informations venaient d’un très haut responsable au Ministère des Affaires étrangères turc.

Pourquoi sommes-nous d’accord avec Haytham Manna quand il dit que les Etats-Unis et l’Europe ont perdu la guerre en Syrie ?

Haytham Manna, un des leaders de l’opposition syrienne, nous a confirmé que la Turquie avait pris la décision stratégique de détruire trois « cantons » kurdes au Nord de la Syrie. Il a indiqué que l’opération militaire turque au Nord-Ouest de la Syrie (Rameau d’olivier) avait des causes économiques et démographiques fondamentales, ainsi que des causes politiques. Elle a été menée dans l’intérêt de la politique intérieure turque.  Il a ajouté que la Turquie n’avait pas dépensé un seul dollar dans la guerre en Syrie durant les sept dernières années et que les Etats-Unis, le Qatar et l’Arabie saoudite s’étaient chargés de la totalité du financement. Aujourd’hui, les financements saoudiens, qataris et américains diminuent et c’est la Turquie qui doit payer la facture, mais cela est impossible. Le retrait des Etats-Unis est envisageable car Donald Trump écoute les rapports de la CIA confirmant que la région Est de l’Euphrate où se concentrent ses troupes n’est pas sûre et que des groupes armées se forment actuellement afin de mener une guérilla contre les forces américaines.

Haytham Manna a indiqué que le Président Erdogan faisait face à une crise avec 3 500 000 réfugiés syriens, qui sont la cible de tous les partis turcs. Il veut fonder des villes à proximité d’Afrine, Jarablus et Al-Bab pour y transférer ces réfugiés le plus vite possible. L’opération Rameau d’olivier constitue la manière la plus rapide de réaliser cet objectif.

Dans sa conférence de presse commune avec le Président Poutine en conclusion du sommet tripartite d’Ankara, le Président Erdogan a résumé ainsi la situation en Syrie : « Depuis le premier jour des combats à Afrine, nos amis russes sont informés de toutes nos opérations militaires et les soutiennent ». Le Président Poutine a secoué la tête en signe d’approbation et n’a pipé mot.

Les Etats-Unis ont perdu la guerre en Syrie. C’est une vérité que ni la décision de Trump de ne pas retirer ses troupes ni celle d’envoyer cent soldats français à Manbij ne changeront.

20 Réponses vers “Guerre impérialiste au Moyen-Orient: La France confirme son rôle de larbin de l’empire en envoyant officiellement des troupes en Syrie…”

  1. Non seulement c’est un panier de crabes ; Mais certains se prennent pour des (h)omar(d)s… à l’américaine !

    Bekir Bozdag, vice-premier ministre turc, a été encore plus clair en menaçant la France : « Nous traiterons tous ceux qui traitent avec les terroristes comme des terroristes et ils deviendront une cible pour la Turquie ».

    Menace à peine voilée… C’est pas Doubleiou en 2003 qui avait dit sensiblement la même chose ? (Dans l’analyse de Jonas Alexis de 12/2016 ?)

    Macron de Rothschild confirme son rôle de cheval de Troie américain, comme Sarko en son temps…

  2. Tenez, voici l’extrait de l’article de JA du 23/12/2016 : La mafia khazare et ses marionnettes veut diriger le monde – Ce ne fut qu’après le 11 septembre 2001 que le plan de domination totale du monde fit surface ; Auquel ce texte m’a fait pensé :

    Bien avant que les États-Unis n’aillent en Irak, Bush divisait déjà le monde en deux catégories: ceux qui se tenaient avec les USA et mettaient en place l’idéologie du NOM sur un plan mondial et ceux qui ne le faisaient pas. Ceux qui refusaient de suivre le NOM étaient condamnés soit comme terroristes ou comme des soutiens du terrorisme. Comme Bush le dit alors lui-même :

