Message à l’intention de la communauté des chercheurs (Patrice Sanchez)

 

 

 

Ma preuve par Nietzsche

car cette Expérience est la mienne aussi !

Message à l’attention de la communauté des chercheurs

 

Patrice Sanchez

 

15 mars 2018

 

« Et le psychologue qui fait de tels sacrifices aura le droit de demander que la psychologie soit de nouveau proclamée reine des sciences, les autres sciences n’existant qu’à cause d’elle, pour la servir et la préparer. Car la psychologie est devenue la voie qui mène aux problèmes fondamentaux. »

Friedrich Nietzsche « Par delà bien et mal »

Ces sacrifices Messieurs-Dames, je les fais depuis une dizaine d’années, plus j’avançais dans ma compréhension de l’univers et plus il était naturel pour moi de faire ces concessions, cela s’imposait à mon esprit comme une évidence, si bien qu’à l’heure actuelle, je mène une vie d’ermite, je me suis délesté de tout pour atteindre mon essence et mon ciel des particules élémentaires !

J’avais envoyé il y a quelques jours à Monsieur le Directeur de l’ Université Paris 2019, une copie de la lettre ouverte écrite à l’attention des psychologues cognitifs, Messieurs Dehaene et Houdé, à propos de mon témoignage Humaniste dans l’espoir de l’avènement d’une science pluridisciplinaire quantique d’inspiration nietzschéenne. En effet, mon expérience de vie Unique grâce à mon Odyssée psychologique, mon auto-analyse de 20 années consécutivement à une apocalypse cérébrale m’aura permis de découvrir que le monde et l’univers sont régis par des valeurs hautement morales et que, dans ma quête d’absolu, en respectant scrupuleusement ces principes grâce à une compréhension Globale de notre Univers, j’aurais découvert que je pouvais maîtriser mon destin par delà bien et mal.

Depuis une année environ, j’ai cette sensation prégnante, ce ressenti intuitif, d’avoir réussi à établir une connexion quantique entre ma pensée et un ailleurs … je me plaisais à imaginer que dans ces moments quasi-irréels, suspendus, tout mon être était connecté au champ Akashique de l’univers… Mais je n’osais y croire, il me manquait une preuve, un témoignage irréfutable … quand voilà 15 jours, mon cerveau m’aura donné le Signal de départ de l’écriture de ma lettre ouverte ; alors je suis entré dans une phase intense d’activité intellectuelle et les idées, les intuitions, toujours plus fines et plus approfondies, me sont venues tout naturellement, elles coulaient telles un flot incessant et limpide dans mon cœur, dans mon âme et dans mon esprit… et puis l’idée s’est imposée à moi d’entamer la lecture du passage explicatif et ô combien éloquent de la pensée du philosophe au marteau quand une soudaine émotion indicible et inimaginable m’a submergé et bouleversé au plus profond de mon être et de mon âme en toute synchronicité…

Je vais me permettre de reprendre ce passage de « Ecce Homo » où Nietzsche évoque et décrit en détails les expériences d’inspiration de sa pensée créatrice tout droit venue du tréfonds de l’univers !

« POURQUOI J’ÉCRIS DE SI BONS LIVRES

Je raconterai maintenant l’histoire de Zarathoustra.

