Résistance au colonialisme: En Equateur, le combat du peuple Shuar contre le gouvernement et la Chine pour la sauvegarde de leur terre ancestrale…

Le problème colonial est fondamentalement posé dans cet article du toujours pertinent Peter d’Errico paru sur Indian Country Media Network en décembre 2016. Nos lecteurs feront un parallèle, du reste établi en fin d’article, avec la lutte anti-coloniale autochtone en Amérique du Nord. Le fondement, la racine de toute cette idéologie d’appropriation et d’exploitation est la doctrine chrétienne de la découverte, chrétienne parce qu’ancrée dans des édits (bulles) pontificaux du XVème siècle tels Dum Diversas (1450), Romanus Pontifex (1455) et Inter Caetera (1493), qui établirent la domination de l’empire chrétien sur toute terre païenne et sa (pseudo) légalisation moderne au moyen de décisions de Cours Suprêmes des nations concernées, commençant aux Etats-Unis en 1823 avec le verdict de l’affaire Johnson c. M’Intosh, qui fit jurisprudence au Canada et dans les pays d’Amérique Latine.

L’État est expansionniste et colonialiste par construction, l’histoire de l’État depuis 5000 ans se confond avec l’histoire de la guerre et plus particulièrement de la guerre coloniale expansionniste. Il est impossible de rendre l’État juste et vertueux, car il est fondé sur la division politique puis économique de la société. Lutter pour une société juste et égalitaire, c’est lutter contre l’État et lutter contre l’État c’est lutter contre sa raison d’être, la colonisation des esprits, des êtres et des choses.

La seule solution “juridique” à l’exploitation coloniale est la mise à mort de l’État par substitution, et donc de son colonialisme inhérent, des institutions, de l’argent, du salariat et de toute forme d’exploitation induite par la division initiale de la société humaine. Lorsque nous occidentaux, nous serons débarrassés des chaînes idéologiques coloniales qui nous entravent tout autant que les peuples colonisés, simplement à un degré divers et nous tiendrons debout, main dans la main avec les peuples autochtones exploités, brutalisés, ignorés et annihilés, alors pourrons-nous mettre en marche la seule société humaine valide et universelle à terme, la société des sociétés, la société des associations libres, réunis dans l’universalité de leur complémentarité.

Il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et n’y en aura JAMAIS !

Sortir du cercle vicieux où nous avons été enfermés, c’est prendre la tangente de l’antagonisme induit et encouragé à fin divisionnaire et embrasser la complémentarité naturelle qui unifie dans le grand tout. Ce n’est que sur cette voie que nous nous réaliserons en tant qu’humanité, qu’enfin nous SERONS…

~ Résistance 71 ~

 

Les peuples autochtones Shuar ont besoin d’un soutien juridique plus fort dans la lutte contre les sociétés minières chinoises

 

Peter d’Errico

 

31 décembre 2016

 

Source: https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/shuar-people-fight-chinese-mining-company/

 

Traduit de l’anglais par un lecteur anonyme, décembre 2017

 

Le gouvernement équatorien se mobilise contre les Shuar groupe indigène de l’Equateur, qui combattent les plans d’une énorme mine de cuivre chinoise à ciel ouvert sur leurs terres.

Le gouvernement équatorien a déployé des milliers de militaires et de policiers pour imposer un « état d’exception » dans la province amazonienne de Morona Santiago, qui englobe les territoires ancestraux du peuple autochtone Shuar. La mobilisation et l' » état d’exception  » ont été annoncés en réponse à la mort d’un policier lors d’une manifestation de prendre le contrôle d’un camp minier le 14 décembre. Aucune preuve n’ a été fournie pour prouver qu’il s’agissait bien d’un manifestant shuar qui a causé la mort du policier.