    “Notre guerre contre la terreur commence avec Al Qaïda (NdT : création de la CIA au début des années 1980), mais çà ne s’arrête pas là. Cela ne s’arrêtera pas tant chaque groupe terroriste d’obédience mondiale n’ait pas été trouvé, arrêté et défait… Chaque nation dans chaque région du globe a maintenant une décision à prendre : soit vous êtes avec nous ou soit vous êtes avec les terroristes. A partir de dorénavant, toute nation qui continuera de protéger ou de soutenir le terrorisme sera vue par les États-Unis comme un régime hostile.”[10]

    Bush ne s’arrêta pas en si bon chemin. Il avait des choses encore plus intéressantes à dire: “L’Amérique a un message pour la nation du monde: si vous abriter des terroristes, vous êtes des terroristes. Si vous entrainez ou armez des terroristes, vous êtes des terroristes. Si vous nourrissez ou financez un terroriste, vous êtes un terroriste et vous serez rendu responsable par les États-Unis.” [11]

    Que j’avais intégré en analyse dans ce billet de blog ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/01/01/le-dernier-jour-du-nouveau-monde/

    Cela est tout de même curieux d’entendre Herdogan tenir des propos similaires non ?

  3. […] … alors que des troupes françaises ont toujours été (clandestinement mais secret de polichinelle) en Syrie aux côtés de l’empire pour encadrer les « djihadistes » armée mercenaire menant une guerre par procuration en Syrie depuis 2011.Par contre, ce qu’il ne faudrait pas non plus oublier le rôle qu’a tenu la Turquie entre 2011 et le coup d’état manqué contre le frère musulman Erdogan, dans le soutien de l’EIIL. Il est ironique de constater que la Turquie bouffe à tous les râteliers dans ce conflit, de soutien à Daesh à maintenant alliée des Russes soit disant contre l’EIIL ou ce qu’il en reste, mais surtout pour la préservation de sa caste au pouvoir (clique Erdogan) et la lutte contre l’ennemi juré kurde. Dans ce jeu de chaises musicales, les Kurdes sont passés du statut de « combattants poule la liberté du confédéralisme démocratique » au Rojava, à traître à la révolution sociale et suppôt de l’empire anglo-américano-sioniste.Poutine a « sauvé » Erdogan parce que la Russie a besoin de détroit du Bosphore pour faire passer ses navires de la Mer Noire à la Méditerranée et aussi du soutien de la Turquie pour les projets de gazoducs. Le vieux filou d’Erdogan a vite compris que ses « amis » Yankees étaient en train de le larguer en rase-campagne, comme tous les frères musulmans qu’ils avaient mis au pouvoir et dont ils n’avaient plus besoin et a fissa signé un pacte avec Poutine pour la protection de ses intérêts et ceux de son clan. La danse de Poutine et d’Ergotan n’est qu’une resucée de la gigue « gratte moi le dos et je gratte le tien »… La France là-dedans n’est qu’une sous-fifre qui est autorisée à aboyer un coup de temps en temps, pour la forme et maintenir une « crédibilité » de façade.Illusion quand tu nous tiens…Vous avez dit panier de crabes ?…~ Résistance 71~ […]

  4. Roseau Says:

    Erdogan joue au Frère Musulman alors qu’il est un Dönme (l’équivalent des Marranes se faisant passés Cathos).

    путин – Poutine en alphabet romain : voyage, chemin – Nom qu’a choisi son père après l’abandon du nom de famille (ses parents sont juifs).

    Poutine a prié au pied du Mur des Lamentations en 2012 pour la construction du 3ème Temple.

    Et vous avez un grand nombre de détails de ce qui se passe actuellement en Syrie et au Moyen-Orient, dans l’ouvrage :

    L’Atlas du Mondialisme – Pierre Hillard – 2017

    En quelques mots, c’est le plan Oded Yinon qui se déroule sous nos yeux de manière un peu saccadée.

    Le but est de fragmenter les pays en territoires ethniques.

    Les tensions actuelles sont entre le clan des Rotschild et celui des Loubavitch qui siègent au Kremlin depuis 2012.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.