Quelqu’un a-t-il une idée nette, à la fin de ce XIX siècle, de ce que les écrivains des époques vigoureuses appelaient l’inspiration ? Si non je vais vous l’expliquer. Pour peu que nous soyons restés superstitieux, nous ne saurions nous défendre de l’impression que nous ne sommes que l’incarnation, le porte-voix, le médium de puissances supérieures. L’idée de révélation, si l’on entend par là l’apparition soudaine d’une chose qui se fait voir et entendre à quelqu’un avec une netteté et une précision inexprimables, bouleversant tout chez un homme, le renversant jusqu’au tréfonds, cette idée de révélation correspond à un fait exact. On entend, on ne cherche pas ; on prend, on ne demande pas qui donne ; la pensée fulgure comme l’éclair, elle s’impose nécessairement, sous une forme définitive : je n’ai jamais eu à choisir. C’est un ravissement dont notre âme trop tendue se soulage parfois dans un torrent de larmes ; machinalement on se met à marcher, on accélère, on ralentit sans le savoir ; c’est une extase qui nous ravit à nous-mêmes, en nous laissant la perception de mille frissons délicats qui nous parcourent jusqu’aux orteils ; c’est un abîme de félicité où l’horreur et l’extrême souffrance n’apparaissent pas comme le contraire, mais comme le résultat, l’étincelle du bonheur, comme la couleur nécessaire au fond d’un tel océan de lumière ; c’est un instinct du rythme qui embrasse des mondes de formes – car l’ampleur du rythme dont on a besoin donne la mesure de l’inspiration : plus elle écrase, plus il élargit… Tout cela se passe involontairement, comme dans une tempête de liberté, d’absolu, de force, de divinité… C’est dans le cas de l’image, de la métaphore, que ce caractère involontaire de l’inspiration est le plus curieux : on ne sait plus du tout ce qui est symbole, parallèle ou comparaison : l’image se présente à vous comme l’expression la plus juste, la plus simple, la plus directe. Il semble vraiment, pour rappeler un mot de Zarathoustra, que les choses mêmes viennent s’offrir à vous comme termes de comparaison (« – Toutes les choses viennent alors pour flatter ton discours et pour te caresser : car elles veulent que tu les portes. Chaque symbole t’offre son aile pour t’enlever vers chaque vérité. Tous les trésors du verbe s’ouvrent d’eux-mêmes pour toi ; tout être veut devenir verbe et tout devenir veut apprendre de toi à parler. ») Telle est mon expérience de l’inspiration ; et je suis sûr qu’il faudrait remonter jusqu’à des milliers d’années dans le passé pour trouver quelqu’un qui eût le droit de dire : « Cette expérience est la mienne aussi ».

Désormais, je peux affirmer que Ma preuve par Nietzsche est une démonstration et une évidence irréfutable et si je puis me permettre de faire de la prospective… une Révolution scientifique Fondamentale.

Je tenais absolument à vous faire part de cette découverte, la preuve vécue par l’exemple de « Mon Odyssée sous le soleil de Zarathoustra » qu’il est possible de maîtriser son Destin individuel et que par voie de conséquence, des chercheurs de bonnes volonté pourraient être en mesure de faire des trouvailles extraordinaires tout droit inspirées de la Mémoire de l’Univers.

La France a de tous temps été un phare dans le monde intellectuel, je fais le vœu que les étudiants, leurs professeurs et les chercheurs s’emparent et s’inspirent de cette Psychologie Nietzschéenne afin d’ensemencer notre univers-Terre de pensées profondément Humaines, rien qu’Humaines.

——————————————————–

Quelques jours se sont écoulés et, telles des pièces de jeu d’échecs se mettant définitivement en place en toute simultanéité dans la perspective d’une attaque de Mat imminente, ma pensée s’est encore davantage affinée et ce qui était une intuition de plus en plus prégnante est devenu une certitude et une révélation ; ce ne sont plus des synchronicités dont il s’agit, mais bien d’un Ailleurs qui est en train de m’inspirer ce présent message, de me le chuchoter à l’oreille…

Vous trouverez à la fin de mon texte et de ma lettre ouverte, deux articles pour mieux respecter le cheminement de ma pensée inspirée par mon esprit et mon cœur pleinement connectés à mon environnement, avec un article adressé il y a quelques mois à Mme la Directrice de l’Institut des hautes études scientifiques et techniques et mon livre en liens pour mieux comprendre ma démarche humaniste et rien qu’humaniste … je ne le répéterais jamais suffisamment, ma conscience m’impose de vous délivrer mon message d’espoir en toute humilité … je me doute du malaise qu’il va susciter, cependant, au même titre que mon hémorragie cérébrale aura été libératrice pour mon cerveau, cet électrochoc est une condition sine qua non pour une prise de conscience supérieure.