Les Shuars protestent contre l’invasion de leur pays par une société minière chinoise, EcuaCobres SA (EXSA), qui créerait la deuxième plus grande mine de cuivre à ciel ouvert du monde, dont les bénéfices annuels sont estimés à 1,2 milliard de dollars. La société minière chinoise a déjà entrepris des travaux d’exploration avancés pour l’extraction de l’or et du cuivre dans la zone appartenant aux indigènes shuar. La zone prévue pour la mine se situe dans le cadre d’une « concession » de 41 000 hectares (plus de 100 000 acres) mise en place par le gouvernement équatorien pour convertir le statut juridique des terres autochtones shuar en propriété privée appartenant à l’entreprise minière chinoise. Près de 50 % des « concessions » à l’entreprise minière chinoise se trouvent dans le pays d’origine des Shuars.

La région des Shuar vendu à l’entreprise chinoise est « la Cordillère du Condor, une chaîne de montagnes qui relie les Andes méridionales de l’Équateur à l’Amazonie, et est caractérisée par une biodiversité unique ».

Les Shuar, alliés aux agriculteurs métisses (équatoriens-indigènes shuar) et à des militants écologistes comme l’organisation Accion Ecologica, ont protesté contre le plan minier chinois depuis qu’il a été proposé pour la première fois par une entreprise canadienne dans les années 1990. En 2006, ils ont réussi à expulser l’EXSA de la région et ont ensuite établi des colonies pour maintenir la présence des Shuar et affirmer leur propriété.

Depuis 2006, les dirigeants shuars et leurs familles sont la cible des forces gouvernementales équatoriennes. En août 2016, les troupes gouvernementales ont expulsé de force les Shuars de leurs maisons, affirmant que les indigènes Shuar « occupaient illégalement » les terres de la compagnie minière chinoise. Le gouvernement équatorien a dressé une liste des dirigeants Shuar  » les plus recherchés « , ce qui a amené certains des plus ardents partisans Shuar à se cacher.

Severino Sharupi, un dirigeant de la Confédération des nationalités indigènes de l’Equateur, a déclaré que le gouvernement équatorien et la compagnie minière chinoise « veulent emprisonner certains des principaux porte-parole de la résistance pour qu’il n’ y ait pas d’opposition à la vente du territoire des Shuar à la compagnie chinoise… L’État équatorien doit avoir une autorité qui donne la permission à la compagnie chinoise et leur permet de… ». Mais Domingo Ankuash, l’un des leaders shuars les plus véhéments, a déclaré que les Shuars ne reculeront pas: « C’est le début d’une lutte pour exterminer le peuple shuar parce que nous sommes la seule nation qui a défendu avec vigueur notre territoire. S’ils doivent nous exterminer, ils peuvent le faire. Peut-être alors pourraient-ils continuer l’exploitation minière. Mais d’ici là, nous continuerons à défendre les terres pour empêcher qu’elles deviennent la propriété des compagnies minières chinoises. »

Les paroles et les actions courageuses de ces dirigeants Shuar indiquent qu’ils comprennent la dynamique de l’invasion coloniale – qu’ils ne sont pas éblouis par l’offre d' » emplois  » de la compagnie minière chinoise ni prêts à accepter les revendications de la  » propriété  » du gouvernement. Face à ce genre de leadership conscient et informé, il semble probable que le conflit se poursuivra. Malheureusement, les avocats du Shuar n’ont pas encore pris position au niveau le plus élémentaire des réclamations juridiques du gouvernement.

Tarquino Cajamarca, l’avocat spécialisé dans les droits des Shuars, a déclaré que le gouvernement selon la loi de l’Etat, n’ a aucune obligation de consulter les propriétaires fonciers pour obtenir des concessions puisque les Shuar sont techniquement propriétaires des terres, mais pas du sous-sol: Une concession est un titre de propriété sur un sous-sol pour des opérations minières « , a dit Cajamarca à Al Jazeera, » et c’est l’État qui possède le sous-sol, ainsi que les rivières, les montagnes, etc.

A ce moment-là, vous vous demandez: si les Shuar possèdent la surface mais pas le sous-sol, n’ont-ils pas le droit légal d’arrêter l’extraction du sous-sol? De nombreuses juridictions – en particulier dans les régions où les minéraux, le gaz et le pétrole sont prédominants – permettent une séparation juridique entre la propriété « de surface » et la propriété des minéraux sous-jacents.

