Changement radical de paradigme politique: Notion de complémentarité entre théorie et pratique

Résistance 71

11 mars 2018

Certains lecteurs de notre « Manifeste pour la Société des Sociétés », de plus en plus nombreux du reste, nous ont demandé si nous comptions en écrire une suite pratique, une sorte de descriptif de ce que serait cette société des sociétés que nous envisageons. Nous y avions pensé de notre côté et ce fut et est toujours l’objet d’un débat intense entre les partisans d’en écrire une suite à caractère pratique tentant d’en cerner au mieux les caractéristiques et ceux qui, comme l’auteur de ces lignes, pensent qu’il est sinon impossible du moins non souhaitable de le faire sans passer pour des sortes de gourous voulant imposer un « modèle » ou un « système » de remplacement politique et par dérive économique aux turpitudes organisationnelles criminelles et obsolètes courantes.
En tant que collectif, nous n’avons absolument aucune velléité de constituer dans l’esprit de certains une sorte « d’avant-garde » dont on sait historiquement où elle mène quasi inéluctablement. Nous pensons qu’il appartiendra au peuple émancipé et librement associé de déterminer le mode de fonctionnement de la société en rapport aux circonstances expérimentées par chaque communauté associée.

Nous continuons de réfléchir à la question, mais il est peu probable que nous nous lancions dans l’aventure. Cependant nous avons déjà lu plusieurs textes s’attachant à l’affaire de l’organisation d’une telle société sans état et certains travaux de recherches et de compte-rendu d’expériences de terrain ayant déjà eu lieu. Il y a par exemple les compte-rendus faits par George Orwell, Gaston Leval ou Diego Abad de Santillan concernant la révolution espagnole de 1936. Ces textes donnent de bonnes idées mais demeurent très spécifiques quant à l’expérience et ses données spatio-temporelles.

Nous vous présentons ici aujourd’hui deux textes très intéressants à notre sens concernant l’aspect pratique d’une société sans état, sans pouvoir coercitif et sans argent. Ils sont présentés ci-dessous en version PDF (réalisée par Jo de JBL1960) et dans l’ordre chronologique de leur parution, à savoir « Un monde sans argent » (1975-76) et « Manifeste contre le travail » (1999), deux textes également écrits par des collectifs.

Il est intéressant de lire et d’assimiler ces deux textes en parallèle et en complément de notre « Manifeste de la société des sociétés » (2017). Il est intéressant aussi de noter que les auteurs, collectifs de ces trois documents proviennent d’expériences politiques différentes, mais que loin de s’antagoniser, leurs analyses se rejoignent et se complètent parce que semble t’il tous touchent à des notions universelles à la société humaine, notions de coopération, d’association libre, d’égalité, de pouvoir non-coercitif, qui sont propres au fondement même de la société humaine et qu’il devient urgent de (re)découvrir…
Nous invitons les lecteurs à lire,  à réfléchir, à commenter et à discuter dans le temps sur ces trois documents décidément menant vers un changement radical de paradigme politique pour le bien commun de toutes et tous. Nous allons créer une page spéciale pour ce faire en collaboration avec le blog des 7 du Québec et son éditeur Robert Bibeau, qui a republié récemment l’essai du « Monde sans argent ».

Sans plus attendre, voici ces textes que nous partageons dans un but éducatif et de discussion:

Manifeste de la societe des societes
Un monde sans argent: le communisme
Manifeste contre le travail


Bonne Lecture !…

Analysez, commentez les deux textes complémentaires que sont notre « Manifeste pour la société des société » et « Un monde sans argent: le communisme » sur la page spéciale que nous avons créée à cet effet.

Publicités

2 Réponses to “Changement radical de paradigme politique: Notion de complémentarité entre théorie et pratique”

  1. […] R71 nous a invité à remonter le cours de notre propre histoire, constatant ainsi que les sociétés dites primitives avaient, par des va-et-vient, testé aussi bien les sociétés sans État, contre l’État même ou totalement acquises à l’État à ses dogmes et doctrines. […]

  2. […] avons récemment mis ce texte et celui d' »Un monde sans argent: le communisme » en parallèle […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.