N’étais-ce pas Goëthe qui écrivait : « tant que tu n’auras pas compris le meurs et deviens, tu ne seras qu’un être mélancolique sur cette Terre ! »

Eh bien, ce choc sur notre Ego est Fondamental, à défaut d’une apocalypse cérébrale, il devra représenter un Hapax existentiel pour qu’enfin, la prise de conscience supérieure s’accomplisse dans l’optique de la renaissance de notre mental ; c’est en cela que la psychologie nietzschéenne est Fondatrice, le génial philosophe est le seul à nous faire envisager le « par delà bien et mal »… car par delà le Bien et le Mal se trouvent notre volonté créatrice associée à l’analyse introspective toutes deux dédiées pour un seul et unique dessein qui est le rayonnement de l’humanité et de l’univers avec la complicité du ciel des particules élémentaires qui ne demandera qu’à nous accompagner et nous guidera de sa bienveillance infinie.

Cette prise de conscience progressive de notre nature spirituelle nous fera ressentir un mieux être général dans nos esprits et nos corps avec cette aptitude retrouvée à s’accepter tout d’un bloc, à nous accepter avec notre part d’ombre … ainsi délestés de ce poids mental, de ce cas de conscience que nous impose bien souvent notre égo, nos intuitions seront plus nombreuses, plus fines et plus prégnantes en même temps que nous n’accorderons d’importance qu’à l’essentiel … cette prise de conscience donc, libérera notre esprit et notre cœur s’ouvrira automatiquement à un monde merveilleux !

Voilà mon expérience de vie plus « qu’extra-ordinaire », mon ressenti dans mon corps et dans ma chair, dans mon esprit et dans mon âme dont je me faisais un absolu devoir Moral plus qu’humaniste, universel, de vous dévoiler…

Il y a longtemps que j’applique au quotidien l’aphorisme d’Albert Camus qui disait  : « La générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent » et par un retour de balancier cosmique, l’univers des particules élémentaires vous le rendra au centuple !

Mon esprit vous doit beaucoup Messieurs-Dames, l’essentiel même, pour ne pas dire l’essence et le ciel pour les physiciens quantiques !, grâce à vous et à vos illustres devanciers, mon imaginaire aura été vivifié et vous m’aurez permis de devenir qui je suis.

Nietzsche nous apprend que notre monde est régi par les principes du bien et du mal intimement liés, inextricablement mêlés et intriqués, nous devrons sublimer ces principes, nous transcender par notre volonté sans concession, la véritable signification du surhomme Nietzschéen… alors on découvrira que notre Monde n’est pas tout noir ou tout blanc, qu’il y a à prendre et à laisser en toutes choses et que c’est par notre seul et unique libre arbitre et délestés une fois pour toutes de nos égos, que nous pourrons avoir prise sur notre destinée en ne nous consacrant qu’au bien et à l’amour de nos proches et de l’humanité tout entière… c’est alors, sans que nous n’attendions rien en retour, que le ciel des particules nous renverra ces messages magiques à travers les intuitions que nous délivreront nos cœurs et nos esprits et les synchronicités.

( Soit dit en passant mais en ne trépassant point, mieux vaut n’avoir que des amis, car dans le cas contraire ? … avons-nous pensé au fait que ces particules particulières ô combien baladeuses sont également parties prenantes du corps de nos ennemis ! )

Vous Seuls êtes en mesure de hisser notre Humanité par le haut, les politiques vous suivront assurément, quant aux financiers, eh bien, créons la banque de Sisyphe et le problème sera réglé, du sable et des cailloux à volonté, ce sont les marchands de brouettes qui vont s’en mettre plein les poches !