Qu’en pensons-nous ? Nous l’avons trop souvent vu: les avocats représentant les peuples autochtones ne remettent pas en question la question fondamentale – à savoir la revendication de l’Etat équatorien colonisateur selon laquelle il est le  » propriétaire  » des terres autochtones, qu’il s’agisse de la surface ou du sous-sol. Si les courageux dirigeants Shuar doivent être soutenus par leurs avocats, les avocats doivent d’abord aller au-delà des lois « normales » de l’État équatorien colonisateur. Les avocats doivent contester ces lois colonisatrices. Plus précisément, les avocats Shuar ne devraient pas concéder la propriété du sous-sol Shuar à l’État Equatorien.

La revendication équatorienne de « posséder » des terres indigènes – les rivières, les montagnes, etc. – repose sur le même fondement que la doctrine de la domination coloniale appelée « doctrine de la Découverte Chrétienne ». En raison des appels de plus en plus médiatisés à la « révocation » des bulles papales à l’origine de la doctrine colonisatrice chrétienne, tous les avocats des peuples autochtones devraient ouvrir un procès en critiquant la doctrice de la Découverte et en rejetant toutes les revendications étatiques fondées sur cette doctrine de la Découverte.

La contestation juridique nécessaire pour soutenir les dirigeants Shuar implique un rejet de la notion selon laquelle l’État équatorien « possède le sous-sol, ainsi que les rivières, les montagnes, etc. En 2008, l’Équateur a adopté dans sa Constitution un chapitre stipulant que la « Nature » a des droits fondamentaux et que « l’État va… promouvoir le respect de tous les éléments qui forment un écosystème » Nous ne pouvons pas accorder beaucoup de poids à cette disposition, car elle donne à l’État le plein pouvoir sur les terres.

Néanmoins, la situation équatorienne offre une occasion inhabituelle de contester fondamentalement les revendications étatiques de propriété fondées sur les doctrines coloniales de domination sous la doctrine de la découverte chrétienne. Les Shuars eux-mêmes – et d’autres peuples autochtones – doivent affirmer le droit et le pouvoir d’empêcher « un impact environnemental grave ou permanent » sur leurs terres.

L’importance de l’argument de Shuar devient encore plus pressante après que le président équatorien Correa ait publié une déclaration de soutien à la société minière chinoise EXSA, déclarant que  » la chose la plus importante au sujet de la nature demeure l’être humain et que le premier devoir éthique et moral est de vaincre la pauvreté « . Les visions du monde indigènes ne privilégient pas les humains par rapport à la nature, mais considèrent que les humains font partie du monde naturel et qu’ils ont la responsabilité de vivre en équilibre avec la terre plutôt que de la dominer. La ligne supplémentaire du Président Correa sur « vaincre la pauvreté » n’ajoute rien à la relation humaine avec la Création et attise plutôt la confusion basée sur le désespoir économique provoqué par le système d’extraction capitaliste qui endommage la terre et les humains.

L’Équateur a ses propres «protecteurs de l’eau», qui, comme ceux de Standing Rock, assument une tâche de plus en plus importante face aux industries extractives minières. L’Équateur a également une collaboration active d’activistes environnementaux autochtones et non autochtones, dirigée par la Confédération des nationalités autochtones de l’Équateur (CONAIE). L’Equateur a donc les ingrédients pour une position ferme contre la destruction par l’extraction minière. Le leadership local a besoin d’avocats qui soutiendront cette position avec les arguments les plus puissants qui peuvent être faits.

source https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/shuar-people-fight-chinese-mining-company/

Publicités

12 Réponses to “Résistance au colonialisme: En Equateur, le combat du peuple Shuar contre le gouvernement et la Chine pour la sauvegarde de leur terre ancestrale…”