Pour vous donner un meilleur aperçu, une idée plus fine qu’en appliquant ces principes de vie, on a le sentiment net d’une reconnexion avec le monde qui nous entoure, les prolégomènes à l’accès d’un monde magique qui s’ouvre à nous pour se transmuer rapidement en un cercle vertueux s’auto-alimentant grâce à cette quête du bien et de l’amour indéfectible, je vais emprunter un passage de mon Odyssée sous le soleil de Zarathoustra…

(Renaissance d’une apocalypse cérébrale chez l’Harmattan, P125 et suivantes )

La première réponse à ces questions m’est venue d’un article de Russell Means – un Indien d’Amérique du nord, activiste politique et acteur de cinéma – qui m’a le premier ouvert les yeux sur la cause profonde de ces incessantes coïncidences heureuses qui ont émaillé mon parcours de vie, notamment ces dernières années. Et j’en ai trouvé une explication plus précisément dans cette phrase dont je recopie des extraits : « L’univers qui contrôle toute vie a un équilibre […]. Cet équilibre […] doit devenir le facteur déterminant dans toutes les décisions que chacun prend […]. Une fois que l’équilibre est devenu une partie intégrante de la vie de chacun, toute planification, recherche, action directe et suivie devient une suite logique. Les buts ciblés deviennent des réalités de manière consistante. De bonnes choses arrivent aux bonnes personnes […]. ». Eurêka ! Tout devient soudain beaucoup plus clair. Tout vient à point à qui sait attendre. J’ai atteint l’équilibre. J’ai la réponse à mes questionnements. Dorénavant je n’aurai plus à m’interroger sur les innombrables coïncidences qui vont se multipliant ces temps derniers, pas plus que sur la facilité avec laquelle mon projet d’écriture se déroule comme une improvisation de musique de jazz, fruit d’un merveilleux duo joué avec mon compère Cerveau.

Qui s’efforce d’appréhender l’univers dans sa globalité et sa diversité parvient à comprendre que tout finit par nous réussir quand notre action s’inscrit dans le juste devenir équilibré du monde. Cela peut, de prime abord, sembler au- dessus de nos capacités d’entendement. Mais, quand on découvre progressivement, au fil du temps et des événements de la vie, qu’on a tous les solutions en soi, il suffit alors de se laisser guider par sa voix intérieure et son ouverture de conscience, son étoile personnelle, en gardant toujours bien présent à l’esprit que cet univers obéit à des principes simples, le bien, l’amour, la vérité ; cela bien intégré, le temps, qui fait bien les choses, sera notre allié. Nous avons notre devenir entre nos mains, nous pouvons être maîtres de notre destin. Insérons nous, par nos activités réfléchies, équilibrées, respectueuses des règles morales, dans l’ordre du monde et nous en serons comme récompensés. Et c’est bien le constat que j‘ai fait depuis des années, plus j’avais une vie morale, équilibrée, plus je prenais le temps d’embrasser le monde qui m’entoure, plus l’existence se montrait clémente et généreuse à mon égard. Et, à l’aune de ce que le monde pourrait être, compte tenu de notre possibilité de prendre ainsi en main notre destin, quand on observe tout ce qu’il recèle de déséquilibres, d’inégalités, de déréliction pour certains, d’indifférence pour ses semblables, on mesure l’ampleur du paradoxe qui prétend caractériser comme une civilisation évoluée, un monde qui patauge dans un tel état.

Nous sommes tous comme interconnectés dans un réseau où se tient tout ce qui existe, en sorte que chacun est affecté par les actions des autres éléments et que toute action d’un élément se répercute dans tous les autres. Un battement d’ailes de papillon et le monde s’en trouve tourneboulé. Ainsi, avec une pensée positive, nous pouvons révolutionner notre univers intérieur.

« Je suis moi-même un grain de sel rédempteur grâce auquel toutes choses se mélangent bien dans le vase de mélange. » Zarathoustra

Les petits affluents faisant les grosses rivières, il en ira de même pour les changements de notre avenir, c’est la conjonction de micro événements provoqués en toute conscience et lâcher prise qui feront que ces modifications subtiles adviendront et que, par voie de conséquence, nous pourrons influer sur notre ligne de destinée. Les heureuses coïncidences et les surprenantes synchronicités sont les signes révélateurs que l’on est sur la bonne voie, sur le chemin de la pleine sérénité.

La clé du bonheur est dans notre cerveau, ayons des pensées positives et le monde s’en portera d’autant mieux. Cela compris, on en vient à penser aux nombreuses possibilités de bifurcations qui ont jalonné et jalonnent notre arbre de vie, qui se sont offertes et qui s’offrent à nous tout au long de notre existence, on en vient à s’interroger sur ce qu’aurait été cet arbre de destinée si nous avions pris telle ou telle autre décision et sur l’impact que ces autres choix auraient eu sur notre entourage proche et lointain… On en vient à mesurer à quel point nous sommes responsables de l’ordre du monde.

La signature de l’article de Russell Means « Mitakuye Oyasin », signature qui reprend la salutation des sioux Lakotas, et qui signifie d’abord « au nom de ma parenté » mais dans laquelle le terme « parenté » recouvre l’univers entier, cette signature qu’on a traduite par « Nous sommes tous reliés », résume maintenant toute ma vision globale du monde.

Tout est interdépendant, tout est lié. Chacun de nous est lié à tout (à tout : aux autres hommes, aux mondes animal, végétal, et minéral, et même aux vents et aux marées).

Messieurs-Dames de la communauté scientifique, je fais le vœu que dans un avenir proche, vos particules élémentaires associées à vos pensées ensemencent notre Univers-Terre de trouvailles inimaginables, ce qui permettra à notre Humanité de se défaire définitivement de ses chaînes mentales…

Car après tout, et si Dieu, Satan ou bien ces ô combien facétieux Destins individuels et collectif, n’avaient élaborés l’ère du matérialisme à dessein, et si toute cette joyeuse farce ô combien tragique que nous vivons actuellement n’était pas uniquement fomentée aux petites échalottes dans le projet malicieux d’une prise de conscience individuelle avant que d’être collective de notre Humanité, pour qu’au final, nous soyons propulsés avec nos consciences pleinement éveillées vers un chaos libérateur (et non créateur !!! ) destiné à alimenter les pages du grand livre de l’Univers !?

J’ai une pensée émue pour nos « amis les trans-inhumanistes » sans passé, une fois théorisée cette méthode Psychologique Quantique, vous allez voir qu’ils ne pourront plus se passer de vous, ces doux rêveurs sans consciences et héminégligents de la mémoire de l’Humanité et de la citation prophétique Rabelaisienne : Science sans conscience n’est que ruine de l’âme et rouille des implants intracrâniens…

« Si vous avez jamais dit « oui » à un plaisir, ô mes amis, alors vous avez en même temps dit « oui » à toute douleur. Toutes choses sont enchaînées, enchevêtrées, liées par l’amour – Si vous avez jamais voulu qu’une fois fût deux fois, si vous avez jamais dit : « Tu me plais, bonheur ! moment ! instant ! », alors vous avez voulu que tout revienne ! – tout de nouveau, tout éternellement, tout enchaîné, tout enchevêtré, tout lié par l’amour » Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra

Il ne me reste plus qu’à me retirer Messieurs-Dames … le Message qui est apparu dans mon esprit devait de toute évidence vous être transmis absolument … je n’ai fait que jouer mon rôle de médiateur, mon rôle humble d’Humain, rien qu’un Humain pleinement connecté au Monde qui l’entoure.

Je fais un rêve, le rêve qu’une communauté de chercheurs solitaires inter-reliés et connectés à l’univers préside aux destinées de notre si belle planète à la Fraternité retrouvée.

Par delà toute croyance ou irréligion, entraidons-nous et aimons-nous les uns les autres, apprenons à dire oui à la vie par delà bien et mal en faisant preuve d’une volonté inflexible et d’une pensée incorruptible … ce n’est qu ‘à cette seule et unique condition que nos particules élémentaires se manifesteront à nous par l’intermédiaire des signes que vous enverra votre destin. Foi de Nous deux !!