  1. Merci à ce traducteur anonyme et merci à vous de le porter à notre connaissance.
    D’où l’importance d’attaquer la doctrine chrétienne de la découverte qui démontre là toute sa malfaisance et pour ceux qui doutent de ses effets néfastes de nos jours.
    Je le relaie sous cet angle et ne manquerai pas de rappeler la lutte de Steven Newcomb à ce sujet et aux côtés bien souvent de Peter d’Errico.
    Et l’on pense, bien sûr, à l’immense Russell Means qui nous conseillait de nous rappeler le nom des nuages pour ne pas perdre notre chemin…
    On comprend là toute l’importance de se placer sous la Loi Naturelle et non la Loi Humaine.
    Ce n’est nullement une vue de l’esprit où une folle utopie, non c’est nôtre seule change, de ne pas être balayé par une Nature Vengeresse ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/10/22/nature-vengeresse-par-mohawk-nation-news-mon-grain-de-sel/

    « La Nature n’est pas politique et ne dépend aucunement du système monétaire totalement artificiel. »
    JBL

      • Je suis entrain de rechercher des illustrations, et j’ai trouvé des choses vraiment intéressantes pour appuyer le propos, et surtout permettre au gens de visualiser les choses.

      • Tenez, je suis totalement avec votre préambule ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/12/11/les-peuples-autochtones-shuars-vs-ste-miniere-chinoise-exsa-en-equateur/
        Et je l’exprime, en appuyant mon propos pour ce 1000ème petit billet à tiroirs par de nombreux billets, PDF et infos presse.
        Merci à vous ;
        Jo

      • Je vous sais connaisseur d’Achille Talon et je me demandais si vous aussi vous vous étiez souvenu de l’album « Le trésor de Virgule » : découverte d’un plan au trésor dans le grenier de Virgule Guillemets
        concernant l’héritage de sa tante Epydaimie
        qui conduit nos amigos Achille, Lefuneste, Virgule et Hécatombe (étant un vrai chef militaire) au Platopabo chez les jivaros à la recherche d’une mine de diamants. Après de dures aventures, notamment avec le duc 4ème du nom Arthur de Glouswallow, surnommé « Dalle en pente » explorateur et ami d’Achille Talon, ivrogne invétéré mais qui ne manque pas de phlegme après s’être débarrassé de Rumbatango, chef des Kilibambas et de Domisoldo Diez, chef des révolutionnaires ronchonneros, la mine de diamants s’avérera être une mine de truffes
        >> p. 35 les pièges à têtes des jivaros serebros.

  2. […] Résistance au colonialisme : En Équateur, le combat du peuple Shuar contre le gouvernement et la Chine pour la sauvegarde de leur terre ancestrale… […]

  3. la Cariatide Says:

    maintenant les chinois se mettent à coloniser le monde!? le péril jaune! 🙂

    pas aperçu chez vous, mais à propos de ce qui y est raconté: qui cela étonne encore?

    http://plumenclume.org/blog/304-l-invasion-israelienne-en-patagonie

    • non, logique impérialiste pour les Chinois, poussée il est vrai par l’empire actuel qui les a forcé à sortir de leur muraille. L’empire fusionne avec la Chine, les oligarques ont besoin du modèle chinois pour contrôler le monde et de son armée pour gendarmer l’infâmie du N.O.M. Tout le cinéma avec la Corée du Nord n’est qu’un écran de fumée, une diversion pour les masses, derrière le rideau, la haute finance continue de s’allier et des liens se sont tissés avec l’oligarchie chinoise.
      La Chine exploite des terres amérindiennes en Colombie Britannique (côte ouest canadienne), les disparitions de femmes et de familles autochtones connectées avec le système de gouvernance traditionnelle native depuis des années sont liées à l’exploitation minière chinoise en CB. Il y a des milliards en jeu, les gouvernements canadiens vendent les droits d’exploitation (de terres volées) très cher et aident à l’élimination des empêcheurs de piller en rond… 😉

  4. stop fipa pas de fipa Says:

    la Chine a déjà le Canada dans sa poche avec le traité de libre échange FIPA entre le Canada et la Chine.

    Les indigènes première nation du Canada d’ailleurs ont fait une pétition pour protester contre ce traité de libre échange (FIPA) qui donnera tout pouvoir aux entreprises chinoises sur les terres du Canada :

    « La plupart des Canadiens n’ont jamais entendu parler du FIPA, l’Accord Canada-Chine sur la protection des investissements étrangers, parce que le premier ministre Harper a essayé de le faire passer en douce sans un seul vote ou débat au Parlement.

    Cet accord (FIPA) permettra aux grandes sociétés chinoises de poursuivre les gouvernements canadiens devant des tribunaux secrets si nous prenons des décisions qui placent les intérêts canadiens avant les profits des sociétés – empêchant les Canadiens de prendre des décisions démocratiques concernant notre économie, notre environnement et notre énergie  »

    À l’improviste, les conservateurs Harper ont ratifié l’accord FIPA Canada-Chine, une mesure qui menace d’enfermer notre démocratie dans un accord contraignant pendant au moins 31 ans. En diffusant les nouvelles un vendredi après-midi, il nous a montré qu’il savait que cette décision était politiquement toxique – le FIPA est profondément impopulaire auprès des gens d’un bout à l’autre du pays

    Avec le FIPA est adopté, les entreprises chinoises peuvent prendre le contrôle des ressources canadiennes et intenter des poursuites contre les gouvernements canadiens en secret, si le gouvernement fait quoi que ce soit qui menace les profits de l’entreprise…

    Les tribunaux secrets fonctionnent à l’extérieur du système juridique canadien – et ils ont déjà des antécédents en matière de décision systématique contre les intérêts des Canadiens.
    https://www.leadnow.ca/stop-fipa/

    Les indigènes Hupacasath ont d’ailleurs écrit une lettre à l’ambassade de Chine au Canada et au premier ministre Canadien les avertissant qu’ils ne reconnaitront pas le traité de FIPA sur le terre et ce que le Canada a signé avec la Chine ne les concerne pas:

    « Ambassadeur Zhang Junsai La République populaire de Chine au Canada 515, rue St-Patrick, Ottawa (Ontario) K1N 5H3 Télécopieur: +1 613 7891911,7891414 chinaemb_ca@mfa.gov.cn Premier ministre Stephen Harper Cabinet du Premier ministre État du Canada 80, rue Wellington, Ottawa (Ontario) K1A 0A2 Télécopieur 613 ! 941-6900

    Nous, la Nation souveraine connue sous le nom de Première nation Hupacasath, avons contesté devant les tribunaux l' »Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers entre le Canada et la Chine », communément appelé l’Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers.

    Notre contestation judiciaire était fondée sur les droits ancestraux et le titre aborigène reconnus à l’article 35 de la Loi constitutionnelle du Canada. Conformément aux droits que possède la Première nation Hupacasath, le Canada a l’obligation de nous consulter lorsqu’il négocie une entente comme la LAIPVP. Cette exigence de consultation n’ a pas été respectée par le Canada.

    La Première nation Hupacasath ne consentira à aucun développement dans notre territoire qui aurait des répercussions négatives sur nos titres de propriété et nos droits ou qui les abrogerait. Nous avons intenté une action en justice contre la FIPPA afin de protéger nos droits, nos titres et notre mode de vie qui dépendent de l’existence de certains écosystèmes et du maintien de normes environnementales « élevées. »https://fr.scribd.com/document/244667093/Hupacasath-First-Nation-FIPA-Letter-to-China

  5. Les communautés indigènes shuar de la Cordillère du Condor, en Équateur, font face à l’invasion de leur territoire par des sociétés minières transnationales chinoises et canadiennes, avec le soutien du gouvernement de Rafael Correa. Au cours des derniers mois, le territoire de la Cordillère a été progressivement occupé par la police et l’armée afin de protéger les activités de ces sociétés minières et conduire des opérations d’expropriations.

    Nous relayons leur communiqué adressé à l’opinion publique et aux organisations nationales et transnationales.