Alors ce mode de pensée enfoui profondément dans la mémoire de l’Humanité, ce Monde merveilleux qu’a redécouvert Friedrich Nietzsche, émergeront de toutes parts des entrailles de Notre Terre-Mère et du plus profond de notre mémoire collective pour réensemencer la Planète et le Cosmos … c’est ainsi que notre Mission salvatrice accomplie, Nous pourrons clamer à la face de l’Univers : Ce qui ne nous tue pas nous fortifie en même temps que nous partirons d’un grand éclat de rire Zarathoustrien.

« On entend, on ne cherche pas ; on prend, on ne demande pas qui donne ; la pensée fulgure comme l’éclair, elle s’impose nécessairement, sous une forme définitive : je n’ai jamais eu à choisir. C’est un ravissement dont notre âme trop tendue se soulage parfois dans un torrent de larmes ; machinalement on se met à marcher, on accélère, on ralentit sans le savoir ; c’est une extase qui nous ravit à nous-mêmes, en nous laissant la perception de mille frissons délicats qui nous parcourent jusqu’aux orteils ; c’est un abîme de félicité où l’horreur et l’extrême souffrance n’apparaissent pas comme le contraire, mais comme le résultat, l’étincelle du bonheur, comme la couleur nécessaire au fond d’un tel océan de lumière ; c’est un instinct du rythme qui embrasse des mondes de formes – car l’ampleur du rythme dont on a besoin donne la mesure de l’inspiration : plus elle écrase, plus il élargit… Tout cela se passe involontairement, comme dans une tempête de liberté, d’absolu, de force, de divinité… »

Quantiquement votre !

Patrice Sanchez

P.S.. Je tenais à dédier cette lettre à mon ami, le Philosophe Pierre Héber-Suffrin, sans qui mon extraordinaire aventure de pensée n’aurait pu voir le terme.

8 Réponses vers “Message à l’intention de la communauté des chercheurs (Patrice Sanchez)”

  1. C’est pas mal. mais cet homme s’obstine à chercher, alors qu’il suffit peut-être de laisser venir 😉

  2. @ Grumeau, c’est le problème avec toutes les religions et les idéologies qui laissent venir et attendent qu’un messie hypothétique ou une apocalypse viennent libérer leurs ouailles depuis des temps immémoriaux … mais il en faut pour tous les goûts, je respecte la volonté de chacun, je voulais juste témoigner qu’un monde autrement plus humain était possible plutôt que de laisser venir et subir collectivement l’innommable !

  3. J’ai dans la tête le refrain de la chanson ;  » être né quelque part « , vous en parlerez aux 80 % de déshérités de la planète, laisser venir la misère et la désolation, ils ne connaissent que cela… L’avantage avec votre méthode passive, c’est que nous serons tous des palestiniens d’ici peu de temps !

  4. aetius Says:

    Bonjour, désolé, mais la cortisone est le genre de molécule qui produit ce genre de bouffées délirantes.
    En quoi votre révélation est-elle différente des révélations religieuses ?
    Vous êtes dans la croyance, là, non ?
    Quelles sont vos preuves ?
    Tout est dans votre corps, dans vos neurones.
    La seconde partie est déjà plus lisible pour un lambda comme moi.
    Cordialement,

    • OUI la cortisone, mais à très hautes doses alors !!!

      Plus sérieusement et pour vous donner une meilleure appréhension de ce que j’ai vécu et d’où je reviens, à savoir le néant et l’enfer durant mes deux ans d’hospitalisation, je vais me permettre de reprendre un post écrit il y a peu pour couper court à tout sépticisme et remise en doute et pour vous prouver que l’on a tous en nous ( outre quelque chose de Tennessee) des ressources insoupçonnées…

      Et quand je constate 20 ans plus loin mon état de sérénité extrême, ce sentiment que plus rien ne peut m’atteindre gràce à mon analyse introspective et plus que tout, ma volonté à toutes épreuves …vous comprendrez mon recul et mon détachement par rapport à notre monde totalement sens dessus dessous !

      Alors quand tout à l’heure, j’ai eu la faiblesse de m’excuser presque pour avoir employé le verbe maitriser, j’efface tout, et je clame haut et fort que depuis ma renaissance il y a 23ans, je maîtrise mon destin par delà bien et mal !

      Je ne sais si vous pouvez vous imaginer du jour au lendemain, vous vous retrouvez paralysé des 4 fers et ne pouvant pas prononcer une parole dans une chambre d’hopital, avec le cerveau en capilotade après que l’on vous ait charcuté à la tronçonneuse et au scalpel non sans avoir traversé une phase critique de coma profond !
      … Plus d’un an sans savoir si je pourrais remarcher un jour et un diagnostic de récupération du corps médical dramatiquement sombre !

      Et ce n’était qu’une mise en bouche, un hors d’oeuvre pour la suite de la dégustation qui m’attendait …

      Croyez-vous que c ‘est en embrassant une religion, en priant tous mes dieux et mes diables que je m’en serais sorti !

      J’ai accepté mon satané destin, l’aurais pris à bras le corps et par ma volonté, mon courage et mon abnégation, au fil des jours, pas à pas, pour ne pas dire roulette à roulette de ma poussette roulante les premiers temps, je serais revenu dans le monde des vivants !

      Et vous vous demandez comment j’ai fait, eh bien quand il nous arrive pareille épreuve on a pas d’autre choix, c’est marche ou rampe pour les paralysés, nous avons tous au plus profond de nous cette capacité d’encaisser l’innommable, et c’est bien souvent à cette occasion que s’opère le déclic, la transcendence …

      Vous voulez savoir d’où nous vient cette impression que nous n’avons plus aucune prise sur les événements !

      L’amollissement des esprit généralisé; le déclin du courage dont parlait Soljenitsine, le confort, la paresse de nos sociétés occidentales et l’oisiveté !

      Rien de tel qu’une bonne apocalypse cérébrale pour vous remettre les idées d’aplomb et vous remettre dans le droit chemin, je vous le garantis !

      Oui mes amis, je me suis battu comme un chien, Pollux mon fox terrier hoche la tête, il aurait préféré que j’emploie le mot chat, j’avais dû faire des efforts de tous les instants pour récupérer je ne savais quoi, car seul mon maudit cerveau à l’époque, était en mesure de décider, déconnecté de tout que j’étais !

      C’est par ma volonté seule qu’au bout de 12 ans, je serais venu à bout de ce maudit cerveau, que je l’aurai progressivement apprivoisé, en même temps qu’il recréait ses connexion neuronales !

      Comment avait t’il ‘ t’il pu tenir tout ce temps confiné entre les 4 murs de son studio, vous entends-je vous demander… l’adaptation, je m’étais construit un monde à ma mesure, et puis dans mon malheur j’avais cette chance énorme d’espèrer en une infime chance de récupération.

      Ce cerveau qui au bout de douze ans de dépendance à avoir du être tributaire des uns et des autres pour le moindre de mes déplacements décida avec la complicité de mes efforts monstres, quotidiens, qu’il serait temps de m’affranchir et de retrouver ma liberté de crapahuter !

      Croyez vous que c’est en allant prier un dieu, en allant méditer transcendentalement qu’un tel résultat aurait pu se produire à Lourdes ou à Llassa !

      Non les amis, c’est ma volonté seule, mes efforts quotidiens et ma soif inextinguible de connaissances en plus de mon moral joyeux … car plutôt que de me lamenter en allant prier tous mes dieux, en me faisant exorciser ou que sais je encore, j’aurais dit oui à la vie, j’aurais accepté mon karma qui s’était montré si abominable jusque là, j’aurais empoigné mon destin à bras le corps et tel un Sisyphe, j’aurais poussé mon rocher à la rencontre de mon exceptionnelle destinée !