    Nankints résiste et expulse l’entreprise minière chinoise ECSA Ecuacorriente (filiale de Tongling et CRCC) et la police qui assurait sa sécurité.
    Nous, membres de la nationalité shuar, sommes fermement décidés à rester sur notre territoire, situé en Amazonie, dans la province province Morona Santiago.
    Il y a trois mois, le gouvernement national a exproprié les habitants de Nankints avec l’aide de l’armée afin de permettre à l’entreprise minière chinoise ECSA d’occuper la zone. C’est pour cela que la Nation shuar a pris la décision d’expulser l’entreprise et de récupérer ce qui nous appartient de droit.
    Nous appelons tous les hommes et toutes les femmes des nationalités shuars ainsi que les autres nationalités amazoniennes à nous rejoindre et à soutenir notre lutte. Nous demandons à nos frères shuar qui travaillent au sein de l’armée à maintenir le calme et à ne pas tirer contre leur propre peuple. Nous, les shuar, nous défendons notre terre où nous vivons depuis des milliers d’années ! Nous rejetons catégoriquement l’intervention militaire en cours sur le territoire de Nankints. Le gouvernement de Rafael Correa est tenu pour responsable de la situation : en effet, ce dernier n’a pas respecté le mandat constitutionnel qui exige la consultation préalable, libre et informée des peuples avant que toute activité sur leur territoire soit rendue possible.
    De la même manière, nous souhaitons informer tous les équatoriens et équatoriennes, et tous les peuples d’Amérique Latine et du monde entier, que nous nous défendrons si l’armée nous attaque. Nous rappelons également au gouvernement que notre Nation shuar aime et promeut la paix et le droit. Nous restons vigilant et demandons le retrait immédiat des 500 militaires qui sont à Panantza. Nous réaffirmons notre rejet de la présence minière sur notre territoire ainsi que la mobilisation de l’armée et des différentes brigades de l’Equateur.
    Nankints se rebelle et a décidé de défendre coûte que coûte son territoire ancestral !
    Unis, les shuars sont invincibles !
    Nakints en lutte !https://collectifmalgretout.net/2016/11/23/en-equateur-les-nankints-resistent-face-a-lindustrie-miniere/

    Le gouvernement équatorien veut dissoudre une association écologique qui défend les intérêts des Shuar face à l’entreprise minière chinoise

    Equateur. Rafael Correa dissout une ONG écologiste de défense des terres d’une communauté indigène
    https://www.revolutionpermanente.fr/Equateur-Rafael-Correa-dissout-une-ONG-ecologiste-de-defense-des-terres-d-une-communaute-indigene

    Le 20 décembre 2016, le vice-ministre de la Sécurité intérieure, Diego Torres Saldaña, a demandé au ministre de l’Environnement, Walter Garcia Cedeño, de lancer une procédure de dissolution immédiate d’Acción Ecológica, qui milite depuis plus de trente ans pour la protection de l’environnement et les droits des populations autochtones en Équateur. Il s’agit de la seconde tentative de mettre fin à cette organisation, ses membres ayant réussi à faire annuler une procédure similaire lancée en 2009 par les autorités. Acción Ecológica a présenté sa défense devant le Ministère de l’Environnement et attend désormais sa décision. Acción Ecológica a été citée à se faire entendre par le Ministère de l’Environnement le 11 janvier 2017.

    La procédure de dissolution actuelle a été demandée deux jours après son appel à la mise en place d’une Commission de vérité environnementale pour enquêter sur les destructions de l’environnement et les violations des droits des populations autochtones dans la Cordillère du Condor et d’autres régions touchées par l’activité minière. Le vice-ministre Torres Saldaña a accusé à tort Acción Ecológica de « faire l’apologie de la violence et de commettre des violences », de « sortir de ses objectifs légalement constitués » et de « présenter une menace pour la sécurité nationale ». En réalité, l’organisation n’a eu de cesse de dénoncé le recours excessif à la force de la part de l’armée et de la police contre le peuple Shuar, qui est opposé aux projets de développement du cuivre Panantza-San Carlos et Mirador, situé en territoire shuar. Elle dénonce également le recours à l’armée pour attaquer et contrôler ces populations. Les deux projets sont menés par des entreprises appartenant à deux énormes entreprises d’État chinoises : la China Railway Construction Corporation et Tongling Nonferrous Metals Group Holding Company, de leurs noms en anglais.
    https://www.frontlinedefenders.org/fr/Ecuador-Accion-Ecologica-fights-back-against-arbitrary-order-of-dissolution

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s