      Volonté, courage, abnégation, détachement de tout ce qui parasite notre mental et continuer à apprendre, à étudier dans mon coin avec ma méthode, sans dieu ni maitre !

      On aurait crié au miracle pour moins que ça à lourdes et j’aurais défilé comme une bête de foire clopin clopinant, quant au Tibet ou en Inde, c’est le même principe, le culte des idoles avec offrandes sonnantes et trébuchantes de préférence !

      Je ne me fais pas beaucoup d’illusion sur mes envois au milieu scientifique embourbé dans la matière et le technologisme, mais faire tout ce qui est en notre possible, utiliser toutes ses ressources, n’est ce pas là le meilleur moyen pour ne pas avoir de regrets, j’en ai fait une règle de vie !

      Encore un exemple édifiant, l’écriture de mon livre édité voilà un an, j’avais envoyé par deux fois mon manuscrit à un grand éditeur, par deux fois il avait été retenu dans un premier temps pour être finalement refusé en comité de lecture, eh bien quelques mois plus tard je me suis mis en tête de le remanier et d’incorporer des aphorismes de zarathoustra après que ma compagne m’eût offert les commentaires du grand livre, le Zarathoustra de Nietzsche écrit par Pierre Héber Suffrin.
      J’avais fait des recherches sur internet et n’avais de toute évidence pas eu les yeux en face des trous, j’avais eu la berlue et la sconerie, car j’avais cru lire qu’il était mort. Il n’empêche que j’ai quand même envoyé mon manuscrit en pdf à son éditeur pour lui rendre hommage ! Quelle ne fut pas ma plus qu’extrême et zarathoustraesque surprise, quand il m’avait répondu d’entre les vivants, je crois bien que j’ai failli en avaler ma pipe de stupéfaction, il me proposait de m’aider à parfaire mon texte pour me faire éditer !

      Alors dorénavant et même après, j’ai décidé de ne plus me taire, porter encore et toujours ma parole d’espoir, n’en déplaise à tous les empêcheurs de penser droit, je clame, je proclame et je déclame qu’ il est possible d’avoir prise sur son destin, les civilisations anciennes, les sociétés traditionnelles et les peuples indigènes savaient ces secrets, ma vie, mon destin ont fait que j’ai percé à jour ce mystère d’une simplicité cosmique !

      L’univers, notre monde obéit au principe du bien, de l’amour, de l’entraide, et plus vous mettrez du cœur à l’ouvrage, sans rien attendre en retour, avec détachement et lâcher prise, plus vous voudrez vous améliorer et vous bonifier avec l’âge, plus vous en récolterez les fruits merveilleux !

      Rien de ce qui s’accomplit dans ce monde ne saurait être inutile, et pendant que les zombies systèmes s’enfoncent toujours plus dans l’abjection et l’ignominie, dites-vous qu’ils ont choisi leur camp, optez pour celui du bien, aimez-vous, entraidez-vous, Zarathoustra, Dieu, athé, souhait ou le diable reconnaitront les leurs assez tôt…

      Et n’oubliez pas de rigoler, ça allonge la durée de vie en plus et c’est nettement plus réjouissant que les suppôts à la cortisone d’ aetius !!!

      Fraternellement,

      Patrice

      • aetius Says:

        Ah, ben là, voyez-vous, non seulement j’ai tout compris, mais en plus j’acquiesce des deux mains ! Bon, et bravo d’en être revenu au passage. Le Bien, c’est la Vie et la Vie, c’est le Bien. Pour moi, c’est comme ça que ça fonctionne le mieux en tous cas. Alors, oui, fraternellement ! 🙂

  5. Alors : Viva la vida y viva el amor et en kdo bonux, vous avez droit à Mon Odyssée en pdf :

    https://drive.google.com/open?id=0B1gF5uauTY42V1M4NHlya3A3blA4QkdtOExJSHc1VkdLNWxZ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.